Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Chapitre 5. La Chine, un eldorado pour les firmes taiwanaises ?

Philippe Chevalerias

Résumé

Les entrepreneurs taiwanais ont commencé à investir en Chine dans les années 1980. De faible ampleur au début, ces investissements se sont fortement accrus dans les années 1990, pour exploser dans les années 2000. Implantés dans un premier temps essentiellement dans les provinces du sud-est (Fujian, Guangdong), les hommes d’affaires de l’île ont ensuite progressé le long de la façade littorale d’une part, et vers l’intérieur des terres le long du fleuve Yangzi d’autre part. Ils sont aujourd’hui présents sur l’ensemble du territoire chinois.
L’objet de cette communication est de répondre à trois questions.
1) Quelle est la genèse de ce mouvement et les raisons de son évolution ?
2) Y a-t-il un modèle de l’investissement taiwanais en Chine ?
3) Quel avenir pour les firmes taiwanaises en Chine ?

Texte intégral

Introduction

1Les entrepreneurs taiwanais ont commencé à investir en Chine dans les années 1980. De faible ampleur au début, ces investissements se sont fortement accrus dans les années 1990, pour exploser dans les années 2000. Implantés dans un premier temps essentiellement dans les provinces du Sud-Est (Fujian, Guangdong), les hommes d’affaires de l’île ont ensuite progressé le long de la façade littorale d’une part, et vers l’intérieur des terres le long du fleuve Yangzi d’autre part. Ils sont aujourd’hui présents sur l’ensemble du territoire chinois.

2Ce mouvement qui répond avant tout à une logique économique – il s’inscrit dans le cadre du développement de l’économie taiwanaise – s’est aussi déroulé dans un contexte bien particulier, celui d’une opposition politique entre Taipei et Pékin. Cela a eu deux conséquences majeures : d’une part, les investisseurs taiwanais ont cherché à agir à l’insu des autorités de l’île, d’autre part, ils se sont retrouvés au centre d’un jeu politique dont les enjeux dépassent parfois leurs préoccupations de hausse des coûts de production à Taiwan et/ou de conquête de nouveaux marchés à l’étranger.

3La question du risque pour Taiwan d’une trop grande dépendance de l’économie de l’île vis-à-vis de la Chine n’est pas nouvelle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les autorités taiwanaises sont longtemps restées très prudentes en matière de libéralisation des échanges entre les deux rives. Mais cette question a pris une nouvelle dimension avec le projet de zone économique sino-taiwanaise (ECFA) lancé par le président Ma Ying-jeou en 2008 qui tend à intégrer Taiwan dans la sphère économique chinoise, et qui fait ressurgir le spectre de la menace chinoise.

4Comment le mouvement des investissements taiwanais sur le continent chinois a-t-il évolué depuis les années 1980. Quelles stratégies les firmes de l’île y ont-elles adopté, et comment se sont-elles adaptées au marché chinois ? À quelle concurrence nouvelle sont-elles confrontées depuis les années 2000 ? Quels risques (quelle menace ?) la puissance économique chinoise fait-elle peser sur Taiwan ?

5La première partie présentera la dynamique des échanges économiques à travers le détroit des années 1980 aux années 2000. Elle montrera comment la combinaison de facteurs économiques et politiques a conduit à une accélération du commerce entre les deux rives, en même temps que des investissements sur le continent.

6La deuxième partie traitera du comportement des firmes taiwanaises implantées sur l’autre rive, et de leur faculté d’adaptation au marché chinois. Elle soulignera l’importance de l’affinité culturelle entre Taiwan et la Chine, l’aptitude des entrepreneurs de l’île à fonctionner en réseaux, et le rôle joué par les associations d’hommes d’affaires taiwanais en tant que facteur de cohésion.

7La troisième partie insistera sur le défi à la fois économique et politique auquel les firmes taiwanaises ont à faire face depuis les années 2000. Elle montrera les enjeux politico-économiques qui sous-tendent les relations entre Taipei et Pékin, et tentera d’évaluer les risques liés à une éventuelle intégration de Taiwan au sein de la sphère économique chinoise.

1. La reprise des activités commerciales dans le détroit

  • 1 Cf. Lin Manhong, Sibai nian lai de liang’an fenhe – Yi ge jingmao shi de huigu (400 ans de séparati (...)

8À la suite de la retraite de Chiang Kai-shek (Jiang Jieshi) à Taiwan (1949) et des bombardements de l’archipel de Quemoy (Jinmen) par les forces communistes (1954, 1958), tous les échanges avec la Chine furent interrompus. Cette situation allait perdurer pendant une vingtaine d’années. Dans la seconde moitié des années 1970, les activités commerciales reprirent dans le détroit de Formose malgré la loi martiale qui interdisait tout contact avec l’ennemi communiste. Les différences en matière de prix, de marché, de système social entre les deux rives du détroit étaient une telle source de profit qu’il était difficile d’empêcher leur développement1.

  • 2 Réglementation sur l’interdiction du commerce illégal de produits en provenance des régions contrôl (...)
  • 3 Réglementation supplémentaire sur l’achat de produits taiwanais (Goumai Taiwan chanpin de buchong g (...)
  • 4 Neuf principes pour une réunification pacifique de Taiwan avec la mère patrie (Heping tongyi zuguo (...)
  • 5 Quatre propositions pour favoriser le développement des échanges commerciaux directs entre Taiwan e (...)

9En 1977, les autorités taiwanaises autorisèrent l’importation – via Hongkong – de quelques herbes médicinales et matières premières (agricoles ou industrielles) en provenance de Chine2. En 1979, le gouvernement chinois lança un message à destination des « compatriotes de Taiwan » (Taiwan tongbao) proposant l’établissement de liaisons directes entre Taiwan et le continent, mais Taipei y répondit par la politique des « trois non » : pas de contact, pas de négociation, pas de compromis. Devant l’intransigeance des autorités de l’île, Pékin fit alors des appels du pied au monde taiwanais des affaires. En juin 1980, le pouvoir communiste décida d’exonérer de droits de douanes les biens en provenance de Taiwan, et d’accorder un rabais de 20 % aux hommes d’affaires de l’île achetant des produits chinois3. En septembre 1981, Ye Jianying, alors président de la commission permanente de l’Assemblée populaire nationale, invita les investisseurs taiwanais à venir sur le continent en les assurant que leurs profits y seraient garantis4. Le mois suivant, une réglementation visant à développer le commerce à travers le détroit vit le jour. Elle encourageait les entrepreneurs de l’île à se rendre sur l’autre rive afin de procéder à des études de marché et nouer des relations commerciales, et prévoyait une simplification des formalités d’entrée pour les produits taiwanais arrivant sur le sol chinois5.

  • 6 Cf. Liang’an jingji tongji yuebao (LJTY) (Cross-Strait Economic Statistics Monthly), Mainland Affai (...)
  • 7 Cf. (1981) Li Fei, Haixia liang’an jingmao guanxi (Relations économiques et commerciales entre les (...)
  • 8 Cf. Gao Chang, Dalu jinggai yu liang’an jingmao guanxi (La réforme économique en Chine et les relat (...)
  • 9 À la fin de l’année 1978, Deng Xiaoping lança une politique de réforme et d’ouverture qui déboucha (...)
  • 10 Réglementation sur les avantages spéciaux accordés aux compatriotes de Taiwan investissant dans les (...)
  • 11 Cf. Li Fei, 1994, op. cit., p. 158.
  • 12 Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

10C’est ainsi que le volume des échanges commerciaux fut multiplié par sept entre 1979 (78 millions US$) et 1984 (553 millions US$)6. Entre-temps, certains investisseurs avaient déjà traversé le détroit. Si quelques hommes d’affaires de l’île semble-t-il posèrent le pied sur le continent pour y investir dès 1981 ou 19827, les statistiques officielles chinoises font remonter le premier investissement taiwanais – une bijouterie à Xiamen – au mois de mai 19838. Un mois plus tôt, Pékin avait accordé aux Taiwanais investissant dans les « zones économiques spéciales »9 des conditions encore plus avantageuses que celles déjà proposées à l’ensemble des entreprises étrangères : réductions d’impôts, exonération des frais d’acquisition de terrains, possibilité de vendre 30 % de leur production sur le marché intérieur, etc.10. Entre 1983 et 1987, 80 contrats d’investissement furent signés en Chine par des entrepreneurs de l’île pour un montant total de 100 millions US$11. Cela stimula le commerce entre Taiwan et la Chine dont le volume atteignit 1,5 milliard US$ en 198712. Les échanges économiques à travers le détroit avaient bel et bien repris.

2. Une accélération des investissements taiwanais sur le continent

  • 13 Calculé par l’auteur à partir de Taiwan Statistical Data Book (TSDB), Council for Economic Planning (...)

