Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Chapitre 3. Rivalité ou coopération entre la Chine et les États-Unis : le cas des « clean tech ». Le risque des perceptions de « grande puissance »

Emmanuel Meneut

Résumé

L’émergence de la Chine est une rupture majeure de la répartition des pôles de puissance du système international. Au cœur de cette puissance économique chinoise se trouve la problématique de la production et de la consommation d’énergies fossiles et de la pollution afférente. Les solutions technologiques jouent alors un rôle déterminant dans l’image de grande puissance qui est désormais un attribut de la Chine et elles s’accompagnent d’un ensemble de perceptions de cette puissance qui conditionnent les risques de dilemme de sécurité avec cet étalon et ce miroir de la puissance : les États-Unis.

Texte intégral

1L’émergence de la Chine est une rupture majeure de la répartition des pôles de puissance du système international. Cependant, le caractère principalement industriel et mercantiliste de cette puissance nous conduit à analyser cet impact au-delà de la simple logique de la puissance militaire et nucléaire des États qui a prévalu pendant la Guerre Froide. C’est désormais la puissance au sens économique qui domine le champ de l’analyse politique, comme l’a illustré la récente instrumentalisation des terres rares par la Chine lors de son altercation avec le Japon au sujet des îles « Senkaku/Diaoyu » en septembre 2010. Au cœur de cette puissance économique chinoise se trouve la problématique de la production et de la consommation d’énergies fossiles et de la pollution afférente.

2Ce sujet s’inscrit donc à l’intérieur de cet élargissement de la notion de puissance à l’ensemble des activités et des interdépendances de la société chinoise. Plus précisément, compte tenu de l’impact structurel de la production et de la consommation d’énergie sur la capacité d’exportation de la Chine, les solutions qu’offrent les technologies propres (clean tech) deviennent des enjeux de puissance.

3Ainsi, elles sont constamment au centre des négociations climatiques tel que les conférences des parties à Copenhague (COP15) en décembre 2009 et à Cancun (COP16) en novembre 2010 l’ont amplement illustré. Mais ces technologies sont aussi et surtout des moyens d’assurer la diversité des sources d’énergies et de limiter la dépendance aux énergies fossiles, pétrole et gaz, qui préoccupent tant les dirigeants chinois.

4Ces solutions technologiques jouent alors un rôle déterminant dans l’image de grande puissance qui est désormais un attribut de la Chine et elles s’accompagnent d’un ensemble de perceptions de cette puissance qui conditionnent les risques de dilemme de sécurité avec cet étalon et ce miroir de la puissance : les États-Unis.

1. Le paradoxe chinois des technologies propres : une stratégie aléatoire de conquête de positions dominantes

A. Le développement du marché intérieur des clean tech

a. Les investissements

  • 1 Frederico Caprotti, « Le paysage chinois des technologies propres », Sustainable Development Law & (...)
  • 2 Virginie Mangin, « Le paradoxe chinois : un pollueur vert », La Tribune, 30 mars 2010.
  • 3 Changhua Wu, « La Chine a décidé de s’affranchir d’une croissance polluante », La Tribune, 30 mars (...)
  • 4 Frederico Caprotti, « Le paysage chinois des technologies propres », Sustainable Development Law & (...)

5Le montant total des investissements dans les clean tech pour les quatre plus grands marchés, les États-Unis, l’Union Européenne, la Chine et l’Inde, a augmenté de 38 % en 2008 par rapport à (6,1 milliards de dollars) 2007 avec un montant de 8,4 milliards de dollars1. Ce niveau d’investissement représente 28 % du montant des projets liés à l’environnement qui est de 34,9 milliards de dollars en 20092. La Chine est la première puissance en terme de volume d’investissement, les États-Unis sont en second avec 18,6 milliards de dollars. Tout l’éventail des technologies vertes fait l’objet d’investissements et d’études importants de la part des entreprises chinoises3. Plus particulièrement, 30 % de ces investissements sont centrés sur les sources d’énergie propre, solaire, éolienne, hydraulique, nucléaire et les systèmes de production d’électricité propre4.

  • 5 Leslie Hook, « Dual approach seeks power security and emission cuts », Financial Times, 27 octobre (...)

6Les banques nationales jouent le rôle de premier investisseur des entreprises de technologies propres. Le fonds d’investissement China Investment Corporation investit 300 milliards de dollars dans des actifs d’énergie renouvelable et de technologies propres. Dans le plan de relance de la Chine il est prévu 751 milliards de dollars d’incitations et d’aides touchant les énergies et les infrastructures au sens large, des gaz non conventionnels aux fermes éoliennes offshores5.

  • 6 Adam Jolly, Clean tech, clean profits, Kogan Page, London.

7Ces investissements se traduisent par l’émergence de grands groupes dans le domaine des technologies propres. Ainsi, en 2009, Gree Electric Appliances a investi 145 millions de dollars en efficacité énergétique pour ses usines, China Vanke Company a investi 5 millions de dollars en production d’électricité d’origine solaire, Beijing Deqingyuan Agricultural Science & Technology a investi 8,8 millions de dollars en production d’électricité à partir de biomasse6.

8Le secteur de l’éolien est révélateur des leviers d’actions et des objectifs associés à ces investissements.

b. Le développement du capital technologique (K T) par le couplage État/entreprise dans le secteur de l’éolien

  • 7 Le Monde, Bilan géostratégie, 2010 ; Sylvie Kauffman, « La Chine entend devenir le laboratoire du m (...)

9La croissance des entreprises chinoises de technologie propre se fait avec le même avantage compétitif depuis trois décennies : un avantage comparatif sur le facteur travail. L’objectif fixé est celui de la constitution du capital technologique (K T). Globalement, la Chine est actuellement en voie d’être très compétitive sur ce point puisqu’elle a déposé en 2008, 412 brevets contre 185 pour les États-Unis et qu’en 2009 elle a déposé 582 brevets technologiques7.

10Le premier levier d’action utilisé par les entreprises chinoises de technologies propres est le transfert de technologie, celui-ci peut se faire au travers de joint-venture (JV). Dans le cas de l’éolien, ce levier fut couplé avec un régime de fiscalité et de taxes sur les importations de composants pour les éoliennes.

