Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie I. Francis Ponge ou l’olivier

Chapitre 5. Ponge et la Seconde guerre mondiale

Texte intégral

  • 1 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, op. cit, p. 1115.
  • 2 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1086.
  • 3 Voir les pages 1090-91 de « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit . Il s’agit (...)
  • 4 À ce sujet, le récit que nous livre Francis Ponge dans « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau r (...)
  • 5 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1126-1130.
  • 6 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1131.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid. L’image de ces bacs en feu reviendra dans Pour un Malherbe, O.C., t. II, p. 153.
  • 11 Le 22 juin 1940. Voir Serge Bernstein et Pierre Milza, L’Histoire de la France au XXe siècle, t. II (...)
  • 12 Le 10 juillet 1940. Voir Serge Bernstein et Pierre Milza, L’Histoire de la France au XXe siècle, t. (...)
  • 13 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre datée par Claire Boaretto du 10 octobre 1940, lettre 240, C (...)
  • 14 Jusqu’au 19 juin 1940, Odette et Armande habitent aux Fleurys chez Juliette Ponge. La sœur de Franc (...)

1Les gouvernements en France s’enchaînent les uns à la suite des autres. Le climat international se dégrade. Peu après la déclaration de la guerre, début septembre 1939, Ponge est mobilisé. Affecté au château de Montmorency près de Rouen – le « château de la bêtise-au-bois-dormant »1 –, il travaille avec « douze cents autres commis et ouvriers, boulangers pour la plupart »2. Le soir il écrit à Odette. Il lui reste peu de temps et peu de courage après pour s’occuper de son œuvre. De septembre 1939 jusqu’en mai 1940, il n’arrive à élaborer qu’un seul texte qui sera publié dans Souvenirs interrompus3. Quand la drôle de guerre cède la place à la campagne de mai-juin 1940, il assiste à l’exode des Belges4, passe des nuits ponctuées d’alertes aériennes, s’étonne de l’optimisme aveugle affiché par la plupart de ses camarades malgré l’avance des Allemands5. Viennent ensuite les bombardements de Sotteville, Rouen, et Paris la première semaine de juin6. Au château, Ponge et ses camarades se préparent à un départ éventuel7. « [C]ertains quartiers civils à Grand-Quevilly »8 se vident9. L’armée britannique met feu aux bacs pétroliers de Rouen10. Ainsi s’annonce la défaite. Pourtant, plusieurs semaines s’écoulent avant la démobilisation de Ponge à Saint-Etienne le 17 juillet 1940 – soit plus de trois semaines après « la [s]ignature de l’armistice franco-allemand à Rethondes »11 et sept jours après que l’Assemblée nationale a conféré les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain12. Ce retard s’explique par le repli des troupes françaises, évoqué brièvement dans une lettre à Paulhan le 16 octobre 1940 : « (Notre retraite à pied et à bicyclette de Rouen à Blois puis à Langon avait été dure). J’ai pleuré (C’était […] la première fois) »13. À peine démobilisé, Francis arrive au Chambon-sur-Lignon où Odette et Armande l’attendent14.

  • 15 Armande Ponge, Rétrospective.
  • 16 Ibid.
  • 17 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXV.
  • 18 Armande Ponge revient sur cet événement dans la Rétrospective.

2Les Ponge vont choisir de ne pas rentrer à Paris tant que la capitale est occupée. S’ouvre alors une période ponctuée de ruptures et déménagements. Ils quittent La Suchère, lieu-dit proche du Chambon, en septembre 1940 pour Lyon où des amis d’Odette les reçoivent pendant quelques semaines. Francis cherche un emploi et entre finalement au Patrimoine, un cabinet d’assurances à Roanne. (Il connaît bien cette activité, après son licenciement des Messageries Hachette, il a travaillé dans les assurances chez Soleil-Aigle et Wurmser.) Les Ponge s’installent donc à Roanne en octobre 1940. Début 1942, Francis accepte de tenir une chronique pour Le Progrès de Lyon. Puis, au printemps, il quitte Roanne pour s’occuper de l’édition régionale du journal à Bourg-en-Bresse où « Odette et Armande [le] rejoignent »15 le 11 juin16. Pourtant, le quotidien sera sabordé en novembre – suite à l’installation des Allemands en zone libre – et Ponge perdra son emploi. Le mois suivant, la famille « s’installe à Coligny, quartier de Fronville, pour vivre plus modestement »17. En pleine campagne on se croit loin de l’activité de la Milice et des SS qui sèment la terreur, en particulier à Lyon. Pourtant, les Ponge frôlent le drame le matin du 16 avril 194418.

3Tôt le matin, il pleut. Armande – âgée alors de neuf ans – sort de la maison. Elle aperçoit alors, au bout du chemin – sur la route – quelque chose qui brille sous la pluie, des casques. Elle rentre prévenir sa mère qui, montant à l’étage, réveille Francis, vite une valise pour fuir… Mais Odette, descendue à la cave, suivie de sa fille, aperçoit par le soupirail le va-et-vient de bottes noires sur le chemin derrière la maison : le village est cerné. Francis ne peut échapper à la perquisition imminente. Il s’installe à sa table de travail… Lorsqu’on frappe à la porte, entrent deux SS qui s’adressent à voix forte et en allemand à Odette qui ne comprend pas. Ils inspectent. Ayant constaté que l’homme de la maison n’est pas au rez-de-chaussée, ils montent l’escalier et trouvent Francis à son bureau, faisant semblant d’écrire… L’un d’eux l’interroge. Ponge feint de ne pas comprendre, montre des livres sur l’étagère, des feuillets épars sur la table… « Poète »…

4Alors, l’autre soldat coupant court : « Poète, pas dangereux. »

5Les SS s’en vont.

  • 19 Tous à l’exception du « vieux sabotier du village » (Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accom (...)
  • 20 Armande Ponge nous informe que, selon son père, il y avait peut-être une autre explication à son éc (...)

6Ainsi Francis a-t-il échappé à la rafle et la déportation de presque tous les hommes du village19. L’écriture lui a sauvé la vie20.

  • 21 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 19 avril 1944, déjà citée, Co (...)

