Version classiqueVersion mobile

Déplier Ponge

 | 
Jacques Derrida
, 
Gérard Farasse

Au lecteur

Gérard Farasse

Note de l’éditeur

Toutes les références aux textes de Francis Ponge sont données dans les deux volumes de l’édition des Œuvres complètes publiée sous la direction de Bernard Beugnot, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. I et II, 1999 et 2002, désormais abrégée en O. C.

Texte intégral

1« Du 2 au 12 août 1975, se tenait, à Cerisy-la-Salle, un colloque intitulé Ponge inventeur et classique. C’est au cours de ce dernier que Jacques Derrida devait prononcer sa conférence : Signéponge, publiée depuis lors, d’abord aux États-Unis (Columbia University Press, 1984), puis en France, aux Éditions du Seuil (1988). Je n’avais pas pu alors lui poser de questions.

2Mais, ces questions, je les avais gardées en réserve et elles se sont mises à proliférer : ce sont elles que l’on trouvera ici, dans Déplier Ponge. On verra que je me suis bien rattrapé. Elles furent posées au cours de deux entretiens qui eurent lieu, pour l’un, le 12 novembre 1991, à l’École Pratique des Hautes Études en Sciences Sociales, pour l’autre, le 21 décembre de la même année, à l’Hôtel Lutetia (c’est en face).

3C’est à un exercice périlleux que j’ai convié Jacques Derrida : n’avait-il pas tout écrit, en effet, dans Signéponge ? Était-il nécessaire d’y ajouter ? N’allait-il pas se répéter ? Le lecteur en jugera. Et puis la parole improvisée, si elle permet des réussites, est aussi l’occasion de bien des errements : elle est une grâce et une malédiction. La règle du jeu a été la suivante : Jacques Derrida s’est interdit de prendre connaissance de mes questions avant nos entretiens. Quant à moi, par prudence, je les avais soigneusement rédigées. Jacques Derrida a donc pris tous les risques. Il s’y est livré, avec la générosité qu’on lui connaît. Qu’il trouve ici, en toutes lettres, l’expression de ma reconnaissance. »

4Tel était l’avertissement que j’avais rédigé pour présenter notre entretien aux lecteurs du numéro de la Revue des Sciences Humaines intitulé Ponge à l’étude (n° 228, 4e trimestre 1992). Je livre aujourd’hui ce dernier tel quel, afin de respecter la vérité d’un moment, à l’exception du titre primitif, Répliques, qui depuis lors a été utilisé par d’autres.

5Maintenant que Derrida a rejoint Ponge, je les imagine poursuivant leur conversation interrompue, devisant sur les notions de signature, d’idiome, de propreté et de propriété, de chose et d’objet, s’entretenant de littérature et de philosophie, comme ils l’ont fait par le passé. J’ai toujours regretté que cet entretien – dont ceux qui l’avaient lu me disaient l’intérêt cependant que ceux qui n’en avaient qu’entendu parler me reprochaient de ne pas le trouver aisément – ne soit pas plus visible, publié sous la forme d’un petit volume. C’est chose faite. Je m’y suis senti obligé. Moi qui serai en effet toujours leur obligé, ne me devais-je pas de leur rendre hommage ? Écoutons, une nouvelle fois, ces deux œuvres dialoguer.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search