Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Chapitre 8. La diplomatie économique de la Chine en Asie du Sud-Est

Candice Tran Dai

Résumé

Longtemps marquée par l’influence chinoise, l’Asie du Sud-est s’est émancipée progressivement à partir du milieu du XIXe de son gigantesque voisin. Le décollage économique entamé à la fin des années 1970, fait de la Chine un nouvel acteur majeur de cette région du monde. Cette communication analyse les relations de la Chine avec l’Asie du Sud-est dans le contexte de la crise économique mondiale.
Pékin a développé une stratégie de rapprochement avec ces États, fondée sur les échanges commerciaux, l’investissement et l’aide au développement. Il apparaît que la Chine fructifie mieux que le Japon sur le plan politique sa pénétration économique.

Texte intégral

Introduction

1La Chine a opéré un changement de sa politique économique vis-à-vis de l’Asie du Sud-Est, qui a évolué et progressé dans le temps et que l’on peut découper en plusieurs grandes étapes. La première étape, celle des premiers pas, correspond aux années 1980, période au cours de laquelle la Chine établit ou restaure ses relations commerciales avec plusieurs pays d’Asie du Sud-Est : la Chine ouvre notamment un bureau de représentation commerciale à Singapour (1981) et restaure ses relations commerciales avec l’Indonésie (1985). La deuxième étape, qui traduit une orientation claire de la part de la Chine en direction de l’Asie du Sud-Est, correspond à la fin des années 1990, avec en particulier pour point culminant la crise financière asiatique de 1997-1998 et pour facteur déterminant la participation active de la Chine aux instances régionales de dialogue. La troisième étape, celle de la confirmation de la politique économique proactive de la Chine envers ses voisins d’Asie du Sud-Est, correspond aux années 2000, avec l’entrée de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001. La quatrième étape, depuis l’avènement de la crise économique et financière de 2007-2008, constitue une phase d’accélération du rapprochement économique entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, avec également pour point d’orgue l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Chine-ASEAN (China-ASEAN Free Trade Area, CAFTA) au début de l’année 2010.

2La politique économique de la Chine en Asie du Sud-Est a suivi l’évolution et l’amélioration de ses relations politiques avec les États d’Asie du Sud-Est. Depuis la création de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ANASE/ASEAN) en 1967, la politique chinoise envers l’Asie du Sud-Est est passée de l’idéologie au pragmatisme et à l’opportunisme. Sur le plan politique, dans les années 1950 et 1960, la jeune République populaire de Chine créée en 1949 entretient des relations difficiles et hostiles avec l’Asie du Sud-Est. Des échanges éphémères de reconnaissance diplomatique ont eu lieu avec quelques pays d’Asie du Sud-Est (Indonésie, Viêt-Nam, Laos) mais il faut attendre le milieu des années 1970 pour commencer à entrevoir une amorce de changement dans les relations politiques entre la Chine et l’Asie du Sud-Est. En effet, durant cette période, des échanges de reconnaissance diplomatique sont établis avec trois pays d’Asie du Sud-Est : Malaisie (1974), Thaïlande et Philippines (1975). Au tournant des années 1990, la Chine normalise ses relations politiques avec plusieurs pays d’Asie du Sud-Est : en 1989, la Chine normalise ses relations avec le Laos ; en 1990, la Chine restaure ses relations diplomatiques avec l’Indonésie et établit un échange de reconnaissance diplomatique avec Singapour ; en 1991, la Chine normalise ses relations avec le Viêt-Nam.

3La politique économique de la Chine vis-à-vis de l’Asie du Sud-Est s’inscrit par ailleurs dans le cadre de l’« Open-door Policy » (1978) et de la « Go-global Policy » (2002). Il est clair que le rapprochement économique et commercial de la Chine avec les pays d’Asie du Sud-Est suit la stratégie de développement économique de la Chine. De la part de la Chine, il y a non seulement une convergence de son agenda politique et de son agenda économique mais également une profonde cohérence. Ceci tend à nous montrer également en quoi les frontières entre politique intérieure chinoise et politique extérieure chinoise, entre affaires internes et relations extérieures peuvent être floues.

4La formidable émergence de la Chine en tant que nouvel acteur économique de poids sur la scène globale n’est pas sans poser un défi d’une ampleur inédite pour les pays d’Asie du Sud-Est. La Chine n’a eu de cesse de monter en puissance dans la région de l’Asie du Sud-Est tant et si bien qu’elle tendrait désormais à apparaître plus comme une opportunité que comme une menace aux yeux de ses voisins, tout du moins sur le plan économique. La stratégie de la Chine mise en œuvre sur le plan économique et commercial avec les pays d’Asie du Sud-Est et l’ensemble ASEAN doit servir les intérêts de son propre développement économique tout en lui permettant de contribuer à asseoir ses ambitions politiques régionales. C’est en ce sens que l’on peut parler d’une Chine, qui exerce une véritable diplomatie économique dans la région Asie du Sud-Est. À ce titre, la Chine démontre une grande habileté dans sa capacité à mettre la puissance économique et commerciale au service d’une stratégie politique et géopolitique.

5Le déploiement de la diplomatie économique de la Chine en direction de l’Asie du Sud-Est soulève plusieurs questions de fond : comment la diplomatie économique de la Chine s’exerce-t-elle auprès des pays de l’Asie du Sud-Est ? Comment se matérialise-t-elle ? Quels sont les motivations, les objectifs et la stratégie de la Chine dans sa volonté de rapprochement économique et commercial avec l’Asie du Sud-Est ? Qu’en est-il du côté des pays de l’Asie du Sud-Est ? S’agit-il d’une simple relation courtisan-courtisé ? Les pays d’Asie du Sud-Est sont-ils pour autant passés de la perception d’une « menace chinoise » à l’adoption d’une vision fondée sur une « opportunité chinoise » ?

1. Facteurs déterminants dans le rapprochement économique et commercial entre la Chine et l’Asie du Sud-Est

6C’est véritablement au tournant de la décennie 1990 que les relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, et partant les relations économiques et commerciales entre les deux parties, vont connaître une profonde mutation. Cette nouvelle donne résulte non seulement de la conjonction de plusieurs facteurs conjoncturels déterminants mais aussi, de la part de la Chine, d’une politique volontariste d’engagement auprès des États de la région de l’Asie du Sud-Est. Ces derniers ont quant à eux également engagé une politique proactive de rapprochement politique et économique avec la Chine.

A. 1989 : une année charnière sur le plan politique

7L’année 1989 est porteuse de deux événements majeurs pour l’amélioration des relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est : la posture nuancée des pays d’Asie du Sud-Est face aux événements de la place Tiananmen du 4 juin 1989 et le retrait total des troupes vietnamiennes hors du Cambodge en septembre 1989.

8L’intervention du Viêt-Nam au Cambodge en décembre 1978 et l’occupation de facto du pays qui s’en est suivi ont suscité de réelles divisions au sein de l’ASEAN. Pour les États de l’Asie du Sud-Est, la question était finalement de savoir si c’était plutôt le Viêt-Nam ou la Chine qui constituait alors une plus grande menace pour la sécurité de la région. Certains États tels l’Indonésie considéraient qu’il fallait surtout se méfier de la Chine alors que d’autres États tels la Thaïlande exprimaient des craintes vis-à-vis du Viêt-Nam. La « leçon punitive » de la Chine au Nord du Viêt-Nam en 1979, suite à l’intervention du Viêt-Nam contre le régime des Khmers rouges au Cambodge, et la diplomatie active de la Chine pour s’arroger à l’époque le soutien des États de l’Asie du Sud-Est face au Viêt-Nam marquent la volonté de la Chine de réaffirmer sa prééminence en Asie et ce dans le contexte de la rupture sino-soviétique. La fin du conflit indochinois en 1989 contribue à ouvrir la voie à une nouvelle donne dans les relations politiques entre la Chine et ses voisins d’Asie du Sud-Est.

