Desktop versionMobile Version

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Couleurs locales

À propos de l’Offrande musicale

Pierre Charvet

Volltext

1Ce texte a pour simple projet d’évoquer la naissance de l’une des plus grandes œuvres de l’Histoire, l’Offrande musicale de Jean Sébastien Bach. Puisque ce qui nous rassemble ici est la question de la dédicace, nous pourrons nous arrêter ainsi sur les intrigantes dédicaces au Roi de Prusse dont Bach parsème la partition, dédicaces dont on verra qu’elles font partie intégrante de l’œuvre, conçue comme un parcours initiatique. C’est une succession d’épreuves qu’il est possible de surmonter à l’aide des indices donnés dans les dédicaces par le compositeur.

2L’Offrande, comme on l’appelle parfois, est l’une des toutes premières œuvres que j’ai dû écouter enfant. Ce nom, l’Offrande, me semblait aussi beau que mystérieux. J’en appris davantage vers l’âge de six ans, grâce à un disque trente-trois tours de la collection du « Petit Ménestrel » qui racontait la vie de Jean Sébastien Bach, et, précisément, cette fameuse visite au Roi de Prusse, visite qui allait déclencher la composition de l’Offrande musicale.

3C’est en 1747 que Bach, alors plus connu comme organiste et improvisateur que comme compositeur, avait été invité à la cour de Frédéric II, celui de Voltaire, grâce à son fils Carl Philipp Emanuel, claveciniste du Roi. Frédéric II était flûtiste et faisait profession de s’intéresser beaucoup à la musique. Plus tard, Carl Philipp Emanuel fera cependant des commentaires ironiques, voire un peu amers, sur les réels talents musicaux du roi !

4En 1747, Bach a encore trois ans à vivre. Durant les dix dernières années de son existence, il se retire de plus en plus de la vie sociale de Leipzig, où il réside, et où il n’aura connu en vingt-cinq ans que des déboires. C’est durant cette dernière décennie qu’il compose ses trois chefs-d’œuvre qui ont beaucoup de points communs : les Variations Goldberg, l’Offrande musicale, et enfin l’Art de la fugue. Ces trois œuvres partagent cette même qualité d’être très abstraites et spéculatives. Toutes les trois sont monothématiques, ce qui, au vu de leur ampleur, ne manque pas d’étonner.

5Cependant la genèse de l’Offrande musicale est très particulière puisqu’elle fait suite, chose unique dans la vie de Bach, à une commande du Roi. C’est justement cette soirée mythique au château de Potsdam, à l’origine de la commande royale, qui était racontée sur ce fameux trente-trois tours du « Petit Ménestrel ».

6À l’écoute du disque, j’ai été d’abord complètement fasciné par l’excitation du roi de Prusse à l’idée de recevoir le « vieux Bach ». Puis, j’ai été mortifié de voir ce dernier gêné, emprunté d’avoir à se présenter devant la cour avec ses vieux habits couverts de la poussière du voyage. Enfin le roi demandait à Bach de jouer des choses de plus en plus en plus difficiles, et ce dernier réalisait des prodiges, émerveillait la cour, ce qui me ravissait et me plongeait dans un état d’exaltation, jusqu’à ce défi final, où ce roi de trente-cinq ans à la voix horriblement assurée demandait à Bach l’irréalisable ; et Bach répondait de sa vieille mais douce voix : « Mais sire, cela n’est pas possible, malgré toute ma bonne volonté ». Il allait quand même réaliser l’impossible, improviser une fugue à six voix, mais c’est seulement plus tard qu’il pourrait écrire une fugue à six voix sur le thème qu’avait proposé le roi lui-même.

7En effet, il y a dans L’Offrande musicale un thème ensorcelant, d’une grande étrangeté : quatre notes ascendantes, puis une plongée, une chute d’une septième diminuée ouvrant un trou béant ; et puis une lente descente chromatique dont on a l’impression qu’elle comble le trou laissé ouvert par la septième et ce rétablissement final par une petite accélération avant le retour sur la tonique.

8Ce thème, on l’entend au début de l’œuvre dans ce que Bach intitule un Ricercar, terme archaïque pour désigner la fugue inaugurale à trois voix. Mais si Bach inscrit « Ricercar » sur sa partition, c’est aussi avec grande malice car ce R.i.c.e.r.c.a.r. est un acronyme pour « Regis Iussu Cantio Et Reliqua Canonica arte Resoluta », c’est-à-dire : « Selon l’ordre du roi, le thème et le reste ont été traités de manière canonique ». Bach joue également sur le double sens du mot « canonique », qui peut évoquer le traitement en canon du thème, mais qui peut aussi vouloir dire « de la meilleure des manières ».

