Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Chapitre 7. Quel modèle d’intégration régionale pour l’Asie orientale ?

Paul André

Résumé

Depuis le lancement des réformes économiques en 1978, l’économie de la Chine s’est profondément modifiée. La politique de réforme avait deux objectifs : la transition vers l’économie de marché et l’ouverture vers l’extérieur. Cette politique de développement a justifié une politique « de bon voisinage » de la part de Pékin.
Aujourd’hui, l’interdépendance croissante de la Chine avec ses voisins et l’évolution du contexte géopolitique obligent la République Populaire à repenser cette politique de bon voisinage et à envisager la possibilité d’une intégration plus poussée avec les membres de l’ASEAN ainsi qu’avec ses voisins immédiats (Taiwan, Corée du Sud).
Ce chapitre visera, dans le cadre méthodologique de l’économie politique internationale, à comprendre la stratégie régionale de la Chine et ce que cela implique pour la région Asie Pacifique.

Texte intégral

  • 1 Hongyi Lai & Lim Tan Seng, Harmony and Development: ASEAN-China Relations, Singapour, World Scienti (...)

1En 2007 paraissait un ouvrage consacré aux relations entre la Chine et l’ASEAN et dont le titre était sans équivoque : Harmony and Development1. L’observateur occidental aurait, de prime abord, toutes les raisons de penser que cela qualifie bien le rapprochement entre les économies de l’ASEAN et celle de la Chine. La rhétorique officielle d’un certain nombre de gouvernements de la région, et Pékin n’en est pas un des moindres, aime à présenter la politique économique de ces pays comme relevant d’un modèle confucéen. Quoi de plus naturel dans ces conditions que Chine et ASEAN voient s’approfondir leurs relations économiques et politiques. En adoptant une posture hégélienne, on y verrait presque là le sens de l’histoire. Mais, à y regarder de plus près, la question mérite qu’on s’y attarde et il y a fort à croire que ce rapprochement, notamment du côté des pays de l’ASEAN, ne se fasse pas sans poser de problèmes.

2Quand on parle d’intégration régionale en Asie orientale, de quoi parle-t-on exactement ? Cela concerne-t-il un approfondissement de structures déjà existantes comme l’APEC ou l’ASEAN ? Ou cela concerne-t-il le développement d’organisations nouvelles comme une communauté des pays du Nord-Est asiatique (Chine, Corée du Sud, Japon, Taiwan, Hong Kong) ? Le moins que l’on puisse dire c’est que la question est au cœur des préoccupations des dirigeants de la zone, mais aussi au cœur de l’actualité. Les pourparlers actuels en vue d’un rapprochement entre la République Populaire de Chine (ci-après Chine ou RPC) et la République de Chine (ci-après Taiwan ou RdC) laissent envisager une forme de coopération approfondie au sein de la « grande Chine » (Chine, Taiwan, Hong Kong et Macao), voire à la Corée du Sud et au Japon. Une autre forme d’intégration régionale pourrait être un approfondissement des relations déjà existantes dans le cadre de l’ASEAN+3 (ASEAN, Chine, Japon, Corée du Sud).

  • 2 Pour une présentation en français de l’EPI, voir Gérard Kebabdjian, Les théories de l’économie poli (...)
  • 3 Fumihiko Yamada, « Les régionalismes en Asie orientale : spectres du passé ou facteurs d’avenir ? » (...)

3Cet article essaiera, dans le cadre méthodologique de l’économie politique internationale (EPI)2 de comprendre la logique à l’œuvre dans le processus d’intégration régionale en Asie orientale. Quelle stratégie la Chine adopte-t-elle à l’égard du régionalisme ? Que cela implique-t-il pour les autres acteurs de la région Asie-Pacifique ? Dans un premier temps, nous tenterons de poser les éléments permettant de comprendre la structuration de l’espace ainsi que les différentes organisations régionales déjà existantes. En effet, « toute réflexion qui porte sur un cadre régional doit se référer à la définition de la région auquel il se rapporte. De plus, la construction d’une communauté autour de l’Asie orientale, quelle qu’elle soit, ne peut dispenser d’une réflexion sur l’identité ou la conscience d’appartenir à une communauté au sein de laquelle les nations partagent les mêmes objectifs, les mêmes idées. Ces questions sont d’autant plus importantes que cette région du monde se caractérise par une grande diversité et que les pays concernés sont de dimensions inégales. L’Asie orientale ne présente par conséquent aucune unité a priori. »3 La deuxième partie de cette étude s’interrogera, alors, sur le modèle d’intégration régionale dans ce contexte. En effet, au-delà de la seule interdépendance économique, l’intégration régionale est-asiatique ne se fait-elle pas, aussi, en fonction d’un projet, d’une visée politique ? La troisième partie abordera donc la manière dont peut s’élaborer une intégration régionale dans une zone où trois puissances exercent une influence (la Chine, le Japon et les États-Unis).

1. La construction régionale dans une région très diverse

  • 4 Le groupe de Shanghai regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan e (...)

4La construction régionale en Asie orientale soulève un certain nombre de problèmes. Le premier, et pas des moindres, concerne la définition de la région en question. En effet, si certaines constructions régionales ont eu pour point de départ le contexte géopolitique (L’Europe de l’Ouest dans le cas de la CEE) ou géographique (les trois principaux pays du continent nord-américain dans le cas de l’ALENA), il semble plus délicat d’obtenir une vision unique de la zone asiatique. Si l’on s’en tient à des critères purement géographiques pour commencer, force est de constater que les limites de l’Asie orientale ne sont pas aussi évidentes que cela le laisserait le penser. Si, à l’Est, l’océan pacifique semble délimiter une frontière quasi-naturelle, la délimitation occidentale de la zone semble plus délicate. Faut-il ainsi inclure la Birmanie dans l’Asie orientale ? De par son histoire, ses voies de communications, ses relations économiques, la Birmanie semble davantage arrimée au sous-continent indien (avec lequel elle partage un héritage colonial britannique notamment) qu’à cette façade pacifique du continent asiatique. De même, le géant chinois semble tout à la fois impliqué dans les problématiques de l’Asie orientale que dans celles de l’Asie centrale (notamment en ce qui concerne les questions de sécurité comme en témoigne la création en 2001 du groupe de Shanghai4). L’Australie et la Nouvelle-Zélande, quant à elles, sont fortement impliquées dans les relations tant politiques qu’économiques avec les différents pays de la zone sans pour autant appartenir au continent asiatique.

5Par souci de clarté, on optera pour un choix arrêté quant à la délimitation de la zone « Asie orientale ». Nous retenons pour cette zone les pays suivants : Japon, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Hong Kong, Macao, Taiwan, Vietnam, Laos, Cambodge, Birmanie, Thaïlande, Philippines, Malaisie, Indonésie, Singapour et Brunei. Ce choix ne signifie pas, pour autant, que les pays retenus soient les seuls acteurs des différents processus d’intégration à l’œuvre dans la région. La question concerne, en effet, un nombre important de participants ; ce que montre le tableau 1.

Tableau 1. Organisations régionales dans la zone Asie-Pacifique.