9Dans le prolongement de l’impact de la fin du conflit indochinois, la posture nuancée de l’ensemble des pays de l’Asie du Sud-Est face aux événements de la place Tiananmen de juin 1989 constitue un élément décisif dans le rapprochement de la Chine et de l’Asie du Sud-Est sur le plan politique. En effet, la sévère répression exercée par le gouvernement chinois via l’intervention de l’armée fait l’objet de vives critiques de par le monde. En Occident, la condamnation est quasi-unanime. Un embargo sur la vente d’armes à la Chine est décrété. La Chine se retrouve dès lors très largement isolée et ostracisée. Du côté des pays d’Asie du Sud-Est, les réactions sont beaucoup plus nuancées, notamment au nom du sacro-saint principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Peu de commentaires directs, pas de sanctions économiques, pas de critiques frontales mais une politique plus nuancée, voire une politique d’appui discret et des critiques à l’encontre des sanctions occidentales. La politique de la main tendue exercée par les États d’Asie du Sud-Est va dès lors très clairement peser dans la balance face à un monde occidental, qui apparaît aux yeux de Pékin engagé sur le terrain d’un bras de fer politique.

B. 1991 : le début d’une politique d’engagement réciproque de la part de la Chine et de l’ASEAN

10On peut faire remonter la première rencontre véritablement officielle entre la Chine et l’ensemble ASEAN à juillet 1991, date à laquelle Qian Qichen, alors ministre chinois des Affaires étrangères est invité à la séance d’ouverture de la 24e réunion des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN à Kuala Lumpur. Cet événement marque le début du processus de dialogue entre la Chine et l’ASEAN. Il est vrai que le contexte particulier de l’époque est alors plutôt favorable à cette nouvelle politique d’engagement réciproque. En effet, à la date de 1991, la Chine a restauré ou établi des relations diplomatiques avec l’ensemble des États d’Asie du Sud-Est. En outre, avec la fin de la Guerre froide, l’Asie-Pacifique cherche à emprunter la voie de la paix et du développement dans le cadre d’une forme de réémergence du régionalisme local. D’une manière générale, on peut distinguer au moins trois étapes dans le processus de développement des relations entre la Chine et l’ASEAN. La première étape (1991-1996) correspond à une période d’approfondissement du dialogue entre les deux parties ; la deuxième étape (1997-2002) traduit l’affirmation d’une politique de bon voisinage et de confiance mutuelle entre les deux parties ; la troisième étape (depuis 2003) traduit une volonté mutuelle de construction d’une véritable relation de partenariat entre les deux parties. En 1997, la Chine et l’ASEAN établissent un partenariat de bon voisinage et de confiance mutuelle. En 2003, la Chine et l’ASEAN établissent un partenariat pour la paix et la prospérité pour le XXIe siècle. Ainsi, le mécanisme d’engagement réciproque entre la Chine et l’ASEAN va-t-il suivre un cheminement progressif et évolutif dans le temps, qui est le fait des deux parties et qui repose sur une politique volontariste.

C. 1997 : le début de la réaffirmation de la politique chinoise de bon voisinage

11Le concept de bon voisinage dans la politique étrangère chinoise n’est pas un principe entièrement nouveau mais il a été réaffirmé de manière constante depuis le milieu des années 1990.

  • 1 Texte du rapport en langue chinoise disponible à l’URL suivante : http://www.zhushan.gov.cn/zsdj/ws (...)

12Lors du 15e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est tenu en septembre 1997, Jiang Zemin a réaffirmé dans son rapport au Congrès la nécessité pour la Chine « d’adhérer à une politique de bon voisinage » : 要坚持睦邻友好 (yao jianchi mulin youhao)1. Jiang Zemin précise que « celle-ci a toujours été la position constante de la Chine et elle ne changera pas » : 这是我国的一贯主张, 决不会改变 (zhe shi wo guo de yiguan zhuzhang, jue bu hui gaibian).

13Le 16 décembre 1997, à l’occasion du premier sommet informel ASEAN-Chine à Kuala Lumpur en Malaisie, Jiang Zemin confirme que la Chine veut être « un bon voisin, un bon partenaire et un bon ami des nations d’Asie du Sud-Est » et a fait un discours intitulé : « Établir un partenariat de bon voisinage de confiance mutuelle orienté vers le XXIe siècle ».

14À l’occasion du 16e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est tenu en novembre 2002, Jiang Zemin affirme que la Chine va « continuer à consolider ses liens amicaux avec les pays voisins et poursuivre la construction d’une relation de bon voisinage et de partenariat avec eux ». Jiang Zemin ajoute que « la Chine va intensifier la coopération régionale et renforcer les échanges et la coopération avec les pays voisins »2. C’est également la première fois que la politique de bon voisinage est inscrite comme pierre angulaire des relations avec les pays voisins sous la formule suivante : « entretenir des relations d’amitié avec les pays voisins, entretenir des relations de partenariat avec les pays voisins » (与邻为善, yulin wei shan ; 与邻为伴, yulin wei ban).

15Le 7 octobre 2003, à l’occasion de l’ASEAN Business and Investment Summit, Wen Jiabao réaffirme la politique de bon voisinage de la Chine en précisant que la construction d’un « voisinage amical, en paix et prospère » dans la région constitue un élément déterminant dans la stratégie de développement de la Chine. La politique de bon voisinage de la Chine repose désormais sur un concept en trois volets exprimé par la formule suivante : un voisinage amical, un voisinage en paix, un voisinage prospère (睦邻 安邻 富邻, mulin, anlin, fulin)3.

  • 4 Voir notamment : « Les relations Chine-ASEAN sont cruciales pour l’Asie », Le Quotidien du Peuple, (...)
  • 5 Source : « Le PM chinois propose de renforcer les relations entre l’ASEAN et la Chine », Le Quotidi (...)
  • 6 Source : « Full text of Chinese premier Wen Jiabao’s speech at Balai Kartini of Indonesia », Xinhua (...)
  • 7 Source : « China seeks shared development, pragmatic cooperation with ASEAN », Xinhua, 21 juillet 2 (...)

16Il convient à ce titre de noter que lors de sa visite à Singapour en novembre 2010, Xi Jinping, alors vice-président de la République populaire de Chine et vice-président de la Commission militaire centrale, d’ores et déjà appelé à succéder à Hu Jintao, a très clairement réitéré le principe de la politique de bon voisinage de la Chine avec l’Asie du Sud-Est. Il a en effet indiqué que les relations d’amitié et de coopération entre la Chine et l’ASEAN sont essentielles au maintien et à la promotion de la paix, de la stabilité et de la prospérité en Asie et que la Chine poursuivra ses relations de bon voisinage4. De même à l’occasion du 13e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Hanoï en octobre 2010, Wen Jiabao, alors Premier ministre, a indiqué que la Chine souhaite être « un bon voisin, un bon ami et un bon partenaire de l’ASEAN »5. Lors de sa visite en Indonésie en avril 2011, Wen Jiabao a prononcé un discours le 30 avril 2011, à Balai Kartini à Jakarta, dans lequel il a réaffirmé le principe de la politique chinoise de bon voisinage vis-à-vis de l’ASEAN6. Yang Jiechi, alors ministre chinois des Affaires étrangères, a réitéré ce principe à l’occasion de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN+3, qui s’est déroulé à Bali en Indonésie à la fin du mois de juillet 20117.

D. 1997-1998 : la crise financière et boursière asiatique

  • 8 En 1994, la Chine passe en change fixe avec le dollar. La question qui se pose dès lors, dans le co (...)

