Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chine aujourd'hui

 | 
Paul André

Conclusion. Le consensus de Pékin : modèle d’économie confucéenne ou modèle ad hoc ?

Paul André

Résumé

La conclusion de ce volume reviendra sur les spécificités du modèle de développement chinois, souvent appelé désormais Consensus de Pékin. La Chine s’est, certes, engagée dans la mondialisation mais a-t-elle pour autant adopté une vision de l’économie similaire à celle des Occidentaux ? A l’heure où l’on parle de plus en plus d’un modèle chinois, nous rappellerons l’importance que peut prendre le facteur culturel quand il s’agit d’aborder un marché comme la Chine. Souvent qualifiée de « miraculeuse », la croissance chinoise semble à part, comme si la Chine défait toutes les lois de l’économie. On a parlé alors d’un consensus de Pékin (ou consensus de Beijing) pour qualifier le mode de développement chinois. La Chine ferait alors figure de modèle à suivre pour de nombreux pays du monde. Cette conclusion cherchera à expliquer ce que l’on entend par consensus de Pékin et en quoi le modèle de développement chinois est-il spécifique.

This conclusion explains the specificities of the Chinese path of development – often called the Beijing consensus. Although a globalized economy, China does not share a Western perspective on economy and society. Cultural and political patterns partly explain Chinese growth. However, this paper considers there is not a specific Chinese model of development.

Texte intégral

Introduction

1Souvent qualifiée de « miraculeuse », la croissance chinoise semble à part, comme si la Chine défiait toutes les lois de l’économie. On l’a vu tout au long de cet ouvrage, la Chine connaît une dynamique qui lui est propre et qui semble tout à fait particulière. Désormais puissance économique, la Chine est en mesure de jouer de son statut de seconde économie mondiale notamment auprès de sa périphérie proche comme l’ont montré les chapitres 7 et 8. Or, cette croissance économique s’est faite de manière heurtée et a nécessité des ajustements structurels tant au niveau de l’organisation fiscale – qui traduit un fédéralisme de facto (comme le montre le chapitre 4) – qu’au niveau de l’alimentation énergétique de cette croissance (ainsi que l’étudie le chapitre 5). Pour autant, cette croissance semble s’être opérée dans un cadre tout à fait inédit. Car si l’économie chinoise s’est profondément modifiée, le régime, lui, n’a pas connu de mue sensible (sur ce point, se reporter aux chapitres 1 et 2). On a là une contradiction apparente. En effet, l’adaptation à l’économie de marché mondialisée requiert, normalement, une évolution interne. À titre d’exemple, on peut difficilement imaginer qu’un pays puisse être attractif si le respect des contrats n’y est pas garanti. L’arrivée de capitaux étrangers impliquerait donc une évolution législative et, in fine, le développement d’un État de droit. À terme, de cette interdépendance, née de l’ouverture économique, résulterait une convergence des modes de gouvernance. Or, rien de tout cela ne semble observable en Chine. Si bien qu’on a parlé alors d’un consensus de Pékin ou consensus de Beijing pour qualifier le mode de développement chinois. La Chine ferait alors figure de modèle à suivre pour de nombreux pays du monde. Cette communication cherche à expliquer ce que l’on entend par consensus de Pékin et en quoi le modèle de développement chinois est-il spécifique.

  • 1 Sur ce point, voir notamment Max Weber, confucianisme et Taoisme, (Konfuzianismus und Taoismus), Pa (...)
  • 2 Avner Grief, « Cultural Beliefs and the Organization of Society: A Historical and Theoretical Refle (...)

2La question du développement donne souvent lieu à des débats passionnés. Les facteurs explicatifs de la sortie de la pauvreté et du passage à une société industrielle ont été nombreux. La religion a été avancée1, mais le Japon s’est modernisé avant certains pays d’Europe alors qu’il n’est pas protestant. D’autres ont avancé les dotations en ressources naturelles. Mais des pays comme la Corée du sud ou Singapour en sont quasiment dépourvus (du moins cette explication ne suffit pas à elle seule à rendre compte du formidable essor économique de ces pays). D’autres encore ont soutenu que la géographie jouait une place imminente. Mais la Suisse est développée tout en étant enclavée. Les études récentes laissent entendre que le développement ne serait pas le fait d’un seul élément mais plutôt qu’il serait rendu possible par l’existence de certaines institutions. À cet égard, les travaux d’Avner Greif2 apportent une contribution majeure à la compréhension qu’on a du décollage économique d’une nation, mais aussi – et surtout – des facteurs sociaux et culturels qui rendent ce décollage possible.

  • 3 Date des premières réformes économiques.
  • 4 Yang Yao, « The End of the Beijing Consensus », in Foreign Affairs, 2 février 2010, http://www.fore (...)
  • 5 Joshua Cooper Ramo, The Beijing Consensus, the Foreign Policy Center, Londres, 2004.

3De ce point de vue, la situation de la Chine depuis 19783 est tout à fait remarquable. La Chine constitue à bien des égards une exception aux modèles de développement tels qu’ils avaient été construits dans les années 1980 et 1990. Rapidement cette exception chinoise a suscité l’intérêt tant des économistes que des politologues. S’est alors forgé un cadre conceptuel tentant de rendre compte non seulement des bonnes performances économiques (la haute croissance) mais aussi une forme d’organisation sociale particulière. Cette approche « non-conventionnelle »4, l’ancien journaliste du magazine américain Time – Joshua Cooper Ramo – lui a donné le nom de Consensus de Pékin5. Ce serait une certaine culture (politique, sociale) qui rendrait possible les bonnes performances économiques de la Chine car cette culture particulière aborde des questions comme le développement économique ou les relations internationales sous un angle différent (ou nouveau pour certains auteurs).

  • 6 Yang Yao, op. cit.

4Le consensus de Pékin serait un modèle qui se voudrait à la fois cohérent et complet. Cohérent, il serait car il essaie d’articuler les résultats économiques à une vision particulière du politique (un autoritarisme « confucéen » qui combinerait propriété publique et privée, des droits de propriété de base ainsi qu’une forte intervention gouvernementale6) au travers d’un certain type de politiques économiques – d’aucuns diront aujourd’hui une gouvernance – (l’État développeur et le rôle prééminent de la haute administration). Complet, le consensus de Pékin essaie de l’être car il présente à la fois une vision de la société chinoise en interne mais aussi des relations internationales. Avec le consensus de Pékin, ce serait la nature des relations internationales qui se verrait modifiée.

5Cette conclusion tentera d’expliquer ce que l’on entend par l’expression « consensus de Pékin ». En effet, si l’expression est le fait d’un seul (Ramo), force est de constater qu’elle a fait florès et qu’elle désigne aujourd’hui d’une manière plus générale le modèle de développement chinois. Il s’agit donc de comprendre en quoi consiste ce modèle. On l’a souvent présenté comme marqué par les valeurs confucéennes – encore que cet aspect ne soit pas explicitement abordé par Ramo dans son ouvrage. Mais ce modèle relève-t-il d’une conception véritablement confucéenne de l’économie et de la société ou bien ne faut-il pas y voir là un aspect simplement rhétorique ?

6On cherchera donc dans un premier temps à présenter le consensus de Pékin. Si l’expression est en elle-même récente (l’ouvrage de Ramo ne date que de 2004), les principes qui sous-tendent le modèle de développement chinois sont eux plus anciens et relèvent d’une problématique qui dépasse le cadre de la seule République populaire de Chine (ci-après RPC). Aussi, est-il intéressant de se pencher sur la dynamique de ce concept et de voir ce qu’elle implique. Car la question qui est posée finalement est de savoir si ce fameux consensus de Pékin peut tenir lieu de modèle explicatif au développement chinois. On verra que si la croissance chinoise s’explique pour partie par le consensus de Pékin, celle-ci n’est pas réductible à une explication monocausale et, qu’à bien des égards, la croissance chinoise est due à des éléments externes à ce modèle.

  • 7 D’après la banque Mondiale, le PIB par habitant s’élevait à 6 000 US$ en 2009 en parité de pouvoir (...)
  • 8 Au début des années 1980 quand la politique de réformes économiques est mise en place, la populatio (...)

7Mais poser la question de la pertinence du consensus de Pékin revient aussi à aborder une perspective dynamique du processus de développement en Chine. Souvent présenté comme ce qui a permis le développement chinois ces vingt-cinq ou trente dernières années, le consensus de Pékin a-t-il pour autant encore lieu d’être aujourd’hui ? L’économie chinoise est, en effet, arrivée à un tel seuil de maturité qu’on est en effet en droit de s’interroger sur le modèle à venir. Autrement dit, si le consensus de Pékin a décrit l’économie chinoise d’hier – des années 1990 à la décennie 2000 – est-il encore à même de rendre compte des dynamiques économiques d’aujourd’hui et surtout celles de demain ? D’autre part, en trente ans la Chine est passée d’une nation pauvre, rurale, peu éduquée et fermée à une nation où le niveau de vie s’est considérablement élevé7, urbaine8 et ouverte sur le monde. Parler d’une société confucéenne dans un tel contexte a-t-il encore un sens ? Finalement, si le confucianisme a souvent été mis à contribution pour expliquer, justifier ou légitimer des politiques économiques, il n’en demeure pas moins qu’au-delà du consensus de Pékin, la question de l’héritage culturel confucéen demeure entière.

1. Qu’est-ce que le consensus de Pékin ?

  • 9 L’effet Gerschenkron – du nom de l’économiste Alexander Gerschenkron – explique qu’un pays arrivé t (...)

