Version classiqueVersion mobile

La Chine aujourd’hui

 | 
Paul André

Introduction. Politique d’ouverture et réformes intérieures : quelles interactions ?

Paul André

Résumé

L’introduction de cet ouvrage présente le lien qui existe entre la politique de réformes économiques menées en Chine depuis 1978 et la place qu’a pris la Chine dans le monde. En entamant des réformes économiques, la société chinoise s’est modifiée et enrichie sans que cela n’ait modifié sensiblement le régime politique. Pourtant des déséquilibres internes (régionaux, sociaux, politiques) sont apparus. D’autre part les réformes n’ont pas été uniformes, si bien que la situation chinoise combine à la fois des éléments hérités de l’ancien système et d’autres issus des réformes. Enfin, ce développement de l’économie chinoise a modifié la place de la Chine dans le monde.

Texte intégral

L’existence même de la Chine pose un problème aux historiens occidentaux. La Bible ne fait pas mention de ce pays. Pour Hegel, l’histoire du monde a débuté avec la Chine primitive et s’est achevée en apothéose par la civilisation allemande. La thèse de Fukuyama sur la « fin de l’Histoire » ne fait que remplacer l’Allemagne par l’Amérique. Mais, soudain, l’Occident a découvert qu’en Extrême Orient il y a cette Chine : un vaste empire avec une longue histoire et un passé glorieux. Tout un monde nouveau a surgi.
Gang Yang, conférence donnée à l’Université Tsing-hua de Pékin en 2006.

1La Chine fascine autant qu’elle inquiète. De cet immense pays, il semble plus adéquat de parler de civilisation, car c’est bien un monde à part dont il s’agit. Longtemps resté sans contact avec l’Occident, l’« Empire sous le Ciel » entre dans le concert des nations en faisant face à l’appétit des puissances impérialistes européennes. Loin des temps troubles de la fin de la dynastie Qing et du maoïsme, la Chine contemporaine est devenue un acteur majeur de la mondialisation. Et certains prédisent déjà qu’elle sera LA puissance du XXIe siècle. C’est tout à la fois un pays intégré à la mondialisation mais qui a su garder ses spécificités culturelles, un géant économique mais qui demeure un régime communiste.

2Cet ouvrage reprend et poursuit un certain nombre de réflexions tenues lors de l’« Année de la Chine » organisée par la Faculté de Lettres et Sciences Humaines de l’Université Catholique de Lille entre octobre 2010 et avril 2011. L’objet de cet ouvrage, en effet, est de tenter de comprendre les dynamiques du développement chinois.

3Quand, à partir de 1978 – d’abord – puis de 1992, la République populaire de Chine s’engage dans une politique de réformes, elle initie en fait deux vastes chantiers. Il s’agit tout à la fois d’une politique de réformes économiques pour une transition vers une économie de marché (officiellement une « économie socialiste de marché aux caractéristiques chinoises ») ainsi que d’une politique dite de la « porte ouverte » visant à sortir la Chine de l’isolement dans laquelle l’avait plongée la révolution culturelle et ainsi attirer les capitaux et les technologies nécessaires au développement du pays.

4En amorçant une transition vers l’économie de marché (marketisation), les autorités chinoises rendaient ainsi le pays plus attractif aux investissements étrangers. Or ceux-ci – en affluant de la périphérie proche d’abord (Hong Kong, Taiwan, Singapour) puis du monde entier – accéléraient ce processus de marketisation.

5Cette politique de réformes va permettre à la Chine de connaître une croissance sans précédents (d’après les chiffres de l’Office national des statistiques de la République populaire de Chine, le taux de croissance annuel du PIB de 1995 à 2005 s’est élevé à 8,5 %). Or, ces changements au niveau économiques ne sont pas sans appeler des transformations à d’autres niveaux. En devenant plus riche, la Chine a vu émerger avec la croissance une vaste classe moyenne. Or les expériences à l’étranger ont montré que, quand la population atteint un seuil de revenus, les aspirations démocratiques se font entendre davantage. Or, si le pays s’est profondément transformé en l’espace de quelques décennies, le régime communiste, lui, demeure inchangé. De plus, il ne faut pas perdre de vue que cette croissance chinoise n’a pas été géographiquement répartie uniformément. On assiste donc à une dichotomie entre une « Chine de l’Est » prospère et majoritairement peuplée de Hans et une « Chine de l’Ouest » plus à la traîne et où se trouve l’essentiel des populations appartenant à des minorités ethniques (Ouïghours, Mongols, Tibétains, pour ne citer que les principaux groupes).

