Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Chine aujourd'hui

 | 
Paul André

Chapitre 6. L’utilisation de la lutte anti-terroriste dans la politique étrangère chinoise : entre opportunités et défis à venir1

Simon Shen

Résumé

Ce chapitre présente quatre domaines de la vision chinoise sur le terrorisme, à savoir la définition officielle de la lutte anti-terroriste en Chine et sa différence avec celles des États-Unis ; le cas de la menace terroriste dans la région du Xinjiang ; la relation entre la lutte anti-terroriste et la politique étrangère chinoise notamment dans le cadre des réponses apportées aux attentats du 11 septembre et la participation de la Chine à l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) ; et enfin, les points de vue chinois concernant le terrorisme. La combinaison de ces quatre dimensions nous dit pourquoi la lutte anti-terroriste dans le contexte chinois peut s’avérer assez différente de l’usage conventionnel du terme que l’on en fait en Occident. Elles peuvent montrer comment la Chine fait pleinement usage de la formule afin de maximiser ses gains dans la décennie post-11 septembre. Et elles nous montrent quels sont les défis auxquels cette stratégie aura à faire face dans le futur.

This chapter outlines four areas of the Chinese view on terrorism, namely the official definition of anti-terrorism in China and its difference from the US version, the terrorist threat in the Xinjiang region as an example, the relationship between anti-terrorism and Chinese foreign policy especially in response to 9-11 and the Chinese participation in the Shanghai Cooperative Organization, and the domestic views towards ant-terrorism in China. Together they tell us why anti-terrorism in the Chinese context can be subtly different from the conventional usage in the west, how China made full use of the term to maximizes its gains in the decade following 9-11, and what are the challenges that this strategy will have to face in the future.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article fait référence à différents articles de l’auteur parmi lesquels : [1] « Does Proximity (...)

1La question du terrorisme n’est pas nouvelle dans la politique chinoise. Elle existait déjà bien avant les attaques du 11 septembre 2001. Cependant la version chinoise de la lutte anti-terroriste a été relativement peu étudiée par les chercheurs Occidentaux. Cela s’explique par le fait qu’elle ne s’inscrivait pas aux avant-postes de la campagne anti-terroriste menée par les États-Unis et par le fait que les groupes considérés par Pékin comme terroristes n’avaient pas de figures emblématiques de notoriété mondiale. Ce chapitre présente quatre domaines de la vision chinoise sur le terrorisme, à savoir la définition officielle de la lutte anti-terroriste en Chine et sa différence avec celles des États-Unis ; le cas de la menace terroriste dans la région du Xinjiang ; la relation entre la lutte anti-terroriste et la politique étrangère chinoise notamment dans le cadre des réponses apportées aux attentats du 11 septembre et la participation de la Chine à l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) ; et enfin, les points de vue chinois concernant le terrorisme. La combinaison de ces quatre dimensions nous dit pourquoi la lutte anti-terroriste dans le contexte chinois peut s’avérer assez différente de l’usage conventionnel du terme que l’on en fait en Occident. Elles peuvent montrer comment la Chine fait pleinement usage de la formule afin de maximiser ses gains dans la décennie post-11 septembre. Et elles nous montrent quels sont les défis auxquels cette stratégie aura à faire face dans le futur.

1. La définition officielle de la Chine de la lutte anti-terroriste

  • 2 1978, N.D.T.
  • 3 « Déclaration conjointe sino-russe », Ministère des Affaires étrangères de la République Populaire (...)

2Pendant toute la période maoïste, le terrorisme était à peine mentionné sans doute car de nombreuses tactiques adoptées par le Parti Communiste Chinois (PCC) pendant la guerre civile étaient assez problématiques d’un point de vue éthique. Le concept a été progressivement introduit en Chine à partir de la période des réformes2. Avant le 11 septembre, la politique anti-terroriste officielle de la Chine a été essentiellement élaborée au début de la présidence de Jiang Zemin dans les années 1990. Elle était principalement centrée sur la souveraineté et la sécurité nationale. En particulier, dans l’usage chinois conventionnel, les termes de « anti-terrorisme » et de « souveraineté » sont souvent reliés. La tentative chinoise pré-11 septembre d’élaborer une théorie reliant les deux termes peut être vue en 1999 quand la Chine et la Russie signèrent un accord commun anti-terroriste dans lequel deux cibles étaient identifiées : « l’extrémisme religieux » (zongjiao jiduan zhuyi) et le « séparatisme ethnique » (minzu zhuyi) pour former ce que certains commentateurs ont appelé le « trio diabolique », ou ce que la terminologie officielle a toujours qualifié de « trois forces diaboliques » (sangu shili)3. Cette trinité, cependant, n’avait qu’une chose en commun : une souveraineté multiethnique, alors qu’une autre cible plus subtile était le soutien de l’Occident à cette trinité en particulier quand le principe était appliqué à l’organisation de coopération de Shanghai (OCS) au sein de laquelle la Russie et la Chine sont les membres dominants. Dès les premiers jours de l’OCS, la lutte contre ces trois forces diaboliques a toujours été la priorité dans la mesure où la plupart de ses membres avaient des exemples typiques de tels cas – comme les séparatistes du Xinjiang en Chine, les guérillas Tchétchènes en Russie ou le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan en Asie centrale. À cette époque, les pays Occidentaux étaient suspectés de soutenir ces « trois forces diaboliques », notamment les États-Unis. Par conséquent la définition chinoise de l’antiterrorisme incluait d’une certaine manière des éléments anti ingérence étrangère.

  • 4 « Commentaires du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères sur le séminaire à propos des i (...)
  • 5 Sur ce point, on peut se référer par exemple à Zhiping Pan, « Dongtu Kongbu Zhuyi: Youlai Yu Fazhan (...)
  • 6 Colin Mackerras, « Xinjiang and the War against Terrorism », in Simon Shen (dir.), China and Anti-t (...)
  • 7 Rex Li, « A Rising Power with Global Aspirations: China », in Mary Buckley & Rick Fawn (dir.), Glob (...)

3Après le 11 septembre, allant de pair avec son soutien à la campagne américaine contre la terreur, la Chine a tenté de réconcilier l’anti-terrorisme avec son intégration dans le monde et par conséquent a temporairement occulté les éléments anti-étrangers de sa politique antiterroriste. Cependant, sachant que sa position de coopération pourrait ne pas être populaire parmi les nationalistes en Chine, le Parti-État proposa des solutions autres que la coercition et la censure en soulignant davantage les menaces terroristes qui planent sur la Chine. Peu de temps après, les événements du 11 septembre déclinaient dans la version chinoise de la lutte antiterroriste et le rôle des séparatistes du Xinjiang comme terroristes commençait à devenir plus visible. Selon Pékin, tout pays hébergeant des séparatistes du Xinjiang, appliquant en cela la vision dichotomique du monde de la doctrine Bush, nuisait au peuple chinois4. Cette position, qui consiste à relier la lutte antiterroriste en Chine à l’Occident, est largement intacte dans l’administration chinoise de la présidence Hu Jintao qui a succédé et est relayée par la plupart des universitaires de Chine continentale5. Cependant, pour la plupart des universitaires Occidentaux qui étudient le sujet, comme Colin Mackerras, les Chinois mènent leur propre bataille et celle-ci est déconnectée de la campagne mondiale de lutte contre la terreur. Pour de nombreux universitaires, cette campagne se fait de plus en plus contre les droits de l’homme6. La plupart des universitaires ont vu la campagne contre le Mouvement Islamique du Turkestan Oriental (MITO) comme une stratégie réaliste visant à maximiser les intérêts nationaux chinois après le 11 septembre7.

