Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Chapitre 1. Recherche idées nouvelles désespérément : le Parti Communiste Chinois entre économie de marché et néo-maoïsme

Willy Wo-Lap Lam

Résumé

Ce chapitre étudiera les luttes entre factions lors de la période qui précède le XVIIIe Congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) ainsi que les orientations politiques sous la direction des quelques leaders putatifs de la cinquième génération de dirigeants, Xi Jingping et Li Keqiang. Le poids et l’influence des principales factions, y compris la Ligue de la Jeunesse Communistes (ci-après faction de la Ligue), les « Princes Rouges » – ainsi que leurs anciens alliés de la faction de Shanghai, seront analysés. L’accent sera mis sur la question de savoir si le ticket Xi-Li est à même d’offrir des idées nouvelles pour résoudre les profonds problèmes économiques et politiques qui ont agité la vie politique depuis les massacres de la place Tiananmen en 1989, date après laquelle la plupart des réformes politiques ont été gelées.

Texte intégral

Introduction

1Ce chapitre étudiera les luttes entre factions lors de la période qui précède le XVIIIe Congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) ainsi que les orientations politiques sous la direction des quelques leaders putatifs de la cinquième génération de dirigeants, Xi Jingping et Li Keqiang. Le poids et l’influence des principales factions, y compris la Ligue de la Jeunesse Communistes (ci-après faction de la Ligue), les « Princes Rouges » – ainsi que leurs anciens alliés de la faction de Shanghai, seront analysés. L’accent sera mis sur la question de savoir si le ticket Xi-Li est à même d’offrir des idées nouvelles pour résoudre les profonds problèmes économiques et politiques qui ont agité la vie politique depuis les massacres de la place Tiananmen en 1989, date après laquelle la plupart des réformes politiques ont été gelées.

2Au sein de l’élite politique, une lutte acharnée va avoir lieu entre factions pour savoir laquelle sera en mesure de placer le plus grand nombre de candidats au sein du sanctuaire du pouvoir du PCC – et le plus haut organe politique du pays – le Comité Permanent du Bureau Politique – Politburo – (ci-après le Comité permanent). Actuellement il y a neuf membres au Comité Permanent, à l’exception de Xi et Li tous les membres en poste seront remplacés par souci de rajeunissement. Le président Hu, qui dirige la faction la plus importante du Parti, espère qu’en plus du vice-Premier ministre Li Keqiang, qui est déjà au Comité Permanent, deux ou trois membres de la faction de la Ligue de la Jeunesse communiste pourront intégrer le Comité Permanent.

  • 1 Pour une discussion sur l’État de santé de Jiang Zemin, voir par exemple Edward Wong & Jonathan Ans (...)

3Les deux autres principales factions du PCC – la bande des « princes rouges » 太子党 et la Shanghaibang 上海邦 ou faction de Shanghai – semblent faire cause commune afin de frapper un grand coup lors du 18e Congrès. La seconde moitié de l’année 2009 a vu le surprenant regain d’influence de l’ancien président Jiang Zemin (né en 1926), qui est à la tête de la Shanghaibang. Par exemple, Jiang a partagé les honneurs avec Hu Jintao pendant la parade militaire du 1er octobre jour de la fête nationale. Jiang, qui est lui-même un « prince rouge » joint ses forces avec le vice-président Xi afin d’assurer la promotion des autres gaoganzidi 高干子弟 (« princes héritiers ») et leurs alliés de la faction de Shanghai au sein du Comité Permanent de 2012. En dépit de ces graves ennuis de santé dus à une série de problèmes cardiaques dont Jiang a été victime au début de l’année 2011 – qui ont conduit à de fausses annonces de son décès en juillet de cette même année – le faiseur de rois, en vieux stratège, est réapparu lors des cérémonies du 9 octobre qui marquaient le centenaire de la Révolution de 19111. Depuis le XVIIe Congrès du PCC en 2007, seuls deux membres du Politburo – le Premier ministre Wen Jiabao et Wang Yang le secrétaire du Parti de la province de Canton (Guangdong) – ont appelé à des réformes, en particulier une libéralisation politique. Il sera alors instructif de voir si, après le départ de Wen du Politburo, Wang pourra porter haut la bannière des réformes politiques. Ceci est particulièrement important après l’important revers que semble avoir connu la campagne de retour au maoïsme suite à la chute de Bo Xilaï en mars. Le secrétaire du parti de Chongqing était, en effet, à l’origine de cette campagne. Cependant il est probable que, par égard pour la « tâche primordiale de la préservation de la stabilité », les réformes continueront d’être mises en veilleuse au moins durant les cinq années du mandat du nouvel exécutif à venir diriger par Xi.

1. Un difficile équilibre des forces lors du 18e Congrès

  • 2 Pour une discussion sur le sort de Bo Xilai, voir par exemple, Willy Lam, « Hu Jintao draws blood w (...)

4L’unité de façade des échelons supérieurs du PCC vola en éclats au printemps 2012 quand Bo Xilai – l’un des « pinces rouges » les plus en vue – fut démis de son poste de Secrétaire du Parti à Chongqing et que son siège au Politburo fut « suspendu ». Que Bo soit sujet à une enquête criminelle ou non, sa carrière politique a pris fin2.

  • 3 Sur la question de Wang Lijun, voir par exemple, Chris Buckley & Sui-Lee Wee, « Chinese official ta (...)

5La chute de Bo a été le résultat d’une lutte de longue haleine entre les deux principales factions au sein du PCC : d’une part la ligue de la jeunesse communiste ou tuanpai 共青团派 dirigée par le président Hu Jintao et d’autre part la coalition des « princes rouges » et de la faction de Shanghai dirigée par l’ancien président Jiang Zemin et le « prince héritier » Xi Jingping. L’affaire Bo Xilai n’est pas sans rappeler la chute et l’incarcération de l’ancien chef du Parti de Shanghai Chen Liangyu 陈良宇 en 2006, quand il fut arrêté pour corruption alors même qu’il était à l’époque membre du Politburo. Dans le cas de Bo, la faction de Hu a utilisé l’habituelle « carte anti-corruption » pour faire tomber Wang Lijun 王立军 – l’ancien chef de la police de Chongqing et le protégé de Bo – et par extension Bo lui-même. Alors que le crime « ostensible » de Wang semble d’avoir trouvé refuge au consulat des États-Unis à Chengdu, il aurait été, ces dernières années, mis en examen pour corruption quand il était en poste dans la province du Liaoning3.

6Bo étant une figure majeure de la faction des « princes rouges » et soutenu par le vice-président Xi Jinping durant une visite à Chongqing au début de l’année 2011, la chute de Bo pourrait représenter un revers pour le succès de sa faction. La santé de Jiang Zemin demeurant problématique, malgré ses apparitions publiques en octobre 2011, Hu Jintao pourrait avoir l’opportunité d’affirmer l’autorité de la faction de la Ligue. Cependant l’équilibre des forces entre les deux principales factions ne pourra s’établir réellement qu’au 18e Congrès, lorsqu’il aura été clairement établi combien chaque faction dispose de sièges au sein du Comité Permanent.

  • 4 Pour une discussion sur les éventuelles entrées au Politburo et au Comité permanent, voir Jonathan (...)

7Selon un consensus qui semble avoir été obtenu entre toutes les factions du parti fin 2011, une par tiers des sièges du Comité Permanent devrait avoir lieu : la faction de la Ligue de la jeunesse et celle des « princes rouges » devraient recevoir trois sièges chacune et les trois sièges restant reviendraient aux autres factions ou à des cadres n’ayant aucune affiliation à une faction. D’après cet arrangement, Li Keqiang le vice-Premier ministre, Li Yuancho le directeur du département de l’organisation du PCC et Wang Yang se retrouveraient au Comité Permanent. Il en irait de même pour Xi Jinping, le vice-Premier ministre Wang Qishen et Yu Zhengsheng 俞正声 (le secrétaire du Parti à Shanghai). Les trois derniers membres du Comité Permanent devraient être choisis parmi ces cadres : le vice-Premier ministre Zhang Dejiang 张德江 (qui est intime de l’ancien président Jiang), Zhang Gaoli 张高丽 le maire de Tianjin (qui semble être plus proche du Premier ministre Wen Jiabao), le directeur du département de la propagande Liu Yunshan 刘云山 (qu’on dit être proche de Jiang) et le Conseiller d’État Liu Yandong 刘延东 (considéré comme proche de la faction de la Ligue mais acceptable pour les « princes rouges »)4.

  • 5 Nom donné, en chinois, aux membres de la Ligue de la Jeunesse Communiste. N.D.T.

8Tous les regards se porteront pour savoir si trois « princes rouges » siégeront au nouveau Comité Permanent après la chute politique de Bo. Une possibilité serait que son siège revienne au chef du Parti de Shanghai Yu Zheng, qui est un des leaders des « princes rouges » et une des figures de proue du clan de Deng Xiaoping. Dans ce cas de figure, le rapport de force ne serait pas préjudiciable à la faction des « princes rouges » malgré l’éviction de Bo. Cependant, si Hu Jintao s’avère capable de tirer avantage de la chute de Bo pour placer au Comité Permanent un poids lourd des tuanpai5, comme Liu Yandong ; alors cela représenterait une victoire de taille pour la faction de la Ligue. De plus, avec seulement deux sièges au Comité Permanent, le pouvoir de Xi Jinping s’en trouverait considérablement tronqué.

  • 6 Pour une discussion sur les différences idéologiques entre les différentes factions au sein du Part (...)

9On assiste à une escalade dans les luttes de palais entre factions du fait de l’absence d’une figure forte à la tête du pouvoir. Notons cependant que la nature des différences au sein des factions a changé. Jusqu’à la mort de Deng en 1997, la rivalité entre les diverses camarillas du PCC était dans une large mesure dictée par les différences idéologiques. Il y eut la « lutte entre deux lignes » 两条路线斗争 entre le président Mao d’une part et le « gang des capitalistes » du président de l’État Liu Shaoqi 刘少奇 et Deng Xiaoping d’autre part. Durant l’essentiel des années 1980 et 1990, Deng affronta plusieurs fois le patriarche conservateur Chen Yun 陈云 qui était un ardent défenseur de la « réforme à l’intérieur d’une cage d’oiseau » face à la tendance à la libéralisation économique. Après la crise de la place Tiananmen en 1989 et l’effondrement des PC soviétiques et d’Europe de l’Est au début des années 1990, un consensus fort se dégage entre les factions du PCC afin de préserver un haut degré d’unité dans le registre des « intérêts fondamentaux » dans les domaines politiques et idéologiques. Ceci incluait de maintenir le monopole du pouvoir au Parti, réprimer tous les dissidents ou soi-disant conspirations visant à faire de la Chine un pays capitaliste ; prendre des mesures fermes contre tout sécessionnisme ou mouvement anti-Pékin au Tibet, au Xinjiang, à Hong Kong ou à Taiwan ; maintenir la croissance économique à au moins 7 ou 8 % (ce qui est vu comme essentiel pour éviter l’instabilité sociale) et, de manière tout aussi importante, préserver les acquis des forces en présence et des parties prenantes ce qui inclut les hauts dirigeants tout comme les grandes entreprises (qui sont souvent dirigées par des « princes rouges » ou les proches des hauts dirigeants)6.