ASEAN
(Association des nations de l’Asie du Sud-Est)
ASEAN+3 ASEAN-PMC
(Conférences post-ministérielles)
ARF (Forum
régional de l’ASEAN,
ASEAN Regional Forum)
APEC
(Coopération
Économique Asie-Pacifique)
Australie X (a) X X
Birmanie X X X X
Brunei X X X X X
Cambodge X X X X
Canada X (a) X X
Chili X
Chine X X (a) X X
Corée du Nord X
Corée du Sud X X (a) X X
États-Unis X (a) X X
Hong Kong (Chine) X
Inde X (a) X
Indonésie X X X X X
Japon X X (a) X X
Laos X X X X
Malaisie X X X X X
Mexique X
Mongolie X
Nouvelle-Zélande X (a) X X
Pakistan X
Papouasie-Nouvelle Guinée X X
Pérou X
Philippines X X X X X
Russie X (a) X X
Singapour X X X X X
Taiwan X
Thaïlande X X X X X
Union Européenne X (a) X
Viêt-Nam X X X X X
Nombre de membres 10 13 20 24 21

Légende : (a) : partenaires de dialogues. Source : Yamada, op. cit., p. 104.

6Nous avons donc fait le choix de ne pas traiter de certains projets d’intégrations régionales impliquant des pays de la zone, comme l’Association pour la coopération en Asie du Sud (SAARC en anglais). Il s’agit d’une union régionale à visée politique et économique entre l’Afghanistan, le Bhoutan, le Bangladesh, l’Inde, le Pakistan, les Maldives, le Népal et le Sri Lanka. Le Japon, la Corée du Sud, la Chine et la Birmanie y ont le statut d’observateurs. Ces deux derniers pays ainsi que l’Indonésie ont manifesté leur souhait d’adhérer à cette organisation. D’autres projets de coopération existent entre l’Inde et ses voisins mais tardent à se concrétiser : projet BIMSTEC (Bangladesh, India, Myanmar, Sri Lanka Thailand Economic Cooperation) ou encore le Ganga-Mekong Swarnabhoomi Project adopté en 2000, rapprochant l’Inde et cinq pays de la péninsule indochinoise. Mais, considérant qu’ils ne relevaient pas exclusivement d’une problématique est-asiatique, nous avons fait le choix de les écarter de notre analyse.

A. Un espace non-unifié

7Cet ensemble est-asiatique est particulièrement disparate. Il ne comporte aucune véritable ligne directrice commune à l’ensemble des pays concernés.

8On peut considérer que le critère géographique est, sans doute, ce qui relie le plus ces différents pays. Tous sont considérés comme des pays de mousson. Mais force est de constater, qu’il s’agit là d’un critère a minima car la géographie diffère fortement d’Hokkaido à Sumatra.

9Au niveau historique, le seul dénominateur commun de ces pays aura été d’avoir connu l’occupation japonaise pendant la seconde guerre mondiale et d’avoir vécu à l’ombre des différentes dynasties impériales chinoises dans une relation de suzeraineté plus ou moins marquée dans le temps et dans l’espace. Ces deux événements constituent sans doute, on le verra, un frein aux projets d’intégration régionale. Nombre de ces pays restent méfiants envers ces deux géants régionaux que sont la Chine et le Japon. La colonisation européenne a également joué dans la structuration de l’espace est-asiatique. Elle a, tout à la fois rapproché et éloigné ces pays. La colonisation a ainsi créé des frontières qui n’ont pas toujours de fondements historiques, ethniques, religieux. Ainsi l’Insulinde se retrouve aujourd’hui partagée entre les anciennes colonies britanniques et néerlandaises. Mais la colonisation a eu aussi un effet catalyseur ; comme on peut le constater dans les liens qui demeurent entre les anciennes colonies françaises d’Indochine. Les relations entre le Laos, le Cambodge et le Vietnam ont longtemps été plus distendues avec leur voisin thaïlandais. Enfin, le dernier paramètre historique à prendre en compte est l’influence de la bipolarisation née de la guerre froide. Ainsi, l’ASEAN a longtemps été perçue par Pékin et les autres gouvernements communistes de la région comme une organisation pro-américaine et donc anti-communiste. Au sein d’un même bloc, les relations ont parfois pu être tendues comme par exemple entre la Chine et le Vietnam (traditionnellement plus proche de Moscou).

10D’autre part, c’est sans doute au niveau économique que les différences se font le plus sentir. Si la « zone asiatique » a connu une croissance forte sur ces dernières décennies, il ne faut pas pour autant minimiser les écarts de développements importants qui peuvent subsister entre les pays de la zone. Des pays comme le Laos et la Birmanie demeurent dans une situation d’extrême pauvreté quand le Japon demeure la seconde puissance économique mondiale. La Chine, elle-même, a un PIB par tête quatre fois inférieur au Japon. Le tableau n° 2 illustre les différences de PIB par tête entre les pays de la région étudiée.

Tableau 2. Le PIB par habitant pour les pays d’Asie orientale.

Rang mondial Pays PIB par habitant en US$ Année
5 Hong Kong 38 127 2005
18 Singapour 32 867 2005
19 Japon 32 647 2005
23 Taiwan 30 084 2005
29 Brunei 25 315 2004
31 Corée du Sud 23 926 2005
33 Macao* 24 300 2005
62 Malaisie 11 858 2005
70 Thaïlande 9 084 2005
87 Chine 7 598 2005
103 Philippines 5 314 2005
114 Indonésie 4 323 2005
121 Vietnam 3 367 2004
123 Cambodge 3 170 2005
137 Laos 2 304 2004
142 Birmanie 2 161 2003
155 Corée du Nord* 1 800 2006 (estimation)

Source : FMI sauf * CIA World Factbook.

11Le tableau 2 nous montre que la région comprend aussi certains des pays les plus avancés économiquement du monde (Corée du Sud, Japon) mais aussi des pays faisant partie des pays les moins avancés (PMA) comme la Birmanie ou le Laos. On voit aussi que, malgré les forts taux de croissance que ces pays ont pu connaître, des pays comme la Malaisie, l’Indonésie ou la Chine demeurent en retard économiquement sur les leaders de la région (notamment le Japon). Cependant, les informations fournies par le tableau 2 ne sont qu’une moyenne arithmétique. Pour prendre en compte véritablement les écarts de niveau de vie entre les populations d’Asie orientale, il nous faut tenir compte des inégalités des revenus. En effet, des cités États comme Hong Kong ou Singapour accueillent deux des plus importantes places financières mondiales. Les capitaux placés dans ces villes ne traduisent pas nécessairement du niveau de vie des habitants. Ainsi, on aura recours à l’indice de Gini pour voir la répartition des ressources au sein des populations étudiées. C’est ce que nous montre le tableau 3.

Tableau 3. Liste des pays par inégalités de revenus.

Rang mondial Pays Indice
de Gini [1]
Année CIA Gini [2] Année2
2 Japon 0,249 1993 0,381 2002
26 Corée du Sud 0,316 1998 0,313 2007
nc Taiwan nc nc 0,33 2000
43 Indonésie 0,343 2002 0,363 2005
59 Vietnam 0,37 2002 0,37 2004
60 Laos 0,37 1997 0,346 2002
78 Singapour 0,425 1998 0,425 1998
83 Thaïlande 0,432 2000 0,42 2002
84 Hong Kong 0,434 1996 0,523 2001
87 Cambodge 0,446 2000 0,417 2004
(estimation)
89 Chine 0,447 2001 0,469 2004
91 Philippines 0,461 2000 0,445 2003
99 Malaisie 0,492 1997 0,461 2002
nc Brunei nc nc nc nc
nc Corée du Nord nc nc nc nc
nc Macao nc nc nc nc

Sources : [1] ONU 2005 ; [2] CIA the world factbook, janvier 2008.

  • 5 On estime même qu’en prenant en compte les capitaux cachés (argent de la corruption et sommes placé (...)