8Les succès économiques des pays d’Asie orientale n’ont cessé d’interroger tant les praticiens que les théoriciens. D’abord assimilée au seul effet Gerschenkron9, la capacité de l’Asie orientale à générer de forts taux de croissance a suscité un intérêt croissant à mesure que celle-ci perdurait et que les économies et entreprises de ces pays se révélaient être des compétitrices de plus en plus sérieuses des Occidentaux – les détrônant même dans un certain nombre de cas.

  • 10 Sur ce point, voir par exemple Paul André, « La dimension confucéenne du soft power chinois », in M (...)
  • 11 Angus Madison, The World Economy : A Millennial Perspective, Washington, Brookings Institute Press, (...)
  • 12 Jean-François Dufour, Hong Kong, Le Monde éditions, 1997, p. 34.

9On a avancé un certain nombre d’explications pour rendre compte du phénomène. Force est de constater, tout d’abord, que l’analyse ne s’est pas faite dans un cadre neutre. La pensée économique occidentale a été, semble-t-il, durablement influencée par les thèses wébériennes10. Le sociologue allemand considérait, en effet, que les sociétés confucéennes étaient porteuses d’un certain nombre de blocages et étaient peu aptes, voire complètement inaptes, à entrer dans la modernité et donc à générer de la richesse, de la croissance économique. Cette thèse a été confortée par les piètres résultats, économiques des pays d’Asie orientale. La Chine était la première puissance économique avant la Révolution industrielle, représentant jusqu’à 60 % du PIB mondial11. En 1949 c’est un pays exsangue, dévasté par la guerre sino-japonaise et la guerre civile entre le Parti Communiste Chinois (PCC) et le Guomindang (KMT), qui ne représente guère plus que 1 % du PIB mondial. La Corée du Sud en 1953 (à la fin du conflit avec le nord) est, selon les indicateurs de l’ONU, un des pays (le pays) les plus pauvres du monde. Hong Kong demeure, jusqu’au début des années 1960, un immense camp de réfugiés. Les fortes tensions sociales qui y règnent amènent les autorités britanniques à y stationner un nombre croissant de troupes afin de « contenir la menace intérieure ». Au milieu des années 1950, plus de la moitié des Occidentaux présents dans la cité font ainsi partie de ce contingent12.

10On pourrait ainsi continuer la liste. Finalement seul le Japon semblait échapper à ce qui paraissait être pendant bien longtemps une fatalité confucéenne. Il faudra attendre les bonnes performances économiques des quatre dragons et la domination écrasante de certaines firmes japonaises pour que le regard occidental se ravise. Les années 1990 marquent un tournant dans la mesure où le succès économique n’est plus seulement le fait du Japon (pays trop souvent considéré – à tort nous semble-t-il – comme très largement occidentalisé) ou de petits États comme Taiwan, la Corée du Sud ou encore des cités-États comme Singapour ou Hong Kong ; mais il s’étend également aux « tigres » : Indonésie, Malaisie, Thaïlande et de plus en plus la Chine. On commence à parler de modèle asiatique de développement pour expliquer les performances économiques de l’Asie orientale. Chose intéressante, la plupart de ces modèles mettaient l’accent sur les variables culturelles pour expliquer les bons résultats économiques. Si certaines explications paraissaient plus ou moins farfelues (la capacité des entreprises asiatiques à exceller dans la production informatique serait due à la tradition rizicole qui conférerait une dextérité sans pareille – sic), on a vu assez vite se dessiner le cadre intellectuel de ce qui fait aujourd’hui consensus auprès d’un certain nombre d’élites asiatiques et qui est activement défendu par le pouvoir chinois. De toutes les réussites asiatiques, celle de la Chine est peut-être la plus retentissante de par son ampleur et du poids inédit qu’elle donne à un pays asiatique sur la scène internationale.

  • 13 Sur ce point, voir notamment l’analyse d’Emmanuel Lincot et Paul André dans le chapitre 3.

11En effet depuis 1992 et la relance de réformes économiques, la RPC connaît une croissance forte (le taux annuel moyen est estimé à 7,6 % sur la période) sans discontinuer. Ceci a conduit à partir du début des années 2000 à ne plus parler de modèle asiatique mais plutôt de modèle chinois. La particularité étant que, dans le cas de la Chine, la question du développement économique s’articule à celle de la géopolitique13. C’est dans ce contexte qu’apparaît le consensus de Pékin. S’il convient d’expliciter de quoi retourne ce « consensus », il convient également de comprendre que ce modèle s’inscrit également dans une réflexion plus vaste et plus ancienne sur le modèle de développement en Asie orientale ; et qu’à ce titre il nous faut voir « l’archéologie » de ce modèle mais aussi sa dynamique contemporaine.

A. Présentation générale

  • 14 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 2.

12Cette réflexion sur le mode de développement chinois est autant le fait d’Asiatiques que d’Occidentaux. Initialement perçu comme ne relevant que de la communication gouvernementale de Pékin, le débat s’est vite révélé plus profond et relevant autant d’idées venues de l’Ouest (où le débat porte sur comment gérer cette inexorable montée en puissance de la Chine) que de l’Est. Le terme même de « consensus de Pékin » est l’œuvre de l’Américain Joshua Cooper Ramo. Dans un ouvrage éponyme Ramo – qui était à l’époque journaliste traitant des questions internationales au magazine américain Time – entend prendre en compte les changements phénoménaux qu’induisent la sortie de la Chine de la pauvreté. « L’émergence de la Chine redessine l’ordre international en introduisant une nouvelle physique de développement et du pouvoir »14. L’idée de Ramo est donc de dire que le développement de la Chine est à bien des égards inédit et que pour le comprendre il faut changer de cadre conceptuel car les théories actuelles des relations internationales n’expliquent plus que le monde tel qu’il était il y a vingt ans.

  • 15 Ibid. p. 55.

13Le consensus de Pékin se résumerait donc à ce que Pékin aurait inventé un nouveau modèle de développement qui reposerait sur l’innovation, l’asymétrie dans les relations internationales et qui serait centré sur le développement humain plus que sur la croissance. Dans ce modèle, l’accent serait mis sur l’équilibre entre les droits individuels et la responsabilité de chacun envers la collectivité15.

  • 16 Ibid. p. 45.
  • 17 Ibid. p. 11.
  • 18 Ibid. p 15.
  • 19 Ibid. p. 12.

14De quoi s’agit-il exactement ? Ramo16 donne la définition suivante du consensus de Pékin : « Le consensus de Pékin est autant une affaire de changement économique que social. Il utilise l’économie et la gouvernance pour améliorer la société, un objectif original dans l’économie du développement qui avait été d’une certaine manière perdue depuis les années 1990 et l’avènement du consensus de Washington. » Concrètement, Ramo identifie le consensus de Pékin à ce qu’il qualifie de “trois théorèmes d’une nouvelle physique des relations internationales”17. Le premier de ces théorèmes serait que le développement ne passe pas nécessairement par la remontée de filière – ce que Ramo qualifie de « physique ancienne » (« hold physics »). Pour lui, ce qui fait la force du modèle de développement chinois tient précisément à la capacité qu’à la Chine d’être présente très rapidement dans des industries de pointe (Ramo donne l’exemple de la fibre optique). Toute réforme entraînant des changements, la force du modèle chinois serait de changer plus vite que les problèmes issus de ces changements (« il faut créer un changement qui aille plus vite que les problèmes créés par ce changement »). Plus loin, Ramo précise ainsi sa pensée18 : « le seul remède au changement est davantage de changement et davantage d’innovation. C’est l’intensité des innovations qui est salvatrice. » Le second théorème serait que le consensus de Pékin insiste davantage sur le développement que sur la croissance19.

  • 20 Ibid. p. 50.
  • 21 Ibid. p. 48.
  • 22 Ibid. p. 2-3.

15Le troisième théorème est celui qui occupe le plus l’auteur. Pour lui, la Chine aurait développé une nouvelle doctrine de sécurité. En effet Ramo souligne que le souvenir des guerres de l’opium, et l’humiliation due au statut semi-colonial qui en a suivi, reste vivace aujourd’hui encore. Ce traumatisme né de cette première rencontre avec l’Occident marque la Chine contemporaine de deux manières. D’abord, le fait que la Chine reconnaisse avoir subi une domination unilatérale de l’Occident et qu’elle essaie de ne pas renouveler cette expérience via son modèle de développement explique pour Ramo pourquoi le consensus de Pékin s’exporte. Ensuite, cela a conduit la Chine à repenser la nature des relations internationales. Elle a compris qu’elle ne pouvait, en l’état, soutenir une comparaison frontale avec les États-Unis sur les critères classiques de la puissance. La Chine se sert ainsi de son économie pour développer une puissance asymétrique. Ainsi écrit-il : « Les 400 milliards de dollars américains de réserves de change de Pékin peuvent faire bien plus de dégâts que des porte-avions de 400 milliards de dollars. Ces “gaz toxiques” sont une partie importante du nouveau consensus de Pékin sur la sécurité. Non pas parce que l’ambition de Pékin est la conquête territoriale ou l’hégémonie, un sujet dont je laisserai le soin à d’autres de débattre, mais parce qu’ils offrent une véritable chance d’autodétermination. »20 En somme, les dirigeants chinois ont bien compris qu’il serait vain de tenter de rivaliser frontalement avec les États-Unis à la manière de ce qu’avait fait l’URSS. La vision des relations internationales dans le consensus de Pékin serait donc : primo de développer la puissance asymétrique dans la relation avec les États-Unis c’est-à-dire d’être capable de convertir le poids économique de la Chine dans les questions géopolitiques. Secundo la Chine, parce qu’elle a fait l’expérience de la domination occidentale entre la moitié du XIXe siècle jusqu’en 1949, ne chercherait pas à devenir hégémonique. « Pour la Chine, l’asymétrie représente la manière la plus efficace de gérer l’environnement [géopolitique] incroyablement complexe dans lequel elle évolue. »21. Dans les premières pages de son ouvrage, il précise : « La Chine est en train de construire la plus grande puissance asymétrique que le monde ait jamais vue, une nation qui repose moins qu’aucune autre dans l’histoire sur les outils de projection de la puissance et est conduit, au contraire, par l’énergie de son exemplarité et l’impact époustouflant de son poids »22.