17La crise financière et boursière asiatique de 1997 marque un tournant majeur sur le plan économique dans les relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, à l’instar du premier tournant majeur de l’année 1989 sur le plan politique. En effet, on peut considérer que, des deux côtés, jusqu’à cette date, la méfiance et l’incertitude hantent encore plus ou moins les esprits et ce dans un contexte de tensions liées aux conflits territoriaux en mer de Chine du Sud. Alors que, comme on l’a vu précédemment, la Chine s’est, malgré tout, engagée dans une diplomatie active en direction des pays d’Asie du Sud-Est depuis le tout début des années 1990, la crise asiatique de 1997 va lui permettre d’amorcer une nouvelle donne dans les relations avec ses voisins au sud de ses frontières. La Chine, qui a annoncé qu’elle ne dévaluerait pas sa monnaie8, véritable hantise des pays d’Asie du Sud-Est à l’époque, va dès lors apparaître sous un nouveau jour. À la faveur de la crise asiatique de 1997, la Chine va saisir ce moment de grande faiblesse des États d’Asie du Sud-Est pour le transformer à son avantage en s’engageant dans la promotion de relations constructives avec ses voisins d’Asie du Sud-Est, des relations qui vont dès lors être fondées sur une diplomatie économique affûtée et très proactive. La Chine décide d’octroyer un prêt de 1 milliard de dollars à la Thaïlande, d’accorder des prêts à taux préférentiel au Myanmar, au Viêt-Nam et au Laos et d’apporter une aide financière à l’Indonésie, au Myanmar, au Viêt-Nam, au Laos et au Cambodge. Pour les pays d’Asie du Sud-Est, l’attitude conciliante et les mesures pragmatiques adoptées par la Chine contrastent très fortement avec l’attitude arrogante et les mesures coercitives dictées par le Fonds monétaire international (FMI) et les bailleurs de fonds internationaux. L’image de la Chine dans la région s’en trouve largement améliorée et grandie, ce qui conforte également Pékin dans son rôle à jouer dans la région.

E. 2007-2008 : la crise économique et financière internationale

18Dans le contexte de la crise économique et financière internationale, l’une des questions que l’on est amené à se poser est celle de savoir de quelle manière sont impactées les relations de la Chine et de l’Asie du Sud-Est. Dix ans après la crise asiatique de 1997, alors que la Chine avait donné des gages de sa bonne volonté et de sa bienveillance envers les pays de la région, notamment en écartant l’option d’une dévaluation de sa monnaie, l’ASEAN considérée dans son ensemble mais aussi chacun des États de la région individuellement ont les yeux rivés sur la Chine. La tendance lourde, déjà amorcée en 2008 et qui n’a fait que se renforcer en 2009 et en 2010, réside dans l’expression d’une forte volonté de concertation et de coopération face à la crise actuelle. Comme lors de la crise asiatique de 1997, la Chine a décidé de pratiquer la politique de la main tendue en direction des États d’Asie du Sud-Est. Certes, le contexte est sensiblement différent : les échanges économiques et commerciaux entre la Chine et l’Asie du Sud-Est témoignent d’une intégration croissante de la Chine au sein des circuits régionaux et la naissance de la zone de libre-échange Chine-ASEAN en 2010 ne fait que conforter cette tendance. À l’occasion du forum de Bo’ao en avril 2009, la Chine annonce la création d’un nouveau fonds d’investissement et l’octroi de prêts, destinés à soutenir l’ASEAN face à l’impact de la crise économique et financière internationale. L’initiative comprend une aide de 10 milliards de dollars, destinée à la coopération dans la construction d’infrastructures, l’énergie et le développement des ressources naturelles ainsi que l’amélioration des réseaux d’information et de communications. La Chine a également annoncé qu’elle débloquerait une ligne de crédit de 15 milliards de dollars d’ici trois à cinq ans pour les pays les plus nécessiteux de l’ASEAN. Une enveloppe de 39,7 millions de dollars sera consacrée à une « aide spéciale » destinée au Cambodge, au Laos et au Myanmar. La Chine a également annoncé vouloir investir dans d’autres formes d’assistance et d’aide, ce qui inclut notamment une offre de 2000 bourses d’études du gouvernement chinois et de 200 bourses d’études pour des diplômes de master, destinées aux étudiants du public des pays d’Asie du Sud-Est en développement.

2. Mise en œuvre de la diplomatie économique de la Chine et relations économiques et commerciales avec l’Asie du Sud-Est

19La diplomatie économique de la Chine en Asie du Sud-Est s’exerce à trois niveaux : au niveau régional, au niveau sous-régional et au niveau bilatéral. L’imbrication de ces trois niveaux d’échanges économiques et commerciaux entre la Chine et l’Asie du Sud-Est contribue très largement à démultiplier les canaux d’intégration économique entre les deux parties. Il convient cependant de garder à l’esprit que, tant du côté de la Chine que du côté des États du Sud-Est asiatique, le canal privilégié demeure celui des relations bilatérales.

A. Au niveau régional

20On peut affirmer que, jusqu’au milieu des années 1990, la Chine s’est toujours montrée très méfiante vis-à-vis des instances régionales de dialogue. Le développement des relations entre la Chine et l’ASEAN a suivi un processus gradué de « confidence-building » (restauration/renforcement de la confiance). Les relations économiques et commerciales entre les deux parties sont rapidement intégrées dans l’agenda global des relations entre la Chine et l’ASEAN.

21Dès septembre 1993, le Secrétaire général de l’ASEAN, Dato ’Ajit Singh se rend à Pékin et convient d’établir avec la Chine deux commissions paritaires, l’une sur la coopération scientifique et technologique, et l’autre sur la coopération économique et commerciale. Le 23 juillet 1994, la création des deux commissions paritaires est officialisée à Bangkok. En novembre 2000, lors du 4e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Singapour, le Premier ministre chinois Zhu Rongji propose pour la première fois d’établir une zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN. Un an plus tard, lors du 5e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Brunei, les deux parties conviennent d’établir une zone de libre-échange dans les dix années à venir. En novembre 2002, lors du 6e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Phnom-Penh, la décision de créer une zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN est entérinée. Les deux parties signent un accord-cadre sur la coopération économique globale entre l’ASEAN et la République populaire de Chine confirmant l’objectif de création d’une zone de libre-échange à l’horizon 2010. En novembre 2004, lors du 8e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Vientiane, les deux parties signent l’accord sur le commerce des marchandises. Celui-ci est entré en vigueur le 1er juillet 2005 pour l’ASEAN, et le 20 juillet 2005 pour la Chine. Le 1er juillet 2007, l’accord sur le commerce des services entre la Chine et l’ASEAN entre en vigueur. En août 2009, la Chine et l’ASEAN signent un troisième accord de libre-échange, à savoir l’accord sur les investissements.

22Le 1er janvier 2010 consacre la naissance officielle de la zone de libre-échange Chine-ASEAN. 2010 correspond à l’échéance pour la zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN à 6 (c’est-à-dire les six pays fondateurs de l’ASEAN que sont l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et Brunei) et 2015 pour la zone de libre-échange entre la Chine et l’ASEAN au complet, le Viêt-Nam, le Laos, le Myanmar et le Cambodge, c’est-à-dire les pays de la sous-région du Grand Mékong, ayant bénéficié d’un délai supplémentaire. Depuis la mise en place officielle de la zone de libre-échange Chine-ASEAN, plus de 90 % des produits sont exemptés de droits de douane entre la Chine et six pays membres de l’ASEAN, soit Brunei, les Philippines, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande et Singapour.

23Autre avancée significative au niveau régional : la création de l’Association interbancaire Chine-ASEAN le 29 octobre 2010. La première réunion du Conseil de l’Association s’est tenue en mai 2011 avec à la clé le projet de renforcer davantage les échanges entre les institutions financières et les entreprises de part et d’autre afin d’améliorer la coopération d’ensemble entre la Chine et l’ASEAN9.

B. Au niveau sous-régional

  • 10 La nouvelle Route 3 au Laos achevée en mars 2008, qui relie le nord du Yunnan à la Thaïlande via le (...)
  • 11 Le Yunnan joue à ce titre un rôle très actif en direction des États voisins du sud de la Chine mais (...)
  • 12 Source : « Le réseau ferré chinois à grande vitesse va s’étendre vers l’Asie du Sud-Est », Le Quoti (...)

