Version classiqueVersion mobile

Comiques

 | 
Daniel Grojnowski

Avant-Propos

Texte intégral

1La Femme, disait Alexandre Vialatte, remonte à la plus haute antiquité. Il en va de même pour le Rire et le Comique qui hier intéressaient aussi bien les philosophes que les législateurs des Belles-Lettres, et qui concernent aujourd’hui les sciences humaines dans leur ensemble : le sociologue, le psychanalyste, le sémiologue et même le juriste, lorsqu’on se demande jusqu’à quel point on est en droit de se moquer d’un chef d’État, du Christ, de valeurs respectables comme la Famille, la Maternité ou l’appartenance à un groupe humain caractérisé. Les questions se posent de manière confuse, non pas en raison des divers modes d’approche qu’elles suscitent mais du fait qu’on ne sait pas toujours de quoi on parle exactement, lorsqu’on désigne des faits « comiques », après même qu’on a exclu du champ d’études le Rire comme un comportement qui intéresse l’anthropologie.

2Production culturelle relevant des Représentations, le Comique est d’appréhension difficile en raison des multiples composantes qu’il implique en matière de modes d’expression, de genres, d’auteurs, d’interprètes ou de publics. Il condamne à des classifications et à des généralisations, qui bien que opératoires, parviennent difficilement à rendre compte de la nature singulière des œuvres. Or le comique n’existe pas en tant que tel, il est le propre de productions dont chacune a été réalisée ici et maintenant en fonction d’aléas qui forment tout à la fois leur grain et le tissu qui les trame à même l’Histoire. Bien qu’elles engagent des faits de structure qui relèvent de la poétique, les œuvres comiques sollicitent une approche qui éclaire au coup par coup les implications auxquelles elles doivent leur sens et leur saveur.

3En raisonnant un nombre limité de productions inscrites dans un cadre approximatif (1850-1950), je n’ai pas l’illusion de les appréhender plus attentivement que ne ferait une étude panoramique qui traiterait de la satire ou de la farce de l’Antiquité à nos jours. Simplement, j’interroge une séquence particulière et je m’en tiens chaque fois à des exemples choisis. Car je considère les œuvres drôles comme des témoignages datés (des plaisanteries d’« époque ») et comme des productions dont le pouvoir de perturbation préserve, sinon une « éternelle actualité », du moins une possible actualisation : une « modernité ». Bien qu’elles soient historiquement marquées, elles conservent un éclat remarquable. À partir de ce que je conçois aujourd’hui comme « comique », je compose un fragment du passé dont je tente de démêler en quoi il me concerne.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search