Version classiqueVersion mobile

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Perspective cavalière

Noires dédicaces

Natacha Levet

Texte intégral

  • 1 Le terme « paralittérature » est employé en 1967 lors d’un colloque de Cerisyla-Salle. La stigmatis (...)
  • 2 Alain-Michel Boyer, La Paralittérature, PUF, « Que sais-je ? », 1992, p. 19.

1Au seuil de cette analyse de la dédicace paralittéraire, il faut préciser que le choix du terme « paralittérature » est fait en dépit de sa remise en cause par les spécialistes1. Alain-Michel Boyer souligne qu’il « traduit bien […] le rapport ambigu que cette production entretient avec les institutions littéraires […] : il permet ainsi de déplacer les lignes de force, de susciter les interrogations2. » Parler de paralittérature, c’est donc envisager un ensemble d’œuvres qui se développe à l’ère industrielle de nos sociétés, une production de récits imprimés utilisant des modes de diffusion médiatique à grande échelle, notamment par la presse alors en plein essor. Ces récits ont la réputation d’être soumis au marché, produits rapidement pour le plus grand nombre, voire en réponse à une demande du lectorat. La figure de l’auteur, en tant que créateur d’une œuvre originale et singulière, y est affaiblie. On est donc loin du « happy few » de Stendhal… Si l’on admet que la dédicace d’œuvre émane d’un auteur adressant son texte à un individu ou à un groupe d’individus à qui il entend rendre hommage, on admettra aussi que la dédicace en régime paralittéraire semble improbable, peu pertinente. Pourtant, la dédicace existe dès les années 1840, pour des œuvres d’abord publiées en feuilleton et correspondant pleinement à la poétique du roman-feuilleton. Si l’œuvre paralittéraire, saisie dans ses origines sérielles et feuilletonesques comme dans ses développements plus immédiatement contemporains, utilise la dédicace, doit-on aborder cette dernière comme dans l’ensemble de la littérature ? Y a-t-il un fonctionnement spécifique de la dédicace paralittéraire ? Sont en jeu la forme de cette dédicace et, plus encore, le statut et les enjeux de cette pratique dans des productions déclassées. On émettra l’hypothèse que la pratique dédicatoire en paralittérature superpose aux enjeux habituels de la dédicace des enjeux spécifiques, d’ordre générique et d’ordre symbolique. Parce que la paralittérature est aussi une littérature de genre, de « mauvais genre », la dédicace peut se développer avec des enjeux directement liés à la forme adoptée, aussi bien dans sa morphologie que dans ses fonctions. Parce que l’œuvre paralittéraire est déclassée, elle va ajouter aux fonctions traditionnelles de la dédicace des enjeux symboliques : même en reproduisant les modalités dédicatoires de l’œuvre littéraire légitime, il s’agit peut-être de se distinguer, de se rehausser.

2Pour répondre à ces questions et examiner cette hypothèse, 521 œuvres ont été retenues, de 1842 à 2008 : ce sont en particulier les dernières décennies qui sont intéressantes. Il faut en effet distinguer entre une période allant des années 1840 à 1959, tous genres confondus, et une période allant de 1960 à 2008, examinée à travers des genres précis, science-fiction, fantasy (que l’on regroupera), roman policier (et plus particulièrement roman noir). La limite de 1960 peut sembler arbitraire : elle est liée aux genres retenus pour la seconde période, qui tous connaissent un nouvel essor, et manifestent une rupture avec les modes de production antérieurs.

  • 3 Gérard Genette, Seuils, Éditions du Seuil, 1987.

3Il faudra tout d’abord envisager la forme de la dédicace paralittéraire, en reprenant certaines des questions posées par Gérard Genette dans Seuils3 : où dédie-t-on ? quand ? qui dédie ? à qui ? Sans nul doute, on sera en mesure de savoir si, dans sa forme, la dédicace paralittéraire se distingue de la dédicace littéraire. Ce sont ensuite les fonctions, le statut et les enjeux de la dédicace paralittéraire qui seront examinés, afin de vérifier si, comme l’hypothèse en a été formulée, la dédicace paralittéraire revêt des fonctions génériques et symboliques spécifiques.

