Version classiqueVersion mobile

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Couleurs locales

« Cela vaudra-t-il la peine d’être lu ? Cela sera-t-il lu ? »

Anita Lavernhe-Grosset

Texte intégral

  • 1 Les pages de dédicace ignorent la numérotation.
  • 2 Jean Starobinski, « Sur la flatterie », Le Remède dans le mal, Gallimard, « nrf essais », 1989, p.  (...)

1Beauté sombre en forme d’exergue, elle couronne ses préférences d’une intense aura, comme une gloire posée sur la blancheur d’une page incommensurable1. La dédicace exhausse d’un cerne noir ses élus, destinataires insignes admis aux avant-scènes. Cet antique usage, autrefois requête de protection et d’argent, troquait « paroles contre faveurs2 ». De civilité flatteuse, l’art de la dédicace s’est mué en marque de considération ou de connivence. Parfois, c’est une passion sous de secrètes initiales que ce privilège de lecture recouvre. Célébration de l’aimé ou courtoise adresse, elle est toujours prédilection. Dernière de ces limbes qu’habitent la préface, l’avertissement et les remerciements, c’est l’ultime retranchement avant le commencement de l’œuvre, seuil et prélude du tout autre.

  • 3 Scarron, « Epître dédicatoire », Œuvres, t. I, p. 159. Dans Pougens. Littré en ligne.
  • 4 Jacques Derrida, « De Socrate à Freud et au-delà », « Envois », La Carte postale, Aubier-Flammarion (...)

2Que veulent ces « méchants dédieurs de livres3 » ? Ce rite, est-ce médiocre mitoyenneté, politesse de convention ou conjuration ? Il faudrait, de la dédicace psychanalyser le rituel, comme Jacques Derrida, dans La Carte postale, rêvait « une psychanalyse de l’effet postal4 », percer l’intimité d’un monde encore phénoménal des intentions et des attentes, lieu qu’occupe l’identité de l’auteur avant de s’abandonner pour prendre mot. L’écriture commence son aventure étrangement personnelle, bordée d’un parergon. Il faut longer ces bords à la fois étrangers et rapprochés et s’attarder encore avant de se refermer sur leur manque et d’ouvrir l’abîme.

  • 5 Jacques Derrida, « il n’y a pas de hors-texte », « Ce dangereux supplément », De la Grammatologie, (...)

3Si la dédicace sollicite la recommandation, engage l’expertise ou aspire aux passions de lectures, elle conserve de son origine mendiante l’angoisse de la survie ; elle met à nu cette faiblesse pour conjurer le blâme en plaçant ses mots sous haute bienveillance. N’est-ce pas pour en tirer quelque « crédit », user du langage comme d’un pouvoir et créer, sur cette marge, en supplément, un privilège de hors-texte5 ?

4Ainsi, l’inquiétude si intime qui tourmente ce rite de passage pourrait charger son destinataire du destin de l’œuvre et offrir au lecteur ordinaire, spolié de l’importance des élus, la satisfaction indiscrète d’une entrevue.

5Je parlerai de Victor Hugo parce qu’il a tout osé, avec l’audace que rend parfois vertigineuse le temps qui nous sépare de lui. Les dédicaces, l’œuvre est immense, abondent, plus nombreuses encore dans les poèmes de jeunesse. Un nom, parfois commun ou de simples initiales, une adresse aux vivants ou aux morts, l’hommage aux grands symboles et des épigraphes méditées. Qu’elles soient liminaires ou à l’en-tête des poèmes, l’œuvre s’en pare avec une gourmande profusion. On y goûte le plaisir du poète et son soin pour ces hommages accompagnés de commentaires différés. La dédicace hugolienne est multiple, banale, inouïe.

6Ce sont d’abord les poèmes d’enfance et de jeunesse, réunis sous le titre Trois cahiers de vers français, avec leurs dédicaces-cartes postales, affectueuses et enfantines. Chaque année, fin septembre, l’enfant poète offre une poésie :

  • 6 Victor Hugo, Trois cahiers de vers français, Avant l’exil, 1802-1851, Œuvres poétiques (éd. Pierre (...)