11À partir de la fin des années 1980, sous la conjugaison de facteurs économiques et politiques, les investissements sur l’autre rive s’accélérèrent. En effet, les firmes taiwanaises faisaient face à une hausse généralisée des coûts de production sur l’île : coût du travail, coût de l’immobilier (achat/location des terrains), coûts liés à de nouvelles normes environnementales. Par ailleurs, en tant qu’entreprises essentiellement exportatrices, elles furent particulièrement pénalisées par l’appréciation de la monnaie taiwanaise (New Taiwan Dollar/NT$) par rapport au dollar américain : + 51,9 % entre 1985 (39,8 NT$/US$) et 1989 (26,2 NT$/US$), soit une hausse moyenne de 11 % par an13. Concurrencées sur le marché mondial par les firmes des pays d’Asie du Sud-Est qui bénéficiaient à la fois d’une main-d’œuvre bien meilleur marché que sur l’île et d’un taux de change plus favorable, elles n’eurent d’autre choix que de relocaliser une partie de leur production en investissant dans des pays à plus bas revenus. Or, l’évolution du contexte politique allait rendre la Chine de plus en plus attractive au regard des entrepreneurs taiwanais.

  • 14 Trois principes de base pour le commerce indirect via Hong Kong et Macao (Dui Gang Ao diqu zhuankou (...)
  • 15 Elle avait été instaurée sur l’île par Chen Cheng le 19 mai 1949.
  • 16 Tout particulier pouvait désormais sortir du pays jusqu’à 5 millions US$, et le montant maximal qu’ (...)
  • 17 Dispositions pour encourager les investissements des compatriotes de Taiwan (Guanyu Taiwan tongbao (...)
  • 18 Cf. Gao Chang, 1994, op. cit., p. 120-123 ; Gao, Xijun, Li, Cheng, Lin, Zujia, Taiwan tupo – Liang’ (...)
  • 19 Par exemple, un entrepreneur justifiait sa décision d’investir à Tianjin juste après les événements (...)

12Premièrement, un vent de liberté commençait à souffler à Taiwan. En juillet 1985, le gouvernement de l’île autorisa le commerce avec la Chine à condition que les produits concernés transitent par un territoire tiers (Hong Kong, Macao), et qu’ils aident au développement économique de Taiwan sans nuire à sa sécurité14. En juillet 1987, la loi martiale en vigueur depuis près de quarante ans15 fut abrogée par Chiang Ching-kuo (Jiang Jingguo) qui avait succédé à son père (Chiang Kai-shek) et était devenu le nouveau président de la République de Chine à Taiwan. Le même mois, il assouplit le contrôle des changes et desserra les rênes sur les mouvements de capitaux16. En novembre de la même année, les citoyens de l’île furent pour la première fois depuis 1949 autorisés à rendre visite à leur famille demeurant de l’autre côté du détroit. Deuxièmement, le gouvernement chinois poursuivait son entreprise de charme à l’égard des entrepreneurs taiwanais. En juillet 1988, il leur permit d’investir dans n’importe quel secteur d’activité sur le continent – un privilège par rapport aux autres entreprises étrangères – à la seule condition que leur projet participât au développement économique et social du pays17. En mai 1989, il lança les « zones d’investissement [réservées] aux hommes d’affaires taiwanais » (Taishang touzi qu). La plupart furent ouvertes dans le Fujian : à Mawei et sur l’île de Langqi (près de Fuzhou), à Haicang et Xinglin (près de Xiamen), à Zhangzhou (pour l’agriculture), dans la baie de Meizhou (pour l’industrie lourde). D’autres furent aussi créées à Haikou et Wenchang sur l’île de Hainan18. Troisièmement, les incidents qui se déroulèrent en juin 1989 sur la place Tian’anmen provoquèrent un effet d’aubaine pour les entrepreneurs de l’île. En effet, les pays occidentaux prirent à cette occasion des sanctions contre le régime communiste ce qui entraîna l’annulation de nombreux projets d’investissement. Certains hommes d’affaires taiwanais en profitèrent pour « s’engouffrer » dans la brèche en comblant le vide ainsi laissé par un apport supplémentaire de capitaux19.

  • 20 Il s’agit ici du montant total des contrats d’investissement signés par les firmes taiwanaises tels (...)
  • 21 Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

13La conjugaison de ces éléments donna un coup d’accélérateur aux investissements taiwanais sur le continent chinois : 1,9 milliard US$ entre 1988 et 199020. Les échanges commerciaux entre les deux rives ressentirent naturellement les effets de ce mouvement avec un volume qui passa à 5,2 milliards US$ en 199021.

3. Libéralisation économique et expansion des échanges entre les deux rives

  • 22 Réglementation concernant la gestion des investissements indirects ou de la coopération technologiq (...)

14Le phénomène était d’autant plus remarquable que, malgré l’abrogation de la loi martiale, les autorités taiwanaises interdisaient toujours officiellement à leurs concitoyens d’investir en Chine. Lee Teng-hui qui avait succédé à Chiang Ching-kuo leva finalement cette interdiction en octobre 1990 sous réserve que les capitaux transitent par un territoire tiers et que, sur le modèle de la réglementation sur le commerce, cela ne porte préjudice ni à la sécurité, ni à l’économie de Taiwan22. Le mouvement de libéralisation des échanges à travers le détroit était lancé, et les gouvernements qui allaient se succéder à la tête de l’État, qu’ils soient « Kuomintang » (Parti nationaliste) ou « Minjindang » (Parti démocrate progressiste), devaient chacun apporter leur pierre à cette libéralisation, même si cela se fit un peu parfois à leur corps défendant.

  • 23 Le caractère « extraterritorial » de ce centre permettait de faciliter les liaisons à travers le dé (...)
  • 24 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.
  • 25 Ibidem.

15Les échanges économiques entre Taiwan et la Chine s’intensifièrent sous la présidence de Lee Teng-hui (Kuomintang) sans que fût véritablement remis en cause le principe des liaisons indirectes. Très méfiant vis-à-vis des autorités chinoises, celui-ci s’attacha à limiter autant que faire se peut la nature comme le volume des échanges avec le continent, appelant les investisseurs de l’île à la prudence. « Ne vous hâtez pas, soyez patients ! (jie ji, yong ren) », leur lança-t-il en septembre 1996. Il fit néanmoins un petit pas supplémentaire dans de sens de la libéralisation en créant le Centre maritime extraterritorial du port de Kaohsiung (Gaoxiong gang jingwai hangyun zhongxin) qui permit les premières liaisons maritimes semi-directes entre les deux rives en avril 199723. Malgré cette timidité dans la politique d’ouverture, les investissements taiwanais en Chine connurent une très forte croissance : 17,1 milliards US$ de 1991 à 2000, soit une moyenne annuelle de 1,7 milliard sur dix ans24. Cela stimula le commerce entre les deux rives qui progressa lui aussi très fortement pour atteindre 31,2 milliards US$ en 200025.

  • 26 Cf. Philippe Chevalérias, « Taiwan-Chine : un rapprochement économique teinté d’arrière-pensées pol (...)
  • 27 Notons que les entrepreneurs gardaient la possibilité d’investir « indirectement » via une société (...)
  • 28 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.
  • 29 En 2009, les échanges commerciaux à travers le détroit se contractèrent en raison de la crise : 86, (...)

16Son successeur à la présidence de la république en mars 2000, Chen Shui-bian (Minjindang), s’appuyant sur la double constatation, d’une part, qu’il était très difficile, sinon impossible, de ralentir la marche des firmes taiwanaises vers le continent, et d’autre part, que le rapprochement économique avec la Chine n’avait nullement empêché la mise en place de réformes démocratiques sur l’île, décida d’aller plus loin dans le processus de libéralisation26. Il était d’ailleurs aussi poussé à cela par l’adhésion programmée à l’Organisation mondiale du commerce de la République populaire de Chine (11 décembre 2001) et de Taiwan (1er janvier 2002). En novembre 2001, il annonça la ligne directrice de sa politique : « Libéralisons activement, gérons efficacement ! (jiji kaifang, youxiao guanli) ». En janvier 2002, des « petites » liaisons directes (xiao san tong) furent ouvertes entre Quemoy/Matsu (Mazu) et le continent. En juillet, les hommes d’affaires de l’île furent autorisés à investir directement de l’autre côté du détroit27. Les effets de ces mesures de libéralisation furent spectaculaires. Entre 2001 et 2008, les entrepreneurs taiwanais investirent 58,5 milliards US$ sur le continent, c’est-à-dire 7,3 milliards US$ par an en moyenne sur huit ans28. Quant au commerce à travers le détroit, il grimpa à 105,4 milliards US$ en 200829.

  • 30 Economic Cooperation Framework Agreement (Accord cadre de coopération économique) / Liang’an jingji (...)
  • 31 Association of South East Asian Nations. Singapour, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et la (...)
  • 32 Cf. Gao Chang, Li Tiansheng, « ECFA yu liang’an jingmao guanxi zhanwang » (Perspective des relation (...)
  • 33 Ibidem.
  • 34 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.
  • 35 Ibidem.