10Les principales factions ne s’affrontent pas sur des questions idéologiques mais pour le partage des ressources économiques et politiques, comme par exemple les sièges au Comité central et au Comité Permanent ou pour savoir quelles régions ou secteurs bénéficieront d’importants investissements d’État. Ce genre de compétition peut être tout autant vicieux que celle reposant sur des différences idéologiques ; et peut avoir des conséquences négatives si l’économie n’est pas au mieux.

2. L’art de « ne rien faire de spécial »

11Au cours de l’année qui a vu Hu Jintao passer de vice-président à n° 1 du PCC, fin 2002, les spéculations allaient bon train pour savoir « Who’s Hu » – autrement dit quel genre de dirigeant le réservé Hu, aussi impassible qu’un joueur de poker, allait devenir. L’une des questions clefs était de savoir s’il allait avoir plus d’inclination pour les réformes que le précédent président Jiang Zemin.

  • 7 « Political pessimism as 60th anniversary approaches », Wikileaks, septembre 2009, http://wikileaks (...)

12En 2012, peu de personnes se posent des questions similaires à propos de Xi Jinping. La principale raison étant que Xi n’a jamais donné aux observateurs l’impression qu’il pouvait être un « réformateur honteux » ou qu’il ait des idées nouvelles et qu’il était prêt à les promouvoir – quitte à prendre des risques. L’image relativement négative de Xi est partagée par une grande partie des intellectuels et universitaires chinois. Grâce à Wikileaks, nous sommes en mesure d’avoir des bribes de conversation tenues en 2009 entre un groupe d’universitaires de hauts rangs et le consul général des États-Unis à Shanghai, Béatrice Camp 康碧翠. Le sujet de leurs préoccupations était les orientations politiques de Xi. Ding Xingbao 丁幸豪, le président du Shanghai Institute of American Studies, faisait remarquer que les seuls résultats de Xi au Zhejiang et à Shanghai étaient de n’« avoir rien fait de spécial » – wuweierzhi 无为而治 en chinois. Ding ajoutait que Xi était prudent de nature – et qu’il essayait simplement de ne pas « foirer » (« not to mess things up »). Zhu Xueqin 朱学勤, le célèbre historien libéral de l’université de Shanghai, indiquait qu’il n’y avait « aucune chance » pour que Xi soit en mesure ou souhaite promouvoir les réformes politiques attendues. D’après Xu Mingqi 徐明棋, sous-directeur du World Economy Institute du Shanghai Institute of Social Sciences, « la situation est sérieuse » car les enjeux pour le successeur de Hu Jintao seront colossaux au cours de la décennie à venir ; c’est-à-dire quand Pékin aura à résoudre de nombreux problèmes socio-politiques profonds7.

13Le professeur Ding a fait mouche à propos de la philosophie politique de Xi : wuweierzhi [无为而治], qui signifie « ne rien faire de spécial » ou peut-être de manière plus précise « laisser les choses suivre leur cours ». Wuweierzhi n’est pas nécessairement un terme péjoratif quand il décrit l’approche de la gouvernance d’un dirigeant. Wuweierzhi est l’un des concepts centraux du grand philosophe Lao Zi (le fondateur du taoïsme) dans ses prescriptions du bon gouvernement. Cela signifie qu’il faut que la nature suive son cours : laisser les gens suivre leurs inclinations naturelles – et développer leurs talents innés, leurs capacités professionnelles et leur fortune. Cependant, le rôle du dirigeant n’est pas de rester passif. En apparence, il adopte une position totalement non-interventionniste : si les gens savent s’y prendre pour mener leurs affaires dans le bon sens, le gouvernant ne devrait pas interférer. Dans ce contexte, wuweierzhi comporte des formes de similitudes avec la tradition libérale du laisser-faire dans les capitalismes occidentaux : les marchés sont plus efficaces et le gouvernement ne devrait pas interférer dans l’esprit d’entreprise et d’initiative de la population. Mais s’il se trouve que le peuple prend la mauvaise direction, le dirigeant doit alors subtilement – et inopportunément – le guider vers la voie du Tao 道. Le dirigeant avisé doit orienter le peuple d’une manière si persuasive, agréable et dénuée de contrainte que ce dernier estimera que ce qu’on lui demande de faire est simplement la manière naturelle de procéder.

14Cependant au fil des années, le terme wuweierzhi a développé une large connotation dénigrante : c’est également utilisé pour décrire les officiels, y compris les hauts dirigeants, qui ne font simplement que suivre la sagesse conventionnelle en défendant le statu quo. Ils manquent d’idées nouvelles – ainsi que de l’autorité et de l’audace pour les faire accepter. Le professeur Ding et d’autres critiques de Xi font ainsi référence à la connotation péjorative du wuweierzhi quand ils parlent de Xi. Il est alors important de répondre à cette question : quel type de wuweierzhi Xi applique-t-il ? A-t-il la sagesse taoïste de savoir si le peuple doit être laissé seul car il est déjà instruit des principes de la voie du tao ? Ou Xi est-il simplement un bureaucrate timide et médiocre qui est effrayé à l’idée de claironner qu’il a introduit des mesures audacieuses – bien que la société chinoise soit déjà tourmentée par de profondes et dangereuses contradictions ?

  • 8 Li Zhangjun, « Xi Jinping talks about attaching importance to classic works during ceremony to mark (...)

15Au long de sa carrière, Xi ne peut pas être identifié par ligne ou une orientation politique particulière. Sa marque de fabrique serait plutôt d’éviter les prises de positions controversées en collant à l’avis de la majorité. C’est ce qu’il a un jour appelé le tuanjiexue 团结学 ou l’art de l’unité en restant à l’unisson avec ses collègues et en ne remettant pas en cause l’orthodoxie8. Le fait que Xi ne soit ni de droite ni de gauche – en plus de sa préférence pour la prudence – rentre certainement en compte dans sa carrière qui a mis du temps à décoller. Il ne fut en lice pour le Comité permanent du Politburo qu’à partir de 2007, l’année où, à 54 ans, il fut retenu pour être le secrétaire du Parti à Shanghai. Et il fut choisi comme successeur de Hu Jintao car comme étant un candidat de compromis. N’étant pas controversé, centriste et ne prenant pas de risques, il avait peu d’ennemis – ce qui en faisait un candidat acceptable pour toutes les factions à l’intérieur de l’appareil du parti.

  • 9 Li Zhangjun, op. cit.

16En fait Xi Jinping est un ardent promoteur du principe – secondé en cela par le président Hu et le Comité Permanent – de « modernisation » et de « sinisation » du marxisme et du socialisme pour les adapter convenablement à la Chine du XXIe siècle [马克思主义现代化 ; 中国化]. Ces idées seront explicitées plus en détail dans divers discours et articles dans des journaux théoriques comme Seeking Truth 求是 et Study Times 学习时报. Premièrement, Xi pense que le « système théorique du socialisme aux caractéristiques chinoises » 有中国特色社会主义思想体系 – que le PCC expérimente – est la manière la plus moderne et la plus avancée de « siniser le marxisme ». Ceci a été réalisé en « utilisant les principes marxistes, les points de vues et les méthodes pour étudier et résoudre des questions pratiques qui ont émergé au cours de l’évolution de la Chine, de sa construction et de sa réforme »9.

  • 10 Xi Jinping, « Assiduously push forward the study and research of the theoretical system of socialis (...)

17Xi a, lors de différents discours, tenté démontrer que Mao Zedong et ses successeurs avaient pris les bonnes décisions pour mener à bien la révolution. Sans surprise, le « prince héritier » Xi a le plus souvent fait référence au « miracle économique » chinois que le pays a connu depuis deux ou trois décennies. « Lors des trente dernières années, notre pays s’est développé de manière soutenue et rapide avec une ampleur rarement vue dans le monde » écrit Xi dans un long article du 1er avril 2008 dans l’édition de Seeking Truth. « Le socialisme et le marxisme ont manifesté une solide vitalité sur le sol chinois ». Xi a aussi fait l’éloge du kexue fashanguan ou « perspective scientifique du développement », qui reste le principal credo de la période Hu-Wen. Avec la phraséologie qui le caractérise, le vice-président soutient que le kexue fazhanguan, qui se caractérise par un « contenu idéologique riche et une formidable logique innée », était capable de remplir l’objectif de « mettre le peuple en premier » et d’atteindre « un développement complet, bien coordonné et durable ». Pas étonnant qu’il appelle ceci l’instance de sinisation du marxisme « la plus moderne » et ayant le plus de succès10.

  • 11 Chants révolutionnaires, N.D.T.

18Une preuve évidente du conservatisme de Xi est qu’il fut l’une des figures majeures derrière le retour du maoïsme dans différentes provinces et grandes villes de 2008 à 2010. Et ce, en dépit de l’impression que l’instigateur du mouvement de changhong11 et de restauration des normes maoïste était le secrétaire du Parti de Chongqing de l’époque Bo Xilai. Cependant, Bo a commencé sa « croisade rouge » avec un objectif politique distinct à savoir intégrer le Comité permanent du Politburo lors du 18e Congrès. Pour Xi, c’est davantage une réflexion dans sa croyance de longue date dans les idées supérieures et les exploits du Grand Timonier.

  • 12 « Xi Jinping talks about upholding the party’s purity », Seeking Truth (revue de Pékin), 16 mars 20 (...)
  • 13 « Xi Jinping lays wreath at Mao Zedong statue during inspection tour to Shaoshan, Hunan », China Ne (...)