  • 8 Simon Shen, « Hong Kong-US Relations and the Response to counter-Terrorism », in The Journal of Com (...)

4Mais la soudaine accélération de la campagne antiterroriste visant les musulmans – ainsi que le fait que les autorités chinoises découragent officiellement la promotion de toute forme d’anti-américanisme – peut être aussi considérée dans l’optique d’une stratégie plus nationale : le Parti-État utilisait une forme de nationalisme pour en remplacer une autre. On peut aussi noter qu’après la guerre en Irak, la position anti-Occidentale dans le chinois antiterroriste – consistant à voir l’Occident (en premier lieu Washington) comme usant de l’antiterrorisme comme un moyen pour promouvoir ses propres intérêts – a refait surface en Chine après la lune de miel temporaire avec les États-Unis dans l’immédiat après 11 septembre. La principale plateforme internationale sur laquelle la Chine s’appuie pour combattre le terrorisme demeure l’OCS, qui a établi un centre régional antiterroriste et un secrétariat après le sommet de Moscou en janvier 2004, plutôt que les mécanismes menés par les États-Unis. Il est intéressant de noter que Hong Kong, en tant que région administrative spéciale, a rejoint de nombreux mécanismes antiterrorisme menés par les États-Unis ; et que la Chine, pour diverses raisons, avait refusé de rejoindre la Container Security Initiative ou la Financial Action Task Force8.

  • 9 Simon Shen, « Misinformation or Misinterpretation? Chinese University Student’s Perception of Antit (...)

5Cependant, malgré la définition officielle du terrorisme donnée par la Chine, il n’est intéressant d’observer comment le terme est perçu par les Chinois ordinaires, ce qui peut être étudié à partir de l’étude empirique menée par l’auteur9. À partir d’un passage en revue des différentes définitions du terrorisme, « violence » obtient le plus grand score (92,2 %) ce qui prouve que le consensus universitaire reflète l’image générale du terrorisme parmi les étudiants chinois. Cependant, les étudiants chinois donnent certains attributs au terrorisme qui diffèrent sensiblement des définitions académiques occidentales : par exemple, 77,8 % des personnes interrogées croient que le terrorisme est « organisé » ce qui est en contradiction totale avec le mode opératoire des cellules terroristes depuis le 11 septembre qui est désorganisé et fragmenté. Quand on juxtapose ce ratio avec le fait que 65 % des personnes interrogées qualifient le terrorisme de « politique », les étudiants chinois semblent confondre le terrorisme contemporain avec celui plus traditionnel et organisé d’avant le 11 septembre. Il est aussi intéressant de noter que la « lutte indépendantiste » seule reçoit le plus faible suffrage (14 %) parmi les dix propositions (alors que « l’extrémisme religieux » recueille 52 % des réponses) ce qui laisse suggérer que peu de Chinois qualifieraient les indépendantistes Taiwanais de terroristes.

2. Un cas empirique : la menace terroriste chinoise au Xinjiang

  • 10 James Millward, Violent Separatism in Xinjiang: A Critical Assessment, Washington, East-West Center (...)

6Une fois que l’on a compris l’évolution de la définition du terrorisme telle qu’elle a été précisée plus haut, comment ce concept peut-il être appliqué à la Chine ? Dans la Chine contemporaine, on peut dire qu’un certain nombre de problèmes trouvent leur origine dans les « forces diaboliques », mais le problème le plus important est sans conteste les attaques terroristes menées par différentes branches des séparatistes du Xinjiang. D’ailleurs en Chine, le terme de « terrorisme » fait référence presque toujours dans les conversations courantes aux séparatistes du Xinjiang. Avant le 11 septembre, trois événements majeurs avaient attiré l’attention des médias et du pouvoir chinois sur le séparatisme ouïghour depuis les années 1990. Le premier épisode était la rébellion militaire de Ba’ren au Xinjiang en avril 1990. Le second était une série d’explosions et d’attaques à la bombe en 1992 et 1993 contre des civils. Le troisième était la vague de protestations, d’explosions et d’assassinats contre des officiels d’origine Ouïgoure du printemps 1996 à février 1997. Depuis 1998, les accusations de l’implication des Ouïghours dans des activités terroristes ont dépassé les frontières de la Chine jusqu’aux pays voisins comme le Kirghizistan et le Kazakhstan10.

  • 11 « Eastern Turkistan Terrorists Groups, Individuals Identified », Xinhua, 15 décembre 2003. Onze per (...)
  • 12 The Chines Periodical Network [http://lsg.cnki.net/grid20/Navigator.aspx?id=1, consulté le 10 juin (...)

7Vu par Pékin comme le représentant diabolisé de nombreuses organisations séparatistes Ouïgoures, le Mouvement Islamique du Turkestan Oriental (MITO) est une organisation qui a choisi la lutte armée afin de créer un État islamique indépendant du Turkestan oriental dans la région du Xinjiang, bien qu’il ne soit pas le seul à être listé par le Ministère chinois de la sécurité publique comme un groupe terroriste. L’Organisation de Libération du Turkestan Oriental (OLTO), le Congrès Mondial de la Jeunesse Ouïgoure (CMJO) et l’Information sur le Turkestan Oriental (ITO) figurent aussi sur la liste fournie le 15 décembre 201011. Parce qu’ils prônent des positions et des actions radicales, Pékin a longtemps considéré ces groupes séparatistes en général, et le MITO en particulier, comme une menace majeure à éradiquer. Cependant, avant le 11 septembre, le terme « MITO » était hautement sensible et apparaissait rarement dans les publications officielles chinoises. Par exemple, quand on cherchait le terme « MITO » dans le « Chinese Periodical Network », qui est la base de données de revues la plus importante, on ne dénombrait que 120 articles relatifs au sujet et datant de 1990, mais seulement 11 d’entre eux avaient été publiés avant le 11 septembre12.