4Il n’est pas toujours aisé de savoir si la dédicace préexiste à l’œuvre. Gérard Genette souligne la convention selon laquelle l’œuvre est écrite pour son dédicataire, ou dont l’hommage s’impose dès la fin de la rédaction. Les choses sont différentes lorsqu’on prend en compte des œuvres d’abord publiées en feuilleton dans des journaux, infléchies dans leurs développements narratifs au fil de la publication périodique. Il est très improbable que la dédicace puisse être formulée lors de la publication en feuilleton : dans ce cas, la dédicace ne saurait donc préexister à l’œuvre, elle est bien postérieure. En revanche, pour les œuvres immédiatement publiées en volume, il n’y a aucune différence avec la dédicace littéraire.

5Comme dans l’ensemble de la littérature depuis la fin du XVIe siècle, l’emplacement canonique est le début de l’œuvre. Si Gérard Genette relève certaines dédicaces en fin de volume ou en cours de volume, lorsqu’il y a des subdivisions, rien de tout cela n’a pu être observé dans le corpus paralittéraire retenu, en dépit, précisément, de la scansion sérielle en volumes (sauf pour La Rue de Jérusalem, seul volume à l’intérieur de la somme des Habits noirs que Paul Féval dédie, en 1868).

6La composition de la dédicace paralittéraire ne se distingue pas réellement de la dédicace telle qu’elle est décrite par Gérard Genette. Dans de nombreux cas, l’auteur se contente de la simple mention du dédicataire, nommé par son nom et son prénom, par son prénom seul, ou par une dénomination évoquant le lien qu’il entretient avec l’auteur : « À Jacques Veuillet » (P. Curval, En souvenir du futur, 1983), « À Robert Denoël » (R. Barjavel, Le Voyageur imprudent, 1958), « À Anissa Belhadjin » (F. Muratet, Le Pied-rouge, 1999) ; « À Françoise » (F. Pavloff, Foulée noire, 1995), « À Nicole » (M. Jeury, Soleil chaud poisson des profondeurs, 1976), « À ma femme » (J.-L. Fetjaine, Le Pas de Merlin, 2002). Mais très souvent également, la dédicace est motivée, caractérisant le dédicataire et le sentiment qu’on lui porte, la relation affective ou intellectuelle qu’il entretient avec l’auteur, ou l’œuvre dédiée. En 1924, Gaston Leroux adresse Les Ténébreuses « à Mme Jeanne Gaston Leroux, à [sa] chère femme, […] en hommage de [son] amour et de [sa] reconnaissance. » Ayerdhal dédie Demain, une oasis (2000) « À Jean-Christophe Leblet qui a toujours dans les yeux un éclat de désert et les rêves d’un homme bleu ».

7La dédicace peut toutefois être beaucoup plus longue, même si ce n’est pas le cas le plus fréquent. Paul Féval utilise pour La Rue de Jérusalem l’envoi, qui habituellement est un hommage manuscrit à la personne à qui l’on envoie l’ouvrage :

Envoi à madame la R. de C.

C’est vous, madame, qui m’avez fait connaître cette vivante mine d’anecdotes où j’ai puisé les deux premières séries des Habits Noirs. C’est vous encore qui m’avez raconté l’étonnement des maçons démolisseurs quand ils découvrirent, dans l’épaisseur d’une paroi de la tour Tardieu, au coin de l’ancienne rue de Jérusalem, un trou de forme sinistre – le moule d’un homme.
J’ai essayé de ne rien inventer dans cette histoire dont notre viril ami a rassemblé les éléments. Il eût été facile de lui donner l’unité dramatique, mais j’aurais renoncé à l’écrire, s’il m’avait fallu supprimer l’épisode du roi Habit Noir et de sa Maintenon-à-Barbe.
Veuillez accepter ce livre où vous trouverez tant d’emprunts faits à nos causeries, et croyez à mes respectueux sentiments d’affection. P. F.

La dédicace peut être longue parce que les dédicataires sont nombreux : Jean-Pierre Andrevon dédie Le Monde enfin (2000) à dix-huit dédicataires. Enfin, elle peut être longue parce que l’auteur outrepasse les fonctions attendues de la dédicace pour se livrer à un exercice d’écriture, dans lequel l’auteur utilise différents registres.

8Les registres dédicatoires ne sont pas si variés. Globalement, la dédicace d’œuvre, en tant qu’hommage rendu au dédicataire, est plus sérieuse que légère. Quelques dédicaces sont comiques, mais elles sont peu nombreuses. Jean-Noël Blanc dédie le polar qui se déroule dans le milieu du cyclisme, Le Tour de France n’aura pas lieu (2000), à « Maurice, qui [lui] a appris à foncer dans les descentes et à tomber » ; Colin Thibert, qui écrit des polars satiriques, dédie Noël au balcon (2001) « à la tempête du 26 décembre 1999, qui [lui] a inspiré cette histoire et qui [l’] a débarrassé du vilain sapin du voisin » ; Jean-Bernard Pouy dédie ironiquement Le Rouge et le Vert (2005) « à tous ceux qui font des débats sur le roman noir ».