11Initialement, 97 % des turbines géantes d’éoliennes installées en Chine étaient construites à partir de composants importés. Cela devint ensuite une priorité nationale de développer des entreprises leaders de ces technologies. L’imposition de taxes à des niveaux variables par période fut un moyen de contrôler la constitution du K T et les transferts de technologies nécessaires. Les différents régimes de taxes sur les composants importés ont été :

  • 1990-1995 : Taxes d’importation inexistantes pour stimuler les partenariats.
  • 1996-1997 : Mise en place de taxes importantes pour favoriser le K T national.
  • 1998-2008 : Le niveau de TVA sur les importations fixe la proportion des composants dans les turbines et diminue de façon importante.
  • 8 Frederico Caprotti, op. cit.

12Ce régime de taxes variable influence la répartition entre la production locale d’éoliennes et les importations. Le résultat est une production nationale qui s’accroît de 300 %, entre 2003 et 2005 en passant de 26 millions à 104 millions de dollars. Néanmoins, le gouvernement chinois a su préserver l’attrait de son marché pour les entreprises étrangères avec une part des importations de turbines qui augmente de 490 % entre 2003 et 2005 en passant de 35,9 millions à 211,9 millions de dollars8.

13Ces variations permettent d’éviter les mises en causes internationales puisque la part des importations augmente plus vite que celle de la production nationale tout en permettant aux entreprises chinoises de bâtir des plans stratégiques à moyen et long terme. Ainsi, une segmentation du régime de taxes d’importation en 2008 vise encore l’importation d’éoliennes mais uniquement celles de moins de 2,5 MW.

Fig. 1. Chronologie des modifications des droits de douane et taxes à l’importation des technologies étrangères.

Fig. 1. Chronologie des modifications des droits de douane et taxes à l’importation des technologies étrangères.

14Aujourd’hui, en moyenne, les éoliennes construites en Chine contiennent 70 % de composants chinois. Les cinq premières entreprises chinoises d’éoliennes cumulent 55 % de la capacité totale installée en Chine.

15Ce levier sur les importations accompagne les modalités de financement de l’éolien qui sont principalement d’origine étatique avec des aides et des prêts à taux préférentiels, la part des investissements privés et étrangers restant minoritaire au sein des groupes chinois ce qui permet de « protéger » la constitution du K T.

  • 9 J.L. Wong, « The challenge of China’s green technnology policy, written testimony before the US Con (...)
  • 10 Ibid.

16En termes de diffusion des capacités de production d’énergie d’origine éolienne, les résultats sont impressionnants puisqu’en 2009 la Chine a installé plus d’éolienne que n’importe quel autre pays, en capacité cumulée elle atteint le niveau de 25 GW9. Actuellement, la Chine a pour objectif de produire 30 GW à 100 GW d’électricité à partir de sources éoliennes d’ici à 2020 pour alimenter 13 à 30 millions de foyers. Afin d’atteindre ces niveaux, l’ampleur des projets augmente. D’ici à 2020, le taux de production par projet éolien sera de l’ordre de 100 MW/projet. Il faudra ensuite les connecter sur le système de distribution10.

  • 11 Dominique Pialot, « La Chine leader du “Green business” », La Tribune, 30 mars 2010.

17Cet objectif nécessite un capital organisationnel et un savoir-faire en gestion de grands projets s’appuyant sur des entreprises de grandes tailles. Aujourd’hui, deux des cinq premiers constructeurs mondiaux d’éoliennes sont chinois11.

  • 12 Frederico Caprotti, article cité.

18L’éolien offshore, plus efficace, prend aussi son essor, la CNOCC a commencé l’exploitation de fermes éoliennes offshores de grandes tailles. En novembre 2006, la première ferme construite par Goldwind Xinjiang avait une capacité d’1,5 MW. En 2009, la ferme éolienne de Shanghai East Ocean Offshore Wind Farm a une capacité de 109 MW12.

  • 13 Virginie Mangin, « Les éoliennes de Goldwind à la conquête de l’Ouest », La Tribune, 30 mars 2010.

19Ce K T acquis sur le marché intérieur est utilisé pour conquérir des marchés à l’exportation. Le fabricant chinois d’éoliennes, Goldwind, s’apprête à conquérir le marché allemand avec des produits de 20 % à 30 % moins chers que ceux de ses concurrents. Ce fabriquant est aussi présent aux États-Unis, en Australie, Cuba et en Éthiopie13.

20La Chine déploie les investissements et le régime de taxes sur les importations nécessaires pour constituer le capital technologique d’entreprises chinoises capables de diffuser la génération d’électricité à partir d’éoliennes à un niveau significatif dans sa structure de production d’énergie.

B. Le développement du K T par l’exportation dans le secteur du photovoltaïque

  • 14 J.L. Wong, op. cit.
  • 15 Virginie Mangin, « SUNTECH, ou le solaire triomphant », La Tribune, 30 mars 2010.

21Aujourd’hui, six parmi les dix plus grandes entreprises de photovoltaïque sont chinoises14. Les deux premiers sont Suntech et Skysolar. Elles disposent d’atouts de taille : un faible coût de production et des subventions de l’État pour la recherche. Elles fabriquent 50 % de la production mondiale en 201015. Ainsi, le groupe Suntech fondé en septembre 2001, est le premier fabricant mondial de panneaux photovoltaïques avec 11 % du marché mondial.

  • 16 Ibid.

22Ses exportations ont augmenté de 40 % en 2009 et devraient croître de 80 % en 2010 pour atteindre un total de 1 250 MW. La rapidité de la croissance de cette entreprise est liée en partie aux subventions de l’État. À travers le programme « Golden Sun », l’administration nationale de l’énergie et les ministères des Finances, de la Science et de la Technologie subventionnent la moitié de la construction et de la connexion des panneaux sur le réseau électrique. Ces subventions sont prévues jusqu’en 2011. L’objectif du programme est de produire 500 MW d’énergie solaire16.

  • 17 Par exemple, en 2009, Yingli était le 6e groupe mondial de panneaux solaire avec une capacité de pr (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Romaric Godin, « Le solaire allemand condamné à innover », La Tribune, 30 mars 2010.
  • 20 Dominique Pialot, « Les industriels occidentaux battus d’avances ? », La Tribune, 30 mars 2010.
  • 21 Sylvie Kauffman, article cité.

