Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

18. Le tremblement de l’identité

Texte intégral

Gérard Farasse. – Barthes définissait volontiers l’artiste comme un truqueur. Vous insistez souvent sur la franchise de Francis Ponge, son affranchissement, et sa francité : Francis. Est-il possible, s’agissant de Ponge, de séparer l’homme de l’écrivain : ses qualités morales sont aussi celles de ses textes. Vous avez eu la chance de rencontrer Jorge Luis Borges et vous connaissez ce savoureux petit texte Borges et moi, dans L’Auteur et autres textes : il nous présente un combat intérieur entre ce qu’il est comme homme et la figure de l’écrivain :

  • 63 – Jorge Luis Borges, « Borges et moi », L’Auteur et autres textes, traduit par Roger Caillois, coll (...)

Il y a des années, j’ai essayé de me libérer de lui et je suis passé des mythologies de banlieue aux jeux avec le temps et avec l’infini, mais maintenant ces jeux appartiennent à Borges et il faudra que j’imagine autre chose. [...]
Je ne sais pas lequel des deux écrit cette page63.

Nul dédoublement de ce type chez Francis Ponge, qui donne toujours l’impression d’être d’un seul bloc.

Jacques Derrida. – Bien sûr, Ponge ne joue pas du dédoublement comme le fait Borges ou comme le font d’autres, peut-être parce qu’il y verrait une sorte de...

Gérard Farasse. – D’hystérie ?

Jacques Derrida. – De coquetterie ou de jeu de la conscience, de lyrisme, une espèce de lyrisme. Mais, s’il n’en joue pas comme Borges, cela ne signifie pas qu’il soit d’un seul bloc. Le dédoublement n’a pas la même forme : il est mis en œuvre dans les textes et dans leur composition. Bien sûr, Ponge ne viendra pas vous dire : me voilà, je suis double et je ne sais pas qui écrit. Il appartient à la détermination francienne ou française, à la franchise de Ponge, d’affirmer librement : voilà, c’est bien moi qui ai écrit ce texte, je le signe et je l’assume, mais une telle garantie ne signifie nullement qu’il n’y ait pas un tremblement de l’identité ou un dédoublement. D’ailleurs, dans la force même de sa résolution, cette détermination l’atteste, qui vient ainsi trancher pour exclure le dédoublement. Si je dis que je suis double, le soupçon peut se glisser aussitôt d’une ruse pour échapper à ma responsabilité : je ne suis pas là où vous croyez que je suis. Ponge, au contraire, affirme sa singularité : je suis Francis Ponge, je suis né à Montpellier, je parle français. Je ne traduirais pourtant pas cela par « faire bloc avec soi ».

  • 64 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 179.
  • 65 – Francis Ponge, « Le Soleil placé en abîme », Pièces, III, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 776.

Gérard Farasse. – Deux éléments me reviennent en mémoire qui pourraient modifier ma question et conforter votre réponse. Dans Pour un Malherbe, Ponge écrit qu’il lui « est devenu parfaitement impossible, depuis quelque temps, d’employer le je (la première personne du singulier)64 » et dans une parenthèse du Soleil : « ce nous, l’a-t-on compris, prononcé sans emphase, figure simplement la collection des phases et positions successives du je65 ».

Notes

63 – Jorge Luis Borges, « Borges et moi », L’Auteur et autres textes, traduit par Roger Caillois, coll. « La Croix du Sud », Gallimard, 1964, p. 68.

64 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 179.

65 – Francis Ponge, « Le Soleil placé en abîme », Pièces, III, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 776.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search