Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie I. Francis Ponge ou l’olivier

Chapitre 3. Tensions avec Paulhan, ambivalence à l’égard du surréalisme

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-74.
  • 2 Voir la Note de Michel Collot relative à « Sur un sujet d’ennui » (Francis Ponge, Douze petits écri (...)
  • 3 Francis Ponge, « Pages bis », Proêmes, O.C., t. I, p. 211.
  • 4 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-74.

1L’Œuvre de Ponge est d’autant plus singulière qu’elle se tient à l’écart du surréalisme. Si notre homme de lettres partage certaines idées avec les surréalistes, il reste néanmoins réticent quant à la façon dont ils les expriment. En effet ils privilégient l’inconscient, le rêve et l’abstrait alors que Ponge s’intéresse, au contraire, au monde concret et à la perception de l’objet par un sujet conscient1. Chez Ponge, témoigner de ce corps-à-corps revient à recréer l’objet à travers l’écriture. Or, cette transformation dépend de la capacité chez l’auteur à réinventer la langue. « Il faut en “déplacer” le sens [des mots], les soumettre à de nouveaux “arrangements”, explique Michel Collot. La critique du langage est acte politique : il faut changer les mots de place pour changer “l’ordre des choses” »2. Ainsi, la révolution que l’avant-garde appelle de ses vœux passe par ce que Ponge qualifie d’un « exercice de rééducation verbale »3, un véritable processus qui s’opère au fil du temps et qui, par conséquent, n’a rien à voir avec l’écriture automatique4. D’ailleurs, remarque Jean-Marie Gleize,

  • 5 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-66.

Il [Ponge] est persuadé que l’automatisme est principalement une illusion de libération : « Si je donnais autorisation de sortir à tout ce qui vient du fond de mon esprit, cela serait déterminé par ce que j’ai dit ou lu la veille […] Autrement dit : l’automatisme ne libère pas des automatismes, il libère les automatismes »5.

  • 6 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 43.
  • 7 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 57-60.

Mais Ponge se garde des surréalistes pour d’autres raisons encore : discrétion, réserve, rigueur intellectuelle, autonomie, non-conformisme6. Selon lui, mieux vaut affirmer son indépendance et rester en retrait par rapport aux grandes personnalités de son époque que d’évoluer au sein d’un mouvement dogmatique qui voit le monde en termes binaires. Méfiant à l’égard des absolus réducteurs, Ponge favorise, lui, une approche plus subtile. D’ailleurs, il veut empêcher à tout prix qu’on lui colle à la peau une étiquette dont il aura, peut-être, bien du mal à se séparer plus tard. De ce point de vue, il est encore plus révolutionnaire que les surréalistes. Sa révolte à lui se veut plutôt anarchiste7.

  • 8 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 43-48.

2Son exigence ne l’empêche pas de se rapprocher d’eux cependant8 ; lorsque le mouvement risque de voler en éclats, faute d’unité entre factions, Francis leur apporte alors son soutien. En janvier 1930, il adresse une longue lettre aux « trois têtes principales », ce qui suscite l’intérêt d’André Breton même si elle ne le convainc pas tout à fait. Sceptique mais curieux, il invite Ponge à le rencontrer avec Louis Aragon et Paul Eluard. Mais, précise Jean-Marie Gleize,

  • 9 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 46.

On ne lui répond pas immédiatement. À la seconde lettre seulement, et c’est pour lui avouer qu’on a un instant douté de son existence. Breton et ses amis avaient sans doute ici ou là aperçu le nom de Ponge, mais ils se demandaient si ce nom ne cachait pas quelque facétie bien dans la manière de Paulhan9.

  • 10 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LX ; Claire Boaretto pré (...)
  • 11 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto d’octobre 1927, lettre 84, C (...)

Les entretiens qui s’ensuivent les persuadent que Ponge a suffisamment de points communs avec eux pour qu’on lui permette de s’associer au groupe. Ponge signe le « tract annonçant la publication du Surréalisme au service de la Révolution dans lequel paraît, en juillet, ‘‘Plus-que-raisons’’ »10 . Le geste est fraîchement accueilli par Jean Paulhan qui n’apprécie point cette nouvelle attitude. Elle risque, en effet, de mettre fin à leur amitié – car Ponge rejoint ainsi ses ennemis ! (En 1927 une vive polémique avait opposé Paulhan à Breton et son entourage11.) Il est vrai, d’ailleurs, que depuis un certain temps quelques malentendus s’accumulaient, fragilisant ainsi leurs rapports.

  • 12 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de janvier 1925, lettre 38, Correspondance, p. 41.
  • 13 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 38, déjà citée, p. 41-42. Claire Boaretto précise que ce te (...)

3En janvier 1925, Ponge a voulu changer le corps des caractères de son texte « Du Logoscope », qui devait paraître dans la N.R.F. Jacques Rivière ayant refusé cette correction, Paulhan se dit « très ennuyé »12 : « Je trouve que tu as tort, ajoutait-il […] D’abord en exigeant un corps plus gros que celui qui est le corps commun de tous les poèmes, essais, articles. […] Puis en l’exigeant dans un moment où nous sommes déjà surchargés de difficultés […] »13.