B. Archéologie du courant

  • 23 Le discours sur les valeurs asiatistes fut essentiellement par les élites au pouvoir de Singapour e (...)
  • 24 Certaines formules du petit timonier insistant sur cette dimension pragmatique sont ainsi devenues (...)
  • 25 Jean-Louis Margolin « Le rêve asiatique de Singapour » in David Camroux & Jean-Luc Domenach (dir.), (...)
  • 26 Ibid., p. 104.

16À y regarder de plus près le discours sur le consensus de Pékin n’est pas nouveau et reprend pour une part – la dimension régionale en moins – le débat sur les valeurs asiatiques qui a animé la région durant les années 1990. Le discours chinois sur son modèle de développement suit pratiquement à l’identique ce que l’on a pu observer une quinzaine d’années plus tôt à Singapour principalement23. On constate, en effet, une similitude frappante entre la manière dont Singapour va développer le discours sur les « valeurs asiatiques » et celui de Pékin sur son modèle de développement. Tant les élites de zhongnanhai que celles de la cité du Merlion insistaient initialement sur le côté pragmatique du modèle. Le fait que les œuvres de Deng Xiaoping soient intégrées au canon marxiste du PCC ne fait d’ailleurs qu’insister sur cette dimension24. Le discours chinois sur son modèle de développement suit ainsi quasiment à l’identique ce que l’on a pu observer une quinzaine d’années plus tôt à Singapour. En effet, le message singapourien dans les années 1970 se veut essentiellement à destination des pays en développement. Certains « pères fondateurs » du Singapour indépendant (comme Goh Keng swee ou Devan Nair) rejetaient toute idée de modèle insistaient sur le côté pragmatique – un peu à l’image d’un Deng Xiaoping dans les années 1980. Sur le fond, on constate également une évolution puisque le « modèle proposé [va devenir] plutôt politico-culturel (avec pour point focal le discours sur les « valeurs asiatiques ») et à destination, prioritairement des pays développés »25. D’après Jean-Louis Margolin, une telle transformation aura été rendue possible au positif par les succès économiques enregistrés par Singapour et, « au négatif, par le vide issu de l’effondrement de l’alternative communiste et par l’effritement du libéralisme « dur » thatchérien ; régionalement, la survie probablement prolongée de régimes communistes ne dissimule pas la tendance à la disparition du « socialisme réel » comme système socio-économique, aussi bien que l’idéologie qui l’accompagnait […] »26.

  • 27 Jean-Luc Domenach « L’asiatisme, une idéologie pour l’Asie ? » in David Camroux & Jean-Luc Domenach(...)
  • 28 Ibid. p. 26.
  • 29 Jean-Louis Margolin, article cité, p. 108.

17Étudiant les discours asiatistes de Singapour et de Malaisie à la fin de la décennie 1990, Jean-Luc Domenach en donnait la définition suivante : « Par « asiatisme », nous entendons la tentative d’énoncer un discours idéologique d’un type nouveau, orienté d’abord non pas par une idée de l’homme, et encore moins sur le monde, mais par une idée de l’histoire et du destin des sociétés asiatiques. Ce discours vise à faire apparaître une « asianité » c’est-à-dire une identité commune aux sociétés asiatiques par opposition aux caractéristiques occidentales. »27 Le discours asiatiste repose donc sur l’idée qui voudrait que les réussites économiques en Asie orientale observées dans les années 1980 et 1990 s’expliquent avant tout par des valeurs morales et culturelles particulières – les valeurs asiatiques. « Une liste très représentative de la conception singapourienne est donnée Tommy Koh : le respect des autres, de la famille, l’éducation de masse, l’épargne et la frugalité, le travail dur, le sens de la communauté, le respect mutuel des citoyens et de l’État, l’association des citoyens à la propriété, un environnement moral, une presse responsable. »28 Chez les auteurs et les dirigeants Singapouriens ces valeurs sont souvent reliées au confucianisme. Dans cette optique, la ploutocratie singapourienne s’apparente très largement au gouvernement non pas des meilleurs mais des junzi c’est-à-dire les hommes honorables chers à Confucius29.

  • 30 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 5.
  • 31 Ibid., p. 5.
  • 32 Jean-Luc Domenach, op. cit., p. 29.

18On peut donc voir dans ce discours sur les valeurs asiatiques les linéaments de ce que sera l’argumentaire du Consensus de Pékin sur les questions politiques et de développement. Quand Joshua Cooper Ramo précise dans son ouvrage que le Consensus de Pékin consiste à ce que la Chine initie un nouveau modèle de développement qui repose sur sa tradition et sa culture propres30, il pointe fort à propos qu’on assiste en Chine dans les années 2000 à la même tendance observée dans les pays d’Asie du Sud-Est une dizaine d’années plus tôt. Quel parallèle frappant, en effet, entre ce qu’écrit Ramo en 2006 à propos du consensus de Pékin (« Ce livre représente une fusion de la pensée chinoise avec les leçons apprises des ratés de la globalisation des cultures ailleurs »31) et le constat que tirait Domenach de l’asiatisme en 1997 (« Plutôt que de succomber à un mimétisme hypocrite, les gouvernements asiatiques, eux, appliquent une définition plus “holiste” des droits de l’homme, qui accorde plus d’importance aux intérêts de la communauté. “En Asie, conclut Goh Chok Tong, nous pensons que les droits de l’homme reposent sur un équilibre entre ses diverses responsabilités… Pour les pays asiatiques en voie de développement, les droits économiques et sociaux sont aussi importants que les droits civils et politiques. […] Le ministre indonésien de la Recherche et la Technologie déplore qu’en Occident la démocratie soit fondée sur le conflit et non sur le “consensus”. […]” »32).

  • 33 Comme le rappelle Domenach (article cité), « le temps fort de la coalition asiatique semble avoir é (...)
  • 34 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 36.

19Un des éléments qui expliqueraient le virage ou la conversion asiatiste de Pékin aura été le soutien fort marqué par les pays asiatistes dans les années 1990 à la Chine contre la condamnation de la République populaire (et de l’Indonésie) par la commission des droits de l’homme de l’ONU33. Plus fondamentalement « […] le passage même très partiel, d’une logique marxiste-léniniste à celle des « valeurs asiatiques » signifie, dans la même mesure, le passage de la terreur à la discipline : Confucius est une référence beaucoup moins contraignante que Lénine. En allant plus loin, on peut se demander si la logique asiatiste n’a pas contribué à détruire la logomachie marxiste-léniniste en démontrant qu’un État peut développer l’économie de marché sans pour autant se montrer plus fragile – bien au contraire – face aux menées des partisans de la démocratie libérale »34. Autrement dit, le consensus de Pékin n’est ni réellement novateur, ni purement chinois. Cette idée d’un modèle de développement reposant sur une société où primerait l’idée confucéenne de consensus et qui s’appuierait sur le rattrapage technologique a déjà été formalisée dans la seconde moitié des années 1990 par les élites singapouriennes. Mais on peut considérer cependant que le consensus de Pékin, s’il reprend des éléments du discours asiatiste, a pourtant une portée plus large. Si la conception de la société, du rapport au politique et du rôle stratégique de l’État dans l’économie, a déjà été formalisée à Singapour ou à Kuala Lumpur, le consensus de Pékin va y adjoindre une portée géopolitique auquel le discours d’une cité-État (Singapour) ou d’un État de taille moyenne (la Malaisie) ne pourrait prétendre.

C. Dynamique du consensus du Pékin

20On est en droit de s’interroger sur la portée réelle du Consensus de Pékin. Faut-il, en effet, ne voir dans cette expression qu’une réflexion autour des idées développées par l’ouvrage de Joshua Cooper Ramo ? Ou bien, faut-il plutôt considérer que l’expression recoupe un sens plus large et s’est largement affranchie de l’ouvrage initial ? Il nous semble que l’intérêt qu’a suscité le Consensus de Pékin tient précisément au fait que le concept a su s’affranchir de l’ouvrage de Ramo pour gagner une dynamique propre car recouvrant une réalité légèrement différente. L’ouvrage de Ramo, on l’a vu, s’inscrit dans un débat et des considérations préexistants à la publication. Le terme de Consensus de Pékin va immédiatement connaître un vif succès. On peut l’expliquer par le fait que l’expression renvoie directement et explicitement à son contre-modèle c’est-à-dire le consensus de Washington. Le succès de la formule tient aussi au fait que celle-ci renvoie à une réalité. Non pas au sens où ce qui est dit dans l’ouvrage de Ramo soit nécessairement exact. Mais plutôt parce qu’il y a, en effet, de la part de la Chine une volonté de promouvoir son modèle de développement. Cette volonté semble s’expliquer par le besoin qu’à la Chine – du moins ses dirigeants et les intellectuels cautionnant ce mode de développement – de justifier son refus à suivre la voie « occidentale » du consensus de Washington. Chose intéressante, on notera cependant que jamais les autorités chinoises n’utiliseront ce terme – sans doute pour des raisons de diplomatie évidente. Cependant elles ne se priveront pas de faire la promotion de leur modèle de développement – essentiellement envers les pays du Sud – et de justifier ses choix quant à son refus d’adopter des valeurs dites « occidentales » (droits de l’homme, liberté de la presse, séparation des pouvoirs, etc.) – essentiellement, cette fois, envers les nations du Nord.