  • 13 « China Also Harmed by Separatist-minded East Turkestan Terrorists », People’s Daily, 10 octobre 20 (...)
  • 14 « Statement by Foreign Minister Tang Jiaxun at the UN Security Council Mininisterial Meeting on Cou (...)
  • 15 Lei Lao, « Mei: ’Dongtu Yisilan Yundong shi Kongbu Zuzhi » (Les États-Unis déclarent que le MITO es (...)
  • 16 Zhiyan, Dongtu Shi Hewu (What is ETIM?), Chezhongsheng Bidu (Lectures recommandées pour les collégi (...)
  • 17 Zhongguo Fankong Guanyuan: Dongtushi Zhongguo Zuhyao Kongbu Zhuyi Weixie (Pour les responsables Chi (...)

8Après le 11 septembre, Pékin a été déterminé à utiliser le nouveau climat ambiant et à saisir l’opportunité d’assimiler le MITO à d’autres organisations terroristes. Par exemple la 10 octobre 2001, le ministre chinois des affaires étrangères, Tang Jiaxun, et son homologue russe, Igor Ivanov, s’accordaient sur la même conclusion : « Le terrorisme tchétchène nuit sévèrement à la Russie et les terroristes séparatistes du Turkestan oriental nuisent sévèrement à la Chine »13. Le 12 novembre quand Tang présenta à l’ONU les efforts anti-terroristes de la Chine, il présenta plusieurs signes d’évolution de la politique anti-terroriste de la Chine. Il relia le MITO à des « groupes terroristes internationaux » en suggérant que la campagne menée par les États-Unis incluait les problèmes chinois14. Considérant qu’il y avait de possibles liens avec Al-Qaïda, ce sur quoi la Chine avait toujours mis l’accent, et cherchant le soutien de Pékin dans sa propre stratégie mondiale anti-terroriste, le Département d’État américain s’accorda à qualifier le MITO comme une organisation terroriste internationale dans son rapport sur le terrorisme de 2002. Après cela, de nombreux articles traitèrent de l’événement dans les médias chinois et se demandèrent s’il s’agissait là d’une victoire de la diplomatie chinoise15. Dans la plupart des médias et des ouvrages politiques en Chine, le MITO y est décrit comme un groupe violent et sanguinaire, une organisation inhumaine. Par exemple, dans un journal destiné aux lycéens, le MITO est décrit comme une organisation impliquée dans un certain nombre d’attentats terroristes comme des explosions, des assassinats et des kidnappings et peut « sans l’ombre d’un doute être classée comme une organisation terroriste »16. En septembre 2005 un haut fonctionnaire du ministère de la Sécurité Publique a déclaré que le MITO était le « principal défi » du gouvernement dans sa campagne anti-terroriste17.

  • 18 « Kongbu Zhuyi shi Beijing Aoyun Zuida Weixie » (Le terrorisme est devenu la principale menace cont (...)

9Après cela, tous les événements d’importance organisés en Chine sont supposés avoir reçu des menaces de la part du MITO. Les menaces à l’encontre des JO de Pékin en 2008 ont ainsi largement été reportées par les médias. Reconnaissant de possibles effets d’intimidation sur les JO, l’ancien ministre chinois de la Sécurité publique, Zhou Yongkang, a déclaré que ce terrorisme originaire du Xinjiang constituait la « principale menace » envers un événement que la Chine considérait comme une vitrine de son statut de puissance émergente18. Le 10 avril 2008, le ministère de la Sécurité Publique a renouvelé ses déclarations comme quoi deux attentats terroristes du MITO avaient été déjoués et que trente-cinq suspects avaient été arrêtés ainsi qu’un arsenal d’armes. Le Ministère déclara que l’objectif de ces deux attaques était de nuire aux Jeux Olympiques de Pékin au moyen de kidnappings de journalistes étrangers, de touristes ou d’athlètes. Le MITO a également été accusé d’empoisonner avec des produits chimiques la nourriture et les boissons de certains grands hôtels internationaux de Shanghai et de Pékin. De manière surprenante, les liens supposés entre le MITO et Al-Qaïda ont été mis en évidence plus fréquemment en 2008, quand Pékin accueillait les JO, qu’en 2001 ou en 2002 quand la Chine a officiellement rejoint la coalition anti-terreur menée par les États-Unis après le 11 septembre. Quand l’exposition universelle de Shanghai s’est tenue en 2010, des menaces similaires auraient été reçues.

  • 19 « The Olympic Holy Torch was Successfully Relayed in Nagano », People’s Daily, 26 avril 2008.
  • 20 « Jingti Kongbu Zuzhi Goujie Heliu Ganrao Aoyun » (Rester vigilant sur la collusion possible entre (...)

10De manière plus inquiétante, outre des séparatistes du Xinjiang, une « alliance supposée entre le MITO et les séparatistes tibétains », initiée également à partir de sources officielles, compliquait encore la cible de la lutte anti-terroriste chinoise. Par exemple le 26 avril 2008, après le passage de la torche olympique à Nagano, le Quotidien du Peuple relayait qu’un groupe composé de membres du MITO, de séparatistes tibétains et de l’extrême droite japonaise avait « causé des troubles pendant le relais de la torche »19. Afin de garder le MITO à l’esprit des citoyens chinois, un éditorial du Wenweipo liait Al-Qaïda, le MITO et le Congrès de la Jeunesse Tibétaine (CJT) comme des groupes terroristes, les décrivant comme étant la principale menace contre les JO20. Le CJT est un groupe radical de Dharamsala qui n’exclut pas le recours à la force afin d’obtenir l’indépendance du Tibet et il est vu par Pékin comme étant à l’origine des émeutes de 2008 à Lhassa bien que ces allégations aient été formellement démenties par le groupe. Par conséquent, le ressenti du Chinois ordinaire envers le CJT a été partiellement transféré vers le MITO. Jusqu’à présent, d’une manière générale, les tentatives du pouvoir pour diaboliser le CJT comme un pur groupe terroriste ont été moins vigoureuses que celle envers le MITO. Cependant après la mort du XIVe Dalaï Lama (l’actuel Dalaï Lama), le CJT – parce qu’il a annoncé qu’il pourrait à l’avenir adopter des actions plus radicales afin de réaliser les mêmes objectifs pour les Tibétains en exil – pourrait être davantage assimilé à un groupe terroriste par Pékin.

3. L’anti-terrorisme et son rôle dans la politique étrangère de la Chine

A. La coalition anti-terreur et le front commun avec les États-Unis

  • 21 « President Jiang had a Phone Conversation with British Prime Minister Tony Blair », PRC Foreign Mi (...)
  • 22 « Foreign Minister Tang Jiaxuan Made a Speech on Sino-US Relations », PRC Foreign Ministry, 21 sept (...)