12Le tableau 3 nous indique les écarts de répartition des revenus dans les différents pays d’Asie orientale. On constate, là encore, que les disparités sont importantes. On note ainsi que des pays comme la Corée du Sud ou Taiwan s’approchent du Japon. On a donc là un groupe de pays à hauts revenus par tête et dont les sociétés sont relativement peu inégalitaires. À l’inverse, on constate qu’un pays comme la Chine, qu’on présente souvent comme suivant le même chemin que les pays susnommés, voit ses inégalités augmenter. En fait, la situation de la société chinoise en termes d'inégalités n’est pas très éloignée de celle des pays d’Amérique du Sud5.

B. Les étapes et tentatives de construction régionale en Asie orientale.

  • 6 Fumihiko Yamada, op. cit.
  • 7 Philippe Pelletier (dir.), Géopolitique de l’Asie, Paris, Nathan, 2009, p. 293.

13Il nous semble réducteur de vouloir voir dans l’ASEAN le seul projet d’intégration régionale en Asie orientale. Si l’ASEAN a joué le rôle de « catalyseur » pour reprendre l’expression de Yamada Fumihiko6, le champ des possibilités concernant les regroupements et intégrations interétatiques dans la région semble bien plus vaste. Pelletier et alii7 distinguent les accords entre États, les aires de coopération « sous-régionales » (entre régions limitrophes appartenant à plusieurs États) et, à une autre échelle, les triangles de croissance.

Fig. 1. Les aires de coopération internationale en Asie orientale.

Fig. 1. Les aires de coopération internationale en Asie orientale.

Source : PELLETIER, op. cit., p. 294.

  • 8 Robert Gilpin, Global Political Economy, Princeton University Press, 2001, p. 342.

14Les projets visant à promouvoir l’intégration régionale dans la région ne sont, pour autant, pas récents. Force est de constater, cependant, que les avancées dans ce domaine demeurent minces. À la fin des années 1990, on comptait approximativement 180 accords d’intégration régionale. La plupart des membres de l’OMC étaient impliqués formellement dans un ou plusieurs accords régionaux ; seules exceptions notables, le Japon, les deux Corées et Hong Kong8. Ajoutons qu’il a fallu attendre 2001 pour que la Chine intègre l’OMC et que jusqu’à une date récente, Pékin, comme son voisin nippon, n’était impliqué dans aucun processus de partenariat régional.

  • 9 Philippe Pelletier, op. cit., p. 292.
  • 10 Pour rappel Singapour ne devient indépendant de la Malaisie qu’en 1965.

15Les tentatives ont pourtant été nombreuses, polymorphes et anciennes. On peut considérer que l’ONU a eu un rôle actif dans la promotion d’instances régionales en Asie orientale. Dès 1947, en effet, l’ONU met en place la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) qui est l’une des commissions régionales de l’ONU. L’objectif de cette commission est de « promouvoir la coopération entre pays de la région, de coordonner l’action internationale dans la lutte contre la pauvreté, pour l’éducation, le développement des infrastructures et la protection de l’environnement »9. Les années 1950 étant celles de la décolonisation et de l’apparition des nouveaux États fraîchement affranchis de la tutelle coloniale, il faudra attendre la seconde moitié des années 1960 pour voir les prémices de politiques de coopération régionale. Cela se traduit en 1966 par la création de la Banque Asiatique du Développement puis l’année suivante par la création de l’Association des nations du Sud-est asiatique (ASEAN en anglais)10.

16On peut considérer que trois facteurs ont ralenti les avancées dans l’intégration régionale.

  • Primo, le fait que la quasi-totalité des pays de la zone aient été d’anciennes colonies. C’est un facteur à ne pas négliger dans l’analyse des relations internationales. En effet, un pays récemment indépendant sera d’autant plus réticent à parler d’intégration régionale qu’il verra toute perte de souveraineté comme une atteinte à son existence en tant qu’entité nationale indépendante. Il ne s’agit pas là d’un processus propre à l’Asie orientale, comme en témoigne l’attitude parfois très prudente de certains pays d’Europe de l’Est récemment intégrés dans l’Union Européenne (UE) – comme la République Tchèque ou la Pologne. Ce facteur a joué d’autant plus qu’on peut considérer que la dynamique d’intégration régionale ne peut se faire sans l’impulsion décisive d’un hégémon régional. Or la plupart des pays asiatiques étaient plus que réticents à coopérer avec une puissance étrangère (fut-elle asiatique) alors qu’ils venaient à peine de sortir de la domination coloniale. De plus le souvenir douloureux de l’occupation japonaise pendant la seconde guerre mondiale est demeuré vivace dans les mémoires.
  • La seconde raison qui explique cette relative faible intégration en Asie orientale tient au contexte géopolitique. En effet, quoiqu’officiellement non-alignés, les pays d’Asie orientale se partageaient entre pro-américains et pro-soviétiques (encore que les relations avec ces deux superpuissances n’aient jamais été aussi clairement définies notamment dans le cas de nombre de régimes communistes d’Asie qui, quoique se réclamant du marxisme, n’hésitaient pas à garder leurs distances avec Moscou – le cas chinois étant, en l’occurrence, le plus parlant). Ainsi, « l’ASEAN est née lors de la conférence de Bangkok en août 1967, dans un contexte de guerre froide marqué par la guerre au Vietnam. Prônant un neutralisme de façade, les cinq pays fondateurs (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande) sont en fait liés par leur opposition au communisme »11. Trois étapes vont permettre de faire avancer ce processus d’intégration. D’abord à la fin des années 1970 la politique d’ouverture et de réformes en Chine qui va pondérer le poids de Moscou dans la région. Pékin à partir de cette date sera moins vindicatif envers la présence américaine en Asie-Pacifique. Cela va se faire en vertu de la doctrine du tao guang yang hui [韬光养晦] littéralement « cacher ses talents et entretenir l’obscurité ». La priorité de Pékin étant le développement économique, il faut s’assurer d’un environnement géopolitique stable et pacifié afin d’attirer les investisseurs étrangers dans le pays. La fin de la guerre froide, ensuite, marque la fin du soutien soviétique à un certain nombre de régimes (indochinois notamment). Mais aussi un plus grand pragmatisme de Washington vis-à-vis des régimes socialistes asiatiques (à l’exception notable de la Corée du Nord). Ainsi on constate que ce n’est qu’en 1992 que l’ASEAN, lors du sommet de Singapour, entame une politique d’élargissement vers les régimes amis de la défunte URSS. Le Vietnam devient officiellement membre de l’organisation en 1995, le Laos et la Birmanie en 1997, et le Cambodge les rejoindra en 1999.
  • La troisième raison tient à des facteurs économiques. Quand les pays asiatiques accèdent à l’indépendance, le constat est sans appel : le commerce international et l’économie de marché (souvent imposé par les puissances occidentales) ne leur ont pas permis de sortir de la pauvreté. Bien au contraire, cette première mondialisation n’a fait qu’accroître les écarts de richesse (déjà conséquents) entre colonisateur et colonisé12. Il en résulte un choix dans les politiques de développement partagé par la plupart des pays asiatiques. Puisque le commerce international leur a été préjudiciable, une fois en mesure de décider par eux-mêmes de leur politique économique, ces pays vont opter pour une stratégie plutôt isolationniste et centralisée. Seules exceptions, un groupe de petits pays (Hong Kong, Singapour, Taiwan et Corée du Sud) qui pour des raisons d’ordre géopolitiques essentiellement, optent pour une insertion dans le commerce mondial. Cette politique isolationniste – dont le paroxysme fut sans doute atteint lors de la période maoïste pendant la campagne « compter sur ses propres forces » – s’avéra incapable de sortir les pays asiatiques du sous-développement dans lequel ils se trouvaient. Peu à peu ce consensus va alors s’effriter et les pays de la région vont progressivement suivre et reprendre les méthodes adoptées par les quatre dragons ou nouveaux pays industrialisés de la première génération (NPI 1). Ce bref retour en arrière sur les politiques de développement menées dans la région permet donc de comprendre pourquoi l’intégration régionale en Asie orientale fut lente à prendre de l’ampleur. En effet, dans la mesure où jusque dans les années 1980, les principaux pays de la zone conservent une politique protectionniste et étatisée, il semble difficile de pousser plus avant une intégration régionale qui se ferait par l’accélération des échanges et l’économie de marché. D’autre part, si certains petits États de la région avaient tout intérêt à pousser dans le sens d’une intégration régionale (Singapour notamment), un pays comme le Japon ne voyait pas nécessairement l’intérêt de se rapprocher de pays encore très distants en terme de développement. Pour le dire de manière plus explicite, pourquoi certaines économies florissantes (Japon, Corée du Sud, Taiwan) se rapprocheraient-elles de pays pauvres ? On constate ainsi que la dynamique régionale ne va véritablement voir le jour qu’à partir du moment où certains pays du Sud-Est asiatique (Thaïlande, Malaisie, Indonésie et Singapour) atteignent un certain niveau de développement et connaissent des taux de croissance élevés. Pour autant, il convient de rester prudent car il serait erroné d’établir une corrélation directe. En effet, on n’a constaté aucune dynamique de ce genre entre les pays du Nord-Est asiatique. Le Japon n’a pas essayé (ou n’est pas parvenu) à cimenter une union régionale dans les années 1970 quand Taiwan et la Corée du Sud ont atteint des niveaux de développement similaires à ceux des pays évoqués plus tôt dans les années 1990. Il faut donc y voir un facteur à prendre en compte mais qui n’est pas suffisant pour expliquer le phénomène (un facteur nécessaire mais pas suffisant). La situation économique tient ainsi un rôle non négligeable dans la logique régionale à l’œuvre dans la région. En effet, l’intégration régionale a été renforcée et a été inscrite à l’agenda des différentes nations est-asiatiques à partir du moment où celles-ci ont pris conscience de l’intérêt que pouvait représenter l’existence d’une zone économique régionale intégrée. La crise financière de 1997-1998 a été, dans ce sens, le facteur déterminant. À cet égard, le projet de constitution d’une zone de libre-échange, pourtant présenté dès 1991, va se concrétiser suite aux turbulences financières et commerciales subies par les pays de la zone. La crise financière de la fin de la décennie 1990 a mis en évidence les besoins d’une coopération renforcée. Les pays de l’ASEAN signent donc en 2002 un accord qui réduit de manière importante les barrières douanières entre pays membres.
  • 13 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 105