7Il n’empêche, ce face-à-face avec la Gestapo incite les Ponge à quitter Coligny le mois suivant21. La situation est d’autant plus délicate que Francis s’est rapproché de la Résistance. Dès 1943

  • 22 Jean Thibaudeau, Ponge, op. cit., p. 36. Armande Ponge précise que le pseudonyme choisi par son pèr (...)

sous le couvert d’une représentation en librairie, [il] parcourt la zone sud (pseudonyme : François) ; contacte les journalistes supposés sympathisants, leur remet des tracts, les incite à se grouper et à entrer en liaison avec les ouvriers imprimeurs, pour préparer la main-mise sur la presse, le jour venu22.

  • 23 Voir la Chronologie de Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXV : en décembre 1942 «  (...)
  • 24 Voir Francis Ponge, « Chronique de la vie des lettres », Pages d’atelier : 1917- 1982, op. cit., p. (...)

Sans parler de ses contributions aux revues illicites, comme Domaine français ou Confluences (j’y reviens plus loin). Si jamais une taupe dénonçait Ponge, par exemple, les Allemands sauraient où l’arrêter. Mieux vaudrait donc agir avec précaution. D’autant que le malheur a déjà touché le beau-frère de Francis, Gaston Saurel : en 1940 les Allemands l’ont arrêté, aussi a-t-il purgé sa peine dans un camp en Bavière pendant trois ans23. Les Ponge se replient donc aux Fleurys dans l’Yonne où, de mai à octobre 1944, ils restent chez la mère de Francis. À partir d’octobre, Germaine Chabanel accueille Odette, Francis, et Armande à Paris, rue de Lille. Dans « Chronique de la vie des lettres »24, Ponge énumère à la troisième personne les difficultés matérielles auxquelles il fait face dans la capitale récemment libérée :

  • 25 Francis Ponge, « Chronique de la vie des lettres », Pages d’atelier : 1917-1982, op. cit., p. 218-1 (...)

réinstallé à Paris depuis quelques mois, il n’y a pas retrouvé son appartement, n’a repris jouissance ni de ses meubles ni de sa bibliothèque. Vit à l’étroit chez des parents. Écrit la nuit, sur une table de cuisine, où le plâtre du plafond tombe comme du papier blanc déchiré. N’a pu travailler de l’hiver faute de chauffage, les cafés eux-mêmes inhospitaliers. Gratte avec un mauvais stylo payé 1500 francs au marché noir, un papier gris plus mauvais encore25.

  • 26 Voir la p. 58 du présent ouvrage.

S’exprimant ainsi, Ponge témoigne de sa situation indirectement, comme s’il cherchait à se distancier d’une expérience vécue. Au point qu’il passe pour un homme devenu étranger à lui-même. Déraciné à partir de sa mobilisation en septembre 1939, il l’est resté pendant l’occupation26 et même après son retour à Paris à l’automne 1944.

Écrire et publier pendant la guerre

  • 27 Paul Nougé, écrivain belge, meurt le 6 novembre 1967 (Archives familiales Ponge).
  • 28 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil, I, op. cit., p. 1122.

8Malgré les contraintes imposées par la guerre et l’occupation (le manque de papier, par exemple), Francis continue à écrire. Si la période 1940-1944 s’avère fructueuse pour lui, elle s’accompagne toutefois d’inquiétude et de frustrations, du moins pendant les deux premières années. Eloigné de Paris – et donc, de Paulhan – il semble parfois gagné par le doute. Il s’interroge sur ses projets littéraires, son avenir. En mai 1940 lorsqu’il rencontre Paul Nougé27, un de ses grands admirateurs, il attend la publication du Parti pris des choses depuis au moins un an et demi. L’enthousiasme de son lecteur le fait réfléchir. « Ainsi je suis illustre, pensai-je, et pourtant l’homme qui a ménagé ma gloire, Paulhan, ne me publie presque pas, ne semble pas faire grand cas de moi. Ne serais-je donc qu’un jouet pour lui, une expérience, une création de son esprit curieux et mystificateur ? »28

  • 29 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 6 janvier 1939, lettre 227, Correspondance, p. 229.
  • 30 Pour la liste complète, voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 9 juin 1939, lettre 229, Co (...)
  • 31 Voir de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 juin 1939, lettre 231, Correspondance, p. 232.
  • 32 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 juin 1939, lettre 232, Correspondance, p. 233.
  • 33 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 23 juin 1939, lettre 233, Correspondance, p. 233.
  • 34 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 23 juin 1939, lettre 233, déj (...)

9En effet, les obstacles à la parution du Parti pris des choses ne manquent pas, à tel point que l’on peut comprendre pourquoi Ponge met en doute la bonne volonté de Paulhan, qui a prévu l’édition dans la collection « Métamorphoses » de Gallimard. Or, le 6 janvier 1939, Paulhan lui confie : « Métam.[orphoses] va mal. G.[aston] G.[allimard] m’explique (sur pièces) qu’il a perdu sur chaque livre (la Tour du P.[in] excepté) de 5 à 10 mille [francs]. Alors ? Il y en a trois en train, Daumal, Ungaretti, Leiris, que l’on va supprimer peut-être. Tout ça est décourageant »29. Puis, il semble que les difficultés financières se règlent dans les mois suivants puisque Paulhan se met à conseiller Francis sur la composition du recueil. Il souhaite notamment que Ponge enlève certains textes dont « À la gloire d’un ami », « Le jeune arbre », « Fargue »30. Mais par quoi les remplacer, demande Ponge ? D’autres textes qu’il a déjà travaillés comme « L’Orange » ou « La Porte »31 ? Ou, au contraire, faut-il « compl[éter] par de nouveaux écrits datés 1939 ? »32. Paulhan lui répond : « cherche simplement à ce que ton livre soit complet (phénoménologiquement), cherche à en faire un objet parfait (Et déjà pour cela il vaudrait mieux qu’il n’y eût pas vers et prose, mais seulement prose) »33. Claire Boaretto, qui a édité et annoté la Correspondance Jean-Paulhan / Francis Ponge remarque : « Francis Ponge accepta immédiatement tous les avis de Paulhan »34.