24Bien qu’une plus grande attention soit généralement accordée aux initiatives régionales entre la Chine et l’ensemble ASEAN, telles que la zone de libre-échange Chine-ASEAN, il convient de noter que la Chine se montre également très active sur le front de la coopération économique et commerciale au niveau sous-régional. L’action de la Chine est notamment très visible dans la sous-région du Grand Mékong. La performance économique de la sous-région a été alimentée en partie par l’accroissement des échanges commerciaux, résultant de la transition vers des systèmes fondés sur l’économie de marché, et surtout par une intégration plus étroite avec les marchés extérieurs, et ce, en particulier, avec la Chine. Vue de Pékin, la participation de la Chine à la sous-région du Mékong est moins altruiste qu’elle n’y paraît. En effet, elle repose moins sur le désir de voir ses voisins du sud se développer davantage que sur celui de promouvoir son accès aux marchés d’exportation pour ses produits industriels et agricoles. Pour la Chine, le Mékong en lui-même est plutôt considéré davantage comme une source potentielle d’énergie plutôt que comme une artère commerciale. En effet, la voie fluviale du Mékong a été supplantée par un réseau plus efficace de routes reliant le sud de la province chinoise du Yunnan à l’Asie du Sud-Est10. En outre, la pénétration de la Chine dans la sous-région est à mettre également en parallèle avec la politique chinoise de désenclavement de ses provinces de l’Ouest11. Par ailleurs, la Chine estime que les nombreux corridors économiques mis en place dans la sous-région lui permettent également de bénéficier de voies de communication plus efficaces et plus rapides avec l’Asie du Sud-Est dans son ensemble. En témoignent notamment la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre la province du Yunnan et le Myanmar, le projet de connexion ferroviaire à grande vitesse entre la Chine et le Cambodge, le projet d’une ligne à grande vitesse pour relier le Yunnan et Vientiane ou encore le projet de construction d’une connexion ferroviaire entre la Chine et le Viêt-Nam. De même, un projet de connexion ferroviaire est à l’heure actuelle à l’étude pour relier la Thaïlande, la Chine et plusieurs pays d’Asie du Sud-Est12.

C. Au niveau bilatéral

25Dans la région en général et dans la zone Asie du Sud-Est en particulier, les instances régionales de dialogue, de concertation et de coopération ont encore à l’heure actuelle beaucoup moins de poids que les relations bilatérales.

  • 13 Source : « Retour de Wu Bangguo à Beijing après sa visite en Asie du Sud-Est », Radio Chine Interna (...)

26Le développement rapide des relations entre la Chine et les États d’Asie du Sud-Est est largement mis en évidence par de fréquentes rencontres bilatérales de haut niveau. Par exemple, en novembre 2010, Wu Bangguo, le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale a effectué une tournée de 11 jours dans trois pays d’Asie du Sud-Est, à savoir le Cambodge, la Thaïlande et l’Indonésie. À cette occasion, Wu Bangguo a échangé avec des hauts fonctionnaires des trois pays sur des questions bilatérales et sur les relations Chine-ASEAN dans leur ensemble. En outre, des accords économiques et des contrats commerciaux d’un montant total de 15 milliards de dollars ont été signés13. En 1999, la Chine signe des documents cadres sur la coopération bilatérale pour le XXIe siècle avec la Thaïlande et la Malaisie ainsi que des déclarations conjointes sur des coopérations futures avec Brunei et le Viêt-Nam. En 2000, la Chine a déjà signé des documents cadres similaires avec tous les États de l’ASEAN.

  • 14 Pour plus de détails, voir notamment : « La libéralisation des échanges avec l’Asean devrait favori (...)
  • 15 Source : « La Thaïlande penche pour le yuan », Thailande-fr.com, 29 novembre 2010 (http://thailande (...)

27Hormis les accords de coopération économique, les contrats commerciaux, ou encore la création de commissions paritaires pour la coopération technique dans l’économie et le commerce, la Chine a noué des accords d’échanges de devises (swap) avec plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. En 2009, la Chine a signé des accords de swap de devises avec l’Indonésie et la Malaisie ; en 2010 avec Singapour. En juillet 2009, la banque centrale chinoise a autorisé les entreprises de Shanghai et de quatre villes de la province du Guangdong à régler leurs opérations de commerce extérieur en yuans avec sept pays d’Asie du Sud-Est, à savoir le Myanmar, le Cambodge, le Laos, le Viêt-Nam, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande. D’aucuns prévoient d’ailleurs que d’ici quelques années, les contrats en yuans pourraient représenter près de 30 % des échanges commerciaux entre la Chine et l’ASEAN14. En outre, il est à noter que l’usage frontalier de la devise chinoise se développe rapidement depuis plusieurs années, en particulier au Laos et au Viêt-Nam. Autre fait remarquable : en novembre 2010, la Thaïlande a très clairement proposé que le yuan soit utilisé comme monnaie d’échange dans la zone Asie et ce afin de pallier l’instabilité du dollar15.

D. Les relations économiques et commerciales entre la Chine et l’ASEAN

28L’adhésion de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 2001, ainsi que l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Chine-ASEAN en 2010, ont largement contribué à accélérer et renforcer les échanges économiques et commerciaux entre les deux parties. À l’heure actuelle, la Chine est le premier partenaire commercial de l’ASEAN (hors ASEAN) surpassant l’Union européenne, le Japon et les États-Unis tandis que l’ASEAN est devenue le quatrième partenaire commercial de la Chine. D’après les statistiques de l’ASEAN (juillet 2010), la Chine demeure le 3e marché pour les exportations de l’ASEAN (hors ASEAN) après l’Union européenne et les États-Unis et le 2e marché pour les importations (hors ASEAN) devant le Japon, l’Union européenne et les États-Unis.

Fig. 1. Commerce de l’ASEAN en fonction des partenaires commerciaux.

Fig. 1. Commerce de l’ASEAN en fonction des partenaires commerciaux.

Source : ASEAN Statistics, 2009.

Fig. 2. Principaux marchés à l’exportation et à l’importation de l’ASEAN.

Fig. 2. Principaux marchés à l’exportation et à l’importation de l’ASEAN.

Source : ASEAN Statistics, 2009.

  • 16 Source : « Pékin aspire à porter les échanges commerciaux Chine - ASEAN à 500 milliards de dollars (...)

29Au niveau des opérations d’import et d’export, depuis le milieu des années 1990, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’ASEAN n’a cessé de suivre une courbe ascendante pour atteindre près de 293 milliards de dollars en 2010 d’après les dernières statistiques chinoises disponibles, soit une augmentation de 37,5 % par rapport à 2009. À titre comparatif, les chiffres du volume du commerce bilatéral Chine-ASEAN étaient de 19,4 milliards de dollars en 1995, de 39,52 milliards de dollars en 2000, de 105,9 milliards de dollars en 2004, de 193 milliards de dollars en 2008. D’après les statistiques chinoises, la balance commerciale est défavorable à la Chine : elle est passée de 1 milliard de dollars en 1996 à 7,5 milliards de dollars en 2010. Ceci traduit une forte croissance des exportations du Sud-Est asiatique vers la Chine mais aussi une dépendance croissante de l’Asie du Sud-Est envers la Chine. À noter qu’à l’occasion du 13e Sommet Chine-ASEAN, qui s’est tenu à Hanoï en octobre 2010, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a indiqué que « la Chine augmentera ses importations des pays membres de l’ASEAN et facilitera le commerce avec eux en vue de porter les échanges commerciaux bilatéraux à un volume annuel de 500 milliards de dollars à l’horizon 2015 »16.

  • 17 Sources : « China-Asean free trade area in 2010: a regional perspective », Sarah Y. Tong & Catherin (...)
  • 18 Source : « Sunny prospects for China-ASEAN economy ties », China.org, 1er juillet 2011 (http://www. (...)

