Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

8. Oui

Texte intégral

  • 25 – Jacques Derrida, Ulysse gramophone, Galilée, 1987.
  • 26 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 186.

Gérard Farasse. – Puisque nous en sommes à l’affirmation (le texte de Ponge ne se contentant pas d’affirmer mais affirmant l’affirmation), j’aimerais que vous me disiez deux mots d’Ulysse gramophone25 dans lequel vous commentez le oui de Joyce. Ne pourriez-vous pas commenter le oui de Ponge ? Aux prises avec Malherbe, Ponge a cette formule : « Il fait vibrer la raison26 » et propose le nom de réson.

  • 27 – Ibid., p. 186-187.

C’est le ton affirmatif du Verbe, tout à fait nécessaire pour qu’il « porte ». C’est le oui du Soleil, le oui de Racine, le oui de Mallarmé ; c’est le ton résolu, celui de ce que j’ai appelé la « résolution humaine », celui de la résolution stoïque : « à tout prix la santé, la réjouissance et la joie. » C’est enfin la seule justification de la Parole (prose ou poésie), une fois franchies toutes les raisons de se taire. C’est la décision de parler27.

  • 28 – Ibid., p. 257.

Et plus loin : « Poésie du certainement. L’articulation du Oui. / Le développement articulé du Oui28. » Il me faudrait citer ici tout Le Soleil placé en abîme :

  • 29 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, III, Pièces, O. C., t. I, p. 783.

Il ne reste donc qu’une solution.
Recommencer volontairement l’hymne. Prendre décidément le soleil en bonne part. C’est aussi là le pouvoir du langage. Nous en féliciter, réjouir. L’en féliciter. L’honorer, le chanter, tâchant seulement de renouveler les thèmes (et variations) de ce los. Le nuancer, en plein ravissement.
Certes nous savons à quoi nous en tenir, mais à tout prix la santé, la réjouissance et la joie.
Il faut donc métalogiquement le « refaire », le posséder. En plein ravissement.
« Remonte donc, puisque enfin tu remontes. Tu me recrées. Ah ! j’ai médit de toi ! Etc., etc. »
Changer le mal en bien. Les travaux forcés en Paradis.
Puis finir dans l’ambiguïté hautement dédaigneuse, ironique et tonique à la fois ; le fonctionnement verbal, sans aucun coefficient laudatif ni péjoratif : l’objeu29.

  • 30 – Francis Ponge, « De la nature morte et de Chardin », L’Atelier contemporain, O. C., t. II, p. 667

À lire attentivement ce passage, il semble pourtant que ce oui triomphant (triomphant de tout le négatif) nécessite d’être dépassé vers ce que Ponge appelle ailleurs l’indifférence : « Pourtant, chez quelques-uns seulement parmi les plus grands artistes, un pas de plus est fait. / L’indifférence est atteinte30. » Une certaine ascèse (artistique, morale) conduirait donc Ponge du refus à l’acceptation puis à la neutralisation de ces deux attitudes.

Jacques Derrida. – Une fois de plus, vous avez très bien dit tout ce qu’il y avait à dire à ce sujet ; je ne suis là que pour vous entendre ou donner à d’autres la chance de le faire aussi. Je n’ajouterai donc qu’une question ou une note d’incertitude : je ne suis pas sûr que le refus soit suivi par l’acceptation, puis par quelque neutralisation. Y a-t-il vraiment là l’histoire d’une succession ? Je serais plutôt tenté de dire que, par implication nécessaire et immédiate, l’un est logé dans l’autre. Pour ce qui est du oui, j’ai essayé de montrer, dans Signéponge, qu’il n’y a pas de signature sans oui. Signer ne consiste pas à écrire son nom. Quand on écrit son nom, sur un formulaire par exemple, ce n’est pas une signature. Vous signez à la fin d’un texte pour dire oui : oui, c’est bien mon nom. L’acte de signature consiste à acquiescer, à confirmer...

Gérard Farasse. – À authentifier...

