Version classiqueVersion mobile

Comiques

 | 
Daniel Grojnowski

Présentation

Texte intégral

1Dans les Lettres et les Arts, le Comique occupe une place inconfortable, pour toutes sortes de raisons dont les effets convergent. Conformément aux cadres de la poétique classique qui souvent se perpétuent insidieusement jusqu’à nos jours, on le catégorise et on le localise de manière aussi stricte que possible, en distinguant ses « niveaux » (bas, élevé ou « moyen ») et en lui assignant des genres homologués qui lui appartiendraient en propre, comme la farce, l’épigramme, la satire. Une tradition durable aspire ainsi à isoler quelques types d’énoncés qui ne contamineraient pas les autres. Par ailleurs, dans une hiérarchie imaginaire, on le situe à un rang subalterne, comme si les expressions les plus nobles relevaient d’une essence qui interdit la dégradation ou la profanation. En dépit d’une revendication déjà ancienne – le Romantisme subvertit les frontières génériques, il associe le Grotesque au Tragique – l’émotion esthétique, au regard de l’opinion courante, est censée exclure l’amusement. L’essai de Baudelaire : « De l’essence du rire et plus généralement du comique dans les arts plastiques » (1855) a été fondateur d’une conception du comique « pur » déjà proche de la nôtre, du fait qu’elle dédaigne tout propos édifiant. Il ne s’en limite pas moins, après quelques incursions du côté du mime, de la comédie-ballet et des contes d’Hoffmann, à l’étude des caricatures en France et à l’étranger.

2Il a fallu attendre la subversion dadaïste pour qu’une vaste mascarade entraîne en ses tourbillons les productions d’art. Elles se donnent alors en spectacle sur le mode du Carnaval et du Monde à l’envers. On énonce le poème en poussant des cris d’animaux, on le produit en tirant au hasard dans un chapeau des mots et des fragments de phrases inscrits sur des bouts de papier ; on baptise sculpture Hérisson un porte-bouteilles acheté au Bazar de l’Hôtel-de-Ville, Fontaine un urinoir de porcelaine signé d’un nom d’auteur. On découpe, on assemble, on colle, on triture tout et n’importe quoi, il n’est pas de matériau qui ne soit apte à fabriquer une Œuvre qu’on dira Dard ou d’anti-Art. C’est de bris-collages, de stratagèmes, de manigances et de cocasseries que désormais l’art-en-sort. Mais les pratiques sacrilèges qui se propagent en Occident depuis les premières décennies du XXe siècle, par un effet de logique perverse, renforcent la sacralité des Œuvres, tout comme les parodies rendent hommage aux modèles éminents qu’elles singent. Dada et ses épigones délimitent un espace de jeu où la nature risible des objets qu’ils exhibent, projette les ombres portées de modèles dont le caractère sérieux paraît demeurer intangible. En ce sens, lorsque Marcel Duchamp provoque la galerie par des exhibitions qui déconcertent, il accomplit le même geste d’insolence qu’avaient commis naguère ses prédécesseurs Hydropathes et Incohérents. Toutefois, s’il est vrai que des années 1880 aux années 1920, les mêmes types de fumisteries adviennent, le regard que jettent sur elles les amateurs n’est plus le même.

3Alphonse Allais donne un remarquable exemple des transformations dont les productions comiques sont l’objet. Longtemps apprécié au titre de simple amuseur, il s’impose peu à peu comme un écrivain à part entière. Dans son ordre alphabétique, le catalogue de la collection de poche Garnier-Flammarion compte, depuis peu, juste avant Andersen, Apulée, Arioste, Aristophane et Aristote, l’auteur d’À se tordre. On le juge digne d’être savamment présenté, annoté, d’être lu et commenté dans les classes. Il appartient au patrimoine national et prend stature de « grand » auteur français comique, au même titre que Rabelais, Molière, Voltaire ou Ionesco. Une si belle promotion ne résulte pas du fait que ses écrits sont mieux connus car ils n’ont cessé d’être divulgués, notamment sous forme d’anthologies où les lecteurs pouvaient puiser des vannes, des bons mots et des histoires drôles. Mais du fait qu’on les estime différemment en termes de valeur, ils ne sont plus exclus a priori du territoire des belles-lettres. On ne juge plus improbable qu’un rigolo soit également un écrivain de style.

4Le comique d’A. Allais déconcerte par ses irrégularités qui lui font emprunter indistinctement des cheminements faciles et subtils. Il se prête à la fois à une approche immédiate et compliquée car en même temps qu’il s’adresse à un public populaire, il échange mille et un clins d’œil avec les initiés. De fait, il se plaît davantage à divaguer qu’à exploiter les filons bien connus de la charge ou de la parodie. S’il vise à faire rire et sourire à tout prix en s’adressant au public le plus large, il s’adresse aussi, en complice, à des lecteurs avertis. Il se risque à toutes les sortes de plaisanteries, en faisant fi du goût, du mauvais goût, au profit du bagout. Quelque chose imprègne les moments de gaieté qu’il diffuse dans la presse de son temps, quelque chose qui confine à la Bêtise, telle qu’elle se manifeste au premier degré, ainsi qu’à une ânerie du second degré que revendiquait son ami Sapeck, le prince des Fumistes. Mais quelque chose aussi qui parfois relève d’une forme encore plus élaborée proche de l’énigme et de l’ineffable. Son œuvre brouille les pistes, elle subvertit les codes et les hiérarchies en associant à une formule du rire « populaire » des productions expérimentales, « hénaurmes » ou sybillines, qui se situent à la limite, entre la Blague et le Sublime. Auteur de tradition, auteur commercial, auteur de rupture, parce qu’il a sapé sans égard l’esprit de sérieux, il modifie d’une manière particulièrement probante la nature du comique dans la littérature et les œuvres d’art.

5À partir d’un auteur à succès, on est en mesure de considérer le statut des productions gaies dans la « modernité » culturelle, en outrepassant le cadre des genres auxquels les études classiques les plus célèbres le confinent : la Caricature pour Baudelaire, le Théâtre pour Bergson, les Histoires drôles pour Freud. Les auteurs introduisent les mascarades du Carnaval sur la scène des cabarets puis dans les revues fantaisistes et dans toutes sortes d’œuvres, littéraire, scéniques ou plastiques. Mais d’autres auteurs (ou parfois les mêmes) diffusent également une essence subtile, un certain air de drôlerie qui parfois altère le comique au sens où on l’entend d’ordinaire. En renonçant à une sacralité qui était censée la « définir », la poésie accorde au rire une part qui lui a été longtemps refusée. Il contamine toutes les sortes d’écrits et de représentations. L’« incongruité » se propage, elle tend à devenir un procédé parmi d’autres, au risque de perdre son caractère déroutant. Le cinéma burlesque vire de la farce au pur spectacle du geste. Par le biais de l’« humour », le Comique se teinte de tonalités qui se situent au-delà du rire à proprement parler, certaines de ses variétés confinent à l’invisible.

L’ Hydropathe du 28 janvier 1880.

L’ Hydropathe du 28 janvier 1880.

Table des illustrations

Titre L’ Hydropathe du 28 janvier 1880.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/81501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search