30Au niveau des investissements, les investissements directs de la Chine dans la région Asie du Sud-Est, de même que les investissements directs de l’ASEAN en Chine demeurent relativement faibles en volume malgré une augmentation graduelle assez sensible. Entre 2002 et 2008, les investissements directs étrangers (IDE) de l’ASEAN vers la Chine sont passés de 3,3 millions de dollars à 5,5 millions de dollars, soit une moyenne de 6 % du total des IDE en Chine. Côté chinois, en 2008, le total des investissements cumulés de la Chine vers l’ASEAN atteint 4,9 milliards de dollars, ce qui représente 2,6 % du total des investissements extérieurs de la Chine17. Dans le cadre de sa politique d’investissement direct en Asie du Sud-Est, la Chine vise avant tout des pays richement dotés en matières premières tels que le Myanmar, le Viêt-Nam et l’Indonésie ou encore des pays disposant d’une avancée technologique, en particulier Singapour. D’après les données du ministère chinois du Commerce, à la fin de l’année 2009, la Chine compte près de 2000 entreprises dans les pays de l’ASEAN18.

3. Motivations, objectifs et stratégie de la Chine

31En l’espace de 20 ans (1991-2011), les relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est ont connu une profonde mutation tant sur le plan politique que sur le plan économique. Le retour des pays voisins d’Asie du Sud-Est dans l’orbite économique chinoise fait assurément partie de la stratégie globale de la Chine de restauration de ce qu’elle considère comme sa juste place sur la scène mondiale et a fortiori sur la scène régionale asiatique. Cette attention renouvelée et accrue de la part de la Chine envers l’Asie du Sud-Est traduit également une forme de reconnaissance de l’existence et de l’importance de l’ASEAN en tant qu’ensemble régional dans la zone Asie-Pacifique. La Chine et les États d’Asie du Sud-Est dans leur ensemble ont mené depuis une vingtaine d’années une politique proactive de rapprochement économique et commercial, qui aboutit aujourd’hui à une intégration croissante des économies avec pour point d’orgue la création de la zone de libre-échange Chine-ASEAN. Ces avancées majeures et ces réalisations concrètes ne doivent cependant pas masquer le profond pragmatisme qui caractérise la politique régionale de la Chine en Asie du Sud-Est et ce d’autant que, sur le plan géopolitique et sécuritaire, les contentieux d’ordre territoriaux, en particulier en mer de Chine du Sud, font l’objet depuis quelques années, et surtout depuis ces deux dernières années, d’un regain de tension entre la Chine et ses voisins du Sud-Est asiatique. Dans ce contexte, il convient de garder à l’esprit que dans le cadre de sa politique de rapprochement avec l’Asie du Sud-Est, la Chine poursuit non seulement des objectifs économiques et commerciaux mais nourrit aussi des ambitions politiques.

A. Principaux objectifs économiques et commerciaux

32Du point de vue purement économique et commercial, les objectifs affichés de la Chine en Asie du Sud-Est sont marqués par une réelle cohérence et un grand pragmatisme, le but étant de favoriser le développement économique du pays dans son ensemble.

a. Augmenter les importations de produits de base, de matières premières et d’hydrocarbures en provenance de l’Asie du Sud-Est

  • 19 Source : « RPT-China increases import of Vietnam’s agro-products », Reuters, 30 juin 2011 (http://w (...)

33Afin de soutenir sa croissance économique, la Chine a un besoin cruel de sources constantes d’importation de produits de base, de matières premières et d’hydrocarbures. Parmi les États d’Asie du Sud-Est, plusieurs pays, en tête desquels le Myanmar, l’Indonésie et le Viêt-Nam, sont richement dotés en la matière et sont devenus de grands pourvoyeurs de la Chine. À titre d’exemple, la Chine est devenue aujourd’hui le premier acheteur du caoutchouc du Viêt-Nam. Entre Janvier et mai 2011, la Chine a importé pour 144 000 tonnes de caoutchouc vietnamien, ce qui représente 60 pour cent du total des exportations vietnamiennes de caoutchouc sur la période19.

b. Augmenter les exportations de produits manufacturés chinois vers l’Asie du Sud-Est

34Afin de s’assurer des débouchés pour ses produits manufacturés, la Chine a un besoin croissant de diversification de ses marchés d’exportation, en particulier depuis la crise économique et financière de 2007-2008, qui l’oblige à compenser la baisse de la demande en provenance des États-Unis et de l’Union européenne. L’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Chine-ASEAN en 2010 apporte en ce sens de réels avantages à la Chine, dont les produits manufacturés inondent de plus en plus les marchés du Sud-Est asiatique.

c. Accélérer le développement économique des provinces chinoises de l’Ouest frontalières avec l’Asie du Sud-Est

35Le développement des relations économiques et commerciales avec l’Asie du Sud-Est doit également servir le plan de développement de l’Ouest : 西部大开发 (xibu da kaifa), initié par Jiang Zemin en juin 1999 et inscrit dans le dixième Plan quinquennal approuvé par l’Assemblée populaire nationale en mars 2002. Ce plan de développement de l’Ouest de la Chine a pour objectif de combler l’écart économique et social entre les provinces côtières prospères et les provinces pauvres de la partie occidentale du pays. La stratégie chinoise de désenclavement des provinces de l’Ouest constitue clairement un canal privilégié d’intégration économique avec l’Asie du Sud-Est, et ce, en particulier, avec les pays du Sud-Est asiatique frontaliers de la province du Yunnan.

d. Favoriser la régionalisation du yuan en tant que monnaie de référence et remettre en cause l’hégémonie du dollar en Asie du Sud-Est

  • 20 Source : « Le yuan troisième monnaie pour le commerce international dans 3 ans », AFP, 7 juillet 20 (...)

36Comme indiqué précédemment, la Chine a signé des accords de swap de devises avec plusieurs pays d’Asie du Sud-Est. En outre, en juillet 2009, la banque centrale chinoise a autorisé les entreprises de Shanghai et de quatre villes de la province du Guangdong à régler leurs opérations de commerce extérieur en yuans avec sept pays d’Asie du Sud-Est, à savoir le Myanmar, le Cambodge, le Laos, le Viêt-Nam, l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande. D’après Qu Hongbin, le principal économiste pour la Chine de la banque HSBC, l’utilisation du yuan pour les échanges transfrontaliers de la Chine va connaître une forte accélération dans les années à venir. Qu Hongbin indique que « […] dans trois ans, les règlements du commerce transfrontalier en yuans représenteront un tiers du total des exportations et des importations chinoises, pour un total compris entre 1 500 et 2 000 milliards de dollars par an »20.

