Version classiqueVersion mobile

Espaces portuaires

 | 
Jean-François Eck
, 
Pierre Tilly
, 
Béatrice Touchelay

III. Représenter, imaginer, connaitre

Vus/Vues du Fleuve Congo : des écrits coloniaux aux voix congolaises contemporaines

Véronique Bragard et Antoine Tshitungu Kongolo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Long de 4 700 km, une longueur qui monte même à 13 000 km avec ses affluents, le fleuve Congo est le plus profond au monde, le second pour son débit. D’une largeur qui atteint parfois jusqu’à 7 km, il a suscité et frappé l’imagination de nombreux hommes et femmes qu’ils soient habitants, explorateurs, écrivains ou poètes. Plus encore, il représente le lieu même de l’identité congolaise, la matrice de sa culture ancestrale sur laquelle sont inscrits ou sans cesse revisités une série d’éléments historiques, anthropologiques, sociaux, politiques et culturels. Appelé par les Portugais « Zaïre », un nom tronqué dérivé de nzali utilisé par les populations du royaume pour désigner le « fleuve », ce n’est qu’au XVIIIsiècle qu’il fut nommé, toujours par les Européens, Congo, en référence au royaume de Kongo, qui s’étendait alors sur son estuaire.

Le fleuve Congo est une véritable veine jugulaire qui draine les eaux d’innombrables affluents vers l’océan Atlantique. Ces affluents forment un r...

Auteurs

Université de Louvain

Université de Lubumbashi

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search