À Maman
Pour le jour de sa fête : Sainte-Sophie6

Ou, en son absence, pour elle, ces vers, le jour de l’an, adressés « À Madame Lucotte », amie de sa mère :

  • 7 Ibid., p. 17.

Jouissez du bonheur qui vous est réservé :
Entre les bras d’une mère chérie,
Jouissez du bonheur dont Victor est privé7.

  • 8 On peut la consulter sur Gallica, site des textes numérisés de la Bibliothèque nationale de France. (...)
  • 9 L’enfance de Victor Hugo a été marquée par la mésentente et le divorce de ses parents. Les enfants (...)

Mais c’est seulement en août 1823 qu’il dédie pour la première fois un poème à son père, ancien général des armées impériales et, à lire la correspondance8 de 1814 à cette date, le jeune homme développe avec lui une vive proximité à partir de 1822. Par cette dédicace, le poète pourrait s’être affranchi d’un interdit profond9, comme si les ressentiments d’une enfance profondément écartelée entre des parents ennemis n’avaient pu céder qu’après la mort de sa mère le 27 juin 1821. Le jeune Hugo, alors royaliste comme elle, écrit des odes pour son premier recueil de poésie, et travaille à renouveler cette forme poétique de célébration que la Restauration remettra à l’honneur. La dédicace, « À mon père », sert de titre à la quatrième ode du deuxième livre des Odes et Ballades, recueil qui compte six préfaces, de1822 à 1853. On sait combien le poète s’absorbe dans ce paratexte de propédeutique littéraire.

  • 10 Victor Hugo, Odes et Ballades, op. cit., p. 266-267 (pour toutes les citations de la préface de 182 (...)
  • 11 Victor Hugo, « La théorie du drame », Préface de Cromwell, Larousse, coll. « Petits classiques », t (...)
  • 12 Victor Hugo, « Les Vierges de Verdun », Odes et Ballades, op. cit., p. 301.
  • 13 Ibid., « Le Poète dans les Révolutions », Livre premier, Ode première, p. 291.
  • 14 Ibid., « Qui de nous n’a mené le deuil ? », « La Vendée », Ode deuxième, p. 294.
  • 15 Ibid., « Ainsi sur les malheurs de la France éplorée / Gémissait la Muse sacrée », p. 294.

7Celle de 1823 nous apparaît comme un commentaire latent et décalé de la dédicace. Le poète y déclare l’utilité de la poésie et veut soustraire à l’emphase rhétorique, « l’Ode française », la rendre vibrante par sa subordination à la trame de « l’événement » qu’elle célèbre. Hugo met l’accent sur le « développement » narratif et le lyrisme de la « composition », conférant au poème, précise-t-il, « quelque chose de l’intérêt du drame ». Car il s’agit de « retracer ce que les trente dernières années de notre histoire présentent de touchant et de terrible, de sombre et d’éclatant, de monstrueux et de merveilleux10. » Le jeune poète ultra qui avait fondé avec ses frères Le Conservateur littéraire, dans un esprit de fidélité à Chateaubriand, se propose donc de subsumer les contradictions de l’histoire immédiate depuis 1793, sous une synthèse poétique et prépare la formule théorique de la Préface de Cromwell quatre ans plus tard : « la poésie vraie, la poésie complète est dans l’harmonie des contraires11 ». Les couples sémantiques et sonores de cette préface de 1823 inspirent aux Odes, à travers l’alliance fatale des extrêmes, le sentiment de l’histoire comme drame humain dont la poésie doit rendre sens et rappeler le parcours de la Révolution à la Restauration. Pénétrant « la nuit des siècles révolus12 », « le poète dans les révolutions13 », va « mener le deuil14 » d’un drame à la fois intime et historique et la « Muse sacrée » gémira « sur les malheurs de la France éplorée15 ».

