Version classiqueVersion mobile

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Couleurs locales

La dédicace subvertie

Jean-Michel Raynaud

Texte intégral

1Quand Jean-Baptiste Rousseau, à l’époque dit Rousseau le Grand, lui lit, à Bruxelles, son Ode à la Postérité, Voltaire, prophète, lui aurait férocement déclaré que cette ode ne parviendrait jamais à son adresse. Il tente sans succès de dédier Œdipe au Régent en 1719. Puis quatre ans plus tard, il approche le même Philippe d’Orléans pour lui lire des passages de La Ligue qui deviendra La Henriade, des passages sur « celui de vos aïeux auquel vous ressemblez le plus ». La manœuvre échouera cependant, mais qu’importe ; elle montre que Voltaire a bien compris le fonctionnement du système de la dédicace.

2Depuis l’Antiquité, en effet, le poème (avant la moitié du XVIIIe siècle on ne parle pas de littérature, mais bien de poème, de poème épique ou de poème dramatique), le poème appartient à un usage supérieur, à un usage à part du langage, à ce que l’on désigne par le terme d’éloquence, qui s’affirme comme un langage divin ; et, de même que le poète commence par invoquer les muses, de même, l’ouvrage achevé mais surtout imprimé, c’est-à-dire définitivement fixé, est confié à quelque personnage de haut rang qui y trouvera les beautés qui y ont été insérées. La dédicace a donc pour fonction de protéger l’ouvrage et de désigner à son interprétation des directions sublimes, hors du commun. Il appartient alors désormais à un univers mythologique.

3Il importe donc, surtout dans les grands genres, à savoir la tragédie et le poème épique, que la dédicace s’adresse à une personne d’un très haut rang, un roi, un prince, un grand noble, une personne qui est très au-dessus du vulgaire.

  • 1 Best D 545, Voltaire à Formont, 15 décembre 1732.

4Mais, en décembre 1732, Voltaire va rompre avec cette règle. Il rédige alors une « Epître dédicatoire à Monsieur Fawkener, marchand anglais » destinée à figurer en tête de la première édition de Zaïre. Il en soumet aussitôt le texte à ses amis rouennais, Cideville et Formont, soulignant qu’il « s’agit d’une épître dédicatoire d’un goût un peu nouveau1. » Mais ces amis se montrent très critiques :

  • 2 Best D 551, Cideville à Voltaire, 20 décembre 1732.

Ayant rempli la plus difficile des règles du théâtre qui est celle de plaire, pourquoi risquer de vous faire blâmer dans la manière d’en parler qui peut vous acquérir un nouvel honneur. Votre réputation est faite, elle doit poser sur de plus solides fondements. Mais étant aussi élevé que vous l’êtes vous devez comme les rois craindre le poison des dévots et le couteau des moines2.

  • 3 Éléments de satire que Voltaire réfute : « L’éloge que je fais de Louis XIV est plutôt un encourage (...)
  • 4 Outre le ton, cette lettre est à l’origine « moitié vers moitié prose ». Dans la version imprimée, (...)
  • 5 « Ma pièce n’est pas, Dieu merci, plus chrétienne que turque. J’ai prétendu faire une tragédie tend (...)

Les deux juges reprochent à cette épître des éléments de satire3, un ton badin4 et un libertinage religieux qui ne conviennent pas pour la préface d’une grande tragédie, qui plus est pour une tragédie chrétienne5. Mais Voltaire leur a déjà répliqué :

  • 6 Best D 549. Voltaire à Cideville, 20 décembre 1732.

À l’égard du style de cette épître, j’ai cru qu’il était temps de ne plus ennuyer le public d’examens sérieux, de règles, de disputes et de réponses à des critiques dont il ne se soucie guère. J’ai imaginé une préface d’un genre nouveau dans un goût léger qui plaît par lui-même, et à l’abri de ce badinage je dis des vérités que peut-être je n’oserais pas hasarder dans un style sérieux6.

Quel est donc ce genre nouveau que Voltaire dit avoir inventé ? Quelles sont donc les hardiesses de cette épître ? La plus grande est sans doute celle que ni Cideville ni Formont ne relèvent et qui éclate cependant dès les premières lignes de la version imprimée :

Vous êtes Anglais, mon cher ami, et je suis né en France ; mais ceux qui aiment les arts sont tous concitoyens. Les honnêtes gens qui pensent ont à peu près les mêmes principes, et ne composent qu’une république : ainsi il n’est pas plus étrange de voir aujourd’hui une tragédie française dédiée à un Anglais, ou à un Italien, que si un citoyen d’Éphèse ou d’Athènes avait autrefois adressé son ouvrage à un Grec d’une autre ville. Je vous offre donc cette tragédie comme à mon compatriote dans la littérature, et comme à mon ami intime.