19Dans ses discours à l’école centrale du Parti, Xi aime ponctuer ses homélies aux étudiants de l’institution d’élite de la bureaucratie chinoise d’extraits de la sagesse issue du canon marxiste et maoïste. Quand Xi répète avec insistance qu’il faut recruter de nouveaux cadres qui soient à la fois « dans la rectitude politique et compétents professionnellement », cela fait échos à la citation de Mao qui voulait recruter des cadres du Parti qui soient à la fois « rouges et experts ». Alors qu’il s’exprimait sur « l’édification du Parti » – c’est-à-dire les moyens d’assurer la pureté idéologique des cellules du Parti – Xi faisait remarquer que les dirigeants devaient s’inspirer du « grand projet de construction du Parti qui a été initié avec succès par la première génération de dirigeants avec le président Mao à sa tête ». Il exhortait aussi les cadres du Parti à « étudier sérieusement la théorie marxiste afin de s’assurer qu’ils conservent intacte leur détermination politique ». Xi ajoutait que comme les classiques marxistes étaient volumineux, « nous devons nous concentrer sur les points essentiels, et concentrer notre étude sur la quintessence – et en particulier les œuvres majeures de Mao Zedong »12. Alors qu’il visitait les provinces, Xi aime à célébrer « les parangons du prolétariat » qui furent d’abord adulés par le président Mao. Ainsi lorsqu’il inspectait le gisement de pétrole de Daqing dans la province du Heilongjiang fin 2009, le vice-président a fait l’éloge de « l’esprit de l’homme de Daqing », une référence aux exploits quasi-surhumains de Wang Jixi 王进喜, un travailleur pétrolier devenu une légende du socialisme chinois. Xi a aussi fait l’éloge des « héros des masses » comme le pompier Lei Feng qui s’est sacrifié lors d’une intervention ou de Jiao Yulu 焦裕禄 l’altruiste secrétaire du parti d’un comté13. Étant donné l’orthodoxie de Xi, il est difficile d’imaginer qu’il initie un nouveau cycle de réformes après le XVIIIe Congrès.

3. L’ascension de la Faction des « Princes rouges »

20Pour disposer d’une compréhension plus approfondie de la base politique de Xi Jinping, il est impératif que nous portions un regard plus attentif sur l’ascension des « princes rouges ». À une époque où les échelons supérieurs du PCC orchestrent un retour des normes conservatrices, les dirigeants issus de « lignées révolutionnaires » sont considérés comme des gardiens dignes de confiance des valeurs originelles véhiculées par Mao Zedong et ses vétérans de la Longue Marche.

  • 14 Pour une discussion sur la carrière dans les affaires des princes héritiers, voir par exemple, Dani (...)

21Le succès politique de la faction des « princes rouges » fut mis à mal pendant la première décennie de la période des réformes. Deng Xiaoping était contre le fait de laisser trop d’« héritiers » monopoliser les postes au sein du Parti et du gouvernement. Au début des années 1980 il indiquait lors d’une réunion interne du parti qui fut rendue publique, que la proportion de taizidang (héritiers) au sein du Comité Central devait être limitée. Ceci devait prévenir toute forme de népotisme et, par extension, de factionnalisme. Au lieu de chercher à faire une carrière politique, les « princes rouges » furent encouragés à se lancer dans les affaires. Ce n’était pas un hasard si les deux fils du patriarche, Deng Pufang et Deng Zhifeng, sont devenus des hommes d’affaires à succès, prospères – mais aussi controversés. Il en va de même pour les enfants des dirigeants des troisième et quatrième générations comme Li Peng, Jiang Zemin, Zhu Rongji, Hu Jintao et Wen Jiabao. Le fils et la fille de Li Peng par exemple ont fait fortune dans le secteur de l’énergie alors que les deux fils de Jiang sont chefs d’entreprises à Shanghai dans les télécoms14.

  • 15 Le terme de « seigneur de la guerre » (warlord) fait référence à l’histoire de Chine. Les seigneurs (...)

22La carrière politique de nombreux « princes rouges » a ainsi été affectée par la position stricte de Deng. Bo Xilai par exemple n’a fait son entrée au Comité central qu’en 2002 quand il avait 53 ans. Cette entrée tardive s’est faite en dépit même du fait qu’il s’était imposé, plusieurs années auparavant, comme un formidable « seigneur de guerre »15 dans la province industrielle du Liaoning. Un grand nombre de « princes rouges » importants, comme Xi Jinping, Wang Qishan (le beau-fils de l’ancien vice-Premier ministre Yao Xilin) et Deng Pufang, ont fait une entrée assez tardive au Comité central. Ce trio n’intégra le Comité central qu’en 1997 comme membres par alternance ou sans droit de vote. De plus, Xi fut, des 151 membres par alternances, celui qui obtint le moins de voix – Deng et Wang furent respectivement second et septième… en partant de la fin.

  • 16 Sur la composition et les succès politiques de la caste des princes rouges, voir par exemple, Bruce (...)

23Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les « princes rouges » aient cessé de jouer un rôle important dans la politique chinoise. Ceux qu’on appelle les « princes rouges » de second ordre – officiellement ceux dont les pères étaient des hauts dirigeants du Parti mais qui n’étaient pas membres du Politburo ou des « Patriarches du Régime » – ont continué d’être à la tête de ministères importants ou de départements du PCC. Ceci concerne aussi de nombreux dirigeants de la faction de Shanghai comme l’ex-président Jiang Zemin et l’ex-vice-président Zen Qingshong. Le père de Jiang Zemin, Jiang Shangqing 江上青, était un « martyr de la Révolution » alors que le père de Zeng Qingshong n’était autre que Zeng Shan 曾山 l’ancien ministre de l’intérieur. Fin des années 1990, début des années 2000, les « princes rouges » ont fait un retour fracassant. Le XVIIe Congrès du Parti en 2007 a vu la faction de Shanghai et celle des « princes rouges » unirent leurs forces ; ceci explique pourquoi c’est Xi Jingping – et non pas Li Keqiang le poulain de la faction de la Ligue – qui fut désigné comme futur n° 1 du Parti16.

  • 17 Ibid.
  • 18 Pour une comparaison entre les personnalités et les parcours de Xi et Bo, voir par exemple, Robert (...)

24Cependant les « princes rouges » pâtissent d’inconvénients évidents en tant que force politique. Malgré le gel des réformes politiques depuis 1989, une bonne partie de la population abhorre les signes de privilèges. La faction des « princes rouges » souffre aussi de lacunes politiques. La principale étant le manque d’adhésion forte à des valeurs communes. Il est vrai, bien sûr, que la plupart des gaoganzidi, si ce n’est la totalité, ont un dénominateur commun a minima : ils veulent préserver les prérogatives que se sont traditionnellement arrogés les descendants des fondateurs de l’empire communiste chinois17. Cependant la camaraderie (et les points communs entre les membres de la faction des princes rouges) est significativement moins prononcée que celle parmi les membres des factions qui sont organisées géographiquement ou par organisation comme la faction de Shanghai ou celle de la Ligue de la Jeunesse Communiste. En dépit du fait que Xi soit le « prince rouge » le plus élevé en rang, le fait qu’il manque indubitablement de hauts faits à l’échelle nationale signifie que la cinquième génération de dirigeants n’obtiendra pas nécessairement l’allégeance de la majorité des « éléphants » du Parti. Les rivalités entre vétérans du Parti peuvent se retrouver chez leurs enfants. Par exemple la relation entre Xi Jinping et Bo Xilai a été affectée par le fait que leurs pères – Xi Zhongxun et Bo Yibo – appartenaient à des factions différentes. Xi Zhongxun était libéral et allié de l’ancien chef du Parti Hu Yaobang ; alors que Bo Yibo était proche des « titans » du courant conservateur de la deuxième génération comme Chen Yun et Li Xiannian18.

  • 19 Pour une discussion sur les « princes rouges dans l’armée », voir par exemple, Lin Heli, « Factors (...)

25Le principal point de convergence politique des « princes rouges » concerne l’Armée Populaire de Libération (APL), où les fils de vétérans de la longue marche peuvent brûler les étapes dans l’ascension de la hiérarchie. Par exemple les trois officiers qui ont été promus généraux en 2009 étaient les fils d’illustres personnalités militaires. Il s’agit du général Liu Yuan, par ailleurs commissaire politique de l’académie des sciences militaires, et des généraux Zhang Haiyang et Ma Xiaotian. On estime ainsi qu’en Chine plusieurs douzaines de généraux jouissent d’un pedigree célèbre. Étant donné l’exposition de Xi à l’APL, il est probable que certains de ces généraux deviendront de proches conseillers du Nouvel Empereur19. À l’inverse, la faction de la Ligue est peu représentée, si ce n’est pas du tout, au sein de l’establishment militaire.

26Malgré l’importance des « princes rouges officiers » – que l’on retrouve aussi chez les officiers supérieurs, ceux nés dans les années 1960 et 1970 – on ne peut que noter le manque de « princes rouges » des sixième et septième générations au sein de l’appareil politico-étatique. Contrairement à la faction de la Ligue (voir la section suivante), il n’y a pas beaucoup de « princes rouges » de la sixième génération sur la scène politique qui ont été préparés à occuper des postes importants. La grande majorité des « princes rouges » nés dans les années 1960 et 1970 se sont plutôt lancés dans les affaires dans le secteur privé. Une minorité d’entre eux – comme la descendance du jadis puissant clan de Deng – se sont installés à l’étranger. À l’inverse, il y a une forte probabilité que la faction de la Ligue continue de dominer la politique chinoise encore après le XXe Congrès du Parti en 2022.

  • 20 Le massif du Jinggangshan, qui se trouve dans la province du Jiangxi, servit de base de replis pour (...)
  • 21 « Xi Jinping emphasizes the need to develop the villages through reform and innovation, and to stre (...)
  • 22 « Bo Xilai: We must remember forever the ideals and hot-bloodedness of our elder », Chongqing Daily(...)

27À court terme il est probable, cependant, que les « princes rouges » comme Xi Jinping continueront à mettre en avant la « légitimité révolutionnaire » en honorant la mémoire de Mao – et en continuant d’enseigner sa pensée. En tant que fils et filles de vétérans de la longue marche, les « princes rouges » considèrent leur « ascendance révolutionnaire » comme une ressource politique potentielle. Ainsi, alors qu’il visitait la « Mecque révolutionnaire » de Jinggangshan20 dans la province du Jianxi en 2008, Xi Jinping a rendu hommage « au nombre incalculable de martyrs de la révolution qui ont donné leur sang et leurs vies pour la victoire de leur pays ». « Ils ont donné les fondations des bonnes conditions de vie [dont nous jouissons maintenant] » a-t-il déclaré. « En aucunes circonstances nous ne devons abandonner cette tradition »21. De la même manière, alors qu’il célébrait la fête nationale le 1er octobre 2008, Bo Xilai exhortait les cadres du Parti de Chongqing « à garder toujours à l’esprit les idéaux et l’ardente dévotion de nos aînés ». « Abandonner [leur tradition révolutionnaire] est de la haute trahison » sermonnait Bo22.

4. Le succès politique de la faction de la Ligue de la Jeunesse Communiste

28Pour savoir dans quelle mesure la faction de la Ligue de la Jeunesse Communiste sera capable de reprendre le fil de la réforme laissé par Deng Xiaoping – et par Hu Yaobang, l’un des fondateurs de la Ligue – il est nécessaire d’examiner la carrière et les idées des principales figures de cette faction.

