Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie I. Francis Ponge ou l’olivier

Chapitre 7. Texte / images / politique

Texte intégral

1Nous venons d’évoquer les origines du rapport de Ponge avec les arts plastiques, en essayant de montrer comment cette sensibilité s’exprime dans la correspondance inédite de l’écrivain dès l’adolescence. À présent, nous allons voir comment l’art s’enchevêtre avec deux autres branches de l’arbre, la littérature et la politique, en 1944.

  • 1 Voir l’entretien de Guy Lavorel avec Ponge dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 256.

2Avant de collaborer avec de grands peintres – qu’il s’agisse de Braque, déjà célèbre, de Fautrier, ou de Dubuffet qui ne l’est pas encore – Ponge soutient un artiste marginal, Emile Picq, « qui était à la fois un poète et un peintre, un dessinateur »1. Robert Melançon précise toutefois qu’il reste très peu de son œuvre :

  • 2 Robert Melançon, Notes relatives à « Émile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, O.C., t. I, (...)

Outre l’exposition de dessins de mai 1944 à la galerie Folklore de Lyon, on ne connaît d’Emile Picq qu’un conte, « La Naissance du prince », paru dans le numéro 30 de Confluences en mars-avril 1944, avec un dessin intitulé « D’une ville perdue » ; une encre datée de 1942, « L’Enfant et la Folle », a été exposée à la galerie de l’Echaudé, à l’occasion de l’exposition « l’Œil et Ponge », du 10 décembre 1992 au 6 mars 1993. Artiste sans œuvre, il n’en figure pas moins au portique du Peintre à l’étude parce que la pratique de l’art comporte un enjeu éthique auquel la fabrication de tableaux et de sculptures, fussent-ils de la main de l’artiste le mieux coté, reste subordonnée2.

  • 3 Robert Melançon, Notes relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, op. cit., p (...)
  • 4 Voir les Notes de Robert Melançon relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, (...)
  • 5 Robert Melançon, Notes relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, op. cit., p (...)

S’étant lié d’amitié avec Picq « à la fin de l’automne de 1943 ou au début de l’hiver de 1944 »3, Ponge participe à l’exposition Gabriel Meunier-Emile Picq qui se tient à la galerie Folklore (la galerie de Marcel Michaud)4. Toujours selon Robert Melançon, Picq « présentait à Ponge une figure de l’artiste en ‘‘héros’’ inadapté à un ordre social intolérable […] [Il] lui apparaissait comme l’artiste de sa propre personne »5. En effet, Picq est une personnalité haute en couleurs, Melançon nous renvoie au portrait qu’en fait Claire Boaretto dans la Correspondance Jean Paulhan/Francis Ponge :

  • 6 Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre qu’elle a datée du 20 avril 1944, de (...)

Il avait quitté sa famille [à Lyon] très jeune pour se rendre à Toulon, où il fréquentait les bistrots de marins ; vers l’âge de quinze ans déjà il était homosexuel, toxicomane, tuberculeux et syphilitique. Il dansait en travesti dans des boîtes de nuit et était devenu l’amant du premier danseur de l’Opéra de Lyon, Gabriel Meunier6.

  • 7 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre datée du 20 avril 1944, déjà citée, p. 320.
  • 8 Ibid.
  • 9 Voir la note 6 du présent chapitre.
  • 10 Voir l’entretien de Guy Lavorel avec Ponge dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 256.
  • 11 Jacinthe Martel, Notes relatives à « La Métamorphose » (Francis Ponge, Pièces, O.C., t. I, p. 1159)
  • 12 Francis Ponge, « La Métamorphose », Pièces, O.C., t. I, p. 741.

Au printemps 1944 donc, il montre des « dessins (coloriés) »7 à la galerie Folklore. Ponge, quant à lui, « écrit une petite préface pour l’exposition […] – et un petit poême pour la même salle en même temps (où il y a un tableau noir, consacré à ça) »8. Il semble que la préface soit « le texte du carton d’invitation sur Picq »9, en tout cas, elle est « le premier texte sur la peinture »10. Ce qui explique son placement au début du Peintre à l’étude (1948). Quant au poème, « inscrit à la craie sur le tableau noir de la galerie »11, il s’agit de « La Métamorphose »12 qui paraîtra dans Pièces en 1961. Jacinthe Martel précise que ce texte

  • 13 Jacinthe Martel, Notes relatives à « La Métamorphose », Pièces, op. cit., p. 1159.

invitait les jeunes à refuser le travail obligatoire mis en place par l’occupant. Le caractère éphémère du poème, destiné à être effacé, puis réécrit, ainsi que son sujet mettent l’accent sur la nécessité de transformer l’ordre des choses et de passer à l’action ; là gît l’espoir de la métamorphose de la chenille en papillon, du passage de la soumission à la liberté13.

  • 14 Ibid.

Or, il faut préciser que la galerie Folklore est un « lieu de rencontre des résistants »14. Dans le cadre de cette exposition, la littérature, l’art, la critique d’art, et la politique et l’histoire se rejoignent. Autant de feuilles argentées ou de branches d’olivier qui se confondent.

3Ayant commencé avec le sonnet et la satire, Francis Ponge passe dès 1926 aux petites proses sur les objets les plus humbles. Puis, à partir de 1937, il s’essaye à des textes ouverts, des dossiers, sans pour autant abandonner les textes clos. Vient ensuite son travail en commun avec des artistes. Soulignons toutefois que les affinités de Ponge avec le monde de l’art ne datent pas de 1944, loin s’en faut. En réalité, elles remontent à son enfance et s’expliquent par l’influence des Saurel. Une influence qui s’exprime, d’ailleurs, dans la correspondance de jeunesse de Ponge. Sans doute cet héritage, nourri plus tard par Paulhan, se trouvera-t-il à la base de la collaboration de Francis avec le peintre, Eugène de Kermadec. Dans les chapitres qui suivent, je tenterai d’expliquer comment fonctionne cette relation, ou comment un bourgeon – un œil (végétal) – pointe sur la branche nommée « art » et se transforme en rameau.

Notes

1 Voir l’entretien de Guy Lavorel avec Ponge dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 256.

2 Robert Melançon, Notes relatives à « Émile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, O.C., t. I, p. 932).

3 Robert Melançon, Notes relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, op. cit., p. 931).

4 Voir les Notes de Robert Melançon relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, op. cit., p. 931-32).

5 Robert Melançon, Notes relatives à « Emile Picq » (Francis Ponge, Le Peintre à l’étude, op. cit., p. 931-32).

6 Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre qu’elle a datée du 20 avril 1944, de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre 305, Correspondance, p. 321.

7 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre datée du 20 avril 1944, déjà citée, p. 320.

8 Ibid.

9 Voir la note 6 du présent chapitre.

10 Voir l’entretien de Guy Lavorel avec Ponge dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 256.

11 Jacinthe Martel, Notes relatives à « La Métamorphose » (Francis Ponge, Pièces, O.C., t. I, p. 1159).

12 Francis Ponge, « La Métamorphose », Pièces, O.C., t. I, p. 741.

13 Jacinthe Martel, Notes relatives à « La Métamorphose », Pièces, op. cit., p. 1159.

14 Ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search