B. Principales motivations politiques

37La conduite active et pragmatique de la politique économique de la Chine vis-à-vis de l’Asie du Sud-Est ne saurait masquer de la part de la Chine de réelles ambitions régionales sur le plan politique.

a. Contrecarrer la théorie de la « menace chinoise » et proposer l’idée de « l’opportunité chinoise »

38La théorie de la « menace chinoise » a longtemps prévalu dans les esprits de la région de l’Asie du Sud-Est. Cette crainte est non seulement largement alimentée par les revendications de la Chine en mer de Chine du Sud mais également par l’histoire et l’idéologie. Tout l’enjeu pour la Chine consiste à désamorcer les craintes de ses voisins d’Asie du Sud-Est de voir se révéler une Chine hégémonique. La stratégie de la Chine consiste dès lors à empêcher tout scénario d’alliances potentielles contre elle fondées sur l’idée d’une « menace chinoise ».

b. Faire de l’Asie du Sud-Est une sorte de laboratoire test pour la stratégie globale de « développement pacifique » de la Chine

39L’Asie du Sud-Est, en tant que région voisine et frontalière, constitue pour la Chine un ensemble régional vers lequel elle tend naturellement. Le cheminement qu’a suivi la Chine depuis une vingtaine d’années avec l’Asie du Sud-Est s’inscrit dans la stratégie globale chinoise de « développement pacifique » : 和平发展 (heping fazhan), qui a supplanté le concept d’« émergence pacifique » : 和平崛起 (heping jueqi). L’idée est que le concept de « développement pacifique » doit être démontré en Asie du Sud-Est et partant trouver un écho dans d’autres régions du monde et à l’échelle globale. La sémantique prend dès lors tout son sens pour une Chine, qui souhaite poursuivre son développement dans un contexte qui lui soit favorable et qui ne fasse pas obstacle à sa croissance économique.

c. Rassurer l’ASEAN sur le fait que la croissance économique de la Chine est bénéfique pour les pays d’Asie du Sud-Est

40Il s’agit de convaincre les pays de l’ASEAN que l’ouverture de la Chine, son développement économique et son entrée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ne représentent pas uniquement des défis pour les pays du Sud-Est asiatique mais aussi des opportunités. Il convient à ce sujet de noter que c’est bien la Chine qui a proposé à l’ASEAN la création d’une zone de libre-échange Chine-ASEAN, projet que l’ASEAN a mis deux années à accepter et valider. Il s’agit par conséquent de rassurer les pays de l’Asie du Sud-Est sur des sujets tels que la captation des investissements directs étrangers (IDE) par la Chine au détriment de l’Asie du Sud-Est ou encore la compétition des deux parties sur un certain nombre de produits à l’export.

d. Rivaliser sur le plan politique avec les États-Unis et le Japon dans la région Asie du Sud-Est

41Il s’agit pour la Chine de se présenter comme une alternative et surtout comme un interlocuteur crédible, fiable et responsable pour la région face aux États-Unis, qui se sont largement désengagés de la zone depuis les années 1990 malgré une tentative de retour en force ces dernières années, et face au Japon, auquel il est reproché de ne pas avoir suffisamment d’ascendant et de capacité de leadership dans la région. On peut à ce sujet remarquer que le relatif désengagement des États-Unis en Asie du Sud-Est a fortement contribué à mener l’ASEAN et la Chine vers la voie d’un rapprochement politique et économique et d’une nouvelle donne régionale.

e. Affaiblir l’influence de Taiwan en Asie du Sud-Est

42On peut affirmer que le tout début de l’établissement des relations officielles bilatérales entre la Chine et l’ASEAN, qui remonte à l’année 1991, intervient dans un contexte sino-taiwanais alors particulièrement tendu. La décennie 1990 est marquée par des avancées majeures sur le plan du rapprochement politique et économique entre la Chine et l’Asie du Sud-Est. Dans le même temps, les tensions entre la Chine et Taiwan sont fortement ravivées et culminent avec la campagne de réadmission aux Nations Unies menée par Taiwan dès 1992 et la crise des missiles dans le détroit de Taiwan en 1995-1996. Au cours de cette période, il convient de noter que Taiwan initie sa « Politique en direction du Sud » : 南下政策 (nan xia zheng ce) en février 1994. Les investissements de Taiwan en Asie du Sud-Est atteignent un pic en 1994 avec un montant total de 5,1 milliards de dollars. La décennie 1998-2007 est par contre marquée par des relations économiques et commerciales fortement dégradées entre Taiwan et l’Asie du Sud-Est.

C. Principaux outils tactiques

43On peut affirmer que la diplomatie économique de la Chine en Asie du Sud-Est suit plusieurs grandes lignes directrices que l’on pourrait qualifier d’outils tactiques au service d’une stratégie d’ensemble vis-à-vis de l’Asie du Sud-Est.

a. Mettre en avant le principe d’une politique de bon voisinage

44Comme indiqué précédemment, le concept de bon voisinage dans la politique étrangère chinoise n’est pas un principe entièrement nouveau mais il a été réaffirmé de manière constante depuis le milieu des années 1990. Il repose sur le triptyque amitié, paix et prospérité – un voisinage amical, un voisinage en paix, un voisinage prospère (睦邻 安邻 富邻, mulin, anlin, fulin) – et constitue le fer de lance de la rhétorique chinoise vis-à-vis de l’Asie du Sud-Est.

b. Mettre en avant le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures

45Le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États a pour corollaire la notion de respect mutuel, c’est-à-dire que la Chine attend en retour de ses partenaires économiques et commerciaux qu’ils se conforment eux aussi à ce principe. Celui-ci trouve à l’évidence un large écho chez les voisins d’Asie du Sud-Est dont c’est le modus vivendi. Le principe de non-ingérence fait partie des principes fondateurs de l’Association des nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) inscrits dans le Traité d’Amitié et de Coopération en Asie du Sud-Est.

c. Entrer dans le jeu du régionalisme asiatique

46L’attitude de défiance de la Chine vis-à-vis des instances régionales multilatérales de dialogue, de coopération et de concertation a longtemps été de mise. La Chine a fini par faire le choix de l’entrée dans le jeu du régionalisme asiatique sans pour autant proposer une réelle vision stratégique régionale d’ensemble mais tout en cherchant à influencer d’une manière ou d’une autre la construction régionale et surtout à en tirer les meilleurs bénéfices sur le plan politique et économique.

d. Proposer une aide au développement et une aide financière aux pays les moins avancés de la région

47Dans le cadre de la proposition chinoise annoncée en avril 2009 de la création du fonds de coopération avec l’ASEAN, pourvu d’une dotation de 10 milliards de dollars, le Laos, le Cambodge et le Myanmar font partie des trois pays auxquels la Chine a promis d’allouer « une aide spéciale » d’un montant de 39,7 millions de dollars. Le Laos et le Cambodge, en tant que pays les moins avancés de l’ensemble ASEAN, ont une relation très inégale avec la Chine puisque les deux États apparaissent avant tout comme des récipiendaires de l’aide financière chinoise. Comme on le sait, les programmes d’aide au développement et d’assistance financière de la Chine aux pays en développement ne sont pas assortis de conditionnalités, ce qui constitue un puissant levier d’action sur le plan politique.

Conclusion

48Depuis le début des années 2000, la Chine n’a eu de cesse de monter en puissance dans la région de l’Asie du Sud-Est tant et si bien qu’elle apparaît désormais plus comme une opportunité que comme une menace aux yeux de ses voisins, tout du moins sur le plan économique. Mais ces derniers ont-ils vraiment le choix ? La question qui se pose réellement pour eux est plutôt celle de savoir comment gérer au mieux la montée en puissance du grand voisin et ce, dans la mesure du possible, tout en préservant leurs intérêts nationaux. Il est clair que l’Asie du Sud-Est ne souhaite pas s’engager dans un jeu à somme nulle avec la Chine. La difficulté réside peut-être dans le fait qu’il n’existe pas véritablement de vision et de stratégie chinoises coordonnées de la part des États d’Asie du Sud-Est, d’autant qu’au-delà du forum ASEAN les relations bilatérales demeurent le canal privilégié de dialogue avec la Chine.