23Dans ce contexte, les entreprises chinoises de photovoltaïque développent une stratégie de conquête des marchés allemand et américain. La quasi-totalité de la production chinoise est exportée17. Les fabricants chinois de modules solaires peuvent proposer des produits à des prix de 20 % inférieurs à ceux des fabricants allemands grâce à des coûts de production de 44 % moins élevés18. Le résultat est efficace, le fabricant allemand Q-Cells a vu son chiffre d’affaires reculer de 36 % sur 2009 avec une perte de 1,4 milliard d’euros19. Les fabricants de panneaux solaires chinois ont conquis 46 % du marché californien en un an20. En 2009, la Chine est le premier exportateur mondial de ce domaine21.

  • 22 En effet, bien que second exportateur de pétrole, l’Iran dépend des capacités de raffinage extérieu (...)

24La Chine se concentre principalement sur les grands projets de technologies propres qui favorisent les grands groupes d’ingénierie afin d’accroître et de développer son K T. Celui-ci est un facteur d’influence très efficace sur la chaîne de valeur et sur la scène internationale, surtout lorsque l’on ne contrôle pas la source d’énergie, le soleil ou le vent. Cette capacité d’influence du K T est illustrée actuellement par la situation de l’Iran22 où son manque de capacité de raffinage est une vulnérabilité.

25L’acquisition du savoir-faire dans les clean tech sert au développement de positions dominantes sur les marchés de l’Union Européenne et des États-Unis et dans les régions stratégiques comme le Moyen Orient. Ainsi, l’entreprise chinoise Suntech a coopéré à la construction de la ferme solaire de Kalsrin sur les hauteurs du Golan avec l’entreprise israélienne Solarit Doral pour une capacité de production de 50 kW, c’est l’une des plus grande ferme solaire construite.

26En retour, le savoir acquis sert aussi au développement et à la conquête du marché intérieur. Au niveau intérieure, la Chine est le premier producteur de chauffe-eaux solaires domestiques et ils équipent un foyer sur dix ce qui représente 60 % de la capacité totale installée.

27Ces deux exemples peuvent aussi se décliner pour la production hydraulique d’électricité car la Chine possède la plus grosse capacité de production hydraulique de l’ordre de 200 GW, ainsi que pour l’énergie nucléaire où elle construit 23 centrales (plus que tout autre pays), qui lui permettent de développer des partenariats afin de constituer son K T dans ce secteur. Notamment avec Westinghouse qui a dû inclure l’accès à ses plans de centrale de troisième génération dans le contrat signé en 2009 pour les livraisons de centrale en 2014.

28Finalement, au classement du volume de vente de technologies propres en proportion du GDP la Chine est en sixième position et les États-Unis en dix-neuvième.

C. La volonté politique de la Chine

a. Le cadre politique des technologies propres

  • 23 Yu Hongyuan, « In the belly of China’s diplomacy: global warming and its implication, Shaping China (...)

29Ces performances sont le résultat de la volonté politique des dirigeants chinois qui se traduit par un cadre législatif très déterminé. Ce cadre est à la fois incitatif et protecteur, il est le résultat d’une culture stratégique nationale. En juin 2004, le National Action Plan on Climate Change de la Chine affichait déjà les objectifs prioritaires de recherche d’efficacité énergétique23. Le plan quinquennal courant 2006-2010 affiche des objectifs ambitieux :

  • Réduire la consommation énergétique de 20 % par unité de PIB par rapport au niveau de 2005 ;
  • Accroître de 10 % la part des énergies renouvelables, dont le nucléaire, dans la fourniture d’énergie primaire ;
  • Accroître la production de gaz à partir de charbon à 10 milliards de m3 par an.
  • 24 Gaëlle Brillant, « La course aux technologies de l’environnement », China Analysis, n° 27, février  (...)

30La loi sur les énergies renouvelables (ENR) de 2006 détermine les technologies vertes stratégiques24. Elle vise à promouvoir la diversification des sources d’énergie à partir d’une politique tarifaire. Le plan de 2006 de développement des technologies propres a fixé pour objectif d’être dans les cinq premiers détenteurs de brevets en technologie propres d’ici à 2020. Cette volonté politique s’appuie sur des transferts de technologies, un niveau d’investissement en R&D important et l’établissement de positions dominantes.

b. De la stratégie du transfert de technologies à un investissement soutenu

31Le volume des joint-ventures dans les domaines des technologiques propres a doublé en trois ans :

  • 2007 = $580 millions ;
  • 2008 = $720 millions ;
  • 2010 = $1 000 millions.
  • 25 Anne Rulliat, « Les enseignements pour la Chine du sommet de Copenhague », China Analysis, n° 27, f (...)

32Les transferts dans le cadre des négociations climatiques sont aussi importants, 60 % des projets du mécanisme de développement propre (MDP) dans le cadre du protocole de Kyoto sont en Chine en 2007. Lors de la COP quinze les Américains et les Européens ont tenté de diviser les PED et la Chine grâce à une répartition des financements à leur destination en fonction de critères de transfert de technologies plus discriminants afin que la Chine n’en profite pas trop25.

  • 26 2009 Statistical Year Book for Asia and the Pacific, ESCAP United Nation, mars 2010.

33Cependant, cette stratégie est temporaire, les investissements directs du gouvernement chinois dans la R&D des clean tech prennent le relais. Ils sont passés de 6,8 milliards en 1998 à 39 milliards de dollars en 2010. L’objectif est d’atteindre 2,5 % du PIB en 2020 par rapport à 1,5 % aujourd’hui (3 % aux États-Unis et 4 % au Japon)26.

c. La conquête de positions dominantes sur la scène internationale

  • 27 Virginie Mangin, « SUNTECH, ou le solaire triomphant », La Tribune, 30 mars 2010.
  • 28 Ibid.
  • 29 Éric Chalmet, « L’Amérique dépassée dès cette année », La Tribune, 30 mars 2010.

34Selon Sylvie Ouziel d’Accenture, le marché chinois attire les investisseurs occidentaux au travers des projets de mécanismes de développement propre27. Quant aux entreprises chinoises elles se développent sur les clean tech et elles exportent principalement leur production. Cette stratégie s’appuie sur le rôle de l’économie de production-exportation de la Chine. Selon Thierry Raes, PriceWaterHouseCoopers, les fabricants chinois de clean tech, notamment de solaire, occupent le créneau à bas coûts qui répond aux attentes des pays développés28. Selon le centre de recherche américain Clean Edge, le résultat de cette stratégie est la domination de la Chine sur les marchés du solaire et de l’éolien29.

