Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Partie I. Francis Ponge ou l’olivier

Chapitre 1. Racines et premières feuilles : 1898 – 1923

Texte intégral

1Devrait-on résumer en un mot la vie de Francis Ponge jusqu’en 1945, on dirait qu’elle ressemble à un olivier. Car elle renferme trois grands thèmes qui se rencontrent à des moments décisifs dans le parcours de l’écrivain, autant de branches noueuses qui s’entrecroisent ici et là, grâce au développement de rameaux et de feuilles. Cependant la foliation peut prendre une telle ampleur qu’elle nous brouille les fils de sa trame. Véritable domaine d’obscurité – même sous un soleil radieux – la ramure confond tout et jette de l’ombre. À nous donc d’élaguer l’olivier et dégager les maîtresses branches (les éléments biographiques les plus importants) pour montrer comment Francis Ponge arrive à collaborer au Verre d’eau avec le peintre Eugène de Kermadec.

2Je propose dans un premier temps de réexaminer le parcours chronologique de l’écrivain avant de le regarder ensuite sous un autre angle, celui de la simultanéité, ou plus concrètement, l’union de l’art et l’écriture chez Ponge. Qu’est-ce qui amène l’auteur à fréquenter des artistes ? D’où vient sa sensibilité à la peinture ?

  • 1 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, Éditions du Seuil, coll. « Les Contemporains », 1988 ; Jean Thiba (...)

3Je signale au lecteur que, sauf contre-indication, nos informations viennent à la fois de correspondances inédites des Archives familiales et de mes conversations avec Armande Ponge, qui a fait preuve d’une grande générosité en la matière ; je lui suis profondément reconnaissante. L’importance de son propre travail sur les archives de son père tient à ce qu’il complète et enrichit les ouvrages biographiques de Jean Thibaudeau et Jean-Marie Gleize1. Mieux encore, il nous permet de corriger quelques erreurs dans certaines autres éditions.

4D’abord un mot sur les origines de Ponge. Ses parents, Armand et Juliette (née Saurel), sont issus tous les deux de familles protestantes et bourgeoises qui habitent Nîmes depuis plusieurs générations. Après leur mariage en mai 1898, ils s’établissent à Montpellier où Francis naît le 27 mars 1899. Puis, ils reviennent brièvement à Nîmes – que Ponge désignera plus tard comme sa ville natale –, avant de déménager à nouveau pour Avignon en 1900. Hélène, la sœur de Francis, y voit ses premiers jours en 1901.

  • 2 Juliette, de son côté, apprendra le piano à Ponge, très doué pour cet instrument.

5Directeur de l’agence du Comptoir national d’escompte de Paris (qui deviendra plus tard la B.N.P.), Armand Ponge cultive plusieurs centres d’intérêt. Violoniste à ses heures, il partage son amour de la musique avec son fils2. Il se promène dans la nature avec ce dernier et lui apprend à reconnaître les différentes espèces de plantes et d’arbres. Il a aussi le goût de l’érudition ; lit des articles du dictionnaire Littré et les commente dans la marge. Ainsi transmet-il à Francis l’amour de la langue française, celle-ci se trouvera au centre des préoccupations de Ponge plus tard, on le verra.

  • 3 Voir la Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, Œuvres complètes, t. I, p. LII.

6En 1909, la famille quitte Avignon pour Caen. Francis intègre le lycée Malherbe où il « obtient [en 1916] son baccalauréat […] avec mention très bien et la meilleure note de l’académie en philosophie sur le sujet ‘De l’art de penser par soi-même’ »3. Patriote, il entend rejoindre l’armée pour remplacer son jeune cousin, Marc Saurel, qui vient de succomber à ses blessures de guerre. Cependant, une crise d’appendicite lui interdit de s’engager et après de longues discussions avec son père, il décide de poursuivre ses études à Paris.

7Ponge s’installe chez sa grand-mère, rue Faraday dans le 17e arrondissement et fait une année d’hypokhâgne au Lycée Louis-le-Grand. Malgré un emploi du temps chargé, il écrit quasiment tous les jours à ses parents. La correspondance inédite de Francis à cette époque, conservée aux Archives Ponge, témoigne d’un esprit exigeant et méticuleux : il rend compte de ses efforts et de ses progrès au lycée ; de ses distractions aussi (écriture, concerts, promenades dans Paris) ; et même de ses dépenses au centime près (pour ses repas ou ses livres et cahiers, par exemple).

8Après l’hypokhâgne, Francis poursuit ses études à la Sorbonne et à la Faculté de droit de 1917 à 1918. Le bilan de cette première année universitaire s’avère mitigé. Ponge a beau réussir à l’écrit, il échoue à l’oral de philosophie. Il raconte sa déception :

  • 4 De Francis Ponge à ses parents, lettre du 22 mars 1918, Archives Ponge.