8Il ne s’agit donc pas seulement de commémorer les grands moments de la Restauration monarchique comme « le rétablissement de la statue de Henri IV », « La mort du Duc de Berry » ou « le baptême du Duc de Bordeaux », mais d’honorer encore la mémoire révolutionnaire et impériale comme on le verra avec les odes « À mon Père » et « À la colonne de la place Vendôme ». « Solenniser quelques-uns de ceux des principaux souvenirs de notre époque qui peuvent être des leçons pour les sociétés futures », tel est le propos du poète-historien des Odes, qui devra fixer dans la mémoire nationale la grandeur des hauts faits de l’histoire récente, les élevant à leur valeur exemplaire. Des décombres du passé proche, la poésie va redresser le monument.

  • 16 Ibid., p. 346.

9C’est pour les générations nouvelles se retourner vers les pères et animer dans cette confrontation la profondeur d’un engagement intime, où l’histoire reçoit la vie de l’aventure personnelle qu’elle abonde en retour. En effet, à la dédicace-titre, « À mon père16 », s’ajoute l’épigraphe d’Horace : Domestica facta, citation connue, tirée de l’Art poétique, qui loue les poètes attachés à célébrer des événements nationaux, celebrare domestica facta. Victor Hugo, on le voit, omet le verbe, laissant flotter le sens entre la référence intime affichée et l’intertexte historique. L’éditeur signale (p. 1240, c.) une seconde épigraphe, en 1824 : « Nous eûmes nos forfaits, mais nous eûmes nos gloires. » d’Holmondurand, l’un des nombreux pseudonymes d’un collaborateur de La Muse française. La duplicité du sens de l’épigraphe horatienne tire parti de ce balancement, qui tempère la faute par l’héroïsme, les faillites intimes par les grandeurs publiques, suscitant deux visages du dédicataire, façonnés par les contrastes bouleversants de l’histoire.

10La première dédicace met de l’élan dans l’invocation, « À mon père », et par trois fois, à l’initiale du vers, elle se fait encore entendre, « O mon père », « mon père », « Toi, mon père ». On goûte ainsi la douceur enfantine d’un dialogue recommencé. Mais la visée dédicatoire va au-delà. Il en surgit, en effet, une opposition destructrice entre poésie et héroïsme, éprouvée comme un rapport d’impuissance à virilité. « Toute mon âme en chants perdus ! » le poème lance ce cri. L’irrésistible fureur d’action réduit la poésie au vide :

[…] jeter ma colère en strophes cadencées !
Consumer tous mes jours en stériles pensées
Toute mon âme en chants perdus !

  • 17 Ibid., Hugo cite d’ailleurs la Grèce et l’Espagne en guerre, l’une pour son indépendance, l’autre p (...)

Rythme du poème devenu insupportable, vanité de l’art et sentiment de se trahir soi-même, le poète partage la nostalgie et l’aspiration17 des enfants du siècle. Il se rêve en nouveau Cid au secours de l’Espagne moderne ou en Léonidas d’une Grèce révoltée. À ce divorce entre l’héroïsme glorieux et l’activité poétique, la dédicace va répondre. C’est une quête d’héritage symbolique, une demande de dévolution de la puissance épique du père qu’elle porte. Par la relation qu’elle engage, la dédicace va émanciper l’œuvre poétique de son modèle conventionnel en reliant le contenu héroïque de l’ode à son enracinement affectif, libérant ainsi l’inspiration épique du poète qu’elle consacre aède. Mais elle fait plus : « Va, tes fils sont contents de ton noble héritage : / Le plus beau patrimoine est un nom révéré » (p. 348). La variation de « À mon père » au « patrimoine » recueille en contredon du poème la noblesse d’un nom qui fait autorité. Toutefois, après la crise poétique qui menaçait de réduire son âme en cendres, le jeune poète, déplorant le vieillissement de son père et les « lambris poudreux » où pend « la vénérable armure », constate : « Le coursier qui m’emporte aux luttes poétiques, / Laisse rouiller ton char guerrier » (p. 348). Enfermé dans une certaine duplicité, Victor Hugo éprouve sa force créatrice, mais il semble empêtré devant ce père qu’il « laisse » se paralyser sous la rouille comme si, enchaînant syntaxiquement l’élan de l’un au déclin de l’autre, sa poésie ne pouvait advenir qu’aux dépens de ce père. Or la dédicace met fin à l’équivoque par la conversion des visées thématiques de l’œuvre. Car d’apostrophe en incantation, le fils fait allégeance au père en une identification héroïque : « Je rêve quelquefois que je saisis ton glaive / O mon père ! » :

