Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

6. La métaphore

Texte intégral

  • 17 – Jacques Derrida, La Vérité en peinture, Flammarion, coll. « Champs », p. 117-118.

Gérard Farasse. – Puisque nous en sommes à la question de l’idiome, peut-être pouvons-nous nous interroger sur la métaphore. À l’inverse de beaucoup de poètes (je songe aux surréalistes, par exemple), l’ambition de Ponge n’est pas de faire s’épanouir de belles métaphores : il se méfie des images. Elles vont à l’assimilation quand lui va à la différence (« la qualité différentielle »). Pourtant on ne peut les exclure et d’ailleurs il est nécessaire de rappeler dans le concept la métaphore qu’elle comporte. Voyez L’Opinion changée quant aux fleurs, que vous citez dans « Parergon17 » :

  • 18 – Francis Ponge, Nouveau nouveau recueil, II, O.C., t. II, p. 1204.

La fleur est une des passions typiques de l’esprit humain. L’une des roues de son manège. L’une de ses métaphores de routine.
L’une des involutions, des obsessions caractéristiques de cet esprit.

Pour nous libérer, libérons la fleur.
Changeons d’opinion quant à elle.
Hors de cet involucre :
Le concept qu’elle devint,
Par quelque révolution dévolutive,
Rendons-la, sauve de toute définition, à
ce qu’elle est.
– Mais quoi donc ?
– Bien évidemment : un conceptacle18.

Ponge utilise, me semble-t-il, au moins deux procédures pour rendre la métaphore propre ; la première, constante, consiste à empêcher la fusion du comparant et du comparé ; ceux-ci, chez lui, sont toujours comme en querelle ; il y a des frictions, des frottements : ils n’adhèrent pas. Après avoir posé la métaphore, Ponge l’annule aussitôt ; après avoir indiqué l’analogie, il souligne les différences. À la figuration succède une défiguration. Un seul exemple, dans La Guêpe :

  • 19 – Francis Ponge, La Rage de l’expression, O. C., t. I, p. 340.

Analogie de la guêpe et du tramway électrique. Quelque chose de muet au repos et de chanteur en action. Quelque chose aussi d’un train court, avec premières et secondes, ou plutôt motrice et baladeuse. Et trolley grésilleur. Grésillante comme une friture, une chimie (effervescente).
Et si ça touche, ça pique. Autre chose qu’un choc mécanique : un contact électrique, une vibration venimeuse.
Mais son corps est plus mou – c’est-à-dire en somme plus finement articulé – son vol plus capricieux, imprévu, dangereux que la marche rectiligne des tramways déterminée par les rails19.

L’autre procédure consiste à les multiplier afin de neutraliser leur effet. Ponge traverse la métaphore dans le premier cas et se fraye un chemin entre les métaphores dans le second. Il faudrait citer ici le très beau passage de Réponse à une enquête radiophonique sur la diction poétique où il décrit la façon dont il ressent son travail au moment même où il l’accomplit :

  • 20 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, II, Méthodes, O. C., t. I, p. 645.

Fort souvent il m’arrive, écrivant, d’avoir l’impression que chacune des expressions que je profère n’est qu’une tentative, une approximation, une ébauche ; ou encore que je travaille parmi ou à travers le dictionnaire un peu à la façon d’une taupe, rejetant à droite ou à gauche les mots, les expressions, me frayant mon chemin à travers eux, malgré eux. Ainsi mes expressions m’apparaissent-elles plutôt comme des matériaux rejetés, comme des déblais et à la limite l’œuvre elle-même parfois comme le tunnel, la galerie, ou enfin la chambre que j’ai ouverte dans le roc, plutôt que comme une construction, comme un édifice, ou comme une statue20.

  • 21 – Jacques Derrida, La Voix et le Phénomène. Introduction au problème du signe dans la phénoménologi (...)

Voilà une merveilleuse perception endoscopique. « Lancer les métaphores contre les métaphores », telle était, dès La Voix et le Phénomène21, votre démarche pour tourner ou retourner ce trope. Entre votre façon de traiter la métaphore et celle de Ponge, quelles sont les ressemblances, quelles sont les différences ?