  • 35 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 novembre 1939, lettre 235, Correspondance, p. 235.
  • 36 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre qu’elle a datée du 30 novembre 1 (...)
  • 37 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, la lettre 236, recte le temps, déjà citée, p. 237.
  • 38 Voir Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre du 20 juillet 1940, lettre 238, (...)
  • 39 Le territoire est divisé ainsi, suivant les stipulations allemandes de l’armistice, lequel entre en (...)
  • 40 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 3 août 1940, lettre 239, Correspondance, p. 241-42.
  • 41 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 octobre 1941, lettre 249, Correspondance, p. 255.
  • 42 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 16 octobre 1941, lettre 250, Correspondance, p. 256.

10Seulement, voilà : deux mois et demi plus tard, Francis est mobilisé. A-t-il eu le temps de remettre une nouvelle version de son recueil à Paulhan ? La Correspondance ne nous le dit pas. Ponge écrit à son ami, le 22 novembre : « Je voudrais aussi savoir où se trouve maintenant le manuscrit du Parti-pris des Choses. Je n’en ai absolument aucune copie. Bien entendu, j’aime mieux que vous le gardiez, – pour le publier dès que cela redeviendra possible »35. Se pourrait-il que Paulhan ait eu l’intention de faire tirer des épreuves juste avant que la guerre ne survienne ? On l’ignore. En tout cas, Paulhan a quitté Paris en septembre avec les Gallimard pour s’installer à Mirande (Manche)36. Dans sa lettre du 29 novembre, il rassure Ponge : « je surveille le Parti-pris, et G[aston] G[allimard]»37. Le 20 juillet 1940 (quelques jours après sa démobilisation) Francis s’adresse à lui de nouveau : « Que devenez-vous ? Avez-vous pu sauver les manuscrits (je pense au mien le Parti pris des choses) en quittant Mirande ? ». Début juin en effet Paulhan et les siens se sont réfugiés à Villalier (près de Carcassone) où Joë Bousquet les accueille38. L’incertitude règne d’autant plus que depuis le 25 juin la France est divisée en zone occupée et zone libre39. Que faire ? La maison Gallimard pourra-t-elle continuer à publier des livres ? Sous quelles conditions ? Le 3 août Paulhan répond à Ponge : « Allons-nous rentrer à Paris, je n’en sais rien. C’est peu engageant. Jeanson dirige le Matin où Abel Hermant publie tous les jours un article nazi. etc. […] Je crois bien qu’il me faudra aussi chercher une place. En tout cas, je te préviendrai. Bien sûr, le Parti pris est sain et sauf »40. Mais sa publication n’est pas encore au rendez-vous. Ponge ose y croire, cependant, dès la parution des Fleurs de Tarbes de Paulhan en 1941. « [J]e me suis toujours figuré que nous paraîtrions à peu près ensemble, écrit-il le 5 octobre. Je vais donc recevoir bientôt, j’espère, les épreuves du Parti-pris ! »41. Déception : il devra patienter encore ! Car voici la réponse de Paulhan : « C’est Pia qui a ton m[anu]s[crit] : je le lui avais envoyé pour Prométhée et à présent j’aurais besoin pour Mét.[amorphoses] de le ravoir très vite. Veux-tu le lui demander, et l’envoyer d’urgence à Raym.[ond] G.[allimard]… »42. Pourtant, il n’en est rien. Ponge informe Paulhan :

  • 43 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 257.

Pia est en vacances jusqu’au 31 […] Je l’ai vu à Lyon la veille de son départ, fin Septembre. À ce moment, il n’avait certainement pas mon manuscrit. […] Me voici bien perplexe, – même assez inquiet. Dans quel lot était-il ? Certains, je le sais, ne sont jamais parvenus. – Jusqu’à quand Raymond G.[allimard] est-il à Cannes ? Comme je n’espère pas que nous retrouvions le Parti Pris avant son départ, je lui envoie à la place le Carnet du Bois de Pins, qui fera un ersatz très convenable, beaucoup plus Métamorphose même43.

  • 44 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 258.
  • 45 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 23 octobre 1941, lettre 252, Correspondance, p. 258.
  • 46 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 30 octobre 1941, lettre 253, Correspondance, p. 259.
  • 47 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 9 novembre 1941, lettre 254, Correspondance, p. 260.
  • 48 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 9 novembre 1941, lettre 254, (...)
  • 49 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 29 janvier 1942, lettre 260, Correspondance, p. 268 (...)
  • 50 Armande Ponge, Rétrospective.
  • 51 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 6 juillet 1942, lettre 266, Correspondance, p. 273.

Puis, comme irrité, il évoque sa rencontre avec Nougé à Rouen en 1940 « pour t’aider à convaincre Gaston [Gallimard] que je suis en quelque manière illustre »44. Le lendemain, s’adressant de nouveau à Paulhan, il tire la conclusion suivante : « le m[anu]s[crit] du Parti-pris me paraît perdu »45. Son ami répond : « Je suis furieux que les m[anu]s[crits] se soient égarés. Peu importe. J’ai gardé l’essentiel : je vais faire composer le Parti-pris des choses […] Je te ferai envoyer les épreuves »46. Plus tard, il dit avoir retrouvé un double du manuscrit : « – Bien entendu, j’avais fait faire des doubles, avant d’envoyer les textes à P.[ascal] P.[ia], explique-t-il. Tout est parti à l’impression »47. Or, Claire Boaretto ajoute : « L’histoire des doubles est probablement fausse, puisque peu de temps après Paulhan voulut rendre à Ponge le manuscrit (prétendument perdu) du Parti pris des choses – que Francis Ponge d’ailleurs lui laissa. Paulhan avait-il cru envoyer le manuscrit ? »48. Il a très bien pu « s’égarer », vu le chaos de la période et les déménagements des uns et des autres. Quoi qu’il en soit, un retard de livraison de papier repousse à avril 1942 le tirage des épreuves corrigées par Paulhan49 ! Le recueil est achevé d’imprimer le 19 mai, sa diffusion en librairie s’effectue lentement50. Toujours est-il que Ponge confie à son ami : « La chère petite brochure grise (choix et arrangement y sont de toi si excellents) s’impose à moi chaque jour, après m’avoir surpris d’orgueil »51 !