Lègue à mon luth obscur l’éclat de ton épée ;
Et du moins qu’à ma voix, de ta vie occupée,
Ce beau souvenir prête un charme solennel.
Je dirai tes combats aux muses attentives,
Comme un enfant joyeux, parmi ses sœurs craintives,
Traîne, débile et fier, le glaive paternel. (p. 348)

« Lègue à mon luth obscur / […] le glaive paternel. » Osons l’hypothèse à prendre comme on l’entendra, que derrière ces mots, les affinités sonores murmurent la conversion symbolique de la poésie en un récit épique qui assume l’histoire familiale. Le poète devient ainsi, à double entente, le héraut / héros de la geste paternelle : « Je dirai tes combats aux muses attentives ». Il reformule de la sorte l’injonction de la préface, « solenniser quelques-uns de ceux des principaux souvenirs de notre époque », dans sa résonance intime, « […] qu’à ma voix, de ta vie occupée, / Ce beau souvenir prête un charme solennel. »

11Ainsi, la première dédicace à Léopold-Sigisbert Hugo exerce son action sur l’ensemble de l’ode, mais elle semble nouer aussi des échanges souterrains avec l’orientation poétique de l’œuvre et, c’est à ce titre qu’elle revendique la noblesse du nom, assumant dès lors pour l’avenir l’héritage impérial et quittant Léonidas pour l’emploi de Tyrtée. Au cinquième livre, l’ode IX, « Mon enfance », affirme la cohérence affective et thématique de cette inspiration : « J’ai des rêves de guerre en mon âme inquiète ; / J’aurais été soldat, si je n’étais poète. » (p. 461) Écrits en 1823 mais parus en 24, pour l’édition des Nouvelles Odes, ces vers témoignent de l’évolution et de la résolution du conflit initial, la poésie écartant désormais toute autre vocation, frappée d’irréalité.

  • 18 Odes et Ballades, op. cit., Livre troisième, Ode septième, p. 395. On peut consulter l’intégralité (...)

12La célébration de la Révolution et du passé impérial pénètre le recueil des Odes et Ballades, selon ce double mouvement qui conjugue intimité et pensée de l’histoire et met toujours la poésie à l’épreuve d’un héroïsme issu de l’enfance. En témoigne l’ode « À la colonne de la place Vendôme18 », de 1827, écrite en réaction à l’affront infligé à quatre maréchaux d’Empire, nommés sans leurs titres, lors d’une réception à l’ambassade d’Autriche. Selon le chapitre XLVII intitulé, « L’ode à la colonne », de Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie,

Le sang de soldat que M. Victor Hugo avait dans les veines lui monta au visage ; il lui sembla qu’on insultait son père et il fut saisi d’un irrésistible besoin de le venger.

En exhibant le symptôme, Adèle Hugo éveille les lieux communs de la filiation par le sang et voit en ces vers le prolongement de l’ode « À mon Père ». Elle interprète la célébration du symbole impérial comme une révolte filiale et politique face à l’insulte. L’Autriche, niant ses défaites en ignorant les titres qui les lui rappellent, « souffletait l’empire sur leurs faces » écrit Adèle, qui souligne ensuite « l’effet profond » de l’ode « immédiatement » publiée par la revue Les Débats et reprise par toute la presse.

  • 19 Victor Hugo, Œuvres poétiques, op. cit., note 1, p. 1253.