  • 1 Sur ce point, voir notamment Susan Shirk, How China opened its doors, Washington DC, Brooking Insti (...)

6Autre niveau d’analyse, la transformation de l’économie chinoise elle-même. Le processus de transition vers l’économie de marché tel qu’il fut mené en Chine fut, à bien des égards, tout à fait particulier. Il s’agissait, en effet, de réformer une économie de commande fermée fonctionnant sur le modèle soviétique – et qui, donc, donnait la priorité aux industries lourdes – en une économie de marché concurrentielle qui s’insère dans le commerce international en fonction de son avantage comparatif. Cette réforme se caractérise principalement par son gradualisme et l’importance donnée à la décentralisation dans la gestion des affaires économiques et du commerce extérieure1. Ce qui caractérise ce processus aujourd’hui, c’est que la Chine a réussi à transformer certains pans entiers de son économie. Ceci lui a ainsi permis de procéder à des remontées de filières extrêmement rapides qui font que la Chine désormais est en pointe dans certains secteurs high-tech comme les énergies solaires par exemple. Mais la réforme de l’économie chinoise n’a pas été forcément aussi aboutie. Surtout, on constate que cette réforme économique portée par la décentralisation a conduit à un fédéralisme de facto au niveau économique. Enfin, la réforme a vu l’arrivée de nombreuses entreprises étrangères sur le territoire. Les premières firmes à s’y implanter furent notamment taiwanaises – et c’est un enjeu compte tenu des relations entre les deux gouvernements.

7Dernier niveau d’analyse, l’international. Le développement de la Chine s’est aussi traduit par l’affirmation de la Chine. Si elle fut d’abord uniquement préoccupée par son développement économique et la sortie de la pauvreté, – suivant en cela la ligne fixée par Deng Xiaoping dès le début des réformes : « avançons masqués, cachons nos talents » – la Chine, forte de sa prospérité nouvelle est devenue un acteur incontournable des relations internationales. Or, quand un géant d’un milliard trois cents millions d’habitants connaît une croissance à peu près trois fois supérieure à celle de ses voisins, cela ne va pas sans bousculer les équilibres géopolitiques de la région. De plus, cette affirmation de la Chine sur la scène internationale a été rendue possible par la conversion de son poids économique en poids politique. De ce point de vue, l’analyse de la diplomatie économique que la République populaire se révèle fondamentale. Car, si sa diplomatie joue sur son influence économique et cherche, dans le même temps, à renforcer les intérêts économiques chinois, Pékin ne peut plus pour autant faire fi des principaux enjeux géopolitiques. En s’ouvrant au monde, la Chine est devenue plus riche mais ces évolutions remettent en question le fragile équilibre du maintien du Parti communiste chinois au pouvoir.

Structure de l’ouvrage

8Ce travail collectif reprend donc les questionnements soulevés par les trois niveaux d’analyse énoncés ci-dessus et tente d’y apporter des réponses qui se veulent à la fois pluridisciplinaires et contemporaines. Il s’agit donc ici d’un ouvrage de débat qui n’a pas la prétention de l’exhaustivité mais bien de présenter un certain nombre de recherches sur des points qui nous semblent à la fois saillants et éclairants sur le sujet qui est le nôtre. Dans une première partie, c’est l’aspect politique de la Chine contemporaine qui nous intéressera. En effet, trente ans après le lancement de la politique de réformes et d’ouverture, le visage de la Chine a été profondément modifié. Cette première partie visera à voir quelles ont été les évolutions structurelles du régime chinois. De quelle manière la politique chinoise a-t-elle évolué et quelle relation peut-on établir entre l’ouverture de la Chine au monde et sa politique intérieure.

