Version classiqueVersion mobile

L’Acte critique

 | 
Mayotte Bollack

Ouverture des débats

Texte intégral

1Jean Bollack : Je remercie d’abord, au nom de tous les participants, les parents de Peter Szondi, le professeur Léopold Szondi et sa femme, qui, par leur généreuse contribution, ont permis la réalisation de cette rencontre. Je veux aussi remercier la Maison des Sciences de l’Homme, d’abord de nous accueillir comme groupe de recherche sur l’histoire de la philologie et l’histoire des interprétations, ce qui révèle sa grandeur d’âme, puisqu’elle considère, de cette façon, que ces activités font partie des Sciences de l’Homme, et d’autre part, de nous offrir son hospitalité pour ce colloque particulier d’épistémologie littéraire.

2Le travail de ces journées se situe dans le cadre de l’histoire sociale de la philologie, dont l’activité est hébergée dans cette maison. Lorsque Michael Hays et son collègue Paul Bové de Columbia University m’ont parlé, l’année dernière, de leur projet de consacrer un cahier de leur revue à Szondi, j’ai pu me réjouir pour deux raisons. D’abord parce que l’oeuvre méritait d’être ainsi, en relation avec les traductions qui se préparent en ce moment aux Etats-Unis, à la fois située et propagée, et ensuite parce que l’intérêt manifesté pour la théorie littéraire et la réflexion sur la pratique littéraire était dans la ligne de nos propres travaux. Aussi ai-je proposé à ce groupe, lié à nous par une recherche commune, de venir à Paris pour qu’une réflexion puisse s’engager à partir des travaux qu’ils préparent. Ce n’est pas que je me sente obligé par l’amitié qui me liait à Peter Szondi ; cette rencontre n’a pas été conçue comme un in memoriam, de quelque façon qu’on l’entende, mais, dans l’esprit critique qui caractérise la démarche de Szondi, comme une rencontre de travail où nous nous situerons chacun par rapport à son oeuvre, et plus encore, par rapport aux problèmes soulevés par elle.

3La doctrine de Szondi, sa règle et sa morale, dirais-je, nous font à nous une règle de le comprendre dans la situation historique qui fut la sienne. Il considérait en effet que c’était faire injure à une personne ou à une chose, événement ou phénomène, que de les priver de leur histoire, c’est-à-dire de leur indépendance dans le contexte qui fut le leur et qui parfois leur survit. Ses positions prennent leur sens dans le champ universitaire de l’après-guerre et dans l’espace intellectuel de l’Allemagne post-hitlérienne. Soumis à l’influence d’un professeur autochtone, qui exerçait son magistère en Suisse, dans l’esprit d’une université vraiment libérale, mais profondément marquée par les traditions allemandes de la philologie du 19ème siècle, d’un homme qui succomba par moments à l’idéologie du temps, Emil Staiger, il se trouve d’autres maîtres, des maîtres à penser, parmi ceux qui ont pris leurs distances à l’égard de l’Université. Staiger lui aura appris l’importance de la théorie en matière littéraire, mais en même temps la déficience théorique de celle-même qu’il enseignait. Trois modèles, qu’il s’était donnés dès le début et qui, à ses yeux, appartenaient à une même famille d’esprit, l’accompagneront jusqu’à la fin de sa vie et lui serviront de référence constante et implicite : Lukács, Benjamin, Adorno. Trois juifs, trois marginaux dans la nation allemande, le pays de leur formation intellectuelle et de leur première fortune, et les deux derniers sont des réfugiés ou des exilés comme lui. Adorno ajouta à l’emprise qu’il exerça son amitié vivante, et sa présence dans le même monde intellectuel : très vite il compta beaucoup pour lui dans sa vie privée. C’est cette marginalité qu’il a choisi de défendre à l’intérieur de l’Université, où il entra en 1959 pour faire une carrière qui est de celles qu’il est convenu d’appeler brillantes, et dont il savait lui-même qu’elle était due autant qu’à ses qualités aux malheurs particuliers dont il avait été victime. Il devait toujours s’étonner fort sérieusement, et sans naïveté, d’avoir tout simplement pu être admis, tel qu’il était, dans le sacré collège des professeurs très ordinaires.