A. L’ascension et les orientations politiques du futur Premier ministre Li Keqiang

  • 23 Pour une discussion sur les résultats de Li Keqiang quand il officiait dans les provinces du Henan (...)

29Comme Hu Jintao et Wang Yang, un autre fidèle de cette faction, Li est natif de la province orientale de l’Anhui. Après avoir passé quatre ans à la campagne pour « apprendre des masses », Li a réussi à intégrer la prestigieuse Université de Pékin (Beida) en 1978. Il fait partie du premier contingent d’étudiants à retourner à l’université après sa réouverture à la fin de la Révolution culturelle. Li était l’un des meilleurs étudiants de la faculté de droit de Beida. C’est à cette époque que Hu Jintao, qui allait devenir son mentor, le remarque et le fait enter au Comité central de la Ligue de la Jeunesse en 1983. À à peine 38 ans il devient le Premier secrétaire du Parti de la Ligue de la Jeunesse en 1993. Ces longues années au sein de la Ligue lui ont permis de se forger un solide réseau parmi ses adhérents à travers tout le pays23.

  • 24 Le système n’opérant pas de réelle distinction entre les tâches administratives, politiques et part (...)
  • 25 Lin Heli, article cité.
  • 26 Pour une discussion sur le relogement des mingong dans le Liaoning, voir par exemple, « Liaoning’s (...)

30En 1998, il est muté dans la province du Henan où il reste jusqu’en 2004. Pendant ces six ans, il officiera comme gouverneur suppléant, gouverneur et finalement, en 2003, comme Secrétaire du Parti24. Li Keqiang eut le mérite de revigorer l’économie essentiellement agricole de cette province enclavée. Mais quelque furent ses mérites, ils furent masqués par le scandale des « villages du SIDA ». Des dizaines de milliers de paysans pauvres du Henan contractèrent le SIDA en vendant leur sang dans des centres de prélèvement illégaux – et insalubres. Cette macabre pratique avait commencé avant l’arrivée de Li dans le Henan. Cependant, Li fut conspué par les ONG internationales pour avoir échoué à mettre un terme rapidement à cette honte nationale. De plus, il a été critiqué pour avoir harcelé, si ce n’est persécuté, des humanitaires, comme le docteur Gao Yaojie dont la renommée est internationale25. En préparation de son éventuelle promotion au Comité Permanent, Hu Jintao affecta Li Keqiang en 2004 dans la province industrielle du Liaoning dans le nord-est du pays. Ses résultats furent meilleurs dans le Liaoning. Par exemple, il fit beaucoup pour que des multinationales implantent des usines high-tech dans cette province touchée par la crise industrielle. Sur le plan social, il fut en mesure de reloger des dizaines de milliers de travailleurs illégaux de la capitale provinciale Shenyang dans des nouveaux logements sociaux construits par les autorités26.

  • 27 Pour une discussion sur la manière dont Li Keqiang s’est saisi du problème de la sécurité alimentai (...)

31Cependant depuis qu’il assume le poste de vice-premier ministre en mars 2008, la performance de Li a été assez médiocre. On peut prendre l’exemple de ses portefeuilles ministériels pour réduire la bulle spéculative de l’immobilier ou pour assurer la sécurité alimentaire. Alors que la spirale à la hausse des prix de l’immobilier a été ébranlée grâce à une série de décrets étatiques, les appartements urbains demeurent toujours inabordables pour la plupart des Chinois. De plus, Li s’est montré incapable d’empêcher que les promoteurs immobiliers, y compris de nombreuses entreprises d’État, ne thésaurisent sur le prix des biens immobiliers – pratique peu éthique si ce n’est illégal. En tant que directeur de la Commission Nationale pour la sécurité Alimentaire, Li doit assumer la responsabilité des scandales sanitaires à répétition concernant les alcools frelatés, les tofus où l’on retrouve du plâtre dans la composition, le lait enrichi par du cuir hydrolysé et l’huile de cuisine provenant du « recyclage » de saindoux récupéré dans les égouts27.

  • 28 Pour une discussion sur les caractéristiques politiques de Li Keqiang et son leadership potentiel, (...)

32Li Keqiang jouit d’avantages distincts – et importants – sur Xi Jinping. Premièrement, alors qu’ils n’ont que peu de différences d’âges, Li est bien au fait des questions internationales y compris les questions de droit international et d’économie. Sa formation en droit et en économie à l’Université de Pékin est très impressionnante. De plus, Li est plus conscient de l’importance des réformes politiques et structurelles. Alors qu’il était encore étudiant en droit à Beida, Li impressionna ses camarades de promotion et ses professeurs par sa grande connaissance de la pensée politique occidentale. Des possibles nouveaux membres du Politburo que le 18e Congrès confirmera, il est sans doute celui le plus à l’aise en anglais. Certains des ouvrages britanniques qu’il a traduits en chinois sont toujours utilisés dans les facultés de droit en Chine. Son enthousiasme pour la réforme politique s’est vu lors de discours qu’il prononça comme leader étudiant à Beida28.

  • 29 Pour une discussion sur la conception de Li des « super-ministères », voir par exemple, Willy Lam, (...)

33Après avoir intégré la haute hiérarchie de la Ligue de la Jeunesse Communiste – et qu’il fut préparé à devenir un des futurs dirigeants du Parti et de l’État – Li a cessé de parler de la réforme politique. Cependant, immédiatement après sa nomination comme vice-Premier ministre en mars 2008, il a aidé Wen Jiabao à concevoir certains changements structurels au sein du gouvernement central. Ceci a concerné l’octroi davantage de pouvoir au Ministère de la protection de l’environnement et à la création de « super-agences » en charge de la sécurité alimentaire et énergétique. En 2008, Li voulait également créer un « super-ministère » pour tous les moyens de transports : aérien, ferroviaire, routier. Cependant ce plan échoua à cause de l’opposition du ministre des chemins de fer de l’époque Liu Zhijun, qui était très proche de Jiang Zemin et de Hu Jintao. Cependant, après que Liu fut condamné pour corruption en 2011 – mais aussi à cause des problèmes que la Chine connut lors du lancement de son train à grande vitesse et la catastrophe de Wenzhou le 23 juillet 2011 – le plan de Li pourrait bien se concrétiser après son arrivée à la tête du gouvernement29.

34L’une des grandes questions concernant l’administration Li-Xi est : y aura-t-il des dissensions entre les deux leaders ? Si une lutte de pouvoir venait à se développer entre la faction des « princes rouges » et celle de Ligue de la Jeunesse, cela pourrait prendre la forme d’une rivalité intensifiée entre les deux hommes. Par exemple, alors que Li en tant que Premier ministre est en charge de l’économie, il est possible que Xi Jinping interfère dans son travail. Ceci se fait à la lumière du fait qu’en Chine, le Parti prime sur le gouvernement dans presque tous les domaines. Il est possible qu’après le XVIIIe Congrès, Xi héritera du poste de Hu Jintao comme président du Groupe Directeur du PCC sur l’Économie et la Finance (GDEF) – et Li, comme le Premier ministre Wen Jiabao, deviendra le vice-président de ce groupe. Les principales politiques économiques – comme la valeur du renminbi, le taux d’intérêt et les principales questions commerciales avec les États-Unis, l’UE ou le Japon – doivent recevoir l’aval du GDEF, même si le cours des actions est invariablement recommandé par les départements du Conseil d’État. Depuis le début des années 1980, il est de notoriété publique que les Secrétaires généraux du PCC et les Premiers ministres – y compris Hu Yaobang et Zhao Ziyang ; Zhao Ziyang et Li Peng ; Jiang Zemin et Zhu Rongji et Hu Jintao et Wen Jiabao – ont des vues différentes et parfois des conflits concernant des politiques économiques ou financières spécifiques. Les conflits entre Xi et Li pourraient aussi être exacerbés. Le XVIIIe Congrès, en effet, risque d’entériner l’arrivée de Wang Qishan au Comité Permanent. Or, ce dernier est un dirigeant très charismatique et proche de Xi Jinping, car étant comme lui un « prince rouge ». Wang est plus expérimenté que Li dans les questions financières. Ainsi, le scénario où Xi et Wang travailleraient de concert pour « créer des ennuis » à Li dans la formulation ou l’exécution des politiques économiques ne peut pas être écarté.

B. Wang Yang peut-il devenir le nouveau porte-étendard de la réforme ?

  • 30 Pour une description de la vision qu’a Wen de la réforme politique, voir par exemple, Jamil Anderli (...)

35Parmi les intronisés potentiels au Comité permanent, seul Wang Yang peut se vanter de non seulement avoir parlé des aspects les moins controversés de la réforme politique, mais aussi de les avoir appliqués. En fait, depuis que Wang, l’ancien secrétaire du Parti de Chongqing, occupe ses fonctions actuelles en 2007, il partage les feux de la rampe avec le Premier ministre Wen Jiabao comme faisant partie de la poignée des hauts dirigeants du PCC à être d’ardents défenseurs de la réforme politique. Il y a cependant une différence frappante entre Wen et Wang, dont le surnom est le « jeune shérif ». Le premier aime à répéter les fameux dictum délivrés par Deng Xiaoping, comme « sans réforme il n’y a que la route de la perdition ». Cependant le futur retraité Wen a échoué à fixer une feuille de route claire pour atteindre cette libéralisation30. Wang, de son côté, est allé considérablement plus loin tant dans la théorie que l’application de la réforme.

  • 31 Pour une discussion sur le côté réformiste de Wang Yang, voir par exemple, « Merkel raises Wang Yan (...)

36Bien plus que le Premier ministre Wen, Wang Yang a insisté sur la participation des masses dans le processus politique. Dans un discours politique très remarqué début juin 2012, Wang a déclaré aux cadres du parti de la province de Canton que « nous devons chasser les mauvaises idées selon lesquelles le peuple serait redevable au Parti pour son bien-être ». De plus, le natif de la province du Anhui a donné une explication convaincante de pourquoi il est plus que jamais difficile de ressusciter la réforme. Wang a déclaré à des journalistes Chinois et étrangers à l’Assemblée Nationale Populaire au printemps 2012 que « lors des premières années de la réforme les obstacles [à la réforme] étaient principalement dus à des différences idéologiques. Désormais les principaux problèmes auxquels la réforme est confrontée proviennent de la configuration interne [des groupes au sommet] ». La proposition de Wang pour s’attaquer à ce problème était audacieuse : « pour résoudre les problèmes des groupes d’intérêts qui repoussent la réforme, nous devons premièrement opérer par chirurgie au sein du parti et du gouvernement »31.

