Version classiqueVersion mobile

Théâtre et intermédialité

 | 
Jean-Marc Larrue

Partie 1. Perspectives théoriques et historiques – Intermédialité et théâtre

Arts et théâtralités : pratiques intermédiales dans les années soixante1

Katia Arfara

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’approche formaliste du modernisme américain, cristallisée dans la période de l’après-guerre par la critique puriste de Clement Greenberg et Michael Fried, s’est confrontée dans les années soixante une volonté artistique de transgresser les schémas institutionnels à partir de pratiques intermédiales très variées. La remise en cause des limites entre les disciplines naît d’un déplacement de point de vue permettant d’insérer, dans des genres spécifiques, des démarches inhérentes à d’autres champs de création. Plus particulièrement, cette analyse se focalisera sur l’art minimal et la danse dite postmoderne en tant que champs emblématiques de l’intermédialité dans les années soixante. Notre propos n’est pas de proposer une cartographie de ces pratiques intermédiales mais d’étudier le décloisonnement des genres au croisement des arts de la scène et des arts plastiques, la théâtralité étant le principal moteur de cette mise en crise de la représentation.

Par-delà ses origines culturelle...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search