Mes chers parents,
Vous excuserez ce petit mot écrit très vite après dîner dans la migraine folle et dans le marasme : je suis retapé à l’oral.
Les premières interrogations ont bien marché mais j’avais un mal de tête fou et à la fin une dépression nerveuse formidable m’a pris, m’enlevant tous mes moyens. Je ne pouvais aligner deux mots et je pleurais comme un veau de mon impuissance et de fatigue. Pensez que cet oral a commencé à 2 heures, après une matinée d’attente déprimante et n’a fini qu’à 6 heures. Ballotté d’un examinateur à l’autre sans interruption, à la fin j’étais abruti, je n’y voyais plus, je ne pouvais parler ni penser4.

Bien des années plus tard, en 1976, Ponge avouera dans un entretien :

  • 5 « Entretien avec Francis Ponge », Cahiers critiques de la littérature, numéro 2, décembre 1976, p.  (...)

D’autre part j’ai à dire que, […] j’ai été à un moment donné d’abord notamment au moment des examens […] j’ai été inhibé oralement. J’étais à ce moment-là justement, comme je le reste d’ailleurs, tout à fait inquiet de ce qu’allaient être mes déclarations, mes réponses aux examinateurs, etc. Parce que je me méfiais des déclarations orales, et pour d’autres raisons encore qu’il serait trop long de dire5.

  • 6 La correspondance de Ponge avec ses parents montre qu’il passe ses épreuves de Philosophie et de Dr (...)

On peut facilement imaginer, en effet, que le manque de sommeil et les maux de tête ne font qu’aggraver l’inquiétude de Ponge face à l’oral. Sans oublier l’anxiété que provoquent les bombardements de Paris par les Allemands en mars 1918, à quelques jours seulement des examens6 !

  • 7 Voir la Chronologie déjà citée p. LIV et les Archives Ponge.
  • 8 Pendant sa convalescence près de Chantilly en mars 1919, Ponge écrit « La Promenade dans nos serres (...)
  • 9 Voir les Archives Ponge.

9Une période mouvementée s’ouvre alors pour Francis. Pendant presque un an – d’avril 1918 à mars 1919 – des événements liés à la guerre bousculent son parcours : après sa mobilisation, il est frappé par la grippe espagnole et passe l’été 1918 à se rétablir. En septembre il est incorporé dans un régiment d’infanterie, puis se fait mettre en prison début novembre « pour ‘‘une échappée sans permission’’ »7. Il est enfin intégré au Grand Quartier général des armées françaises à Metz d’abord, puis à Chantilly où il devient secrétaire d’état major. La diphtérie8 l’oblige, cependant, à quitter son poste en mars 1919 pour se soigner dans un hôpital proche de Saint-Firmin, près de Chantilly9.

10En mai, Francis peut reprendre ses études. Il part pour Strasbourg y préparer le concours d’entrée à l’E.N.S avec d’autres étudiants mobilisés, dont Jean Hytier et Gabriel Audisio. Les épreuves écrites sont prévues pour fin septembre, Ponge n’a que quelques mois pour réviser. Il est reçu, sa convocation à l’oral arrive un mois plus tard. Selon Armande Ponge,

  • 10 Armande Ponge, Rétrospective.

Aucun document ne permet de témoigner des circonstances exactes dans lesquelles Francis abandonne, « volontairement » expliquera-t-il plus tard, les épreuves orales du concours...
Toujours est-il que « mis en sursis d’études » Francis choisit de prendre à Paris une chambre dans un petit hôtel au 12 de la rue de Vaugirard10.

  • 11 De Francis Ponge à Gabriel Audisio, lettre du 26 novembre 1919, Archives Ponge.

Quelques semaines plus tard, il rentre à Caen pour se remettre d’« une forte bronchite double compliquée de furonculose »11. Durant ce séjour il mène une vie débridée :

  • 12 De Francis Ponge à Gabriel Audisio, lettre du 10 janvier 1920, Archives Ponge.

[j]e ne suis pas resté sans occupation à Caen après ma convalescence, écrit-il à Audisio. J’étais un pilier de dancings et de brasseries, je me prostituais au rythme des foxtrotts, des tangos et des scottish espagnoles, je buvais, je mangeais des huîtres et je couchais éperdûûûment [sic]12.

  • 13 Ibid. Armande Ponge précise que son grand-père, « de son écriture fine sur un petit feuillet quadri (...)

Ce dérapage provoque-t-il une mésentente entre Ponge et ses parents ? Toujours est-il que Francis retourne à Paris, au début janvier 1920. Après une période « sage », il récidive et abandonne ses études. C’est alors la rupture avec ses parents mais le dialogue se rétablira à l’automne suivant. La réconciliation avec son père se concrétise autour d’un « Projet de traité de collaboration et de publication datant du début de 1922 »13. Francis lui transmet à nouveau ses textes qu’il commente en lecteur privilégié.