  • 32 Pour une discussion sur l’impact de l’incident du village de Wukan sur la démocratie locale en Chin (...)

37La contribution de Wang la plus notable à la libéralisation du système politique aura été sa gestion non orthodoxe de la crise du village de Wukan à la fin de l’année 2011. Au début de décembre cette année-là, près de 20 000 paysans de Wukan, un village du sud de la province de Canton, ont changé les principaux cadres communistes locaux et ont établi leur propre administration. Les officiels soupçonnés de corruption furent accusés d’avoir vendu la terre des paysans à un promoteur de Hong Kong sans donner aux paysans une compensation adéquate. Les autorités ont, d’abord, fait encercler le village par des milliers de policiers et de membres des forces anti-émeutes. Wang, cependant, a décidé de reconnaître les droits des villageois et de ne pas pénaliser les « leaders de la rébellion ». De nouvelles élections eurent lieu début janvier 2012 et Lin Zulian, le cerveau de cette « insurrection paysanne », fut élu nouveau chef du village de Wukan. La vente des terres initiale fut annulée et plusieurs officiels furent arrêtés pour corruption32.

  • 33 « Wang Yang: Use the experience and lesson of Wukan in the construction of the province’s village-l (...)

38Wang avait indiqué que le « modèle de Wukan » sera appliqué au reste de la province. « Le “modèle de Wukan” n’était pas seulement destiné à résoudre les problèmes à l’intérieur du village, mais il devait aussi servir de référence dans la réforme de la gouvernance des villages à travers toute la province de Canton » a-t-il déclaré aux médias chinois. Wang ajoutait que « les compétences démocratiques du peuple augmentent significativement dans cette société en changement » et que « c’est quand leurs appels pour leurs droits ne sont pas pris avec assez d’attention, que les incidents de masses interviennent »33. Tous les problèmes n’ont pas été résolus à Wukan. Ainsi, seule une petite partie des terres expropriées illégalement a été rendue aux paysans.

  • 34 « Li Chengyan: The Wukan experience should be applied nationwide », Phoenix TV News, 15 mars 2012, (...)
  • 35 « Guangdong: 13 members of the Standing Committee of the provincial party committee will be picked (...)

39Cependant, de nombreux intellectuels libéraux ont milité pour l’application à l’ensemble du pays du « modèle de Wukan ». « L’expérience de Wukan a fait avancer la participation démocratique des paysans dans l’administration des villages » a déclaré Li Chengyan professeur de sciences sociales à l’Université de Pékin, « cet exemple réussi de gestion démocratique par le bas devrait être dupliqué partout en Chine ». La province de Canton est aussi l’une des premières expérimentations de la démocratie intraparti ». Avec la province du Jiangsu, Canton a été pionnière dans la manière relativement ouverte dont les cadres moyens du parti ont été sélectionnés. Les candidats pour les postes jusqu’à vice-directeurs des principaux départements du pouvoir provincial doivent réussir un test d’opinion publique. Les candidats retenus doivent aussi prendre part à des débats publics qui sont parfois diffusés à la télévision34. Lors du Comité du Parti qui a eu lieu en juin 2012, les membres du Comité permanent du PC local ont été choisis via le cha’e ou des élections pluralistes. Ainsi les 906 délégués du Congrès ont voté à bulletin secret pour choisir treize dirigeants parmi une liste de quatorze candidats. Par le passé les hauts dirigeants du Guangdong comme tous ceux des autres régions étaient « élus » par le deng’e ou élections non concurrentielles35.

  • 36 Pour une discussion sur les politiques concernant les ONG dans le Guangdong, voir par exemple, Hong(...)
  • 37 Pour une discussion sur la relative liberté de la presse dans le Guangdong, voir par exemple, Mark (...)

40Autre élément significatif, le « jeune shérif » Wang a autorisé la société civile aux caractéristiques chinoises à jouer un rôle relativement important dans les affaires provinciales. La province du Guangdong est celle qui accorde le plus de latitudes dans le pays aux ONG pour intervenir dans des domaines comme les affaires sociales ou la protection de l’environnement. Ceci suit l’idée de Wang comme quoi l’administration doit opérer une mue d’une « gouvernance totale » à une « gouvernance limitée ». Il soulignait que organisations sociales et ONG devraient être autorisées à « prendre en charge certains aspects des affaires sociales et des services sociaux »36. La province du Guangdong a aussi gagné une réputation de tolérance relativement élevée pour la critique du Parti et du gouvernement par les médias. Des publications aussi connues que Southern Weekend et Southern Metropolitan News ont été saluées pour leur traitement audacieux de sujets ou de personnalités politiques controversés. Par exemple, ces deux journaux ont publié des articles sur des dissidents et des intellectuels censurés par les autorités comme l’artiste rebelle Ai Weiwei ou le journaliste d’avant-garde Li Datong. Wang a même exhorté les journalistes à « donner la parole aux masses »37.

  • 38 Pour une discussion sur le manque de démocratie dans les élections pour les parlements locaux de 20 (...)

41Peu de temps après que Wang ait pris ses fonctions comme chef du parti dans la province du Guangdong à la fin 2007, il lança un pavé dans la marre en appelant les cadres du parti et les intellectuels de tout le pays à commencer « la troisième vague de libéralisation de la pensée » du PCC. Il ressort, cependant, de ces quatre et demie de mandat qu’il n’a accompli qu’une petite partie de son programme. Prenons par exemple la participation populaire à la politique à travers les élections villageoises. Lorsque les élections furent organisées, à l’été 2011 pour élire les députés des villes, et les représentants du parti des villages ainsi que les assemblées de quartier dans les grandes villes, les candidats indépendants se sont vus refuser leur éligibilité et n’ont pas pu prendre part aux élections. Ceci s’est fait en dépit de la loi qui veut pourtant que tout citoyen chinois puisse se présenter à une élection comme candidat non affilié s’il, ou elle, réunit au moins cinquante signatures de la circonscription électorale concernée38.

  • 39 « Deputy Director of the Propaganda Department of Guangdong Province appointed Party Secretary of t (...)

42La répression contre les candidats indépendants montre que les réformateurs comme Wang sont contraints de faire des concessions à l’impératif du wei-wen, et ceci inclut de reprendre en main plus fermement la presse de Canton qui tente courageusement de faire du journalisme d’investigation. Une indication récente de cette érosion de la liberté de la presse est qu’un commissaire du parti de carrière, le sous-directeur du département de la propagande de la province de Canton – Yang Jian, a été nommé au début de juin 2012 secrétaire du parti du Nanfang Daily Media Group, qui détient le Southern Weekend et d’autres journaux de la province connus pour leur franc-parler. Yang Jian a remplacé Yang Xingfeng, qui avait commencé sa carrière de journaliste comme reporter au sein du Nanfang Daily en 1982. De la même manière, Chen Zhong, le rédacteur en chef – plutôt libéral – du journal de Canton le Nanfeng Chang (La fenêtre sur le vent du sud), un journal d’investigation respecté, a été remplacé l’an passé par Zhou Chenghua, un cadre de la propagande connu pour être un censeur rigoureux. Ceci rompt la longue tradition dans les médias cantonais de nommer d’anciens journalistes, et non des commissaires politiques, à la tête des médias39.

5. Vers une domination de la sixième génération de dirigeants par les membres de la Ligue de la Jeunesse Communiste

  • 40 Willy Lam, « Changing of the Guard: Beijing grooms sixth-generation cadres for 2020s », China Brief(...)

43La sixième génération de dirigeants (globalement ceux nés dans les années 1960) est préparée à prendre le pouvoir lors du 20e Congrès du Parti en 2022. Alors que cela peut paraître bien éloigné, il est dans la tradition chinoise de préparer les futurs dirigeants longtemps en avance. Ayant été au pouvoir depuis 2002, Hu a été en mesure d’élever plusieurs cadres de la faction de la Ligue de la jeunesse communiste de la sixième génération à des postes importants. Au début de 2012, la majorité des officiels nés dans les années 1960 qui ont été promus à des postes ministériels sont des protégés de Hu. Selon Mao Shaolong, professeur d’administration publique à l’université Renmin, ce n’est pas par accident que tant de cadres affiliés à la Ligue de la jeunesse ont été catapultés à des fonctions importantes. « La Ligue de la jeunesse communiste est l’unité du Parti qui forme les talents » dit-il. « Les jeunes officiels qui sont passés par le système de la Ligue progressent plus vite [dans la hiérarchie] ». Le professeur Mao a aussi noté qu’ils ont eu de nombreuses opportunités de montrer leur valeur dans des postes tant dans l’administration du pouvoir central qu’en régions40.

  • 41 Pour une discussion sur les cadres de la sixième génération de dirigeants, voir par exemple, « An a (...)

44Parmi les étoiles montantes de cette sixième génération, on distingue Hu Chunhua (né en 1963) et Zhou Qiang (né en 1960), respectivement secrétaires du Parti de la région autonome de Mongolie intérieure et de la province du Hunan. Tout comme le président Hu Jintao et le premier vice-Premier ministre Li Keqiang, Hu Chunhua et Zhou Qiang sont d’anciens premiers secrétaires du Parti de la Ligue de la jeunesse. Parmi les autres politiciens de la sixième génération affiliés à la Ligue, se distinguent Nur Bekri (né en 1960) le président de la région autonome du Xinjiang ; le premier secrétaire du parti de la province de Hebei – Zhao Yong (né en 1963) ; le vice-secrétaire du Parti de la province du Anhui – Sun Jinlong (né en 1962) et Yang Yue (né en 1968) le secrétaire du parti de Fuzhou la capitale de la province du Fujian, un poste autrefois occupé par Xi Jinping41.

  • 42 Pour une discussion sur la désignation en 2007 de Xi Jinping par Jiang Zemin comme successeur de Hu (...)

45La trajectoire de la carrière de Hu Chunhua (qui n’a pas de liens de famille avec le président Hu) et de Zhou Qiang mérite qu’on s’y attarde. En effet au moins l’un des deux a de bonnes chances d’intégrer le Politburo (comme membre ordinaire du Politburo) en 2012. Ce qui en fera les leaders des dirigeants de la sixième génération et les successeurs de Xi Jingping quand celui-ci se retirera de son poste de Secrétaire général lors du XXe congrès du PCC en 2022. En fait, il est probable que le président Hu Jintao poursuive la tradition de gedaiqindian jiebanren (désigner le successeur de son successeur) qui a été initiée par Deng Xiaoping lors du XIVe Congrès du PCC. À cette occasion Deng avait pris par surprise Jiang Zemin en élevant le secrétaire du parti du Tibet d’alors, Hu Jintao, au Comité permanent. Concrètement ceci revenait à nommer Hu (qui n’avait que 49 ans à l’époque) comme leader de la quatrième génération de dirigeants ; ce qui le désignait comme successeur de Jiang. Lors du XVIIe Congrès du PCC, Jiang a manœuvré de la même manière pour que le secrétaire du parti de Shanghai d’alors Xi Jinping – non pas Li Keqiang qui était pourtant sixième dans la hiérarchie du Parti – accède au poste de Secrétaire général du parti en 201242.