17Le nouveau président taiwanais Ma Ying-jeou (Kuomintang) prit ses fonctions en mai 2008 avec la ferme intention d’aller vers une normalisation des relations économiques entre les deux rives du détroit via la création d’une zone économique sino-taiwanaise (ECFA30) indispensable à ses yeux pour relancer la croissance sur l’île et éviter à Taiwan d’être marginalisée par les zones de libre-échange en train de se construire en Asie-Pacifique autour de l’ASEAN31 : ASEAN+1 (Chine), ASEAN+3 (Chine, Japon, Corée du Sud), voire ASEAN + 6 (Chine, Japon, Corée du Sud, Inde, Australie, Nouvelle-Zélande)32. C’est dans cette perspective que furent conclus entre Taipei et Pékin des accords portant notamment sur l’instauration de liaisons aériennes et maritimes directes entre Taiwan et la Chine (novembre 2008) – ce qui sonnait le glas du principe des liaisons « indirectes » – et l’ouverture de l’île aux investissements chinois (avril 2009)33. Au-delà de la polémique tant économique que politique entourant l’ECFA qui devait finalement être signé le 29 juin 2010, il semble que cette nouvelle étape dans le processus de libéralisation ait davantage encore renforcé les échanges à travers le détroit. Entre janvier 2009 et décembre 2011, les investissements taiwanais sur le continent se sont élevés à 36,1 milliards US$, soit environ 12 milliards US$ par an en moyenne sur trois ans34. En 2011, le commerce entre les deux rives a quant à lui atteint un nouveau record avec 134,7 milliards US$35.

4. Une grande faculté d’adaptation au marché chinois

  • 36 En 2008, 99 % des netbooks, 92,5 % des ordinateurs portables et des cartes mères, 90,2 % des câbles (...)
  • 37 OEM : Original Equipment Manufacturing. Il s’agit d’un contrat selon les termes duquel une entrepri (...)
  • 38 Cf. Chen Tain-Jy (dir.), Taiwanese Firms in Southeast Asia: Networking Across Borders, Cheltenham, (...)

18Ce mouvement d’une ampleur d’autant plus exceptionnelle qu’il s’est déroulé dans un contexte politique relativement tendu répond avant tout à une logique économique, à savoir la nécessité pour l’industrie taiwanaise de se restructurer. En relocalisant sur le continent ses industries traditionnelles à forte intensité de main-d’œuvre, l’île a pu se tourner vers les hautes technologies, en particulier celles de l’information et de la communication où elle est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux36. Mais il s’explique également par la remarquable faculté d’adaptation des firmes taiwanaises au marché chinois. Celle-ci trouve assurément son origine dans les affinités culturelles qui existent entre Taiwan et la Chine (utilisation du mandarin, connaissance des usages sociaux, etc.), et plus spécialement entre Taiwan et la province du Fujian (utilisation de la langue « minnan », culte de la déesse Matsu, etc.). Elle découle aussi de l’expérience acquise par le biais de la sous-traitance (contrats OEM37) auprès des firmes étrangères (américaines, japonaises), et dont les entreprises de l’île ont tiré une forme d’actif incorporel, à savoir un système d’organisation en réseau leur donnant une grande flexibilité qui leur permet de réagir rapidement aux stimuli du marché tout en satisfaisant aux exigences de leurs donneurs d’ordres en termes de prix, de qualité des produits et de délais de livraison38.

  • 39 Le terme chinois « guanxi » signifie littéralement « relation ». Il fait habituellement référence à (...)
  • 40 Le terme chinois « hongbao » signifie littéralement « enveloppe rouge ». Il désigne généralement le (...)
  • 41 Dans le premier cas, la quantité de devises entrant sur le territoire chinois en échange des marcha (...)

19Dès la fin des années 1980, les petites et moyennes entreprises (PME) taiwanaises disposant de peu de ressources financières et/ou technologiques ont ainsi été très rapidement opérationnelles en Chine où elles pouvaient jouer la carte du « first mover », c’est-à-dire arriver les premières sur le marché. Rompues aux pratiques locales (système des guanxi39 et des hongbao40), elles parvenaient à accélérer les procédures légales en trouvant rapidement le bon interlocuteur, voire à les contourner en appliquant un principe bien chinois : « En haut, la politique, en bas, la pratique ! » (Shang you zhengce, xia you duice). La formation de la main-d’œuvre chinoise était par ailleurs d’autant plus rapide et efficace qu’il n’y avait pas de barrière au niveau de la langue. Appliquant la méthode dite « liang tou zai wai », c’est-à-dire « les deux extrémités (de la chaîne) à l’extérieur », elles faisaient venir les équipements et matériaux de Taiwan, fabriquaient le produit sur le continent, puis l’exportaient le plus souvent via Hong Kong sous la marque de la multinationale à l’origine de la commande. Afin d’assurer un meilleur contrôle des flux financiers, cette dernière était reçue et traitée au siège de l’entreprise à Taiwan même, et l’acheteur versait directement l’argent sur un compte bancaire à Taiwan ou à Hong Kong. À une époque où les douanes chinoises manquaient encore d’expérience, il n’était pas rare que ces PME rapatrient une partie de leurs profits sur l’île par la méthode du « transfer pricing », soit en sous-évaluant (sous-facturant) le prix des produits exportés, soit en surévaluant (sur-facturant) le prix des matières premières ou équipements importés41.

  • 42 Si l’on interrogeait à cette époque-là les autorités responsables des entreprises étrangères en Chi (...)
  • 43 Un responsable de la « zone de développement économique et technologique » (TEDA) de Tianjin résuma (...)
  • 44 Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de Cougar Tripod, Taipei, 4 mars 1996, in Philippe Cheval (...)
  • 45 Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de Ting Hsin, Pékin, 14 mars 1997, in Philippe Chevaléria (...)

20Lorsque dans les années 1990 les hommes d’affaires taiwanais ont davantage cherché à vendre leur production localement, la question s’est alors posée de l’accès au marché chinois. Certes, le pouvoir communiste encourageait encore à ce moment-là les firmes étrangères à l’exportation42, mais comme le flou de la loi laissait la place à une certaine flexibilité, tout était question de négociation avec les autorités locales43. Ainsi, la filiale de l’entreprise taiwanaise Cougar Tripod (Qiu shiding shipin) implantée à Tianjin affirmait déjà vendre 100 % de sa production sur le marché chinois. Son produit phare, un bonbon à pâte molle baptisé « xiao liang kou » (jeune couple) parce qu’il renferme un « couple » de petits morceaux de sucre, lui aurait même permis de devenir, selon un responsable, la plus grande entreprise de bonbons de Chine du Nord44. La force des entrepreneurs taiwanais réside dès cette époque dans leur capacité à s’appuyer sur les circuits de distribution traditionnels via les grossistes locaux qui peuvent à l’occasion les aider à obtenir une autorisation administrative auprès des autorités compétentes (beaucoup d’entre eux sont en effet d’anciens responsables d’entreprises commerciales d’État). Elle vient aussi de leur réussite en matière publicitaire qui s’explique, d’une part, par leur aptitude à traiter avec les sociétés de publicité (guanggao gongsi) chinoises incontournables, et d’autre part, par leur capacité d’innovation dans le domaine de la publicité. Un cadre de la firme taiwanaise Ting Hsin (Dingxin) – dont la marque de nouilles instantanées Kang Shih Fu (Kang shifu) a eu un énorme succès sur le continent – n’hésite d’ailleurs pas à affirmer que son entreprise a révolutionné la publicité en Chine en étant la première à introduire un effet de clignotement dans un spot publicitaire à la télévision à Pékin45.

  • 46 Les entreprises nippones sont encore parfois handicapées sur le marché chinois par une mauvaise ima (...)
  • 47 Cf. Information recueillie par l’auteur auprès de Lioho, Taipei, 10 septembre 1996, in Philippe Che (...)

21Enfin, les firmes de l’île ont gardé sur le continent chinois les liens privilégiés qu’elles avaient noués à Taiwan avec leurs homologues américaines et/ou japonaises. Transposant leur système d’organisation en réseau de l’autre côté du détroit, elles sont parvenues à diminuer leurs coûts tout en préservant leur avantage spécifique, ce qui leur a permis de conserver, une fois relocalisées en Chine, les contrats OEM passés avec les multinationales étrangères, voire de faire évoluer ceux-ci en contrats ODM (Original Design Manufacturing) leur donnant la possibilité de s’occuper également de la conception des produits. La coopération entre firmes taiwanaises et japonaises sur le continent chinois s’est même parfois traduite par des alliances stratégiques prenant la forme de joint-ventures nippo-taiwanaises dans lesquelles le partenaire japonais fournit la technologie, tandis que le partenaire taiwanais non seulement apporte son capital et ses compétences en gestion, mais s’occupe aussi des démarches avec les officiels et/ou hommes d’affaires chinois46. Le fabricant taiwanais de pièces de voitures/motos Lioho (Liuhe) s’est ainsi développé par le biais d’un partenariat (OEM et/ou joint-venture) avec Toyota, Mitsubishi, Suzuki, Mazda, etc.47

5. Un large réseau d’associations comme facteur de cohésion

  • 48 Cf. Information recueillie par l’auteur auprès de la Fondation pour les échanges à travers le détro (...)

22Une fois établies de l’autre côté du détroit, les firmes taiwanaises ont pu, de surcroît, dès le début des années 1990 s’appuyer sur un réseau d’associations qui allait renforcer davantage encore le lien entre les hommes d’affaires de l’île implantés sur le continent. La plus ancienne de ces associations est celle de Pékin (Beijing Taizi qiye xiehui) créée officiellement en mars 1990. Deux autres furent établies la même année dans le Guangdong : l’une à Shenzhen (Shenzhen Taishang xiehui) en juin, l’autre à Huadu (Huadu shi Taishang xiehui) en juillet48.