La presse de l’opposition, écrit encore Adèle Hugo, jusqu’alors hostile au poète royaliste, l’acclama cette fois. En revanche, la presse ministérielle cessa de le louer ; attaquer l’Autriche, c’était attaquer les Bourbons, qu’elle avait ramenés en France. Glorifier les maréchaux, c’était glorifier l’empire. L’ode fit aux royalistes purs l’effet d’une désertion. Ce fut le début de la rupture19.

On se souvient qu’après l’enlèvement de la statue équestre de Louis XIV par les Révolutionnaires, en 1792, le premier consul avait voulu ériger, à sa place, la colonne Vendôme, « à l’instar, disait-il, de celle élevée à Rome, en l’honneur de Trajan ». C’est ainsi qu’en 1805 les canons pris à Austerlitz seront fondus pour que soit sculpté sur ses bas-reliefs le grand récit à la gloire de Napoléon et de la Grande Armée.

13En ce sens, l’effet de la dédicace est double. Dédicace monumentale, elle consacre la colonne en lieu d’un culte impérial dont elle déploie la symbolique tragique et grandiose :

O monument vengeur ! Trophée indélébile !
Bronze qui, tournoyant sur ta base immobile,
Sembles porter au ciel ta gloire et ton néant ;
Et, de tout ce qu’a fait une main colossale,
Seul es resté debout ; – ruine triomphale
De l’édifice du géant ! (p. 395)

  • 20 Pierre Laforgue, « Han d’Islande, roman ultra, ou littérature, idéologie et romantisme » (http://gr (...)

Du même coup, la poésie, par sa dédicace-titre, réitère le rituel dédicatoire des lieux de culte : elle est commémoration ; elle rappelle le lieu à sa vocation de rassemblement et ainsi pose un acte politique radical. Dans les cinq livres d’odes, seule y fait écho la dédicace « À l’Arc de Triomphe de l’Étoile » (p. 359). Parenté évidente. Comme le pense Pierre Laforgue : « une étude attentive montrerait qu’au fil des ans l’ode comme genre s’est faite accueillante à tout ce qui en elle-même ne pouvait que la miner, que ce soit la contestation libérale ou la dérive rêveuse et lyrique20. » De surcroît, comme il avait choisi Horace pour l’ode « À mon Père », Hugo convoque ici Virgile en épigraphe, distinguant à nouveau un poète national autant par préférence que par référence. L’épigraphe, Parva magnis, « de petites choses pour de grandes », condense si parva licet componere magnis des Géorgiques, « s’il est permis de comparer les petites choses aux grandes ». Dans cette citation, la condensation réalise l’assimilation induite et l’ode se mesure au texte monumental, à la narration sublime que la colonne élève, « […] ces pages triomphales / Que tu déroules dans les cieux » (p. 398). Le monument est sanctuaire impérial comme document que le poème réécrit à son tour et qu’il préserve de tout effacement :

[…] – l’étranger, qui nous croit sans mémoire,
Veut, feuillet par feuillet, déchirer notre histoire,
Écrite avec du sang, à la pointe du fer. – (p. 397)

C’est ainsi que l’invocation initiale, « O monument vengeur ! Trophée indélébile ! », rappelle la puissance d’incarnation et de ralliement de la dédicace en affirmant le caractère inaliénable de la narration en même temps que l’union nationale :

Contre une injure, […]
Tout s’arme, et la Vendée aiguisera son glaive
Sur la pierre de Waterloo. (p. 399)

Car la colonne concilie les antagonismes de l’histoire en couronnant la geste de la Grande Armée du drapeau blanc fleurdelisé : « J’aime ton piédestal d’armures, et ta tête / Dont le panache est un drapeau ! » (p. 396) Mais ce qui fait la force de cette ode, c’est le dialogue affectif que la dédicace induit à travers le symbole monumental. Hugo exalte sa mémoire, éveille les ombres chères :

Je t’aime ! […]
J’aime tes vieux héros, sculptés par la Victoire,
Et tous ces fantômes de gloire […]
J’aime à voir […]
Revivre ces soldats. (p. 395-396)