9En revanche, certains auteurs se montrent lyriques et parfois quelque peu emphatiques dans leurs dédicaces. Lyrique, Fabrice Colin l’est dans une dédicace que l’on suppose in memoriam, à l’ouverture de Dreamericana (2003) :

Des caméras, il y en a partout. Des balles perdues, des explosions. Depuis que tu es partie, je cherche l’écho déflagrant, l’impact de brûlure : le reflet dans l’œil de verre. Et il me faut encore du temps. Tu m’as laissé nu, désarmé. Voilà la raison de ce livre : j’écris ce livre parce que je t’aime. J’écris ce livre sur comment un livre s’écrit, et comment les choses que nous pensions imaginaires deviennent vraies, et comment la « réalité », derrière ses guillemets, nous échappe toujours. Mais toi, toi mon amour, avec un peu de chance, je te trouverai au bout. En attendant, bien sûr, ces pages te sont dédiées.

Jean-Claude Izzo adresse Le Soleil des mourants (1999), roman tragique, « aux hommes blessés, et aux femmes qui leur survivent, tant bien que mal il est vrai. » Romain Slocombe rend hommage par son roman Brume de printemps (2001) « à Michel Crespin – si l’on ferme les paupières, on peut revoir flotter les images des bons amis… maintenant, c’est du passé lointain. »

10De même, dans le corpus observé, c’est toujours l’auteur qui prend en charge la dédicace pour l’adresser, presque toujours, à des personnes réelles. Il y a quelques écarts par rapport à cette règle du dédicataire classique : il peut arriver que, malicieusement, l’auteur se dédie son œuvre. Tel est le cas de Léo Malet qui fait l’offrande de Nestor Burma dans l’île (1970) à « Louis Refreger » : or, Louis Refreger n’est autre que Léo Malet lui-même, sous l’un de ses pseudonymes. L’auteur peut adresser l’œuvre à son personnage, ou bien encore à des dédicataires non humains. Philippe Thirault adresse Speedway (2000) à « Harvey, pauvre keum » : Harvey n’est autre que le héros ou l’anti-héros, faudrait-il dire plutôt, de ce roman noir de veine comique. Paul Borrelli dédie Trajectoires terminales (1999) à son personnage, Nong. Enfin, Pierre Pelot dédie Les Mangeurs d’argile (1998) à un chien.

11Bien entendu, l’auteur peut, par la dédicace, fantasmer le dédicataire de son œuvre. Ainsi, Claude David, en 1928, dédie logiquement son récit d’anticipation Après la grande migration aux futurs lecteurs, « à ceux du XXIe siècle qui souriront fort s’ils lisent jamais ceci ».

  • 4 Ibid., p. 134.

12Mais lorsque le dédicataire est plus classiquement le destinataire réel de l’œuvre, à qui dédie-t-on l’œuvre paralittéraire ? Comme dans l’ensemble de la littérature, il existe des dédicataires privés et des dédicataires publics. Rappelons que le dédicataire privé est « une personne connue ou non du public, à qui une œuvre est dédiée au nom d’une relation personnelle : amicale, familiale ou autre4 ». Les plus aisées à repérer sont celles qui se distinguent formellement et qui empêchent une identification claire de la personne tout en manifestant, parfois, une relation d’intimité par le sémantisme ou la morphologie de la dédicace. Certaines dédicaces ne peuvent en effet être interprétées que par l’intéressé même ou le cercle des proches de l’auteur, soit parce que seules les initiales du patronyme sont utilisées, soit parce que le prénom seul est mentionné, soit enfin parce que l’usage d’un surnom ou d’une périphrase manifeste une relation amicale ou familiale, parfois doublée d’une « private joke » qui empêche le lecteur ordinaire de comprendre à qui est adressé le roman. Paul Féval s’adresse ainsi à « madame la R. de C. » dans la dédicace de La Rue de Jérusalem. Léo Malet dédie Les Rats de Montsouris (1955) à une certaine « Paulette, en souvenir du 14e et de tout ce qui s’y rattache ». Sylvie Granotier dédie Courrier posthume (1998) « à A. C. » et Dodo (1999) « à K. V. ». Jean-Louis Fetjaine dédie La Nuit des elfes (1999) « à [sa] femme », « à [ses] lutins, Hugo, Justine et Eloïse ». Plus mystérieux, Pierre Pelot dédie Les Pieds de la tête (1982) « aux quatre points cardinaux, cela va sans dire », tandis que Stéphanie Benson dédie Brumes sur la Mersey (1999) « pour le capitaine et non pas l’adjudant, au nom de sous-marin. »

