Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie I. Francis Ponge ou l’olivier

Chapitre 2. 1923, l’année du chagrin

Texte intégral

  • 1 Armande Ponge précise : « Cette lettre, bien malheureusement perdue, le premier volume de leur Corr (...)
  • 2 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto de février 1923, lettre 1, Corres (...)
  • 3 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 18 février 1923, lettre 3, Correspondance, p. 12. Au suj (...)
  • 4 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre 3, déjà citée.
  • 5 Armande Ponge, Rétrospective.

1À la même époque Armand Ponge suggère à son fils d’écrire à Jean Paulhan, alors secrétaire du directeur de la N.R.F, Jacques Rivière, et de surcroît, un vieil ami des Saurel de Nîmes ! En effet, Paulhan a été lié d’amitié avec deux de ses oncles maternels. Ponge évoque sans doute ces relations dans une première lettre à Paulhan et dit qu’il voudrait le rencontrer1. Paulhan répond en le priant de venir « soit un après-midi entre 4 h. et 5 h. au Mère de l’Instruction Publique […] soit plus tard entre 6 h. et 6 1/2, 3 rue de Grenelle »2. La rencontre a lieu peu après. Puis, Paulhan annonce dans sa troisième lettre à Francis qu’il a transmis ses deux textes – « Le Monologue de l’employé » et « Dimanche, ou l’artiste » – à Rivière3. Celui-ci envoie un mot à Ponge quelques jours plus tard : « Je l’ai lu [votre manuscrit] avec un vif intérêt. Il pique ma curiosité et sans que je puisse vous dire encore si je le publierai dans la N.R.F., je suis sûr du moins d’éprouver un grand plaisir à faire la connaissance de son auteur »4. Le 23 mars rue de Grenelle, Ponge est « accueilli par Jacques Rivière, en la présence de Roger Allard et y retrouve bien sûr Jean Paulhan »5.

  • 6 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 6, Correspondance, p. 14. Cette lettre a été datée par (...)
  • 7 Voir Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre de Jean Paulhan à Francis Ponge, (...)
  • 8 Selon Francis Ponge, les « premiers symptômes » de la typhoïde se manifestent dès l’été 1922. (Voir (...)
  • 9 Armande Ponge, Rétrospective.

2La N.R.F. décide de publier les deux textes évoqués ci-dessus – plus « Un ouvrier » – dans son numéro du 1er juin. Le 10 mai Paulhan envoie ses épreuves à Ponge6, qui les montre à son père. Depuis plusieurs semaines en effet, Francis partage son temps entre Paris et Caen7. Armand Ponge souffre de la fièvre typhoïde8, et son « état […] s’aggrave de jour en jour »9.

  • 10 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 2 mai 1923, lettre 4, Correspondance, p. 13.
  • 11 Voir la note 7 du présent chapitre.
  • 12 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 5, déjà citée, p. 13.
  • 13 De Jean Paulhan à Francis Ponge, le 2 mai 1923 : « L’on vous demanderait d’avoir l’intention ‘‘d’y (...)
  • 14 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 5, déjà citée.

3Soucieux de la situation précaire de Ponge, Paulhan lui propose un emploi à la N.R.F. Le 2 mai 1923 il lui écrit en lui demandant de venir le voir « le plus tôt possible »10. Mais Ponge se trouve chez ses parents et « il est probable que la lettre […] ne lui est pas parvenue »11. Paulhan s’en doute, lui envoie une deuxième missive, à Caen cette fois. « Voici ce dont il s’agirait, écrit-il, le 8 mai : secrétaire […] chargé des éditions (‘‘construction’’ des livres, rapports avec les imprimeurs, etc.) »12. Plus que jamais Ponge a besoin d’un travail stable – ce que la N.R.F. lui promettrait, selon Paulhan13. « Si vous êtes prêt à accepter, poursuit ce dernier, venez d’urgence »14.