  • 52 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 30 juillet 1937, lettre 212, Correspondance, p. 212.
  • 53 Voir Francis Ponge, « Je suis un suscitateur », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1171 : « (...)
  • 54 Voir Bernadette Halbronn, Francis Ponge : L’humour libérateur ou comment prendre la parole, mémoire (...)

11Quel soulagement ! Depuis le 30 juillet 1937 – date à laquelle Ponge déclare à Paulhan « Mon livre (Sapates) [qui prendra ultérieurement le titre du Parti pris des choses] est prêt. Il ne reste plus qu’à décider des morceaux qu’il faudra supprimer »52 – Francis a dû attendre presque cinq ans pour que le recueil paraisse ! Pour lui, il est d’autant plus urgent de le publier que son premier livre, Douze petits écrits, remonte à 1926 ! Or, son écriture a évolué depuis, Le Parti pris des choses marque une nouvelle étape dans son œuvre par rapport à ses satires des années 1920 (telles « Le Monologue de l’employé » et « Le Compliment à l’industriel »). Même si au fond sa préoccupation principale reste la même – celle qui consiste, en tant qu’acte politique, à donner la parole à ceux qui ne l’ont pas53 –, en revanche, sa façon de l’aborder change54. Désormais il étudie des objets humbles à travers l’écriture (un travail de la langue). Avec pour résultat des textes défendant à la fois la spécificité de l’objet et la subjectivité variable de l’homme qui contemple cet objet et l’exprime (j’y reviens dans le chapitre consacré au Parti pris des choses). À la fin, l’homme se réconcilie avec le monde – et ce à une époque (l’âge industriel) où il existe un déséquilibre profond entre les deux, les machines l’emportant sur l’être humain comme c’est le cas chez Ponge et Tardieu aux Messageries Hachette.

12Bref, l’approche de notre auteur s’est transformée et il s’empresse de le montrer à un grand public. Reste à savoir comment ce dernier va accueillir sa « petite brochure grise ». N’ayant publié aucun livre depuis 1926, il a raison de craindre que son œuvre tombe dans les oubliettes ; que la reconnaissance et la renommée lui échappent à jamais ; enfin, que Paulhan continue à ne pas « faire grand cas » de lui – alors que Francis a besoin de ses conseils et son soutien – peut-être plus que jamais.

  • 55 Francis Ponge, « Tournoiements aveugles », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1135.

Il me devient intolérable de vivre de souvenirs, de miettes de gloire ou de succès, écrit-il le 16 juin 1941. Je souhaite passionnément découvrir un critérium : savoir à partir de quoi me corriger ou me féliciter, reprendre ce que j’ai écrit ou laisser aller ma plume.
Tandis que jusqu’à présent, sauf dans les toutes premières années de mon activité littéraire, que dis-je, sauf seulement dans les quelques premiers mois, cela a toujours été le meunier, son fils et l’âne […] Mais [Paulhan] c’était justement quelqu’un qui pouvait aimer aussi bien ceci que cela de façon que cela ne m’avançait pas à grand-chose : je n’ai jamais compris ce qu’il désirait de moi55.

En octobre 1941, Ponge implore Paulhan :

  • 56 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 octobre 1941, lettre 249, Correspondance, t. I, p. 255

Il m’importerait extrêmement que tu t’expliques à mon sujet. J’ai beaucoup travaillé depuis un an. J’entrevois des choses. Il me manque seulement d’avoir décidé quel gauchissement donner à mon œuvre pour la détacher de moi. Et c’est à ce point que ton avis m’est important. Voila une lettre bien pressante. [… ]56

  • 57 Voir la note 55 du présent chapitre.

Il arrive même que Francis doute de lui. « Peut-être ne suis-je bon à rien, se demande-t-il dans ‘‘Tournoiements aveugles’’, et me trompé-je de vouloir à tout prix poursuivre une ambition artistique dont je ne sais absolument pas quelle est la configuration idéale »57.

  • 58 Voir Bernard Beugnot, Avant-propos, dans Francis Ponge, Pages d’atelier, op. cit., p. 15. Petite su (...)
  • 59 Pour cette section consacrée aux « dossiers », je m’appuie sur la notice de Bernard Veck et Jean-Ma (...)

13La configuration, en effet, devient un enjeu majeur chez Ponge. Car depuis au moins la composition de Petite suite vivaraise pendant l’été 193758, il s’essaye à un nouveau genre de texte59 composé de brouillons ou d’états successifs qui montrent le travail de l’écriture, sa transformation au fil du temps. Jusque-là, il s’est concentré sur des textes compacts et clos – ceux du Parti pris des choses, par exemple ; désormais il cherche une méthode ouverte et éclatée. Soit l’amplification du premier procédé. Une nouvelle étape s’annonce donc dans l’œuvre pongienne – sans pour autant que l’auteur abandonne la première.

14Francis multiplie les dossiers : La Guêpe (1939-1943), Le Carnet du bois de pins (1940-41), Le Mimosa (1941), La Mounine (1941) et L’Œillet (1941-44) – tous feront partie de La Rage de l’expression (Mermod, 1952). Quant au dossier du Savon, ouvert en avril 1942, il paraîtra chez Gallimard en 1967.

  • 60 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 257.

15En octobre 1941 lorsque le manuscrit du Parti pris des choses semble perdu, Ponge propose de le remplacer par Le Carnet du bois de pins. « Dis-moi bientôt ce que tu en penses, écrit-il à Paulhan. Je serai bien content que tu le lises. […] Il y a encore des poêtes maudits. (l’auteur du Carnet est d’ailleurs plutôt un antipoête) »60.

  • 61 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 23 février 1942, Archives Ponge.
  • 62 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 21 mars 1942, lettre 262, Correspondance, p. 270.
  • 63 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 6 avril 1942, lettre 263, Correspondance, p. 270-71.
  • 64 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 13 avril 1942, lettre 264, Correspondance, p. 272.
  • 65 Ibid.
  • 66 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 2 février 1943, lettre 277, Correspondance, p. 286.

