Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

12. Métaphysique du propre et mise en abyme

Texte intégral

Gérard Farasse. – Vous développez toute une réflexion sur le propre dans votre livre. Je vous cite :

  • 37 – Ibid., p. 29-30.

Donc il [Ponge] aime le propre : ce qui lui est propre, ce qui est propre à l’autre, c’est-à-dire à la chose toujours singulière, ce qui est propre pour n’être pas sale, souillé, écœurant, dégoûtant. Et il réclame le propre, en tous ses états, avec une telle obsessive obstination qu’on doit bien soupçonner, dans cet acharnement agonistique, la lutte au corps à corps avec l’impossible, avec quelque chose qui, dans le propre, ne se produit qu’à passer dans son autre, à se mettre en abyme, à s’inverser, à se contaminer, à se diviser37.

  • 38 – Ibid., p. 81.
  • 39 – Francis Ponge, « Le Soleil placé en abîme », Pièces, III, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 782.

Puis, plus loin vous écrivez encore : « Il faut prendre garde à la mise en abîme pour ne pas confondre tout ce mouvement avec une métaphysique du propre ou du proche – ou encore de la présence, si l’on mettait en chaîne les valeurs du propre (prope, propius), du proche et du présent38. »
La mise en abyme, si caractéristique des textes de Ponge, serait donc une façon de décoller le texte de cette métaphysique du propre et de la présence. Pourriez-vous préciser les rapports qu’entretiennent ces deux notions : métaphysique du propre et mise en abyme ? Il semblerait que bien des lecteurs oublient que Ponge, après avoir évoqué le soleil tyrannique, évoque aussi ces « myriades d’étoiles », ces « myriades d’autres soleils39 ».

Jacques Derrida. – La mise en abyme dont Ponge reste vraiment l’un des maîtres, dans l’écriture et la composition, c’est une appropriation exaspérée du propre, une manière d’enrichir à l’infini la plus-value de la propriété et, dans le même temps, le renoncement au propre, l’abnégation, l’acceptation de la perte ou de l’expropriation. Ces deux mouvements ne se contredisent pas : c’est ce que j’appelle l’ex-appropriation, qui forme un seul et même mouvement : plus c’est propre, moins c’est propre. Certes Ponge n’est pas le seul à avoir enduré l’épreuve de cette expérience du nom où le propre, à la fois, se concentre et se perd, mais, une fois de plus, il l’a portée à une rigueur et à une singularité exceptionnelles. C’est une expérience partagée depuis un fonds commun. Le Soleil est l’exemple exemplaire, et à la fois l’un seulement des exemples de cette nécessité. Que cela se joue, grâce à Ponge qui en joue, entre l’unicité et la multiplicité des soleils, voilà qui le marque bien. Vous l’avez bien noté, comme toujours.
Pour cette raison, l’expression « métaphysique du propre » se met en abyme. Bien sûr, je m’en suis servi mais elle ne me satisfait jamais pleinement. Quand on dit « métaphysique du propre », on laisse entendre qu’il pourrait y avoir une autre métaphysique, ou bien que, au-delà de la métaphysique du propre, on pourrait échapper à ce désir fasciné, comme si on pouvait renoncer au propre. Ce n’est pas possible pour la simple raison qu’il n’y a pas de désir sans désir du propre. Par conséquent, il n’y a rien d’autre que la métaphysique du propre. Cette expression, d’une certaine manière, se décompose elle-même.
Il en va de même pour la « mise en abyme ». Si sous cette expression on croit pouvoir entendre, depuis Gide, qu’il s’agit simplement d’un mouvement de la représentation qui consiste à y inclure une partie d’elle-même, alors on sature l’abîme en se rassurant contre lui et il n’y a pas de mise en abyme : l’abîme ne s’abîme pas. Dans la mise en abyme, il n’y a pas de maîtrise qui pose, qui assoit quelque chose : l’abîme emporte la mise, dans tous les sens de ce terme. La mise est emportée dans l’abîme. Ce qu’accomplit Ponge n’est donc pas simplement une œuvre calculable dans laquelle le tout se représente, identifiable dans une partie de lui-même : c’est un abîme, mais un abîme de la mise même, du geste de la mise, bref de la gageure, de l’enjeu ou du gage.

Gérard Farasse. – De toute évidence, il y a des textes qui sont des mises en abyme au sens que vous définissez, comme Le Soleil mais n’y en a-t-il pas d’autres où celle-ci a pour fonction de clôturer le texte, de le refermer sur lui-même en le repliant ?

Jacques Derrida. – Dans Le Soleil, Ponge écrit « placé » en abîme. Il faudrait jouer sur le mot placé et commenter le choix de ce mot. « Placé » ce n’est pas exactement la même chose que « mis » : c’est le placement spéculaire, spéculatif ou bien la place sur le tableau, dans l’espace. Ce n’est pas simplement la mise en abyme. Placer, voilà un geste de peintre ou d’architecte, de spectateur peut-être mais aussi l’investissement d’un spéculateur.

Notes

37 – Ibid., p. 29-30.

38 – Ibid., p. 81.

39 – Francis Ponge, « Le Soleil placé en abîme », Pièces, III, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 782.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search