Version classiqueVersion mobile

Balzac

 | 
José-Laure Durrande

Epigraphe

Texte intégral

« Le cas de Balzac reste un des plus extraordinaires, un des plus inexplicables de notre littérature, de toutes les littératures. »
André Gide

« On raconte qu’un sénateur romain, Ap pius Claudius, vieux et aigri, se prit d’aversion pour la lettre Z. La lettre dzêta figurait alors en sixième position de l’alphabet des Grecs – que les Romains avaient fait leur –. Claudius trouvait cette lettre non seulement désolante mais insidieusement maléfique. Tout à coup le simple fait qu’elle existât le faisait trépigner. Il monte à la tribune. Sa main tremblote et sa fureur fait que ses mots chevauchent. Il fait voter son exclusion par le Sénat prétextant que sa prononciation contraignait la face du parleur à imiter l’apparence d’un homme qui meurt. Ce n’était pas en effet exactement consolant. Le Sénat ergota et sans rejeter tout à fait la proposition d’Apius convint de déporter la lettre Z aux frontières de la langue, à la limite de l’alphabet. Sans songer à vrai dire que l’expulsion met en relief ce qu’elle exclut et que la consolation console moins qu’elle ne consolide ce qu’elle entoure de tant de soins. »
Pascal Quignard

« … puis, de pouvoir, à propos d’une expression même étrangère à nos propres espoirs, émettre cependant et sans malentendu, des paroles. »
Stéphane Mallarmé

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search