  • La Chine fabrique plus de panneaux solaires que n’importe quel autre pays au monde.
  • La capacité de production de son parc de fermes éoliennes s’est accrue de 13 000 MW soit 100 % d’augmentation en un an.
  • 30 Virginie Mangin, op. cit.

35La perte de compétitivité du solaire en Allemagne et l’émergence de l’industrie solaire chinoise comme première industrie du secteur illustre la volonté chinoise de développer massivement ce secteur. La mésaventure allemande est aussi partagée par la puissance américaine. Entre la Chine et les Occidentaux, le « double jeu de vitesse, chacun essayant de préempter des marchés » semble tourner à l’avantage des chinois30. L’une des raisons provient du mode de fonctionnement de la technologie, l’autre est la différence structurelle entre les deux économies.

D. La variable T au cœur de la stratégie chinoise

36Au cœur de cette politique énergétique chinoise nous trouvons le mécanisme de développement des technologies propres. Celui-ci possède quelques particularités qui fragilisent la stratégie chinoise et la rend très sensible aux perceptions inter étatiques.

37Prenons le cas simplifié du développement automobile. Le nombre de voitures est de 1,4 million en 1978, il est passé à 33 millions en 2005 (11 % des États-Unis) et il serait de 140 millions d’ici à 2020 et il pourrait même atteindre les 200 millions. Face à ce développement, les dirigeants chinois doivent répondre aux questions concernant les normes de pollution, les infrastructures, les dépendances aux matières premières, etc. Afin de répondre à ces enjeux politiques il est nécessaire de connaître le type de voiture qui sera majoritairement présent sur les routes chinoises. En 2006, les hypothèses possibles étaient VT : voiture thermique ou VE : voiture électrique. En examinant les données des marchés automobiles américains et européens, les dirigeants chinois peuvent même associer une probabilité sur le mode de transport dominant du type P(VT) = 99 % P(VE) = 1 % (la Chine possède un taux d’équipement de 16 VT pour 1 000 habitants ; la France, 576 VT pour 1 000 habitants ; les US, 812 VT pour 1 000 habitants).

38Mais aujourd’hui, avec les investissements massifs réalisés dans les VE, cette distribution de probabilité n’est plus la même. Les cinq plus grands producteurs de VE proposeront tous des VE à leur catalogue en 2010. L’État chinois a même planifié 15 milliards de dollars sur dix ans pour soutenir le développement des VE. Ainsi, la distribution de probabilité sur le mode de transport dominant est complètement nouvelle. Si les performances des batteries au lithium en terme d’autonomie et de temps de recharge deviennent acceptables nous pouvons obtenir rapidement un taux d’équipement en VE majoritaire. Ce mécanisme de diffusion rapide porte le nom de rupture technologique et il est représenté sous la forme d’une courbe en S. La première partie de la courbe est la phase d’incubation de la technologie, puis la technologie se diffuse massivement sur le marché, enfin la phase de maturation de la technologie voit le taux d’occupation du marché relativement stable. La courbe ci-dessous illustre la vision de l’Agence Internationale de l’Énergie sur la diffusion des énergies renouvelables et des mesures d’accompagnement que peuvent prendre les États membres de l’AIE.

Fig. 2. Cadre de combinaison de mesures d’incitation comme une fonction de la maturité de la technologie.

Fig. 2. Cadre de combinaison de mesures d’incitation comme une fonction de la maturité de la technologie.

39Ainsi, cette nouvelle distribution de probabilité est indéterminée du fait même que le développement technologique des VE, s’il s’effectue, suivra une courbe en S qui est une rupture rapide. Radicalement, le niveau de performance des batteries est une question de rupture technologique dont la dynamique est modélisée par la courbe en S. Tant que la rupture ne s’est pas diffusée massivement, alors la distribution est fondamentalement inconnue (P(VT) = ? et P(VE) = ?), les dirigeants chinois ne peuvent “raisonnablement” investir dans les infrastructures nécessaires. La rapidité de la diffusion rend sa prédictibilité impossible. Si une telle décision est prise elle relève d’un choix ontologique, d’un choix de société plus que d’un calcul rationnel d’utilité.

40Une distribution comme P(VT) = 50 % P(VE) = 50 % ne rend pas mieux compte de la situation ouverte des possibilités technologiques. En effet, si nous complexifions l’ensemble d’hypothèses de départ, nous pouvons considérer les possibilités de transport dominant du type VT, VE ou VT ET VE. Cette dernière hypothèse est celle du véhicule hybride VH. Malheureusement, nous avons le même mécanisme de rupture à l’œuvre puisque le véhicule hybride pose des problèmes de maintenance et de complexité non encore résolus s’il doit devenir un mode de transport dominant. Ainsi, notre distribution de probabilité sera au mieux P(VT) = 0,33, P(VE) = 0,33 et P(VH) = 0,33. Si nous complexifions encore l’ensemble d’hypothèses, la problématique de la rupture technologique reste aussi prégnante et ne nous permet pas de construire une distribution de croyance plus discriminante. Le paradoxe c’est que plus nous imaginons l’avenir des transports et plus la réalisation des hypothèses imaginées nécessite des ruptures technologiques qui placent les décideurs sous un voile d’ignorance et réduit la probabilité de réalisation de celles-ci !

41De plus, si les VE se développent cela pose la problématique de la dépendance au lithium. Si les réserves identifiées en Chine de l’ordre de 5 mt de lithium sont les secondes les plus importantes après les réserves Bolivienne de 5,4 mt, le développement massif de 450 millions de VE nécessitera d’établir une dépendance au lithium d’Amérique du Sud et la route maritime pour sécuriser cette dépendance représente un investissement diplomatico-militaire structurant. La rentabilité de cet investissement sera connue lorsque le taux d’équipement de la Chine en VE sera connu. S’il y a 450 millions de VE alors les dirigeants ont intérêt à lancer les chantiers de construction de portes avions et de sous-marins. Sinon cela se fera au détriment d’investissements domestiques qui peuvent manquer sur le long terme comme l’évolution de l’économie soviétique l’a montré par le passé. Les décisions d’investissement de l’État engagent la compétitivité de l’économie nationale. La réponse à cette question est apportée par la diffusion du mode de transport dominant VE ou VT qui s’opère sous un voile d’ignorance.

