Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

2. L’implicatif

Texte intégral

Gérard Farasse. – Lors du Colloque de Cerisy, vous terminez votre propos sur ces mots :

  • 5 – Jacques Derrida, Signéponge, Seuil, coll. « Fiction et C° », p. 115.

On aura conclu – je l’ai fait afin qu’il soit remarqué – que j’ai parlé trop longtemps pour ne rien dire.
Ni de Francis Ponge lui-même, fors son nom (dont, et compte tenu duquel, j’ai pris le parti, mon parti bien entendu, pour faire chanter sa renommée), ni de son œuvre elle-même5.

Je ne ferai que prolonger la question précédente. Parler pour ne rien dire, c’est encore parler : « rien », ce n’est pas rien, c’est quelque chose. Vous ne proposez pas un discours explicatif sur Ponge. Comment, dès lors, nommer ce que vous faites ? Comment définir le rapport qu’entretient votre texte avec celui de Ponge ? Vous écrivez :

  • 6 – Ibid., p. 30.

Je n’ose pas imaginer dans quel état l’aura pris ou laissé ce colloque mais je crois qu’en effet il ne peut pas être expliqué, ayant tout préparé pour ça dans des textes qui s’expliquent très bien eux-mêmes de telle sorte qu’on y trouve tout, plus ce reste qui empêche un discours explicatif de venir à saturation6.

Peut-être votre travail n’est-il pas explicatif mais (je risque le mot) implicatif, au sens de ce dedans que j’essayais de définir tout à l’heure ?

Jacques Derrida. – L’opposition est-elle nécessaire, voire l’incompatibilité entre l’explicatif et l’implicatif ? Bien que je n’aie rien dit de Ponge et de son texte à l’exception de son nom et de tout ce qui passe par son nom, n’ai-je rien « expliqué » ? Je voudrais encore ne pas avoir renoncé à expliquer ; non pas à expliquer au sens où une science peut prétendre rendre compte d’un objet qui est devant elle, dans son objectivité, mais expliquer au sens de déplier, de rendre compte ; non pas rendre compte au sens positif ou positiviste d’une explication scientifique mais rendre compte au sens où il s’agit d’analyser le compte rendu. Tout revient, me semble-t-il, dans l’explication de Ponge avec la langue française ou avec la littérature française, à rendre des comptes (il s’agit encore une fois de l’engagement, de la dette dont nous parlions tout à l’heure). On est responsable devant la mémoire de la langue, du nom donné, du nom reçu, de l’histoire de la littérature dans laquelle on s’inscrit, on est responsable et on doit rendre des comptes. Alors que soi-même, au fond, on ne compte pour rien à l’origine. La littérature de Ponge consiste, d’une certaine manière, à rendre compte de l’héritage. Par conséquent, ce que je peux essayer d’expliquer, c’est une certaine logique de ce compte rendu, de la dette, de la responsabilité, de l’imputabilité ; et c’est une explication de Ponge quant à l’explication de Ponge avec la langue française. C’est-à-dire avec tant d’autres choses, comme avec la chose même, à savoir l’autre.

Gérard Farasse. – Ce que je voulais dire, c’est que sans doute vous expliquez Ponge, par exemple quand vous dépliez tous les textes à propos du propre mais pour choisir, si on choisit de parler de Ponge, il faut qu’il y ait une sorte d’engagement personnel.

Jacques Derrida. – Bien sûr. De la même manière qu’il s’engage, lui, lui-même, pour expliquer la langue française, pour s’expliquer avec la langue française, Ponge doit, par fidélité à celle-ci, la marquer de son empreinte. C’est là un paradoxe : il doit toucher à la langue française, par respect de gardien. Le gardien de la langue doit affecter la langue héritée, s’y impliquer, y changer des choses, y laisser des marques et donc transformer la mémoire même qu’il veut garder intacte. Il le doit et se le doit. Honorer la dette, cela ne consiste pas à ne pas toucher la langue mais au contraire à la toucher, au plus intime de son corps propre, à s’engager en elle, à la modifier, à répondre à son propre désir. La rhétorique est une érotique, elle le rappelle sans retard : la langue veut être touchée, elle s’offre pour être affectée. Et ce qui se passe entre Ponge et le corps de la langue avec laquelle il s’explique, cela même nous fait obligation d’écrire en quelque façon comme lui, différemment, bien sûr, tout autrement, mais différemment et singulièrement comme il le fait lui-même. Il nous enjoint, à notre tour, de toucher à la langue, de nous laisser prendre et comprendre dans les plis que nous défaisons. Nous expliquons, c’est-à-dire que nous déplions la langue, mais la déplier ne revient pas à la mettre à plat devant nous : la déplier, c’est se prendre d’une autre manière dans les plis de la langue et donc inventer d’autres plis, des plis dans les plis. C’est là une reproduction différente et qui devrait, pour être réussie, être aussi inventive que possible : c’est une répétition inventive du scénario par lequel Ponge, expliquant la langue française, s’expliquant avec la langue française, s’implique avec la langue dans les dessous de ce rapport que vous appelez implicatif avec la langue : je crois que si nous ne le faisions pas, nous ne lirions même pas Ponge. Pour lire Ponge, il faut écrire autrement, écrire comme lui-autrement, gardant ses mots, les entraînant ailleurs ; c’est cette scène-là, ce duel, qui doit se reproduire, mais autrement.

Gérard Farasse. – J’avais proposé, pour donner un nom à ce type de commentaire, le mot de paraphrase après l’avoir débarrassé de ses connotations dépréciatives en lui restituant son sens étymologique : « phrases mises sur le côté », dans les marges, c’est-à-dire à la fois dans Ponge et hors de Ponge, le déformant, le reformant d’une autre façon.

Jacques Derrida. – Oui, dès lors que la paraphrase est autrement signée : écrire de telle sorte que cette autre phrase étant mise à côté de la première phrase, de l’originelle, elle y renvoie de façon absolument irréductible, n’existe pas sans la première et néanmoins constitue une autre phrase, une autre signature, un autre nom. Comme tout autre, elle va être à côté, parallèle (parallèle voulant dire justement l’un à côté de l’autre), mais ces parallèles se croisent. Heidegger écrit que le duel, en quelque sorte, entre un poète (Dichter) et un penseur (Denker), ressemble à des parallèles : ils sont l’un à côté de l’autre ; ce qu’accomplit l’un est très différent de ce que fait l’autre et ne peut jamais y être réduit. Cependant, ce sont des parallèles qui doivent se croiser, si impossible qu’une telle géométrie puisse paraître, et laisser l’une dans l’autre une sorte d’entaille. Cette incision est la signature de la rencontre, si elle a lieu, entre deux signatures.

Notes

5 – Jacques Derrida, Signéponge, Seuil, coll. « Fiction et C° », p. 115.

6 – Ibid., p. 30.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search