Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

7. L’assertion, l’approximation

Texte intégral

Gérard Farasse. – Autre question, toujours sur l’idiome. Il y a chez Ponge des phrases autoritaires, péremptoires, fortement assertives : Ponge tend au proverbe. Et en même temps des phrases incertaines, modalisées, dans lesquelles l’assertion semble suspendue. S’efforçant de décrire les Gorges de la Chiffa, le vendredi 19 décembre 1947, Ponge écrit :

  • 23 – Francis Ponge, « Pochades en prose », Méthodes, II, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 546.

Une sorte de lait, de café au lait. Mais non, cela n’évoque pas du tout le café, plutôt le thé au lait (avec beaucoup de lait et peu de thé très fort).
Oui c’est doré comme le thé.
Un ruisseau de thé au lait.
Cela s’écoule comme d’une commissure.
La montagne perd un ruisseau de thé au lait.
Dans une tasse (une sous-tasse) d’assez rugueuse terre grise.
Et la brèche dans la montagne est comme d’un pudding (ou cake, plutôt cake) assez friable. Une pâte assez levée, assez grasse, entre bien cuite et pas très bien cuite – et cela casse de la façon la moins géométrique – cela s’effrite plutôt, cela s’éboule. Par endroits, la pâte est plus sèche, comme sablée.

la chiffa. – Un lait d’argile, une tisane de sable.
(Je l’ai cherchée longtemps, cette Chiffa. Il me semble que je la tiens à peu près, maintenant.)23

  • 24 – Francis Ponge, Nouveau nouveau recueil, II, O. C., t. II, p. 1217.

On ne peut que s’émerveiller de l’excès de scrupule qui conduit à ce cheminement. Après que Ponge a travaillé tant de mots, il n’en retient que quelques-uns : « Un lait d’argile, une tisane de sable ». Encore n’est-ce pas tout à fait sûr : la parenthèse remet pour une part en question cette certitude : « il me semble », « à peu près ». Ma question serait la suivante : comment concevoir les rapports entre ces deux types de phrases, l’une hyperthétique comme disent les linguistes (et Ponge dans L’Opinion changée quant aux fleurs24), l’autre « hypothétique » ? La phrase hyperthétique annule-t-elle la phrase hypothétique ? Il pourrait le sembler à lire le Parti pris des choses : Ponge y efface ses traces. Par la suite tout se passera comme s’il lui était devenu impossible d’effacer : pour effacer, il ajoute comme on fait lorsque l’on parle. Le texte est raturé mais c’est d’une sorte de rature blanche qu’il s’agit : il n’y a pas d’effacement définitif. Il y a la trace d’un effacement. Ponge laisse apparaître tout ce labeur d’approximations, si bien qu’il faut le considérer comme faisant partie du texte. J’ai parlé de la phrase mais cette question en pose une autre, plus vaste : quelles sont les limites du texte ? Les brouillons (c’est-à-dire l’équivalent de la phrase « hypothétique ») ne sont-ils que l’enfer dont le texte « définitif » (c’est-à-dire l’équivalent de la phrase hyperthétique) serait le paradis ?

Jacques Derrida. – Ponge est sans doute l’un de ceux qui, en ce temps, ont le plus fait pour questionner l’institution – ou la convention – qui distingue entre la version définitive (publiée ou publiable) et la « fabrique », le procès, l’écriture génétique. Il a accepté d’exhiber publiquement le travail comme tel : les brouillons, les ratures, les esquisses, les circonstances, la correspondance autour d’un texte en train de s’écrire, etc. : La Table vient d’être publiée comme naguère La Fabrique du Pré ou encore Comment une Figue de paroles et pourquoi. À lui seul, ce geste donne à réfléchir sur ce qu’est l’institution littéraire. Longtemps elle a vécu de la distinction entre la dignité du texte fini, publiable, par l’auteur ou ses représentants, et ce qu’elle refoulait : brouillons, ratures, approximations. La contribution de Ponge est donc, d’une part, un apport à l’histoire de la légitimité littéraire, l’apport historique de l’historien autant que de celui qui fait l’histoire. D’un autre côté, il rappelle ainsi à notre attention que ce qu’il veut prendre ou tenir dans sa description, c’est autant la chose même que l’expérience durable ou l’affect, l’affect en procès, en quelque sorte, de son appréhension de la chose ; quand il écrit : « je la tiens », il parle de la Chiffa elle-même (qui, par parenthèse, est un lieu que je connais)...

Gérard Farasse. – Et c’est pourquoi je vous ai choisi ce passage...