  • 43 Pour une discussion sur la carrière de Hu Chunhua, voir par exemple, « Why has Hu Chunhua accomplis (...)

46Les carrières de Hu Chunhua et de Zhou Qiang, qui sont tous deux natifs de la province centrale du Hubei, sont typiques de la plupart des étoiles montantes de la faction de la Ligue. Ils ont d’abord gagné leurs premiers galons au sein de la Ligue puis ont été nommés gouverneurs – puis chefs du Parti – de provinces afin de tester leur valeur. Hu émergea au niveau national quand il fut nommé Secrétaire du Parti de Mongolie intérieure fin 2009. Avant cela, il a officié pendant un an et demi à chaque fois comme Gouverneur de la province de Hebei (de 2008 à 2009) et comme Secrétaire du Parti de la Ligue de la Jeunesse Communiste (de 2006 à 2008). La rapidité de son ascension dans la hiérarchie n’a pu être possible que grâce à l’implication personnelle du président Hu Jintao43.

  • 44 Pour une discussion sur le parcours et les caractéristiques de Sun Zhengcai, voir par exemple, « Su (...)

47C’est une preuve de la domination des tuanpai que seuls une poignée de cadres de la sixième génération qui ne sont pas affiliés à la Ligue sont parvenus au statut ministériel. À la tête de ce groupe on trouve le Secrétaire du Parti du Jilin, Sun Zhengcai (né en 1963), qui est un technocrate et non un fonctionnaire du parti. Expert reconnu dans les questions agricoles, Sun a travaillé dans l’appareil politico-partisan de la municipalité de Pékin avant qu’il ne soit nommé ministre de l’agriculture en 2006 par le Premier ministre Wen Jiabao. Comme Jilin est une province essentiellement agricole, Sun y aura amplement l’opportunité de faire ses preuves comme un agronome sur le terrain ainsi que comme un réformateur économique. Et comme il a l’expérience des hautes sphères du pouvoir tant au niveau du gouvernement central que provincial, Sun a de bonnes chances d’avancements futurs en particulier au sein du Conseil d’État. En effet, il est pressenti pour être le successeur potentiel de Li Keqiang comme Premier ministre en 202344

  • 45 Pour une discussion sur les caractéristiques des membres la faction de la Ligue de la jeunesse comm (...)
  • 46 Sur ce point voir notament, « Li Yuanchao: Selecting virtuous cadres should first examine their pol (...)

48Étant donné que la plupart des membres de la faction de la Ligue sont des danggong de longue date ou apparatchiks du parti – et qu’ils ont un accès facile au chef suprême Hu – les cadres tuanpai sont généralement considérés comme étant dans la rectitude politique et bien informés à propos des impératifs du pouvoir central. Bien plus significative pour le futur du pays, cependant, est la question de savoir si les membres de la faction de la Ligue peuvent s’acquitter eux-mêmes de la tâche de s’attaquer aux défis de plus en plus complexes auxquels la Chine du XXIe siècle aura à faire face. Les cadres de la Ligue de la Jeunesse Communiste auront été traditionnellement experts dans trois domaines : l’idéologie (y compris « moderniser le marxisme pour la Chine du XXIe siècle ») ; la propagande ; les affaires de discipline et du personnel politique45. Dans sa longue histoire, il y eut des esprits brillants – et libéraux – au sein de la Ligue de la Jeunesse Communiste, comme Hu Yaobang et l’ancien directeur de la propagande Zhu Houze, qui se sont illustrés dans la libéralisation politique et idéologique. Suivant les pas du président Hu, cependant, la plupart des cadres tuanpai de la cinquième génération, sans parler de ceux de la sixième génération, ont évité la question controversée de la réforme politique, afin de satisfaire le critère de « moralité », le politiquement correct. Cependant, les vétérans danggong semblent plus adeptes du fait de démontrer de la fiabilité politique et d’éviter de faire des erreurs plutôt que d’expérimenter des idées nouvelles qui peuvent être considérées comme risquées et idéologiquement suspectes46.

49À l’exception possible de Li Keqiang, les hauts cadres membres de la Ligue de la Jeunesse Communiste n’ont généralement pas d’expertise dans les questions d’économie internationale et de haute technologie, les deux domaines où la Chine se doit d’exceller afin de maintenir sa compétitivité. Dans ces questions de fond et non idéologiques de la gouvernance, les tuanpai semblent moins bien armés et compétents que les technocrates ou les « rapatriés », une référence faite aux fonctionnaires ayant obtenus des diplômes d’études supérieures dans les universités Occidentales. Pour ce qui est de leur éducation, de leur formation et de leur expérience professionnelle, tant Hu Chunhua que Zhou Qiang semblent avoir des carences dans leurs connaissances de la culture et des institutions occidentales et semblent avoir été peu en contact avec l’Occident.

Conclusion

50Depuis le massacre de la place Tiananmen, les critiques n’ont pas manqué pour souligner que le gouvernement autoritaire et réactionnaire va imploser tôt ou tard. Après tout, les régimes dictatoriaux dans les pays de l’ancien bloc de l’Est – comme la Géorgie, l’Ukraine ou le Kyrgyzstan – ont été chassés du pouvoir par le peuple lors de révolutions au milieu des années 2000 ; et le printemps arabe a éclaté avec la puissance d’une tornade en 2011. Toutefois, les autorités du PCC ont défié les prédictions les plus moroses principalement en raison de la rapidité à laquelle le gâteau économique s’accroît. Il est vrai que la majeure partie de la nouvelle richesse a été siphonnée par les secteurs monopolistiques au sein de la direction du parti (et les principaux clans au sein de celui-ci) et par les grandes entreprises, dont beaucoup sont dirigées par des princes et autres cadres bien connectés politiquement. Pourtant en raison de l’effet d’entraînement, la classe moyenne – et même les ouvriers et les paysans – a vu leur niveau de vie s’élever. Les classes les plus défavorisées nourrissent désormais des espoirs pour leurs enfants. Cependant, le scénario va considérablement changer si le gâteau économique cesse de croître à un rythme aussi rapide. Si le chômage – en particulier parmi les secteurs désavantagés comme les travailleurs migrants et les paysans – venait à s’aggraver ; et si les membres des classes inférieures avaient des difficultés à joindre les deux bouts, ces derniers n’auraient alors pas d’hésitations à se joindre à une révolte de grande envergure contre l’administration du PC.

  • 47 Cité dans Tom Orlik, « Unrest grows as economy booms », Wall Street Journal, 26 septembre 2011, htt (...)
  • 48 Pour étude sur l’importance des internautes en Chine, voir par exemple, Gary King, Jennifer Pan, Ma (...)

51Il semble certain que pour le reste des années 2010 et pour les années 2020, le taux de croissance de la Chine va diminuer : c’est une loi naturelle – et de l’économie ! Et on a déjà des preuves du développement rapide d’incidents : des émeutes et des manifestations à travers tout le pays. De tels incidents se sont multipliés en passant de 70 000 à 80 000 cas par an au milieu des années 2000 à près de 180 000 cas par an en 2010 et 201147. Il est vrai qu’à ce jour, il n’y a pas de réseau national de dissidence semblable au mouvement Solidarnosc de la Pologne des années 1980 ou des mouvements d’opposition de Libye, Tunisie ou d’Égypte en 2011. Pourtant l’extraordinaire croissance d’internet et des microblogs (les versions chinoises de Facebook et de Tweeter) ont fait d’incidents apparemment isolés des événements nationaux. Il y a aujourd’hui 450 millions d’internautes en Chine et 300 millions d’utilisateurs de microblogs. La « police de l’internet » met tout en œuvre pour éviter que les internautes n’organisent une révolte contre le parti à la manière de la révolution de jasmin48.

  • 49 Cité dans « Sixth Plenary Session of the 16th Central Committee pass Resolution on the Construction (...)

52Après trois décennies de politique de réforme économique, la Chine s’est métamorphosée d’un État sans classes, où tout le monde était aussi pauvre mais où il n’y avait que peu de jalousie, en un État où les différentes classes se disputent sur la façon dont le gâteau économique est découpé. L’idée de « construire une société d’harmonie » – l’un des slogans clés de la période Hu – est de s’assurer que les classes défavorisées – comme les travailleurs migrants, les paysans et les ouvriers – ne seront pas exploitées par le développement rapide d’une classe d’hommes d’affaires nouveaux riches. Lors d’une session plénière du Comité permanent du PCC en 2006, le président Hu a exhorté le parti à inaugurer une société juste et sans heurts par « la promotion de relations harmonieuses entre les partis politiques, les groupes ethniques, les religions et les différentes strates [sociales] ». Le chef du parti a souligné l’importance de « l’égalité et la justice sociales » comme des prérequis à l’harmonie sociale49.

  • 50 Pour une discussion sur le fossé entre riches et pauvres en Chine, voir par exemple, Fang Xuyan & L (...)

53Pour que le PCC puisse faire office de médiateur efficace – ou d’arbitre – entre les différents groupes sociaux de Chine, il faut que le Parti soit vu comme neutre et équitable. Depuis les années 1980, cependant, les échelons supérieurs du PCC ont cimenté ce que les critiques ont appelé une « alliance contre nature » avec les grands intérêts commerciaux, dont un grand nombre d’entreprises lucratives gérées par les amis ou les enfants des cadres dirigeants du parti. Depuis, cette alliance est devenue la nouvelle aristocratie de la Chine – et dans bien des cas, les nouveaux oppresseurs. La triste réalité de cette structure de classe injuste est mise en évidence par l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, entre les nantis de la côte orientale et les pauvres de l’intérieur des terres. 70 % de la richesse du pays est contrôlée par 0,4 % de la population. Les experts disent que le coefficient de Gini de la Chine – une mesure de l’écart entre riches et pauvres dans un pays – a augmenté de 0,16 dans les années 1980 à près de 0,5 en 2010. Un coefficient de 0,4 est considéré comme « un seuil dangereux » pour l’agitation sociale50.

  • 51 Cité dans « 91 % think new rich use government connections », China Daily, 9 février 2010, http://w (...)