  • 49 Cf. Straits Exchange Foundation (SEF, Taiwan), http://www.seftb.org.
  • 50 Cf. The Association of Taiwan Investment Enterprises on the Mainland (Quanguo Taiwan tongbao touzi (...)
  • 51 Information recueillie par l’auteur auprès de la Commission chargée des affaires continentales (Mai (...)

23Il existe en fait deux types d’associations d’entreprises taiwanaises en Chine. En 2010, celles patronnées par Taipei, à savoir les « associations d’hommes d’affaires taiwanais » (Taishang xiehui), étaient au nombre de 11349 ; celles patronnées par Pékin, à savoir les « associations d’entreprises à capitaux taiwanais » (Taiwan tongbao touzi qiye xiehui), étaient quant à elles au nombre de 11550. Ces associations sont présentes dans chaque province/ville où sont implantées des firmes taiwanaises. Si jamais ces dernières ne sont pas assez nombreuses, elles forment d’abord un « comité de liaison » (lianyi hui) qui obtiendra éventuellement plus tard le statut d’association51.

  • 52 Sauf mention contraire, les informations et propos d’entrepreneurs qui concernent les associations (...)

24Le rôle de ces associations est multiple52. Premièrement, et c’est peut-être le plus important, elles ont une vocation sociale. Ce sont des points de ralliement, des lieux de rencontre où les Taiwanais qui ont le mal du pays se retrouvent pour boire, bavarder, chanter. Ce sont aussi des lieux d’entraide. Le patron de l’entreprise de chaussures Qiyang, par ailleurs responsable d’une association dans le Guangdong, raconte : « Un jour, un Taiwanais est décédé dans un incendie survenu dans son usine. Comme il n’y a pas d’ambassade, c’est l’association qui s’est occupée de toutes les formalités et est allée réconforter la famille ».

  • 53 Cf. Liang’an jingmao tongxun (LJT) [SEF, Taiwan], n° 41, mai 1995, p. 29-31.
  • 54 Cf. LJT [SEF, Taiwan], n° 42, juin 1995, p. 23-25.

25Deuxièmement, elles servent d’intermédiaires entre les entrepreneurs de l’île et le pouvoir communiste. Elles peuvent par exemple rapporter des abus auprès des autorités compétentes, négocier les clauses d’une nouvelle réglementation, ou encore aider la police à éclaircir une affaire criminelle impliquant des Taiwanais53. Parlant d’une même voix, les firmes de l’île ont plus de chance d’être entendues par les officiels qui participent aux réunions en tant que « conseillers » (guwen) (Ting Hsin, Qiyang). Il arrive même que l’on propose au secrétaire du comité local du parti communiste d’être président d’honneur de l’association54.

  • 55 Sur la question du rapatriement des profits, voir Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 438-440.

26Troisièmement, les associations sont des lieux d’échanges utiles à la fois économiquement et politiquement. On peut y obtenir des renseignements sur le marché chinois (Chung Shing) en profitant de l’expérience des autres entrepreneurs (President), y négocier l’acquisition de matières premières ou la vente de produits (Ting Hsin), ou encore éviter une concurrence néfaste en harmonisant les salaires versés aux ouvriers (Lioho). Elles furent aussi dans le passé des endroits privilégiés où les PME de l’île pouvaient échanger leurs RMB contre des devises étrangères (US$, HK$, NT$) afin de rapatrier leurs profits sans passer par la voie officielle et donc sans payer de taxes55. Par ailleurs, ces associations permettent, grâce aux confrontations d’opinions qui s’y déroulent, de mieux comprendre les politiques gouvernementales (Cheng Shin), voire d’anticiper un éventuel changement de politique (Lioho).

  • 56 Cf. LJT [SEF, Taiwan], n° 48, décembre 1995, p. 24-26.

27Malgré ces avantages, force est de constater que l’intérêt des hommes d’affaires de l’île pour ces associations est très variable. Si les grandes entreprises par exemple se doivent d’en faire partie (President), leur participation se limite souvent aux activités exclusivement économiques. En effet, l’existence de deux types d’associations chapeautées respectivement par Taipei et Pékin fait que celles-ci sont influencées politiquement (Inventec). Il n’en demeure pas moins que ce réseau d’associations a incontestablement renforcé la cohésion entre les investisseurs taiwanais sur le continent, d’autant que tous les hommes d’affaires de l’île, qu’ils en soient ou non membres, y sont les bienvenus56. Cultivant un esprit de solidarité, elles ont en fin de compte rendu encore plus efficace le système d’organisation en réseaux des firmes taiwanaises.

6. Tracas administratifs, disputes commerciales et problèmes de sécurité

  • 57 Cf. note 52.

28En dépit de leur remarquable faculté d’adaptation au marché chinois, les entrepreneurs taiwanais furent très vite confrontés à des difficultés de toutes sortes sur le continent. Dans les années 1990, celles-ci étaient surtout de nature administrative (corruption, lois pléthoriques, confuses, trop souvent changeantes ou non appliquées), commerciale (conflits avec les partenaires chinois) ou sécuritaire57.

  • 58 Cf. Dalu weiyuanhui (MAC), Fu Dalu touzi Taishang jingmao jiufen anli yanxi (Étude de cas de disput (...)
  • 59 Cf. Haixia jiaoliu jijinhui (SEF), Dalu touzi jingyan yu liang’an jingmao jiufen anli huibian (Les (...)

29En juillet 1992, la Commission chargée des affaires continentale (MAC) publiait un ouvrage rapportant trente cas de disputes entre des firmes taiwanaises d’un côté et des firmes ou organismes administratifs chinois de l’autre58. Trois ans plus tard, c’était au tour de la Fondation pour les échanges à travers le détroit (SEF) d’éditer un livre où étaient présentés vingt-cinq nouveaux exemples de conflits impliquant des hommes d’affaires de l’île59. Les sujets de discorde portaient entre autres sur l’estimation de la valeur des machines et équipement intégrés dans le capital de la filiale, l’achat de matières premières sur le continent, la part de la production vendue sur le marché intérieur, la location de terrains et de bâtiments d’usine, la question du rapatriement des profits.

  • 60 Cf. LJT, juin 1995, op. cit.

30Les associations d’entrepreneurs taiwanais sur le continent se sont aussi elles-mêmes souvent fait l’écho d’atteintes aux biens et aux personnes. Par exemple, en deux ans et demi, l’association de Xiamen a reçu près d’une centaine de plaintes pour menace, chantage, agression, ou encore abus dans le prélèvement de taxes (eau, électricité, etc.)60. En cas d’ennui, la police n’est pas non plus forcément d’un grand secours. Si certains affirment entretenir de bonnes relations avec la police locale (Cougar Tripod), d’autres en revanche se plaignent de son manque de coopération (Qiyang) : « Je suis allé voir deux fois la police pour vol », précise le patron de l’entreprise. « Chaque fois, ils m’ont déclaré qu’ils ne pouvaient rien faire si je ne leur donnais pas 6 000 RMB. Le voleur avait quitté la ville et, si je voulais qu’ils le poursuivent, il fallait que je paye pour les billets de train, les repas, etc., car eux-mêmes n’avaient pas d’argent pour cela ».

31Des affaires de kidnapping ou même d’assassinats rapportées par les médias de l’île ont par ailleurs accentué le sentiment d’insécurité chez les investisseurs taiwanais, dont beaucoup ont décidé d’employer leur propre milice et de protéger leur usine 24 heures sur 24. « Toutes les entreprises taiwanaises font pareil », insiste le PDG de Qiyang. Il ajoute : « Nous avons une équipe de quinze gardiens qui viennent du Shandong et sont entraînés au kung-fu. Un jour, ils ont réussi à repousser une attaque de trente personnes ». Cela est confirmé par un cadre de Ting Hsin : « Nos usines sont surveillées en permanence par des hommes qui ont reçu une formation de garde (menwei de peixun). […] Ils viennent tous du Shandong car, dans cette province, ils sont grands et costauds (!) ». Il arrive même que la police serve d’intermédiaire comme l’indique un directeur de Cougar Tripod à Tianjin : « Si l’on a besoin de recruter une équipe de gardes, il faut s’adresser au bureau de la sécurité publique (gong’an ju). Ils ont parfois eux-mêmes mis en place des organismes spéciaux de formation, mais il faut les payer (!) ».

  • 61 Cf. Gordon Redding, « Overseas Chinese Networks: Understanding the Enigma », Long Range Planning, v (...)
  • 62 Cf. Hsin-Huang Michael Hsiao, Alvin Y. So, « Taiwan-Mainland Economic Nexus – Socio-Political Origi (...)

32Si les nombreuses doléances des investisseurs taiwanais sur le continent sont généralement justifiées, ces derniers semblent dans les années 1990 s’être toutefois plutôt bien accommodés d’un environnement juridique souvent flou leur laissant des espaces de libertés qu’ils surent souvent exploiter au mieux. Il est d’ailleurs possible qu’un cadre légal plus rigide leur eût fait perdre une partie de leur avantage compétitif par rapport aux autres firmes étrangères. En effet, certains auteurs n’hésitent pas à affirmer que c’est dans un environnement où les fondements légaux sont incomplets que les Chinois d’outre-mer, notamment les Taiwanais, sont habiles à profiter de leur réseau de relations dans lequel l’éthique de la confiance (xinyong) joue un rôle fondamental61 ; ou encore que la force des PME taiwanaises en Chine réside dans l’établissement de relations informelles, à la limite de l’illégalité62.

