Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

14. Le titre

Texte intégral

  • 41 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, II, Méthodes, O. C., t. I, p. 595.
  • 42 – Francis Ponge, Le Savon, O. C., t. II, p. 387.
  • 43 – Jacques Derrida, Donner le temps, Galilée, 1991.

Gérard Farasse. – Vous avez fait parfois, selon les textes, de l’étude de leurs marges, un objet central. Vous vous êtes intéressé à ce que vous appelez leurs bordures en soulignant que celles-ci étaient à la fois extérieures au texte et intérieures. Vous proposez l’image de l’invagination pour donner une idée de ce dispositif particulier. S’agissant de la signature, Le Volet, suivi de sa scholie ou Le Pré sont des exemples très convaincants. Il me semble que les titres des textes de Francis Ponge mériteraient toute une étude.
On pourrait, par exemple, rappeler que celui-ci est conçu par Ponge comme une sorte de contrat avec le lecteur. L’auteur s’engage, par son titre, à ne livrer qu’un texte qui y réponde. Voyez Le Verre d’eau : « Mon titre promet un verre d’eau. Sur la foi de ce titre, vous êtes venus quelques-uns. Quelques-uns seulement, car beaucoup n’ont plus foi dans la littérature41. » On retrouverait cette notion de contrat, de crédit ou de foi dans Le Savon : « Vous me direz que je profite ici du crédit que sur mes précédents écrits l’on m’accorde. Que ces déambulations préliminaires n’offrent aucun intérêt, et qu’il n’aurait pas fallu que je commence ainsi un poème lorsque mon nom n’était pas connu42. »
On pourrait souligner ensuite la platitude du titre (traité en à-plat) : Le Lézard, La Cheminée d’usine, L’Abricot ; d’une certaine façon, le titre se retire, se met en retrait, tente de se réduire, de réduire sa possible polysémie. Est-ce pour ne pas s’engager ou pour définir rigoureusement (à la rigueur) les termes du contrat ? Mais peut-on éviter cette polysémie dès lors que – vous le rappelez à propos de La Fausse Monnaie de Baudelaire que vous commentez dans le premier volume de Donner le temps43 – tout titre est bifide, désignant à la fois l’objet et le texte. Est-ce une façon de se tirer d’affaire que d’utiliser des titres qui ne désignent que le texte ou que le livre : Pièces, Douze petits écrits ?
Assez rares sont les titres qui orientent la lecture comme Ode inachevée à la boue. Le Soleil placé en abîme comporte une réflexion sur le titre : « Le soleil en quelque façon titre la nature. » Et l’apparition, comme la disparition de ce titre est « un moment sanglant ». Tout le passage en capitales du Soleil se levant sur la littérature serait à citer. Dans La Dissémination vous évoquez, à propos de Mallarmé, référence constante de Ponge, cette question du titre :

  • 44 – Jacques Derrida, La Dissémination, Seuil, coll. « Tel Quel », 1972, p. 204.

[...] Mallarmé prescrit de suspendre le titre qui, comme la tête, le capital, l’oraculeux, porte front haut, parle trop haut, à la fois parce qu’il élève la voix, en assourdit le texte conséquent, et parce qu’il occupe le haut de la page, le haut devenant ainsi le centre éminent, le commencement, le commandement, le chef, l’archonte44.

Le soleil est, lui aussi un lustre, une suspension. Dans La Table on trouve encore ceci, pour accroître l’enchevêtrement de la question ou multiplier ses facettes :

  • 45 – Francis Ponge, « La Table », Nouveau nouveau recueil, III, O. C., t. II, p. 923.

J’hésite depuis un ou deux jours à tirer un trait sous mon titre (ce trait moins destiné à obtenir « l’italique » des « compositeurs » qu’à séparer le titre du texte
(Voilà, entre parenthèses, une habitude bien contestable ((non seulement cette séparation du titre et du texte, cette suprématie donnée au titre, mais l’idée même non seulement du titre en tête ((alors que les dessins, tableaux, sculptures sont (un peu comme un argument (très résumé) ou, comme on dit maintenant un référent) titrés au bas ou au dos)) mais la notion même de titre))45.