13Le dédicataire public est également présent en paralittérature : la dédicace témoigne alors d’une relation d’ordre public et non privé. Classiquement, René Barjavel dédie ainsi Le Voyageur imprudent à son éditeur Robert Denoël. En 1869, Émile Gaboriau dédie Monsieur Lecoq « à M. Alphonse Millaud, directeur du Petit Journal ». De même, Philippe Curval adresse l’anthologie Futurs au présent (1978) à « Alain Dorémieux, Jean-Pierre Andrevon, Daniel Walther, Joël Houssin, Alain Detallante, Michel Jeury, Bernard Blanc, Roger Bozzetto, Gérard Klein et à tous ceux qui [l’] ont aidé ou précédé dans ce travail. » Ainsi, il dédie son travail à des auteurs ou des spécialistes de science-fiction, tout comme lui.

14Cet examen des formes de la dédicace paralittéraire ne permet pas de conclure à sa spécificité. Les usages sont globalement les mêmes que dans la littérature. Est-ce à dire que la dédicace paralittéraire n’a rien de spécifique ? Rien n’est moins sûr, si l’on envisage les fonctions et les enjeux de la dédicace paralittéraire.

15On retrouve des fonctions analogues à celles que dégage Gérard Genette à propos de la dédicace littéraire, notamment l’affichage d’une relation entre un auteur et une personne, un groupe ou une entité. La dédicace permet à l’auteur de revendiquer une parenté d’écriture vis-à-vis d’une figure importante du champ générique qu’il choisit. Michel Epuy rend hommage à l’une des grandes figures fondatrices de la science-fiction en 1918, lorsqu’il dédie Anthéa ou l’étrange planète « à J.-H. Rosny Aîné, en admiration et respectueuse affection ». Toujours dans la science-fiction, Serge Brussolo écrit en 1989 La Nuit du bombardier « Pour Jacques Chambon, amicalement », tout comme Philippe Curval qui salue, avec Rasta solitude, le même dédicataire, éditeur et fervent défenseur du genre, en 2003 : « À Jacques Chambon qui sut si bien lire entre les lignes, ce recueil né de son amitié ». Lorsque Pascal Dessaint adresse Du Bruit sous le silence (1999) « à la mémoire de Michel Lebrun », figure tutélaire du polar français, il revendique l’appartenance à une certaine branche du genre, le roman noir, tout comme Bertrand Delcour, lorsqu’il rend hommage en 1996, par Blocus Solus « à la mémoire de Jean-Patrick Manchette », disparu l’année précédente.

16Mais il arrive que l’auteur, par la dédicace, revendique une parenté hors du genre dans lequel il s’exprime, et l’on peut se demander si, au-delà de la sincérité de l’hommage, il n’y a pas là une occasion de rehausser l’œuvre à l’aune de la légitimité du dédicataire. Lorsque Chantal Pelletier dédie Troubles fêtes (2001) à Claude Pujade-Renaud, elle rend peut-être hommage à une amie, mais elle affiche aussi une parenté littéraire remarquable. Jean-Pierre Andrevon ne fait pas autre chose lorsqu’il adresse son roman, Les Revenants de l’ombre (1979), au poète Marcel Béalu. Bien sûr, on peut considérer qu’il s’agit d’un usage courant, mais il ne faut pas perdre de vue que ces affichages d’une parenté intellectuelle, littéraire ou artistique sont moins anodins encore en régime paralittéraire. Revendiquer la parenté avec les figures tutélaires du genre, avec des écrivains ou des intellectuels a priori extérieurs au genre, signale le positionnement d’un auteur et de son roman dans le paysage littéraire, ou dans le genre qu’il adopte.