Cette mémoire tragique et glorieuse est célébrée avec la tendresse répétée du verbe « aimer », en un lyrisme intime, nostalgique de la gloire impériale. Les Tristes d’Ovide pourraient être l’analogon de cette mémoire exilée et les distiques élégiaques des Fastes, le fil de cette célébration :

Que de fois, tu le sais […]
Je viens, triste, évoquer tes fastes […]
Et, d’un œil enflammé, dévorant ton histoire,
Prendre, convive obscur, ma part de tant de gloire,
Comme un Pâtre au banquet d’un Roi ! (p. 396)

Hugo est porté par une langue vibrante, nourrie d’affects et d’associations fertiles. Ici, la métaphore orale dérive en profondeur d’une puissante pulsion qui donne à la mélancolie la vigueur d’une histoire à dévorer devenue nécessaire. L’intensité du manque et la voracité de cette lecture attachent la mémoire dépossédée du poète au déroulement imaginaire des bas-reliefs, comme une bouche avide aspire à se remplir. De ce texte nourrissant, l’ode tire son inspiration en une vaste hypotypose, déployant les sensations. Les yeux éblouis par la colonne en mouvement, le poète réveille la Grande Armée, les « demi-dieux, noirs d’une héroïque cendre » et il entend « Leur voix [mêler] des noms à leur vieille devise : / – “Tarente, Reggio, Dalmatie et Trévise !” » (p. 397) Aux maréchaux humiliés, le poète rend leurs titres. Du pouvoir du langage renaît la puissance impériale : « Que de fois […] / Heurtant sur les parois leurs armes dérouillées, / J’ai ressuscité ces mêlées. » (p. 396)

14Alors qu’à la fin de l’ode « À mon Père », la rouille ensevelit le char paternel pour que s’élance le jeune poète, elle disparaît ici, non plus déliée des « luttes poétiques » mais reliée à leur pouvoir réparateur et la poésie révèle sa puissance sonore d’éveil : « C’est moi qui me tairais ! Moi qu’enivrais naguère / Mon nom saxon, mêlé parmi des cris de guerre ! » (p. 400) Le nom du père n’est plus seulement révéré, mais saisi au cœur du monde comme cri de ralliement dont l’adjectif dévoile l’expansion temporelle et spatiale ; il résonne contre le silence comme celui des Tarente, Reggio, Dalmatie et Trévise. Ainsi, « Pâtre au banquet d’un Roi », le poète se fait le gardien « des gloires paternelles », fils désormais pastor du père dans le murmure des mots.

15Ouvrir sa poésie à la figure paternelle, c’est pour Hugo libérer une puissance d’inspiration nourrie par l’épaisseur d’une histoire intime et nationale dont la dédicace « À la colonne », comme symbole, élargit la portée par le déplacement du dédicataire. Le poète y conquiert la liberté d’une parole venue des profondeurs du ressentiment, de la souffrance et du rêve héroïque. Comment ne pas l’associer, pour conclure, à la dédicace-titre des Voix intérieures, vingt ans plus tard, en 1837, quand Victor Hugo offre à son père mort en 1828 cette œuvre qu’il vient d’écrire :

  • 21 Les Voix intérieures, op. cit. Selon l’usage, la page de dédicace n’étant pas numérotée, on la trou (...)

a
joseph-léopold-sigisbert
comte HUGO
lieutenant-général des armées du roi

né en 1774
volontaire en 1791
colonel en 1803
général de brigade en 1809
gouverneur de province en 1810
lieutenant – général en 1825
mort en 1828.