9Mais Ricercar signifie aussi « Rechercher » : parce que la partition de l’Offrande musicale, comme souvent chez Bach, n’est pas simplement un chef-d’œuvre, elle permet aussi d’accomplir un processus d’initiation au cours duquel on doit apprendre quelque chose de la science musicale. Et quand Bach inscrit « Rechercher » en tête de sa partition, c’est effectivement que le roi va devoir véritablement réfléchir et travailler pour reconstituer la partition imaginée par le compositeur.

10Trois mois après le défi lancé par Frédéric II, Bach lui envoie de Leipzig le début de l’Offrande musicale après l’avoir fait très luxueusement graver, lui qui, de toute sa vie, n’a quasiment jamais publié ses compositions. Le roi n’accusant pas réception, Bach lui enverra le reste du manuscrit presque à l’état de brouillon ! Il avait pourtant veillé à intéresser le roi, en plaçant au centre de l’œuvre, une sonate en trio qui fait la part belle à la flûte.

11L’Offrande apparaît au premier abord comme un assemblage hétéroclite constitué de deux Ricercar (dont la fameuse fugue finale à six voix demandée par le Roi, sans doute l’une des fugues les plus monumentales et ambitieuses que Bach ait jamais composées), d’une sonate en trio, et enfin de dix canons énigmatiques, dont certains sont précédés de dédicaces au Roi.

12La structure de l’œuvre est apparue d’abord comme incompréhensible, même pour les musicologues les plus connus de leur époque. Spitta lui-même, le plus grand spécialiste de Bach au XIXe siècle, sans doute troublé par les confusions nées de la première édition de l’œuvre, voyait dans l’Offrande musicale une combinaison bizarre qui manquait clairement de structure et d’unité.

13De la sonate dans un style presque « de cour », jusqu’à l’ambition abstraite des fugues et des canons, on est effectivement en présence de formes différentes, d’effectifs différents, de styles différents, et cela a pu paraître déconcertant, même à des musiciens avertis. Mais, à y regarder de plus près, se dégage au contraire une structure lumineuse, en forme d’arche avec :

  • le premier Ricercar ;

  • cinq canons ;

  • la sonate en trio ;

  • cinq nouveaux canons ;

  • le dernier Ricercar pour finir, la sonate centrale étant elle-même organisée en forme d’arche.

14Mais ce qui nous occupe ici, ce sont ces canons dits « canons énigmatiques ». Même les non-musiciens sont familiers avec le concept du canon, fondé sur l’écriture « en imitation ». Chacun a une fois dans sa vie chanté « Frère Jacques » ou « Vent frais, vent du matin ». Mais dans l’Offrande, afin que le canon « fonctionne », il faut parfois transposer la deuxième voix, ou bien changer la durée des notes, bref opérer des déductions, des transformations, qui ne vont pas toujours de soi.

15C’est ici que Bach joue au plus malin avec le Roi. Sur la partition, il n’écrit pas explicitement les transformations nécessaires à la bonne réalisation du canon : il laisse le canon fermé, ou énigmatique (ce sont les termes techniques que l’on utilise) en suggérant à peine les solutions. Et, sur certains de ces canons, Bach place une dédicace à l’intention du Roi, qui est également un indice éclairant qui permettra de trouver la bonne solution.

16Parfois les indications de Bach sont relativement claires pour un musicien, comme le « canon par augmentation », où Bach écrit en dédicace : « Que la fortune du roi grandisse avec la valeur des notes », ce qui veut dire que la durée des notes va augmenter : les croches en noires, les noires en blanches, etc. Mais parfois Bach se contente d’une simple clé inversée, qui doit nous faire comprendre qu’il faut lire le thème comme à travers un miroir, et il écrit simplement en dédicace sur la partition un laconique et presque provocateur : « Cherchez, et vous trouverez ! »

17Un des plus beaux canons de l’Offrande musicale est appelé par Bach « Canon per circularis tonos » (canon par ton circulaire). L’indice donné par Bach dans sa dédicace est cette fois plus respectueux : « Que la gloire du roi s’élève comme les modulations » (« Ascendenteque Modulatione Ascendat Gloria Regis »), ce qui signifie que le canon doit moduler à chaque occurrence de manière ascendante et qu’il pourrait donc éternellement s’élever ainsi jusqu’à l’infini. Il n’y a pas de meilleure métaphore pour parler de la musique de Jean Sébastien Bach.

18Ce processus de reconstitution du canon par le dédicataire de l’œuvre est un parcours qui va l’élever techniquement et musicalement. Ce qui est donc singulier dans l’Offrande musicale, entre bien d’autres choses que nous n’abordons pas ici, c’est que c’est avec l’aide de la dédicace que l’œuvre peut se révéler au dédicataire.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search