  • 31 Yu Hongyuan, article cité.

42Ainsi, les dirigeants chinois se sont engagés dans une politique énergétique et de développement des technologies propres au cœur de laquelle, le mécanisme de rupture technologique induit une situation de prise de décision sous un voile d’ignorance. Cela se traduit par la valorisation du facteur « Connaissance » qui intervient dans la construction des perceptions des enjeux associés aux technologies propres et aussi dans la coordination des actions par l’État. Une étude auprès de l’élite chinoise dans le domaine montre que la prégnance de ce facteur (jugé « important » ou « très important ») est passée de 77 % en 2003 à un niveau de 92 % en 200731. Les élites chinoises sont conscientes de ce mécanisme de rupture et des difficultés associées. Une rupture technologique dans l’énergie est donc porteuse d’opportunités et de menaces :

  • de nouvelles industries ou la suppression de secteurs entiers ;
  • un accroissement ou une perte de la compétitivité ;
  • un changement rapide de la sécurité énergétique et des forces armées ;
  • un niveau des émissions GES et une position dans les négociations climatiques de leader ou au banc des mauvais élèves.

43Ainsi la technologie, si elle est la solution à la lutte contre les effets du changement climatique nécessite des décisions politiques stratégiques en matière de compétitivité.

2. Le risque de dilemme de sécurité dans la relation sino-américaine

44Compte tenu des enjeux énergétiques et climatiques communs entre les deux plus gros émetteurs de GES et consommateurs d’énergie, nous sommes conduits à nous interroger sur le risque de dilemme de sécurité dans la relation sino-américaine dans le domaine des technologies propres.

45Pour rappel, un dilemme de sécurité est une situation décisionnelle dans laquelle des dirigeants d’un pays A seront conduits à choisir une politique d’instrumentalisation et de sécurisation des technologies propres et de protection de leur marché domestique par crainte que les dirigeants d’un pays B n’utilisent leurs avantages compétitifs sur ces technologies comme un levier de pressions pour en tirer un profit politique. Réciproquement, pour les dirigeants du pays B qui tiennent le même raisonnement. Cette configuration conduit les deux pays, A & B, vers des politiques de sécurisation, comme ce fut le cas pour les énergies fossiles, pétrole et gaz. L’absence de coopération renforce les perceptions faussées, cette situation conduit les dirigeants à mettre en place une stratégie de survie (selfhelp). Une spirale de rivalité technologique peut alors s’enclencher qui conduit à un processus de sécurisation des technologies associées.

46Cette rivalité est alimentée par les craintes des dirigeants chinois et des pays développés plus que par la réalité des différences matérielles. Ainsi, lors de l’arrivé à la Maison Blanche du président Kennedy le fameux “missiles gap” entre les États-Unis et l’URSS était invoqué par l’industrie de l’armement pour renforcer les programmes de développement avec des subventions gouvernementales alors que le Secrétaire à la Défense McNamara évaluait ce “gap” à l’avantage des US. Ces perceptions faussées trouvent une part de leur origine dans l’importance des enjeux associés par chaque acteur aux technologies propres.

47La prégnance des perceptions trouve son moteur dans l’incertitude radicale de la situation décisionnelle associée à une rupture technologique. Celle-ci induit des risques de perceptions faussées de part et d’autre. Dans le cas des technologies propres, la source d’incertitude provient de l’ignorance des dirigeants sur le choix et le coût des technologies les plus adaptées à leur société et à leurs modes de vie. Cette ignorance ajoutée au rôle structurant de l’énergie dans l’industrie d’exportation chinoise rend ce sujet très sensible et explique la prégnance des perceptions sur les dirigeants.

48Examinons donc les enjeux du côté chinois.

A. Les motivations de la stratégie chinoise

  • 32 Leslie Hook, article cité.

49De façon centrale, le but est de devenir un acteur de premier plan des technologies vertes afin de répondre au triple objectif32 :

  • de la demande croissante d’énergie ;
  • de la pollution croissante ;
  • de la sécurité énergétique face au pétrole.

a. La demande énergétique croissante

  • 33 Virginie Mangin, « Le paradoxe chinois : un pollueur vert », La Tribune, 30 mars 2010.

50La demande croissante d’énergie se résume à quelques chiffres, la Chine déploie 2 000 MW de centrale thermique à charbon par semaine depuis 2000. En 2004, la capacité de production d’énergie nouvelle était l’équivalent de la production espagnole et californienne. La Chine va continuer d’installer 70 GW de capacité énergétique par an en dépendant pour 70 % de ses besoins du charbon33.

51Ce mouvement n’empêche pas les dysfonctionnements, ainsi la Chine a bénéficié de surplus de production d’électricité de 1980 à 2000. Mais elle a subit des pénuries d’électricité à partir de 2000 alors que les infrastructures de production classique s’accroissaient. Le problème du développement de la Chine se réalise sous la contrainte :

  • 34 Yu Hongyuan, article cité.

52Si la Chine diminue ses émissions de GES de 10 % à 20 % elle décroît son PIB de 2 % et inversement, lorsque le PIB per capita s’accroît de 5,1 %, les émissions de GES augmentent de 1,3 %34.

53Il s’agit d’un problème sous contrainte qui correspond à un jeu à sommes nulles. Pour augmenter le PIB il faut polluer. Si la croissance est la source de la légitimité des dirigeants, la seule solution possible c’est de polluer le moins possible.

b. La lutte contre la pollution

  • 35 Margret J. Kim & Robert E. Jones, « China: climate change superpower and the clean technology revol (...)

54Les scientifiques chinois depuis 2005 décrivent, analysent et expliquent pourquoi le changement climatique représente un enjeu crucial pour la sécurité de la Chine. La hausse du niveau de la mer menace Shanghai le centre financier le plus important de la Chine. Compte tenu de la taille du territoire chinois, les événements climatiques extrêmes qui s’y déroulent sont nombreux, les inondations récentes de l’été 2010 ne sont qu’un exemple. En Chine du Nord, il y a eu plusieurs dizaines de milliers d’évacuations (125 000) dans la province du Liaoning ainsi qu’en Corée du Nord. Au nord-ouest de la Chine dans le Xinjiang, le glacier le plus important dans la montagne de Tian Shan a perdu 20 millions de m3 en quatre décennies, il s’est scindé en deux, la première partie à l’est perdant 3,5 m et la partie ouest perdant 5,9 par an. L’ensemble du glacier a diminué de 20 %35. La pollution est donc un enjeu de premier plan dans la politique intérieure chinoise.