  • 35 Sur ce point voir notamment, Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin, les promesses de la voie chinois (...)
  • 36 Guy Sorman, L’économie ne ment pas, Paris, Fayard, 2008, p. 254.

21On l’aura compris, notre position ici n’est pas d’accréditer l’hypothèse du consensus de Pékin. S’il ne nous appartient pas d’étudier ici la nature et les ressorts de la croissance chinoise35, il nous semble cependant tout à fait remarquable que ce concept – finalement assez vaste on l’a vu – ait été saisi pour devenir une forme d’explication officielle, donc politique, de la croissance économique en Chine. Le consensus de Pékin dans sa dynamique post-Ramo, et tel qu’il fut saisi par les intellectuels et dirigeants en Chine qui y ont vu un intérêt, n’est pas un modèle économique mais un discours politique ad hoc. Autrement dit, cela nous permettrait de rejeter l’idée d’un modèle économique spécifiquement chinois. Comme l’écrit Guy Sorman, « l’expérience chinoise est donc provisoire, un moment dans l’histoire de la Chine, mais elle n’est pas un modèle à la démocratie libérale, ni en Chine, ni ailleurs. »36 Ceci étant, s’il semble abusif de parler de modèle, il nous semble tout aussi abusif de minimiser les particularismes de l’économie chinoise au rang desquels la conception de l’intérêt général issue de la tradition confucéenne joue un rôle important.

22Assez rapidement, donc, l’expression de « Consensus de Pékin » va s’affranchir sur certains points de la définition initiale qu’en donnait Ramo. Disons que l’acception qui va en être retenue – qui est toujours en usage aujourd’hui – insiste davantage sur le parallélisme avec le consensus de Washington et va, à l’inverse, délaisser les questions d’équilibres des puissances d’un point de vue géopolitique. Cette évolution de l’acception du terme ne relève pas d’une seule préoccupation sémantique mais traduit également dans le fond la volonté de mettre en exergue deux choix de sociétés différents. Ceci s’explique selon nous par le fait que le consensus de Pékin est dans une très large mesure l’héritier de l’asiatisme ou modèle asiatique de développement. Ce faisant, cela permet également d’éviter que ce concept ne se retrouve « prisonnier » de la mauvaise image que pourrait avoir la Chine si elle était – à l’avenir – davantage perçue comme ayant une visée hégémonique – en Asie orientale notamment mais aussi de plus en plus en Afrique.

23Ainsi aujourd’hui s’il n’existe pas réellement d’autre définition que celle donnée par Ramo dans son ouvrage initial, on peut considérer que l’acception contemporaine du consensus de Pékin est plutôt la suivante. Le consensus de Pékin soutient que le modèle libéral véhiculé par le consensus de Washington tant sur les questions politiques, économiques que sociales n’est, non seulement, pas universel mais surtout pas efficace. Il prône au contraire une vision plus instrumentalisée de l’économie. L’économie ne se retrouve pas ainsi séparée des questions politiques. L’objectif est la sortie du sous-développement et à ce titre les marchés, et le capitalisme d’une manière générale, ne sont qu’un outil et pas une fin en soi. Le consensus de Pékin prône une utilisation circonstanciée des marchés. La privatisation n’a de sens que dans la mesure où elle sert un intérêt supérieur : le développement. De même le libre-échange, s’il n’est pas rejeté en soi, n’est pas une fin en soi – comme cela peut être le cas dans le cadre des protocoles du GATT puis de l’OMC. En somme pour le consensus de Pékin les marchés doivent servir au développement économique. Ils n’ont d’utilité que dans la mesure où ils sont l’outil le plus efficace pour générer de la croissance et donc de la richesse. C’est clairement une vision d’une politique économique menée par un État développeur qui est en jeu ici. Cette rupture avec ce que d’aucuns auront appelé un « dogme » libéral faisant des privatisations et de l’ouverture des marchés un impératif préalable, va considérablement contribuer à propager les idées du consensus de Pékin. On retrouve par exemple ces idées chez des intellectuels proches et, ou des amis de Pékin comme le Singapourien Kishore Mahbubani ou chez des économistes occidentaux critiques du tournant parfois idéologique des politiques néolibérales de développement comme Joseph Stiglitz (sans faire pour autant de Stiglitz un tenant du consensus de Pékin).

  • 37 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 5.

24Le consensus de Pékin se caractérise aussi par un second versant – et qui s’articule on va le voir avec le premier – qui relève davantage d’une problématique économique et sociale. On dit ici que deux tendances vont se retrouver pour créer ce que l’on pourrait qualifier de dynamique sociale du consensus de Pékin. La première tendance relève de ce qui a été explicité plus haut à savoir le débat sur les valeurs asiatiques. Débat qui reste, convenons-en essentiellement le fait de Singapouriens jusqu’au début des années 2000. La seconde tendance est très rapidement évoquée par Ramo dans son ouvrage sans pour autant que celui-ci ne développe complètement cette idée. On l’a dit, Ramo cherche dans le consensus de Pékin à « souligner » les fondements de la nouvelle puissance chinoise. Or, il y a l’idée chez lui que le consensus de Pékin se fonde sur la pensée traditionnelle chinoise. Ainsi il écrit : « La Chine écrit désormais son propre livre. Ce livre représente une fusion de la pensée chinoise avec les leçons tirées des échecs de la mondialisation ailleurs dans le monde. Le reste du monde a commencé à étudier ce livre. »37 De ce point de vue, notons qu’il existe d’après nous un distinguo entre le Consensus de Pékin tel que défini par Ramo et son acception actuelle. Il estime en effet que dans le consensus de Pékin, s’il s’appuie sur la tradition chinoise – disons plutôt son histoire – la politique de développement est guidée par une recherche d’idées nouvelles. Il nous semble qu’aujourd’hui l’acception qu’en font nombre d’auteurs (Chinois et Occidentaux) serait plutôt que les valeurs traditionnelles chinoises – essentiellement confucéennes – expliquent les différences de perception sur la démocratie, l’organisation politique, économique et sociale. Globalement chez certains auteurs, il y aurait l’idée que les préceptes d’organisation confucéenne de la société seraient plus à même de permettre le développement économique dans la stabilité sociale.

25Enfin on peut y adjoindre un troisième aspect plus géopolitique qui est que le consensus de Pékin prône un respect absolu de la souveraineté nationale et réfute à ce titre toute possibilité d’ingérence étrangère. Cette dimension géopolitique du consensus de Pékin s’éloigne un peu de l’ouvrage de Ramo. En effet, dans l’ouvrage original il était essentiellement question d’asymétrie dans les relations internationales. En fait, le consensus de Pékin nourrit la plus grande méfiance à l’égard de l’idée d’ingérence extérieure dans les affaires intérieures d’un pays. Il y a très explicitement de la part de la Chine, ce que Ramo explicite très clairement du reste, le souvenir vivace de la domination étrangère à la fin de la dynastie Qing. Ainsi alors que le consensus de Washington, animé en cela par une vision libérale presque wilsonienne des relations internationales, conditionne l’octroi d’aide internationale par les pays développés au respect de certains engagements concernant la politique intérieure (démocratisation, lutte contre la corruption, etc.). Le consensus de Pékin prône une absence totale de droit de regard dans la vie politique intérieure des pays en développement. L’argument évoqué plus haut, de refus de toute forme d’hégémonie, n’est sans pas sans fondement car on perçoit mal l’impact qu’a eu la période impérialiste de l’Occident à la fin du XIXe siècle sur le reste du monde. Mais ce fut aussi un moyen pour Pékin de développer ses relations avec des pays producteurs de matières premières (Soudan, Zimbabwe entre autre). Pékin avait besoin de ces ressources pour poursuivre son développement et ne pouvait pas à ce titre s’encombrer de principes éthiques. D’autre part, cela aurait été d’autant plus malvenu que Pékin ne respecte pas elle-même les préconisations des organisations internationales en termes de bonne gouvernance. Or, si la Chine a à cœur de mettre en avant la variable confucéenne pour expliquer qu’il y aurait différentes acceptions de la démocratie, notons cependant que la doctrine confucéenne insiste sur la bonté et la vertu des dirigeants. Or on est en droit de se demander ce qu’il y a de vertueux à soutenir un Robert Mugabe ou le régime de Khartoum au seul motif d’exportation de matières premières.