17Au-delà des projets de coopérations évoqués plus haut, on peut considérer que la première véritable initiative de régionalisation de l’Asie orientale ne date que de 1990. En décembre 1990 « le Premier ministre de Malaisie, Mohammad Mahatir, propose de créer un Groupe économique de l’Asie de l’Est (East Asia Economic Grouping, EAG). Ce projet est cependant limité, principalement aux pays de l’ASEAN, au Japon, à la Chine et à la Corée du Sud ; il semble exclure les pays situés hors de la région. Pour cette raison, l’initiative de M. Mahatir est très sévèrement critiquée par les États-Unis et l’Australie. Le Japon, à cette époque, est peu enthousiaste et, même au sein de l’ASEAN, l’idée de M. Mahatir ne fait pas l’unanimité. La Chine et la Corée du Sud sont réticentes. Finalement, cette initiative échoue »13.

  • 14 Encore que le sentiment de l’opinion publique taiwanaise vis-à-vis du Japon semble globalement très (...)
  • 15 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 106.

18Fait marquant, on constate que les projets d’intégration régionale en Asie orientale se font autour du bloc constitué par les pays de l’ASEAN. Or, on aurait pu penser que les nations de l’Asie du Nord-Est auraient été en mesure d’établir une forme de coopération régionale plus facilement. En effet, Taiwan et la Corée du Sud ont connu un rattrapage économique plus précoce que les autres économies de la zone ce qui leur a permis d’intensifier leurs relations avec le Japon – longtemps la seule nation industrialisée d’Asie. De plus ces pays ont de nombreuses similitudes culturelles et historiques. Cette absence d’avancée et même de projet d’intégration transfrontalière peut s’expliquer d’une part par le souvenir toujours vivace de la colonisation japonaise lors de la première moitié du XXe siècle14. « Par ailleurs, les Japonais eux-mêmes restent traumatisés par cette expérience, ce qui nuit à leur travail de réflexion sur la construction régionale dans cette zone »15. Tokyo semble, en plus, accorder plus d’importance à sa relation privilégiée avec les États-Unis plutôt qu’avec ce qu’elle considère pendant longtemps des pays en développement d’Asie.

  • 16 Pour plus de détails sur ces deux notions, voir Pelletier, op. cit., p. 293.

19L’ASEAN n’a pourtant jamais réussi à atteindre un degré d’approfondissement comparable à celle de l’Union Européenne où même du MERCOSUR. Devant ce constat d’intégration régionale inachevée, d’autres formes de coopérations ont ainsi été mises en œuvre pour, tout à la fois, palier au vide institutionnel dans la région et profiter des effets de synergie que permet le régionalisme. Ceci s’est fait sous deux modalités : la coopération sous-régionale et les triangles de croissance16 (voir fig. 1). La coopération sous-régionale vise à mettre en place une organisation productive efficace, jouant sur la proximité et un gradient de développement permettant d’exploiter au mieux les avantages comparatifs d’une région à différentes échelles. Tandis que les « triangles de croissance » n’impliquent pas dans leur fonctionnement des régions administratives en tant que telles. Ils partagent, cependant, avec les aires de coopération le fait d’être des zones économiques transnationales qui s’étendent sur des espaces appartenant à au moins trois pays.

2. Les différents modèles d’intégration régionale pour l’Asie orientale

A. Une intégration régionale issue de l’expansion économique ?

  • 17 Philippe Pelletier, op. cit., p. 293.

20« Au total, l’ASEAN paraît aujourd’hui victime d’une double crise : crise du modèle de développement qu’elle défendait et crise institutionnelle interne. »17 On doit donc se poser la question du modèle d’intégration régionale possible pour la région. En effet, l’Asie orientale se retrouve dans une situation particulière : les niveaux de développement sont très divers entre les différents pays de la zone ; et la région compte deux puissances – le Japon et la Chine – qui ne jouent pas sur les mêmes tableaux.

  • 18 Edith Terry, How Asia got rich – Japan, China and the Asian miracle, Armonk, New York Sharp Publish (...)

21Albert Fishlow et Stephan Haggard établissent une distinction entre les intégrations régionales guidées par une logique de marché (market driven regional integration) et celles par une logique politique (policy driven regional integration). Si l’on regarde le problème sous l’angle de l’intégration économique, on peut considérer que les avancées en termes d’intégration régionale en Asie orientale s’inscrivent, pour une bonne part, dans ce que l’économiste japonais Akamatsu Kaname appelait le vol d’oies sauvages. L’image de la migration des oies sauvages volant à l’unisson – Gankou keitai en japonais – avait été utilisée dans les littératures classiques chinoises et japonaises comme le symbole de l’héroïsme et de l’action collective au sein de l’État-nation. Ces vertus éminemment confucéennes pouvaient être déduites des diverses qualités du vol comme la géométrie de la formation ou le désir du retour à la terre des ancêtres18. Sans doute à cause du fort symbolisme auquel il est associé, le vol d’oies sauvages a été utilisé comme métaphore de nombreuses fois par des économistes japonais. Mais celui qu’on associe le plus souvent à cette image du « vol d’oies sauvages » reste Akamatsu Kaname. Il a en fait développé trois modèles nommés « modèle du vol d’oies sauvages ».