16Mais sur ce sujet Paulhan préfère garder le silence. Ponge le sollicite une nouvelle fois en février 1942 : « Le Bois de Pins, Le Mimosa, Le Ciel de Provence t’auront-ils intéressé ? »61. Puis, quelques semaines plus tard : « Bien mauvais signe que tu n’aies pas encore trouvé le moyen de me dire ce que tu as pensé de mes textes »62. Et encore le 6 avril : « pourquoi ne viens-tu pas, et pourquoi ne m’écris-tu plus ? Je t’assure que tu me fais languir ! (J’ai très peur que mes textes (ceux apportés par Audisio) t’aient consterné…) […] ( – Tu peux me conseiller aussi de ne plus écrire… Mais fais-moi quelque signe, pour l’amour de dieu !) »63. Lorsque Paulhan se prononce sur le Carnet et le Mimosa, il confirme les soupçons de Francis. Même s’il admet que « le Bois [l]’a extrêmement intéressé ; et même passionné »64, il essaye de détourner Ponge de sa nouvelle méthode : « Il y a des écrivains qui gagnent à montrer leurs brouillons (c’est à ça que Chénier a dû sa gloire). Toi, non, plus tu avances, et plus tu es traversé de choses que tu ne connais pas clairement »65. Mais Ponge ne renoncera pourtant pas à sa méthode. Le 2 février 1943, il informe Paulhan que son nouvel ami, Albert Camus « tient le Bois de Pins pour publiable »66. Et d’insister :

  • 67 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 août 1943, lettre 290, Correspondance, t. I, p. 301.

Mais « je ne suis pas tellement sûr enfin qu’il ne s’agisse que de brouillons ». Il me paraît clair que « le poème en prose ne me suffit plus, et que je tends à une autre forme (à la fois plus intime et plus épique ?) vers laquelle ils représentent un passage peut-être. »
– D’ailleurs (je te prie de le croire) « une assez longue replongée dans l’obscurité ne me déplairait pas non plus et je me vois assez bien recrachant du noir (ombre ou encre) autour de moi »67.

  • 68 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 août 1943, lettre 291, Correspondance, t. I, p. 302.

Dans une autre lettre du même jour mais non expédiée à Paulhan, il ajoute : « comme Joyce ou Proust si tu veux je cherche ma forme »68.

  • 69 Francis Ponge terminera ce texte en avril 1948. (Voir Bernard Beugnot « Note sur le texte » relativ (...)

17Il n’en reste pas moins que pendant la guerre Francis travaille aussi à d’autres textes qui figureront plus tard dans le recueil Pièces (Gallimard, 1961) : « Ode inachevée à la boue », « L’Anthracite ou le charbon par excellence », « La Pomme de terre », « Le Radiateur parabolique », « La Gare », « La Lessiveuse », « L’Eau des larmes », « La Métamorphose », « Le Vin », « La Terre », et « L’Araignée »69.

  • 70 La « Table chronologique des textes » précise que Ponge reviendra à ce texte en « février-juillet 1 (...)

18De la nature morte et de Chardin, commencé en décembre 1940, sera retravaillé à divers moments après-guerre70. Hermann ne le publiera qu’en 1963.

19Des revues clandestines de la résistance publient de nombreux textes :

  • « Le Mimosa », Fontaine (mai 1942)

  • « La Permanence et l’Opiniâtreté », Poésie 42 numéro V (1942). Il s’agit de deux textes : « Le Platane ou la Permanence » et « Sombre période ou l’Opiniâtreté ».

  • « 14 juillet », « Plages », et « La Crevette », Messages : Cahiers de la poésie française Cahier II (1942)

  • « La Pomme de terre », Confluences numéro 18 (mars 1943)

  • « Notes pour ‘‘La Guêpe’’ », Domaine français (décembre 1943). Ce texte sera repris dans La Rage de l’expression.

  • « Détestation. Relève », Chroniques interdites, Éditions de Minuit, (1943). Ce texte portera le titre « Détestation » dans le recueil Lyres.

  • « La Lessiveuse », Messages, numéro I (1944), reprise dans le recueil Pièces

  • « L’eau des larmes », Poésie 44 numéro 18 (mars-avril 1944)

  • « Introduction inédite au galet », Poésie 44 numéro 21 (novembre-décembre 1944) ; reprise dans Lettres françaises numéro 16 (15 avril 1945)

    • 71 Inventaire établi à partir des Notes et Notices dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. 871-1195.

    « Proème », L’Eternelle revue numéro 1, nouvelle série (1er décembre 1944)71.

  • 72 Voir les Notes de Bernard Beugnot relatives aux Billets ‘hors sac’ (Francis Ponge, Le Nouveau nouve (...)

20S’ajoutent enfin à cette liste les 53 Billets ‘hors sac’ écrits pour Le Progrès de Lyon entre février et mai 194272. (Le goût du « reportage », de la chronique ne date pas d’aujourd’hui, citons son désir de faire du journalisme lorsque étudiant à Paris il hésitait sur ses futures activités.) Les Billets concernent la vie quotidienne à Roanne : la crise du logement, le ravitaillement et le rationnement, le manque de combustibles (charbon, gaz), enfin, la circulation en ville et l’état délabré des rues. Bernard Beugnot et Robert Melançon remarquent dans leurs notes sur Billets ‘hors sac’ :

  • 73 Bernard Beugnot, Notes relatives aux Billets ‘hors sac’ (Francis Ponge, Le Nouveau nouveau recueil (...)

Ces billets, contemporains de textes poétiques tels que [ceux que j’ai énumérés ci-dessus] sont qualifiés par J. Thibaudeau de « manifestes de la parole aliénée » (Ponge, p. 215). On y retrouve l’attention portée au quotidien, chronique de la ville de Roanne, la tendresse et l’humour, « un certain prosaïsme délié » (J.-M. Gleize, dans le numéro 51 des Cahiers de l’Herne) qui rappellent l’inspiration du Parti pris des choses, ou la Petite suite vivaraise, assortis d’une pratique, nécessaire dans le contexte, de l’allusion. Mais, conçus selon le modèle formel de l’épigramme, pièce courte qui s’achève sur une pointe, ils ne sont pas étrangers au progrès du projet poétique, car « la chronique constitue un véritable lieu d’expérience pour l’exercice de la parole » (S. Iida). La critique récente s’est attachée à montrer comment ils s’insèrent étroitement dans le reste de l’œuvre ; J.-M. Gleize (Francis Ponge, p. 129-134) et Philippe Moret, en des pages attentives (« Les Billets hors sac de Francis Ponge », Etudes de lettres, 1999, I, p. 67-78) ont montré ce que ces textes, de circonstance au départ, doivent au goût de l’inscription et de la formule, ce qu’ils comportent aussi de résistance masquée à la désespérance, « double leçon d’espoir et de civisme sous le signe du printemps » (P. Moret, p. 73)73.