11L’anti-terrorisme a joué un rôle important dans la mue de la diplomatie chinoise lors de la dernière décennie, qui a au final contribué grandement à l’émergence de la Chine. Avant que le terrorisme ne devienne un problème global de première importance en 2001, la Chine et les États-Unis étaient relativement en mauvais termes après le bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade en 1999 lors d’une opération de l’OTAN dirigée par les États-Unis ; mais aussi après les premiers mois de l’administration Bush. L’incident sino-américain de la collision d’un avion espion en mai 2001, en particulier, avait suscité la suspicion qu’une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Chine était imminente. À l’époque, la politique étrangère de la Chine avait certitude que l’Organisation de Shanghai (OSC) devait se transformer en un bloc pour faire contrepoids à l’Occident. Subitement, dans une tentative d’utiliser le 11 septembre et le terrorisme pour raccommoder les anciens clivages nationalistes, le geste de soutien que la Chine a donné aux États-Unis était en tout point enthousiaste. Représentant une des premières nations à exprimer ses condoléances aux États-Unis, Jiang Zemin téléphona et écrivit régulièrement à George Bush et Tony Blair. Lors de ces conversations téléphoniques, Jiang tenta d’effacer l’image négative de George Bush, en reconnaissant son leadership de manière flatteuse. Le 18 septembre il fit une déclaration audacieuse en déclarant pour la première fois : « dans la lutte contre le terrorisme, le peuple chinois se tient aux côtés du peuple américain »21. Ces gestes ont rapidement conduit la Chine à rejoindre la coalition contre la terreur, quand le ministre des affaires étrangères Tang Jiaxun et le secrétaire d’État américain Colin Powell signèrent une déclaration commune en cinq points après leur rencontre à Washington – rencontre qui était prévue, comme toutes les rencontres avec la Chine et la Russie après les bombardements, comme un « sommet d’urgence »22.

  • 23 « Foreign Minister Tang Jiaxuan Met with Powell », PRC Foreign Ministry, 21 septembre 2001.
  • 24 Chung Chien-peng, « The Shanghai Co-operation Organization: China’s Changing Influence in Central A (...)
  • 25 David Lampton, « Chinese and American Mutual Perceptions and National Strategies after 9-11 and the (...)

12Deux points de cette déclaration commune méritent qu’on s’y attarde. Le premier était que les deux parties allaient dans un futur proche organiser des réunions d’experts sur la question terroriste. Le second point était l’accord entre les deux pays à « tenir un dialogue intergouvernemental sur les droits de l’homme dans un futur proche »23. Comme cela fut très justement analysé par des experts comme Chung Chien-peng, la Chine a rendu effective sa participation à la coalition alors même qu’elle n’a jamais envoyé de troupes24. Compte tenu de l’ampleur des changements dans un délai aussi bref, la semaine qui a suivi le 11 septembre peut être considérée comme ayant offert le revirement le plus radical de l’histoire de la diplomatie chinoise. Cependant, à cause des craintes que ce revirement était trop dangereux, l’aide chinoise aux États-Unis a été minimisée en Chine. Par exemple, l’une des contributions les plus substantielles de la Chine fut le feu vert donné à la mise en place à des relations étroites entre les États-Unis et le Pakistan dans l’immédiat après-11 septembre, ce qui n’a jamais été révélé par la presse officielle25. Afin de montrer que la Chine a rejoint une coalition universelle, l’État-Parti n’a que rarement utilisé la formule « coalition anti-terreur menée par les États-Unis » pour désigner le groupe qu’elle venait de rejoindre (alors que le terme « OTAN mené par les États-Unis » était abondamment utilisé en 1999).

13En plus d’exprimer son soutien aux États-Unis mais n’offrant qu’une faible contribution à la coalition, l’État-Parti s’employa à faire taire toute voix dissonante ou dissidente en Chine à propos des atrocités. Comme l’ont révélé des journalistes de Chine continentale à un éditeur de Hong Kong, le 12 septembre 2001 le Département de la Propagande a donné cinq lignes directrices dans la manière dont les médias doivent relayer les attaques :

  • Rapporter la réponse officielle du PCC et des responsables du Ministère des Affaires Étrangères ;
  • Ne rapporter qu’objectivement, ne pas commenter, ne pas citer des sources non confirmées ou des messages internet ;
  • Assurer la stabilité en canalisant l’opinion publique ;
  • N’utiliser que les dépêches de l’agence Xinhua, ne pas rapporter des sources venant d’autres médias ;
  • Ne pas rapporter le nombre de morts chinois sans avoir une vérification officielle26.

14Appeler ainsi les médias à ne pas citer « des sources non confirmées ou des messages internet » et des « sources extérieures aux médias » laisse penser que dans les années récentes le public l’a déjà fait. À en juger les instructions, l’État-Parti a compris qu’il y avait une « opinion publique » qui n’est pas canalisée correctement, et les membres de cette opinion publique peuvent menacer la stabilité de la Chine. Toute mort douteuse de Chinois peut potentiellement déclencher dans le public une nouvelle campagne de manifestations nationalistes. Pour résumer, les instructions sont destinées à devancer toute réaction inattendue.

15Conséquence de ce qui vient d’être énoncé, en réponse au mouvement global anti-terroriste, la Chine a revu les principes directeurs de sa politique étrangère en 2001. Deng Xiaoping après les incidents de Tiananmen utilisa vingt-quatre caractères pour résumer sa stratégie qui reposait sur l’isolationnisme et la passivité :

  • Lengjing guancha (faire des observations à froid – ne jamais réagir « à chaud ») ;
  • Shouzhu zhendi (assurer notre position) ;
  • Chenzhuo yingfu (s’atteler aux différends internationaux avec calme) ;
  • Taoguang yanghui (cacher ses talents et attendre son heure) ;
  • Shanyu shouzhuo (exceller à maintenir un profil bas) ;
  • Juebu dangtou (ne jamais réclamer le leadership)27.

16Mais après le 11 septembre, Jiang Zemin, le successeur de Deng, réalisa qu’il était temps d’utiliser une formule plus concise en seize caractères pour conceptualiser ses idées quant au repositionnement de la Chine dans le monde :

  • Lengjing guancha (faire des observations à froid – ne jamais réagir « à chaud ») ;
  • Chenzhuo yingdui (gérer les situations avec calme) ;
  • Bawo jiyu (saisir les opportunités) ;
  • Yinshi lidao (faire le meilleur usage possible de la situation)28.
  • 29 Le Shiji ou Mémoires du grand historien est un ouvrage de Sima Qian et constitue la première tentat (...)

17Si taoguang yanghui était la thèse centrale de la pensée de Deng, yinshi lidao va devenir la clé du Jianguisme. Ce proverbe chinois, tiré du Shiji (Les mémoires du grand historien29) est un enseignement donné durant la période des royaumes combattants par le philosophe et théoricien de la diplomatie Guiguzi à son disciple Sun Ban (un descendant présumé du grand stratège militaire Sun tzu) pour ses tactiques militaires. Il enseigne aux gens de tirer avantage d’une situation créée par les autres plutôt que de créer la situation directement. On peut observer dans la formule revisitée par Jiang à la fois de la continuité et du changement avec le Dengusime. Pour ce qui concerne la continuité, l’aversion du risque envers une confrontation directe avec les États-Unis – telle qu’enseignée par Deng – demeure inchangée. Mais le manque de mécanismes de communication directe et la nature isolationniste de la Chine dans un système mondialisé – comme Deng le prescrivait – ont été corrigés.

