Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie II. Eugène de Kermadec, peintre de l’obscurité (1899-1976)

Chapitre 4. Lucette

Texte intégral

  • 1 Francis Ponge, « Quelques notes sur Eugène de Kermadec », L’Atelier contemporain, O.C., t. II, p. 6 (...)

Et si, de son atelier, sortent finalement des toiles, des tableaux, c’est par nécessité, parce qu’il faut bien en faire, parce que c’est ainsi que la peinture se vend.
Francis Ponge1

1En effet, la participation de Lucette à la correspondance est un reflet, comme au miroir, de sa contribution, menée en parallèle à l’œuvre de son mari.

  • 2 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.
  • 3 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.
  • 4 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.
  • 5 Voir Christophe Cousin, « Eugène de Kermadec », Cabinet d’un amateur : Maruice Jardot en hommage à (...)
  • 6 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.
  • 7 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.
  • 8 Gil de Kermadec, mes entretiens téléphoniques du 12 et du 13 mai 2005.
  • 9 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.
  • 10 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.
  • 11 Gil de Kermadec, mes entretiens téléphoniques du 12 et du 13 mai 2005.

2Revenons un instant aux éléments biographiques de Kermadec. Après sa crise de surmenage, il décide de « reprendre la peinture à la base »2. Ainsi s’explique son passage à l’Académie du dessin. Les poses de modèles ne durant qu’environ une demi-heure3, il se trouve obligé de travailler sur le vif, et de ce fait, accorde une attention particulière à la « spontanéité de[s] traits »4. En effet, les dessins recensés dans le Catalogue raisonné témoignent d’une « fluidité »5 que l’on ne trouve pas dans son œuvre antérieure à 1937. Dessiner avec des moyens qui favorisent « rapidité »6 et souplesse dans l’exécution lui devient tellement habituel qu’il « considère [désormais] l’huile une énorme contrainte à son travail »7. Il préfère le crayon, le pastel, le stylo à bille et surtout l’aquarelle à la pâte épaisse, car celle-ci résiste, elle fige8. Tout aussi gênant : le temps qu’il lui faut pour sécher. Il oblige Kermadec à s’arrêter à plusieurs reprises pendant la création. Tandis que le séchage presque instantané de l’aquarelle9, par exemple, lui permet de la poursuivre sans interruption. En en mot, Eugène se sent « enferm[é], coincé par la peinture à l’huile »10. Du coup, « elle l’intéresse de moins en moins »11. Il ne peut y renoncer cependant : pas de tableaux, pas de rémunération. S’il veut continuer à vivre de sa production, il devra transposer en tableaux grand format ses dessins et aquarelles petit format.

  • 12 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, catalogue de l’exposition (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.
  • 15 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, op.cit.

3C’est ainsi qu’il va demander à Lucette de l’assister. Depuis longtemps déjà, elle prépare les couleurs de son mari. À partir de 1937 elle va l’aider à « passer de la dimension et de la matière de la gouache à celles du tableau »12. À ses côtés, Eugène la conseille, la corrige. Avisé, Kahnweiler ne s’oppose pas à cette coopération : « nous le savions depuis longtemps »13, lit-on dans la préface du catalogue de l’exposition « E. de Kermadec : 1899-1976 : dernières œuvres ». La contribution de Lucette se limite alors à (re)dessiner des formes selon les « rapports de taille »14 établis entre la maquette et la toile. Mais l’essentiel de l’œuvre provient encore d’Eugène : il conçoit les gouaches, peint le tableau (une fois la transposition faite), le signe enfin. La Galerie Louise Leiris expliquera à l’occasion de son exposition en 1977 : « Ce recours à une pratique classique (connue encore de nos jours) n’a […] rien de surprenant »15 . Les plus grands peintres n’ont-ils pas régulièrement sollicité des petites mains ?

  • 16 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.
  • 17 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.
  • 18 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

4Cependant les circonstances particulières aux Kermadec se compliquent au fil des ans. En effet, la participation de Lucette prend de l’ampleur : dès 1945 elle travaille de manière de plus en plus indépendante, jusqu’à ce qu’elle ne se fasse plus conseiller16. Philippe Dodier, collectionneur d’art qui a « habité chez les Kermadec à Paris […] en 1953, 1954, et plusieurs mois en 1956 »17, précise : « Tous les matins Eugène peignait, par terre, assis sur un petit tabouret »18. Il montrait ses travaux à Lucette, et ensemble le couple décidait quelles aquarelles devaient faire l’objet d’une toile19. Dans l’après-midi, lorsque Philippe et Eugène jouaient au Tennis Club de Paris (T.C.P.)20, Lucette s’occupait de la transposition21. Et Philippe Dodier de poursuivre :

  • 22 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

Je me souviendrai toujours la voir devant les châssis vierges, appuyés sur le mur, commencer à prendre des repaires sur la toile, armée d’un tableau diabolique qu’elle s’était fabriqué pour que les dimensions des repaires coïncident avec l’agrandissement choisi par rapport à l’aquarelle. Un véritable ordinateur inventé avant les ordinateurs… ensuite arrivaient les surimpressions, les couleurs, un travail considérable reproduisant sans le moindre écart la toile exposée à côté de l’aquarelle, les deux étaient exactement semblables, seules la dimension et la matière changeaient, véritable magie ! […] elle se contentait de reproduire exactement et d’une façon prodigieuse l’œuvre de son mari, elle ne créait pas, elle recopiait, mais devant la difficulté de ce qu’elle reproduisait, sa participation n’en était que plus admirable22.