La dynamique « Post-Ramo » du consensus de Pékin

26Disons que l’on peut retrouver deux tendances dans ce qui fait que cette réflexion sur les valeurs chinoises comme fondement du développement économique va prospérer. Une première tendance fait directement échos au consensus de Washington. Les dirigeants et intellectuels – dont certains étaient même d’ardents réformateurs avant 1989 – ont vu l’expérience de l’URSS d’après la guerre-froide. La libéralisation trop rapide des marchés ainsi que le processus de démocratisation ont conduit l’URSS qui était, avec les États-Unis, la super-puissance pendant un demi-siècle, ravalée au rang de pays en développement, réduit à demander l’aide du FMI. Pour tous ces réformateurs la leçon des années 1990 qu’ils allaient tirer était que le consensus de Washington s’avérait inefficace. Ils cherchèrent donc les moyens de garantir ce qui, à leurs yeux, était primordial ; à savoir sortir de la pauvreté sans pour autant créer le chaos social.

  • 38 Wu Zending, The Era of Globalization and Chinese Civilization, Shaanxi Normal University, 23 févrie (...)
  • 39 Patelin cité par Bilahari Kausikan, « Asia’s Different Standard » in Foreign Policy, hiver 1993, p. (...)

27La seconde tendance même si elle rejoint la première sur la finalité c’est-à-dire un modèle de développement différent consiste essentiellement à une remise en cause de l’Occident quant à l’efficacité (première tendance) mais plutôt sur le terrain moral. Certains auteurs comme Wu Zending38 n’hésitent pas à parler de colonisation des esprits chinois par l’Occident. On remarque ici encore la filiation directe qu’il peut exister entre le discours asiatiste des années 1990 et le consensus de Pékin. Ainsi Patelin, un diplomate Singapourien, écrit-il en 1993 que les pays d’Asie « sont de plus en plus conscients de leur propre civilisation et tendent à situer la source de leur succès économique dans leurs traditions et leurs institutions distinctives »39.

2. Le consensus de Pékin explique-t-il la croissance chinoise ?

  • 40 Mark Beeson, « The rise and fall (?) of the developmental state: The vicissitudes and implications (...)
  • 41 Bernard Stevens, Le nouveau capitalisme asiatique, Academia Bruylant, Louvain la Neuve, 2009.

28Le développement économique spectaculaire qu’a connu la Chine depuis ces trente dernières années tiendrait-il alors à un modèle de gouvernance propre à la République populaire ? On peut d’ores et déjà répondre à une partie de cette question fondamentale. Le modèle présenté par le consensus de Pékin n’est pas à proprement parler purement d’inspiration chinoise. Disons plutôt qu’il s’agit en l’occurrence de l’adaptation au cas très spécifique de la République populaire d’un modèle de développement qui a déjà été expérimenté à une échelle forcément plus restreinte dans d’autres économies d’Asie orientale. Dans cette optique, le consensus de Pékin peut donc être compris comme une variante chinoise de ce que Mark Beeson appelle le « developmental state »40 ou du modèle « nippo-asiatique » – reprendre la formule de Bernard Stevens41. Or, ce modèle s’avère-t-il plus efficace ? Peut-on lui imputer les taux de croissance du PIB de la Chine ?

A. Le consensus de Pékin principal artisan de la croissance chinoise ?

29La Chine a connu depuis 1992 une phase de croissance forte et continue comme le montre la figure 1.

Fig. 1. Évolution du PIB chinois, en centaines de millions de dollars US.

Fig. 1. Évolution du PIB chinois, en centaines de millions de dollars US.

Source : China Statistical Yearbook.

  • 42 Michel Aglietta & Yves Landry, La Chine vers la superpuissance, Economica, Paris, 2007, p. 16.
  • 43 Ibid, p. 20.
  • 44 Ibid. p. 23.

30Ce succès de l’économie chinoise semble résulter principalement du caractère extraverti de celle-ci. La Chine aurait ainsi opté pour une stratégie de développement qui la positionnerait sur des marchés ou des segments de marchés où elle pourrait maximiser son avantage comparatif. Si cette utilisation optimale de l’avantage comparatif dans la division internationale du travail n’est pas propre à la Chine, « cependant, son ouverture commerciale est exceptionnelle pour un pays de cette taille. Elle est bien plus proche de celle des Pays-Bas ou de la Belgique que de celle du Japon ou des États-Unis »42. Or si la libéralisation du commerce extérieur semble avoir été la cause principale de la croissance des exportations industrielles qui ont tiré la croissance chinoise vers le haut, ces résultats n’auraient pas pu être atteints sans une diversification de la gamme des produits exportés. Sur ce point, force est de constater que l’ouvrage de Ramo pointe une spécificité du modèle chinois de développement. Le pouvoir politique a favorisé, semble-t-il, le développement de certains secteurs industriels jugés stratégiques. Il ressort de la lecture de l’ouvrage de Ramo et de l’observation de la structure des exportations chinoise que Pékin semble avoir favorisé une spécialisation intermédiaire – suivant en cela les enseignements tirés du paradoxe de Leontiev. La Chine a donc eu une politique de développement des industries de hautes technologies, non pas pour son marché intérieur, mais pour l’exportation afin de se « placer » sur un marché international extrêmement concurrentiel car bénéficiant d’une demande croissante. « Pour ne citer que quelques exemples, deux tiers des fours à micro-ondes, des lecteurs DVD, des télévisions et des ordinateurs sont aujourd’hui produits en République populaire. »43 Cette montée de gamme semble donc avoir été pensée et désirée par le pouvoir chinois. Or, continuer cette modernisation de l’économie chinoise n’est pas sans poser un certain nombre de questions car dans une telle situation les équilibres sociaux sont mis à mal. Il apparaît donc qu’à partir de 1992 les pouvoirs publics chinois ont jugé indispensables la création d’emplois compétitifs dans le secteur privé. Cette stratégie permettait ainsi de compenser les destructions d’emplois dans un certain nombre de secteurs industriels peu rentables44. Finalement, on retrouve ici une illustration de ce que Ramo exprime lorsqu’il écrit que l’un des principes fondamentaux du consensus de Pékin est que – puisque le changement est inévitable – il faut changer plus rapidement afin que la nouvelle situation soit maîtrisée et non subie.

  • 45 Ibid. p. 36.

31Or, on s’en rend bien compte au regard de l’exemple qui vient d’être évoqué, ce développement rapide de la Chine ne peut pas être que le fruit du hasard. Si nous nous en tenons à cet exemple, la création d’emplois compétitifs demande, au préalable, d’anticiper en investissant dans l’éducation et la R&D. De manière plus générale, on constate que l’économie chinoise a longtemps profité de l’ouverture de son marché pour accueillir aussi des technologies venues de l’étranger via les IDE. « Mais le rôle du gouvernement central reste une pièce essentielle. L’innovation technologique est considérée par les autorités chinoises comme une impérieuse nécessité pour poursuivre le développement économique du pays. Cette politique se veut à la fois globale et sectorielle dans les disciplines jugées prioritaires (nanotechnologies, technologies de l’information et de la communication…). Dans ces secteurs, l’État chinois développe de façon méthodique et coordonnée des « centres d’innovation », structures rassemblant chercheurs et entrepreneurs dans le but de faciliter le transfert des résultats de la recherche vers les environnements économiques. »45

B. Une croissance plus complexe à aborder

32Il faut cependant se garder de conclusions trop hâtives car, au regard des détails de la croissance chinoise, il apparaît que celle-ci ne saurait s’expliquer par la causalité unique de la politique de développement mise en place par le pouvoir chinois.

  • 46 Ibid. p. 21.

33Certes la Chine a réussi une percée dans les productions high-tech mais elle ne fait pas encore partie des concepteurs de ces nouvelles technologies. Comme le résument Aglietta et Landry, « s’il nous faut renoncer à l’idée d’une division du travail dans le monde où le « high-tech » serait réservé aux pays anciennement développés, l’Europe de l’Ouest et les États-Unis, et où les productions « bas de gamme » relèveraient des jeunes nations industrialisées, de la Chine ou encore de l’Inde, certains aspects de cette configuration polaire restent présents. »46 Autrement dit, l’accès aux productions de haute technologie ne serait donc pas seulement le fait du consensus de Pékin ou de toute autre forme d’interventionnisme étatique mais surtout de la logique des marchés. On serait plutôt ici en présence d’un processus de remontée de filière « classique » telle que décrite par Akamatsu-Shinohara ou encore Posner. Le tableau 1 atteste de cette tendance.

Tableau 1. Structure du commerce extérieur de la Chine en 2004 (en % du total des exportations et des importations).

Catégorie de produits Exportations Importations
Électronique 24 19
Industries mécaniques et électriques 17 22
Matières plastiques et chimie organique 2 9
Optique 3 7
Habillement et chaussures 14
Meubles et jouets 4
Combustibles 9
Fer et acier 4
Autres produits 32 30

Source : Global Trade Atlas, calculs Diana Hochraich, Université Paris X.

34On constate que dans les secteurs high-tech les importations pèsent aussi lourd – voire davantage – que les exportations. Ceci montre que la Chine ne maîtrise pas encore la totalité du processus de production et se contente pour l’heure d’être un lieu d’assemblage grâce à son avantage comparatif sur le coût de la main-d’œuvre qualifiée.

  • 47 Ibid. p. 12.