  • Son premier modèle concerne le processus de transition d’un pays agraire et importateur au stade de pays industriel et exportateur19.
  • Le second modèle décrit la succession de cycles industriels changeants selon l’évolution des avantages comparatifs.
  • Le troisième modèle fut publié en 1961 dans l’ouvrage assez révolutionnaire A theory of unbalanced growth in the world economy, ouvrage dans lequel Akamatsu décrit ce qu’il appelle « l’alignement des nations selon les différents niveaux de développement »20.

22Ces trois modèles peuvent être vus comme des entités distinctes ou comme les étapes d’une œuvre plus générale sur le développement industriel des PED notamment en Asie orientale. Les deux premiers modèles concernaient le niveau national tandis que le troisième s’inscrit dans une optique plus large de développement au niveau continental (ici l’Asie orientale).

  • 21 Encore que le vieillissement rapide de la population fasse peser de lourdes inquiétudes quant au mo (...)

23La théorie du professeur Akamatsu offre donc une perspective dynamique d’un processus de développement nourri par une croissance extravertie ici favorisée par l’insertion dans le commerce mondial et les exportations. On peut synthétiser cette théorie par le schéma suivant. Le modèle de développement d’Akamatsu (proposé dès 1937) se fait en cinq étapes de croissance économique dont les mots d’ordre sont indépendance économique, industrialisation, promotion des exportations. Ce cycle décrit la spécialisation japonaise comme un vol d’oies sauvages c’est-à-dire en vagues successives, chaque vague recouvrant en partie celle qui la précède. L’industrialisation procède d’abord d’une première vague d’importations de produits manufacturés pendant les premières années, puis dans un deuxième temps d’une substitution aux importations et d’une montée en puissance de la production domestique ; une troisième vague transforme celle-ci en secteur exportateur, l’exportation prenant le relais d’une demande saturée. En 1982, l’économiste Shinohara y ajoute une quatrième vague dans laquelle, avec le vieillissement du produit et la montée des coûts de fabrication, la délocalisation des unités de production devient nécessaire. Il semble que la Chine ne soit pas arrivée à ce stade final et qu’il sera fortement retardé à cause de deux phénomènes : la réserve de main-d’œuvre bon marché dans les campagnes21 et la possibilité de « délocaliser » à l’intérieur même vers les provinces du centre moins développées que celles de la côte.

  • 22 Nous omettons ici sciemment de traiter du cas nord-coréen, dans la mesure où le régime de Pyongyang (...)

24Ce modèle de développement en « vol d’oies sauvages » a renforcé l’interdépendance économique entre les différents pays de la région dans la mesure où le Japon a successivement délocalisé une partie de sa production vers ses voisins directs (c’est-à-dire les pays les plus proches en termes géographiques ainsi qu’en termes de développement) – Corée du Sud et Taiwan. Dans un second temps, on constate qu’à mesure que ces pays vont se développer, les entreprises japonaises vont délocaliser à nouveaux vers d’autres pays d’Asie – Malaisie, Indonésie, Thaïlande puis Chine – et qu’une seconde vague de délocalisation (concernant des productions plus élaborées) va se faire vers les NPI1. Aujourd’hui, on peut constater que le processus s’est répété et que les NPI2 relocalisent certaines activités vers des pays moins avancés de la région (Vietnam, Cambodge). On peut supposer en toute logique que ce processus se poursuivra et finira par concerner les PMA de la région (Laos et Birmanie)22.

  • 23 Robert Gilpin, op. cit., p. 345.
  • 24 Philippe Pelletier, op. cit., p. 293.

25Si l’on retient l’idée que le régionalisme en Asie orientale relève essentiellement d’une logique de marché (market driven regional integration), on peut alors envisager la perspective néo-institutionnaliste selon laquelle les institutions internationales, et donc régionales, sont créées pour trouver une solution aux failles du marché (market failures). L’intégration régionale est alors un moyen de régler les problèmes de coordination et/ou d’éliminer tout autre obstacle à la coopération économique23. La création d’institutions régionales inciterait à la coopération entre pays et, via toute une sorte de mécanismes, faciliterait une telle coopération. On peut considérer que cette approche met le doigt sur un élément important de la dynamique d’intégration régionale à l’œuvre en Asie orientale. En effet, on a constaté que le processus de coopération s’est retrouvé relancé après la crise financière de 1997-1998. Mais, « en l’absence de projet politique fédérateur, aucune orientation commune ne se dégage. Bien au contraire, les divers pays membres se livrent à une féroce concurrence pour attirer les investissements extérieurs, alors que les grands projets de construction d’infrastructures buttent sur les difficultés de financement. On est donc loin d’une intégration commerciale comparable à celle du Mercosur, souvent présenté dans la région comme le modèle à suivre. »24

  • 25 Christian Deblock, « Régionalisme et mondialisation : que nous apprennent les théories ? », in Bert (...)

26D’autre part, on constate que le concept de régionalisme a, à partir des années 1980, supplanté progressivement celui d’intégration régionale en économie internationale25 pour désigner « toute forme d’arrangement institutionnel qui vise à se libéraliser ou à faciliter le commerce à un niveau autre que multilatéral ». Il s’agit là d’une définition très restrictive, pourtant retenue par l’OMC. On est, en effet, dans une vision très étroite du phénomène puisqu’elle n’envisage que le cas de la libéralisation des échanges. Les raisons poussant deux ou plusieurs pays à rechercher une intégration plus étroite de leur économie sont donc délaissées.

  • 26 Robert Gilpin, op. cit., p. 346.

27C’est là, nous semble-t-il, la principale faiblesse du néo-institutionnalisme et, d’une manière générale, du recours aux seules théories économiques dans l’explication du phénomène. On peut considérer ainsi avec Gilpin que ce type d’approches se révèle insuffisant pour expliquer le processus d’intégration économique. Ceci semble dû au fait que « les approches économiques font souvent l’hypothèse qu’une décision politique est prise afin de créer une entité économique plus grande, et que les économistes n’ont besoin que d’analyser les conséquences en terme de bien-être de cette décision […] »26.

B. Une intégration régionale issue de la volonté politique ?

28Plutôt que de voir le régionalisme comme le résultat d’une logique de marché, certains analystes se sont demandés s’il ne faut pas voir la marque des États dans le processus d’intégration régionale en Asie orientale. On optera donc plutôt pour une approche réaliste du phénomène. Notons, cependant, qu’il n’existe pas une lecture unique de la question parmi les auteurs réalistes. Considérons, cependant, que tous partagent l’idée de l’importance de la puissance, des intérêts politiques nationaux ainsi que des rivalités interétatiques dans le processus d’intégration. Les réalistes voient donc dans l’intégration régionale un phénomène politique poursuivi par les États pour des raisons de politique nationale et économique. On suppose, alors, qu’un processus d’intégration réussi, tant au plan économique que politique, doit être porté par un ou plusieurs hégémons qui souhaitent utiliser leur pouvoir et leur influence pour promouvoir et orienter le processus d’intégration. Dans le cas d’une pluralité de « champions régionaux », le processus ne pourra aboutir que dans la mesure où il existe une convergence de vues entre ces « champions ».

  • 27 Christian Deblock, op. cit., p. 252.