54Environ 90 % des milliardaires chinois sont les enfants ou les parents de hauts dirigeants du Parti. D’après le Money Week, un magasin populaire détenu par le très officiel Nanfang Daily, le patrimoine total des trois mille familles les plus riches de Chine – qui comprennent un grand nombre de membres actuels ou passés du Politburo – a atteint 1 690 milliards de yuans. L’antagonisme de classe entre les riches et les pauvres s’est intensifié. Un sondage de début 2010 réalisé par le Quotidien du Peuple montrait que 91 % des Chinois ordinaires pensent que cette classe de nouveaux riches a bénéficié de réseaux de relations (guanxi) ou de liens avec les cadres de l’État-Parti. Alors que 42 % des sondés déclaraient avoir une mauvaise opinion de ces parvenus aux mains sales51. Les années 2008 et 2009 ont vu un grand nombre « d’incidents de masses » qui ont été déclenchés parce que des travailleurs pauvres ou des paysans ont été renversés par des BMW ou des Mercedes-Benz en excès de vitesse. Dans certains cas, les riches conducteurs de ces voitures de luxe ont été molestés par la foule en colère.

  • 52 5,40 €, N.D.T.
  • 53 Cité dans Sun Liping, « Analysis of the dual structure in Chinese society », China Reform Forum (Be (...)

55Sous le gouvernement Hu Jintao-Wen Jiabao, des slogans comme « donner la priorité au peuple » et « rechercher le bien-être du peuple » traduisaient la volonté de diffusion de la richesse afin d’améliorer les conditions de vie des classes défavorisées. Par exemple, la taxe agricole a été abolie en 2005. Plus important encore, les services sociaux, comme l’assurance-maladie et même les prestations vieillesses, ont été progressivement étendus aux villes comme aux campagnes. Jusqu’au milieu des années 2000, Pékin avait largement suivi la politique maoïste qui consistait à ne fournir une couverture sociale qu’aux habitants des villes. Il y a cependant un fossé énorme entre les droits des gens de la ville par rapport à ceux des campagnes. Par exemple, l’assurance-maladie des paysans ne couvre pas la plupart des opérations chirurgicales. À partir de début 2010, les personnes âgées de certains villages choisis ont droit à une allocation mensuelle de 55 yuans52, alors que le paiement des pensions pour les travailleurs urbains est au moins de 1 000 yuans par mois. D’après le très respecté sociologue Sun Lipeng de l’Université Tsing-hua, le niveau de vie des villages est six fois inférieur à celui des villes. La moyenne mondiale de l’écart urbains-ruraux n’est que d’une fois et demie53.

  • 54 Pour une discussion sur la situation critique des travailleurs migrants, voir notamment Hsiao-Hung (...)

56Mises à part ces politiques de redistribution, il n’y a aucune indication qui donne à croire que la direction du PCC est sur le point de changer les règles du jeu qui servent à perpétuer les inégalités sociopolitiques et économiques. L’exemple le plus évident est celui du hukou – ou système de permis de résidence – qui a été introduit au milieu des années 1950 pour séparer les ruraux des urbains. En raison de cette restriction maoïste, les paysans ne peuvent ni s’installer ni travailler librement dans les villes. Depuis le début de l’ère des réformes, deux cents millions de paysans sont partis travailler dans les villes. Cependant, ces travailleurs migrants sont des citoyens de seconde classe : ils ne peuvent pas obtenir des cartes d’identités de résidents permanents en villes et leurs enfants ne peuvent pas être inscrits dans les écoles publiques – qui sont bien mieux équipées – réservées aux enfants nés dans les villes54. Plus important encore, tant les ouvriers que les paysans ne sont pas autorisés à rejoindre un syndicat ou toute autre organisation dont le but serait de négocier des hausses de salaires ou des prix plus élevés pour les produits agricoles. Alors que 20 % des sièges du Comité Central du PCC sont réservés pour les généraux de l’Armée Populaire de Libération et de la Police Armée du Peuple, il n’y a pas de représentants de bonne foi des paysans et autres travailleurs au sein des plus hautes instances de l’État.

57La première tâche du nouveau Comité Permanent du Politburo sous la direction de Li et Xi sera de réformer un système politique archaïque et qui n’a pratiquement pas évolué depuis 1949. Après la chute de la bande des quatre, Deng Xiaoping a brièvement avancé l’idée de réformes politiques. Mais le processus de libéralisation a été stoppé avant même la répression de Tiananmen en 1989. Après que les armes se turent le 4 juin 1989, les institutions politiques du pays ont connu une régression marquée. Le pouvoir a été concentré comme jamais auparavant dans les échelons supérieurs du Parti. En outre, le mécanisme de contrôle – c’est-à-dire un système d’État-policier – a été élargi et rendu omniprésent. La corruption est devenue endémique et institutionnalisée. La grande question dans l’esprit des observateurs chinois et étrangers est de savoir si le ticket Xi-Li aura la volonté et la capacité de réformer ce système archaïque et pathétique. Comme nous l’avons évoqué dans les lignes qui précèdent, quel qu’ait été le dirigeant, les possibilités pour un gouvernement, à l’issue de ce XVIIIe Congrès, de mener de véritables réformes sont minces. La décennie qui s’ouvre semble donc celle d’une incertitude dangereuse accompagnée de poussées de révoltes populaires.

Notes

1 Pour une discussion sur l’État de santé de Jiang Zemin, voir par exemple Edward Wong & Jonathan Ansfield, « Ex-President of China, Said to Be Ill, Appears in Beijing », New York Times, 9 octobre 2011, http://www.nytimes.com/2011/10/10/world/asia/jiang-zemin-re-emerges-in-china.html?_r=1&ref=jiangzemin.

2 Pour une discussion sur le sort de Bo Xilai, voir par exemple, Willy Lam, « Hu Jintao draws blood with the Wang Lijun scandal », China Brief, Jamestown Foundation, Washington, D.C., 2 mars 2012, http://www.jamestown.org/programs/chinabrief/single/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=39092&tx_ttnews%5BbackPid%5D=25&cHash=4c9b60e4f8bf8dd6bc9f171a1e2a5e8c.

3 Sur la question de Wang Lijun, voir par exemple, Chris Buckley & Sui-Lee Wee, « Chinese official takes “leave” in blow to ambitious Bo Xilai », Reuters, 8 février 2012, http://www.reuters.com/article/2012/02/08/us-china-official-idUSTRE8170B920120208 ; Michael Bristow, « Chongqing policeman Wang Lijun mystery deepens », BBC news, 9 février 2012, http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-china-16958981.

4 Pour une discussion sur les éventuelles entrées au Politburo et au Comité permanent, voir Jonathan Brookfield, « Changing of the guard: China’s new Politburo », World Policy Institute, New York, 18 juin 2012, http://www.worldpolicy.org/blog/2012/06/18/changing-guard-chinas-new-politburo.

5 Nom donné, en chinois, aux membres de la Ligue de la Jeunesse Communiste. N.D.T.

6 Pour une discussion sur les différences idéologiques entre les différentes factions au sein du Parti, voir par exemple Willy Lam, « The death of factions within the Chinese Communist Party? », China Brief, Jamestown Foundation, 20 mai 2011, http://www.jamestown.org/programs/chinabrief/single/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=37957&tx_ttnews%5BbackPid%5D=25&cHash=3a553df0cf70250e4f778788ff000fe2.

7 « Political pessimism as 60th anniversary approaches », Wikileaks, septembre 2009, http://wikileaks.org/cable/2009/09/09SHANGHAI405.html.

8 Li Zhangjun, « Xi Jinping talks about attaching importance to classic works during ceremony to mark new semester at the Central Party School », People’s Daily, 14 mai 2011, http://politics.people.com.cn/GB/1024/14635203.html.

9 Li Zhangjun, op. cit.

10 Xi Jinping, « Assiduously push forward the study and research of the theoretical system of socialism with Chinese characteristics », Seeking Truth (Beijing journal), 2 avril 2008. http://news.xinhuanet.com/newscenter/2008-04/02/content_7900953.htm.

11 Chants révolutionnaires, N.D.T.

12 « Xi Jinping talks about upholding the party’s purity », Seeking Truth (revue de Pékin), 16 mars 2012, http://china.huanqiu.com/roll/2012-03/2528962.html.

13 « Xi Jinping lays wreath at Mao Zedong statue during inspection tour to Shaoshan, Hunan », China News Service, 23 mars 2011, http://www.chinanews.com/gn/2011/03-23/2926435.shtml.

14 Pour une discussion sur la carrière dans les affaires des princes héritiers, voir par exemple, Daniel Bardsley, « China’s “princelings” opting for careers in business, not politics », The National (Abu Dhabi), http://www.thenational.ae/news/world/asia-pacific/chinas-princelings-opting-for-careers-in-business-not-politics.

15 Le terme de « seigneur de la guerre » (warlord) fait référence à l’histoire de Chine. Les seigneurs de la guerre désignaient initialement les chefs locaux qui s’étaient arrogé le pouvoir sur ces provinces ou villes à la chute de l’empire Qing en 1911 et qui administraient les régions d’abord dans le souci de leur profit personnel. Le terme est resté dans l’anglais de Hong Kong et désigne similairement les fonctionnaires qui sont installés comme des potentats locaux. N.D.T.

16 Sur la composition et les succès politiques de la caste des princes rouges, voir par exemple, Bruce Einhorn, « After the Bo Affair, China will still have its princelings », Businessweek, 3 mai 2012, http://mobile.businessweek.com/articles/2012-05-03/after-the-bo-affair-china-will-still-have-its-princelings ; voir aussi R.S. Kalha, « The red princelings of China », Institute for Defence Studies and Analyses (New Delhi), 20 avril 2012, http://www.idsa.in/idsacomments/TheRedPrincelingsofChina_rskalha_200412.

17 Ibid.

18 Pour une comparaison entre les personnalités et les parcours de Xi et Bo, voir par exemple, Robert Kuhn, « Xi Jinping rise and Bo Xilai demise: China will move forward with reform, slowly », Christian Science Monitor, 26 mars 2012, http://www.csmonitor.com/Commentary/Opinion/2012/0326/Xi-Jinping-rise-and-Bo-Xilai-demise-China-will-move-forward-with-reform-slowly.

19 Pour une discussion sur les « princes rouges dans l’armée », voir par exemple, Lin Heli, « Factors behind Xi Jinping’s consolidation of power », Apple Daily (Hong Kong), 24 août 2011.

20 Le massif du Jinggangshan, qui se trouve dans la province du Jiangxi, servit de base de replis pour le maquis communiste dirigeait par Mao Zedong en 1927. Aujourd’hui c’est l’un des hauts lieux du « tourisme révolutionnaire ». N.D.T.

21 « Xi Jinping emphasizes the need to develop the villages through reform and innovation, and to strengthen party construction by developing our superior tradition », CCTV, 15 octobre 2008, http://tv.people.com.cn/GB/61600/8179126.html.