  • 15 Armande Ponge, Rétrospective.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

4Ponge rentre à Paris et, semble-t-il, assume ses nouvelles fonctions chez Gallimard, du moins pendant quelques jours15. Jean Hytier le félicite le 18 mai : « Mon cher vieux, […] Je suis content que tu aies un travail convenablement payé, et pas ennuyeux »16. Cependant, le père de Francis va de plus en plus mal, une lettre de sa mère en date du 14 mai a annoncé de mauvaises nouvelles17. Quelques jours plus tard – le 18 – Armand Ponge s’éteint. Francis rejoint aussitôt Juliette et Hélène à Caen. Tous les trois accompagnent le cercueil à Nîmes pour les obsèques.

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Voir, par exemple, Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre 8 de Jean Paulhan (...)
  • 21 Ibid. Ici Claire Boaretto remarque que la N.R.F. publie « La Famille du sage » en 1926 (Voir le n°  (...)
  • 22 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 1er juillet 1923, Archives Ponge.
  • 23 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 8, déjà citée, p. 15. (Voir la note 20 du présent chapitre)
  • 24 Cette lettre se trouve aux Archives familiales et ne figure pas dans la Correspondance établie par (...)
  • 25 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto du début juillet 1923, lettre 9, (...)

5Rentré à Paris, Ponge – en juin – « se demande déjà s’il ne va pas quitter la N.R.F. »18. Hytier tente de le persuader de renoncer à cette idée : « Je te conseille vivement de rester à la N.R.F. Tu trouveras difficilement une place équivalente »19. Mais à la fin du mois, Francis n’en peut plus, la disparition de son père le dépasse. Le 28 au matin – et non le 30 comme souvent indiqué20 –, il part en train à Fontainebleau. Plongé dans l’obscurité de la forêt, il compose « Nocturne du père » (qui paraîtra plus tard sous le titre « La Famille du sage »)21. Le lendemain il tente d’avertir Paulhan de son absence. Mais la lettre n’arrive pas à son destinataire. Selon Armande Ponge, elle « croise »22 un deuxième billet de Paulhan, aussi du 29 juin : « Mon cher ami, il me sera bien difficile de croire tout à fait à l’amitié que vous me montriez si à moi au moins vous ne dites pas les causes de votre absence »23. Ponge lui répond le 1er juillet, à son retour dans la capitale : « Que dois-je faire ? Puis-je rentrer rue de Grenelle ? Je vous en prie comprenez, conseillez-moi, vivant mal »24. Paulhan le rassure : « je suis franchement avec vous, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il est mieux peut-être que vous connaissiez ces passages et que de plus loin vous nous reveniez (n’est-ce pas). / Tout de même bouleversé de ce que vous m’écrivez »25. Ponge et Paulhan se retrouvent bientôt à Paris et discutent de l’avenir de Francis. Le 17, notre homme de lettres décide de quitter Gallimard.

  • 26 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVI.
  • 27 Chronologie établie par Bernard Beugnot, Bernard Veck et Armande Ponge dans Francis Ponge, O.C., t. (...)

6Or, cette relation des faits – fondée sur les Archives Ponge – ne correspond pas à la chronologie du tome I des Œuvres complètes : « Mai [1923] : le 18, mort d’Armand Ponge, dont les obsèques ont lieu à Nîmes. Gaston Gallimard propose à Francis un poste de secrétaire à la fabrication de la N.R.F. qu’il quittera au mois d’août »26. Ici on laisse entendre que Gallimard engage Francis après la mort d’Armand Ponge. Cette erreur est cependant corrigée dans le tome II : « Mai : il [Ponge] entre chez Gallimard comme attaché à la fabrication. Le 18, mort d’Armand Ponge […] »27.