4Sa trajectoire peut être appréciée de deux manières selon que l’on se place au dehors, ou dans une perspective plus proprement intellectuelle, comme nous le ferons au cours de ce colloque. S’emparant dès son premier travail d’une forme qui pouvait exprimer la critique des traditions universitaires, l’essai, il dut à cette critique, la Théorie du drame moderne, sa première consécration universitaire. Il y applique dans un style exotérique une analyse conceptuelle rigoureuse. Il faut pour comprendre la situation particulière de Szondi dans le champ intellectuel se représenter l’intérêt qu’a pu susciter un livre comme celui-là dans le monde des lettres et du théâtre, et le goût qui le portait lui-même vers le milieu, extérieur à l’Université, des revues littéraires, du théâtre et du cinéma, ce qui, sur le plan de l’oeuvre, s’exprime dans un modernisme fondé en théorie. Il devait le prestige qu’il avait auprès de ses étudiants et de ses collègues, non seulement à la qualité de ses cours, élaborés jusque dans leur expression, mais autant à sa réputation en dehors de l’Université ; une partie de ses cours paraissait retravaillée sous forme de livres. C’est ainsi qu’il occupait à l’intérieur de l’institution une position qui ne lui avait pas seulement été donnée par ses pairs. Cette reconnaissance, au dehors et au dedans, était due à des conditions historiques propres, à la situation particulière de l’Université telle qu’elle existait encore il y a vingt ans dans le monde de la culture. Mais au lieu de se satisfaire de la division et de se servir de sa chaire comme d’un emploi ou d’un gagne-pain, il reportait dans l’institution le souci de distinction qui l’animait au dehors. L’Institut de Littérature Générale et Comparée – Seminar fur Allgemeine und Vergleichende Literaturwissen-schaft (l’intitulé répond à sa volonté de théorisation, qui l’avait fait se refuser à occuper une chaire de littérature allemande) – cet institut, qu’il avait monté avec un grand soin à Berlin dans les années 1965/66, était un objet d’admiration pour ses exigences, la qualité de sa bibliothèque et son organisation exemplaire. Loin de nier l’institution par le dédain ou la négligence, Szondi l’a critiquée sans doute plus pleinement en l’obligeant à reconnaître son attente.

5Il est vrai qu’il aurait pu difficilement créer, et en si peu de temps, une enceinte comparable en dehors de l’Allemagne où la virtualité d’une structure de ce genre existait. Ses étudiants y trouvaient le double bénéfice d’une formation technique poussée et d’une participation indirecte à la vie intellectuelle contemporaine. Son statut d’intellectuel dans la nation, qu’il devait à sa notoriété, mais dont le professorat était un attribut essentiel, l’habilitait à prendre position publiquement dans les journaux, ès-qualités, et, dans les affaires les plus diverses, pour défendre personnes ou causes. La critique qui marquait toutes ses prises de position, la non-identification avec ce qui était établi, le conduisait à aller au-devant des entreprises de contestation, dont il reconnaissait, et s’obligeait à reconnaître, les raisons d’être, si bien qu’il a préparé lui-même, le sachant et sans s’en défendre, la mise en question de ce qu’il s’était appliqué à construire, comme s’il était persuadé qu’il n’était un artisan que de la transformation et de la transition. Sa conduite, pour logique et saisissante qu’elle ait été, ne saurait être proposée comme un modèle, puisque, d’une part, elle est marquée du sceau de l’histoire et que, d’autre part, elle tirait sa force en grande partie d’un anachronisme assumé et presque d’artifice. Il connaissait lui-même les raisons objectives qui faisaient que l’engagement émancipateur allait être compromis par les mouvements d’émancipation, et savait qu’il n’y avait sans doute plus de scène pour le rôle qu’il avait joué.

© Presses universitaires du Septentrion, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search