Jacques Derrida. – Il y a d’abord le génie singulier de Ponge, mais aussi une loi qui tient à la structure de la métaphore et au concept de cette structure. Une métaphore a toujours été ce qui, ayant servi, par analogie et ressemblance à approcher une identité ou une essence, est ensuite rejeté, débordé ou surmonté, rendu inutile par l’épuisement même de son usage. De ce point de vue-là, le geste qui consiste à se servir d’une métaphore pour ensuite la jeter, la congédier ou à multiplier les métaphores pour les jeter les unes contre les autres afin d’obtenir ou d’approcher, au terme de cette consumation de métaphores, l’intuition de la chose même, sans métaphore, c’est la tradition même de la métaphore. Dans le merveilleux texte que vous venez de citer, même quand il décrit sa pratique de la métaphore, et pour se porter au-delà d’elle, Ponge le fait à travers elles ; il fait ce qu’il dit qu’il fait : « à la façon d’une taupe », « comme le tunnel, la galerie », « plutôt que comme une construction ». « Comme-plutôt-que-comme » : tel est le mouvement de fouissement de ce texte. Ponge se sert d’une métaphore contre une autre pour dire ce qu’il fait avec des métaphores. Il y a là une grande consommation de métaphores sans métaphorique : sa poésie, vous avez raison de le souligner, n’est pas une poésie métaphorique ou symbolique, mais c’est une poésie qui met les métaphores au feu, en quelque sorte. Il en garde une au feu, comme on dit, pendant qu’il est en train de griller, de brûler ou de consommer l’autre, de la jeter.
Pour traiter sérieusement ce problème, il faudrait s’engager dans la question du concept de métaphore, soit qu’on l’oppose à d’autres figures comme la métonymie, soit qu’on l’oppose à une possible non-figurativité du langage comme s’il existait dans la langue, dans l’usage de la langue...

Gérard Farasse. – Vous disiez non, dans La Voix et le Phénomène, vous écriviez, si je me souviens bien, qu’il est impossible d’écrire sans métaphores : on est obligé d’en passer par les métaphores.

  • 22 – Jacques Derrida, Marges de la philosophie, op. cit.

Jacques Derrida. – Oui, et en même temps, j’ai tenté, dans « La Mythologie blanche »22, de marquer en quoi la métaphore et le concept de métaphore, malgré leur opposition apparente au concept, et au concept de concept, malgré toutes les oppositions dans lesquelles la métaphore est prise, impliquaient une philosophie, je dirais même la philosophie. Dès lors que la langue est totalement transie de métaphoricité, la métaphore est sans bordure, sans opposition : si le concept garde nécessairement dans sa structure et dans ce qui le tient à la langue quelque chose de métaphorique, le concept de métaphore perd toute limite et n’est donc plus pertinent pour décrire ce dont nous parlons. Autrement dit, tout cela, ce ne sont que des métaphores qu’on utilise, qu’on oppose, qu’on rejette, qu’on dépasse, etc., mais dès lors qu’il n’y a plus rien à opposer à la métaphore, celle-ci n’a plus de pertinence et, au fond, c’est à partir de cette non-pertinence qu’on peut dire que ce qui se passe avec, par exemple, l’écriture de Ponge, dans son usage et son abus des métaphores, c’est quelque chose de non métaphorique ; il abuse de la métaphore pour conduire la métaphore là où il n’en a plus besoin, là où la langue n’est plus métaphorique – ni le concept. Dans le magnifique texte de La Guêpe, ces analogies acceptées ou refusées, et en tout cas corrigées, tout ce travail de la métaphore, dans la métaphore, permet à Ponge de produire, tout à coup, un sentiment d’évidence, alors que, vraiment, rien n’est commun à la guêpe et au tramway électrique, sauf quelque chose qui nous rend à la guêpe : on voit mieux la guêpe après avoir convoqué le tramway électrique et après l’avoir ensuite congédié ; quelque chose de la guêpe et du mot guêpe s’est annoncé et présenté, qui n’a plus besoin du tramway électrique – qui a pourtant, dès lors, fonctionné : il a fonctionné, on coupe le courant, il devient hors d’usage. Ponge montre et effectue le devenir-hors-d’usage des métaphores, il démontre pourquoi son langage met les métaphores hors d’usage. Pour ce faire, il faut les user jusqu’à la corde.

Gérard Farasse. – C’est une démarche plus proche de celle du penseur que de celle du poète ; pour les surréalistes, par exemple, il semble que l’image soit une fin : ils cherchent une belle image, la trouvent et s’y arrêtent...

Jacques Derrida. – Vous avez raison : Ponge ne s’intéresse pas aux images, il ne veut pas vous proposer une image que vous garderiez comme telle et que vous contempleriez, en vous exclamant : « Ah ! comme cette image est vraie ! » ; non, à mon avis, il faut dire : cette image ne vaut rien ; « le tramway électrique », ça ne vaut rien ; « la friture », ça ne vaut rien. Mais même si ces images sont sans valeur, elles auront beaucoup servi la chose même. Les images ne se laissent pas embaumer : elles ne se gardent pas. Un poème n’est pas un musée d’images.

Notes

17 – Jacques Derrida, La Vérité en peinture, Flammarion, coll. « Champs », p. 117-118.

18 – Francis Ponge, Nouveau nouveau recueil, II, O.C., t. II, p. 1204.

19 – Francis Ponge, La Rage de l’expression, O. C., t. I, p. 340.

20 – Francis Ponge, Le Grand Recueil, II, Méthodes, O. C., t. I, p. 645.

21 – Jacques Derrida, La Voix et le Phénomène. Introduction au problème du signe dans la phénoménologie de Husserl, Presses Universitaires de France, 1967.

22 – Jacques Derrida, Marges de la philosophie, op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search