49Sur le plan politique, il est certain que l’Asie du Sud-Est dans son ensemble ne souhaite pas développer un climat de méfiance et une logique de confrontation avec la Chine. À l’instar de la Chine, ce qui caractérise les pays d’Asie du Sud-Est c’est avant tout le pragmatisme. Il s’agit de s’accommoder au mieux du développement économique de la Chine et surtout de pouvoir en tirer parti. La logique d’engagement de la Chine dans le régionalisme asiatique fait dès lors sens car l’objectif pour les États d’Asie du Sud-Est consiste en quelque sorte à apprendre à apprivoiser la Chine. On ne peut donc qualifier la relation Chine-ASEAN de simple relation courtisan (Chine) – courtisé (ASEAN) car aucune des deux parties ne souhaite s’engager dans un jeu à somme nulle. Qui plus est, la plupart des États d’Asie du Sud-Est ne sont pas contre le fait que la Chine puisse intervenir sur des questions régionales, telles que la Corée du Nord, le Myanmar ou encore la crise économique et financière internationale et ce d’autant que l’Asie du Sud-Est ne souhaite pas forcément devoir choisir entre la Chine et le Japon pour assurer un leadership potentiel dans la région Asie. Tout l’enjeu pour la région Asie du Sud-Est consiste à parvenir à équilibrer les forces en présence extérieures à l’ASEAN, à savoir trouver un équilibre entre les États-Unis, le Japon, la Chine et certainement l’Inde également. Malgré une réelle et profonde amélioration des relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, les perceptions de la Chine par les États du Sud-Est asiatique restent pour le moins relativement mitigées. En effet, l’Asie du Sud-Est reste préoccupée par l’émergence de la Chine et nourrit quelques doutes quant aux objectifs de long terme du grand voisin du Nord. Ces craintes sont particulièrement alimentées par les tensions en mer de Chine du Sud ainsi que par le programme de modernisation de l’armée chinoise.

  • 21 Voir notamment « Asia Free-Trade Zone Raises Hopes, and Some Fears about China », The New York Time (...)
  • 22 Source : « Vietnamese consumers using Vietnamese or Chinese goods? », info.vn, 13 novembre 2010, ht (...)
  • 23 Voir par exemple au sujet de la création de la joint-venture entre Vinacomin et Chinalco pour l’ext (...)

50Sur le plan économique, la Chine et l’Asie du Sud-Est entretiennent désormais des relations économiques et commerciales étroites, qui se voient renforcées à la faveur de la création de la zone de libre-échange Chine-ASEAN. Certes, il convient de ne pas omettre les aspects positifs qui régissent les relations économiques entre les deux parties : tandis que la croissance chinoise dope celles des voisins du Sud-Est asiatique en alimentant leurs exportations, les marchés du Sud-Est asiatique sont autant de débouchés essentiels pour les exportations chinoises et de viviers majeurs pour les importations chinoises. Il n’en reste pas moins que la Chine n’est pas sans poser un défi économique aux pays d’Asie du Sud-Est. Il convient avant tout de noter que les pays d’Asie du Sud-Est se caractérisent par une profonde hétérogénéité sur le plan économique. Vu du Laos et du Cambodge, en passant par l’Indonésie et le Viêt-Nam, jusqu’à la Malaisie et Singapour, le développement économique de la Chine présente des opportunités et des défis différents. La Chine a produit des bouleversements économiques et de réelles tensions dans certaines économies d’Asie du Sud-Est. Il y a une préoccupation croissante que la concurrence des marchandises à bas prix en provenance de Chine pourrait nuire à leurs industries nationales. Beaucoup de fabricants chinois de secteurs à haute intensité de main-d’œuvre, tels que l’industrie textile, dont l’industrie de l’habillement, sont directement ou indirectement en concurrence avec leurs homologues de l’ASEAN. Les pays d’Asie du Sud-Est estiment d’autre part subir une énorme pression due au basculement d’un grand nombre d’investissements directs étrangers (IDE) vers la Chine. L’Asie du Sud-Est et la Chine sont également en concurrence frontale sur des créneaux identiques, comme par exemple les exportations d’équipements électroniques. Toutes ces craintes ont été largement ravivées lors de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Chine-ASEAN, qui a suscité de vives réactions de la part des producteurs du Sud-Est asiatique face à l’afflux de produits manufacturés chinois. En Indonésie, 14 associations sectorielles, en tête desquelles celles de l’acier, du textile, de la pétrochimie et de l’électronique, avaient demandé une renégociation des tarifs douaniers ainsi qu’un allongement du délai de mise en œuvre de la zone de libre-échange Chine-ASEAN. En Thaïlande, la Fédération des industries thaïes s’était pour sa part inquiétée de l’afflux de produits manufacturés chinois et avait mis en avant de possibles problèmes de qualité21. Au Viêt-Nam, il existe désormais une pratique répandue selon laquelle des fabricants locaux importent des produits chinois à bas coûts et collent des étiquettes made in Vietnam sur leurs produits, ce qui signifie par ailleurs que les producteurs vietnamiens ferment leurs lignes de production et licencient leurs ouvriers22. À noter que pour ce qui concerne le Viêt-Nam, le pays connaît un déficit commercial très important avec la Chine (11 milliards de dollars en 2008). Un autre sujet d’inquiétude concerne le commerce transfrontalier entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, en particulier entre les provinces méridionales chinoises et les provinces du nord du Laos et du Viêt-Nam, où l’on assiste à un véritable afflux de produits chinois à bas prix. Les échanges économiques aux frontières sont également sujets au commerce illicite et à la contrebande, ce qui explique certaines craintes quant à une forme de légalisation de ce commerce illicite depuis l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Chine-ASEAN. Il est clair qu’à court terme une période d’ajustement sera nécessaire pour l’Asie du Sud-Est du fait de la compétition des produits bon marché made in China (produits électroniques, chaussures, appareils, textile…). Sur le long terme, toutefois, les innovations de l’ASEAN sont limitées par la taille des économies et des dépenses de R&D limitées en moyenne à moins de 0,5 % du PIB à l’exception de Singapour. Il convient par ailleurs de noter que la pénétration marquée de la Chine dans la région tend à créer des divergences entre les élites locales et leurs populations, qui s’inquiètent en particulier des répercussions que peuvent avoir les projets pharaoniques chinois sur l’environnement et sur leur mode de vie23. Il faut également prendre en compte l’émigration chinoise massive, qui accompagne les investissements chinois, en direction du flanc sud de la Chine.

51L’interdépendance croissante et l’intégration des circuits économiques régionaux matérialisés par la création de la zone de libre-échange Chine-ASEAN font qu’à l’heure actuelle les trajectoires économiques de la Chine et de l’Asie du Sud-Est demeurent étroitement liées. Les deux parties se caractérisent avant tout par un profond pragmatisme voire un certain opportunisme dans la gestion de leurs relations d’ensemble. En effet, la Chine et l’Asie du Sud-Est ont su toutes deux exploiter des facteurs conjoncturels pour mettre en œuvre une réelle stratégie de rapprochement politique et économique. Il s’agit de part et d’autre d’une réelle politique d’engagement destinée à promouvoir un équilibre politique et géopolitique dans la zone Asie mais aussi à bénéficier d’opportunités sur le plan économique.

  • 24 Voir notamment : « Memorandum of understanding on establishing the ASEAN-China centre between the g (...)

52On peut considérer que la Chine demeure l’un des acteurs les plus actifs dans la région Asie du Sud-Est si ce n’est le plus actif ces dernières années. Malgré tout, la Chine ne semble pas avoir de vision régionale à proposer outre la vision économique. La Chine apparaît vouloir plutôt privilégier une institutionnalisation régionale a minima bien différente du modèle européen et avec bien plus de flexibilité. Il n’en reste pas moins que tant la Chine que l’ASEAN entendent poursuivre activement leur politique de dialogue, de concertation et d’intégration économique. En témoigne notamment la création par la Chine d’une fonction diplomatique d’Ambassadeur auprès de l’ASEAN. Le premier ambassadeur chinois auprès de l’ASEAN est Madame Xue Hanqin, nommée le 30 décembre 2008. Madame Tong Xialing a été nommée en mars 2011 pour lui succéder. Toujours sur le plan politico-diplomatique, la décision entérinée en 2009 de créer l’ASEAN-China Center à Pékin revêt une portée symbolique non négligeable. Cette organisation a pour but de promouvoir la coopération entre l’ASEAN et la Chine dans les domaines du commerce, de l’investissement, du tourisme, de l’éducation et de la culture, avec la participation active du secteur privé24.

  • 25 Voir notamment : « South China Sea guidelines agreed », The Jakarta Post, 21 juillet 2011, http://w (...)
  • 26 Voir notamment : « Do not let S China Sea issue undermine China-ASEAN ties », People’s Daily, 23 ju (...)