Je jouis en même temps du plaisir de pouvoir dire à ma nation de quel œil les négociants sont regardés chez vous ; quelle estime on sait avoir en Angleterre pour une profession qui fait la grandeur de l’État, et avec quelle supériorité quelques-uns d’entre vous représentent leur patrie dans le parlement, et sont au rang des législateurs.

Cette dédicace a donc deux destinataires, Fawkener, un « ami intime » et « ma nation », et elle remplit ainsi deux fonctions différentes. D’une part, elle pointe l’existence d’une république des lettres, allant ainsi à contre-courant de l’idée qui règne alors à Paris d’une supériorité du théâtre français sur les barbaries du théâtre anglais. D’autre part, elle dénonce les préjugés français contre la bourgeoisie marchande, louant ainsi la société anglaise qui a su s’attirer les services de gens talentueux. Une partie du public au moins ne recevra pas l’argument de la sorte. Les ennemis du poète vont se déchaîner. Celui que certains présentent alors comme le Sophocle français, comme le Virgile français, le divin Voltaire, celui qu’un contemporain n’hésitera pas à appeler Hercule, l’auteur du tout récent Temple du goût, dédie son chef-d’œuvre à l’équivalent d’un Monsieur Jourdain ! La Comédie italienne se charge alors d’en faire rire le public. Un certain abbé d’Allainval aussi qui, sous le titre de Temple du goût, propose à la scène un Kafener, vêtu de manière ridicule, fumant la pipe, tenant un langage grossier. Il ne suffit pas d’aimer les arts et d’être un ami intime de Monsieur de Voltaire pour être digne d’être le protecteur et le défenseur pour la postérité de ce qui apparaît alors comme le plus grand chef-d’œuvre tragique. C’est au statut du théâtre qu’il est porté atteinte. Pour les ennemis de Voltaire cette préface montre donc que son auteur a des amitiés indignes, en quelque sorte de mauvaises fréquentations.

5Mais cette épître est encore d’une portée bien plus considérable. Passant outre la fonction traditionnelle de la dédicace, Voltaire lance un véritable brûlot polémique qui contient en gestation de nombreuses thèses dont il se fera, dans les années suivantes, le défenseur. La dédicace sert ainsi de tremplin pour, profitant de l’incontestable succès de la pièce, dans l’enthousiasme général, emporter la faveur d’une opinion bien au-delà du domaine théâtral et poétique.

6Mais alors, pourquoi dédier à un marchand ? Pourquoi dédier tout court quand le destinataire ne possède ni le rang ni le statut mythique que le genre semble exiger ?

  • 7 Best D 517, 25 août 1732.

7Parce qu’il faut absolument dédier. Une pièce qui a remporté un tel succès, qui s’annonce comme étant, pour la postérité, le chef-d’œuvre tragique absolu, ne peut pas paraître imprimée sans dédicace. On remarquera que le cas de Zaïre relève très précisément du système que j’ai évoqué ci-dessus. Voltaire précisera dans un « avertissement » et dans sa lettre au Mercure de France7 que la pièce fut achevée en vingt-deux jours ». Certes, il ne convoque pas précisément les muses, mais il souligne qu’un enthousiasme quasi merveilleux, divin, a présidé à son élaboration. Voltaire use parfois de ce merveilleux pour désigner l’écriture inspirée et conférer au chef-d’œuvre un statut mythique. Par exemple, on se souvient que la légende dit qu’il rêva une nuit le second chant entier de La Henriade et qu’il n’eut plus qu’à le transcrire sur papier le lendemain. La question n’est pas de savoir si, dans le cas de Zaïre comme dans celui de La Henriade, les choses se sont véritablement passées ainsi. Ce qui importe, c’est que Voltaire ait préservé ce discours qui fait présider le merveilleux à la naissance de l’œuvre. On appliquera le même raisonnement à propos de la dédicace de Zaïre. Ce qui importe, c’est que Voltaire ait conservé une place pour la dédicace, ait conservé l’intégrité du système tout en bouleversant la règle.