7. Davantage de concurrence pour les firmes taiwanaises

33L’expérience acquise par les firmes taiwanaises en Chine durant les années 1990 leur permettait d’aborder les années 2000 dans des conditions a priori d’autant plus favorables que les autorités de l’île poursuivaient leur politique de libéralisation des échanges économiques entre les deux rives. Pourtant, elles allaient bientôt être confrontées à de nouvelles difficultés liées à l’évolution des conditions d’investissement sur le continent.

  • 63 Cf. Wu Zhaoyi, « Qi da guanka jiagong, Taishang zhuan qian hao nan » (Confrontés à sept defis à rel (...)

34Premièrement, la structure industrielle du pays a évolué, et les autorités chinoises sont devenues beaucoup plus exigeantes. Les investissements dans les secteurs gourmands en énergie et/ou hautement polluants ne sont plus les bienvenus, au contraire de ceux dans les secteurs à fort potentiel d’innovation. Pékin souhaite que le « made in China » (Zhongguo zhizao) symbole de l’atelier du monde soit peu à peu remplacé, du moins dans les esprits, par l’expression plus valorisante « created in China » (Zhongguo chuangzao)63.

  • 64 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.
  • 65 Cf. Xiong, Yixi, « Taishang xia yi bu zenme zou? » (Quelle est la prochaine étape pour les hommes d (...)

35Deuxièmement, le gouvernement chinois revient petit à petit sur les privilèges des firmes étrangères. Par exemple, les exonérations partielles de taxes longtemps accordées aux entreprises étrangères exportatrices ont été supprimées dans la nouvelle « loi sur la taxation du revenu » (Qiye suode shui fa) appliquée depuis le 1er janvier 200864. De plus, les firmes qu’elles soient à capitaux étrangers ou chinois sont désormais imposées au même taux unique de 25 %65.

  • 66 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.
  • 67 Cf. Businessweek, « How Rising Wages Are Changing The Game In China », Businessweek, 24 janvier 201 (...)
  • 68 Cf. Xiong Yixi, 2008, op. cit.
  • 69 La précédente, simplement baptisée « loi sur le travail » (laodong fa), avait été adoptée le 5 juil (...)
  • 70 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.
  • 71 Honghai a connu une série de suicides et Honda plusieurs grèves d’affilée. Cf. Xiao Xinyong, « Cong (...)

36Troisièmement, les coûts de production ont fortement progressé sur le continent chinois. En premier lieu, les loyers ont augmenté. Il est devenu d’autant plus difficile de louer un terrain que les autorités locales sélectionnent désormais soigneusement les entreprises et font jouer la concurrence. Par le passé, elles s’attachaient plutôt à réduire les loyers afin d’attirer les firmes étrangères. Aujourd’hui, un loyer minimal est fixé qui fait ensuite l’objet d’une « enchère » (zhaobiao paimai) de la part des investisseurs potentiels. Par ailleurs, une nouvelle taxe foncière appelée « impôt sur l’utilisation des terrains » (tudi shiyong shui) a été créée qui s’ajoute aux frais de location déjà à la charge des entreprises66. En second lieu, le travail est devenu plus cher. Le manque de main-d’œuvre qui a commencé à se faire sentir en Chine vers le milieu des années 2000 a poussé les salaires à la hausse67. Le salaire de base est ainsi passé de 550 RMB/mois en juillet 2005 à 670 RMB/mois en décembre 200768 impulsant un mouvement vers le haut de toute l’échelle salariale. Qui plus est, la nouvelle « loi sur le contrat de travail » (laodong hetong fa) entrée en vigueur le 1er janvier 200869 a réduit la flexibilité sur le marché du travail. Les droits des ouvriers ont été renforcés : toute embauche doit donner lieu à l’établissement d’un contrat écrit ; après deux contrats à durée déterminée consécutifs, le troisième est obligatoirement un contrat à durée indéterminé ; l’employeur est tenu de contribuer au « fonds d’assurance sociale » (she bao jijin), etc. Des pénalités sont même prévues en cas de non-respect de ces obligations : doublement du salaire mensuel en d’absence de contrat écrit ; compensation financière pour l’ouvrier en cas de non-participation de l’employeur au système d’assurance, etc.70. Enfin, en 2010, deux grands groupes étrangers – l’un taiwanais « Honghai », l’autre japonais « Honda » – implantés dans le Guangdong ont dû augmenter leurs salaires de plus de 30 % afin de calmer la fronde de leurs ouvriers chinois mécontents de la façon dont ils étaient traités au sein de l’entreprise71.

37En fin de compte, dans un contexte de hausse globale des coûts de production, l’évolution de la réglementation vers un système qui tend à mettre sur un pied d’égalité les firmes étrangères et les firmes locales contribue à atténuer les avantages dont jouissaient jusqu’à présent les investisseurs taiwanais sur le continent chinois. De plus en plus concurrencés par les autres entreprises étrangères, surtout japonaises et coréennes, mais également par les firmes chinoises elles-mêmes, les hommes d’affaires taiwanais devront d’autant plus rapidement s’adapter à ce nouvel environnement économique qu’ils ont massivement investi sur le continent.

8. La Chine, un défi économique autant que politique

  • 72 Pour une analyse des faiblesses de l’économie taiwanaise et du défi posé à Taiwan par la Chine, voi (...)
  • 73 Cf. MOEA (Taiwan), Quanqiu taishang fuwu wang (QTFW) (Site Web au service des entrepreneurs taiwana (...)
  • 74 Cf. (importations totales, douanes chinoises) QTFW (MOEA, Taiwan), op. cit. ; (importations de prod (...)
  • 75 QTFW (MOEA, Taiwan), op. cit.

38Mais la situation est particulièrement délicate pour les firmes de l’île dans la mesure où la Chine pose un double défi à Taiwan72. C’est d’abord un défi économique : pour les biens de consommation bas et moyens de gamme, les produits chinois concurrencent de plus en plus les produits taiwanais sur les marchés internationaux. En 1991, Taiwan occupait encore la 5e place sur le marché américain (4,7 %) devant la Chine qui était alors à la 6e place (3,9 %). En l’espace de vingt ans (2011), Taiwan reculait à la 9e place (1,9 %) pendant que la Chine grimpait à la 1re place (18,1 %)73. Or, la situation n’est pas meilleure sur le marché chinois où l’île a vu sa part s’effondrer en une quinzaine d’années : 15,8 % en 1997, 11,1 % en 2000, 8,5 % en 2005, 5,2 % en 201174. Là, les firmes taiwanaises subissent la concurrence des produits japonais pour le haut de gamme, et des produits sud-coréens pour le moyen de gamme : en 2011, le Japon et la Corée du Sud occupaient respectivement la 1re place (11,2 %) et la deuxième place (9,3 %) sur le marché chinois75.

  • 76 Cf. Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.
  • 77 (milliards US$) Total : 97,6 ; Chine : 70,4 ; autres pays : 27,2 (projets d’investissement approuvé (...)
  • 78 Exportations : 16,5 % en 2000 ; 28,4 % en 2005 ; 29,6 % en 2011 ; importations : 4,4 % en 2000 ; 11 (...)

39Le second défi que Taiwan a à relever, et qui est d’une certaine manière lié au premier, est un défi politique. En effet, les investissements massifs effectués par les firmes taiwanaises de l’autre côté du détroit au cours des deux dernières décennies (selon les statistiques officielles taiwanaises, 39 572 entreprises auraient investi 111,7 milliards US$ en Chine entre 1991 et 201176), ont rendu l’économie de l’île extrêmement dépendante du continent. Entre 2005 et 2011, près des trois-quarts (72,1 %) des investissements taiwanais à l’étranger se sont portés sur la Chine77. Dans le même temps, le poids de la Chine dans le commerce extérieur taiwanais n’a cessé de croître : 10,7 % en 2000 ; 20 % en 2005 ; 22,8 % en 201178.

  • 79 Réglementation provisoire sur le développement du commerce avec Taiwan (Guanyu kaizhan dui Taiwan m (...)

40Cela ne porterait pas à conséquence si Pékin n’utilisait l’économie comme un instrument au service d’une ambition politique, celle de la réunification de Taiwan avec la Chine. Cette ambition, le pouvoir communiste l’a affichée dès le mois de mai 1979 : « Le commerce avec Taiwan a pour objet, en ralliant le monde de l’industrie et du commerce, de promouvoir l’union économique entre les deux rives, et ainsi le retour de Taiwan au sein de la mère patrie […] »79. Il l’a rappelée en mars 2005 avec la Loi anti-sécession (Fan fenlie guojia fa) qui pose le principe d’une intervention militaire contre Taiwan en cas de déclaration d’indépendance. Car en dépit du rapprochement économique qui s’est opéré entre les deux rives du détroit, Pékin n’a cessé de menacer Taiwan militairement. Dans un tel contexte, la dépendance économique croissante de l’île vis-à-vis de la Chine n’est pas sans provoquer quelque inquiétude dans la population taiwanaise.