7Reste qu’une zone d’ombre demeure autour des dates de son activité rue de Grenelle. Sur une feuille volante conservée aux Archives, la note suivante, de la main de Ponge : « Salarié attaché à la fabrication des livres chez Gallimard du 1er mai au 30 juillet 1923 ». Or, comme le suggère la Rétrospective, il reçoit l’offre d’emploi après le 1er mai. En tout cas, il démissionne dès juillet et non pas en août, comme l’indique le tome I des Œuvres complètes.

  • 28 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 4 septembre 1923, lettre 12, (...)
  • 29 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVII.
  • 30 Jacques Rivière succombe à la fièvre typhoïde en févier 1925. Jean Paulhan lui succède à la directi (...)
  • 31 Voir Claire Boaretto dans la note 3 dont elle accompagne la lettre de mars ? 1925, lettre 40, de Je (...)
  • 32 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVIII ; voir aussi Clair (...)

8Si la vie privée n’est guère facile, en revanche, l’œuvre de Ponge commence à se faire connaître. En effet, les textes publiés dans Le Mouton blanc et la N.R.F. ont retenu l’attention de Franz Hellens, par exemple. Directeur du Disque vert à Bruxelles28, il prend contact avec lui en octobre 1923 et « le sollicite pour sa revue »29. « Deux petits exercices » figurent dans le numéro de décembre, suivis de « Trois petits écrits » en 1925. La même année, la N.R.F. publie « À la gloire d’un ami » en hommage à J. Rivière (voir le numéro du 1er août 1925)30. À l’automne « Pauvres pêcheurs » et « Rhum des fougères » figurent dans la revue Commerce31. (Plus tard, ces textes seront incorporés dans Le Parti pris des choses.) Enfin, son premier livre – Douze petits écrits – est publié chez Gallimard en 1926. Presque aussitôt – dès le mois de mai – il réfléchit à un projet qui deviendra par la suite Le Parti pris des choses32. Notre écrivain va quitter la satire et passer à une écriture des objets.

9Ponge s’est fait publier dans les revues les plus exigeantes et estimées, son premier livre a trouvé un éditeur, et pas des moindres ! À 27 ans, l’avenir s’annonce prometteur, malgré les revers qu’il a essuyés. Si son œuvre semble avoir laissé la plupart des critiques indifférents jusque-là, on aurait tort cependant de conclure qu’elle ne suscite pas la moindre réaction de la part d’un certain public. Citons Jean Hytier en novembre 1924 :

  • 33 Jean Hytier, « Préface à l’avenir », Le Mouton blanc, dernier numéro, novembre 1924, p. 19-20.

Terriblement modeste devant son génie, il [Ponge] passe son temps à se défier de lui. Il ne crée pas par inspiration mais par conspiration. De là, parfois, l’obscurité tourmentée de sa phrase. Croyez qu’il s’en gourmande ; il vise seulement à la prodigieuse clarté où la plupart ne voient rien. Son bonheur doit être, ayant passé entre les pièges, de les laisser pour le lecteur. Non. Je le calomnie. Laisser des pièges c’est encore s’y prendre.
[…]
[…] Que je suis heureux de rencontrer un artiste aimant la matière de son art ! Ponge est un des rares hommes sachant bien jouer sur les mots sans tout perdre au procédé.
Mais ne va-t-il pas se défier des mots eux-mêmes ? Seul danger de sa probité, j’ai foi qu’il ne se prendra pas à ce piège de sceptique. En tout cas, comment lui en vouloir de le considérer, quand il en profite pour créer, sans s’en douter, sur les frontières de l’art, et comme qui dirait, de la grammaire, un genre absolument nouveau qui saisit les problèmes du langage comme prétexte à poésie, et qu’on trouvera faiblement amorcé dans les Petits exercices et emporté par une fantaisie shakespearienne dans l’Imparfait ou les Poissons volants (inédit). N’oubliez pas, en les lisant, que là, l’essentiel s’exprime indirectement dans les formes du drame linguistique33.