35Plus fondamentalement, ces résultats montrent que cette croissance chinoise s’inscrit dans une logique de division régionale du travail et que donc la Chine bénéficie des expériences réussies des pays limitrophes (Corée, Taiwan, Japon et Hong Kong principalement). Or, à y regarder de plus près, si le consensus de Pékin présente certaines nouveautés quant à la forme qu’y prend la politique de développement, on ne peut pas dire pour autant que les résultats, eux, soient inédits. « De 1978 à 2004, le PIB chinois a crû de 370 %, soit une moyenne de 9 % annuelle. Le Japon, entre 1950 et 1973, a crû de 460 %, soit 8,2 % par an. La Corée du Sud, entre 1962 et 1990 a crû de 680 %, soit 6,7 % par an. La performance de la Chine n’est donc pas unique, ni même exceptionnelle dans la région, bien qu’elle soit légèrement supérieure. »47

36À y regarder de plus près, la croissance chinoise présente un paradoxe. Le taux de croissance du PIB a été très important (voir fig. 1) ce qui se traduit une hausse sensible du revenu moyen par tête (PIB par tête) comme en atteste la figure 2.

Fig. 2. Évolution du PIB/habitant chinois, en dollar US.

Fig. 2. Évolution du PIB/habitant chinois, en dollar US.

Source : China Statistical Yearbook.

37Si on met en relation ces résultats avec d’autres indicateurs, on est amené à reconsidérer les effets de cette phase de croissance. En effet, si l’on s’en tient à l’indice de Gini, il n’a cessé d’augmenter depuis 1992. En 2006 il atteignait déjà le seuil préoccupant de 0,46. En 2012 il atteint désormais 0,61. Autrement dit, le revenu moyen a certes augmenté mais les inégalités, elles, se sont creusées davantage. Cette conclusion vient mettre à mal le modèle du consensus de Pékin qui se présente comme étant Pareto optimal. En d’autres termes, le consensus de Pékin créerait des gagnants de la croissance économique sans qu’il n’y ait de perdants. On y trouve là une justification normative au modèle politique que sous-tend la voie chinoise de développement : si les entreprises encadrées par le Parti permettent la croissance, alors pourquoi privatiser ? Si un système de parti unique permet la croissance, alors pourquoi démocratiser ? Si un marché financier autarcique et contrôlé par l’État permet une allocation efficace des ressources alors pourquoi libéraliser ? Les tenants du consensus de Pékin voient dans ces justifications normatives la principale force de ce modèle (comme hier les tenants de l’asiatisme) : ce modèle permettrait d’améliorer le bien-être de la population.

  • 48 Huang Yasheng, Capitalism with Chinese Characteristics: Entrepreneurship and the State, Cambridge U (...)
  • 49 Huang Yasheng, article cité, p. 10.

38On doit notamment à l’économiste du MIT Huang Yasheng48 d’avoir montré que le consensus de Pékin n’a pas permis d’améliorer le bien-être de la population chinoise. En fait, Huang montre que la période de réformes économiques peut se décomposer en deux phases. Entre 1978 et la répression de Tiananmen en 1989, les réformes économiques portées par Zhao Ziyang ou Hu Yaobang reposaient essentiellement sur une politique de privatisation. Pour être plus exact, il s’agissait du développement d’entreprises privées. La période initiée à partir de 1992 par Jiang Zemin et Zhu Rongji, est celle gel des réformes structurelles au niveau économique et politique et de développement d’une politique économique fondée sur l’interventionnisme de marché – bref celle du consensus de Pékin. Huang montre ainsi que, contrairement à ce qu’avancent les tenants du consensus de Pékin, la croissance chinoise n’a pas été homogène mais hétérogène comme en témoigne la montée des inégalités révélée par l’indice de Gini. On constate ainsi que le revenu urbain a considérablement augmenté entre 2003 et 2008 alors que le revenu rural diminuait. « Pour le dire rapidement, quand la Chine s’orientait vers une direction plus libérale – en allant vers le consensus de Washington pour le dire clairement – le revenu personnel a augmenté très vite. Quand la Chine s’orientait dans la direction opposée [du consensus de Pékin] la croissance du revenu personnel s’est ralentie. »49

39La question que l’on est en droit de se poser est de savoir si la Chine était plus proche du consensus de Washington ou du consensus de Pékin quand le revenu par tête a le plus augmenté. Il apparaît que la Chine a connu sa plus forte augmentation du bien-être (welfare) quand étaient menées les politiques de réformes des années 1980 qui consistaient à favoriser le développement de l’entreprenariat privé, des réformes financières et une ouverture politique – en somme une orientation qui allait dans le sens de ce que préconise le consensus de Washington. Les données économétriques avancées par Huang montrent que le niveau de vie individuel en Chine a le plus augmenté quand les petites entreprises privées ont pu se développer. Le take-off chinois ne peut donc pas être imputé, contrairement à l’hypothèse émise par le consensus de Pékin, par des innovations issues d’un secteur public guidé par un État stratège.

3. La fin du consensus de Pékin ?

A. Limites du modèle et problèmes économiques

  • 50 Jashua C. Ramo, op. cit., p. 4.
  • 51 Cheng Xianong, « Comment évaluer l’état de l’économie chinoise ? » in Marie Holzmam et Chen Yan (di (...)
  • 52 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 12

40Ramo veut dans son essai « souligner » les fondements de la nouvelle puissance chinoise. De ce point de vue, l’intérêt de son ouvrage est indéniable car il ouvre de nouvelles pistes de réflexion. Cependant, son travail n’est pas, semble-t-il exempt de toutes critiques. À son passif, nous voyons deux remarques principales à son essai. La première, qui est peut-être le défaut principal du travail de Ramo, est de partir d’un postulat normatif, celui de vouloir considérer le gouvernement chinois comme nécessairement – et uniquement – bienveillant et n’ayant comme seul objectif le bien-être de son peuple. C’est faire peu de cas, en effet, de la recherche ou de la défense des intérêts propres de l’État-Parti au pouvoir en Chine depuis 1949. On frôle parfois l’angélisme ou la naïveté quand il écrit par exemple que « la nouvelle approche du développement de la Chine est dictée par le désir d’avoir une croissance de haute qualité qui soit pacifique et équitable. »50 Or il nous semble que Ramo minimise – voire oublie – l’intérêt que peut retirer le PCC de la croissance. Dépourvu de légitimité révolutionnaire après les aberrations du grand bond en avant, de la révolution culturelle puis de l’effondrement du bloc soviétique ; délégitimé après la répression de Tiananmen, le PCC a vu dans la croissance économique et la sortie de la pauvreté une sorte de nouveau contrat social. Le maintien de la dictature du PCC ne se justifiait désormais que parce qu’il était le seul à même d’assurer l’enrichissement du pays. Autrement dit, ainsi que l’a montré Cheng Xiaonong, le taux de croissance est devenu pour le pouvoir un objectif politique51. La seconde aporie de l’essai de Ramo serait cette volonté explicite dans le début de l’ouvrage de donner un caractère scientifique à ce qui relève d’opinions. Si les prises de position de Ramo méritent un intérêt certain, il ne s’agit en aucun cas de résultats scientifiques. Pour justifier ses positions, Ramo entend les présenter comme telles. Pour ce faire, il utilise un vocabulaire emprunté à la physique : « théorème », « forces de frictions », « nouvelle gravité », etc. À titre d’exemple, retenons simplement ce que Ramo présente comme étant le second théorème fondant le consensus de Pékin52. « Le second théorème du consensus de Pékin est que comme le chaos est impossible à contrôler depuis le sommet, il faut un ensemble complet de nouveaux outils. » Primo, ce n’est en rien un théorème. Segundo, utiliser ce genre de formules évasives permet toujours de se justifier. Tertio, et c’est peut-être là le plus important, c’est en totale contradiction avec les faits. On voit mal, en effet, en quoi la gouvernance chinoise utilise de nouveaux outils et surtout face à la question du risque de « chaos » social, pour ne prendre qu’un exemple, les méthodes sont anciennes, ce sont celles de la répression – ainsi que l’a montré Willy Wo-Lap Lam à la fin de son chapitre dans ce même ouvrage.

  • 53 Sur ce point voir Mao Yushi cité par Guy Sorman in L’année du coq, Fayard, Paris, 2006, p. 147-153.
  • 54 Marianne Péron-D’Oise « Géopolitique de l’Asie du Sud-Est : la maritimisation des enjeux » in Diplo (...)

41On pourrait donc reprocher à Ramo une inadéquation entre la politique menée telle qu’elle est présentée dans Le consensus de Pékin, et la politique du PCC dans les faits. Citons ainsi deux points qui font sans doute le plus polémique : respectivement les second et troisième « théorèmes » de Ramo. On constate, contrairement à ce qu’affirme Ramo, que la croissance chinoise est très vite devenue un enjeu en soi pour le pouvoir53. D’autre part les affirmations de Ramo vont à l’encontre des faits. On constate en effet que si l’indice de Gini a baissé de 1978 à 1989, il n’a en revanche fait qu’augmenter depuis 1992 pour atteindre aujourd’hui 0,61. Autrement dit, alors qu’on croyait que le développement chinois suivait le modèle déjà emprunté par le Japon ou la Corée du Sud avant lui avec l’émergence d’une large classe moyenne et une répartition de la richesse assez homogène. On constate, à l’inverse, que la croissance chinoise se fait de plus en plus inégalitaire. Pour ce qui est de l’émergence d’une Chine pacifique et dépourvue de toute visée hégémonique, là encore les faits semblent donner tort à Ramo. La montée des tensions en Asie du Sud-Est nous amène plutôt à opter pour une vision plus nuancée. La Chine a, en effet, toujours été assez réticente aux accords multilatéraux. N’en déplaisent aux tenants du consensus de Pékin, les récentes tensions dans la région (Paracel, Spratley, Daoyu) montrent que « la Chine n’a pas pour autant délaissé son approche diplomatique préférentielle, soit un mode bilatéral combinant séduction et pression, soft et hard power »54.

