Version classiqueVersion mobile

Espaces portuaires

 | 
Jean-François Eck
, 
Pierre Tilly
, 
Béatrice Touchelay

II. Systèmes, acteurs, activités

Le trafic charbonnier de la Seine de 1900 à 1940

Pierre Chancerel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les dernières décennies du XIXsiècle, le trafic de la Seine connaît une forte augmentation due particulièrement à des produits importés1. L’essor du transport de charbon sur ce fleuve est un peu plus tardif. C’est à partir de 1900 qu’il devient véritablement le principal produit acheminé par cette voie d’eau. La Seine transporte alors du charbon de différentes origines : le combustible débarqué dans les ports de la Seine inférieure et celui extrait des mines du Nord et du Pas-de-Calais, transporté via le canal de Saint-Quentin et acheminé vers la Seine par l’Oise. C’est le premier courant qui est ici étudié. Il correspond à ce que les statistiques du port de Paris appellent « la ligne Le Havre-Paris ». En réalité, peu de charbon est déchargé au Havre, puisque ce port reçoit plutôt des produits exotiques. Le charbon de la Basse-Seine provient plutôt de Rouen, le premier port charbonnier français. En 1913, y sont débarquées 2,674 millions de tonnes, soit 23,37 % des importation...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search