  • 80 Cf. Philippe Chevalérias, 2010, op. cit., p. 45-48.
  • 81 Si l’ECFA facilite l’accès au marché chinois des produits en provenance de Taiwan, il ouvre aussi d (...)
  • 82 Cf. Luo Tianbin, « Ma Ying-jeou: “Bu huoyi ningke bu qian” » (Ma Ying-jeou : « Si [l’ECFA] n’était (...)
  • 83 Enquête réalisée à l’initiative du magazine Tianxia et du site Internet « YAM Tiankong » entre le 2 (...)

41Si la zone économique sino-taiwanaise proposée par le président Ma Ying-jeou dans le cadre de l’ECFA suscite autant la polémique sur l’île80, c’est parce qu’elle ravive à tort ou à raison la menace communiste. Les produits chinois dorénavant exonérés de droits de douane ne vont-ils pas asséner un coup fatal aux PME taiwanaises dans les industries traditionnelles ?81 Les hommes d’affaires chinois ne vont-ils pas par le biais de leurs investissements à Taiwan porter préjudice à l’indépendance économique de l’île, voire à terme à son indépendance politique ? Certes, Ma Ying-jeou s’est voulu rassurant en s’engageant à « protéger la souveraineté de la République de Chine [et] à défendre la dignité de Taiwan » (hanwei Zhonghua minguo zhuquan, hanwei Taiwan zunyan)82. Mais ce besoin de rassurer n’est-il pas en fin de compte une forme d’aveu que le risque est bien réel ? D’ailleurs, un sondage réalisé en 2009 révèle que 70 % des habitants de l’île craignent que Taiwan ne perde une partie de sa souveraineté si les échanges à travers le détroit continuent ainsi leur progression83.

42Pourtant, si risque de perte de souveraineté il y a, c’est assurément davantage en matière de politique extérieure, à savoir la capacité de Taiwan à exercer une diplomatie indépendante, qu’en matière de politique intérieure. En effet, le niveau de maturité auquel est aujourd’hui parvenue la démocratie taiwanaise rend difficilement imaginable un retour en arrière dans ce domaine, et encore moins a fortiori une « éventuelle » réunification politique entre les deux rives du détroit qui se ferait sans l’accord de la majorité des Taiwanais toujours hostile à cette idée. Ma Ying-jeou en était d’ailleurs bien conscient lorsqu’il a choisi son slogan : « Pas de réunification, pas d’indépendance, pas de conflit ! (bu tong, bu du, bu wu) ».

Conclusion

  • 84 Son rythme de progression est extrêmement rapide puisqu’elle employait en Chine environ 700 000 per (...)

43La Chine, un eldorado pour les firmes taiwanaises ? Loin s’en faut. Il est vrai que des entreprises telles que « Ting Hsin » ou « Honghai » ont, dans des secteurs très différents, connu un développement exceptionnel sur le continent. La première, via son groupe « Tingyi » (Dingyi) a conquis une large part du marché chinois des nouilles instantanées grâce au succès de sa marque « Kang Shih Fu ». La seconde, via son groupe « Fushikang » (Foxconn) qui opère comme sous-traitant de nombreuses grandes marques de l’électronique (dont Apple pour la fabrication de l’iPod), est considérée comme l’une des plus importantes entreprises exportatrices de Chine où le nombre de ses employés a dépassé la barre du million en décembre 201084. Pourtant, juger de la réussite des investisseurs taiwanais en Chine sur la seule base de ces deux exemples serait trompeur. Car les échecs existent, même s’il est difficile d’en estimer le nombre étant donné qu’ils n’apparaissent pas dans les statistiques officielles (celles-ci cumulent les chiffres d’années en années sans tenir compte des faillites). En fait, les demi-succès ou demi-échecs sont probablement les cas les plus nombreux.

44Mais si la Chine n’est certainement pas un eldorado, en revanche, elle a assurément jusqu’ici été une source d’opportunités commerciales pour les firmes de l’île. C’est d’ailleurs pour ne pas priver celles-ci de telles opportunités que les autorités taiwanaises ont finalement pris le chemin de la libéralisation des échanges à travers le détroit. Cette politique a de surcroît été plutôt bénéfique à l’économie taiwanaise dans son ensemble dans la mesure où elle a aidé à la restructuration de l’industrie de l’île. Pourtant, la dépendance de Taiwan vis-à-vis de l’économie chinoise qui s’est accentuée dans les années 2000 est allée de pair avec une inquiétude croissante de la population taiwanaise : si la Chine demeurait une source d’opportunités commerciales, elle apparaissait de plus en plus comme une menace non seulement économique, mais aussi politique. L’Accord cadre de coopération économique (ECFA) voulu par le président Ma Ying-jeou a donné encore plus de poids à cette menace.

  • 85 Cf. Lai Tianju, « Taiwan guodu yilai Zhongguo ? » (Est-ce que Taiwan dépend trop de la Chine ?), Ti (...)

45En définitive, la Chine suscite chez la plupart des Taiwanais un sentiment contradictoire qu’un journaliste de la revue taiwanaise « Tianxia » (CommonWealth) a résumé par une formule un peu familière mais sans doute proche de la vérité : « […] Je ne peux pas faire sans toi, [mais] avec toi, j’ai peur […] » (bu neng meiyou ni, you ni wo you pa)85. Le poids croissant de la Chine sur la scène économique mondiale la rend incontournable quels que soient les pays, et Taiwan ne fait pas exception à la règle. Ce qui met l’île dans une situation très délicate, ce sont les arrière-pensées politiques, en Chine comme à Taiwan d’ailleurs, qui se cachent derrière les accords économiques. À l’aube des années 2010, tout semble concourir à une interaction toujours plus forte entre les économies taiwanaise et chinoise. Il existe néanmoins une marge d’incertitude quant à la poursuite de cette tendance en raison de l’absence de réponses fermes et définitives à deux questions. Comment les conditions de production et de concurrence évolueront-ils en Chine dans le futur ? Comment l’économie taiwanaise réagira-t-elle à l’afflux de produits et capitaux venus du continent ? Il faut aussi envisager une possible radicalisation du pouvoir communiste, et donc de nouvelles tensions dans le détroit de Formose, si jamais le rapprochement économique entre les deux rives ne conduit pas suffisamment rapidement à ses yeux à un rapprochement politique. Une victoire du Parti démocrate progressiste (Minjindang) lors de prochaines élections à Taiwan avec la perspective d’un changement de la politique continentale de l’île serait également source de frustration pour Pékin.

Notes

1 Cf. Lin Manhong, Sibai nian lai de liang’an fenhe – Yi ge jingmao shi de huigu (400 ans de séparation et d’union – Une rétrospective des relations économiques et commerciales entre Taiwan et le continent chinois), Taipei, Zili wanbao wenhua, Taiwan lishi daxi, 1994, p. 10-45.

2 Réglementation sur l’interdiction du commerce illégal de produits en provenance des régions contrôlées par les bandits (Qudi fei wei wupin guanli banfa).

3 Réglementation supplémentaire sur l’achat de produits taiwanais (Goumai Taiwan chanpin de buchong guiding). Notons toutefois que ces « avantages » furent supprimés en mai 1981 à la suite de fraudes constatées sur les certificats d’origine des marchandises.

4 Neuf principes pour une réunification pacifique de Taiwan avec la mère patrie (Heping tongyi zuguo de jiu tiao fangzhen).

5 Quatre propositions pour favoriser le développement des échanges commerciaux directs entre Taiwan et le continent (Guanyu cujin Dalu he Taiwan tongshang maoyi jin yi bu fazhan de si dian jianyi).

6 Cf. Liang’an jingji tongji yuebao (LJTY) (Cross-Strait Economic Statistics Monthly), Mainland Affairs Council (MAC), Taiwan.

7 Cf. (1981) Li Fei, Haixia liang’an jingmao guanxi (Relations économiques et commerciales entre les deux rives), Pékin, Duiwai maoyi jiaoyu, 1994, p. 156 ; (1982) Chen Lee-in, « The Economic Reunion of Taiwan and the Mainland China: The Impact on Industrial Development », Discussion Paper (CIER), n° 9203, mai 1992, p. 21.

8 Cf. Gao Chang, Dalu jinggai yu liang’an jingmao guanxi (La réforme économique en Chine et les relations économiques et commerciales à travers le détroit), Taipei, Wunan tushu, 21 shiji de Zhonghua congshu, août 1994, p. 139.

9 À la fin de l’année 1978, Deng Xiaoping lança une politique de réforme et d’ouverture qui déboucha le 1er juillet 1979 sur l’adoption de la Loi sur les joint-ventures sino-étrangères (Zhongwai hezi jingying qiye fa). Quatre « zones économiques spéciales » (jingji tequ) furent créées : Shenzhen (août 1980), Zhuhai (août 1980), Shantou (novembre 1981) dans le Guangdong, et Xiamen (octobre 1980) dans le Fujian.

10 Réglementation sur les avantages spéciaux accordés aux compatriotes de Taiwan investissant dans les « zones économiques spéciales » (Guanyu Taiwan tongbao dao « jingji tequ » touzi de tebie youhui banfa).

