Version classiqueVersion mobile

Cruauté de l’intime

 | 
Dolorès Lyotard

J’ai du cal au coeur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

– J’ai du cal au cœur, écrit Flaubert qui passe le mot à Louise Colet1. L’écrivain le sait mieux qu’un autre, la chair fait du bois. En sa part la plus tendre, pousse une écorce, durcit un ongle de corne, importun, envenimé. Il s’intaille d’autant mieux que la langue cultive l’excès intrus, s’applique insidieusement à grandir le roncier mental et récalcitrant, afin que, elle, la littérature, qui travaille à rebours, externe la disgrâce pour y intriguer la figure d’éclat qu’il faut à son invention.

La force de l’imagination ne consiste-elle pas à enflammer ce reste intime de l’affect, à donner, comme l’assurait Alain, au souvenir très ordinaire une force de maladie ? L’art est un exercice de cruauté. Et qu’importe, en l’espèce, la curée journalière, l’attaque hystérique ou l’accentuation obsessive et maniaque auxquelles il faut consentir, plus belle sera au final la mal-aimée née au poème. Tulipe noire ou dahlia allégorique2. Dans les mots que la souffrance d’exister instruit et inspi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search