Vous dites quelque part, je cite de mémoire, que le titre est le nom propre du texte, puisqu’il désigne un texte unique, une individualité. On rejoint donc en quelque sorte la question de la signature. Le titre a-t-il pour fonction d’assigner une identité et d’éviter tout débordement du texte ? L’attitude de Ponge à son égard semble ambivalente : d’une certaine façon, il faudrait réduire le texte à son titre ; mais d’un autre côté le texte semble être une lutte contre le titre. Le titre est aussi un cadre : il y a le souci, chez Ponge, d’écrire un texte bien cadré, carré et celui de faire sauter les cadres, par exemple en refusant d’exclure de ses textes ce que la tradition exclut : le travail, les parenthèses, les fragments hétérogènes.

Jacques Derrida. – J’isolerai un point de votre riche question. Lorsque Ponge se tire d’affaire en utilisant des titres qui sont, en quelque sorte, des faux-titres, des titres de genre : Pièces, Douze petits écrits mais aussi Tome premier, c’est parce que, comme vous le dites, il ne veut pas du titre. Il lutte contre lui ; mais c’est aussi pour tourner en dérision, en en faisant toute une histoire, ces titres dont la convention a, pour une part, organisé l’histoire de la littérature. Dans le même temps qu’il les tourne en dérision, il leur donne pourtant un statut et une dignité : il les met en abyme, il leur confère une autre jeunesse, un nouveau lustre. Et il s’approprie ainsi une énorme tradition. Appeler un livre Tome premier ou Recueil, tout simplement Recueil, grand ou nouveau, hisser le sous-titre à la valeur de titre, voilà une spéculation extraordinaire, ironique, ineffaçable. C’est une manière de naturaliser la convention. Il y a toujours ce motif de la naturalisation chez Ponge, quand par exemple il rêve de textes sans signature qui seraient comme des pierres...

  • 46 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 36.

Gérard Farasse. – C’est le « ICI NÂQUIT MALHERBE EN 155546 », qu’il voyait, à Caen, sur le chemin du lycée, et qui le fascinait...

Jacques Derrida. – Que le texte soit devenu une chose naturelle. Cet effacement du titre a lieu quand il disparaît mais aussi bien quand il se réduit à un non-titre comme Pièces ou comme Tome premier : il contribue aussi à la monumentalisation, à la naturalisation du texte. Si le titre vient toujours en bordure pour définir et identifier l’œuvre, lorsqu’il n’y a plus de titre, le tableau sans titre devient une chose. Il y a donc, dans cette lutte contre le titre, une manière de faire advenir la chose, le devenir-chose.
Néanmoins, inversement, il n’y a que le titre : dans la disparition du titre le texte devient son propre titre à la fois au sens courant du terme et au sens où, titre monétaire, il se garantit lui-même dans la référence à soi. Tout le texte n’est plus alors, en effet, que le développement du titre, son commentaire en quelque sorte, mais un commentaire qui le met en expansion. Le Pré nomme à la fois le titre du texte et l’objet du texte : le poème va être simplement une longue glose de son titre. Si long soit-il, le texte est un sous-titre du titre ou une note en bas de page, comme si le titre était un appel de note et cette note viendrait alors seulement commenter le titre. Cela nous reconduit à votre question sur la linguistique du mot : le titre est toujours un nom.

Gérard Farasse. – Il suspend la syntaxe...

Jacques Derrida. – Il suspend la syntaxe et même il prétend arriver à cette unité ou à cette identité, sans phrase, par un pur effet de nomination au regard duquel le long discours de ce qu’on appelle le texte n’est plus qu’une glose bavarde, tournant et retournant autour du titre, y retournant, l’expliquant, le montrant, s’y référant : le titre devient aussi le vrai référent, il peut toujours le devenir. Cette lecture en reste toujours possible. D’où le caractère dramatique de cette double postulation : à la fois détruire le titre et détruire tout, sauf le titre et tout intitulé. Il n’y a que de l’intitulé. Sans céder à une solution qui pourrait paraître de facilité, il faudrait faire jouer tous les sens du mot titre qui, étymologiquement, veut dire le rassemblement, mais qui vaut aussi pour la monnaie et pour la dignité sociale. C’est une littérature du titre. Le texte de Ponge est le poème du titre sans titre, du don du titre.

Notes

41 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, II, Méthodes, O. C., t. I, p. 595.

42 – Francis Ponge, Le Savon, O. C., t. II, p. 387.

43 – Jacques Derrida, Donner le temps, Galilée, 1991.

44 – Jacques Derrida, La Dissémination, Seuil, coll. « Tel Quel », 1972, p. 204.

45 – Francis Ponge, « La Table », Nouveau nouveau recueil, III, O. C., t. II, p. 923.

46 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 36.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search