  • 36 Pim Verschuuren, « La position de la Chine dans les négociations sur l’après KYOTO », IFRI, 14 déce (...)

55Mais, comme l’ont souligné les médias des pays développés lors du dernier sommet de Copenhague, la Chine est le premier émetteur de GES depuis 200736. De plus, à moyen terme elle devrait être la source d’un tiers des émissions de GES entre 1990 et 2020. C’est le plus gros pollueur mondial.

56Structurellement la Chine déstabilise complètement la scène climatique du fait de sa taille. En 2005, les émissions de carbone de la chine sont de 2 % inférieurs aux émissions américaines. En 2006, elles sont supérieures de 8 %. En valeur absolue la Chine émet 6,2 milliards de tonnes contre 5,8 milliards de tonnes pour les Américains. D’ici à 2020, si le PIB est multiplié par quatre, alors le niveau de GES sera multiplié par deux ce qui annulera tous les efforts de réduction de GES réalisé par le reste des autres pays. Mais per capita, la Chine représente un cinquième des chiffres des États-Unis.

  • 37 Anne Rulliat, article cité.
  • 38 Frederico Caprotti, article cité.

57L’enjeu diplomatique est de reformuler l’équation « Chine = plus gros émetteur de GES ». Il s’agit de replacer le débat climatique sur des critères d’équité des pays développés vers les PED en mettant l’accent sur les évaluations per capita et le chemin encore à parcourir en terme de développement technologique37. Ainsi, en 2005, la part des énergies renouvelables dans la production d’énergie domestique est de 8 % dans les sources primaires et elles contribuent à 16 % de la production d’électricité. L’objectif affiché par la Chine est de doubler ce niveau d’ici à 202038. Cela permet de renforcer la position chinoise sur la scène climatique.

  • 39 Virginie Mangin, op. cit.

58Malgré tout, selon le vice-ministre de la protection de l’environnement, Zhang Lijun, lors de la session annuelle du parlement début mars 2010 annonçait que la Chine n’atteindra pas son objectif de réduire son intensité énergétique par unité de PIB de 20 % par rapport à 2005 d’ici à 2010 comme elle l’avait annoncé dans le XIe plan quinquennal39. Ainsi, la recherche de l’utilisation maximale des potentialités des technologies propres est la principale stratégie de développement de la Chine acceptable sur le plan domestique et international.

59À ces motivations vient s’en ajouter une troisième plus classique : la sécurité énergétique.

c. La dépendance aux énergies fossiles

60Au niveau extérieure, la dépendance au pétrole est la préoccupation de sécurité énergétique la plus importante pour les dirigeants chinois. La Chine est le deuxième importateur mondial à hauteur de 50 % de sa consommation.

  • 40 Date à laquelle la Chine est devenue un importateur net.
  • 41 L’exemple le plus frappant est l’absence d’initiative au Conseil de Sécurité. Dans le domaine du pé (...)
  • 42 Mohammed F. Troudi, article cité.

61Ainsi, malgré la volonté de la Chine depuis 199340 et surtout depuis qu’elle a rejoint l’OMC en 2001, d’élaborer sa politique étrangère pour ne pas ébranler le statu quo et éviter la confrontation41 avec les États-Unis42. Cette auto restriction n’est pas définitive et elle ne peut être que temporaire.

62Le cas du transport est un exemple qui montre l’émergence d’une dépendance particulière entre la Chine et le MO. La progression de la voiture en Chine est d’abord un enjeu stratégique. Si le VT devient le mode de transport dominant, il va renforcer la dépendance aux importations de pétrole, principalement en provenance du MO. Si le transport devient aussi structurant dans la société chinoise qu’aux États-Unis, il sera une des premières variables qui conditionnera la politique étrangère chinoise. Le développement de technologies pour les véhicules propres, VH ou VE, devient de ce fait un enjeu majeur. Il s’agit de limiter au mieux cette dépendance à l’énergie fossile par des transports moins carbonés. Cette limitation est possible par le recours à un nombre élevé de VE qui s’appuie sur d’autres matières premières comme le lithium dont une partie des réserves est en Chine même, mais aussi par l’emploi de ce K T dans les technologies propres, surtout dans les énergies renouvelables pour croiser les dépendances.

  • 43 L’importation saoudienne de pétrole représente désormais 17 %. Depuis 2002, l’Arabie Saoudite est l (...)
  • 44 Bonjour Dubai, http://www.bonjourdubai.com/modules/news/article.php?storyid=2361&keywords=occidenta (...)

63Ainsi, lors de la visite du président Hu Jintao en février 2009 en Arabie Saoudite il a eu pour objectif de sécuriser son approvisionnement en pétrole auprès de son fournisseur le plus important43 en s’appuyant sur des contrats dans le domaine des technologies propres, le nucléaire et la désalinisation comme entre les compagnies d’électricité chinoise Shangai Electric Power Generation Group et l’entreprise Saoudienne ACWA Power44.

64Les technologies propres sont donc au cœur de la satisfaction de la demande énergétique et de la croissance économique chinoise, la source de la légitimité des dirigeants chinois, sans oublier le rôle de puissance responsable sur la scène climatique et la réduction de sa dépendance énergétique.

65Ces enjeux fixent la valeur stratégique des technologies propres, quels sont, alors, les enjeux du côté américain ?

B. La position américaine : une volonté affichée de coopération scientifique

a. La situation américaine : une reconversion énergétique forcée

66Si nous reprenons notre exemple des voitures, en Chine le scénario est celui d’une croissance globale du marché automobile de 80 millions de véhicules d’ici à 2020. L’enjeu c’est d’atteindre ce niveau avec le maximum de VH et de VE, de 15 à 30 %, pour répondre aux objectifs stratégiques décrits précédemment. Au contraire pour les US l’enjeu c’est de changer la distribution des véhicules entre VT, VH et VE dans un marché dont le volume est constant. Il faut donc reconvertir une part importante des secteurs énergétiques fossiles (raffinage, distribution) et automobile. C’est un jeu à somme nulle où la pression sociale sur les dirigeants américains sera forte.

Fig. 3. Répartition des carburants par pays et projection de la demande totale d’énergie pour les transports en 2030.

