Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Philippe Dodier, collectionneur de tableaux et d’objets d’art et ami des Kermadec. François Coulon, (...)

1De tous les amis artistes de Francis Ponge, Eugène de Kermadec est sans doute l’un des moins connus. Pourtant, ce dernier marque une transition importante dans l’art contemporain en ce que « [s]a peinture figurative, mais cependant de lecture difficile, représente un véritable pour ne pas dire un unique ‘trait d’union’ entre le Cubisme et l’Abstraction »1. Il rencontre Ponge en mai 1946 lors d’une exposition qui lui est consacrée à la Galerie Louise Leiris à Paris. Deux ans après, le peintre et l’écrivain travaillent au Verre d’eau, recueil de notes et de lithographies, publié en édition de luxe par la même galerie en 1949. Cette thèse – Francis Ponge et Eugène de Kermadec, histoire d’un compagnonnage – a pour but d’expliquer ce qui amène les co-auteurs à se connaître, à se fréquenter, enfin à collaborer au Verre d’eau. En quoi est-ce que l’écriture de l’un se rapproche de la peinture de l’autre et vice-versa ?

2Dans un premier temps je retrace le parcours de Ponge en m’appuyant essentiellement sur les Archives Ponge à Paris et la Correspondance de Francis Ponge et Jean Paulhan, éditée par Claire Boaretto. J’essaie de montrer qu’une optique du trouble se manifeste dans la correspondance de l’écrivain dès son adolescence – en 1917 et 1918 surtout – et s’inscrira plus tard dans Le Parti pris des choses (1942). Grâce à Armande Ponge, qui m’a signalé l’existence de ces lettres toujours inédites, j’ai eu le privilège d’en citer quelques passages et les commenter. Elle m’a montré que son père avait exprimé une sensibilité visuelle bien plus tôt qu’on ne le pense : à partir de 1913, Francis n’avait que quatorze ans. Ainsi, le rapport qu’il entretenait dans ses écrits avec la représentation du visible – avec l’art – ne remontait pas à 1944, date à laquelle il commençait à écrire des textes sur des artistes (Picq, Fautrier, Dubuffet). Au contraire, ce lien existait depuis longtemps.

  • 2 J’emprunte le terme à Francis Ponge, « Quelques notes sur Eugène de Kermadec », L’Atelier Contempor (...)
  • 3 J’emprunte le terme à Yves Bougeard et Gil de Kermadec, Catalogue raisonné de l’œuvre d’Eugène de K (...)

3Dans la Partie II, je raconte le parcours d’Eugène de Kermadec en insistant sur l’évolution de sa peinture de 1917 à 1949. Jusqu’ici aucun chercheur n’a fait ce travail en profondeur. Certes, il existe des articles sur Kermadec – de Daniel-Henry Kahnweiler, Franz Meyer, Francis Ponge, René de Solier, Castor Seibel entre autres –, mais pour la plupart il s’agit d’articles critiques proposant une approche globale à la lecture de l’œuvre après 1937 ou d’une partie de celle-ci, sans que l’auteur la compare en détail aux périodes antérieures chez Kermadec. Encore fallait-il une étude qui examine les différentes époques du peintre avant le grand tournant de 1937. Que lui apportent Ingres, Monet, Cézanne (pour ne citer qu’eux) ? En quoi est-ce que les arts dits « primitifs » (notamment la sculpture africaine) l’intéressent ? Comment réagit-il au cubisme ? D’où vient sa technique originale faite de « nœuds »2 et d’« entrelacs »3 ? Où se situe cette peinture par rapport aux mouvements artistiques de son siècle ? Ayant passé plusieurs longs entretiens avec Gil de Kermadec, le fils du peintre, qui avait réalisé avec Yves Bougeard (de l’Université de Rennes 2) le Catalogue raisonné de l’œuvre d’Eugène de Kermadec, je tente de répondre à ces questions. Ce qui en ressort est le portrait d’un peintre méconnu qui a pourtant côtoyé les grandes personnalités du monde de l’art au XXe siècle : Picasso, Kahnweiler, Michel et Louise Leiris. À noter, du reste, qu’il s’agit d’un portrait rehaussé de nuances, au point que le regard que nous portons aux tableaux d’Eugène se transformera au fil de la lecture.