  • 74 Claire Boaretto explique dans la note 4 dont elle accompagne la lettre de février 1930, lettre 122, (...)
  • 75 Voir la transcription de l’entretien de Guy Lavorel avec Francis Ponge dans Guy Lavorel, Francis Po (...)
  • 76 Pascal Pia cité dans l’entretien de Guy Lavorel avec Francis Ponge dans Guy Lavorel, Francis Ponge  (...)
  • 77 Voir la note 75 du présent chapitre.
  • 78 Ibid., loc. cit.

De l’aveu de Ponge lui-même, l’occasion d’écrire pour le Progrès de Lyon se présente grâce à l’intervention d’un ami de presque vingt ans, le journaliste Pascal Pia, ancien collaborateur à la N.R.F.74. On se rappelle que Ponge travaille alors dans les assurances, « évidemment pas très bien payé »75. Pia lui conseille en effet : « Tu ne vas pas rester là »76. Selon Ponge, « il a convaincu le Progrès de me demander […] des billets »77 concernant « la ville de Roanne »78. Puis, le journal lui propose de travailler pour son édition de Bourg-en-Bresse. Bien des années plus tard – vers 1986 – Francis Ponge, alors âgé et souffrant, revient sur cette période, dans un entretien avec Guy Lavorel :

  • 79 Francis Ponge cité par Guy Lavorel dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 252-253.

J’ai fait un stage de mise au courant à la fois de la personne qui était donc Courtade, qui s’occupait à Lyon des éditions du journal pour ma région, où je serais représentant, et j’ai connu là un travail de nuit, parce que les éditions sortaient tard. C’est-à-dire que je restais au Progrès, à l’imprimerie, à l’endroit qu’on appelait le marbre, l’endroit où on est en face de l’ouvrier qui s’occupe de la mise en page, les titres sur deux colonnes, à gauche, etc. Et on travaille avec le linotypiste (maintenant ça ne se fait plus caractère par caractère, mais à l’époque les plombs sortaient sous forme de ligne) et on s’occupe aussi de la correction, de la mise en page79.

Avec le sabordage du journal en décembre 1942, Francis a perdu son emploi. Il sera pourtant à même de prendre les rênes des pages artistiques d’Action que Louis Aragon lui proposera en novembre 1944. De plus, ayant acquis une connaissance quant à l’aspect concret de la presse et de l’édition en général, il se montrera rigoureux pour tout ce qui relève de la composition typographique de ses textes (mise en page, choix de corps et disposition des caractères, etc.).

  • 80 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXVI.
  • 81 Ponge cité dans la Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXVI.

21Mais l’aide de Pia s’avère considérable pour une autre raison encore : non seulement il a aidé son ami à trouver du travail, mais il a également une influence indirecte sur la réception du Parti pris des choses, car il met Ponge en relation avec Albert Camus, « l’un des premiers lecteurs du [recueil] »80 et de surcroît, l’un des plus importants. En effet, Camus transmet le livre à Jean-Paul Sartre, qui donnera le coup d’envoi aux études pongiennes en publiant son essai, « L’Homme et les choses » dans Situations en 1944. Selon Ponge, « C’est Camus qui est à l’origine de l’article de Sartre sur moi »81. Toujours est-il que l’intervention de Pia fait que Le Parti pris des choses trouve des lecteurs et des critiques prestigieux qui lui confèrent une évidente légitimité.

  • 82 Robert Melançon, Notice relative au Peintre à l’étude (Francis Ponge, O.C., t. I, p. 926).
  • 83 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 7 septembre 1942, lettre 271, Correspondance, p. 280.
  • 84 Voir Gérard Farasse dans l’étude dont il accompagne son édition du dossier « Pablo Picasso (Époques (...)

22Avec la publication de ce livre, un nouveau chapitre s’ouvre dans la vie de Francis Ponge. Désormais il compte des artistes parmi ses plus grands admirateurs et « commence à pratiquer la critique d’art »82. En octobre 1944 il fait la connaissance de Jean Fautrier et de Jean Dubuffet, grâce à Paulhan. Deux mois plus tard, « Fautrier à la Vallée-aux-Loups » paraît dans le premier et unique numéro du Spectateur des Arts. Vient ensuite – en 1945 – Matière et mémoire ou les lithographes à l’école, une préface pour un album de lithographies réalisées par Dubuffet chez Fernand Mourlot. Toujours en 1945 – en mars – Francis rencontre Georges Braque, également par l’entremise de Paulhan. Georges Braque qui « est emballé par le Parti-pris »83. Enfin, en septembre de la même année, Paul Eluard le présente à Picasso84.

23Je reviens à mon olivier. Car si nous avons survolé (chronologiquement) la vie de Francis Ponge jusqu’en 1945, il nous reste encore à voir comment ses divers aspects – les nombreuses ramures de l’arbre (littérature, art, et politique) – s’entrecroisent et créent un effet de simultanéité.

24Plus haut j’ai montré comment le syndicalisme et l’écriture se rejoignent chez Ponge. Maintenant, nous devons examiner le rapport de l’auteur avec la peinture. Comment cette dernière recoupe-t-elle la politique et les lettres pongiennes de 1939 à 1945 ? En quoi prépare-t-elle le terrain pour le face-à-face Ponge / Kermadec ?

Notes

1 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, op. cit, p. 1115.

2 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1086.