18La politique étrangère de la Chine a encore évolué après la guerre en Irak en 2003, quand de nouveaux termes comme l’émergence pacifique, le développement pacifique et la société d’harmonie ont été donnés par la nouvelle direction chinoise sous Hu Jintao. Cependant pour ce qui est de l’anti-terrorisme, le mot d’ordre donné par Jiang semble continuer à servir de facto de ligne politique dans la mesure où il va dans l’intérêt de Pékin de tirer le meilleur parti de l’environnement global anti-terroriste en obtenant le soutien international pour supprimer les éléments subversifs domestiques. Grâce à cela, malgré que beaucoup des actions anti-terroristes plus tardives menées par les Occidentaux (comme la guerre en Irak en 2003, le bombardement occasionnel de la frontière nord-ouest du Pakistan ou l’instauration d’une zone de non-survol aérien en Libye en 2011 et bien que la pertinence avec la lutte anti-terroriste soit minimal) soient largement controversés car ayant un double objectif évident, la réponse officiellement de Pékin a été fondamentalement contenue afin de restreindre toutes critiques de fond qui pourraient être adressées aux Occidentaux.

B. L’organisation de coopération de Shanghai (OCS) et le front commun avec la Russie

  • 30 Simon Shen & Peng Liu, Cong Ce Lue Xing Lian Meng Dao Yi Ce Xing Tai Zhu Zhi: Shang Hai He Zuo Zhu (...)

19La coopération de la Chine avec les États-Unis et l’Occident ne signifie pas pour autant l’abandon de l’Organisation de Shanghai par la Chine. En fait, la Chine a finement joué sur deux tableaux afin de développer simultanément deux lignes de fronts antiterroristes afin d’y associer les États-Unis et la Russie dans l’espoir de stabiliser les relations extérieures afin de développer rapidement son économie. Comme on a pu déjà le mentionner, les pays à l’origine de l’OCS (qu’on appelle aussi les cinq de Shanghai) ont signé en 1998 la déclaration d’Almaty qui traduit leur volonté de lutter contre les « trois forces diaboliques ». En juin 2001, lors du sommet de Shanghai qui instaurait formellement l’OCS, les cinq de Shanghai plus l’Ouzbékistan ont signé la Déclaration de Shanghai contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme afin de réaffirmer leur engagement sur ce sujet. Cependant, peu de temps après la formation de l’OCS, sont survenus les attentats du 11 septembre qui ont changé de manière drastique le panorama de la lutte antiterroriste ainsi que la situation géopolitique d’Asie centrale. Un certain nombre de gouvernements d’Asie centrale ont été priés de coopérer avec les États-Unis pour la guerre à la terreur. Cela comprenait l’utilisation de l’espace aérien et de bases militaires en Asie centrale d’où l’armée américaine pourrait opérer afin de lutter contre le terrorisme en Afghanistan. Constatant ces changements, les dirigeants chinois et russes ont cherché à transformer l’organisation en une coopération stratégique entre eux et les États d’Asie centrale afin de contrebalancer le poids croissant de la présence américaine dans la région. Par exemple lors du sommet de l’OCS en 2002, les membres ont convenu de la création d’un mécanisme régional permanent de lutte anti-terroriste. Le résultat de cet accord a été la création en 2004 de la Structure Régionale Anti-Terroriste (SRAT) qui est, depuis lors, devenue partie intégrante de la structure de l’OCS30.

  • 31 Zhong Guo Xian Dai Guo Ji Guan Xi Ran JIu Suo Min Zhu Yu Zhong Jiao Ran Jiu Zhong Xin (Centre des É (...)

20Depuis cette redéfinition de l’OCS au nom de l’antiterrorisme, la Chine est parvenue à organiser plus d’activités sous couvert de la seule lutte antiterroriste. À l’issue du sommet de 2006, les membres de l’OCS ont déclaré dans La déclaration du cinquième anniversaire que non seulement ils réaffirmaient leur volonté de lutter contre le terrorisme et les « trois forces diaboliques » mais ils insistaient en outre sur certains principes et valeurs des relations internationales. Ils insistaient par exemple sur le rôle qu’à jouer l’ONU dans la résolution des conflits ainsi que leur opposition à la promotion d’un certain modèle social par l’usage de la force. Ces principes font clairement échos à l’unilatéralisme américain lors de la crise née de la guerre en Irak et de la notion « occidentale » de la suprématie des droits de l’homme31. Cette déclaration signalait d’autre part la mue de l’OCS d’une organisation internationale mue par l’idéologie qui cherche à promouvoir l’intérêt de ses membres par la consécration desdits principes idéologiques. D’autre part, la coopération entre ses membres a également dépassé la simple coopération de lutte antiterroriste telle qu’elle était originellement conçue ; pour intégrer, aujourd’hui, des aspects comme la promotion de la coopération économique, commerciale, éducative ou encore culturelle entre les pays membres. En se saisissant de la question du terrorisme, la Chine a consolidé et institutionnalisé avec succès les mécanismes de dialogue et de coopération avec les pays d’Asie centrale au travers du développement de l’OCS.

4. La dimension intérieure de la lutte anti-terroriste

21Le dernier point qu’il convient d’aborder sur la perspective chinoise du terrorisme concerne les implications en termes de politique intérieure. Selon un certain nombre d’études empiriques évoquées plus haut, il nous semble que le principal enseignement est que c’est la jeunesse chinoise qui a été la plus influencée par les sources officielles et qu’elle est la plus inclinée à adopter la perspective biaisée des autorités qui tend à faire du MITO un groupe plus dangereux qu’Al-Qaïda et qu’il faut écraser par la force sans pitié. Si la jeunesse est représentative de la population chinoise dans son ensemble, en manipulant les médias de masse et en créant une certaine image du MITO, on peut considérer que Pékin a réussi à convaincre ces concitoyens que les grands risques pour la sécurité nationale, dont principalement le séparatisme, sont le fait de groupes terroristes. En faisant porter le chapeau à l’ETIM, le terrorisme global est devenu un sujet de politique intérieure pour la plupart des Chinois. En même temps, Pékin y a gagné un mandat pour recourir de manière légitime à la violence au nom de la sauvegarde de l’unité nationale et ce, avec un large soutien au Parti-État apporté par la jeunesse.

  • 32 Herbert S. Yee, « Ethnic Relations in Xinjiang: A Survey of Uighur – Han Relations in Urumqi », Jou (...)
  • 33 Jianguo Meng & Zhu Jian, « Xinjiang Diqu de Kuawenhua Jiaoji Wenti: Youguan Weiwu’erzu yu Hanzu Jia (...)

