Version classiqueVersion mobile

Comiques

 | 
Daniel Grojnowski

Annexe

Alphonse Allais et Mark Twain

Texte intégral

Trois récits en chausse-trappes

1A. Allais, « Les deux hydropathes »

2A. Allais, « Un moyen comme un autre »

3M. Twain, « Un roman du Moyen Âge »

Les deux hydropathes, histoire fumiste en deux tableaux dont un prologue1

Prologue

4C’était un samedi au café du Coucou… Il pouvait être neuf heures du soir. Deux jeunes gens, qu’on pouvait reconnaître pour hydropathes, sans y être exercé depuis longtemps, terminaient un mazagran très mouillé de cognac. L’un d’eux dit : « Il serait temps d’aller à la séance », et, tirant de son gousset un disque d’argent, il en frappa la table de marbre à petits coups. Ce devait être un signal, car Élise, qui était assise à côté, vint recevoir sa monnaie. Le jeune homme, en bon hydropathe, laissa à la jeune femme un plantureux pourboire, et tous deux se levèrent.

5Le premier enfila un long ulster et se couvrit d’un petit chapeau gris en feutre mou. L’autre, enveloppa sa personnalité d’un ample mac-farlane, et surmonta le tout d’un chapeau haut-de-forme.

6Ils sortirent, longèrent la rue de Vaugirard, tournèrent à gauche dans le boulevard Michel. Arrivés au coin de la rue Soufflot, l’Ulster dit :

– Prenons la rue Soufflot, la place du Panthéon, la rue Clovis, la rue Cardinal-Lemoine, c’est plus simple. Le Mac-farlane, d’une voix ferme, reprit :
– Tu es fou. Voyons. Il est infiniment plus raisonnable de descendre le boulevard Michel, et d’enfiler la rue des Écoles jusqu’à la rue Jussieu. La discussion dura quelques instants, amicale mais animée.
– Veux-tu que je te dise, termina l’Ulster, va par ta rue des Écoles, moi j’irai par la rue Clovis. Nous verrons qui sera arrivé le premier. Tous deux, après avoir fait quelques pas chacun dans leur direction, revinrent au point de départ, et le Mac-farlane, d’une voix méfiante :
– Tu sais, hein, pas de sapin !
– Es-tu bête… .

7Fin du prologue

Deuxième tableau

8Huit minutes environ après les faits que nous venons de raconter, deux fiacres trinquèrent violemment à l’angle des rues Jussieu et Cardinal-Lemoine. l’un descendait du Panthéon, l’autre venait de la rue des Écoles.

9De ces deux sapins émergèrent brusquement deux jeunes gens d’apparence furibarde. Le premier était vêtu d’un long ulster, et coiffé d’un petit chapeau gris en feutre mou. L’autre était enveloppé d’un ample mac-farlane, le tout recouvert d’un chapeau haut-de-forme.

10Je m’approchai pour voir…

11Ce n’était pas eux.

Un moyen comme un autre

– Il y avait une fois un oncle et un neveu.

– Lequel qu’était l’oncle ?

– Comment, lequel ? C’était le plus gros, parbleu !

– C’est donc gros, les oncles ?

– Souvent.

– Pourtant, mon oncle Henri n’est pas gros.

– Ton oncle Henri n’est pas gros parce qu’il est artiste.

– C’est donc pas gros, les artistes ?

– Tu m’embêtes… Si tu m’interromps tout le temps, je ne pourrai pas continuer mon histoire.

– Je ne vais plus t’interrompre, va.

– Il y avait une fois un oncle et un neveu. L’oncle était très riche, très riche…

– Combien qu’il avait d’argent ?

– Dix-sept cents milliards de rente, et puis des maisons, des voitures, des campagnes…

– Et des chevaux ?

– Parbleu ! puisqu’il avait des voitures.

– Des bateaux ? Est-ce qu’il avait des bateaux ?

– Oui, quatorze.

– À vapeur !

– Il y en avait trois à vapeur, les autres étaient à voiles.

– Et son neveu, est-ce qu’il allait sur les bateaux ?

– Fiche-moi la paix, tu m’empêches de te raconter l’histoire.

– Raconte-la, va, je ne vais plus t’empêcher.

– Le neveu, lui, n’avait pas le sou, et ça l’embêtait énormément…

– Pourquoi que son oncle lui en donnait pas ?

– Parce que son oncle était un vieil avare qui aimait garder tout son argent pour lui. Seulement, comme le neveu était le seul héritier du bonhomme…

– Qu’est-ce que c’est « héritier » ?

– Ce sont les gens qui vous prennent votre argent, vos meubles, tout ce que vous avez, quand vous êtes mort…

– Alors, pourquoi qu’il ne tuait pas son oncle, le neveu ?

– Eh bien ! tu es joli, toi ! Il ne tuait pas son oncle parce qu’il ne faut pas tuer son oncle, dans aucune circonstance, même pour en hériter.

– Pourquoi qu’il ne faut pas tuer son oncle ?

– À cause des gendarmes.

– Mais si les gendarmes le savent pas ?

– Les gendarmes le savent toujours, la concierge va les prévenir. Et puis, du reste, tu vas voir que le neveu était plus malin que ça. Il avait remarqué que son oncle, après chaque repas, était rouge.

