Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

16. L’économie du Savon

Texte intégral

Gérard Farasse. – De façon insistante, le texte du Savon, s’inscrit dans un réseau de termes économiques. L’une des hypothèses de Ponge, sur les raisons d’écrire sur le savon (il y en aurait d’autres dont le propre, évoqué plus haut) est sa pénurie :

  • 53 – Francis Ponge, Le Savon, O. C., t. II, p. 361.

Nous étions donc, alors, en pleine guerre, c’est-à-dire en pleines restrictions, de tous genres, et le savon, le vrai savon, en particulier, nous manquait. Nous n’avions que de mauvais ersätze – qui ne moussaient pas du tout.
Peut-être cela fut-il une des raisons, inconsciente, de ce qu’il me faut bien appeler mon inspiration du savon, en avril 194253...?

  • 54 – Ibid., p. 360.
  • 55 – Ibid., p. 365.

Vient ensuite ce capital en sommeil qu’est le dossier du Savon : « Quand me fut proposé d’écrire pour vous quelque texte, une idée aussitôt me vint, une idée très intéressée : celle de profiter de cette occasion pour faire aboutir un ouvrage, très anciennement entrepris, mais dont je n’étais jamais parvenu, malgré de nombreux essais, à venir à bout54. »
Il s’agit aussi de rivaliser avec le commerce : « Pour un savon, les principales vertus sont l’enthousiasme et la volubilité. Au moins la facilité d’élocution. Cela, qui est beaucoup trop simple, n’a pourtant jamais été dit. Même par les spécialistes de la publicité commerciale. Allons ! Combien m’offrent Piver ou Cadum ? – Pas un sou ! Ils n’y ont jamais pensé ! Nous allons pourtant leur montrer ce que nous savons faire55... »
Mais surtout tout le texte est réglé sur l’opposition de la réserve et de la dilapidation, de la dépense et de la thésaurisation. Relisons, par exemple, ce passage :

  • 56 – Ibid., p. 395.

Disons que la sorte particulière de dureté (quelque peu malléable) et de silence (comme une réserve de paroles), enfin la sorte de taciturnité qu’il nous propose, nous paraît le signe d’un dramatique conflit intérieur. Autrement dit, que son apparence manifeste un compromis péniblement obtenu – et semble-t-il à chaque instant regagné comme il est à chaque instant reperdu – entre la tentation de durer, de se conserver, voire de s’éterniser dans un silence et une sécheresse de plus en plus parfaite (le galet représentant, si l’on veut, le type achevé de cette perfection) – et le sentiment, d’autre part, que là n’est pas son devoir ni à bien penser, ni à en juger honnêtement, sa nature, sa véritable destination, qui serait plutôt de s’user, et bien sûr dans le même temps de jubiler, de jouir, – de s’user, dis-je, et de se perdre dans sa fonction, dans son service, et enfin de répondre à son utilité56.

  • 57 – Ibid., p. 381.
  • 58 – Ibid., p. 367.
  • 59 – Ibid., p. 400.

Le savon « se donne entièrement57 », « Quel enthousiasme extrême dans le don de soi58 ! », « Lui, pudique, se dérobant, fuyant, secret, héroïque, se dispensant à une allure inquiétante... ce que l’on appelle mener une existence dissolue59... » C’est dans le commerce et l’échange (entre l’homme et l’objet) que le savon atteint sa perfection, s’épanouit. Il faut qu’il se perde et s’use pour s’accomplir. La perte est un gain dans cette économie paradoxale, le manque est un surplus. Le silence n’est d’ailleurs pas éprouvé comme un vide mais comme une réserve de paroles. Un profit, un plaisir supplémentaire (une jouissance) naît du commerce de paroles.
Mais sommes-nous encore dans l’échange ? Ne sommes-nous pas dans le don dont vous dites, dans Donner le temps, me semble-t-il, que c’est un concept qui n’est pas pensable ?

