Version classiqueVersion mobile

Pensées de passage

 | 
Nathalie Barberger

Les rêveurs savants

Avant propos

Texte intégral

1Se séparer, se détacher de soi, mais pas trop, se regarder « avec intelligence », se voir dormir, se voir rêver, c’est ce que tentèrent avec obstination ceux que l’on a coutume de retenir tels « les psychologues pré-freudiens », les onirologues du XIXe siècle. Parmi cette nébuleuse de savants que Freud appelle « une forêt sombre », ces rêveurs savants ou savants rêveurs, il va ici être question de deux d’entre eux : Alfred Maury, auxquels ses travaux d’archéologie et d’histoire des croyances valurent une brillante carrière académique, et Hervey de Saint-Denys le sinologue (ils sont l’un et l’autre cités par Freud dans son Interprétation des rêves). Tous deux déployèrent « un effort prudent, docile et hardi », dans un mixte d’humilité et de décision courageuse, pour saisir les phénomènes psychiques du rêve et du sommeil : un effort d’intelligence, mais un effort qui consent à la docilité, à l’accueil de ce qui arrive, sans volonté autoritaire, tout en maintenant le cap du progrès scientifique. Et tous deux consignèrent leurs rêves. Alfred Maury tint le journal de ses rêves pendant trente ans, Hervey de Saint-Denys commence à treize ans, et accumule vingt-deux cahiers, remplis de figures coloriées, pendant cinq ans, soit mille neuf cent quarante-six nuits, précise-t-il. Et, chez l’un comme chez l’autre, puis de l’un à l’autre, on verra que la pensée du sommeil et du rêve bouge, hésite. Si Maury reste prisonnier d’une représentation physiologique et pathologique, il ouvre cependant la question de la passivité du dormeur, et ne se prononce pas sur la caractère actif ou passif du sommeil et du rêve, tout en s’intéressant à des formes de pensée intermédiaires. Quant à Hervey de Saint-Denys, il invente une méthode pour diriger ses rêves. Ce qui les unit c’est bien l’idée, fût-elle encore timide chez Maury, que la nuit n’est pas seulement le contraire du jour, et que le rêve est peut-être l’élément le plus accueillant à la hantise, aux revenants. Ces onirologues sont des onirophiles.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search