Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie II. Eugène de Kermadec, peintre de l’obscurité (1899-1976)

Chapitre 5. L’Œuvre méconnue

Texte intégral

  • 1 Daniel-Henry Kahnweiler, « Eugène de Kermadec », La Revue internationale 2.11, décembre 1946, artic (...)
  • 2 Voir la note 1 du présent chapitre.
  • 3 Voir la note 1 du présent chapitre.
  • 4 Voir la note 1 du présent chapitre ; c’est moi qui souligne.
  • 5 Yves Bougeard, introduction au catalogue Filiation, op. cit., p. 5 ; je souligne.
  • 6 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.
  • 7 François Coulon, Conservateur au Musée des beaux-arts de Rennes, explique : « Philippe Dodier a écr (...)

1Où s’inscrit l’œuvre de Kermadec dans l’histoire de l’art au XXe siècle ? Pour Kahnweiler, ce peintre « est peut-être le successeur le plus authentique [des Cubistes] »1 en ce qu’il s’essaye à une « figuration nouvelle du volume »2, la superposition des formes sur une seule et même toile3. Avec ceci de particulier, toujours selon Kahnweiler : « Ce qui distingue Kermadec des Cubistes […] c’est le souci de spontanéité – ou comme il dit lui-même ‘‘d’instantanéité’’. Les Cubistes tentaient de fixer l’ensemble des connaissances qu’ils avaient de l’objet : Kermadec veut rendre sa sensation du moment devant cet objet »4. Il s’agit donc d’« une suite aux formulations cubistes »5. Amateur de Kermadec et ami intime de la famille du peintre, Philippe Dodier explique que Kahnweiler « a compris tôt qu’Eugène de Kermadec [irait] plus loin [que les Cubistes], s’engageait dans une peinture qui quoique figurative s’envolait vers une invention qui semblait ne plus l’être »6. Et Philippe Dodier de conclure : « Sa peinture figurative, mais cependant de lecture difficile, représente un véritable pour ne pas dire un unique ‘‘Trait d’union’’ entre le Cubisme et l’Abstraction »7.

  • 8 Castor Seibel, « Eugène de Kermadec : vers un présent défini (lignes d’approche) », Cahiers bleus, (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Paul Seylaz, « Kermadec », La Chaux-de-Fonds, Musée des Beaux-arts, 1975. Article repris dans Le Ca (...)
  • 11 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.
  • 12 Eugène de Kermadec cité par Yves Bougeard dans Filiation, op. cit., p. 11.

2Unique, en effet. Castor Seibel remarque : « Devant ces peintures vous ne pensez à aucun autre peintre »8 : le constat vaut autant pour les tableaux produits « vers 1927 »9 que pour les plus tardifs. Paul Seylaz précise : « En son œuvre insolite, fascinant, alliant tachisme et graphisme, Kermadec demeurera inclassable, et de là irrécupérable pour les auteurs des grands panoramas de l’art de notre temps. Le refus que l’on affiche ci et là d’une mention ‘‘Kermadec’’ »10. Gil confirme que son père « n’a jamais adhéré à un mouvement »11 esthétique ou politique, préférant – comme Francis Ponge – garder son indépendance. « Actuellement, mes contemporains dans les arts plastiques ne peuvent m’aider en rien », proclame-t-il12. Pas question donc de se laisser tenter par le surréalisme, par exemple. Dans un autre texte sans date qui figure dans le catalogue Filiation, il insiste :

  • 13 Voir les textes inédits de Kermadec repris dans Filiation, op. cit., p. 10.

Je ne suis pas un révolté. À un moment où la révolte semble être à l’ordre du jour, tout au plus puis-je passer pour un non-conformiste – et pourtant je me sens tout à fait adhérer à mon époque. Ce qui implique évidemment mon adhésion à la vie. Autrement dit, je ne suis pas plus révolté par le temps dans lequel je vis que je n’éprouve le sentiment d’absurdité de la condition de l’homme. Je me trouve au contraire en accord profond (et même physique) avec ce qui m’entoure13.

  • 14 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.
  • 15 Yves Bougeard, texte sans titre qui date de 1999 et qui fait partie du fasicule accompagnant le Cat (...)
  • 16 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.