22Cependant il ne faut pas perdre de vue que les sentiments anti-ETIM en Chine peuvent trouver leur origine dans des problèmes qui ne sont pas liés au terrorisme. D’ailleurs plusieurs études laissent penser que ces sentiments sont plutôt liés aux relations Han-Ouïghour. Parmi celles-ci, une étude de terrain menée par Robert Yee en août 2000 s’attarde sur les relations ethniques entre Han et Ouïghours à Urumqi32. Il s’agit d’une des études les plus éminentes sur le sujet. Dans sa recherche, Yee indique que le maintien du statu quo dans la relation Han-Ouïghour est assez tendu et que le degré d’intégration entre ces deux groupes est faible. Ensuite il avance une série de variables indépendantes – comme l’incompétence des autorités, le développement rapide d’une économie de marché, des politiques pour les minorités inappropriées – afin d’expliquer les tensions. Une autre enquête menée par des chercheurs de Chine continentale cette fois-ci, Meng Jianguo et Zhu Jian en 2002, montrait que les élèves han avaient plus de difficulté avec leurs camarades de classes issus des minorités ethniques que les élèves ouïghours. Les principaux obstacles à cette communication interethnique étaient les coutumes, la langue, la religion et les modes de vie33. Malgré leurs échantillons réduits, ces études soulignent que le degré de soutien à la politique anti-terroriste de la Chine peut varier selon les groupes ethniques. L’existence de tensions entre Han et Ouïghour peut avoir conduit à un soutien inconditionnel de cette politique antiterroriste – si on considère bien sûr le terrorisme d’après la définition donnée par les autorités chinoises.

  • 34 Bao Zunxing, Liu Xiaobo et al., « Lettre ouverte au président Bush et au peuple américain » [Zhi Me (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Han Deqiang, « Les véritables assassins de l’attaque du World Trade Center » [Zhuangwei shimao de z (...)
  • 37 Chanda Nayan, « September 11 in the Asian Mirror », Yale-China Journal for American Studies, été 20 (...)

23Finalement il faut garder à l’esprit que les critiques en Chine sur la politique antiterroriste comme violant les droits de l’homme sont assez limitées. La stratégie anti-terroriste, elle, – notamment la coopération avec les États-Unis – est hautement controversée au sein de l’intelligentsia chinoise. En fait la question terroriste est au cœur des débats entre les libéraux et la nouvelle gauche – les deux principaux courants intellectuels en Chine en ce moment. Ainsi les deux camps ont tenté de s’approprier le terme d’anti-terrorisme à leur idéologie propre et accolant par la même occasion l’autre camp au terrorisme. Par exemple les libéraux pensent que l’origine des attentats du 11 septembre était la remise en cause des idées libérales. Alors que le Parti-État assigne au terrorisme les deux valeurs de « séparatisme ethnique » et « d’extrémisme religieux », les libéraux vont remplacer le « séparatisme ethnique » par le « fanatisme nationaliste » – qu’ils opposent aux États-Unis et aux valeurs libérales qu’ils représentent – comme un soutien du terrorisme tout en y assimilant « l’extrémisme religieux ». Ceci fut tout particulièrement évident dans une lettre ouverte signée par des intellectuels libéraux après le 11 septembre. Dans celle-ci, ils mettaient en garde : « nous devons constamment être en alerte contre le nationalisme fanatique (jiduan minzuzhuyi) et le fondamentalisme religieux (zongjijao yuanjiaozi zhuyi) »34. Au sein de la « unholly trinity » alternative, le nationalisme était en fait la véritable cible : « Les hommes ont toujours appris des leçons de l’histoire que le dernier abri des intimidateurs a toujours été le nationalisme »35. À l’inverse, le néo-gauchisme voit l’origine du 11 septembre sous angle très réaliste [au sens des relations internationales, N.D.T.] et ils sont relativement complaisants envers les djihadistes du Moyen Orient. Certaines figures de proue des néo-gauchistes ont même été jusqu’à qualifier le 11 septembre « d’une guerre juste pétrie d’esprit de sacrifice et d’idéalisme »36. Ceci corrobore la remarque que faisait Nayan Chanda, qui laissait entendre que la plupart de la jeune génération des intellectuels chinois croyait que « si les attaques du 11 septembre étaient condamnables, elles étaient cependant largement dues à la politique hypocrite et hégémonique des États-Unis »37.

  • 38 Falun Gong, « The Chinese Government’s State Terrorism Against Women and Children », Falun Gong Rep (...)
  • 39 Shirley Kan, « US-China Counter-terrorism Cooperation: Issues for US Policy », Washington DC: US Co (...)

24Enfin, si la population de Chine continentale soutient dans son ensemble la vision officielle de la lutte anti-terroriste, de grandes divergences cependant peuvent apparaître parmi les Chinois d’outre-mer et les dissidents. Par exemple, quand le mouvement religieux controversé du Falun Gong a été perçu comme un groupe terroriste en Chine populaire car il a été qualifié comme un « culte » et donc rendu « illégal ». à ce titre, il ne peut donc jouir de la protection accordée aux religions reconnues officiellement. Le régime de Pékin est perçu par le Falun gong comme un « terrorisme d’État »38. Il y avait aussi différents avis aux États-Unis concernant la coopération avec la Chine du fait d’une possible violation des droits de l’homme en Chine39. Cependant d’une manière générale, en partie à cause du manque de transparence des mesures terroristes de la Chine, de manière ironique les violations des droits de l’homme via les mesures anti-terroristes relèvent plus d’une critique contre le gouvernement américain que contre le gouvernement chinois.

Conclusion

25Il ressort de ce qui vient d’être expliqué dans ces lignes, que la question fondamentale qui est en droit d’intéresser le lecteur est peut-être la suivante : la politique anti-terroriste de la Chine a-t-elle fonctionné ? Sur le plan diplomatique, la Chine est sans doute le pays qui a le mieux tiré don épingle du jeu du 11 septembre dans la mesure où elle a réussi avec succès à convaincre à la fois la Russie et les États-Unis de devenir son allié dans sa lutte anti-terroriste. Ceci est essentiel pour la Chine afin de garantir une décennie de croissance, ce qui est inséparable de son opportunité d’ascension pacifique. Cependant, comme nous l’avons souligné, Chinois et Occidentaux ont des acceptions assez différentes du terrorisme et même d’un ensemble de normes comme ce qui relève des valeurs universelles. Cette alliance compromettante sur l’anti-terrorisme avec la Chine ne peut pas durer éternellement. Étant donné le déclin du néo-conservatisme aux États-Unis qui tend à placer la sécurité nationale au-dessus des droits de l’homme, la pression que pouvait subir la Chine par l’Occident pourrait s’accroître dans le futur. On est en droit d’attendre davantage de controverses ayant trait aux mesures anti-terroristes de la Chine. Et ce, d’autant plus quand l’administration américaine dénonce déjà ses propres excès dans les mesures employées sur des sites comme Guantanamo ; alors que ces dernières années, dans le même temps, la Chine a aussi pris des positions plus fermes pour garantir sa propre interprétation des droits de l’homme. Dans la mesure où l’Occident est déjà préoccupé par l’émergence de la Chine, un possible conflit entre des actions anti-terroristes chinoises et les droits de l’homme, spécialement si des Tibétains radicaux deviennent aussi un jour la cible de la lutte anti-terroriste chinoise, pourrait être pleinement exploité un jour prochain.