29On peut donc considérer, dans une perspective structuraliste, que la place relative des États-nations est déterminée par les structures de l’économie mondiale et ce sont les capacités économiques (capabilities) qui les différencient les uns des autres. « Les regroupements économiques permettent d’apporter collectivement plus de sécurité, d’accroître le potentiel économique et d’élargir le pouvoir de négociation »27. Les efforts d’intégration régionale en Asie-Pacifique se sont ainsi faits, dans une large mesure, en réponse aux développements régionaux européens et nord-américains. Ce projet de régionalisme a été initialement porté par le Japon (hégémon régional potentiel). Tokyo a ainsi redoublé d’efforts pour créer et prendre les rênes l’économie est-asiatique. Dans la mesure où, comme on a déjà dit, de plus en plus de pays asiatiques en développement ont libéralisé leur économie de manière unilatérale afin d’obtenir une croissance reposant sur les exportations, ces mêmes pays ont commencé à percevoir les avantages qu’ils pouvaient retirer d’initiatives régionales. L’intégration régionale leur permet, en effet, de bénéficier d’économies d’échelles au niveau industriel mais aussi de contrebalancer le poids acquis par les blocs régionaux déjà constitués en Europe et en Amérique du Nord. On peut considérer que ce phénomène s’apparente à ce que les politistes appellent un « dilemme de sécurité ». Les blocs régionaux se retrouvent, alors, en compétition les uns avec les autres ; ce qui incite les pays membres d’un regroupement à renforcer l’intégration dans l’optique de défendre leurs propres intérêts nationaux.

  • 28 Robert Gilpin, op. cit., p. 357.
  • 29 Christian Deblock, op. cit., p. 249.

30En effet, les exemples nationaux nous montrent que, malgré les hypothèses néo-fonctionnalistes, l’unification économique a toujours suivi plutôt que précédé l’unification politique. À ma connaissance, on ne trouve pas d’exemple où une unification économique et monétaire conduit automatiquement à une unification politique. Le régionalisme économique a ainsi pu se développer car les États-nations ont recherché tout à la fois à retirer les bénéfices d’une économie globalisée ; et à accroître leurs gains relatifs et se protéger contre des menaces extérieures d’ordre sécuritaire ou économique28. « En fait, si la libéralisation des échanges constitue sa raison d’être, le régionalisme relève avant tout de l’ordre de la “construction politique” »29.

3. Un hégémon en Asie orientale : la Chine, le Japon ou… les États-Unis ?

  • 30 Ibid. p. 249.

31Le fait de pousser plus avant un processus d’intégration résulte donc d’un choix stratégique, appuyé sur la conviction des acteurs, fondée ou non, que leurs intérêts seront mieux défendus et leurs objectifs plus facilement atteints, à l’intérieur d’un regroupement qu’en dehors. On peut reprendre la typologie de Deblock30 pour qui cet engagement repose sur trois éléments : un corps d’idées, de valeurs et d’objectifs en vue de créer plus de sécurité, de richesse ou d’autres finalités dans une région donnée ; un programme formel orienté sur la construction d’institutions ; et une stratégie de « régionalisation » qui sera poursuivie par les acteurs publics et privés. La problématique de l’intégration régionale en Asie orientale relève de l’ordre de la gouvernance collective et la construction de ses institutions devient un enjeu politique.

  • 31 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 105.
  • 32 Valérie Niquet, Chine-Japon : l’affrontement, Paris, Perrin, 2006.

32La problématique de l’intégration régionale en Asie orientale a ceci de particulier qu’elle est le théâtre de la montée en puissance de la rivalité entre deux hégémons potentiels pour la région, la Chine et le Japon. Comme l’écrit Yamada, « il est impensable de concevoir un ordre régional dans cette partie du monde sans y inclure la Chine et le Japon, les deux puissances régionales majeures. Mais il est aussi vrai que la prédominance de ces deux pays a freiné le mouvement d’intégration régionale »31. En effet, il s’avère que dans le cas est-asiatique, la présence de deux puissances a été un frein à l’approfondissement de l’intégration régionale. Véritables « Mars et Vénus d’Asie »32, la Chine et le Japon portent deux des projets d’intégration régionale diamétralement opposés. Or, dans la mesure où la région ne présente a priori aucune unité, le problème n’en devient que plus important. Tout projet d’intégration régionale, un tant soit peu poussé, ne peut faire l’économie d’une réflexion sur l’identité ou la conscience d’appartenir à une communauté au sein de laquelle les nations partagent les mêmes objectifs et les mêmes idées. La construction régionale en Asie orientale visera donc, aussi, à la construction d’une identité collective. Or, Pékin et Tokyo n’ont pas la vision de la forme à donner à cette identité. Cette compétition pour le leadership asiatique se fait dans le cadre de relations internationales structurées, au préalable, par un hégémon, mondial celui-là, les États-Unis. Or la présence américaine est, pour des raisons historiques, marquée en Asie orientale.

  • 33 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 113.

33C’est autour de la question de l’approfondissement de la coopération avec l’ASEAN que se manifestent le plus clairement les projets de régionalisations différentes entre les deux puissances. En novembre 2000, lors de la réunion au sommet de l’ASEAN+3 de Singapour, le Premier ministre japonais Mori Yoshiro énonçait trois principes directeurs pour l’approfondissement de l’intégration dans la région33 :

  • créer un sentiment d’appartenance à la communauté d’Asie orientale en établissant des relations de partenariat ;
  • développer l’ASEAN+3 comme cadre de coopération régionale ouvert permettant de compléter et renforcer le système multilatéral ;
  • concrétiser la coopération par le biais de l’ASEAN+3 dans tous les domaines énumérés dans le communiqué conjoint de Manille, en 1999, en privilégiant pour l’instant les domaines économiques afin de pouvoir intégrer, dans le futur, la politique et la sécurité.

34On peut considérer que Pékin souscrit à cet agenda de la construction régionale. Mais reste à déterminer si Chine et Japon s’entendent sur la manière de le réaliser. On va donc voir que la Chine et le Japon ont deux projets très différents quant à l’intégration régionale.

A. Le Japon : locomotive de l’intégration régionale en Asie orientale ?

  • 34 Ibid., p. 107.
  • 35 Ibid., p. 107.

35Si on part de l’hypothèse que la construction régionale se fait sur une impulsion politique de la part d’une puissance dominante dans le processus, on peut considérer que le Japon a initialement rempli ce rôle. « Traditionnellement, les rapports du Japon avec des pays asiatiques comme la Chine, la Corée du Sud, les États de l’ASEAN et les autres pays de l’Asie du Sud-Est étaient construits sur des rapports bilatéraux, chaque volet constituant un partenariat important avant que la coopération régionale ne se développe ces dernières années. »34 On a donc assisté à une évolution de la diplomatie japonaise. À partir des années 1990, Tokyo passe progressivement d’une politique étrangère centrée sur les relations bilatérales à un dialogue multilatéral. Dans ce contexte, l’ASEAN devient un partenaire privilégié pour le Japon. « Cette intensification des relations se traduit par l’accroissement des contacts au niveau des chefs d’État et de gouvernement. Alors que les Premiers ministres japonais n’ont visité les pays d’Asie du Sud-Est que quatre fois dans les années 1980, huit visites au plus haut niveau sont organisées dans les années 1990. Entre 1997, année du début de la crise économique asiatique, et 2002, le chef du gouvernement japonais s’est rendu neuf fois en Asie du Sud-Est. »35 Longtemps, la question de l’intégration régionale n’a pas été au cœur des préoccupations des dirigeants japonais. On peut même considérer que le projet régionaliste de Tokyo est davantage réactif que proactif. Réactive, cette politique asiatique du Japon l’aura été à deux égards. D’abord, parce que Tokyo n’a pas pris la mesure de ce que pouvait lui apporter une coopération régionale après en avoir vu les effets en Europe et, dans une moindre mesure, en Amérique du Nord. Tokyo a donc cherché à promouvoir la coopération est-asiatique parce qu’elle valorisait ses intérêts (dilemme de sécurité). D’autre part, l’intérêt que porte désormais le Japon à l’intégration régionale est aussi le fruit de la politique que Pékin met en œuvre (ou tente de mettre en œuvre) dans ce domaine.