11 Cf. Li Fei, 1994, op. cit., p. 158.

12 Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

13 Calculé par l’auteur à partir de Taiwan Statistical Data Book (TSDB), Council for Economic Planning and Development (CEPD), Taipei, ROC, 1997, p. 150.

14 Trois principes de base pour le commerce indirect via Hong Kong et Macao (Dui Gang Ao diqu zhuankou maoyi san jiben yuanze).

15 Elle avait été instaurée sur l’île par Chen Cheng le 19 mai 1949.

16 Tout particulier pouvait désormais sortir du pays jusqu’à 5 millions US$, et le montant maximal qu’une entreprise était autorisée à investir à l’étranger n’était dorénavant plus lié à la valeur de ses fonds propres. Cf. Ministry of Economic Affairs (MOEA), Industrial Development and Investment Center (IDIC), Outward Investment From Taiwan ROC – A New Source of International Capital, Taipei, MOEA, IDIC, p. 12 (document non daté fourni par le MOEA).

17 Dispositions pour encourager les investissements des compatriotes de Taiwan (Guanyu Taiwan tongbao touzi de guiding).

18 Cf. Gao Chang, 1994, op. cit., p. 120-123 ; Gao, Xijun, Li, Cheng, Lin, Zujia, Taiwan tupo – Liang’an jingmao zhongzui (La percée de Taiwan – Suivre la trace des échanges économiques et commerciaux entre les deux rives), Taipei, Tianxia wenhua, Caijing qiguan, n° 91, 1992, p. 215-218.

19 Par exemple, un entrepreneur justifiait sa décision d’investir à Tianjin juste après les événements du 4 juin 1989 en arguant du fait qu’on avait toujours intérêt à négocier quand son interlocuteur était en position de faiblesse. Il disait avoir obtenu des conditions très favorables en raison du départ de firmes étrangères. Cf. He Qing, « Taishang zai Tianjin chuangchu yi pian tian » (Les hommes d’affaires taiwanais se ménagent un coin de ciel bleu à Tianjin), Zhongguo Dalu, septembre 1994, p. 59.

20 Il s’agit ici du montant total des contrats d’investissement signés par les firmes taiwanaises tels qu’ils ont été enregistrés par les autorités chinoises [a]. Les chiffres tirés des statistiques taiwanaises (sur la base de déclarations tardives d’hommes d’affaires régularisant leur situation après le changement de la réglementation en octobre 1990), et qui comptabilisent le montant total des projets d’investissement approuvés par le MOEA, ne font état que de 647 millions US$ [b]. Cependant, ce chiffre sous-estime sans aucun doute la réalité car beaucoup d’entrepreneurs qui investissaient à l’époque sans en informer les autorités de l’île (Taipei considérait toujours les investissements sur le continent comme illégaux) ne régularisèrent pas leur situation. Cf. [a] LJTY (MAC, Taiwan), op. cit. ; [b] Chen Lee-In, « The Economic Reunion of Taiwan and the Mainland China: The Impact on Industrial Development », Discussion Paper (CIER), n° 9203, mai 1992, p. 23.

21 Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

22 Réglementation concernant la gestion des investissements indirects ou de la coopération technologique sur le continent (Dui Dalu diqu congshi jianjie touzi huo jishu hezuo guanli banfa).

23 Le caractère « extraterritorial » de ce centre permettait de faciliter les liaisons à travers le détroit sans remettre en cause le principe des échanges indirects (la loi interdisant toujours les échanges directs). C’est pour cela que l’on parle de liaisons « semi-directes ». Celles-ci se limitaient cependant à la traversée du détroit entre Kaohsiung (Taiwan) et Xiamen / Fuzhou (Chine).

24 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

25 Ibidem.

26 Cf. Philippe Chevalérias, « Taiwan-Chine : un rapprochement économique teinté d’arrière-pensées politiques », Outre-Terre, n° 15, juin 2006, p. 332-335.

27 Notons que les entrepreneurs gardaient la possibilité d’investir « indirectement » via une société écran afin de protéger leurs capitaux. Cf. Tien Jiun-mei, « Policy Implication of Liberalizing Direct Investment in Mainland China », Liang’an jingmao yuekan (LJY) (Straits Business Monthly) [Straits Exchange Foundation (SEF), Taiwan], août 2002, p. 3-7.

28 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

29 En 2009, les échanges commerciaux à travers le détroit se contractèrent en raison de la crise : 86,6 milliards US$. Cf. Ibidem.

30 Economic Cooperation Framework Agreement (Accord cadre de coopération économique) / Liang’an jingji hezuo jiagou xieyi.

31 Association of South East Asian Nations. Singapour, la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et la Thaïlande en furent les membres fondateurs. Ils furent par la suite rejoints par Brunei, le Vietnam, le Cambodge, le Laos et Myanmar (Birmanie).

32 Cf. Gao Chang, Li Tiansheng, « ECFA yu liang’an jingmao guanxi zhanwang » (Perspective des relations économiques et commerciales entre les deux rives dans le cadre de l’ECFA), LJY (SEF, Taiwan), mars 2010, http://www.seftb.org.

33 Ibidem.

34 Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

35 Ibidem.

36 En 2008, 99 % des netbooks, 92,5 % des ordinateurs portables et des cartes mères, 90,2 % des câbles modems (Cable Modems), 89 % des cartes réseau pour transmission sans fil (Wireless LAN Network Interface Cards), 76,1 % des routeurs pour voix sur réseau IP (Voice over IP Routers), 69,1 % des téléphones IP (Internet Protocol Phones) vendus sur le marché mondial étaient fabriqués par des firmes taiwanaises. Cf. Institute for Information Industry (III), 2009 quanqiu zitongxun chanye fazhan qushi xilie yanjiu hui (2009 Conference Series on the Development Trend of the World Information and Telecommunication Industry) – ICT Day, Taipei, III, MIC, 25 novembre 2008 (document non paginé).

37 OEM : Original Equipment Manufacturing. Il s’agit d’un contrat selon les termes duquel une entreprise fabrique un produit conçu par une autre firme qui le commercialisera ensuite sous sa propre marque.

38 Cf. Chen Tain-Jy (dir.), Taiwanese Firms in Southeast Asia: Networking Across Borders, Cheltenham, UK, Northampton, MA, USA, Edward Elgar, New Horizons in International Business, 1998 ; Hsing You-Tian, Making Capitalism in China: The Taiwan Connection, New York, Oxford, Oxford University Press, 1998.

39 Le terme chinois « guanxi » signifie littéralement « relation ». Il fait habituellement référence à l’utilisation de réseaux de relations dans la gestion des affaires.

40 Le terme chinois « hongbao » signifie littéralement « enveloppe rouge ». Il désigne généralement les dessous-de-table versés, par exemple à un officiel, pour l’obtention d’un permis ou d’un avantage quelconque.

41 Dans le premier cas, la quantité de devises entrant sur le territoire chinois en échange des marchandises exportées (en fonction du prix indiqué sur ces marchandises) est plus faible ; la différence (avec le prix réellement payé par le client étranger) reste dans l’entreprise à Taiwan ou Hong Kong où l’argent est encaissé via la lettre de crédit. Dans le second cas, la quantité de devises devant sortir du territoire pour l’achat des matières premières/équipements est plus importante ; le profit rapatrié se trouve dans la différence entre le prix « réel » de ces matières premières/équipements et le prix « payé » par la firme pour les acquérir. Cf. Philippe Chevalérias, La marche des firmes taiwanaises vers le continent chinois (1987-1997), Paris, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Thèse de doctorat, octobre 1999, p. 438-439.

42 Si l’on interrogeait à cette époque-là les autorités responsables des entreprises étrangères en Chine sur les possibilités de vente sur le marché intérieur, la réponse était la suivante : « Sont accueillis plus favorablement les investisseurs qui prévoient d’exporter au moins 70 % de leur production ». Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de la Commission chargée des relations économiques et commerciales avec l’étranger, Section de l’investissement étranger, Tianjin, 19 mars 1997, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 397-398.

43 Un responsable de la « zone de développement économique et technologique » (TEDA) de Tianjin résumait ainsi la situation avec beaucoup de finesse : « Il n’y a pas de véritable règle » (meiyou zhenzhen de guiding) ; « Il n’y a pas [non plus] de conflit avec les lois nationales » (gen guojia de guiding bu hui you chongtu) ; « mais dans la pratique nous avons un certain degré de flexibilité » (danshi women zuo de shihou, you linghuo de zuofa). Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de TEDA, Tianjin, 18 mars 1997, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 403.

44 Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de Cougar Tripod, Taipei, 4 mars 1996, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 403 et 413.

45 Cf. Propos recueillis par l’auteur auprès de Ting Hsin, Pékin, 14 mars 1997, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 411-413.

46 Les entreprises nippones sont encore parfois handicapées sur le marché chinois par une mauvaise image remontant aux années de guerre.

47 Cf. Information recueillie par l’auteur auprès de Lioho, Taipei, 10 septembre 1996, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 397.