NON INSCRIT SUR L’ARC DE L’ÉTOILE

son fils respectueux
v. h.21

  • 22 Le mot figure dans les titres des deux poèmes éponymes des Odes et Ballades et des Voix intérieures

16Cette dédicace stupéfie le regard car, ostensiblement, elle exagère ses choix graphiques, elle grossit, elle surcharge pour que les majuscules immenses dévorent l’espace, creusent sa pierre. Marquer la feuille, l’endurcir et dresser sur toute la hauteur d’un livre prestigieux l’exigence d’une dette d’honneur, une demande de réparation en forme de nécrologie. Puisque une si riche titulature s’achève en une épitaphe-épigraphe relevée par deux blancs : NON INSCRIT SUR L’ARC DE L’ÉTOILE, le sens martial d’une vie toujours plus glorieuse apparaît scandaleusement éclipsé en son lieu même. Après la liste impressionnante des titres et des dates, la négation stigmatise le vide monumental car s’il manque l’inscription, manque encore le « triomphe22 » sans lequel l’Arc n’est rien d’autre qu’une architecture urbaine. Hugo prélève son titre au monument ainsi vidé de son sens et induit un lien logique d’une absence à l’autre. Commentant sa dédicace à la fin de la préface, le poète

signale une omission, et, en attendant qu’elle soit réparée où elle doit l’être, il la répare ici autant qu’il est en lui. Il donne à son père cette pauvre feuille de papier, tout ce qu’il a, regrettant de n’avoir pas de granit. (p. 921)

L’exigence de réparation ne souffre aucune hésitation. Le mot est répété, attestant ainsi sa justesse. L’omission apparaît comme un dommage, un préjudice subi. Dans cette faille, il y a atteinte à l’héroïsme et blessure pour les vivants. C’est pourquoi la préface dénonce l’oubli de l’histoire. La dédicace, commémorant pour consacrer, adresse les titres où ils manquent. « Son fils respectueux » inscrit Joseph-Léopold-Sigisbert dans la légende et grave pour le marbre des tombeaux publics une dédicace, qui fait du recueil de poésie un Arc de Triomphe. Geste capital pour le poète non seulement de piété filiale mais de responsabilité politique :

C’est donc tout simplement un devoir qu’il accomplit, rien de plus, rien de moins, et qu’il accomplit comme s’accomplissent les devoirs, sans bruit, sans colère, sans étonnement. (p. 921)

Celebrare domestica facta, de l’adresse personnelle du fils à la mission du poète, l’exercice se veut exemplaire dans l’impartialité. C’est au poète, en effet, écrit alors Hugo, « qu’il appartient d’élever, lorsqu’ils le méritent, les événements politiques à la dignité d’événements historiques. » C’est à lui qu’il revient de « glorifier la haute idée sculptée sur l’Arc de l’Étoile. » (p. 920) Ainsi, « rien de plus, rien de moins ». Par ces mots, le poète et le fils rendent justice, le geste dédicatoire épouse cette exacte mesure de la loi qui restitue au héros floué le monument triomphal et au monument son héros. « Cette pauvre feuille de papier » (p. 921) sur laquelle la dédicace s’inscrit apparaît comme un acte de résistance à l’effacement, une résistance semblable à celle des feuillets de l’histoire impériale que l’Autriche voulait détruire. Ainsi, les dédicaces de Victor Hugo à son père ou aux grands symboles qui lui sont liés, font du poète, Énée portant Anchise sur ses épaules, et l’amènent à assumer l’histoire de l’intérieur avec cette force de conviction des grands écrivains que le langage est un pouvoir.

 

  • 23 Hippolyte Taine, Vie et correspondance, Paris, Librairie Hachette et Cie, t. II, 1904, p. 11, « À M (...)

17On se rappellera, en conclusion, avec quelle formidable liberté, Montesquieu affirme dans la préface des Lettres persanes : « Je ne fais point d’épître dédicatoire, et je ne demande point de protection pour ce livre : on le lira s’il est bon ; et, s’il est mauvais, je ne me soucie pas qu’on le lise. » Ainsi relie-t-il la dédicace à cette autre question du jeune Taine, en 1853, à sa sœur Sophie : « Cela vaudra-t-il la peine d’être lu ? Cela sera-t-il lu23 ? » Question cruciale de celui qui écrit, écrivain ou écrivant, et qui fait entendre l’intime urgence de l’écriture. L’audace d’écrire souffle sa propre anxiété. La dédicace, lourde de la complexité du présent, est semblable à ce qu’en botanique, on nomme le cœur de l’arbre, sa part la plus ancienne et en même temps la plus jeune puisque elle est son commencement. Elle porte à ce seuil où l’œuvre appréhende son devenir. Détachée par nature de ce qu’elle précède, elle en conserve les traits révolus. C’est pourquoi le lecteur est comme contraint par les marques de son âge à accueillir ce temps dans sa lecture comme on lit sous le fard le passé d’un visage.