  • 14 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de mars 1926, lettre 67, Correspondance, t. I, p. 64-6 (...)

4Outre l’affaire « Du Logoscope », Paulhan reproche à Ponge d’avoir refusé de prendre des notes lors d’une réunion du comité de la N.R.F. le 4 février 192614. (Ponge ignorait alors que son mentor avait pensé l’engager comme secrétaire et qu’il devait, par conséquent, enregistrer les actes de la séance.)

  • 15 Claire Boaretto dans la note 5 dont elle accompagne la lettre de mars 1926, lettre 67, de Jean Paul (...)

5Enfin, la publication de Douze petits écrits a soulevé plus de difficultés que prévu chez l’auteur. Claire Boaretto raconte : « quand il reçut les épreuves, le livre le dégoûta, il n’en voulut plus. Il écrivit alors à Chagall en lui disant qu’il renonçait à ce livre et donc à son portrait »15. Chagall avait accepté de le réaliser. Paulhan exprime alors son mécontentement :

  • 16 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de mars 1926, lettre 67, déjà citée, p. 65.

Enfin, ce livre. Tu sais de reste, ou tu peux imaginer quelle peine j’ai eue à le faire accepter de Gallimard – et quels reproches il m’a valus depuis que, composé, tu t’obstines à l’empêcher de paraître. Tes exigences du dernier moment étaient absurdes. Tu peux consentir à paraître dans les mêmes conditions que Valéry, ou que moi16.

  • 17 Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre du 20 janvier 1930, de Francis Ponge (...)
  • 18 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 48.

À ces désaccords s’ajoutent maintenant des divergences politiques et littéraires, qui se manifestent dès 1929 et s’intensifient pendant les années 1930-31 quand Ponge côtoie les surréalistes17. Il a beau prendre ses distances vis-à-vis de son mentor, il ne rompt pas pour autant leurs relations. D’ailleurs, son engagement auprès de Breton et ses amis ne dure pas longtemps. Jean-Marie Gleize : « Surréaliste, Francis Ponge ne pouvait l’être, semble-t-il, qu’à l’extérieur du groupe. On comprend pourquoi il ne l’a pas quitté, ce groupe, sur une ‘‘rupture’’ (sortie fracassante ou exclusion), comme Artaud ou Bataille par exemple. C’est que, malgré l’apparence, il n’y était jamais entré »18.

Notes

1 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-74.

2 Voir la Note de Michel Collot relative à « Sur un sujet d’ennui » (Francis Ponge, Douze petits écrits, O.C., t. I, p. 889).

3 Francis Ponge, « Pages bis », Proêmes, O.C., t. I, p. 211.

4 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-74.

5 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 65-66.

6 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 43.

7 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 57-60.

8 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 43-48.

9 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 46.

10 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LX ; Claire Boaretto précise que « Surréalisme au Service de la Révolution (le n° 1 est de juillet 1930) […] remplacera La Révolution surréaliste » (la note 4 dont Claire Boaretto accompagne la lettre du 20 janvier 1930, lettre 119, de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre finalement non envoyée, Correspondance, p. 123).

11 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto d’octobre 1927, lettre 84, Correspondance, p. 77-80 et qui, selon toutes apparences, date du 13 octobre 1927, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge. Voir également : de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre d’octobre 1927, lettre 85, Correspondance, p. 80-81.

12 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de janvier 1925, lettre 38, Correspondance, p. 41.

13 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 38, déjà citée, p. 41-42. Claire Boaretto précise que ce texte de Ponge « ne paraîtra pas finalement dans la N.R.F. » (Note 1 accompagnant la lettre du 15 janvier 1925, lettre 37bis, de Germaine Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 41).

14 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de mars 1926, lettre 67, Correspondance, t. I, p. 64-66.

15 Claire Boaretto dans la note 5 dont elle accompagne la lettre de mars 1926, lettre 67, de Jean Paulhan à Francis Ponge, déjà citée, p. 65-66.

16 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre de mars 1926, lettre 67, déjà citée, p. 65.

17 Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre du 20 janvier 1930, de Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre 119, déjà citée, (voir la note 10 du présent chaptire), p. 123-24 : « C’est une période de grande amitié avec Eluard. […] À l’époque de son adhésion au groupe, Francis Ponge rencontre aussi Unik et quelquefois Crevel (‘‘ses articles étaient très intéressants, ses écrits relativement faibles’’), pour lesquels il éprouve une vive sympathie. Mais il ne rencontre ni Picasso, ni Dali, ni Ernst, ni Tanguy, ni Char (probablement dans le Midi), ni Péret (sans doute au Mexique ?). » Sur les tensions entre Ponge et Paulhan, voir aussi : Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre de 1929 ?, lettre 108, de Francis Ponge à Jean Paulhan, Correspondance, p. 108 ; et dans la note 2 dont Claire Boaretto accompagne la lettre qu’elle a datée du 5 décembre 1930, lettre 116, de Francis Ponge à Jean Paulhan, Correspondance, p. 119, bien que, selon toutes apparences, cette dernière lettre remonte au 4 décembre 1929, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge).

18 Jean- Marie Gleize, Francis Ponge, op. cit., p. 48.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search