Jacques Derrida. – Oui, le savon, c’est Ponge. Quand il dit : « Nous allons leur montrer ce que nous savons faire », c’est, bien sûr, une manière très ironique de montrer et de cacher l’intransmissible, le secret de sa signature et de son inimitable savoir-faire. C’est un savoir-faire à la fois prodigue et calculateur. Il escompte des bénéfices, et d’abord ce qu’on le paiera pour ce texte, mais aussi tous les revenus qu’il peut en attendre : il spécule donc sur le bénéfice mais il met aussi en abyme cette spéculation : en expliquant le profit, le calcul, la ruse, la plus-value attendue. Il spécule et décrit la spéculation. Mais, tout en faisant de cette spéculation sur la spéculation une œuvre littéraire, il donne, il abandonne. Une fois qu’il a épuisé la spéculation sur la spéculation, il la laisse là, comme le savon, sur le bord : il laisse l’œuvre sécher. Après s’être lavé les mains, comme Ponce Pilate de la vérité. Ponce et Ponce Pilate, il le dit quelque part, sont des ancêtres des Ponge. Ce mouvement de la générosité n’est pas tout simplement une ouverture naturelle, un art de donner : c’est la structure même de l’écriture et de la signature, qui doit abandonner, laisser, laisser partir : le don traverse la spéculation, il excède le compte rendu et tout ce qu’on peut en général escompter. Tout et rien (res), tout autre.

Gérard Farasse. – À propos du pédoncule des fruits, et en particulier de la figue, Ponge utilise le mot quittance qui conjugue bien ces deux aspects.

Jacques Derrida. – On s’acquitte d’une dette, on règle ses comptes, on en tire le plus grand bénéfice possible : c’est l’économie et l’économie pongienne est très puissante. Mais d’autre part, il y a un débordement de l’économie, qui d’ailleurs met en route le cercle économique. En route autant qu’en déroute. Ce débordement laisse une trace, l’œuvre de Ponge, rien de moins, et qui lui survit comme à toute économie. Que nous puissions en parler aujourd’hui, la répéter, l’admirer, nous en nourrir, en jouir, alors que Ponge lui-même est mort, cela signifie ce don de la signature qui renonce à l’échange : ça ne revient pas à Ponge (il y a là mort). Pas à Ponge lui-même, qui est, qui aura toujours été celui auquel cela ne revient pas, celui qui d’avance peut dire : ça ne me revient pas. Finalement, il savait que ça ne revenait pas à Ponge et il s’en lavait les mains, d’une certaine manière, n’est-ce pas ? Oui, l’exemple du Savon dit tout cela, admirablement.
Il ne faut pas oublier qu’il s’agit aussi d’un texte de guerre ou d’après-guerre...

Gérard Farasse. – De guerre...

Jacques Derrida. – De guerre et d’après-guerre puisqu’il a été ensuite produit pour la radio de Stuttgart. Sur le thème du savon et la mémoire de l’Allemagne nazie, sur ce dont on fit du savon, il y aurait beaucoup trop à dire...

Gérard Farasse. – D’ailleurs Ponge mentionne des mots allemands.

Jacques Derrida. – Ersätze, oui. Je serais tenté, mais je ne peux le faire ici sans texte, de rapprocher Le Savon de Ponge de certains textes de Celan, malgré l’extrême différence, où il est aussi question du savon ainsi que du baquet de la lessiveuse, mais derrière lesquels Auschwitz n’est pas loin, avec la transformation des graisses humaines en savon : un autre aspect de l’économie, une autre spéculation, une autre expérience de ce qui ne revient pas ou dont on ne revient pas...

Notes

53 – Francis Ponge, Le Savon, O. C., t. II, p. 361.

54 – Ibid., p. 360.

55 – Ibid., p. 365.

56 – Ibid., p. 395.

57 – Ibid., p. 381.

58 – Ibid., p. 367.

59 – Ibid., p. 400.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search