Kermadec va payer cher son non-conformisme, le public trouvant son œuvre illisible : « pas commerciale, selon Philippe Dodier, personne n’y comprenait rien et ne faisait pas l’effort de la comprendre, à commencer par les musées d’art moderne et particulièrement Français et Américains »14. Yves Bougeard, quant à lui : « Par son isolement volontaire, Eugène de Kermadec n’a certainement pas favorisé la confrontation de ses œuvres à celles de ses contemporains »15. Reste que la galerie a trouvé des acheteurs « en Suède et au Japon particulièrement »16. Sur l’incompréhension du public en France et ailleurs, un échange entre Kahnweiler et Francis Crémieux dans Mes galeries et mes peintres s’avère révélateur :

  • 17 Daniel-Henry Kahnweiler et Francis Crémieux, Mes galeries et mes peintres : entretiens, op. cit., p (...)

[Kahnweiler : ] […] Il [Kermadec] possède une petite maison au bord de la mer dans le Cotentin qui provient des parents de sa femme. Les paysages qu’il peint là sont frappants de ressemblance quand on a trouvé la clef. Ils sont très difficiles à lire, semble-t-il d’abord ; mais quand on a vu une photo du même paysage, on est frappé de voir combien tout y est, le moindre petit pignon, rien n’est omis.
[Crémieux : ] – Mais vous, grand serrurier de la peinture, vous trouvez facilement les clefs pour déchiffrer : ce que vous me dites de Kermadec prouve que vous avez tout de même dû apprendre à lire Kermadec.
[Kahnweiler : ] – Il faut apprendre, il faut toujours apprendre à lire la peinture. Je vous ai dit au début de nos entretiens déjà que la peinture était une écriture ; mais toute écriture est convention, il faut que cette convention soit acceptée et qu’on ait bien voulu apprendre à lire. C’est ce qu’il ne faut pas oublier, mais il est bien évident qu’il n’y a pas besoin pour ça d’un travail quelconque, l’habitude seule peut suffire17.

  • 18 Voir Pierre Assouline, L’Homme de l’art : D.-H. Kahnweiler 1884-1979, op. cit., p. 56-673.
  • 19 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007. D’ailleurs, Pierre Assouline confirme les propos de M. (...)
  • 20 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.
  • 21 Yves Bougeard et Gil de Kermadec, fasicule accompagnant le Catalogue raisonnné de l’oeuvre d’Eugène (...)
  • 22 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.
  • 23 Évidemment j’exclue de cette liste l’exposition de 1929, tenue à la Galerie Simon ainsi que celle d (...)
  • 24 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.

La force de Kahnweiler vient en partie de sa capacité à repérer les nouvelles écritures plastiques qui vont bouleverser les codes esthétiques18. En désirant soutenir un artiste comme Eugène, il « ne regardait ni le côté commercial, ni le côté production du peintre, assure Philippe Dodier. L’œuvre lui plaisait, il l’avait découverte, il y croyait, il l’achetait. Restait à convaincre les clients de la galerie »19. Notre amateur reconnaît volontiers que « [l]e grand mérite de DHK [Kahnweiler] est d’avoir découvert la peinture d’Eugène et d’avoir fait un contrat d’achat ‘‘à vie’’ »20 . Toujours est-il que, même après avoir « pr[is] toute [l]a production »21 d’Eugène, la galerie « n’a fait que de rares expositions »22 : en 1946, 1957, et 197323. Le contrat d’exclusivité n’aura-t-il pas joué en sa défaveur Eugène ? Il faut se rappeler qu’à quelques exceptions près, signer avec Kahnweiler excluait toute concurrence. Pour Philippe Dodier, si l’œuvre de Kermadec reste méconnue jusqu’à nos jours, « cette même galerie […] est très responsable »24.

  • 25 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007. Yves Bougeard « pense qu’il [Kermadec] se réservait po (...)
  • 26 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.

3Il faut admettre cependant que, « par rapport à ses très nombreuses aquarelles »25 – et surtout, par rapport à la production d’autres artistes – les toiles sont limitées en nombre. Or, pour s’imposer au public il faut une production plus importante ou, au moins, quelque renommée. S’agissant de Kermadec, « les prix auraient dû être élevés du fait de la rareté des toiles [… et] rien n’empêchait de demander un gros prix dès le départ », en revanche, le peintre « n’était pas connu »26.

  • 27 Jean-Claude Groshens, « La Collection de Maurice Jardot », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en (...)