4Les biographies de Ponge et de Kermadec ainsi évoquées, je passe à des analyses de textes et d’images. D’abord, une lecture du Parti pris des choses du point de vue de Kermadec, étant donné l’esthétique du peintre dans les années 1943-44. Le recueil l’a tellement fasciné, en effet, qu’il en a parlé avec son ami Michel Leiris, c’est d’ailleurs probablement ce dernier qui l’a mis en relation avec Francis Ponge en 1946. Pourtant, la première « vraie » rencontre du peintre et de l’écrivain remonte deux ou trois ans auparavant. Je reviens donc sur ce face-à-face initial pour expliquer comment le livre de Ponge aurait pu intéresser Kermadec. Il nous incombe d’y réfléchir, surtout parce que ce dernier ne s’abreuvait pas souvent de littérature, ni de poésie. Qu’est-ce qui fait que, trois ans après, ce peintre reste marqué par Le Parti pris des choses ?

5Vient ensuite un chapitre consacré au travail réalisé séparément par Ponge et Kermadec lors d’un séjour à Sidi-Madani en Algérie, fin 1947 / début 1948. Notre homme de lettres y écrit « Pochades en prose », « Porte-plume d’Alger », « My creative method » ; Eugène, de son côté, peint des aquarelles. À les regarder de près, la façon dont ces textes et ces images se répondent prépare le terrain pour Le Verre d’eau. En effet, ce voyage marque une étape importante dans la relation Ponge / Kermadec : le paysage leur sert de prétexte à rendre visible (sur des supports différents toutefois) leurs préoccupations communes, même si celles-ci ne font pas encore l’objet d’un livre. C’est – d’ailleurs – à Sidi-Madani que Ponge et Kermadec prennent la décision de collaborer ultérieurement au Verre d’eau.

6Je termine enfin avec une lecture de ce recueil de notes et de lithographies, le point d’orgue d’une grande amitié qui a duré trente ans (jusqu’à la disparition de Kermadec en 1976). Le Verre d’eau, la première – et dernière – confrontation sous forme de livre de deux hommes de l’ombre…

 

7Sauf indication contraire, l’œuvre de Francis Ponge sera citée dans l’édition qu’en a donnée la Bibliothèque de la Pléiade (deux tomes sous la direction de Bernard Beugnot, Gallimard, 1999 et 2002).

8Sauf indication contraire, la Correspondance de Jean Paulhan et Francis Ponge sera citée dans l’édition qu’en a donnée Claire Boaretto chez Gallimard, « N.R.F. », tome I, 1986.

9À de nombreuses reprises, je renvoie le lecteur à l’ouvrage en cours d’Armande Ponge, intitulé jusqu’à présent Rétrospective pour une vie de mon père et auquel je me référerai désormais sous le titre abrégé de Rétrospective. Il va de soi que toutes les références à ce document sont faites avec l’assentiment d’Armande Ponge.

Notes

1 Philippe Dodier, collectionneur de tableaux et d’objets d’art et ami des Kermadec. François Coulon, Conservateur au Musée des beaux-arts de Rennes, explique dans son courriel du 25 juin 2007 : « Philippe Dodier a écrit cette phrase au sujet d’une œuvre qu’il possède [une toile de Kermadec], et qui était présentée dans le cadre de l’exposition ‘‘Collecteurs d’âmes : du cabinet de curiosités aux collections extra-européennes des musées bretons’’, dans un fasicule de présentation de ses propres collections au musée ». L’exposition s’est tenue au Musée des beaux-arts de Rennes du 6 décembre 2006 au 4 mars 2007. Le fasicule n’a pas été publié (Philippe Dodier, courriel du 27 juin 2007).

2 J’emprunte le terme à Francis Ponge, « Quelques notes sur Eugène de Kermadec », L’Atelier Contemporain, Œuvres complètes de Francis Ponge, t. II, (éd. Bernard Beugnot), Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, p. 649.

3 J’emprunte le terme à Yves Bougeard et Gil de Kermadec, Catalogue raisonné de l’œuvre d’Eugène de Kermadec sur CD-ROM, Éditions Louise Leiris, 1999. Voir en particulier la rubrique « 1937 » du fichier « Biographie ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search