Fig. 3. Répartition des carburants par pays et projection de la demande totale d’énergie pour les transports en 2030.

67Les enjeux pour la Chine et les US sont donc différents. D’un côté, un scénario de création des infrastructures et des entreprises pour diffuser des modes de transport sans carbone. De l’autre, un scénario de reconversion des secteurs énergétiques et automobiles. Mais les deux scénarios sont lourds de menaces au niveau de la légitimité des deux États. Une première ébauche de la perception de ces enjeux par les US peut être réalisée à travers les réactions des dirigeants économiques et politiques.

b. La réaction négative des entreprises américaines

  • 45 Gaëlle Brillant, op. cit.
  • 46 Leslie Hook, op. cit.
  • 47 Jamil Anderlini, « Pie is growing, but foreigners’ share is shrinking », FT, 27 octobre 2010.

68La concentration excessive à l’exportation des entreprises chinoises développe des perceptions menaçantes chez les pays clients45. Les industriels américains commencent à constater les effets négatifs sur leur développement des transferts de technologies réalisés. Les entreprises étrangères qui dominaient le marché chinois il y a cinq ans sont désormais en confrontation directe avec les géants chinois46. En 2008, le président de GE avait prévu de réaliser $10 milliards de chiffre d’affaires en 2010 sur le marché chinois. En décembre dernier il a annoncé avoir réalisé $6 milliards. Il a déclaré devant un parterre de CEO à Rome qu’il n’était pas sûr "qu’à la fin les chinois acceptent qu’aucun des groupes américains engagés dans la compétition sur le marché chinois ne soit gagnant." La Chambre de Commerce européenne en Chine a confirmé que le chiffre d’affaires des entreprises étrangères augmentait avec la croissance de l’économie chinoise mais leur part relative diminue47.

c. La coopération scientifique des dirigeants politiques

69Lors de la visite du président chinois à Washington, le président Hu Jintao est arrivé avec l’annonce d’une croissance économique de 10 % en 2010, un niveau d’investissement étranger de 105,7 milliards de dollars qui est le record depuis 1979 et la place de seconde économie mondiale. Face à l’affirmation de la puissance chinoise, le président Obama a mis en avant la coopération scientifique entre les deux puissances, depuis trois décennies. Cette coopération fut présentée dans le domaine de l’énergie et du climat par le Secrétaire à l’Énergie S. Chu au travers des gains absolus attendus par les deux plus importants émetteurs de GES et consommateur d’énergie :

  • diminution du coût de production de l’énergie pour les deux pays ;
  • accroissement des échanges sino-américain ;
  • création d’emploi aux États-Unis.
  • 48 Steven Chu, « US China clean energy cooperation: a progress report », US Dpt of Energy, janvier 201 (...)

70Plus précisément, la présentation par le Secrétaire à l’Énergie S. Chu a mis en avant les avantages comparatifs du côté américain48 :

  • le rôle de leader de l’innovation grâce aux universités et aux laboratoires ;
  • la création dynamique d’entreprises innovantes dans les clean tech et un marché solvable pour initialiser le décollage de ces entreprises ;
  • le cadre légal incitatif et la robustesse du système financier.

71Pour la Chine, le Secrétaire Chu n’avait retenu comme avantage comparatif que :

  • la taille du marché chinois et son attrait pour tester et expérimenter en grandeur nature les solutions en technologies propres. C’est le savoir-faire chinois dans le déploiement rapide à grande échelle des technologies propres qui fut mis en avant par les Américains49 ;
  • une capacité de production à faibles coûts des technologies propres.

72La première remarque est le décalage entre la volonté affichée des dirigeants chinois de faire de la Chine un des leaders des clean tech et l’absence de renvoi de cette image par l’administration Obama. Sans aborder le problème de l’innovation technologique dont nous avons vu le caractère aléatoire et difficilement prédictible, la faiblesse de l’engagement de l’État américain auprès des entreprises américaines, l’absence d’un cadre législatif réellement incitatif et les déboires du système financier ne peuvent que laisser dubitatifs les observateurs. L’absence de prise de conscience des dirigeants politiques américains par rapport à la réalité des enjeux stratégiques des technologies propres pour la Chine et la volonté politique d’appuyer la croissance chinoise sur ces technologies peut constituer une situation future de défi pour les États-Unis, de façon similaire à la réussite soviétique au début du programme aérospatiale avec les succès du satellite Spoutnik et du cosmonaute Youri Gagarine.

  • 50 Pierre de Gasquet, « Washington et Pékin », Les Echos, 18 janvier 2011.

73Lorsqu’en novembre 2009, les présidents Obama et Hu Jintao avaient lancé un programme de recherche commun, incluant les VE (ainsi que l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, l’utilisation propre du charbon et les gaz non conventionnels), ces collaborations avaient fait apparaître le problème de la propriété intellectuelle commune des équipes de scientifiques. Déjà, nous n’étions plus dans une phase de transfert de technologies mais dans un processus de co-découverte avec des enjeux industriels. Aujourd’hui, le volume des échanges entre les États-Unis et la Chine est de 400 milliards de dollars avec un déficit commercial américain de 270 milliards de dollars en 2010. Si les ruptures des technologies propres se réalisent en Chine avec des entreprises chinoise, l’avis de la Secrétaire d’État Clinton à la veille de cette visite d’État qui affirmait que « l’Amérique et la Chine sont arrivées à un point de jonction critique, à un moment où les choix que nous ferons, grands ou petits, vont déterminer la trajectoire de cette relation » seront prophétiques50.

74En effet, en l’absence d’engagements plus marqués en termes d’investissement et de contraintes législatives, les Américains ne pourront pas réaliser la reconversion de leurs secteurs liés aux énergies carbonés en favorisant les synergies au sein de leurs propres entreprises. Au contraire, plus cette dernière deviendra le leader des clean tech et plus il sera difficile pour les États-Unis de s’engager volontairement dans ce domaine. Comment les dirigeants américains pourront succomber ainsi à de nouvelles dépendances dans le domaine des clean tech en héritage des dépendances fossiles. La coopération scientifique n’est pas une solution de remplacement de la volonté politique.