17Il n’est pas innocent que la pratique de la dédicace varie selon que l’on est au XIXe siècle ou à la fin du XXe siècle. Ainsi, dans le corpus regroupant les cent vingt-deux œuvres publiées entre 1842 et 1959, tous genres confondus, on relève dix-huit dédicaces seulement, soit 13,84 %. Pour le corpus postérieur à 1960, le pourcentage passe à 40 % et plus. Pour le corpus de romans policiers, elles sont cent trente-deux pour deux cent soixante-neuf romans ; pour la science-fiction et la fantasy, quarante-neuf romans sur cent vingt-deux en comportent. Il est évident que la pratique de la dédicace se développe nettement dans les dernières décennies. Lorsque les modes de production de la paralittérature se rapprochent, par bien des aspects, des modes de production de l’ensemble de la littérature, lorsque les genres précis de la science-fiction et du roman policier gagnent en légitimité, la dédicace se développe.

 

18Comme le souligne encore Gérard Genette, la pratique de la dédicace peut varier en fonction des genres, et en ce qui concerne la paralittérature, ces variations génériques apparaissent nettement, non pas en termes quantitatifs, mais au niveau des formes et fonctions de la dédicace. Il est difficile en effet d’apprécier ici les éléments quantitatifs : certes, dans le corpus antérieur à 1960, quatorze des vingt-deux dédicaces figurent dans des romans de science-fiction ou des romans policiers archaïques. Mais il faut bien admettre que ces deux genres sont surreprésentés dans ce même corpus… Reste qu’il est intéressant d’analyser les spécificités génériques de la dédicace, en termes de fonction mais aussi d’écriture.

  • 5 Séverine Drevet, Voyage au cœur du polar français : enjeux, valeurs et construction d’un groupe, th (...)

19Dans le roman policier, la plupart des dédicaces ont pour fonction de rendre hommage au dédicataire. À cette fonction classique de la dédicace se superposent dans certains cas d’autres fonctions, comme faire acte de mémoire aux disparus. Mais surtout, dans un certain nombre de ces dédicaces, la frontière entre dédicace publique et dédicace privée se brouille. C’est dans le roman policier que cette ambivalence est la plus marquée, et ce n’est certainement pas un hasard. Le milieu du roman policier, et plus particulièrement du roman noir, est un lieu de sociabilités génériques très affirmé, et les auteurs se plaisent à cultiver l’idée d’une famille du polar français, organisée autour de valeurs telles que la convivialité et la solidarité : cette solidarité s’exprime notamment dans la cooptation éditoriale, des aides variées à des projets, et elle est présentée comme une réponse aux pratiques jugées élitistes du monde de l’édition. Séverine Drevet, dans son travail de recherche Voyage au cœur du polar français : enjeux, valeurs et construction d’un groupe5, montre que les auteurs de roman noir développent des espaces de sociabilité propres, comme des salons, des festivals, des prix, des associations, qui leur permettent de dégager une cohérence sociale s’affichant comme une cohérence générique – ce qui est très discutable. De fait, le milieu du roman noir fonctionne beaucoup en réseau, notamment dans les politiques éditoriales : un auteur sera publié dans telle collection parce qu’il est introduit par un autre auteur, et cela n’est bien sûr pas affiché comme de la cooptation mais comme la conséquence logique d’une identité générique forte et comme un indice de solidarité. La question des dédicaces est liée, pour partie, à cette spécificité du genre. Il est intéressant de noter que certaines œuvres sont dédiées, de manière explicite ou à peine voilée, à des auteurs de roman noir, ou à des éditeurs et acteurs du paysage du genre. La dédicace se présente dans la plupart des cas comme une dédicace privée : la dénomination du dédicataire ou la motivation de la dédicace l’indique. Ainsi, quand Thierry Jonquet dédie Les Orpailleurs (1993) à « Patrick Bard, en souvenir des folles nuits d’Olomuc, de la savoureuse cuisine de l’hôtel Chemik, et du sourire charmeur de Frau Blucher », comment ne pas voir dans cette dédicace la revendication d’une parenté d’écriture ? De même, la transparence de la dédicace « à Jean-Bernard » de Tonino Benacquista (pour La Maldonne des sleepings, 1989), ou celle de Daniel Pennac à Tonino, justement (pour Aux fruits de la passion, 1999), renvoie à l’affichage certainement authentique d’une amitié, mais elle évoque aussi la « famille » du roman noir. La même ambiguïté est à l’œuvre dans la dédicace de Pascale Fonteneau adressant Confidences sur l’escalier (1992) « à Jean-Bernard Pouy auquel les Pommes de Terre et les Cyclistes doivent beaucoup » : la dédicace vaut peut-être pour clin d’œil amical et affichage d’une parenté dans l’écriture, mais elle rappelle également que c’est Jean-Bernard Pouy qui a permis à Pascale Fonteneau d’être publiée en Série Noire. La formulation même de la dédicace, jouant sur la connivence, véhicule l’idée de la grande famille du polar. La dédicace participe donc à l’élaboration d’une posture générique.

