Version classiqueVersion mobile

Balzac

 | 
José-Laure Durrande

Dettes

Texte intégral

1Elles sont nombreuses comme il convient à qui veut ne pas être trop indigne de Balzac. Les plus importantes sont au nombre de trois. Dette à l’égard de Stefan Zweig à qui on voudrait emprunter son sens de l’empathie telle qu’il la manifeste dans son Balzac, le roman de sa vie, paru en 1950 aux éditions Albin Michel. La seconde concerne l’article de Lucette Finas « Balzac est style » paru chez Sedes dans un recueil Balzac et le style, en 1988. L’auteur prend à contre-pied l’opinion qui veut que, romancier considérable, Balzac soit un piètre écrivain. La troisième va à l’hommage d’un génie à un autre génie. Il s’agit de l’étude Honoré de Balzac d’Henry James, paru dans un volume consacré aux principaux écrits de celui-ci sur la littérature française, Du Roman considéré comme un des beaux-arts, chez Christian Bourgois, en 1996.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search