  • 40 Simon Shen & Peng Liu, « Does Proximity Encourage Tolerance and Less State-centrism? – Dismissing M (...)

26Sur le plan domestique, Pékin devrait être conscient du fait qu’il y a une tendance croissante à ce que certaines régions n’adoptent pas la version orthodoxe de l’État-Parti en matière de sécurité et de terrorisme. Le contrôle par la manipulation de telles régions, au moyen d’un rééquilibrage de la balance ethnique ou l’utilisation des médias pour endoctriner la population avec une rhétorique officielle, tout cela ne serait-il pas sujet à une contrainte grandissante dans le futur ? De même, l’existence d’une multiplicité d’opinions qui s’expriment librement dans une Chine – qui n’est pas monolithique – ne peut plus être sous-estimée davantage. Dans la mesure où ces différentes opinions sont exprimées par la même classe d’âge d’une jeunesse dynamique, leurs divergences sont peu susceptibles d’être diminuées. Si Pékin préfère voir une perception plus harmonieuse et consensuelle de la sécurité et du terrorisme parmi la jeune génération de Chinois, on ne saurait trop lui conseiller d’ajuster sa définition de l’antiterrorisme en évitant de traiter du « trio diabolique » comme d’un tout. Globaliser le défi des différents séparatismes nationaux, sous le couvert de la lutte anti-terroriste, pourrait ne pas faciliter une unanimité de long terme au sens du consensus national en Chine. Notamment parce que la tendance à avoir un flux d’informations libres en Chine continentale est irréversible. Comme on a plu le voir lors des récents soulèvements dans le Xinjiang, des actes qualifiés de terroristes surgissent à cause d’un vaste éventail de problèmes sociaux qui vont bien plus loin que le séparatisme. Si l’unification nationale est vue comme un impératif absolu par l’État-Parti, sa politique antiterroriste actuelle pourrait ne pas être qu’un moyen de circonscrire les problèmes aux régions frontalières périphériques en les déconnectant des provinces côtières, ce qui exacerberait encore davantage la disparité est – ouest qui existe déjà au sein du pays. Mais cette politique anti-terroriste pourrait aussi détourner l’attention de la résolution d’autres problèmes domestiques, comme les discriminations ethniques qui sont mal déformées dans le cadre de la lutte anti-terroriste40.

27En bref, cela serait très optimiste de la part de Pékin de considérer que sa politique antiterroriste soit unanimement acceptée tant d’un point de vue domestique qu’international, dans la mesure où cette politique devient de plus en plus différente des politiques anti-terroristes telles qu’elles sont menées en Occident. La manière dont ces différents dilemmes peuvent être effectivement abordés et traités, est un défi considérable pour la prochaine génération de dirigeants de la République populaire.

Notes

1 Cet article fait référence à différents articles de l’auteur parmi lesquels : [1] « Does Proximity Encourage Tolerance and Less State-centrism? – Dismissing Monolithic Chinese Youth Perception of Terrorism and Security in a Comparative Regional Study », Terrorism and Political Violence (avec Liu Peng), 2010. [2] « Misinformation or Misinterpretation? Chinese University Students’ Perception of Anti-terrorism », Asian Survey (avec Liu Peng), vol. 49, n° 3, mai/juin 2009, p. 553-573. [3] « The Chinese Intellectual Response to the US War on Terror (2001-2003) », Journal of Chinese Political Science, vol. 12, n° 3, décembre 2007, p. 237-280. [4] Chinese Response to Anti-terrorism, Simon Shen (dir.), New York, Nova Science Publishing, 2007. [5] Redefining Nationalism in Modern China: Sino-American Relations and the Emergence of Chinese Public Opinions in the 21st Century, London, Palgrave Macmillan, 2007. [6] Cong Ce Lue Xing Lian Meng Dao Yi Ce Xing Tai Zhu Zhi: Shang Hai He Zuo Zhu Zhi De Fa Zhan Lu Jing Ji Dong Yi Fen Ce (de l’alliance stratégique à l’organisation idéologisée : le développement de l’OCS et ses raisons), Journal of Xi’an Jiaotong University (Social Sciences) 27:2, 2007 (avec Liu Peng). [7] « Does Proximity Encourage Tolerance and Less State-centrism? – Dismissing Monolithic Chinese Youth Perception of Terrorism and Security in a Comparative Regional Study », Terrorism and Political Violence, 22(4), p. 522-540, 2010 (avec Liu Peng).

2 1978, N.D.T.

3 « Déclaration conjointe sino-russe », Ministère des Affaires étrangères de la République Populaire de Chine, 10 décembre 1999.

4 « Commentaires du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères sur le séminaire à propos des indépendantistes du Turkestan oriental », Xinhua Wang, 19 octobre 2001.

5 Sur ce point, on peut se référer par exemple à Zhiping Pan, « Dongtu Kongbu Zhuyi: Youlai Yu Fazhan » (Le terrorisme au Turkestan oriental : origines et développements), in Zhongya De Diyuan Wenhua (Culture Géopolitique de l’Asie Centrale), Xinjiang, Presses Populaires du Xinjiang, 2003.

6 Colin Mackerras, « Xinjiang and the War against Terrorism », in Simon Shen (dir.), China and Anti-terrorism, New York, Nova Science Publishers, 2007, p. 91-112.

7 Rex Li, « A Rising Power with Global Aspirations: China », in Mary Buckley & Rick Fawn (dir.), Global Responses to Terrorism: 9-11, Afghanistan and Beyond, New York, Routeledge, 2003, p. 217-218.

8 Simon Shen, « Hong Kong-US Relations and the Response to counter-Terrorism », in The Journal of Comparative Asian Development, vol. 6, n° 2, Automne 2007, p. 311-336.

9 Simon Shen, « Misinformation or Misinterpretation? Chinese University Student’s Perception of Antiterrorism », in Asian Survey (avec Liu Peng), vol. 49, n° 3, mai-juin 2009, p. 553-573. Cette étude se fonde sur enquête menée auprès d’un échantillon de 509 étudiants des quatre principales universités de Canton.

10 James Millward, Violent Separatism in Xinjiang: A Critical Assessment, Washington, East-West Center Washington, Policy Studies, n° 6, 2004.