8En 1735, à peine deux ans après la parution de cette épître dédicatoire, Fawkener est nommé ambassadeur d’Angleterre à la Porte ottomane. Le marchand est devenu un grand. Voilà justifiée l’audace de Voltaire qui, balayant toutes les critiques précédentes, récidive et fait alors paraître dans une nouvelle édition de sa pièce une seconde dédicace au même Fawkener dont voici le début :

Mon cher ami, (car votre nouvelle dignité d’ambassadeur rend seulement notre amitié plus respectable, et ne m’empêche pas de me servir ici d’un titre plus sacré que le titre de ministre : le nom d’ami est bien au-dessus de celui d’Excellence.)

Je dédie à l’ambassadeur d’un grand roi et d’une nation libre le même ouvrage que j’ai dédié au simple citoyen, au négociant anglais.

Une note de 1752 confirme :

Ce que M. de Voltaire avait prévu dans sa dédicace de Zaïre est arrivé : M. Fawkener a été un des meilleurs ministres, et est devenu un des hommes les plus considérables de l’Angleterre. C’est ainsi que les auteurs devraient dédier leurs ouvrages, au lieu d’écrire des lettres d’esclave à des gens dignes de l’être.

9Il en est ainsi des hommes qui ne sont pas nés « grands », mais qui le deviennent. Tout semble donc rentrer dans l’ordre. La dédicace est rétablie dans ses formes et dans ses fonctions.

  • 8 Il faut remarquer que, à deux ans de distance, Voltaire, pour les besoins de la polémique sans dout (...)

10Mais, en fait, il n’en est rien. Certes le merveilleux, le divin demeure. Mais il est d’un autre ordre. Pour être l’un des hommes les plus considérables de l’Angleterre, Fawkener n’est pas grand comme le sont les grands de France, c’est-à-dire par naissance. Et, de plus, il est anglais ; c’est-à-dire hérétique. Alors l’idée de lui dédier une tragédie chrétienne8, la tragédie chrétienne que, souligne alors Voltaire, l’on « joue fort souvent à la place de Polyeucte », a pu scandaliser. Et pour ce qui relève du sacré, Voltaire ne renvoie qu’à l’amitié. Ainsi, seul le discours attaché à la dédicace demeure, mais c’est pour en quelque sorte redéfinir le domaine d’un sacré qui concerne les hommes.

11L’année 1732 est sans doute la dernière année où Voltaire va vivre dans une relative tranquillité. Il n’est alors que poète. Il aura quelques tracasseries avec la censure à propos de l’Histoire de Charles XII, à propos de cette épître dédicatoire, mais ceci n’est rien à côté de ce qui l’attend en 1734. Et cette tranquillité n’est cependant qu’extérieure. L’orage se prépare, et c’est même lui, Voltaire, qui le prépare. Il travaille les Lettres philosophiques, il travaille au grand projet du Siècle de Louis XIV, il va bientôt entrer en contact avec le prince royal de Prusse dont il fera bientôt un grand roi, un grand homme, à qui il dira non plus « Votre Majesté » mais « Votre Humanité », car « un roi s’est fait homme ». Le voilà philosophe à la poursuite d‘une autre idée de la grandeur, celle de la grandeur de l’homme et de l’humanité. Le voilà philosophe aux prises avec les révolutions de l’esprit humain qui invitent à l’élaboration d’une nouvelle mythologie, d’un nouveau sacré qui concerne non plus des divinités mais un concept, celui de genre humain. La dédicace de Zaïre est sans doute le premier texte qui porte les marques de cette « révolution ».

Notes

1 Best D 545, Voltaire à Formont, 15 décembre 1732.

2 Best D 551, Cideville à Voltaire, 20 décembre 1732.

3 Éléments de satire que Voltaire réfute : « L’éloge que je fais de Louis XIV est plutôt un encouragement qu’un reproche pour un jeune roi (Louis XV). » Best D 549, Voltaire à Cideville, 20 décembre 1732.

4 Outre le ton, cette lettre est à l’origine « moitié vers moitié prose ». Dans la version imprimée, les vers ont été supprimés.

5 « Ma pièce n’est pas, Dieu merci, plus chrétienne que turque. J’ai prétendu faire une tragédie tendre et intéressante et non pas un sermon. » Best D 552, Voltaire à Formont, 21 décembre 1732.

6 Best D 549. Voltaire à Cideville, 20 décembre 1732.

7 Best D 517, 25 août 1732.

8 Il faut remarquer que, à deux ans de distance, Voltaire, pour les besoins de la polémique sans doute, soutient une idée contraire à celle présentée qu’il proposait à Formont en Best D 552 (voir ci-dessus note 5).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search