Jacques Derrida. – Il y a donc ce lieu, tel qu’il l’a vu, tel qu’il y a vécu, tel qu’il l’a appréhendé ; et il y a aussi ce nom, ce n’est pas n’importe lequel. Quand il dit qu’il la tient, il n’est pas question de tenir, de maintenir ou de retenir la chose même, bien sûr, mais d’obtenir l’expérience singulière de l’apparition à lui de la Chiffa, la Chiffa-pour-lui, ce qui ne veut pas dire simplement subjective, au sens où cela ne tiendrait que pour lui, où ce serait simplement une représentation pour lui ; néanmoins, c’est l’expérience qu’il a faite de la chose même mais qu’il a faite lui-même, c’est l’impression : il y a chez Mallarmé et chez d’autres, chez les peintres en particulier, un discours sur le fait que ce qu’on peint, c’est sans doute la chose même, mais d’abord l’impression que la chose même fait sur nous, la phénoménalité du phénomène de la chose même pour l’expérience. Cette impression n’est jamais simplement installée en un présent monumental, c’est un procès qui lui-même se tient dans l’approximation. Seule une écriture en procès peut tenter de se mesurer à (ou rendre compte de) cette approche. Publier les brouillons, dès lors, ce n’est pas une complaisance narcissique (« voyez comme les esquisses étaient déjà riches ou intéressantes ») ou l’aveu d’un échec (« je n’ai pas réussi à finir cette chose et je livre tous les matériaux de mon travail »), c’est la sensibilité fidèle à ce qui n’a pu être qu’un mouvement de l’expérience comme dans l’écriture, dans l’expérience comme écriture. Dès lors qu’on prête, qu’en vérité on doit quelque attention à ce procès (et ce mot vaut du côté du processus mais aussi du côté du droit, de la dette, de la responsabilité : du témoignage), c’est par souci de son devoir à l’endroit de la chose et de l’expérience de la chose que Ponge publie tout : les ratures, et les ratures au sens des brouillons mais aussi ce qui est structuré, dans le texte final, comme rature, approximation, usure des métaphores. Et cela ne disqualifie pas la différence entre la version dite finale, enfin arrêtée, et accédant à un statut social original et d’autre part le mouvement d’approche qui tend vers elle (un brouillon, une esquisse, des notes restent des écritures inachevées, leur statut et leur fonction doivent rester intacts, comme « l’idée » ou le « désir » de la version définitive, autrement signée, même quand on l’abandonne encore imparfaite). On a besoin que le système reste intact, on ne peut se passer du telos et de la légitimation de l’œuvre achevée, mais ce système est soumis à un autre jeu et se trouve interrogé, lu comme tel, dé-naturalisé par la publication de la « fabrique ». Dans le texte que vous avez cité, pour revenir un peu en arrière à la question de la métaphore et de l’analogie, celles-ci (« une sorte de lait », « oui, c’est doré comme le thé », « cela s’écoule comme d’une commissure », « comme d’un pudding ») se présentent comme telles, avec la syntaxe, le langage, le « comme » de la comparaison et dès lors, justement, que le « comme » est souligné par sa répétition, il y a une franchise, une non-dissimulation : ce ne sont que des métaphores, par lesquelles j’approche de tous les côtés quelque chose que, peut-être, je vais finir par surprendre, par prendre, par tenir ou soutenir... peut-être non... Il me faut en témoigner.

Gérard Farasse. – Et le texte, encore une fois, décrit son propre mouvement : « cela s’effrite plutôt, cela s’éboule »...

Jacques Derrida. – Oui, et quand il écrit « je la tiens », cette affirmation veut dire aussi : je tiens mon texte, je le tiens, je le comprends, je m’y tiens, il me tient, ça tient, ça tient tout seul et l’un tient l’autre. Tiens, c’est aussi à toi, je te tends cela que je tiens. Tendre pour donner, donner à tenir, tenir à tendre, tenir à donner : à l’autre la chose.

Gérard Farasse. – On a le sentiment d’un paradoxe entre une écriture qui fait loi, qui se présente comme proverbiale, définitive, et une écriture très incertaine qui est celle que vous venez de commenter ; quand il conclut par « je la tiens », il résume en une formule qui est une formule à inscrire dans la pierre...

Jacques Derrida. – En même temps, il n’efface pas, si je puis dire, ses ratures, elles sont laissées là, données, abandonnées ; et au moment même où elles paraissent rejetées, voire annulées, elles se gardent, il se garderait de ne pas les garder. Le texte qu’il tient, maintient, retient, c’est la totalité ou plutôt l’approche infinie de la totalisation qui s’affirme : la rature est ré-affirmée, avec autorité. Ponge est un auteur autoritaire, un écrivain à la démarche fière, ferme et résolue. Au fond, il ne renonce à rien : quand il a raturé, il trouve la rature intéressante et il a raison. Mais il faut qu’il ait raison, sans quoi il aurait tort, n’est-ce pas ? Tort de se montrer si résolu à faire ou à montrer ce qui ne le mériterait pas ! D’autres, oui, auraient tort de nous laisser leurs ratures et feraient mieux d’hésiter. Il y a rature et rature. Dans le procès, la rature – le raturant aussi bien que le raturé de la rature – continue à servir. Son signe se monumentalise dans la signature : c’est pourquoi il laisse ses brouillons sur la table, il laisse La Table sur la table.

Gérard Farasse. – De ce point de vue là, il y a une grande évolution entre les textes du Parti pris des choses où les textes, pour la plupart, sont plutôt bouclés, et les textes qui vont suivre, qui eux, exhibent tout ce travail qui était occulté.

Jacques Derrida. – Il faudrait, à ce propos, retracer une histoire de la légitimation dont nous parlons, de celle-ci. Car, à un moment donné, à un moment très déterminé, Ponge a eu l’audace de présenter ses ratures, de les donner, ce qu’il n’a peut-être pas osé faire auparavant, et il se l’est payée, cette audace, parce que son nom et sa signature avaient alors le crédit nécessaire. Il y a là une histoire de la légitimation et elle passe aussi par l’autre, c’est une auto-hétéro-légitimation.

Notes

23 – Francis Ponge, « Pochades en prose », Méthodes, II, Le Grand Recueil, O. C., t. I, p. 546.

24 – Francis Ponge, Nouveau nouveau recueil, II, O. C., t. II, p. 1217.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search