22 « Bo Xilai: We must remember forever the ideals and hot-bloodedness of our elder », Chongqing Daily, 2 octobre 2008, http://club.china.com/data/thread/1011/2344/86/22/3_1.html.

23 Pour une discussion sur les résultats de Li Keqiang quand il officiait dans les provinces du Henan et du Liaoning, voir par exemple, Lin Heli, « Why Li Keqiang will not continue the democratic tendencies of Wen Jiabao », Hong Kong Economic Journal (Hong Kong), 10 novembre 2011, http://www.hkej.com/template/forum/php/forum_details.php?blog_posts_id=76148.

24 Le système n’opérant pas de réelle distinction entre les tâches administratives, politiques et partisanes, la plus haute fonction dans une province n’est pas celle de gouverneur mais celle de Secrétaire du Parti. N.D.T.

25 Lin Heli, article cité.

26 Pour une discussion sur le relogement des mingong dans le Liaoning, voir par exemple, « Liaoning’s “No. 1 people’s livelihood project” allows 1.55 million people to say goodbye to squatters’ area », CNTV.cn, 11 janvier 2011, http://news.cntv.cn/20110111/100943.shtml ; Li Keqiang : « Let’s save on other expenses so as to transform the squatters’ district », Xinhua News Agency, 1er mars 2006, http://www.xinhuanet.com/chinanews/2006-03/12/content_6446248.htm.

27 Pour une discussion sur la manière dont Li Keqiang s’est saisi du problème de la sécurité alimentaire, voir par exemple, « Chinese vice premier urges harsh punishments for food safety violations », www.gov.cn, 9 février 2012, http://english.gov.cn/2012-02/09/content_2062190.htm. Voir aussi, Clifford Coonan , « Scandal puts food safety on agenda », The Irish Times, 19 juin 2012, http://www.irishtimes.com/newspaper/finance/2012/0619/1224318189670.html.

28 Pour une discussion sur les caractéristiques politiques de Li Keqiang et son leadership potentiel, voir par exemple, Geoff Dyer, « Who will be China’s next leaders? », Financial Times, 4 mars 2011, http://www.ft.com/intl/cms/s/2/b7106090-4471-11e0-931d-00144feab49a.html#axzz1sG99oIBc.

29 Pour une discussion sur la conception de Li des « super-ministères », voir par exemple, Willy Lam, « Beijing unveils plan for super-ministries », China Brief, Jamestown Foundation, 4 février 2008, http://www.jamestown.org/single/?no_cache=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=4632.

30 Pour une description de la vision qu’a Wen de la réforme politique, voir par exemple, Jamil Anderlini, « Wen lays ground for Tiananmen healing », Financial Times, 20 mars 2011, http://www.ft.com/intl/cms/s/0/13c6fcb2-7285-11e1-9be9-00144feab49a.html?ftcamp=published_links/rss/home_uk/feed//product#axzz1prUo5XIv ; Michael Wines, « Wen calls for political reform but sidesteps details », New York Times, 14 mars 2012, http://www.nytimes.com/2012/03/15/world/asia/china-wen-jiabao-calls-for-political-reform.html.

31 Pour une discussion sur le côté réformiste de Wang Yang, voir par exemple, « Merkel raises Wang Yang’s political star with Guangdong trip », Bloomberg News, 3 février 2012, http://www.businessweek.com/news/2012-02-03/merkel-raises-wang-yang-s-political-star-with-guangdong-trip.html ; Willy Lam, « Wang Yang: The Future Torchbearer of Reform? », Jamestown Foundation, 25 mai 2012, http://www.jamestown.org/programs/chinabrief/single/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=39421&cHash=7c0fbd96ba1b2a4a70b1c367487b3c0f.

32 Pour une discussion sur l’impact de l’incident du village de Wukan sur la démocratie locale en Chine, voir par exemple, Annie Ho, « Wukan election sets precedent for grassroots democracy in China », The Associated Press, 3 mars 2012, http://www.thestar.com/news/world/article/1140624--wukan-election-sets-precedent-for-grassroots-democracy-in-china.

33 « Wang Yang: Use the experience and lesson of Wukan in the construction of the province’s village-level organizations », Guangzhou Daily, 6 mars 2012, http://news.qq.com/a/20120306/000091.htm.

34 « Li Chengyan: The Wukan experience should be applied nationwide », Phoenix TV News, 15 mars 2012, http://news.ifeng.com/mainland/special/2012lianghui/detail_2012_03/15/13214690_0.shtml.

35 « Guangdong: 13 members of the Standing Committee of the provincial party committee will be picked through competitive elections », Nanfang Daily (Guangzhou), 6 mai 2012, http://cpc.people.com.cn/GB/67481/94156/231710/241034/241035/17817098.html.

36 Pour une discussion sur les politiques concernant les ONG dans le Guangdong, voir par exemple, Hong Ruolin, « Guangdong intends to lower the threshold for the registration of non-official organizations », Times Weekly (Guangzhou), 1er décembre 2011, http://news.syd.com.cn/content/2011-12/01/content_25875715.htm.

37 Pour une discussion sur la relative liberté de la presse dans le Guangdong, voir par exemple, Mark MacKinnon, « Is China finally confronting its dark history? », The Globe and Mail, 28 mai 2012, http://m.theglobeandmail.com/news/world/world-view/is-china-finally-confronting-its-dark-history/article4216514/?service=mobile; voir aussi John Garnaut, « Beijing piles pressure on liberal media », The Age (Melbourne), 6 décembre 2008, http://www.ytlcommunity.com/commnews/shownews.asp?newsid=42674.

38 Pour une discussion sur le manque de démocratie dans les élections pour les parlements locaux de 2011, voir par exemple, « China: Vote as I say », The Economist, 16 juin 2011, http://www.economist.com/node/18836744 ; « China: Independent candidate stripped, beaten », Radio Free Asia, 28 mars 2012, http://www.unhcr.org/refworld/country,,,,CHN,,4f7c5a76c,0.html.

39 « Deputy Director of the Propaganda Department of Guangdong Province appointed Party Secretary of the Nanfang Newspaper Group », Caixin Online (Beijing) 3 mai 2012, http://news.sohu.com/20120503/n342262531.shtml.

40 Willy Lam, « Changing of the Guard: Beijing grooms sixth-generation cadres for 2020s », China Brief, Jamestown Foundation, septembre 2010, http://www.jamestown.org/programs/recentreports/single/?tx_ttnews[tt_news]=36874&tx_ttnews[backPid]=63&cHash=458f2e7e50.

41 Pour une discussion sur les cadres de la sixième génération de dirigeants, voir par exemple, « An analysis of personnel changes in five provinces: ministerial-level officials born after 1960 begin their emergence », New Evening Post (Beijing), 1er décembre 2009, http://www.chinanews.com/gn/news/2009/12-01/1992236.shtml.

42 Pour une discussion sur la désignation en 2007 de Xi Jinping par Jiang Zemin comme successeur de Hu Jintao, voir par exemple, Alice Miller, « The case of Xi Jinping and the mysterious succession », China Leadership Monitor, Hoover Institution, printemps 2008, http://media.hoover.org/sites/default/files/documents/CLM30AM.pdf.

43 Pour une discussion sur la carrière de Hu Chunhua, voir par exemple, « Why has Hu Chunhua accomplished a series of “firsts” in Chinese politics », People’s Daily Online, 7 décembre 2009, http://cpc.people.com.cn/GB/64093/64103/10531650.html.

44 Pour une discussion sur le parcours et les caractéristiques de Sun Zhengcai, voir par exemple, « Sun Zhengcai of the post-1960s generation heads the new Jilin administration », People’s Daily, 7 mai 2012, http://politics.people.com.cn/GB/17826008.html.

45 Pour une discussion sur les caractéristiques des membres la faction de la Ligue de la jeunesse communiste, voir par exemple, Willy Lam, « Hu Jintao’s Sixth Generation protégés play safe to ensure promotion », China Brief, Jamestown Foundation, 26 avril 2012, http://www.jamestown.org/programs/chinabrief/single/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=39303&cHash=f7239050eb6f394bc635826a826d3fc8.

46 Sur ce point voir notament, « Li Yuanchao: Selecting virtuous cadres should first examine their political standpoint », Wen Wei Po (édition de Hong Kong), 6 avril 2012. http://news.wenweipo.com/2012/04/06/IN1204060006.htm.

47 Cité dans Tom Orlik, « Unrest grows as economy booms », Wall Street Journal, 26 septembre 2011, http://online.wsj.com/article/SB10001424053111903703604576587070600504108.html.

48 Pour étude sur l’importance des internautes en Chine, voir par exemple, Gary King, Jennifer Pan, Margaret Roberts, « How Censorship in China Allows Government Criticism but Silences Collective Expression », Institute for Quantitative Social Science, Harvard University, 18 juin 2012, http://gking.harvard.edu/gking/files/censored.pdf. Voir aussi Paul Mozur, « New study finds revealing patterns in Chinese Internet censorship », Wall Street Journal, 14 juin 2012, http://blogs.wsj.com/chinarealtime/2012/06/14/new-study-finds-revealing-patterns-in-chinese-internet-censorship/.

49 Cité dans « Sixth Plenary Session of the 16th Central Committee pass Resolution on the Construction of a Harmonious Society », China.com.cn (Beijing), 12 octobre 2006, http://www.china.com.cn/policy/txt/2006-10/12/content_7234080.htm.

50 Pour une discussion sur le fossé entre riches et pauvres en Chine, voir par exemple, Fang Xuyan & Lea Yu, « Government refuses to release Gini Coefficient », Caixin English Online, 18 janvier 2012, http://english.caixin.com/2012-01-18/100349814.html ; Willy Lam, « China: Rich country, poor peasants », Wall Street Journal, 2 juin 2009, http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203946904574301110723410346.html.

51 Cité dans « 91 % think new rich use government connections », China Daily, 9 février 2010, http://www.china.org.cn/china/2010-02/09/content_19392295.htm.

52 5,40 €, N.D.T.

53 Cité dans Sun Liping, « Analysis of the dual structure in Chinese society », China Reform Forum (Beijing), 9 mars 2010, http://www.chinareform.org.cn/Economy/Agriculture/Forward/201006/t20100610_26011.htm.

54 Pour une discussion sur la situation critique des travailleurs migrants, voir notamment Hsiao-Hung Pai, « China’s migrant workers want rights, not handshakes », The Guardian (Londres), 8 juillet 2010, http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/jul/08/china-migrant-worker-strike-action ; Michelle Loyalka, « Chinese labor, cheap no more », New York Times, 17 février 2012, http://www.nytimes.com/2012/02/18/opinion/chinese-labor-cheap-no-more.html.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search