Notes

1 Frederico Caprotti, « Le paysage chinois des technologies propres », Sustainable Development Law & Policy, été 2010.

2 Virginie Mangin, « Le paradoxe chinois : un pollueur vert », La Tribune, 30 mars 2010.

3 Changhua Wu, « La Chine a décidé de s’affranchir d’une croissance polluante », La Tribune, 30 mars 2010.

4 Frederico Caprotti, « Le paysage chinois des technologies propres », Sustainable Development Law & Policy, été 2010.

5 Leslie Hook, « Dual approach seeks power security and emission cuts », Financial Times, 27 octobre 2010.

6 Adam Jolly, Clean tech, clean profits, Kogan Page, London.

7 Le Monde, Bilan géostratégie, 2010 ; Sylvie Kauffman, « La Chine entend devenir le laboratoire du monde », Bilan Géostratégie, 2010.

8 Frederico Caprotti, op. cit.

9 J.L. Wong, « The challenge of China’s green technnology policy, written testimony before the US Congress », 14 juillet 2010.

10 Ibid.

11 Dominique Pialot, « La Chine leader du “Green business” », La Tribune, 30 mars 2010.

12 Frederico Caprotti, article cité.

13 Virginie Mangin, « Les éoliennes de Goldwind à la conquête de l’Ouest », La Tribune, 30 mars 2010.

14 J.L. Wong, op. cit.

15 Virginie Mangin, « SUNTECH, ou le solaire triomphant », La Tribune, 30 mars 2010.

16 Ibid.

17 Par exemple, en 2009, Yingli était le 6e groupe mondial de panneaux solaire avec une capacité de production de 600 MW. À la fin de l’année il devrait être le 4e groupe avec une production de 1 000 MW. Ses ventes sont essentiellement à l’exportation. Les 2/3 de ces ventes sont sur le marché allemand. Ses prix sont de 30 % moins élevés qu’en Allemagne. Aux US, Yingli occupe 30 % du marché californien, son développement s’accentue au Texas et sur la côte Est. Sur ce point, voir notamment, Marjorie Bertouille, « YINGLI vend ses panneaux partout où le soleil brille ! », La Tribune, 30 mars 2010.

18 Ibid.

19 Romaric Godin, « Le solaire allemand condamné à innover », La Tribune, 30 mars 2010.

20 Dominique Pialot, « Les industriels occidentaux battus d’avances ? », La Tribune, 30 mars 2010.

21 Sylvie Kauffman, article cité.

22 En effet, bien que second exportateur de pétrole, l’Iran dépend des capacités de raffinage extérieures pour obtenir son essence pour ses transports. Elle est ainsi l’objet de restrictions de la part des Américains et des Européens sur ses importations d’essences. Un pays avec un fort ensoleillement sera dépendant de son fournisseur de technologie solaire pour produire son électricité. La force de cette dépendance est fonction de la quantité d’électricité solaire dans le bilan énergétique du pays.

23 Yu Hongyuan, « In the belly of China’s diplomacy: global warming and its implication, Shaping China’s energy security: the inside perspective », conférence à l’Asia Centre à Science Po, mars 2008.

24 Gaëlle Brillant, « La course aux technologies de l’environnement », China Analysis, n° 27, février 2010, Asia Centre à Sc. Po Paris.

25 Anne Rulliat, « Les enseignements pour la Chine du sommet de Copenhague », China Analysis, n° 27, février 2010, Asia Centre à Sc. Po Paris.

26 2009 Statistical Year Book for Asia and the Pacific, ESCAP United Nation, mars 2010.

27 Virginie Mangin, « SUNTECH, ou le solaire triomphant », La Tribune, 30 mars 2010.

28 Ibid.

29 Éric Chalmet, « L’Amérique dépassée dès cette année », La Tribune, 30 mars 2010.

30 Virginie Mangin, op. cit.

31 Yu Hongyuan, article cité.

32 Leslie Hook, article cité.

33 Virginie Mangin, « Le paradoxe chinois : un pollueur vert », La Tribune, 30 mars 2010.

34 Yu Hongyuan, article cité.

35 Margret J. Kim & Robert E. Jones, « China: climate change superpower and the clean technology revolution », NR&E, hiver 2009.

36 Pim Verschuuren, « La position de la Chine dans les négociations sur l’après KYOTO », IFRI, 14 décembre 2009.

37 Anne Rulliat, article cité.

38 Frederico Caprotti, article cité.

39 Virginie Mangin, op. cit.

40 Date à laquelle la Chine est devenue un importateur net.

41 L’exemple le plus frappant est l’absence d’initiative au Conseil de Sécurité. Dans le domaine du pétrole elle recherche un système international apaisé afin d’éviter tout rapport de force précipité et non recherché. Sur ce point voir notamment, Mohammed F. Troudi, « Les dessous du jeu chinois au Moyen Orient », Géostratégique n° 17, La Chine, septembre 2007.

42 Mohammed F. Troudi, article cité.

43 L’importation saoudienne de pétrole représente désormais 17 %. Depuis 2002, l’Arabie Saoudite est le premier fournisseur de pétrole à la Chine. En plus d’être la réserve mondiale la plus importante, l’Arabie Saoudite a surtout la capacité d’augmenter quasi instantanément sa production de pétrole s’il y a une rupture chez un autre fournisseur. C’est le seul producteur capable de cela, ce qui lui confère un rôle primordial dans toute politique de sécurité énergétique. Sur ce point voir notamment, Mohammed F. Troudi, article cité.

44 Bonjour Dubai, http://www.bonjourdubai.com/modules/news/article.php?storyid=2361&keywords=occidentales, consulté le 19 mai 2010 ; (www.dabio.net Dabio) – vendredi 13 février 2009, http://www.dabio.net/Chine-Saoudia-Conclusion-d-importants-accords-economiques_a4692.html, consulté le 19 mai 2010.

45 Gaëlle Brillant, op. cit.

46 Leslie Hook, op. cit.

47 Jamil Anderlini, « Pie is growing, but foreigners’ share is shrinking », FT, 27 octobre 2010.

48 Steven Chu, « US China clean energy cooperation: a progress report », US Dpt of Energy, janvier 2011.

49 Ibid.

50 Pierre de Gasquet, « Washington et Pékin », Les Echos, 18 janvier 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chronologie des modifications des droits de douane et taxes à l’importation des technologies étrangères.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 2. Cadre de combinaison de mesures d’incitation comme une fonction de la maturité de la technologie.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 3. Répartition des carburants par pays et projection de la demande totale d’énergie pour les transports en 2030.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/8215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search