9Dans un premier chapitre, Willy Wo-Lap Lam tentera dresser un tableau de l’État-Parti à la veille du XVIIIe Congrès du Parti Communiste. Ce Congrès marque, en effet, une date charnière puisqu’il scelle le passage de flambeau entre la quatrième génération de dirigeants – celle de Hu Jintao – et la cinquième génération qui arrive aux affaires avec Xi Jinping à sa tête. Alors que le régime politique chinois demeure inchangé, la République populaire de Chine a vu son visage se transformer en l’espace de quelques années. Si les réformes ont été nombreuses (économie, système juridique, relations extérieures, etc.), la nature du régime communiste s’en est-elle trouvée pour autant trouvée modifiée ? Dans quelle mesure peut-on envisager l’avenir du Parti communiste chinois dans un monde post-guerre froide où le communisme semble dépassé et où, en même temps, la Chine s’impose un peu plus chaque jour comme la grande puissance de ce siècle. Ce chapitre étudiera les luttes entre les différentes factions au sein du parti à la veille du XVIIIe Congrès. Tout l’enjeu sera de voir si le ticket Xi Jinping-Li Keqiang sera à même de proposer des solutions innovantes pour résoudre les nombreux problèmes auxquels la Chine est désormais confrontée.

10Le second chapitre abordera la dimension pluriethnique de la République populaire de Chine. Emmanuel Lincot et Paul André se proposent d’aborder la question ouïghoure sous une approche culturelle. L’Ouest chinois est ainsi le point de rencontre entre un monde turcophone de culture persane et arabe et une influence chinoise qui se fait chaque jour sentir davantage. À travers la question des minorités ethniques de l’ouest du pays, il s’agit donc bien de comprendre l’expérience de la Chine dans son rapport à l’Islam et de voir comment peut être pensé l’État multiethnique aujourd’hui.

11La seconde partie de l’ouvrage s’intéressera plus spécifiquement aux problèmes économiques. Si le marché est en plein essor, les différences culturelles, elles, demeurent bien vivaces. Aussi la Chine aborde-t-elle un certain nombre de questions économiques sous un angle qui lui est propre.

12Emmanuel Meneut expliquera ainsi que cette émergence de la Chine constitue une rupture dans l’équilibre des puissances telle que la géopolitique la connaissait depuis la fin de la bipolarité. Cette ascension chinoise est d’abord économique. Or pour assurer son développement, la Chine a un besoin croissant en termes énergétiques. Cette question de l’approvisionnement énergétique d’une économie aussi vaste n’est pas anodine et a très tôt poussé les dirigeants chinois à aborder le sujet sous une optique nouvelle en cherchant à obtenir des sources d’énergie nouvelles au travers des clean tech. Si le développement de ces nouvelles technologies énergétiques permet à la Chine d’alimenter le monde (et au premier rang les États-Unis) en production bon marché, il relève aussi d’un enjeu stratégique entre les deux puissances. Se dessine donc autour du cas particulier des clean tech, la question de la coopération entre puissances rivales.

13Dans le chapitre suivant, Ren Yi s’intéressera à la réforme fiscale et aux comportements des gouvernements locaux dans la Chine contemporaine. En effet, la réforme économique en Chine s’est faite par un double mouvement d’ouverture et de décentralisation. Les gouvernements locaux se sont donc progressivement vus en concurrence les uns avec les autres afin d’attirer les investissements étrangers. L’équilibre entre le contrôle central et l’autonomie locale est un problème éternel dans l’économie chinoise, et le système fiscal chinois a subi de nombreux changements depuis les années 1950. Ce chapitre examinera l’impact de ces changements sur les finances locales et montrer comment les réformes fiscales ont incité les gouvernements locaux à poursuivre le développement économique, en particulier dans le secteur industriel. Pendant la période post-Mao, la décentralisation fiscale a commencé en 1980 avec le slogan « manger en se partageant la cuisine » (fenzaochifan 分灶吃饭 ), et une série de réformes a été mise en application afin de réaliser l’autofinancement des gouvernements locaux. Cependant, cette tentative pour améliorer les relations financières entre le gouvernement central et ceux des provinces s’est extrêmement complexifiée par les changements rapides du système fiscal, ainsi que le décalage entre les revenus et les dépenses apportés par la réforme économique.

