Version classiqueVersion mobile

Balzac

 | 
José-Laure Durrande

Prologue

Texte intégral

1La cause est entendue. Aujourd’hui on ne peut plus écrire comme Balzac. Et si Balzac n’avait jamais écrit comme on dit que Balzac écrit ? Si la narration n’était pas cette monumentalité calée dans son contexte historique et sociologique avec, la gouvernant, l’omniscience d’un narrateur qui n’a qu’à déployer en une temporalité linéaire un trajet prévisible déjà contenu dans l’acte de naissance des premières pages ? Si cette conscience fouilleuse des psychologies, d’une finesse et d’une pénétration qui empruntait à la luminosité et à l’acuité du regard de Balzac, n’avait élevé, en même temps que dans la concurrence à l’état civil, des créatures en perte d’identité, en proie aux tropismes, silhouettes nerveuses ou flageolantes, brumeuses ou fulgurantes, appartenant à l’ère du soupçon. Si l’espace que créent ses livres n’étaient pas cette totalité facilement arpentable mais était sillonné de lignes qui se brisent, se courbent, se déconnectent, se dédoublent ou s’interrompent dans des abîmes pour resurgir très loin en avant après avoir franchi des précipices ? Lire Balzac c’est oublier ce prodige de pathos et de phoebus que voyaient en lui ses détracteurs, pas si éloignés parfois de ses admirateurs, qui déploraient son style. L’auteur de La Comédie humaine s’est compromis en sa jeunesse en des milliers de mauvaises pages sur lesquelles il a porté plus tard un jugement sans appel. Comment se pourrait-il que celui qui, une fois révélé à lui-même, s’est à ce point interrogé sur l’écriture, sur la langue et ses pouvoirs, qui, à l’imitation de l’illustre héros des Proscrits, empruntait ses mots au silence et à la nuit, par ailleurs grand admirateur de Rabelais, n’ait pas inventé une langue, ou plutôt des langues à la hauteur de son projet et de ses ambitions ? Talonné par les créanciers, Balzac était cet auteur qui, revenant d’une terrible nuit de création, après l’eau lustrale d’un bain, n’allait cesser de renvoyer au typographe la page fraîchement encrée, lui ayant fait subir une nouvelle métamorphose, la transformant en un bouquet de fleurs d’un admirable feu d’artifices. De ce bouquet ou plutôt de ces bouquets, Balzac nous offre la matrice dans le Lys dans la vallée et dans le chatoiement des couleurs, savamment choisies et disposées, les déploiements d’une rhétorique sans cesse inventive, unité florale d’une composition qui renvoie à la splendeur et à la diversité du grand œuvre, reflets dans son instable kaléidoscope du droit à l’affirmation de l’état amoureux qui signe en lui écrivain.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search