3 Voir les pages 1090-91 de « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit . Il s’agit de la « Complainte des hôtes de Montmorency » (p. 1091). Selon Bernard Beugnot : « [c]e poème, qui n’est pas sans faire penser à Apollinaire, comme le note P. Mougin, mais plus proche de la chanson à boire que de l’élégie, vient témoigner que l’écrivain demeure dans le quotidien de la vie militaire » (Notes relatives aux « Souvenirs interrompus », Francis Ponge, Nouveau nouveau recuei, I, op. cit., p. 1684).

4 À ce sujet, le récit que nous livre Francis Ponge dans « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., est hallucinant. On lit aux pages 1116-1117 : « Les voitures se succédaient, venant de Rouen en direction de l’Ouest […] À l’intérieur il n’y avait pas que des femmes, des enfants ou des vieillards, mais des hommes plus jeunes, voire des officiers pêle-mêle avec des civils. Mais ce n’étaient que des Belges. On les regardait passer avec un mélange d’apitoiement et de rancœur : ‘‘Ils fuient et nos petits soldats défendent leurs maisons. Regardez-moi cet officier. Cela n’est-il pas honteux ! Il ne ferait pas mieux d’être sur le front, celui-là !’’ ‘‘Oh ! les pauvres gens, tiens regarde, ils ont emporté leurs chats. Et ceux-là jusqu’à une lessiveuse.’’ Mais ce n’étaient encore que les ‘‘gros’’ qui passaient, les plus rapides, les plus puissantes voitures. Deux jours après, une cohue indescriptible de voitures de toutes espèces, mêlées de chars de paysans, de camions, de plateaux, de carrosses des pompes funèbres, d’échelles de pompiers, de camions-citernes, puis vers le troisième jour ce flot innombrable de bicyclettes… »

5 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1126-1130.

6 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil I, op. cit., p. 1131.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid. L’image de ces bacs en feu reviendra dans Pour un Malherbe, O.C., t. II, p. 153.

11 Le 22 juin 1940. Voir Serge Bernstein et Pierre Milza, L’Histoire de la France au XXe siècle, t. II (1930-1945), op. cit., p. 387.

12 Le 10 juillet 1940. Voir Serge Bernstein et Pierre Milza, L’Histoire de la France au XXe siècle, t. II (1930-1945), op. cit., p. 387.

13 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre datée par Claire Boaretto du 10 octobre 1940, lettre 240, Correspondance, p. 243, mais qui, selon toutes apparences, date du 16 octobre 1940, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge.

14 Jusqu’au 19 juin 1940, Odette et Armande habitent aux Fleurys chez Juliette Ponge. La sœur de Francis, Hélène, s’y trouve également. Puis, le 19 juin un train de marchandises passe lentement à la gare de Sens. Avec beaucoup de difficultés Odette et sa petite fille alors âgée de 5 ans montent à bord ; Juliette ne peut pas, Hélène décide de rester avec elle. Odette et Armande se retrouveront chez des cousins, au Chambon-sur-Lignon (Armande Ponge, Rétrospective).

15 Armande Ponge, Rétrospective.

16 Ibid.

17 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXV.

18 Armande Ponge revient sur cet événement dans la Rétrospective.

19 Tous à l’exception du « vieux sabotier du village » (Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 19 avril 1944, lettre 303, de Francis Ponge à Jean Paulhan, Correspondance, p. 318).

20 Armande Ponge nous informe que, selon son père, il y avait peut-être une autre explication à son échappé belle : son âge. Dans sa lettre à Paulhan en date du 19 avril 1944, il écrit : « Quand je dis [que l’absurde entre] par toutes les portes, je sais à quoi aussi je fais allusion. Dimanche, pour Coligny [ici], cela dura 5 heures. À notre petite maison pourtant l’on ne s’en est pas trop pris (à trois reprises pourtant, de la cave au grenier)… ni à nous-mêmes. Nous n’avions pas de bible huguenote, ni aucun huguenot en cachette [caché]. (puis, je viens d’avoir 45 ans…) » (De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 19 avril 1944, déjà citée, Correspondance, t. I, p. 317).

21 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 19 avril 1944, déjà citée, Correspondance, p. 318.

22 Jean Thibaudeau, Ponge, op. cit., p. 36. Armande Ponge précise que le pseudonyme choisi par son père était « Roland Mars » et non « François » comme il a été parfois écrit. (Voir Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes, t. I : France 1940-1944, Pierre Seghers et Les Nouvelles Éditions Marabout, coll. « Marabout université », 1978, p. 268).

23 Voir la Chronologie de Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXV : en décembre 1942 « François Mitterand vient donner à Hélène, la sœur de Ponge, des nouvelles de son mari, toujours prisonnier en Bavière, dans le Stalag d’où il s’est lui-même évadé » (Ibid., loc. cit.). Gaston rentrera à Paris pour rejoindre Hélène en 1943 (Armande Ponge, Rétrospective).

24 Voir Francis Ponge, « Chronique de la vie des lettres », Pages d’atelier : 1917- 1982, op. cit., p. 217-223. Le texte remonte à 1945.

25 Francis Ponge, « Chronique de la vie des lettres », Pages d’atelier : 1917-1982, op. cit., p. 218-19.

26 Voir la p. 58 du présent ouvrage.

27 Paul Nougé, écrivain belge, meurt le 6 novembre 1967 (Archives familiales Ponge).

28 Francis Ponge, « Souvenirs interrompus », Nouveau nouveau recueil, I, op. cit., p. 1122.

29 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 6 janvier 1939, lettre 227, Correspondance, p. 229.

30 Pour la liste complète, voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 9 juin 1939, lettre 229, Correspondance, p. 230-31.

31 Voir de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 juin 1939, lettre 231, Correspondance, p. 232.

32 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 juin 1939, lettre 232, Correspondance, p. 233.

33 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 23 juin 1939, lettre 233, Correspondance, p. 233.

34 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 23 juin 1939, lettre 233, déjà citée, Correspondance, p. 233.

35 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 novembre 1939, lettre 235, Correspondance, p. 235.

36 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre qu’elle a datée du 30 novembre 1939, lettre 236, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 237, mais qui, selon toutes apparences, date du 29 novembre, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge.

37 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, la lettre 236, recte le temps, déjà citée, p. 237.

38 Voir Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre du 20 juillet 1940, lettre 238, de Francis Ponge à Jean Paulhan, Correspondance, p. 241 ; et dans la note 1 dont elle accompagne la lettre du 3 août 1940, lettre 239, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 242.