14Enfin, Philippe Chevalérias reviendra sur les conséquences pour les firmes étrangères d’une implantation sur le marché chinois au travers du cas tout à fait particulier des entreprises taiwanaises. Les entrepreneurs taiwanais ont commencé à investir en Chine dans les années 1980. De faible ampleur au début, ces investissements se sont fortement accrus dans les années 1990, pour exploser dans les années 2000. Implantés dans un premier temps essentiellement dans les provinces du Sud-Est (Fujian, Guangdong), les hommes d’affaires de l’île ont ensuite progressé le long de la façade littorale d’une part, et vers l’intérieur des terres le long du fleuve Yangzi d’autre part. Ils sont aujourd’hui présents sur l’ensemble du territoire chinois. L’objet de ce chapitre sera de répondre à trois questions. Quelle est la genèse de ce mouvement et les raisons de son évolution ? Y a-t-il un modèle de l’investissement taiwanais en Chine ? Quel avenir pour les firmes taiwanaises en Chine ? À l’aube des années 2010, la tendance est au renforcement des échanges entre les deux rives du détroit, et même à l’intégration de Taiwan dans la sphère économique chinoise, comme le suggère le projet de zone économique sino-taiwanaise (ECFA) du président Ma Ying-jeou. Pourtant, plusieurs éléments sont susceptibles sinon d’inverser, du moins de ralentir ce phénomène.

15La troisième partie de l’ouvrage reviendra sur les aspects internationaux et géopolitiques du développement chinois. La Chine est entrée depuis trente ans dans une phase de croissance sans précédent. Longtemps, la politique étrangère de Pékin se résumait à la célèbre formule de Deng Xiaoping « avancer caché, masquer ses talents ». Aujourd’hui, forte de son nouveau poids économique la Chine est amenée à repenser son rôle sur la scène internationale. Bien consciente qu’une course aux armements avec les États-Unis ne pourrait que lui être défavorable, la Chine ne suit donc pas la voie empruntée par l’URSS avant elle. Elle fonde sa nouvelle puissance sur des outils innovants comme le poids économique ou l’influence culturelle. La montée en puissance de la diplomatie chinoise est une résultante de la montée en puissance de la Chine. Cette diplomatie cherche à assurer l’essor du pays.

  • 2 Jean-Pierre Cabestan, « La montée en puissance de la diplomatie chinoise » in Sophie Boisseau du Ro (...)

16« Plus affirmée, plus sophistiquée, mais aussi plus complexe que lors des décennies passées, cette diplomatie poursuit des objectifs multiples. Pérenniser la stratégie de développement et d’intégration de la Chine à l’économie mondiale en demeure l’axe majeur. Par conséquent, depuis l’adhésion du pays à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), en décembre 2001, tant l’accès aux principaux marchés d’exportations que la sécurisation des approvisionnements en pétrole et autres produits essentiels constituent des impératifs qui pèsent chaque jour un peu plus sur la politique étrangère chinoise. »2 Mais en même temps, Pékin poursuit deux autres objectifs primordiaux. Primo, affirmer une ambition de puissance qui cherche, au moyen de l’arme diplomatique, à faire de la Chine « un grand au-dessus des grands », c’est-à-dire la seule puissance à pouvoir faire contrepoids aux États-Unis. Secundo, garantir la stabilité et l’avenir à long terme du régime via deux moyens : continuer à assurer une croissance rapide et flatter le nationalisme. Nous verrons donc que la politique d’ouverture a intégré la Chine sur la scène internationale et cela a changé son attitude quant à la gestion des différends internationaux.

17Simon Shen montrera ainsi que Pékin a réussi à utiliser le contexte géopolitique de l’après 11 septembre au travers de la lutte anti-terroriste internationale pour poursuivre des objectifs de politique intérieure mais aussi pour maximiser sa position sur la scène internationale.

