Version classiqueVersion mobile

André Breton

 | 
Gérard Gasarian

Avant-dire (Le Mystère selon Paulhan)

Texte intégral

1A la fin de Clef de la poésie, au terme d’une réflexion hésitante — qui hésite à penser l’impensable —, Paulhan parvient à préciser sinon le sens, du moins la raison du mystère qui lui semble inhérent au langage. Ce mystère, selon lui, consiste en un double échange synchrone, en une double métamorphose simultanée. A mesure que les idées se font mots, les mots deviennent idées :

  • 1 Jean Paulhan, Clef de la poésie, Gallimard, 1944, pp. 85-86.

« Qu’avons-nous cependant appris du mystère, sinon que mot et sens s’y trouvent, chacun pour sa part, privés de leurs signes distinctifs : de leur nature. Ce mystère est l’événement — je l’entends au sens le plus vague — et précisément la métamorphose, par quoi les mots cessent d’être accessibles à nos sens et perdent leur poids, leur bruit, et leurs lignes, leur espace (pour devenir pensées). Mais la pensée de son côté, renonce (pour devenir mots) à sa rapidité ou sa lenteur, à sa surprise, à son invisibilité, à son temps, à la conscience intérieure que nous en prenions. En sorte que le poème, ou le vers, dont tout l’effort tient au contraire à la fixation du mot dans un son et un poids nouveaux : dans une matière plus accomplie — mais à la fixation du sens, à l’inverse, dans une conscience plus sûre et plus poussée — ainsi fortifiant mots comme sens dans leur nature propre — ne peut guère plus nous apparaître que comme une entreprise montée contre ce mystère, et qui tend à empêcher son jeu. »1

Dans le langage courant, les mots s’allègent pour devenir pensées tandis que la pensée s’alourdit pour se faire mots. Echangeant leurs substances et inversant leurs rôles, ces deux partenaires se métamorphosent chacun en son autre. En poésie, au contraire, mots et pensées consolident leurs « natures propres » : le sens s’intériorise plus profondément tandis que le mot se matérialise plus lourdement. Creusant l’écart qui sépare le fond de la forme, la poésie s’oppose au travail du mystère, qui les rapproche. Elle vise à stabiliser des éléments volatiles qui, par un mystère contre nature, tendent à échanger leurs traits distinctifs.

2Dans ce but, elle allège ce qui est léger (le sens) et alourdit ce qui est lourd (les mots), renforçant ainsi la polarité de composants qui, du coup, s’attirent d’autant plus que leurs charges s’opposent. Dans un renversement inattendu, ce qu’on voulait empêcher, minimiser ou supprimer se trouve favorisé, accentué ou approfondi, au point que « l’entreprise montée contre (le) mystère » travaille au rebours du résultat escompté, selon un paradoxe que Paulhan formule ainsi :

  • 2 Ibid., pp. 87-88.

« Le passage de ce mystère se trouverait en poésie — tant on avait pris contre lui de solides garanties — d’autant plus inattendu que le poème était contre ce mystère une précaution plus sage et mieux calculée. D’autant plus frappant qu’on lui avait retiré toutes chances de jouer ; d’autant plus indiscutable que la machine montée contre lui était plus forte et mieux agencée — et nous, plus émerveillés de son apparition. Si Amphion ne fait voler qu’un grain de poussière, l’on peut dire que c’est le vent. Mais si c’est un quartier de roche… Or, le poème, de toute évidence, ressemble plutôt au quartier de roche. »2

Faisant pièce au souffle qui passe sur lui, le poème se fait « quartier de roche », pour n’être pas emporté comme un vulgaire grain de poussière, comme une simple parole commune. Dans son effort, pourtant, il fait le jeu de ce mystère inévitable qui, en l’emportant quand même, tout bloc qu’il soit, s’en trouve renforcé.

3Par sa référence à Amphion, Paulhan s’exprime dans un tour poétique (parabolique) qui confirme et illustre sa thèse. Dans une parabole où le mystère redouble, les mots s’emportent non seulement vers le sens, mais vers un autre sens qu’il convient de déchiffrer. Rappelons d’abord la lettre de l’allusion mythologique. Devenu roi de Thèbes avec son frère Zéthos, Amphion entoura la ville d’une solide muraille protectrice, construite à l’aide de pierres qu’il attirait, et assemblait aux accents de sa lyre — tandis que son frère, lui, les transportait sur son dos. Transposé dans une autre clef, le récit se métamorphose : les pierres s’allègent pour devenir des mots, et la muraille le poème ; le danger, quant à lui, devient le mystère, Amphion le poète et son frère le prosateur. Amphion moderne, le poète cherche à disposer les mots, sur la page, en solides quartiers capables de résister au mystère. Mais pour ce faire, il doit d’abord les soulever aux accents de sa lyre, opérer des miracles qui ne font que corroborer ce mystère. Croyant vaincre son ennemi, le poète lui prête main forte, dans une illusion qui somme toute leur profite, chacun se fortifiant de l’endurance de l’autre. Autrement dit, le mystère s’accroît de la résistance accrue qu’on lui oppose, une résistance toujours vaine et illusoire, car elle renforce, au lieu de la dissiper, l’illusion que les mot sont des idées et que le fond s’emporte avec la forme. Malgré elle, la poésie favorise ainsi une illusion à laquelle elle s’oppose pourtant ouvertement.

4Le mystère, selon Paulhan, tient à l’impossibilité où nous sommes, face au langage, de ne pas faire comme si :

  • 3 Ibid., p. 81.

« Il ne nous est pas donné, sans doute, de penser ouvertement que la forme et le fond sont une même chose, et qu’un mot est une idée ; mais il nous est permis du moins de penser l’« ourlet des airs » ou « la rosée à tête de chatte » comme si les mots étaient des idées, et la forme était le fond. Il nous est permis de les penser de biais. Il ne nous est même permis de les penser que de biais. Somme toute, la contradiction étant de toute manière inévitable (et toute observation directe parfaitement chimérique), la clef est en quelque manière un accommodement et comme un pacte conclu avec cette contradiction, qui la situe à la seule place où il nous soit donné de l’entendre. »3

Le pacte ici décrit ne concerne que le langage commun. La poésie, quant à elle, ne pactise pas — du moins en théorie — avec la contradiction qu’implique une forme-fond. Mais par sa vaine résistance, elle contribue malgré elle à l’illusion qu’elle dénonce et ne fait qu’ajouter à la contradiction qu’elle déplore, redoublant ainsi la nécessité du pacte. Entre le langage commun et le langage poétique, selon Paulhan, il n’y a jamais qu’une différence de degré — non de nature —, de sorte que ce qui est vrai du premier peut se dire à plus forte raison du second. C’est ainsi que pour servir sa thèse sur le langage commun, Paulhan tire ses exemples du langage pourtant peu commun de la poésie surréaliste. Quoi qu’elle en ait, la poésie ne se laisse pas voir, ni entendre, sous un jour privilégié. « La seule place où il nous soit donné de l’entendre », peut-on dire aussi bien (et même mieux) du poème, c’est « de biais », et ceci d’autant plus que le poème biaise avec une contradiction qu’il ne peut lever qu’en l’aggravant — faisant du « grain de poussière » un « quartier de roche ».

Notes

1 Jean Paulhan, Clef de la poésie, Gallimard, 1944, pp. 85-86.

2 Ibid., pp. 87-88.

3 Ibid., p. 81.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search