  • 23 Gil de Kermadec, mon entretien du 13 avril 2007, Paris.

La transposition devient une traduction dont le mérite, selon Gil, consiste à « rendre la fluidité des aquarelles sous forme de peinture à l’huile »23 : un travail considérable, surtout pour une femme qui, on s’en souvient, n’a pas de formation en arts plastiques !

  • 24 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, op. cit.
  • 25 Ibid.

5La contribution de Lucette évolue, donc… sans toutefois que la galerie soit mise au courant. Elle n’apprend « l’importance exacte de cette collaboration »24 qu’après la mort d’Eugène en 1976 ! La préface citée ci-dessus constate que les « œuvres communes du couple […] auraient dû être signées par les deux auteurs, si la modestie de Lucette ne s’était pas opposée à ce partage »25.

  • 26 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

6On peut imaginer l’embarras, la déception, voire la colère qu’a pu ressentir Louise Leiris au moment de cette révélation. Un marchand d’art doit connaître la provenance exacte de ses tableaux. Or la galerie vient d’apprendre que depuis l’après-guerre elle soutient une œuvre censée venir essentiellement d’Eugène mais qui résulte, en fait, d’un degré de collaboration avec Lucette qui n’a pas été admis. « [C]e qui a été pour la galerie un choc énorme », admet Philippe Dodier26.

  • 27 Voir le dépliant accompagnant l’exposition « Eugène de Kermadec : 100 œuvres sur papier ». La Galer (...)
  • 28 Selon Philippe Dodier « il [Kermadec] devait d’ailleurs en remettre une certaine quantité à la gale (...)

7La révélation n’a pas rompu les relations entre les Kermadec et la galerie, elle les a pourtant fragilisées. L’exposition « E. de Kermadec : 1899-1976 : dernières œuvres » a néanmoins eu lieu à la galerie en 1977 et a même compris huit tableaux réalisés par Lucette et signés « de Kermadec » au lieu de « E. de Kermadec ». Il faudra attendre le « centenaire de [l]a naissance »27 d’Eugène – soit vingt-deux ans ! – pour que se tienne la dernière exposition « Eugène de Kermadec : 100 œuvres sur papier » du 16 novembre 1999 au 15 janvier 2000. À noter toutefois qu’elle se limitait à des aquarelles28.

  • 29 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.
  • 30 Lucette de Kermadec s’étiendra en 1986.
  • 31 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.
  • 32 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.
  • 33 Anne de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005.

8Car depuis la révélation, vendre des tableaux signés « E. de Kermadec » – des tableaux auxquels Lucette avait pourtant beaucoup contribué – risque de nuire non seulement à la réputation de la galerie, mais aussi à la valeur de sa propre collection. Rien de moins que la postérité de l’œuvre est en jeu. La situation est d’autant plus sensible que « Lucette voulait continuer, tant qu’elle le pourrait, à reproduire des aquarelles dans le seul but de faire connaître au maximum la peinture d’Eugène »29. Mais avec ceci de particulier : désormais elle entendait les signer « de Kermadec » et non plus « E. de Kermadec ». Comme si elle tenait à s’effacer encore – mais cette fois, pour disparaître avec son compagnon30. Comme si, d’une certaine façon, s’estomper revenait pour elle à inscrire une présence, créer un lieu sur la toile où elle pouvait rejoindre Eugène. (D’ailleurs, c’est peut-être pour cette raison que « la traduction des œuvres a consolé Lucette après le décès d’Eugène »31.) De ce point de vue, en marquant une absence – en la rendant visible – la nouvelle signature s’avère révélatrice. Mais Philippe Dodier voit cette apparition de Lucette – sa manifestation dans le vide – sous un autre angle : « c’est à se demander si la modestie de Lucette de n’avoir pas voulu que son nom figure du vivant de son mari sur la signature ne s’est pas transformée un peu en une sorte d’orgueil d’y figurer après sa mort »32. Quoi qu’il en soit, l’omission du « E. » signale une hésitation entre absence et présence dévoilant ainsi une complicité qui ne dit pas son nom et dont les limites exactes ne se laissent pas découvrir. Où s’arrête le travail d’Eugène ? Où commence celui de Lucette ? Le trouble s’inscrit non seulement dans l’œuvre, mais plane sur sa réalisation même. D’autant que selon Gil et Anne de Kermadec, Eugène et Lucette « ont vécu [à tel point] en osmose [que] Lucette vivait la peinture d’Eugène »33 : signe qu’entre eux, ils laissaient rebondir leurs idées, se renvoyaient la balle. Se pose alors une question épineuse : dans quelle mesure peut-on parler de l’œuvre des Kermadec ?

