Versión clásicaVersión móvil

Cruauté de l’intime

 | 
Dolorès Lyotard

J’ai du cal au coeur

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

– J’ai du cal au cœur, écrit Flaubert qui passe le mot à Louise Colet1. L’écrivain le sait mieux qu’un autre, la chair fait du bois. En sa part la plus tendre, pousse une écorce, durcit un ongle de corne, importun, envenimé. Il s’intaille d’autant mieux que la langue cultive l’excès intrus, s’applique insidieusement à grandir le roncier mental et récalcitrant, afin que, elle, la littérature, qui travaille à rebours, externe la disgrâce pour y intriguer la figure d’éclat qu’il faut à son invention.

La force de l’imagination ne consiste-elle pas à enflammer ce reste intime de l’affect, à donner, comme l’assurait Alain, au souvenir très ordinaire une force de maladie ? L’art est un exercice de cruauté. Et qu’importe, en l’espèce, la curée journalière, l’attaque hystérique ou l’accentuation obsessive et maniaque auxquelles il faut consentir, plus belle sera au final la mal-aimée née au poème. Tulipe noire ou dahlia allégorique2. Dans les mots que la souffrance d’exister instruit et inspi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search