39 Le territoire est divisé ainsi, suivant les stipulations allemandes de l’armistice, lequel entre en vigueur le 25 juin 1940. (Voir Serge Bernstein et Pierre Milza, Histoire de la France au XXe siècle, t. II, op. cit., p. 313-14).

40 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 3 août 1940, lettre 239, Correspondance, p. 241-42.

41 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 octobre 1941, lettre 249, Correspondance, p. 255.

42 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 16 octobre 1941, lettre 250, Correspondance, p. 256.

43 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 257.

44 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 258.

45 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 23 octobre 1941, lettre 252, Correspondance, p. 258.

46 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 30 octobre 1941, lettre 253, Correspondance, p. 259.

47 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 9 novembre 1941, lettre 254, Correspondance, p. 260.

48 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 9 novembre 1941, lettre 254, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 260.

49 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 29 janvier 1942, lettre 260, Correspondance, p. 268 ; et de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 13 avril 1942, lettre 264, Correspondance, p. 271-72.

50 Armande Ponge, Rétrospective.

51 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 6 juillet 1942, lettre 266, Correspondance, p. 273.

52 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 30 juillet 1937, lettre 212, Correspondance, p. 212.

53 Voir Francis Ponge, « Je suis un suscitateur », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1171 : « Ceux qui n’ont pas la parole, c’est à ceux-là que je veux la donner. / Voilà où ma position politique et ma position esthétique se rejoignent. / Rabaisser les puissants m’intéresse moins que glorifier les humbles (m’intéresse pourtant : Compliment à l’industriel et Tire tire tue tire sur les autos). / Les humbles : le galet, l’ouvrier, la crevette, le tronc d’arbre, et tout le monde inanimé, tout ce qui ne parle pas. »

54 Voir Bernadette Halbronn, Francis Ponge : L’humour libérateur ou comment prendre la parole, mémoire de maîtrise, 1976, p. 15-16. (L’original se trouve à l’ENS de Lyon).

55 Francis Ponge, « Tournoiements aveugles », Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1135.

56 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 octobre 1941, lettre 249, Correspondance, t. I, p. 255.

57 Voir la note 55 du présent chapitre.

58 Voir Bernard Beugnot, Avant-propos, dans Francis Ponge, Pages d’atelier, op. cit., p. 15. Petite suite vivaraise sera publiée en 1983 chez Fata Morgana.

59 Pour cette section consacrée aux « dossiers », je m’appuie sur la notice de Bernard Veck et Jean-Marie Gleize à La Rage de l’expression, O.C., t. I, p. 1009-1023.

60 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 22 octobre 1941, lettre 251, Correspondance, p. 257.

61 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 23 février 1942, Archives Ponge.

62 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 21 mars 1942, lettre 262, Correspondance, p. 270.

63 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 6 avril 1942, lettre 263, Correspondance, p. 270-71.

64 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 13 avril 1942, lettre 264, Correspondance, p. 272.

65 Ibid.

66 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 2 février 1943, lettre 277, Correspondance, p. 286.

67 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 août 1943, lettre 290, Correspondance, t. I, p. 301.

68 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 5 août 1943, lettre 291, Correspondance, t. I, p. 302.

69 Francis Ponge terminera ce texte en avril 1948. (Voir Bernard Beugnot « Note sur le texte » relative à L’Araignée, dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. 1007).

70 La « Table chronologique des textes » précise que Ponge reviendra à ce texte en « février-juillet 1948 ; 1950 ; juin 1952 ; janvier 1961-janvier 1962 » (Francis Ponge, O.C., t. II, p. 1815).

71 Inventaire établi à partir des Notes et Notices dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. 871-1195.

72 Voir les Notes de Bernard Beugnot relatives aux Billets ‘hors sac’ (Francis Ponge, Le Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1686-1688).

73 Bernard Beugnot, Notes relatives aux Billets ‘hors sac’ (Francis Ponge, Le Nouveau nouveau recueil I, O.C., t. II, p. 1686-87). Les références citées sont celles de Bernard Beugnot.

74 Claire Boaretto explique dans la note 4 dont elle accompagne la lettre de février 1930, lettre 122, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 127-128 : « L’importance de Pascal Pia (Paris, 1902 – Paris, 27 septembre 1979) a été grande pour de nombreux écrivains de cette époque, de 1920 disons jusqu’à l’après-guerre ; elle est trop souvent négligée. […] Il passera une grande partie de sa vie dans le journalisme, qu’il disait pourtant ne pas aimer ; c’est ainsi qu’il commence comme secrétaire de rédaction au Progrès de Lyon et à La Lumière dans les années vingt. En 1920 il rencontre André Malraux, et c’est le début d’une longue amitié. Il rencontre vers 1921-1922 Paulhan, puis Ponge en 1923. Ses premiers articles paraissent dans la N.R.F. en 1922. […] / Critique de grande qualité, spécialiste du XVIe siècle, il publiera également de nombreux ouvrages critiques et, en 1978, une bibliographie des Livres de l’enfer. »

75 Voir la transcription de l’entretien de Guy Lavorel avec Francis Ponge dans Guy Lavorel, Francis Ponge : Qui suis-je ?, Lyon, La Manufacture, 1986, p. 252.

76 Pascal Pia cité dans l’entretien de Guy Lavorel avec Francis Ponge dans Guy Lavorel, Francis Ponge : Qui suis-je ? op. cit., p. 252.

77 Voir la note 75 du présent chapitre.

78 Ibid., loc. cit.

79 Francis Ponge cité par Guy Lavorel dans Francis Ponge : Qui suis-je ?, op. cit., p. 252-253.

80 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXVI.

81 Ponge cité dans la Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LXVI.

82 Robert Melançon, Notice relative au Peintre à l’étude (Francis Ponge, O.C., t. I, p. 926).

83 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 7 septembre 1942, lettre 271, Correspondance, p. 280.

84 Voir Gérard Farasse dans l’étude dont il accompagne son édition du dossier « Pablo Picasso (Époques bleue et rose) » de Francis Ponge (Picasso évidemment, Galilée, 2005, p. 121).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search