  • 34 Claude L’Houmeau, « Le Créateur et l’interprète », critique de l’exposition « E. de Kermadec : 1899 (...)
  • 35 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

9Dans sa critique de l’exposition de 1977, Claude L’Houmeau écrit : « Finalement, on peut se demander, à la vue de ces peintures, si Lucette de Kermadec n’a pas été trop modeste en se disant simple interprète de son mari. N’a-t-elle pas fait, en partie du moins, œuvre personnelle, ne serait-ce que par l’apport de son métier et de sa propre sensibilité ? »34 Or, Philippe Dodier n’est pas de cet avis : ayant vécu chez les Kermadec il explique que les rôles étaient bien définis : Eugéne créait, Lucette reproduisait35. En tout cas, elle agit telle une lunette d’approche en rendant les aquarelles d’Eugène accessibles à un public de collectionneurs. Sans sa capacité à transposer en peinture l’œuvre sur papier, on n’eût pas l’occasion de voir la vraie passion de Kermadec.

  • 36 C’est ce que laissent entendre les courriels de Philippe Dodier du 12 et du 19 juillet 2007.

10En revanche, la suppression du « E. » a fini par assurer – du moins pour l’heure – la relégation de l’œuvre à l’obscurité puisque la galerie, touchée par cette affaire, n’avait plus intérêt à la promouvoir36. En effet, cette histoire de la signature, admet Philippe Dodier,

  • 37 Philippe Dodier, courriel du 19 juillet 2007.

a cré[e] une espèce de doute à l’acquéreur éventuel et peut-être novice dans cette peinture la voyant signée de deux façons différentes, avec ou sans ‘‘E.’’ […] La conclusion, c’est qu’au lieu de continuer à essayer de faire connaître l’œuvre d’Eugène par quelques reproductions post-mortelles [10 toiles environ], ce petit détail du ‘‘E.’’ a apporté un doute et au lieu de rendre service à sa peinture, c’est le contraire que cela a déclenché37 !

Notes

1 Francis Ponge, « Quelques notes sur Eugène de Kermadec », L’Atelier contemporain, O.C., t. II, p. 646.

2 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.

3 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.

4 Gil de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005, Paris.

5 Voir Christophe Cousin, « Eugène de Kermadec », Cabinet d’un amateur : Maruice Jardot en hommage à Daniel-Henry Kahnweiler, Musée de Belfort, Réunion des musées nationaux, Paris, 1999, p. 62. Cousin remarque dans sa notice sur Kermadec : « La fluidité du contenu et l’intensité du dessin caractérisent la peinture de Kermadec à la recherche de son propre langage, un langage proche de la poésie ou de la musique » (Ibid., loc. cit.).

6 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.

7 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.

8 Gil de Kermadec, mes entretiens téléphoniques du 12 et du 13 mai 2005.

9 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.

10 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 12 mai 2005.

11 Gil de Kermadec, mes entretiens téléphoniques du 12 et du 13 mai 2005.

12 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, catalogue de l’exposition, Galerie Louise Leiris, 1977, n. p.

13 Ibid.

14 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.

15 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, op.cit.

16 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.

17 Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007.

18 Philippe Dodier, courriel du 3 juillet 2007.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

23 Gil de Kermadec, mon entretien du 13 avril 2007, Paris.

24 Voir la préface au catalogue E. de Kermadec 1899-1976 : Dernières œuvres, op. cit.

25 Ibid.

26 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

27 Voir le dépliant accompagnant l’exposition « Eugène de Kermadec : 100 œuvres sur papier ». La Galerie précise qu’il s’agit d’œuvres « pour la plupart […] inédites ».

28 Selon Philippe Dodier « il [Kermadec] devait d’ailleurs en remettre une certaine quantité à la galerie » en plus des toiles (courriel du 12 juillet 2007).

29 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

30 Lucette de Kermadec s’étiendra en 1986.

31 Gil de Kermadec, mon entretien téléphonique du 13 mai 2005.

32 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

33 Anne de Kermadec, mon entretien du 24 novembre 2005.

34 Claude L’Houmeau, « Le Créateur et l’interprète », critique de l’exposition « E. de Kermadec : 1899-1976 : Dernières œuvres », à la Galerie Louise Leiris à Paris, Le Figaro, le 10 mai 1977, p. 30.

35 Philippe Dodier, courriel du 12 juillet 2007.

36 C’est ce que laissent entendre les courriels de Philippe Dodier du 12 et du 19 juillet 2007.

37 Philippe Dodier, courriel du 19 juillet 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search