Jacques Derrida. – À authentifier. Tout ce qui est dit dans Signéponge de la signature, concerne le oui chez Ponge. D’autre part, vous parlez du oui du Soleil, et Ponge lui-même le fait, du oui de Racine, du oui de Mallarmé. Ce oui est très fortement signé, contresigné, rappelé par Ponge et, en ce sens, il pourrait ressembler, comme un oui à un autre, à celui de Joyce ou à d’autres. Je crois qu’il a néanmoins une qualité différentielle : il est à la fois phallo- et gallo-centrique, ce qui n’est pas le cas, pas si simplement, chez Joyce, par exemple. Vous vous rappelez toutes les valeurs de virilité que Ponge associe délibérément à l’affirmation, à la franchise. Quand il parle de Malherbe, c’est toujours l’hyperbole de la position masculine qui, dans la mesure où elle est hyperbolique, du côté du soleil, si vous voulez, s’inverse du côté de la femme : le soleil, c’est aussi la « putain rousse ». Il y a donc une hyperbole phallocentrique chez Ponge, du côté de sa francité, de sa franchise et de toutes les valeurs qu’il y associe. Elle se renverse immanquablement en allant au bout de l’affirmation virile ; et puis il y a l’hyperbole gallocentrique, et là, je le dis de façon équivoque, à la fois pour m’inquiéter un peu et pour marquer que, dès lors qu’il réaffirme la langue française, il n’échappera pas – et qui pourrait le faire ? – à une sorte de gallocentrisme consubstantiel à tout ce qu’il écrit. Phallogallogocentrisme.
Il faut souligner que le mot oui n’est pas le mot yes. Je rappelle son origine latine dans Ulysse gramophone. La langue d’oïl ou la langue d’oc, c’est la langue du oui, c’est le moyen de dire oui. Et la forme ronde du O que Ponge dessine comme une pièce de monnaie se lie à la langue française et ne peut se lire que dans celle-ci. On ne peut donc pas traduire le contenu du yes dans le contenu du oui. C’est pourquoi vous avez raison de dire qu’il faudrait ajuster à Ponge un discours sur le oui qui ne soit pas le même qu’un discours sur le yes ou sur le ja allemand. Le ja, ce n’est ni le oui ni le yes. Chez Nietzsche, par exemple, ja, c’est le braiement de l’âne qui dit ja, ja, c’est le ja de l’âne chrétien qui assume la responsabilité, par opposition au ja dansant et léger. Cela ne peut se dire qu’en allemand, le ja ne ressemble au cri de l’âne que dans cette langue. Je crois donc à la nécessité de prendre en compte le oui de Ponge, le sens mais aussi le mot oui, le vocable français, et non seulement le vocable, mais les forme graphiques de son inscription, le O, le U, le I, la pièce ronde de monnaie frappée, le soleil, O, le verre, U, l’arbre vertical, I, du OUI, etc.
Si le oui triomphant semble laisser la place à un autre mode d’acceptation ou de neutralisation, je crois que dans le triomphe même, c’est-à-dire dans l’affirmation de signature (je dis oui, j’accepte, je dis oui à la nature), il y a déjà le renoncement : le renoncement est au cœur du triomphe. Signer, c’est affirmer de façon fière, et triomphante, quelque chose dont on fait déjà son deuil : le triomphe est un moment du deuil dans la description qu’en donne Freud : le moment maniaque est le moment du triomphe ; et on triomphe au moment où l’on perd et où l’on ne veut pas renoncer. Mais en disant qu’« on ne veut pas renoncer », on fait l’expérience de la perte...

Gérard Farasse. – On se détache...

Jacques Derrida. – On se détache. Nous avons commencé sur ce thème en disant qu’on s’approprie et qu’on se laisse exproprier en même temps. Mais ce ne sont pas deux moments successifs : c’est la même structure. C’est le « ça part de moi » ; cela procède de moi en se séparant de moi, dès le départ qui inscrit le partage, la partition, le « se départir » de soi au plus proche de soi, dans ce qui me rapporte à ce que j’ai ou suis de plus propre.

Notes

25 – Jacques Derrida, Ulysse gramophone, Galilée, 1987.

26 – Francis Ponge, Pour un Malherbe, O. C., t. II, p. 186.

27 – Ibid., p. 186-187.

28 – Ibid., p. 257.

29 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, III, Pièces, O. C., t. I, p. 783.

30 – Francis Ponge, « De la nature morte et de Chardin », L’Atelier contemporain, O. C., t. II, p. 667.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search