Version classiqueVersion mobile

La finance autrement ?

 | 
Bernard Paranque
, 
Roland Pérez

Partie 2. L’investissement socialement responsable, le micro-crédit et la gestion de ressources

Chapitre 4. Analyse critique de l’investissement socialement responsable (ISR) : méta-débat et perspectives d’évolution

Christophe Revelli

Résumé

L’objectif de cette recherche est de proposer une analyse critique du concept d’ISR, à travers sa genèse, son développement et son inscription actuelle dans la finance mainstream. L’enjeu est donc de comprendre si l’ISR doit se restructurer et se moderniser afin de surmonter le risque de dilution dans la masse financière au détriment de son identité éthique. L’objectif ici sera de « déconstruire » le concept afin de mieux le reconstruire et proposer des solutions clés qui ont pour objectif de recentrer le concept d’ISR dans son identité éthique et dans une quête de mesure de la performance extra-financière. Au final, doit-on parler communément d’investissement et d’éthique ? Les deux sont-ils compatibles ? (sachant que le terme investissement engage systématiquement une notion de quête de rentabilité).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Depuis l’Antiquité, et au fil des siècles, l’antagonisme entre les concepts d’éthique et de finance (au sens de richesse ou de profit) a constamment existé et s’est définitivement invité aujourd’hui dans les sphères économiques et sociales, renforcé par une crise financière durable.

La vertu et l’éthique ont depuis longtemps été opposées aux principes financiers de création de richesse. Aristote, en opposant « économie » et « chrématistique », proposait déjà de « définanciariser l’économie ». Selon le philosophe1, l’économie doit agir « dans le bien-être de la communauté », tandis que la chrématistique « anti-naturelle »2 correspond à l’art de s’enrichir et d’acquérir des richesses, dans un but strictement cumulatif et d’accroissement du profit.

Ce questionnement s’est développé ensuite au fil des siècles principalement au sein de la pensée religieuse. Ainsi, certains extraits de La Bible et du Nouveau Testament, ou encore du Coran condamnent le principe de possession et d...

Auteur

Kedge Business School. christophe.revelli@kedgebs.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search