11 « Eastern Turkistan Terrorists Groups, Individuals Identified », Xinhua, 15 décembre 2003. Onze personnes comme des terroristes recherchés en priorité lors de cette annonce. Un second groupe de huit personnes fut révélé en 2008.

12 The Chines Periodical Network [http://lsg.cnki.net/grid20/Navigator.aspx?id=1, consulté le 10 juin 2008].

13 « China Also Harmed by Separatist-minded East Turkestan Terrorists », People’s Daily, 10 octobre 2001.

14 « Statement by Foreign Minister Tang Jiaxun at the UN Security Council Mininisterial Meeting on Counter-terrorism », Permanent Mission of the PRC to the UN, 12 novembre 2001.

15 Lei Lao, « Mei: ’Dongtu Yisilan Yundong shi Kongbu Zuzhi » (Les États-Unis déclarent que le MITO est une organization terroriste), Xinhua Meiri Dianxun (Xinhua Everyday Electronic News), 28 août 2002 ; Yongjing Li, « Meiguo Jueding Daji Dongtu Zuzhi » (Le gouvernement américain decide de combattre le MITO), Shijie Xinwen Bao (World Newspaper), 2 septembre 2002.

16 Zhiyan, Dongtu Shi Hewu (What is ETIM?), Chezhongsheng Bidu (Lectures recommandées pour les collégiens), n° Z2, 2003, p. 5-6.

17 Zhongguo Fankong Guanyuan: Dongtushi Zhongguo Zuhyao Kongbu Zhuyi Weixie (Pour les responsables Chinois de la lutte antiterroriste : le MITO est la principale menace terroriste de la Chine), Xinhua, 5 septembre 2005.

18 « Kongbu Zhuyi shi Beijing Aoyun Zuida Weixie » (Le terrorisme est devenu la principale menace contre les Jeux Olympiques), BBC Chinese, 11 septembre 2007.

19 « The Olympic Holy Torch was Successfully Relayed in Nagano », People’s Daily, 26 avril 2008.

20 « Jingti Kongbu Zuzhi Goujie Heliu Ganrao Aoyun » (Rester vigilant sur la collusion possible entre les différents groupes terroristes qui peuvent menacer la sécurité des Jeux Olympique), Wenweipo, 11 avril 2008.

21 « President Jiang had a Phone Conversation with British Prime Minister Tony Blair », PRC Foreign Ministry, 19 septembre 2001.

22 « Foreign Minister Tang Jiaxuan Made a Speech on Sino-US Relations », PRC Foreign Ministry, 21 septembre 2001.

23 « Foreign Minister Tang Jiaxuan Met with Powell », PRC Foreign Ministry, 21 septembre 2001.

24 Chung Chien-peng, « The Shanghai Co-operation Organization: China’s Changing Influence in Central Asia », The China Quarterly, vol. 180, décembre 2004, p. 1004.

25 David Lampton, « Chinese and American Mutual Perceptions and National Strategies after 9-11 and the Leadership Transition in China », Guest Talk at HKUST, 6 mars 2003.

26 Wang Xun, « Shouji Chuan Duanxin, Meiti Qiang Xianji (Les médias ont saisi l’opportunité d’utiliser des textos) », in Ma Ka-fai (dir.), Dang Yanlei Ninggu Cheng Zidan (quand les larmes se condensent en balles), Hong Kong, Mingpao Publishing, 2001, p. 136-139.

27 Jiayu Guoji Fengyun De Kangbiao: Deng Xiaoping Waijiao Zhanlue Sixiang (La boussole des defies internationaux : la pensée stratégique et diplomatique de Deng Xiaoping), Beijing, Lantian, 1998.

28 « Talk Freely about World Situation, Speak Glowingly of China’s Diplomacy », People’s Daily, 17 décembre 2001.

29 Le Shiji ou Mémoires du grand historien est un ouvrage de Sima Qian et constitue la première tentative de somme historique de la Chine de la fondation mythique de la Chine par l’empereur jaune jusqu’à la période où vécu l’auteur – au IIe° siècle avant J.-C., N.D.T.

30 Simon Shen & Peng Liu, Cong Ce Lue Xing Lian Meng Dao Yi Ce Xing Tai Zhu Zhi: Shang Hai He Zuo Zhu Zhi De Fa Zhan Lu Jing Ji Dong Yi Fen Ce (D’une alliance stratégique à une organisation idéologique : le développement de l’OCS et ses raisons), Journal of Xi’an Jiaotong University (Social Sciences), 27:2, 2007.

31 Zhong Guo Xian Dai Guo Ji Guan Xi Ran JIu Suo Min Zhu Yu Zhong Jiao Ran Jiu Zhong Xin (Centre des Études Ethniques et Religieuses, Institut de Recherche des Relations Internationales Modernes de Chine) (2002), Shang Hai He Zuo Zu Zhi: Xin An Quan Guan Yu Xin Ji Zhi (OCS: la nouvelle vision de la sécurité et ses nouveaux mécanismes), Beijing: Shishi Chubanshe (Current Affair Publishing).

32 Herbert S. Yee, « Ethnic Relations in Xinjiang: A Survey of Uighur – Han Relations in Urumqi », Journal of Contemporary China, vol. 12, n° 36, 2003, p. 431-452.

33 Jianguo Meng & Zhu Jian, « Xinjiang Diqu de Kuawenhua Jiaoji Wenti: Youguan Weiwu’erzu yu Hanzu Jiaowang de Yifen Wenjuan Diaocha yu Fenxi » (La communication inter-culturelle dans la province du Xinjiang : étude des relations communicationnelles entre les ethnies han et ouïgoure), Xinjiang Jiaoyu Xueyuan Xuebao, vol. 19, n° 1, 2003, p. 107-113.

34 Bao Zunxing, Liu Xiaobo et al., « Lettre ouverte au président Bush et au peuple américain » [Zhi Meiguo zongtong he Meiguo remmin de gonggaixin], 12 septembre 2001.

35 Ibid.

36 Han Deqiang, « Les véritables assassins de l’attaque du World Trade Center » [Zhuangwei shimao de zhenzheng yuanxiong], TimesNet [Shibowang], 15 septembre 2001.

37 Chanda Nayan, « September 11 in the Asian Mirror », Yale-China Journal for American Studies, été 2002, p. 3 et p. 13-14.

38 Falun Gong, « The Chinese Government’s State Terrorism Against Women and Children », Falun Gong Report 2003.

39 Shirley Kan, « US-China Counter-terrorism Cooperation: Issues for US Policy », Washington DC: US Congressional Research Service, 29 octobre 2008.

40 Simon Shen & Peng Liu, « Does Proximity Encourage Tolerance and Less State-centrism? – Dismissing Monolithic Chinese Youth Perception of Terrorism and Security in a Comparative Regional Study », Terrorism and Political Violence, 22(4), 2010, p. 522-540.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540