  • 36 Gregory Vanel, « Le concept d’hégémonie en EPI », Cahiers de recherche du CEIM/GRIC, 2003 cité par (...)

36On peut reprendre les critères proposés par Vanel36 pour tenter d’évaluer le statut des deux pays en tant qu’hégémon. Vanel propose de distinguer trois critères qui définissent le caractère hégémonique ou non d’un pays. Le premier critère concerne les sources matérielles de l’hégémonie. Il s’agit là de critères tangibles. Trois principales caractéristiques sont retenues : la puissance militaire, la démographie (superficie et taille de la population) et l’économie. Le deuxième critère renvoie à la notion de soft power. Le troisième critère proposé est la transférabilité (fungibility) à savoir la capacité de l’hégémon de transférer sa puissance d’un domaine à l’autre. Ce dernier critère ne sera pas étudié en soi dans la mesure où, avant de pouvoir l’étudier, il nous faut savoir au préalable si l’un ou l’autre pays est un hégémon. Cependant, on verra que la Chine, sans être déjà hégémonique, tente de transférer son pouvoir d’un domaine à l’autre.

  • 37 Laëtitia Guilhot & alii, op. cit., p. 286.
  • 38 Cité par Laëtitia Guilhot & alii, p. 286.
  • 39 Laëtitia Guilhot & alii, op. cit., p. 286.

37Le Japon détient, sans contestation aucune, l’avantage au plan économique. Le poids économique du Japon est sans commune mesure avec celui de son voisin chinois comme l’atteste le tableau 4. Mais, au-delà du poids de son PIB, qui demeure un indicateur domestique, le Japon pèse sur l’intégration régionale grâce à ses investissements. « […] Les IDE japonais dans la zone et leurs effets structurants sur la division régionale du processus productif, sont une autre illustration de l’influence économique encore incontestée à ce jour de l’économie nippone en Asie orientale, comme le sont également les flux commerciaux importants entre le Japon et les principaux pays asiatiques. »37 Comme l’a écrit Tiersen, « Le Japon continue à guider les oies asiatiques »38… dont l’oie chinoise. De plus, le Japon n’est pas qu’un simple investisseur pour les pays de la zone. Il fait également figure de véritable économie motrice. Pays en pointe dans les domaines technologiques, l’archipel jouit d’un véritable effet d’entraînement. L’économie chinoise ne peut donc être considérée comme une économie motrice diffusant des normes d’organisation, à savoir une économie « capable d’augmenter le produit, de modifier les structures, d’engendrer des changements dans les types d’organisation, de susciter ou de favoriser le progrès économique »39. En dépit de ses difficultés depuis une quinzaine d’années, le Japon conserve ce statut de modèle à suivre, y compris pour Pékin. De ce point de vue, on peut même considérer que la Chine dessert l’intégration régionale puisqu’elle est en situation de concurrence avec les pays de l’ASEAN pour attirer les IDE.

Tableau 4. Comparaison du PIB et PIB par tête en 2004 pour la Chine et le Japon au taux de change courant et en parité de pouvoir d’achat (PPA).

PIB (mds$)
au taux de
change courant
PIB/tête
en $
PIB (mds$)
PPA
PIB/tête
en $2
Japon 4 623,4 36 187 3 774,1 29 539,5
Chine 1 649,3 1 272,1 7 123,7 5 494,6

Source : OMC.

B. La Chine : un leader naturel pour la région ?

  • 40 Paul André, « L’évolution de la politique étrangère chinoise » in Histoire et Liberté, Paris, 2010, (...)

38La Chine, symétriquement, peut se prévaloir d’une hégémonie sur les critères matériels. Sa population et sa superficie en font en géant mondial et aucun acteur de la région (pas même l’Indonésie) n’est en mesure de rivaliser avec elle. De plus Pékin est le seul pays asiatique à disposer d’un siège permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Mais cette puissance matérielle chinoise n’est pas forcément un atout dans le processus d’intégration régionale. Un certain nombre de pays asiatiques sont inquiets par cette montée en puissance de la Chine. La politique de modernisation et de réforme de l’Armée populaire de libération a considérablement changé la donne en matière de sécurité régionale. On estime désormais que Pékin est capable de mener des opérations militaires sur un arc allant du sud de la péninsule coréenne au sud du Vietnam. D’ici à 2020, la capacité d’intervention militaire de la Chine s’étendra du nord du Japon à Sumatra en passant par les Philippines40.

39La concurrence entre les deux puissances semble se jouer véritablement sur leur soft power. C’est, en effet, leur capacité à convaincre, à susciter l’adhésion autour d’un projet les mettant en avant qui sera déterminant. Or ce point, les deux puissances font valoir chacune leurs atouts. Tokyo a longtemps fait figure de modèle pour les pays asiatiques. De sa victoire sur les Russes en 1905, à son accession au rang de deuxième économie mondiale en 1972, jusqu’aujourd’hui encore, le Japon n’a jamais cessé de représenter un modèle de modernité et de réussite. Les peuples de toute l’Asie orientale sont imprégnés de culture japonaise dans leur vie quotidienne (manga, J-pop, biens de consommation, etc.), les technologies, le monde professionnel (toyotisme), etc. Mais dans le même temps, nombreux sont ceux en Asie qui considèrent comme illégitime une domination régionale de la part d’un pays qui, depuis la réforme Meiji en 1878, a tourné le dos à l’Asie pour l’Occident. Tokyo a, en effet, toujours fait primer sa relation privilégiée avec les États-Unis sur la construction régionale.

  • 41 Voir par exemple la déclaration de Wang Yi, ambassadeur de Chine au Japon, 21 février 2005.
  • 42 China Daily, 10 novembre 2004.
  • 43 Valérie Niquet, op. cit., p. 195.

40Pékin, fort de sa croissance économique, se présente volontiers comme un modèle. Faisant prévaloir des « valeurs asiatiques », la Chine avance une rhétorique de l’intégration en « harmonie » opposée aux rapports conflictuels mis en œuvre selon Pékin par les États-Unis et leurs alliés41. Trop proche des États-Unis, la Chine estime que le Japon devrait, ainsi, « abandonner la mentalité de guerre froide, c’est-à-dire l’alliance avec les États-Unis, pour contribuer à la paix et au développement en Asie »42. Mais la rhétorique chinoise tend à assimiler l’ensemble de l’Asie à la Chine. Dans ce projet, les valeurs que promeut Pékin sont censées être celles auxquelles aspirent toutes les capitales d’Asie. Ceci a tendance à inquiéter les partenaires de Pékin et à les inciter, à l’inverse, à renforcer leurs attentes vis-à-vis du Japon. Si Pékin souhaite exclure toute présence et influence américaine en Asie orientale, le projet d’intégration régionale défendu par Tokyo semble plus ouvert. Pour le Japon « il s’agit au contraire d’ouvrir cet espace asiatique à des puissances périphériques comme l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais également, à terme, aux États-Unis, afin de maintenir face à la Chine un équilibre considéré comme nécessaire »43. Ce sont donc deux visions radicalement opposées de la structuration de l’espace régional qui sont en jeu. Il semble que les pays de l’ASEAN, conscients du poids démesuré qu’aurait la Chine dans une union régionale excluant tout contrepoids de taille, s’accordent avec Tokyo pour calmer les velléités chinoises.