18Paul André reviendra, ensuite, les perspectives régionales du développement chinois. En effet, depuis le lancement des réformes économiques en 1978, l’économie de la Chine s’est profondément modifiée. La politique de réforme avait deux objectifs : la transition vers l’économie de marché et l’ouverture vers l’extérieur. Cette politique de développement a justifié une politique « de bon voisinage » de la part de Pékin. Aujourd’hui, l’interdépendance croissante de la Chine avec ses voisins et l’évolution du contexte géopolitique obligent la République Populaire à repenser cette politique de bon voisinage et à envisager la possibilité d’une intégration plus poussée avec les membres de l’ASEAN ainsi qu’avec ses voisins immédiats (Taiwan, Corée du Sud). Ce chapitre visera, dans le cadre méthodologique de l’économie politique internationale, à comprendre la stratégie régionale de la Chine et ce que cela implique pour la région Asie Pacifique. En effet, l’hypothèse d’une politique d’intégration régionale de la Chine n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Politique tout d’abord, car une intégration poussée entre la Chine et les autres États d’Asie orientale ne vise-t-elle pas à faire entrer ces États dans la zone d’influence chinoise ? Économique, ensuite, dans la mesure où la construction d’une union régionale intégrant un géant tel que la Chine est-elle toujours possible dans une optique libre-échangiste pour les autres participants ? Institutionnelle, enfin, car comment envisager le fonctionnement concret d’un tel rapprochement régional quand un seul membre pèse plus démographiquement, économiquement et militairement que tous les autres membres réunis ? À travers l’exemple chinois, c’est tout le modèle d’intégration régionale qui est ainsi amené à être repensé.

19Dans le chapitre suivant, Candice Tran Dai abordera la diplomatie économique de la Chine en Asie du Sud-Est. Longtemps marquée par l’influence chinoise, l’Asie du Sud-Est s’est émancipée progressivement à partir du milieu du XIXe de son gigantesque voisin. Le décollage économique entamé à la fin des années 1970, fait de la Chine un nouvel acteur majeur de cette région du monde. Ce chapitre analysera les relations de la Chine avec l’Asie du Sud-Est dans le contexte de la crise économique mondiale. Pékin a développé une stratégie de rapprochement avec ces États, fondée sur les échanges commerciaux, l’investissement et l’aide au développement. Il apparaît que la Chine fructifie mieux que le Japon sur le plan politique sa pénétration économique.

20Enfin la conclusion de ce volume reviendra sur les spécificités du modèle de développement chinois, souvent appelé désormais Consensus de Pékin. La Chine s’est, certes, engagée dans la mondialisation mais a-t-elle pour autant adopté une vision de l’économie similaire à celle des Occidentaux ? À l’heure où l’on parle de plus en plus d’un modèle chinois, Paul André rappellera l’importance que peut prendre le facteur culturel quand il s’agit d’aborder un marché comme la Chine. Souvent qualifiée de « miraculeuse », la croissance chinoise semble à part, comme si la Chine défait toutes les lois de l’économie. On a parlé alors d’un consensus de Pékin (ou consensus de Beijing) pour qualifier le mode de développement chinois. La Chine ferait alors figure de modèle à suivre pour de nombreux pays du monde. Cette conclusion cherchera à expliquer ce que l’on entend par consensus de Pékin et en quoi le modèle de développement chinois est-il spécifique.

Remerciements

21Cet ouvrage n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien du Professeur Jean Heuclin, alors doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines à l’Université Catholique de Lille, qui a soutenu ce projet d’année de la Chine, d’abord, et la réalisation de cet ouvrage. Je lui suis extrêmement reconnaissant de m’avoir accordé sa confiance en me confiant la direction de ce projet. Merci également à Mme Catherine Demarey, doyenne de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines. Ma reconnaissance la plus grande va également à Mme Anne-Marie Michel, directrice des relations internationales de l’Université Catholique de Lille ainsi qu’à toute son équipe. Par son travail acharné, elle nous a permis de créer un réseau de recherche scientifique très efficace avec nos collègues à l’étranger. Enfin, cet ouvrage ainsi que les conférences qui l’ont précédé n’aurait pas pu être possible sans le soutien indéfectible et l’aide si précieuse d’Aliocha Wald-Lasowski, responsable du département de Lettres modernes à l’Université Catholique de Lille. Qu’il trouve ici l’expression de ma gratitude la plus sincère et de mon amitié fidèle.

22La traduction des chapitres de Willy Wo-Lap Lam et de Simon Shen a été assurée par Paul André. La retranscription des noms chinois reprend le système pinyin sauf dans le cas des noms les plus connus dans la langue comme française, comme Pékin ou Canton par exemple.

Notes

1 Sur ce point, voir notamment Susan Shirk, How China opened its doors, Washington DC, Brooking Institution Papers, 1994.

2 Jean-Pierre Cabestan, « La montée en puissance de la diplomatie chinoise » in Sophie Boisseau du Rocher (dir.), Asie dix ans après la crise, Paris, La documentation française, 2007, p. 57.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search