  • 34 Sur Groethuysen voir Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre d’avril 1924, le (...)
  • 35 Bernard Groethuysen, critique sans titre des Douze petits écrits parue dans La N.R.F., t. 28, avril (...)
  • 36 Jean Tardieu, « Rencontres avec Francis Ponge », Œuvres, op. cit., p. 1403.
  • 37 Ibid.

La N.R.F., quant à elle, ne manque pas d’admirateurs de Ponge non plus. Parmi eux, Bernard Groethuysen, qui « fai[t] partie du comité de lecture »34. Comme Hytier, il apprécie la façon dont Ponge pense le langage ; il parle ainsi de son premier livre : « J’aime les douze petits poèmes de Francis Ponge, que le silence unit : le mot balbutie et la pensée s’agite. Ils se fuient et se disent ce n’est pas toi. Balbutiements encore et retours inquiets. Puis c’est la rencontre, l’heureuse rencontre. Une parole est née dans le monde muet […] »35. Jean Tardieu quant à lui considère Ponge comme « un poète déjà estimé »36 lorsqu’il fait sa connaissance en 1931. Et d’ajouter : « […] Paulhan, qui avait découvert Francis et qui venait de publier ses Douze petits écrits, tenait déjà, en effet, son œuvre pour une des plus importantes de sa génération »37. Il suffit de parcourir la N.R.F. des années 1923-26 pour se faire une idée de l’estime que porte Paulhan aux textes de Ponge car ils figurent au côté de ceux de Georges Duhamel, André Gide, Julien Green, Marcel Proust, Paul Valéry. C’est dire !

Notes

1 Armande Ponge précise : « Cette lettre, bien malheureusement perdue, le premier volume de leur Correspondance, publiée soixante trois ans plus tard, s’ouvrira sur la réponse reçue au début du mois prochain » (Rétrospective).

2 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto de février 1923, lettre 1, Correspondance, p. 11, bien que, selon toutes apparences, elle date du 2 février 1923, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge.

3 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 18 février 1923, lettre 3, Correspondance, p. 12. Au sujet de Jacques Rivière, Claire Boaretto fournit les informations suivantes dans la note 2 dont elle accompagne cette lettre : « L’écrivain Jacques Rivière (1886-1925) dirige la N.R.F. depuis 1919, avec pour secrétaire Jean Paulhan depuis le début de 1920 » (Ibid., loc. cit.).

4 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre 3, déjà citée.

5 Armande Ponge, Rétrospective.

6 Voir de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 6, Correspondance, p. 14. Cette lettre a été datée par Claire Boaretto de mai 1923, les Archives Ponge précisent la date du 10 mai.

7 Voir Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 5, Correspondance, p. 14. Cette lettre a été datée par Claire Boaretto de mai 1923, les Archives Ponge précisent la date du 8 mai.

8 Selon Francis Ponge, les « premiers symptômes » de la typhoïde se manifestent dès l’été 1922. (Voir Armande Ponge, Rétrospective).

9 Armande Ponge, Rétrospective.

10 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre du 2 mai 1923, lettre 4, Correspondance, p. 13.

11 Voir la note 7 du présent chapitre.

12 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 5, déjà citée, p. 13.

13 De Jean Paulhan à Francis Ponge, le 2 mai 1923 : « L’on vous demanderait d’avoir l’intention ‘‘d’y faire votre carrière’’ » (lettre 4, déjà citée, p. 13) ; puis, Paulhan précise dans la lettre qui suit (lettre 5, déjà citée, p. 13) : « j’ai dit que vous n’étiez pas au courant. L’on m’a répondu : / – Peu importe, si M. Ponge y veut faire sa carrière ».

14 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 5, déjà citée.

15 Armande Ponge, Rétrospective.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Voir, par exemple, Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre 8 de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 15. Cette lettre a été datée par Claire Boaretto du début juillet 1923, bien que, selon toutes apparences, elle date du 29 juin 1923, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge.

