Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces portuaires

 | 
Jean-François Eck
, 
Pierre Tilly
, 
Béatrice Touchelay

II. Systèmes, acteurs, activités

Chantiers navals et arrière-pays industriels français de la façade maritime Manche-mer du Nord, de la fin du XIXsiècle aux années de crise du XXsiècle (1880-1980)

Éric Kocher-Marboeuf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le siècle compris entre 1880 et 1980 correspond à l’âge d’or de la construction navale européenne reposant sur le triptyque coque d’acier-machine à vapeur et turbine-machine à combustion interne. Si le Royaume-Uni domine cette industrie issue des matières premières de la première Révolution industrielle (« coal and steel give ships », a-t-on l’habitude d’entendre sur les chantiers outre‑Manche1), les cales de lancement des chantiers d’Allemagne, de France, de Suède, sans oublier ceux de Belgique et des Pays-Bas ou de la Pologne, participent à l’excellence industrielle du quart nord-ouest de l’Europe jusque dans les Trente Glorieuses et à son rayonnement économique et commercial. La circulation des compétences humaines et la diffusion des technologies profitent des liaisons maritimes ou terrestres aisées entre les ports et les arrière-pays. Si les dizaines de chantiers répartis le long de l’estuaire de la Clyde à proximité de Glasgow forment un bassin de compétences qui peuvent légit...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540