Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge et Eugène de Kermadec

 | 
Madeline Pampel

Épigraphe

Texte intégral

  • 1 Castor Seibel, « Introduction », À Même la pierre : Fernand Mourlot, Lithographe, de Castor Seibel (...)

Il est vrai que la situation du peintre aimé des poètes est de tradition en France depuis le siècle dernier [le XIXe siècle]. Aussi voit-on des rapports affectifs se nouer entre les peintres et les écrivains par l’intermédiaire de l’atelier Mourlot, en raison des grands livres illustrés qui s’y préparent, qui s’y parfont. Parmi ces « écrivains à peintres » comme André Pieyre de Mandiargues a défini plaisamment ces auteurs bien particuliers en faisant allusion aux « hommes à femmes » – nous trouvons Paulhan et Ponge, Aragon et Éluard, Cocteau et Prévert. D’ailleurs, n’était-ce pas les poètes, les écrivains qui, les premiers, ont compris la grande aventure de l’art moderne – du cubisme de Picasso à l’informel de Fautrier – pour ensuite en défendre la cause au plus fort du combat !
Castor Seibel1

  • 2 Francis Ponge, « E. de Kermadec », L’Atelier Contemporain, Œuvres complètes de Francis Ponge, (éd. (...)

Quant à nous (enfin, il faut bien que j’y vienne), voici plus d’un quart de siècle que nous, vers 1947, alors que nous approchions, les uns et les autres, de notre demi-siècle d’âge (calculez !), nous nous sommes rencontrés. Et choisis. Et plus (l’ambiguïté de ce « plus » ici nécessaire, comme aussi ces pluriels, qui ne sont pas, ici, pluriels de majesté). Que nous avons commencé à vivre, c’est-à-dire, étant donné que nous sommes, à travailler, à la fois séparément et ensemble (cf. Le Verre d’eau, recueil de notes et de lithographies, éditions Galerie Louise Leiris, Paris, 1949). Qu’on entende, ici, le pluriel au sens fort, s’agissant de travaux, de dessins, de destins, de personnes – par rapport à d’autres – relativement singuliers. Et ce n’est pas fini (cf. la présente exposition, le présent écrit), ni, j’espère, nos dieux le veuillent, près de finir.
Francis Ponge2

Notes

1 Castor Seibel, « Introduction », À Même la pierre : Fernand Mourlot, Lithographe, de Castor Seibel et Fernand Mourlot, Pierre Bordas et fils, éditeurs, 1982, n. p.

2 Francis Ponge, « E. de Kermadec », L’Atelier Contemporain, Œuvres complètes de Francis Ponge, (éd. Bernard Beugnot), t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, p. 723.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search