– Peut-être qu’il était saoul.

– Non, c’était son tempérament comme ça. Il était apoplectique…

– Qu’est-ce que c’est « aplopecpite » ?

– Apoplectique… Ce sont des gens qui ont le sang à la tête et qui peuvent mourir d’une forte émotion…

– Moi, je suis-t-y apoplectique ?

– Non, et tu ne le seras jamais. Tu n’as pas une nature à ça. Alors le neveu avait remarqué que surtout les grandes rigolades rendaient son oncle malade, et même une fois il avait failli mourir à la suite d’un éclat de rire trop prolongé.

– Ça fait donc mourir, de rire ?

– Oui, quand on est apoplectique… un beau jour, voilà le neveu qui arrive chez son oncle, juste au moment où il sortait de table. Jamais il n’avait si bien dîné. Il était rouge comme un coq et soufflait comme un phoque…

– Comme les phoques du Jardin d’acclimatation ?

– Ce ne sont pas des phoques, d’abord, de sont des otaries. Le neveu se dit : « Voilà le bon moment », et il se met à raconter une histoire drôle, drôle…

– Raconte-la moi, dis ?

– Attends un instant, je vais te la dire à la fin… L’oncle écoutait l’histoire, et il riait, il riait à se tordre, si bien qu’il était mort de rire avant que l’histoire fût complètement terminée.

– Quelle histoire donc qu’il lui a racontée ?

– Attends une minute… Alors, quand l’oncle a été mort, on l’a enterré, et le neveu a hérité.

– Il a pris aussi les beaux bateaux ?

– Il a tout pris puisqu’il était seul héritier.

– Mais quelle histoire qu’il lui avait racontée, à son oncle ?

– Eh bien !… celle que je viens de te raconter.

– Laquelle ?

– Celle de l’oncle et du neveu.

– Fumiste, va !

– Et toi, donc !

12Le Chat Noir, 28 février 1885.

13Repris dans À se tordre.

Un roman du Moyen Âge

14Pour s’assurer la succession du duché de Brandenbourg, aux dépens de son frère Ulrich, le vieux lord de Klugenstein fait passer sa fille pour un enfant mâle qu’il dénomme Conrad. À sa majorité, celui-ci prend la direction du duché, au titre de futur héritier. Il ne doit cependant à aucun prix s’asseoir sur le trône, interdit à une femme qui n’a pas été couronnée. La fille d’Ulrich, ignorant le sexe véritable de Conrad, s’éprend de lui et éprouve une grand humiliation à être rejetée. On apprend un jour qu’elle a mis au monde un enfant de père inconnu. Un jugement public se tient, au cours duquel Conrad doit prononcer la sentence, installé sur le trône, en dépit de l’interdiction qui le frappe. Il prend la parole :

« Accusée, au nom de notre souverain seigneur Ulrich, duc de Brandenburg, je m’acquitte de la charge solennelle qui m’a été dévolue. Écoutez-moi. De par l’antique loi de la nation, vous n’échapperez à la mort qu’en produisant et en livrant au bourreau le complice de votre crime. Prenez cette chance de salut. Sauvez-vous, tant que cela vous est possible ; nommez le père de votre enfant ! »

15Un silence solennel tomba sur la cour suprême, un silence si profond que l’on pouvait entendre battre les cœurs. La princesse lentement se tourna, les yeux brillants de haine et pointant son index droit vers Conrad, elle dit :

« C’est toi qui es cet homme. »

16La désolante conviction d’un péril sans secours et sans espoir fit passer au cœur de Conrad un frisson tel que celui de la mort. Quel pouvoir au monde pouvait le sauver ?

17Pour se disculper, il devait révéler qu’il était une femme, et pour une femme non couronnée, s’être assise sur le trône, c’était la mort. D’un seul et simultané mouvement, lui et son farouche vieillard de père s’évanouirent et tombèrent sur le sol.

*

18On ne trouvera pas ici, ni ailleurs, la suite de ce palpitant et dramatique récit, pas plus aujourd’hui que jamais.

19La vérité est que j’ai placé mon héros (ou mon héroïne) dans une situation si particulièrement sans issue que je ne vois nul moyen possible de le (ou la) faire s’en sortir. Et d’ailleurs, je me lave les mains de toute l’affaire. C’est à cette personne de trouver la façon de s’en tirer, – ou bien d’y rester. Je pensais d’abord pouvoir dénouer aisément cette petite difficulté, mais j’ai changé d’avis.

20Traduit de l’anglais par Gabriel DE LAUTREC

Note sur cette édition

Dans le présent volume sont repris trois articles qui, avant remaniement, ont paru dans les revues suivantes :

« Rire, humour, comique », Critique, octobre 1998.

« La poésie drôle : deux ou trois choses que je sais d’elle », Humoresques, janvier 2001.

« Une poétique de l’incongru ? », Revue d’esthétique, « Rires », 2001.

Notes

1 Ce conte a paru dans La Cravache de Montpellier (4 janvier 1880) puis dans L’Hydropathe (15 mars 1880). Il a été publié une nouvelle fois dans Le Chat Noir (9 janvier 1886) mais jamais repris en volume du vivant de l’auteur.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search