21 Ibid. Ici Claire Boaretto remarque que la N.R.F. publie « La Famille du sage » en 1926 (Voir le n° 156 du 1er septembre 1926). Plus tard, le même texte ouvrira le premier tome du Grand recueil intitulé, Lyres en 1961.

22 De Francis Ponge à Jean Paulhan, lettre du 1er juillet 1923, Archives Ponge.

23 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 8, déjà citée, p. 15. (Voir la note 20 du présent chapitre).

24 Cette lettre se trouve aux Archives familiales et ne figure pas dans la Correspondance établie par Claire Boaretto. Dans ses notes relatives à « La Famille du sage » (Lyres), Bernard Beugnot évoque ce document en précisant qu’il est « sans date ni destinataire, mais très vraisemblablement adressé à Jean Paulhan » (Francis Ponge, O.C., t. I, p. 1059). Armande Ponge, cependant, la date du 1er juillet.

25 De Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre datée par Claire Boaretto du début juillet 1923, lettre 9, Correspondance, t. I, p. 16 et qui, selon toutes apparences, date du 7 juillet 1923, si du moins, l’on se reporte aux Archives Ponge.

26 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVI.

27 Chronologie établie par Bernard Beugnot, Bernard Veck et Armande Ponge dans Francis Ponge, O.C., t. II, p. XVIII.

28 Voir Claire Boaretto dans la note 2 dont elle accompagne la lettre du 4 septembre 1923, lettre 12, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 19 : « Il n’y avait à ce moment que deux revues valables hors Paris : Les Cahiers du Sud à Marseille et Le Disque vert à Bruxelles ; cette dernière dirigée par Franz Hellens. Paulhan, qui était un de ses grands amis, lui envoyait tous les textes qu’il ne pouvait prendre dans la N.R.F. »

29 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVII.

30 Jacques Rivière succombe à la fièvre typhoïde en févier 1925. Jean Paulhan lui succède à la direction de la N.R.F. (Voir de Germaine Paulhan à Francis Ponge, lettre 38bis, 14 février 1925, Correspondance Jean Paulhan/Francis Ponge, éd. Claire Boaretto, op. cit., p. 42-43.)

31 Voir Claire Boaretto dans la note 3 dont elle accompagne la lettre de mars ? 1925, lettre 40, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 44 : elle y précise que Commerce est une « revue fondée par la princesse de Bassiano en été 1924 ».

32 Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, O.C., t. I, p. LVIII ; voir aussi Claire Boaretto dans la note 3 dont elle accompagne lettre de juin ? 1926, lettre 72, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 69 : elle y remarque que Francis revient à sa fascination pour la nature lors d’un séjour « à Balleroy en Normandie, en mai 1926 […] Là, […] [il] concevra Le Parti pris des choses, en se promenant dans la campagne ».

33 Jean Hytier, « Préface à l’avenir », Le Mouton blanc, dernier numéro, novembre 1924, p. 19-20.

34 Sur Groethuysen voir Claire Boaretto dans la note 4 dont elle accompagne la lettre d’avril 1924, lettre 21, de Jean Paulhan à Francis Ponge, Correspondance, p. 29. Elle y explique : « Bernard Groethuysen (1880-1945) et sa compagne Alix Guillain habitaient dans le même immeuble que Jean Paulhan, au 9 rue Campagne-Première […] Peu connu, Groethuysen […] a pourtant joué un rôle essentiel à la N.R.F., où il faisait partie du comité de lecture. Il a notamment introduit en France Kafka, la philosophie allemande et la littérature russe. / Ancien professeur de sociologie à l’université de Berlin, marxiste, spécialiste de saint Augustin, parfait bohème, il était entré à la N.R.F. après la guerre de 1914- 1918 pour s’occuper des cultures étrangères ».

35 Bernard Groethuysen, critique sans titre des Douze petits écrits parue dans La N.R.F., t. 28, avril 1927, p. 545.

36 Jean Tardieu, « Rencontres avec Francis Ponge », Œuvres, op. cit., p. 1403.

37 Ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search