  • 55 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 60.

42Dans sa conclusion, Ramo écrit à propos de son concept : « Le consensus de Pékin offre un nouvel espoir au monde. Après l’échec du consensus de Washington, l’implosion de l’économie argentine, une grande partie du monde est tant l’incertitude ne sachant pas vers quel modèle de développement se tourner. Les idées essentielles de ce qui se passe en Chine – l’innovation, l’asymétrie, l’accent mis sur l’égalité l’exploration de nouvelles idées de citoyenneté – interpellent les nations qui ambitionnent au développement et à la sécurité mais qui ont été témoins depuis des années de l’échec des modèles de développement qui dépendent trop de l’assistance des nations développées »55. Si on peut estimer que l’argumentaire de Ramo est plus que discutable sur les questions « d’innovation, asymétrie, et d’accent mis sur l’égalité », son ouvrage présente en revanche le mérite majeur de mettre en avant – ou du moins de tenter une explication – de ce qui fonde le pouvoir d’attraction de la Chine aujourd’hui – principalement auprès des autres nations en développement.

43Précisons, pour autant, qu’il ne faudrait en aucun cas voir Le consensus de Pékin comme un ouvrage naïf, de propagande au service du PCC. Faisons, en effet, à Ramo le crédit de l’honnêteté intellectuelle. Son but n’est pas de faire l’apologie du régime communiste. La problématique est en effet plus subtile : une opposition directe à la politique menée en Chine aujourd’hui conduirait la Chine à la pauvreté, donc à l’instabilité, donc à l’effondrement. Pour lui, le monde entier pâtirait d’un effondrement de la Chine. Sa position est donc, non pas de soutenir le PCC, mais de soutenir l’émergence de la Chine.

B. Prendre le consensus de Pékin au sérieux

  • 56 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 41.
  • 57 Jean-Louis Margolin, article cité. p. 104.

44Il n’est cependant que trop aisé de déconstruire le discours sur le consensus de Pékin. Comme nous avons essayé de le montrer dans ces lignes, le consensus de Pékin recèle une part d’opportunisme politique dans une Chine post-Tiananmen – où le pouvoir est à la recherche d’une relégitimation de son autorité – mais il sert également un pouvoir essentiellement soucieux de préserver son monopole du pouvoir dans un contexte de croissance et de sécurité intérieure. Tout comme le discours asiatiste hier, le consensus de Pékin en étant réapproprié par les autorités chinoises se veut, par définition, une représentation mythique de la réalité. « Comme tel, il encourt inévitablement deux critiques : travestir les faits en oubliant le rôle de l’Occident et en majorant celui de la discipline sociale dans le développement des économies asiatiques, et en exagérer le caractère « asiatique » de valeurs que l’on décèle dans d’autres civilisations, notamment l’Occident. Travestissement et exagération s’expliquent par le présent. La construction d’un mythe idéologique répond à des nécessités contemporaines. »56 Pour paraphraser ce que disait Margolin hier de l’asiatisme, on pourrait dire que « la faiblesse constitutive, les apories de l’argumentaire [du consensus de Pékin] ne sauraient cependant faire négliger l’importance de son impact en Extrême Orient mais aussi ailleurs […] : il n’est pas nécessaire qu’une idéologie soit pertinente ou même seulement cohérente pour qu’elle produise des effets, comme l’a surabondamment prouvé le [XXe siècle]. »57 Mais autant hier pour l’asiatisme qu’aujourd’hui pour le consensus de Pékin, ce serait se tranquilliser à peu de frais que de s’arrêter là. Le message du consensus de message du consensus de Pékin connaît d’ores et déjà une portée large pour plusieurs raisons. Primo, parce que les résultats de l’économie chinoise plaident pour lui. Avec le consensus de Pékin, c’est toute la promesse du défi de la modernité auquel est confrontée l’Asie orientale depuis l’intrusion violente des canonnières occidentales au milieu du XIXe siècle. Ce projet de développement par un État fort et stratège ne fait-il pas échos finalement à l’ambition de tous les réformateurs de la fin du XIXe siècle – celui du fuguo bingqiang ou un État riche et une armée forte. Mais le message du consensus de Pékin porte, aussi, car il pointe, non sans pertinence parfois, les carences des démocraties occidentales. Le consensus de Washington, en effet, avait tendance à présenter la démocratisation dans une visée utilitariste – à savoir, la démocratie permet la croissance – et procédurière – la démocratie repose essentiellement sur l’existence d’un parlement et d’élections. Or, le consensus de Pékin n’arrive que trop bien à déconstruire ces deux arguments. Il offre un contre-exemple de croissance sans démocratie. Pis, il montre les carences des démocraties occidentales : désaffection électorale, crise de confiance envers les élus, incapacité à lutter efficacement contre l’exclusion, violence ou encore destruction de la structure familiale.

  • 58 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 30.
  • 59 Pan Wei, « The Chinese Model of Development », 11 octobre 2007, Londres, Foreign Policy Center.

45Sur le fond, pour paraphraser Domenach, « le véritable apport du [consensus de Pékin] consiste seulement à ajouter que la balance des forces économiques traduit une balance des forces plus profondes, qui sont de nature morale et culturelle »58. La force de persuasion du consensus de Pékin tient donc aussi pour partie, à une défiance envers l’Occident qui est bien perçu comme cherchant à compenser son recul économique par une volonté de contrôle politique en imposant sa vision des droits de l’homme, de la démocratie et du rôle de l’État. C’est ce que ne manquait pas de faire remarquer le penseur nouveau-confucéen – et proche du pouvoir – Pan Wei lors d’une intervention au Foreign Policy Center de Londres : « Je me souviens que M. Pattern, le dernier gouverneur de Hong Kong, avait écrit son étonnement sur le sujet suivant : l’Inde a des dirigeants élus mais le gouvernement indien malmène son peuple ; alors que le gouvernement communiste chinois n’est pas vraiment élu mais il se soucie du bien-être de son peuple comme le feraient des parents envers leurs enfants. »59 Ce retour par le débat sur les valeurs asiatiques reste donc au plus près des préoccupations de la Chine contemporaine. Primo, parce que, de par son développement, la Chine questionne sa place en Asie et son rapport avec son « asianité » (voir sur ce point les considérations des chapitres 2 et 7). Plus fondamentalement, le consensus de Pékin tel qu’il se présente aujourd’hui, mythe confucéen ou idéal type, porte en lui l’idée d’harmonie et exclu le débat. Or le débat, comme le soulignait déjà Hannah Arendt, est au cœur de la démocratie. Refuser l’opposition au nom d’une harmonie bienheureuse ne fait que repousser l’idée démocratique dans l’espace public. D’autre part, dans la mesure où l’on s’attache à souligner les particularismes chinois mais aussi le fait que la croissance chinoise n’a pas été orthodoxe (au sens de la théorie économique), il ne peut que sembler opportun de soulever l’hypothèse de l’importance de la variable culturelle.

Conclusion : de l’importance de l’économie confucéenne

  • 60 Dani Rodrick, One Economics, Many Recipies, Princeton University Press, Princeton NJ, 2007.
  • 61 Philippe D’Iribarne, La logique de l’honneur, Seuil, Paris, 1989.

46Faut-il alors se limiter à ne voir le consensus de Pékin que comme un concept habilement récupéré à des fins de propagandes ? N’agirait-il là que comme un vernis servant à justifier ou à légitimer le maintien de la dictature du PCC ? Si Pékin a très largement repris le discours et le vocabulaire confucéen cela ne signifie pas pour autant que l’influence de la tradition confucéenne n’ait pas joué dans les bonnes performances de l’économie chinoise. S’il est acquis désormais que le capitalisme ne s’incarne pas aujourd’hui comme il a pu s’incarner hier, il nous faut aussi considérer que les acteurs, et leur rapport à l’économique, eux aussi, diffèrent. Ou, pour reprendre la formule de Dani Rodrick, s’il existe une science économique, il y a bien des manières de la mettre en application60. À cet égard, la singularité de la culture confucéenne prend toute sa mesure. Malgré l’insertion dans la mondialisation, les comportements individuels demeurent toujours fortement marqués par la culture traditionnelle. Loin d’être un legs de la période impériale, les valeurs confucéennes persistent encore solidement dans à la base des mentalités chinoises : dévouement au groupe, importance donnée à la confiance. Ce « terreau culturel » a permis le développement d’un rapport au travail et à l’économie tout à fait propre aux mondes chinois. On retrouve ainsi dans les sociétés de tradition confucéenne un accent mis sur la collectivité ainsi que sur la contribution à la nation. La raison d’être des entreprises consiste alors à contribuer au développement et à la prospérité de la nation. Loin d’être une pensée du conservatisme et de l’ordre social, le confucianisme dans la sphère économique sait aussi se montrer être une éthique de la réalisation de groupe et la persévérance. On retrouve ainsi cette recherche de la sauvegarde de « l’harmonie sociale » dans la plupart des philosophies d’entreprises. Cela signifie que l’individu mette au second plan son opinion propre une fois la décision prise pour l’intérêt de l’ensemble du groupe. Mais cela signifie, aussi, l’effort permanent de l’individu, le dépassement de soi dans l’intérêt du groupe. Il nous faut alors, forts de ce constat, non pas limiter le rapport confucéen à l’économie au seul consensus de Pékin. C’est bien des expériences chinoises – en République populaire bien sûr mais aussi à Taiwan, à Hong Kong et à Singapour – dont il faut alors parler. Car l’héritage de Maître Kong, loin d’être l’exclusivité du consensus de Pékin – et à plus forte raison du PCC –, demeure bien vivant aujourd’hui. « Il apparaît que l’unification des mœurs n’est souvent que superficielle, que l’adoption des jeans et du coca-cola peut aller de pair avec une défense virulente de maints particularismes. […] Plus l’internationalisation devient réalité, plus il est clair que les cultures demeurent »61.

