Version classiqueVersion mobile

Pratiques et usages du film en Afriques francophones

 | 
Patricia Caillé
, 
Claude Forest

Première partie : au nord du Sahara

Chapitre premier : Pratiques des films au regard de l’offre et de la demande en Tunisie urbaine

Patricia Caillé et Lamia Guiga

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

La Tunisie vécut sous protectorat français de 1881 à 1956. À l’indépendance, elle apparut aux yeux du monde occidental comme un avant-poste du modernisme dans le monde arabe avec la révolution socialiste de Habib Bourguiba, dont le projet s’inscrivait dans la lignée de celles de penseurs réformistes comme Kheikhedine Pacha, Mohamed Snoussi et surtout Tahar Haddad, syndicaliste dont l’histoire a retenu son militantisme dès 1930 pour l’émancipation des femmes1. La collectivisation menée dans les années 1960 par Ahmed Ben Salah, homme politique et syndicaliste nommé ministre du Plan et des finances par Bourguiba et chargé de la planification, qui avait pour but de décoloniser la Tunisie, ne permet pas de résorber la pauvreté et le mécontentement grandit. La Tunisie s’est vite convertie à l’économie de marché sous la pression des institutions internationales, tandis que sa réputation d’une société éduquée et émancipée a perduré. Elle fut confortée par la révolution populaire...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search