Notes

1 Les pages de dédicace ignorent la numérotation.

2 Jean Starobinski, « Sur la flatterie », Le Remède dans le mal, Gallimard, « nrf essais », 1989, p. 71.

3 Scarron, « Epître dédicatoire », Œuvres, t. I, p. 159. Dans Pougens. Littré en ligne.

4 Jacques Derrida, « De Socrate à Freud et au-delà », « Envois », La Carte postale, Aubier-Flammarion, coll. « EFFET, La philosophie en effet », 1980, p. 7.

5 Jacques Derrida, « il n’y a pas de hors-texte », « Ce dangereux supplément », De la Grammatologie, Les éditions de Minuit, coll. « Critique », 1967, ch. 2, p. 227.

6 Victor Hugo, Trois cahiers de vers français, Avant l’exil, 1802-1851, Œuvres poétiques (éd. Pierre Albouy), t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 8, p. 59, p. 131.

7 Ibid., p. 17.

8 On peut la consulter sur Gallica, site des textes numérisés de la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit ici du tome I, 1814-1848.

9 L’enfance de Victor Hugo a été marquée par la mésentente et le divorce de ses parents. Les enfants Hugo ont été tour à tour séparés de leur mère et de leur père et mis en pension. À la mort de sa mère, en 1821, Hugo refuse de recevoir une pension de son père. On pourra consulter la chronologie de l’édition de la « Bibliothèque de la Pléiade », qui détaille ces désastreux rebondissements.

10 Victor Hugo, Odes et Ballades, op. cit., p. 266-267 (pour toutes les citations de la préface de 1823).

11 Victor Hugo, « La théorie du drame », Préface de Cromwell, Larousse, coll. « Petits classiques », texte intégral, 2001, p. 39.

12 Victor Hugo, « Les Vierges de Verdun », Odes et Ballades, op. cit., p. 301.

13 Ibid., « Le Poète dans les Révolutions », Livre premier, Ode première, p. 291.

14 Ibid., « Qui de nous n’a mené le deuil ? », « La Vendée », Ode deuxième, p. 294.

15 Ibid., « Ainsi sur les malheurs de la France éplorée / Gémissait la Muse sacrée », p. 294.

16 Ibid., p. 346.

17 Ibid., Hugo cite d’ailleurs la Grèce et l’Espagne en guerre, l’une pour son indépendance, l’autre pour le rétablissement de l’absolutisme, p. 346. Voir la note 1 de l’éditeur p. 1241. Les références aux poèmes seront désormais indiquées entre parenthèses dans le texte.

18 Odes et Ballades, op. cit., Livre troisième, Ode septième, p. 395. On peut consulter l’intégralité du chapitre et de l’ouvrage sur le site Google Books.

19 Victor Hugo, Œuvres poétiques, op. cit., note 1, p. 1253.

20 Pierre Laforgue, « Han d’Islande, roman ultra, ou littérature, idéologie et romantisme » (http://groupugo.div.jussieu.f r).

21 Les Voix intérieures, op. cit. Selon l’usage, la page de dédicace n’étant pas numérotée, on la trouvera avant la préface qui se trouve p. 919.

22 Le mot figure dans les titres des deux poèmes éponymes des Odes et Ballades et des Voix intérieures.

23 Hippolyte Taine, Vie et correspondance, Paris, Librairie Hachette et Cie, t. II, 1904, p. 11, « À Mademoiselle Sophie Taine, Paris, 17 septembre 1853 ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search