4Il n’empêche : quelques initiés en France – et pas des moindres ! – collectionnent les tableaux de Kermadec, à commencer évidemment par Kahnweiler lui-même. Maurice Jardot, co-directeur de la Galerie Louise Leiris (1957-1979)27, fut un amateur, aussi. Selon Jean-Claude Groshens :

  • 28 Jean-Claude Groshens, « La Collection de Maurice Jardot », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en (...)

Si Maurice Jardot a rassemblé plusieurs tableaux de [André] Beaudin et de Kermadec, c’est parce qu’il les tenait l’un et l’autre pour des peintres exceptionnels, représentatifs de leur temps ; Jardot rappelle combien Daniel-Henry Kahnweiler – pour qui, par exemple, Kermadec était un coloriste digne de soutenir la comparaison avec Matisse – regrettait de n’avoir pu y intéresser plus d’acheteurs. D’eux, de leur travail, il reprend volontiers à son compte ce que Kahnweiler avait écrit pour faire comprendre l’écriture cubiste : leur « but comme celui de tout art plastique qui vaut : la constitution et l’enrichissement du monde extérieur des contemporains », en reconstituant « dans la conscience du spectateur un fait plastique qui a ému le peintre »28.

  • 29 Voir la notice de Christophe Cousin, « Eugène de Kermadec », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot (...)
  • 30 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 J’ai tiré la même conclusion en lisant le courriel de Philippe Dodier en date du 7 juillet 2007, so (...)

Picasso, l’un des fondateurs de cette peinture, collectionne aussi des Kermadec, ce qui n’a rien d’étonnant, vu que l’œuvre d’Eugène se rapproche du Cubisme tout en gardant sa spécificité. Selon Christophe Cousin, conservateur du Musée d’Art et d’Histoire de Belfort et auteur de la notice sur Eugène dans le catalogue Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en hommage à Daniel-Henry Kahnweiler : « Picasso saura apprécier les recherches de Kermadec qui savent préserver l’essentiel des choses et lui achètera plusieurs toiles »29. La Galerie Louise Leiris dispose de sa propre collection mais ne cherche pas à la mettre en avant30. Notre amateur raconte : « Lorsqu’on désirait acquérir une [œuvre] de Kermadec à la galerie, c’était toute une histoire, car [elle] ne vous montrait que quelques toiles, au compte-goutte, comme si elle les cachait, comme si elle voulait les garder et ne pas les vendre »31. Elle ne semble pas davantage disposée à augmenter son inventaire32 : « Pourquoi lorsque une toile de Kermadec passait en Vente Publique […], la galerie n’était pas là pour ‘‘défendre’’ un de ses peintres et racheter systématiquement, surtout quand le prix des enchères était inférieur (et quelque fois de beaucoup) aux prix demandés à la galerie ? »33 On est tenté de conclure que la révélation tardive de la participation de Lucette, la question de l’attribution des toiles ainsi que la modification de la signature ont contrarié la galerie à tel point qu’elle évite de soutenir l’œuvre et cherche même à ne plus la vendre34. C’est, en tout cas, ce que laisse entendre Philippe Dodier :

  • 35 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

La galerie était dans un embarras extrême et cette décision [prise par Lucette et Gil de Kermadec d’informer la direction] n’arrangeait pas la difficulté de faire admettre et connaître cette [œuvre], et de ce fait, repoussait dans le temps le grand apport et l’importance de la peinture d’Eugène dans l’histoire de [l’art].
Bien entendu la galerie à partir de ce moment-là a arrêté toute démarche publicitaire pour ‘‘lancer’’ cette peinture (à part une exposition de 100 aquarelles faite pour le centième anniversaire de sa naissance, le 16 novembre 1999) [… ]35.

  • 36 Yves Bougeard, courriel du 6 juillet 2007.

Et pourtant, il se peut que la galerie ait tourné la page. En tout cas, les tensions du passé ne l’ont pas empêchée d’éditer le Catalogue raisonné. Quentin Laurens, son Directeur, m’a exprimé son admiration pour Eugène de Kermadec et m’a accordé les droits de reproduction dans le cadre de cette thèse. D’ailleurs, Yves Bougeard a remarqué lui-même que M. Laurens « a[vait] accepté [ce cas exceptionnel de collaboration artistique entre deux époux], avançant que ce n’était pas un fait nouveau »36.

