Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

Répliques

Texte intégral

1Ici s’achèvent donc nos répliques, cher Jacques Derrida, qui n’ont été échangées que pour disparaître, et faire apparaître Ponge. Je me suis efforcé de vous donner la réplique. Je vous rends maintenant aussi ce mot, réplique, qui vous appartient plus qu’à moi, depuis que vous en avez déployé toutes les valeurs. Je me contente donc d’indiquer quelques-uns des plis de la réplique, d’allumer, à ce prisme, quelques facettes.

2En latin répliquer peut signifier lire, dérouler le manuscrit d’un auteur. Et puis aussi le refermer, – ce que nous faisons à l’instant. Il signifie aussi rappeler : nous avons rappelé Ponge, nous l’avons appelé mais nous ne l’avons appelé que parce qu’il nous avait d’abord appelé – réplique : « parole ou action qui semble appelée par une autre » note Pierre Larousse. Une fois de plus nous avons déplié ses textes, une fois de plus.

3Une fois de plus aussi parce que je vous ai demandé de fournir une réplique à votre Signéponge mais nul n’a montré plus que vous que la répétition, de par sa structure même, comportait toujours de la nouveauté. Ainsi de la réplique, terme de musique, dont Littré nous apprend qu’elle est « la répétition que fait un instrument d’une phrase de chant déjà exécutée par un autre instrument ou par la voix ». En exploitant le filon des vocabulaires techniques, on met à jour enfin cette merveille : une réplique, en géologie, est « une secousse secondaire faisant suite à la secousse principale d’un séisme. » Qui pourrait mieux dire ? Nous voilà renvoyés au Galet.

4Sur la scène du texte de Ponge, dans le théâtre de l’entretien, nous avons échangé des répliques et voici que le rideau, déployant maintenant tous ses plis, tombe, – est tombé.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search