  • 14 Voir le texte de Francis Ponge, « Paul Valéry », Œuvres complètes, t. II, 2002, p. 1325-28. Armande (...)
  • 15 Voir la Notice de Michel Collot relative aux Douze petits écrits (Francis Ponge, O.C., t. I, p. 874 (...)
  • 16 Francis Ponge, « Esquisse d’une parabole », Le Mouton blanc, numéro 3, novembre/décembre 1922, p. 1 (...)
  • 17 Ponge n’avait alors que 17 ans.
  • 18 Selon Ponge lui-même, ce pseudonyme est l’« Anagramme de Ponge-Saurel » (de Francis Ponge à sa mère (...)
  • 19 Voir Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre 16, déjà citée.
  • 20 Francis Ponge, « Fragments métatechniques », Le Mouton blanc, numéro 4, janvier 1923, p. 9-10.

11Dans le même temps, Ponge reprend contact avec ses amis de Strasbourg, Audisio et Hytier. Ces derniers ont fondé Le Mouton blanc14, revue de « classicisme moderne »15, avec la complicité de leur ancien professeur de collège, Jules Romains. Dans le numéro 3 de la revue, ils publient un texte de leur ami, « Esquisse d’une parabole »16. Six ans après sa première et jusque-là, unique publication, « Sonnet », dans La Presqu’île17, Ponge s’impose de nouveau dans l’avant-garde littéraire. Mais cette fois, au pseudonyme « Paul-Francis Nogères »18, il substitue la lettre « P… »19. Dans le numéro suivant, en janvier 1923, « Fragments métatechniques » seront signés de son vrai nom20.

Notes

1 Jean-Marie Gleize, Francis Ponge, Éditions du Seuil, coll. « Les Contemporains », 1988 ; Jean Thibaudeau, Ponge, Gallimard, coll. « La Bibliothèque idéale », 1967.

2 Juliette, de son côté, apprendra le piano à Ponge, très doué pour cet instrument.

3 Voir la Chronologie établie par Bernard Beugnot dans Francis Ponge, Œuvres complètes, t. I, p. LII.

4 De Francis Ponge à ses parents, lettre du 22 mars 1918, Archives Ponge.

5 « Entretien avec Francis Ponge », Cahiers critiques de la littérature, numéro 2, décembre 1976, p. 7. En préface à la transcription de l’entretien, on (les éditeurs ?) précise (nt) que la conversation a eu lieu « Rue Lhomond à Paris, le lundi après-midi 31 mai 1976 ». (Voir la page 4).

6 La correspondance de Ponge avec ses parents montre qu’il passe ses épreuves de Philosophie et de Droit entre le 18 et le 22 mars 1918. Or, les bombardements ont commencé tard dans la soirée du 11 mars – à quelques jours seulement du début des examens. Voir les lettres des 12, 18, et 19 mars 1918 aux Archives Ponge.

7 Voir la Chronologie déjà citée p. LIV et les Archives Ponge.

8 Pendant sa convalescence près de Chantilly en mars 1919, Ponge écrit « La Promenade dans nos serres ».

9 Voir les Archives Ponge.

10 Armande Ponge, Rétrospective.

11 De Francis Ponge à Gabriel Audisio, lettre du 26 novembre 1919, Archives Ponge.

12 De Francis Ponge à Gabriel Audisio, lettre du 10 janvier 1920, Archives Ponge.

13 Ibid. Armande Ponge précise que son grand-père, « de son écriture fine sur un petit feuillet quadrillé, rédige ces lignes [du traité] titrées plus tard par Francis » (Rétrospective).

14 Voir le texte de Francis Ponge, « Paul Valéry », Œuvres complètes, t. II, 2002, p. 1325-28. Armande Ponge précise que l’« amitié [de Ponge et Audisio] durera près de soixante années et donnera lieu à une précieuse correspondance » (Rétrospective). En revanche, Ponge et Hytier ne restent pas en contact longtemps. Selon la Chronologie établie par Bernard Beugnot dans le t. I des O.C., ils s’écrivent entre janvier 1922 et décembre 1924. (Voir la p. LV).

15 Voir la Notice de Michel Collot relative aux Douze petits écrits (Francis Ponge, O.C., t. I, p. 874-75. De son côté, Claire Boaretto précise que la revue est une « mensuelle publiée à Maupré, par Charolles (Saône-et-Loire) » entre septembre 1922 et novembre 1923. (Voir la note 1 dont Claire Boaretto accompagne la lettre de novembre 1923, de Jean Paulhan à Francis Ponge, lettre 16, Correspondance, p. 22).

16 Francis Ponge, « Esquisse d’une parabole », Le Mouton blanc, numéro 3, novembre/décembre 1922, p. 14-16.

17 Ponge n’avait alors que 17 ans.

18 Selon Ponge lui-même, ce pseudonyme est l’« Anagramme de Ponge-Saurel » (de Francis Ponge à sa mère, lettre du 5 octobre 1916, Archives familiales).

19 Voir Claire Boaretto dans la note 1 dont elle accompagne la lettre 16, déjà citée.

20 Francis Ponge, « Fragments métatechniques », Le Mouton blanc, numéro 4, janvier 1923, p. 9-10.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search