Notes

1 Sur ce point, voir notamment Max Weber, confucianisme et Taoisme, (Konfuzianismus und Taoismus), Paris, Gallimard, 2000 (pour la présente édition, et 1916 pour la première édition).

2 Avner Grief, « Cultural Beliefs and the Organization of Society: A Historical and Theoretical Reflection on Collectivist and Individualist Societies », The Journal of Political Economy, vol. 102, n° 5, octobre 1994, p. 912-950, DOI : 10.1086/261959. http://www.stanford.edu/~avner/Greif_Papers/1994%20Greif%20Cultural%20Beliefs%201994.pdf ; Avner Greif, Institutions and the path to the modern economy: lessons from medieval trade, Cambridge University Press, 2006, ISBN : 978-0-521-48044-4, http://books.google.com/books?id=2cwCxLA0gNQC ; Avner Greif, Family Structure, Institutions, and Growth: The Origins and Implications of Western Corporations, SSRN, American Economic Review, 2006, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=875008 ; Avner Greif & Guido Tabellini, Cultural and Institutional Bifurcation: China and Europe Compared, SSRN, American Economic Review, 2010, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1532906 ; Avner Greif & Guido Tabellini, The Clan and the City: Sustaining Cooperation in China and Europe, SSRN, 2012, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2101460.

3 Date des premières réformes économiques.

4 Yang Yao, « The End of the Beijing Consensus », in Foreign Affairs, 2 février 2010, http://www.foreignaffairs.com/articles/65947/the-end-of-the-beijing-consensus.

5 Joshua Cooper Ramo, The Beijing Consensus, the Foreign Policy Center, Londres, 2004.

6 Yang Yao, op. cit.

7 D’après la banque Mondiale, le PIB par habitant s’élevait à 6 000 US$ en 2009 en parité de pouvoir d’achat.

8 Au début des années 1980 quand la politique de réformes économiques est mise en place, la population chinoise était à 80 % rurale. Aujourd’hui, on estime que 60 % de la population est rurale. À l’horizon 2020 ou 2030 la population urbaine devrait être majoritaire et représenter environ 60 %.

9 L’effet Gerschenkron – du nom de l’économiste Alexander Gerschenkron – explique qu’un pays arrivé tardivement au développement connaîtra un taux de croissance proportionnellement plus élevé que la variation des capitaux investis. Il s’agit donc d’un effet de rattrapage rapide.

10 Sur ce point, voir par exemple Paul André, « La dimension confucéenne du soft power chinois », in Monde Chinois, vol. 25, printemps 2011, p. 60-68.

11 Angus Madison, The World Economy : A Millennial Perspective, Washington, Brookings Institute Press, 2007.

12 Jean-François Dufour, Hong Kong, Le Monde éditions, 1997, p. 34.

13 Sur ce point, voir notamment l’analyse d’Emmanuel Lincot et Paul André dans le chapitre 3.

14 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 2.

15 Ibid. p. 55.

16 Ibid. p. 45.

17 Ibid. p. 11.

18 Ibid. p 15.

19 Ibid. p. 12.

20 Ibid. p. 50.

21 Ibid. p. 48.

22 Ibid. p. 2-3.

23 Le discours sur les valeurs asiatistes fut essentiellement par les élites au pouvoir de Singapour et de Malaisie. Mais le discours développé en Malaisie tentait d’articuler les valeurs asiatiques à l’Islam (élément fondateur de l’identité nationale malaisienne). Le discours singapourien, lui pour des raisons démographiques évidentes, insistait davantage sur l’héritage confucéen et chinois d’une manière plus générale. On comprend donc sans peine pourquoi la Chine regarda plus facilement vers Singapour que Kuala Lumpur. Cependant, on peut noter que les aspects les plus anti-occidentaux du discours chinois sur son modèle de développement reprennent plus facilement les arguments en provenance de Malaisie ou le discours aura toujours été plus agressif à l’égard de l’Occident.

24 Certaines formules du petit timonier insistant sur cette dimension pragmatique sont ainsi devenues quasiment les hymnes de la réforme : « peu importe que le chat soit blanc ou gris, l’important c’est qu’il attrape les souris » ou « traversons le gué à tâtons ».

25 Jean-Louis Margolin « Le rêve asiatique de Singapour » in David Camroux & Jean-Luc Domenach (dir.), L’Asie retrouvée, Seuil, Paris, 1997, p. 104.

26 Ibid., p. 104.

27 Jean-Luc Domenach « L’asiatisme, une idéologie pour l’Asie ? » in David Camroux & Jean-Luc Domenach (dir.), L’Asie retrouvée, Seuil, Paris, 1997, p. 22.

28 Ibid. p. 26.

29 Jean-Louis Margolin, article cité, p. 108.

30 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 5.

31 Ibid., p. 5.

32 Jean-Luc Domenach, op. cit., p. 29.

33 Comme le rappelle Domenach (article cité), « le temps fort de la coalition asiatique semble avoir été, en mars 1993, la réunion régionale de préparation à la conférence mondiale de Vienne. Chuan Leekpai, Premier ministre Thailandais, avait alors fait pencher la balance en faveur des Singapouriens et des Chinois en déclarant que la mise en œuvre des droits de l’homme varie en fonction des situations historiques, culturelles et économiques ».

34 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 36.

35 Sur ce point voir notamment, Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin, les promesses de la voie chinoise, Paris, Max Milo, 2009 ; Marie-Claire Bergère, Le nouveau capitalisme d’État, Paris, Fayard, 2013 ; Michel Aglietta & Guo Bai, La voie chinoise, capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob, 2012 ; Wang Gungwu (dir.), Interpreting China’s development, Singapour, World Scientific Publishing, 2007 ; Yang Dali (dir.), Discontented Miracle : Growth, Conflicts, and Institutional adaptation in China, Singapour, World Scientific, 2007 ; Willy Wo-Lap Lam, Chinese Politics in the Hu Jintao Era, New York, ME Sharpe, 2006.

36 Guy Sorman, L’économie ne ment pas, Paris, Fayard, 2008, p. 254.

37 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 5.

38 Wu Zending, The Era of Globalization and Chinese Civilization, Shaanxi Normal University, 23 février 2006. Voir aussi Kishore Mahbubani, Le Défi Asiatique, Fayard, Paris, 2008, p. 149.

39 Patelin cité par Bilahari Kausikan, « Asia’s Different Standard » in Foreign Policy, hiver 1993, p. 32.

40 Mark Beeson, « The rise and fall (?) of the developmental state: The vicissitudes and implications of East Asian interventionism », in Linda Low (dir.), Developmental States: Relevant, Redundant or Reconfigured?, Nova Science Publishers, New York, 2004, p. 29-40.

41 Bernard Stevens, Le nouveau capitalisme asiatique, Academia Bruylant, Louvain la Neuve, 2009.

42 Michel Aglietta & Yves Landry, La Chine vers la superpuissance, Economica, Paris, 2007, p. 16.

43 Ibid, p. 20.

44 Ibid. p. 23.

45 Ibid. p. 36.

46 Ibid. p. 21.

47 Ibid. p. 12.

48 Huang Yasheng, Capitalism with Chinese Characteristics: Entrepreneurship and the State, Cambridge University Press, New York, 2008 et Huang Yasheng, « Rethinking the Beijing Consensus » in Asia Policy, n° 11, janvier 2001, p. 1-26.

49 Huang Yasheng, article cité, p. 10.

50 Jashua C. Ramo, op. cit., p. 4.

51 Cheng Xianong, « Comment évaluer l’état de l’économie chinoise ? » in Marie Holzmam et Chen Yan (dir.), Écrits édifiants et curieux sur la Chine du XXIe siècle, L’aube, La Tour d’aigues, 2003, p. 81-103.

52 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 12

53 Sur ce point voir Mao Yushi cité par Guy Sorman in L’année du coq, Fayard, Paris, 2006, p. 147-153.

54 Marianne Péron-D’Oise « Géopolitique de l’Asie du Sud-Est : la maritimisation des enjeux » in Diplomatie Grands Dossiers, n° 9, juin-juillet 2012 p. 30-33.

55 Joshua C. Ramo, op. cit., p. 60.

56 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 41.

57 Jean-Louis Margolin, article cité. p. 104.

58 Jean-Luc Domenach, article cité, p. 30.

59 Pan Wei, « The Chinese Model of Development », 11 octobre 2007, Londres, Foreign Policy Center.

60 Dani Rodrick, One Economics, Many Recipies, Princeton University Press, Princeton NJ, 2007.

61 Philippe D’Iribarne, La logique de l’honneur, Seuil, Paris, 1989.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Évolution du PIB chinois, en centaines de millions de dollars US.
Crédits Source : China Statistical Yearbook.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 2. Évolution du PIB/habitant chinois, en dollar US.
Crédits Source : China Statistical Yearbook.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540