48 Cf. Information recueillie par l’auteur auprès de la Fondation pour les échanges à travers le détroit (Straits Exchange Foundation, SEF, Taiwan), Taipei, 26 août 1996, in Chevalérias, Philippe, 1999, op. cit., p. 434.

49 Cf. Straits Exchange Foundation (SEF, Taiwan), http://www.seftb.org.

50 Cf. The Association of Taiwan Investment Enterprises on the Mainland (Quanguo Taiwan tongbao touzi qiye lianyihui), http://www.qgtql.com.

51 Information recueillie par l’auteur auprès de la Commission chargée des affaires continentales (Mainland Affairs Council, MAC, Taiwan), Taipei, 3 septembre 1996, in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 434.

52 Sauf mention contraire, les informations et propos d’entrepreneurs qui concernent les associations d’hommes d’affaires taiwanais en Chine d’une part, et les tracas administratifs, disputes commerciales et problèmes de sécurité auxquels ceux-ci ont été confrontés sur le continent d’autre part, ont été recueillies par l’auteur auprès de Cougar Tripod (agroalimentaire, cf. note 44), Ting Hsin (agroalimentaire, cf. note 45), Lioho (pièces de voitures/motos, cf. note 47), Qiyang (nom fictif) (chaussures, Taichung, 2 octobre 1996), Chung Shing (Zhongxing) (textile, Taipei, 25 juin 1996), President (Tongyi) (agroalimentaire, Tainan, 16 mai 1996), Cheng Shin (Zhengxin) (pneus, Changhua, 28 juin 1996), Inventec (Yingyeda) (électronique, Taipei, 15 juillet 1996), in Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 429-435.

53 Cf. Liang’an jingmao tongxun (LJT) [SEF, Taiwan], n° 41, mai 1995, p. 29-31.

54 Cf. LJT [SEF, Taiwan], n° 42, juin 1995, p. 23-25.

55 Sur la question du rapatriement des profits, voir Philippe Chevalérias, 1999, op. cit., p. 438-440.

56 Cf. LJT [SEF, Taiwan], n° 48, décembre 1995, p. 24-26.

57 Cf. note 52.

58 Cf. Dalu weiyuanhui (MAC), Fu Dalu touzi Taishang jingmao jiufen anli yanxi (Étude de cas de disputes [de nature] économique et commerciale impliquant des hommes d’affaires taiwanais ayant investi Chine), Taipei, MAC, juillet 1992.

59 Cf. Haixia jiaoliu jijinhui (SEF), Dalu touzi jingyan yu liang’an jingmao jiufen anli huibian (Les investisseurs taiwanais en Chine : recueil d’expériences et de disputes [de nature] économique et commerciale), Taipei, SEF, Liang’an jingmao zhinan, n° 3, juillet 1995.

60 Cf. LJT, juin 1995, op. cit.

61 Cf. Gordon Redding, « Overseas Chinese Networks: Understanding the Enigma », Long Range Planning, vol. 28, n° 1, février 1995, p. 61-69 ; Mitchell, Katharyne, « Flexibal Circulation in the Pacific Rim: Capitalisms in Cultural Context », Economic Geography, vol. 71, n° 4, octobre 1995, p. 364-382.

62 Cf. Hsin-Huang Michael Hsiao, Alvin Y. So, « Taiwan-Mainland Economic Nexus – Socio-Political Origins, State-Society Impacts and Future Prospects », Occasional Paper (Hong Kong Institute of Asia Pacific Studies), n° 37, août 1994, p. 25.

63 Cf. Wu Zhaoyi, « Qi da guanka jiagong, Taishang zhuan qian hao nan » (Confrontés à sept defis à relever en même temps, les hommes d’affaires taiwanais ont beaucoup de mal à gagner de l’argent), Tianxia zazhi, n° 388, janvier 2008, p. 112-115.

64 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.

65 Cf. Xiong, Yixi, « Taishang xia yi bu zenme zou? » (Quelle est la prochaine étape pour les hommes d’affaires taiwanais ?), Tianxian zazhi, n° 388, janvier 2008, p. 106-107.

66 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.

67 Cf. Businessweek, « How Rising Wages Are Changing The Game In China », Businessweek, 24 janvier 2011, http://businessweek.com/magazine/content/06_13/b3977049.htm.

68 Cf. Xiong Yixi, 2008, op. cit.

69 La précédente, simplement baptisée « loi sur le travail » (laodong fa), avait été adoptée le 5 juillet 1994, et était entrée en vigueur le 1er janvier 1995.

70 Cf. Wu Zhaoyi, 2008, op. cit.

71 Honghai a connu une série de suicides et Honda plusieurs grèves d’affilée. Cf. Xiao Xinyong, « Cong Dalu laodong huanjing bianhua tan Taishang yinying celüe » (La stratégie des hommes d’affaires taiwanais pour faire face à la modification des conditions de travail en Chine), Quanqiu Taishang e jiaodian dianzi bao, n° 159, 4 août 2010, http://twbusiness.org/epaperArticle.do?id=66289665.

72 Pour une analyse des faiblesses de l’économie taiwanaise et du défi posé à Taiwan par la Chine, voir Philippe Chevalérias, « L’économie taiwanaise après le miracle : restructuration de l’industrie, faiblesses structurelles et le défi de la Chine », Perspectives chinoises, n° 112, 2010/3, p. 39-49.

73 Cf. MOEA (Taiwan), Quanqiu taishang fuwu wang (QTFW) (Site Web au service des entrepreneurs taiwanais dans le monde), http://twbusiness.org.

74 Cf. (importations totales, douanes chinoises) QTFW (MOEA, Taiwan), op. cit. ; (importations de produits taiwanais, estimation MAC) LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

75 QTFW (MOEA, Taiwan), op. cit.

76 Cf. Projets d’investissement approuvés par le MOEA. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

77 (milliards US$) Total : 97,6 ; Chine : 70,4 ; autres pays : 27,2 (projets d’investissement approuvés par le MOEA). Cf. Investment Commission, MOEA, Taiwan, http://www.moea.gov.tw.

78 Exportations : 16,5 % en 2000 ; 28,4 % en 2005 ; 29,6 % en 2011 ; importations : 4,4 % en 2000 ; 11 % en 2005 ; 15,5 % en 2011. Cf. LJTY (MAC, Taiwan), op. cit.

79 Réglementation provisoire sur le développement du commerce avec Taiwan (Guanyu kaizhan dui Taiwan maoyi de zanxing guiding).

80 Cf. Philippe Chevalérias, 2010, op. cit., p. 45-48.

81 Si l’ECFA facilite l’accès au marché chinois des produits en provenance de Taiwan, il ouvre aussi davantage le marché taiwanais aux produits originaires de Chine. Conscientes des difficultés que pourraient rencontrer certains secteurs produisant pour le marché local (agriculture, bonneterie, chaussures, sacs, électronique grand public, etc.), et soucieuses de rassurer les agriculteurs et les PME concernés, les autorités de l’île ont d’ailleurs très tôt promis non seulement de limiter les produits agricoles chinois autorisés à l’importation, mais également de prévoir une période d’ajustement pour les industries les plus menacées par la concurrence chinoise. Cf. Coral Lee, « L’ECFA, la solution miracle ? », Taiwan aujourd’hui, vol. 26, n° 9, septembre 2009, p. 17-19 ; Gao Chang, Li Tiansheng, 2010, op. cit. ; Guomaoju (Bureau of Foreign Trade, BOFT, Taiwan), « Liang’an jingji jiagou hezuo xieyi jieshao » (Présentation de l’ECFA), 28 septembre 2009, http://cweb.trade.gov.tw.

82 Cf. Luo Tianbin, « Ma Ying-jeou: “Bu huoyi ningke bu qian” » (Ma Ying-jeou : « Si [l’ECFA] n’était pas profitable [à Taiwan], je préférerais ne pas [le] signer »), Ziyou shibao, 26 avril 2010, http://www.libertytimes.com.tw/2010/new/apr/26/today-fo6.htm.

83 Enquête réalisée à l’initiative du magazine Tianxia et du site Internet « YAM Tiankong » entre le 27 juillet et le 17 août 2009 auprès de 2 056 personnes. Cf. Lai Jianyu, « Si fen zhi san Taiwanren ranshang “Zhongguo kongju zheng” » (Les trois-quarts des Taiwanais sont atteints du “syndrome de la peur de la Chine”), Tianxia zazhi, n° 430, septembre 2009, p. 156-157.

84 Son rythme de progression est extrêmement rapide puisqu’elle employait en Chine environ 700 000 personnes en 2008, et 920 000 personnes en août 2010. Cf. Wu Zhaoyi, Xiong Yixi, « Lieri zhao Taishang » (Un grand soleil brûle les hommes d’affaires taiwanais), Tianxia zazhi, n° 388, janvier 2008, p. 102 ; Li Yiru, « Honghai Zhongguo yuangong tupo baiwan ren » (Le nombre d’employés de Honghai en Chine a dépassé le million), Pingguo ribao, 13 décembre 2010, http://www.appledaily.com.tw/appledaily/article/finance/20101213/33031625.

85 Cf. Lai Tianju, « Taiwan guodu yilai Zhongguo ? » (Est-ce que Taiwan dépend trop de la Chine ?), Tianxia zazhi, n° 430, septembre 2009, p. 147.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search