  • 44 Laëtitia Guilhot & Catherine Figuiere, op. cit., p. 289.

41Les avancées de l’intégration régionale est-asiatique sont donc remises en cause par cette rivalité sino-nippone. Les deux puissances défendent deux modèles politiques différents (valeurs confucéennes et autoritarisme pour Pékin et démocratie et libéralisme pour Tokyo). Mais, au-delà de ce paramètre, on peut considérer que l’intégration régionale est dépendante d’une troisième puissance : les États-Unis. Très présents dans la région depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ils ont lié une série d’alliances très solides avec un certain nombre d’acteurs de la région (Japon, Corée du Sud, Taiwan, Philippines, Thaïlande). Le soutien américain à Taiwan, par exemple, est un élément structurant l’évolution de la coopération est-asiatique. D’autre part, ni la Chine ni le Japon ne disposent d’un élément important pour l’avancée d’une intégration région, à savoir une monnaie qui pourrait faire office de devise référence pour la région. C’est bien le dollar qui continue à jouer ce rôle. « Aucune des grandes économies dans la région ne peut s’imposer tant que ces derniers n’ont pas réduit leur dépendance au dollar »44.

Conclusion

42Si elle a connu des avancées importantes depuis la crise financière de 1997-1998, la construction régionale en Asie orientale demeure inachevée et pour le moins incertaine. L’hétérogénéité des acteurs, de leur niveau de développement ainsi que de leurs régimes politiques tend à rendre difficile l’obtention d’un consensus sur un projet commun. Ou pour le dire autrement, les dirigeants d’Asie orientale sont encore difficilement capables de créer une communauté de vues, d’objectifs et d’idées. Cette intégration régionale ne pourra aller plus avant tant que le politique ne se sera pas saisi de la question. Or la rivalité entre la Chine et le Japon peut apparaître comme une épée à double tranchant. Si l’on peut considérer qu’il n’existe pas de réelle intégration au niveau de l’ensemble de la région (du Japon à l’Indonésie), on peut considérer que cette rivalité des deux puissances favorise et ralentit tout à la fois la construction régionale. Cette compétition pour le leadership pousse la Chine et le Japon à prendre l’initiative pour approfondir l’intégration régionale et, ce faisant, passer pour le leader naturel de la région. C’est un élément allant dans le sens d’une plus grande intégration. Mais dans le même temps, l’absence d’hégémon régional semble rendre impossible l’aboutissement d’un projet d’union régionale. Pékin n’acceptera pas de prendre part à une union régionale où Tokyo jouerait le premier rôle ; tout comme le Japon (mais aussi Taiwan et dans une moindre mesure la Corée du Sud) n’acceptera de voir la Chine présider aux destinées de la zone est-asiatique. Porteuse d’espoirs en termes d’une intégration rapprochant les peuples d’Asie orientale, la construction régionale asiatique n’en demeure pas moins une configuration potentiellement conflictuelle.

Notes

1 Hongyi Lai & Lim Tan Seng, Harmony and Development: ASEAN-China Relations, Singapour, World Scientific Press, 2007.

2 Pour une présentation en français de l’EPI, voir Gérard Kebabdjian, Les théories de l’économie politique internationale, Paris, Seuil, 1999 ; Pierre Berthaud & Gérard Kebabdjian (dir.), La question politique en économie internationale, Paris, La Découverte, 2006.

3 Fumihiko Yamada, « Les régionalismes en Asie orientale : spectres du passé ou facteurs d’avenir ? », in François Godement (dir.), Asie (2004-2005), Paris, La Documentation Française, p. 104.

4 Le groupe de Shanghai regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. L’objectif de ce groupe est de conjuguer les efforts des pays membres dans la lutte anti-terroriste et les questions de sécurité.

5 On estime même qu’en prenant en compte les capitaux cachés (argent de la corruption et sommes placées dans les paradis fiscaux) l’indice de Gini de la Chine avoisinerait les 0,49. Ce qui placerait la Chine au même niveau que des pays comme le Venezuela ou le Pérou.

6 Fumihiko Yamada, op. cit.

7 Philippe Pelletier (dir.), Géopolitique de l’Asie, Paris, Nathan, 2009, p. 293.

8 Robert Gilpin, Global Political Economy, Princeton University Press, 2001, p. 342.

9 Philippe Pelletier, op. cit., p. 292.

10 Pour rappel Singapour ne devient indépendant de la Malaisie qu’en 1965.

11 Philippe Pelletier, op. cit., p. 292.

12 Sur ce point voir Daniel Cohen, Trois leçons sur la société post-industrielle, Paris, Seuil-La République des idées, 2006.

13 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 105

14 Encore que le sentiment de l’opinion publique taiwanaise vis-à-vis du Japon semble globalement très favorable (ce qui fait de l’île une exception en Asie orientale de ce point de vue).

15 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 106.

16 Pour plus de détails sur ces deux notions, voir Pelletier, op. cit., p. 293.

17 Philippe Pelletier, op. cit., p. 293.

18 Edith Terry, How Asia got rich – Japan, China and the Asian miracle, Armonk, New York Sharp Publishing, 2002.

19 Terutomo Ozawa, Institutions, Industrial Upgrading, and Economic Performances in Japan – The flying geese paradigm of catch-up growth, Northampton, Mass., Edward Elgar, 2005, chapitre 9.

20 Terutomo Ozawa, op. cit., chapitre 10.

21 Encore que le vieillissement rapide de la population fasse peser de lourdes inquiétudes quant au modèle de développement chinois.

22 Nous omettons ici sciemment de traiter du cas nord-coréen, dans la mesure où le régime de Pyongyang refuse, à ce jour, toute insertion dans le commerce international.

23 Robert Gilpin, op. cit., p. 345.

24 Philippe Pelletier, op. cit., p. 293.

25 Christian Deblock, « Régionalisme et mondialisation : que nous apprennent les théories ? », in Berthaud & Kebabdjian, op. cit., p. 249.

26 Robert Gilpin, op. cit., p. 346.

27 Christian Deblock, op. cit., p. 252.

28 Robert Gilpin, op. cit., p. 357.

29 Christian Deblock, op. cit., p. 249.

30 Ibid. p. 249.

31 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 105.

32 Valérie Niquet, Chine-Japon : l’affrontement, Paris, Perrin, 2006.

33 Fumihiko Yamada, op. cit., p. 113.

34 Ibid., p. 107.

35 Ibid., p. 107.

36 Gregory Vanel, « Le concept d’hégémonie en EPI », Cahiers de recherche du CEIM/GRIC, 2003 cité par Laëtitia Guilhot & Catherine Figuiere, « La Chine, un hégémon régional en Asie orientale ? Une approche d’EPI » in François Hay & Shi Yunnan, La Chine : forces et faiblesses d’une économie en expension, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 279.

37 Laëtitia Guilhot & alii, op. cit., p. 286.

38 Cité par Laëtitia Guilhot & alii, p. 286.

39 Laëtitia Guilhot & alii, op. cit., p. 286.

40 Paul André, « L’évolution de la politique étrangère chinoise » in Histoire et Liberté, Paris, 2010, n° 41.

41 Voir par exemple la déclaration de Wang Yi, ambassadeur de Chine au Japon, 21 février 2005.

42 China Daily, 10 novembre 2004.

43 Valérie Niquet, op. cit., p. 195.

44 Laëtitia Guilhot & Catherine Figuiere, op. cit., p. 289.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les aires de coopération internationale en Asie orientale.
Crédits Source : PELLETIER, op. cit., p. 294.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search