Notes

1 Daniel-Henry Kahnweiler, « Eugène de Kermadec », La Revue internationale 2.11, décembre 1946, article repris par Yves Bougeard et Gil de Kermadec dans le Catalogue raisonné. En l’occurrence, les propos de Kahnweiler sont rapportés encore par Y. Bougeard dans le catalogue Filiation : Eugène de Kermadec, Yves Bougeard, Yann Hervé, Jean-François Loué, Rennes, Imprimerie de Lice, 1986, p. 13.

2 Voir la note 1 du présent chapitre.

3 Voir la note 1 du présent chapitre.

4 Voir la note 1 du présent chapitre ; c’est moi qui souligne.

5 Yves Bougeard, introduction au catalogue Filiation, op. cit., p. 5 ; je souligne.

6 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.

7 François Coulon, Conservateur au Musée des beaux-arts de Rennes, explique : « Philippe Dodier a écrit cette phrase au sujet d’une œuvre qu’il possède [une toile de Kermadec], et qui était présentée dans le cadre de l’exposition ‘‘Collecteurs d’âmes : du cabinet de curiosités aux collections extra-européennes des musées bretons’’, dans un fasicule de présentation de ses propres collections au musée » (François Coulon, courriel du 25 juin 2007). L’exposition s’est tenue au Musée des beaux-arts de Rennes du 6 décembre 2006 au 4 mars 2007. Le fasicule n’a pas été publié (Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007).

8 Castor Seibel, « Eugène de Kermadec : vers un présent défini (lignes d’approche) », Cahiers bleus, op. cit., p. 5.

9 Ibid.

10 Paul Seylaz, « Kermadec », La Chaux-de-Fonds, Musée des Beaux-arts, 1975. Article repris dans Le Catalogue raisonné de l’œuvre d’Eugène de Kermadec.

11 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.

12 Eugène de Kermadec cité par Yves Bougeard dans Filiation, op. cit., p. 11.

13 Voir les textes inédits de Kermadec repris dans Filiation, op. cit., p. 10.

14 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.

15 Yves Bougeard, texte sans titre qui date de 1999 et qui fait partie du fasicule accompagnant le Catalogue raisonné de l’œuvre d’Eugène de Kermadec.

16 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.

17 Daniel-Henry Kahnweiler et Francis Crémieux, Mes galeries et mes peintres : entretiens, op. cit., p. 137-38.

18 Voir Pierre Assouline, L’Homme de l’art : D.-H. Kahnweiler 1884-1979, op. cit., p. 56-673.

19 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007. D’ailleurs, Pierre Assouline confirme les propos de M. Dodier dans L’Homme de l’art : D.-H. Kahnweiler 1884-1979, op. cit., p. 57-673.

20 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.

21 Yves Bougeard et Gil de Kermadec, fasicule accompagnant le Catalogue raisonnné de l’oeuvre d’Eugène de Kermadec, op. cit.

22 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.

23 Évidemment j’exclue de cette liste l’exposition de 1929, tenue à la Galerie Simon ainsi que celle de 1977, « E. de Kermadec : 1899-1976 : dernières œuvres », tenue un an après le décès d’Eugène.

24 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.

25 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007. Yves Bougeard « pense qu’il [Kermadec] se réservait pour une production d’aquarelles et gouaches qui convenait à sa recherche de spontanéité » (courriel du 6 juillet 2007).

26 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.

27 Jean-Claude Groshens, « La Collection de Maurice Jardot », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en homage à Daniel-Henry Kahnweiler, Musée de Belfort et Réunion des musées nationaux, 1999, p. 25.

28 Jean-Claude Groshens, « La Collection de Maurice Jardot », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en homage à Daniel-Henry Kahnweiler, op. cit., p. 28.

29 Voir la notice de Christophe Cousin, « Eugène de Kermadec », Cabinet d’un amateur : Maurice Jardot en hommage à Daniel-Henry Kahnweiler, op. cit., p. 62. Gil de Kermadec confirme cette information en ajoutant toutefois que son père a probablement offert ces tableaux (entretien du 13 avril 2007, Paris).

30 Philippe Dodier, courriel du 7 juillet 2007.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 J’ai tiré la même conclusion en lisant le courriel de Philippe Dodier en date du 7 juillet 2007, son courriel du 12 juillet 2007 a confirmé mes suspicions.

35 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

36 Yves Bougeard, courriel du 6 juillet 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search