Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

17. La figure de la figue

Texte intégral

  • 60 – Francis Ponge, « My creative method », Méthodes, II, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 530.

Gérard Farasse. – Ponge s’introduit par effraction dans le vers célèbre de Boileau en écrivant : « Que ce qui ne conçoit pas bien s’énonce clairement ! (À l’optatif) » et il fait précéder ce vœu de la réflexion suivante : « Rien n’est intéressant à exprimer que ce qui ne se conçoit pas bien (le plus particulier)60. » En somme, pour transformer le concept ou la pensée, il faut y faire entrer ce qui n’est pas pensable : le particulier. Ponge, dans un autre texte, joue sur le mot abstraction : l’abstraction trahit, le concept ferait violence aux choses. Cette conception n’est-elle pas induite par cette linguistique du mot dont nous parlions tout à l’heure : le mot arbre ne renvoie à aucun arbre réel. Pour qu’il y renvoie, il faut qu’il entre dans une phrase ou dans un texte : cet arbre. Le particulier échappe au mot, pas au texte. Ponge d’ailleurs ne vise pas le singulier (il faudrait peut-être alors renoncer à parler, tentation pré-socratique ?), il vise des essences : le galet, l’anthracite, l’œillet. Et certes, il les vise à travers des expériences diverses :

  • 61 – Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, O. C., t. II, p. 766.

Mais il faut que je ferme les yeux sur tout cela, sur ces anecdotes, ou plutôt que je renferme ces souvenirs, les replace dans ma mémoire, dans l’armoire de ma mémoire, les tiroirs de commode de ma mémoire, dans l’état où ils s’y trouvaient authentiquement avant que je les en tire pour les observer un à un, les retourner dans ma main : c’est-à-dire en désordre, empilés les uns sur les autres, les uns contre les autres, tassés, se chevauchant,
pour ne former que la figue61.

Ce qui se profile, à travers ces souvenirs, ce qui doit émerger, c’est une essence : non pas telle figue, mais la figue, la figure de la figue. Cependant le concept est travaillé par la singularité comme le texte, si logique qu’il paraisse. Ponge verrouille souvent ses phrases d’un tour d’écrou comme s’il fallait à tout prix faire tenir ensemble des phrases ou des paragraphes qui, autrement, s’éparpilleraient : c’est qu’il y a la pression du singulier, de l’aléa, du discontinu, de la matérialité. D’où, peut-être, cette tension, si caractéristique. Comment penser l’impensable sans qu’il y ait combat ?

Jacques Derrida. – Oui, il vise bien des essences. Ce n’est pas l’existence singulière, par exemple tel savon qui, ici, serait destiné à disparaître, ni non plus le concept général, par exemple celui de l’œillet : il s’agit de l’essence mais il faudrait s’entendre sur ce mot d’essence, en raffinant, en distillant, pour définir une essence qui ne soit pas simplement une essence générale : car c’est finalement l’essence d’un ceci : cette lessiveuse ; c’est une essence phénoménologique. Ce n’est pas simplement la propriété supposée intrinsèque ou naturelle de la chose, mais l’essence de la chose telle qu’elle m’apparaît, l’essence de l’apparaître de la chose, qui est un apparaître singulier. Autrement dit, dans ce cas, il n’existe pas de différence entre l’état et l’essence, si par état on n’entend pas simplement une qualité éphémère de la chose ou de ma perception : c’est l’essence d’une individualité, d’une chose singulière pour moi, dans un certain état, une essence singulière mais exemplaire.
Naturellement la description de cet état ne s’arrête pas à la simple perception. Elle engage aussi l’expérience du langage : c’est l’état de moi parlant de la chose ou l’état de la chose en tant qu’elle comprend son nom, la difficulté étant ici de penser une essence qui soit à la fois celle de la chose fors son nom, hors de son nom, sans son nom, et pourtant la possibilité pour la chose d’être nommée.
Je ne sais si le concept traditionnellement philosophique de l’essence suffirait à la nommer, à la qualifier, parce que essence veut certes dire ici la chose telle qu’elle est elle-même, au-delà de l’impression qu’elle nous fait, de ses changements, de ses modifications, de ses qualités secondes, mais cet au-delà n’est pas simplement dans la chose sans moi : c’est une essence phénoménale, l’essence en tant qu’elle m’apparaît. Un passage par la phénoménologie, par la réduction transcendantale selon la méthode phénoménologique, serait indispensable pour comprendre ce que voudrait dire Ponge quant aux essences.
Vous dites non pas telle figue mais la figue, la figure de la figue. Certes, mais cette figure de la figue n’est pas un concept général de la figue. Il ne s’agit pas non plus de prélever les prédicats communs à toutes les figues. C’est toujours à travers cette figue-ci que cette figure essentielle de la figue vient à l’expérience et se décrit. D’où la difficulté qu’il y a à penser ensemble l’essence et la singularité, mais cette notion a sa place dans la tradition : quand Aristote parle d’essence, il parle souvent d’essence singulière, d’individualité, de ce qui est propre seulement à une chose existante. Je ne voudrais pas m’engager dans un discours philosophique, mais c’est qu’avant de distinguer ce qu’il y a de commun à toutes les figues, avant de construire le concept de figue (un fruit, tantôt vert, tantôt brun ou noir, qui pousse sur des arbres, dans un certain climat), et pour construire cette généralité, il faut une intuition de l’essence de la figue qui me permette de reconnaître, à chaque fois, que c’est d’une figue que je parle et non pas d’un autre fruit. Autrement dit, c’est l’essence qui guide la construction du concept. Cette essence se donne à une intuition et non pas dans une construction. Mais quand vous dites figure, évidemment, il s’agit à la fois de la structure essentielle de la figue et de tout ce dont la figue nomme la figure. Il faut la prendre à la lettre, à la lettre près, et autrement. La figue figure aussi autre chose que la figue.

Gérard Farasse. – La poésie, par exemple.

Jacques Derrida. – Par exemple la poésie, à chaque fois, mais aussi beaucoup d’autres choses. Dans cette figure de la figue, à une lettre près, dans ce redoublement de sens du mot figure, le passage par l’essence est lui-même un transfert de sens. Il y a toujours ce mélange, chez Ponge, d’un intuitionisme et d’une rhétorique. Il fixe son regard sur une essence singulière qui ne figure rien qu’elle-même et qui, par là même, devient figure d’autre chose. À ce moment-là, trope et tropisme s’introduisent dans l’essence singulière. Le jeu de l’essence et du trope donne son tremblement à chaque écrit de Ponge.

  • 62 – Jorge Luis borges, Fictions, Gallimard, 1957.

Gérard Farasse. – Je pense, encore une fois, à un texte de Borges, dans Fictions, qui s’intitule Funes ou la Mémoire62. Victime d’une chute, Funes acquiert une mémoire infaillible. Il ne peut plus penser parce que sa mémoire retient tout, il ne peut plus abstraire parce qu’il n’oublie plus rien : la figue vue à quatre heures est si différente de la figue vue à quatre heures une qu’elle est autre chose.

Jacques Derrida. – Il n’y a que des singularités.

Gérard Farasse. – Il n’y a pas ce sentiment, chez Ponge, d’une impossibilité d’écrire devant la variété chaotique du monde.

Jacques Derrida. – Non, parce que le mot, l’acte de nommer, part tout de suite, il part et parle de l’intuition.

Notes

60 – Francis Ponge, « My creative method », Méthodes, II, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 530.

61 – Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, O. C., t. II, p. 766.

62 – Jorge Luis borges, Fictions, Gallimard, 1957.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search