53L’année 2011 aura également été une année de tensions accrues sur le front de la question des souverainetés en mer de Chine du Sud. Dans le cadre de toute une série de rencontres de haut niveau, qui se sont déroulées entre le 16 et le 23 juillet à Bali en Indonésie, à l’issue de la 18e réunion de l’ASEAN Regional Forum (ARF) et de l’ASEAN-China Ministerial Meeting (PMC), la Chine et l’ASEAN ont finalement signé un accord-cadre non contraignant, qui fixe une feuille de route pour les modalités d’application de la Déclaration sur la Conduite des Parties en Mer de Chine Méridionale, adoptée par la Chine et les dix membres de l’ASEAN en 200225. La signature de cet accord-cadre nous montre une nouvelle que fois que le pragmatisme l’emporte des deux côtés et surtout que la Chine ne souhaite pas internationaliser la question des souverainetés en mer de Chine du Sud26. L’année 2011 n’est donc pas une année anodine pour les relations entre la Chine et l’ASEAN et ce d’autant que celle-ci marque le 20e anniversaire de l’établissement du dialogue officiel entre les deux parties avec différents événements symboliques organisés tout au long de l’année 2011, et pour point d’orgue le Sommet commémoratif qui doit se tenir à Bali en Indonésie au mois de novembre.

Notes

1 Texte du rapport en langue chinoise disponible à l’URL suivante : http://www.zhushan.gov.cn/zsdj/wsdx/ddhy/200504/851.html. Texte du rapport en langue anglaise disponible à l’URL suivante : http://www.fas.org/news/china/1997/970912-prc.htm.

2 Texte du rapport en langue anglaise disponible à l’URL suivante : http://www.china.org.cn/english/features/49007.htm.

3 Texte en langue anglaise du discours de Wen Jiabao disponible à l’URL suivante : http://www.fmprc.gov.cn/eng/topics/zgcydyhz/dqc/t27711.htm.

4 Voir notamment : « Les relations Chine-ASEAN sont cruciales pour l’Asie », Le Quotidien du Peuple, 16 novembre 2010, http://french.peopledaily.com.cn/International/7200420.html.

5 Source : « Le PM chinois propose de renforcer les relations entre l’ASEAN et la Chine », Le Quotidien du Peuple, 31 octobre 2010, http://french.peopledaily.com.cn/International/7182795.html.

6 Source : « Full text of Chinese premier Wen Jiabao’s speech at Balai Kartini of Indonesia », Xinhua, 1er mai 2011, http://news.xinhuanet.com/english2010/china/2011-05/01/c_13853424.htm.

7 Source : « China seeks shared development, pragmatic cooperation with ASEAN », Xinhua, 21 juillet 2011, http://news.xinhuanet.com/english2010/china/2011-07/21/c_131000953.htm.

8 En 1994, la Chine passe en change fixe avec le dollar. La question qui se pose dès lors, dans le contexte de la crise asiatique de 1997, est de savoir si la Chine va dévaluer sa monnaie afin de maintenir la compétitivité de ses exportations face à celles des pays d’Asie du Sud-Est.

9 Source : « China, ASEAN to seek financial cooperation », Xinhua, 17 mai 2011, http://www.china.org.cn/world/2011-05/17/content_22576991.htm.

10 La nouvelle Route 3 au Laos achevée en mars 2008, qui relie le nord du Yunnan à la Thaïlande via le Laos est en passe de devenir une artère commerciale non négligeable. Cette route constitue en outre le dernier maillon du réseau routier destiné à relier la Chine à Singapour via la partie continentale de l’Asie du Sud-Est. Source : « Southeast Asia and China forge links with road network », The Straits Times, 1er avril 2008.

11 Le Yunnan joue à ce titre un rôle très actif en direction des États voisins du sud de la Chine mais les provinces chinoises du Sichuan et du Guangxi ne sont pas en reste.

12 Source : « Le réseau ferré chinois à grande vitesse va s’étendre vers l’Asie du Sud-Est », Le Quotidien du Peuple, 22 novembre 2010.

13 Source : « Retour de Wu Bangguo à Beijing après sa visite en Asie du Sud-Est », Radio Chine Internationale, 13 novembre 2010.

14 Pour plus de détails, voir notamment : « La libéralisation des échanges avec l’Asean devrait favoriser l’usage du yuan », Le Monde, 23 février 2010.

15 Source : « La Thaïlande penche pour le yuan », Thailande-fr.com, 29 novembre 2010 (http://thailande-fr.com/economie/7184-thailande-appelle-a-large-yuan).

16 Source : « Pékin aspire à porter les échanges commerciaux Chine - ASEAN à 500 milliards de dollars à l’horizon 2015 », Casafree.com, 29 octobre 2010 (http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=52063).

17 Sources : « China-Asean free trade area in 2010: a regional perspective », Sarah Y. Tong & Catherine Chong Siew Keng, EAI Background Brief, n° 519, 12 avril 2010 ; 2007 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment (http://tradeinservices.mofcom.gov.cn/en/c/2009-04-10/70585.shtml) ; 2008 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment (http://hzs2.mofcom.gov.cn/accessory/200909/1253869308655.pdf) ; 2009 年度中国对外直接投资统计公报 – Bulletin statistique des IDE de la Chine pour l’année 2009 (http://chinainvests.files.wordpress.com/2010/12/2009-mofcom-investment-report1.pdf).

18 Source : « Sunny prospects for China-ASEAN economy ties », China.org, 1er juillet 2011 (http://www.china.org.cn/world/experience_china_in_indonesia/2011-07/01/content_22903325.htm).

19 Source : « RPT-China increases import of Vietnam’s agro-products », Reuters, 30 juin 2011 (http://www.reuters.com/article/2011/06/30/vietnam-china-trade-idUSL3E7HU0C620110630).

20 Source : « Le yuan troisième monnaie pour le commerce international dans 3 ans », AFP, 7 juillet 2011 (http://www.lepoint.fr/bourse/le-yuan-troisieme-monnaie-pour-le-commerce-international-dans-3-ans-07-07-2011-1350300_81.php).

21 Voir notamment « Asia Free-Trade Zone Raises Hopes, and Some Fears about China », The New York Times, 31 décembre 2009, http://www.nytimes.com/2010/01/01/business/global/01trade.html.

22 Source : « Vietnamese consumers using Vietnamese or Chinese goods? », info.vn, 13 novembre 2010, http://en.www.info.vn/economy/business/13754-vietnamese-consumers-using-vietnamese-or-chinese-goods-.html.

23 Voir par exemple au sujet de la création de la joint-venture entre Vinacomin et Chinalco pour l’extraction de bauxite dans la région des hauts plateaux du centre Viêt-Nam ou encore le projet de construction par la Chine d’un nouveau « Chinatown » à Vientiane au Laos.

24 Voir notamment : « Memorandum of understanding on establishing the ASEAN-China centre between the governments of the member states of the association of southeast Asian nations and the government of the people’s republic of China », http://www.asean.org/15thsummit/MoU-Establishing-ASEAN-China.pdf : site web de l’ASEAN-China Center, http://www.asean-china-center.org/english/.

25 Voir notamment : « South China Sea guidelines agreed », The Jakarta Post, 21 juillet 2011, http://www.thejakartapost.com/news/2011/07/21/south-china-sea-guidelines-agreed.html.

26 Voir notamment : « Do not let S China Sea issue undermine China-ASEAN ties », People’s Daily, 23 juillet 2011, http://english.peopledaily.com.cn/90001/90780/91342/7449261.html.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Commerce de l’ASEAN en fonction des partenaires commerciaux.
Crédits Source : ASEAN Statistics, 2009.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 2. Principaux marchés à l’exportation et à l’importation de l’ASEAN.
Crédits Source : ASEAN Statistics, 2009.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 906k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search