  • 6 On consultera à ce sujet l’article d’Annie Collovald, « Reconversion et gestion des fidélités : le (...)

20Il est une autre fonction générique de la dédicace du roman noir : l’expression d’un engagement. Il faut rappeler que le roman noir se distingue au sein de la constellation du roman policier par la portée idéologique et la fonction sociale et politique du genre (entre autres choses). Depuis les glorieux aînés que sont Hammett ou Horace McCoy, le genre dénonce les dysfonctionnements sociaux, en en faisant des éléments d’explication de la déviance criminelle des individus. Cette tendance est d’autant plus marquée en France que, des années 70 à 90, un certain nombre d’auteurs de romans noirs sont issus directement de groupes politiques engagés (pour la plupart) à l’extrême gauche : ces auteurs ont converti leur engagement militant en engagement littéraire, exprimant par le roman noir leurs révoltes6. Cette dimension du genre est perceptible dans la pratique de la dédicace, alors que, contrairement à toute attente, rien de comparable ne peut être observé dans la science-fiction de la même époque, qui est pourtant le lieu d’un discours sur le réel, parfois d’un discours engagé. Certes, dans le corpus de dédicaces empruntées au roman noir, ce n’est pas la fonction dominante ; mais parce qu’elle est spécifique au genre, elle est remarquable. La dédicace peut être nominative, rendant alors hommage à une personnalité engagée, mettant l’œuvre et son propos sous son patronage. Ainsi, Didier Daeninckx, qui évoque la minorité des gens du voyage dans La Route du Rom (2003), dédie ce volume du « Poulpe » « au Vengo de Tony Gatlif ». Roger Martin, qui évoque dans Jusqu’à ce que mort s’ensuive (2008) le racisme aux États-Unis dans l’armée américaine durant la seconde guerre mondiale, dédie le roman « à la mémoire de John Berry », dont les films et l’engagement politique sont directement évoqués dans le roman. De façon légèrement différente, Patrick Mosconi dédie La Nuit apache (1990) « à François Besse », et manifeste ainsi son parti pris pour ceux qui transgressent la loi – ainsi que pour une figure de rédemption.

 

21Mais le plus souvent, ces dédicaces ne sont pas nominatives : elles sont adressées à un dédicataire collectif. Dans ce cas, l’auteur rend hommage à des victimes de la violence de la société ou de l’Histoire. Patrick Bard, qui évoque dans La Frontière (2002) les femmes disparues de Juarez, dédie son roman « aux femmes du Mexique », dont il dénonce l’exploitation par le travail ou la prostitution. Annie Barrière dédie son polar marseillais Une Belle Ville comme moi (1999) « à la mémoire des habitants du Panier, expulsés de chez eux le matin du dimanche 24 janvier 1943 et à tous les expulsés passés, présents et à venir. » Paul Borrelli dédie Trajectoires terminales « aux victimes de la méchanceté et de la bêtise humaines. À Nong, qui n’a jamais existé, et à ses innombrables sœurs, bien réelles, humiliées, exploitées, souillées, battues par ceux qui, les premiers, tiennent de beaux discours ». Yasmina Khadra dédie L’Automne des chimères (1998) « aux absents, à la femme, au soldat, et au flic de mon pays », c’est-à-dire aux victimes des troubles algériens des années 90. Enfin, Jean-Jacques Reboux fait référence à des événements précis par les dédicataires de l’un des premiers volumes du « Poulpe », La Cerise sur le gâteux (1996) :

À Ibrahim Ali, assassiné le 21 février 1995 à Marseille par des colleurs d’affiches du Front National. À Brahim Bouarram, assassiné le 1er mai à Paris par des skinheads dans le sillage du défilé du Front National. À Imad Bouhoud, assassiné le 7 mai 1995 au Havre par des skinheads.

22Un certain nombre de ces dédicaces s’adressent à des disparus, posant ainsi le genre comme œuvre de mémoire.

23Pour la science-fiction et la fantasy, deux genres que l’on regroupe parfois sous la bannière des littératures de l’imaginaire, c’est aussi la dédicace privée qui s’impose, mais la dédicace publique, rendant hommage à un auteur ou une figure importante du genre (éditeur, critique), est bien présente. On retrouve par ailleurs la fonction d’hommage à une personne dont on revendique la parenté intellectuelle et artistique : on trouve ainsi des dédicaces à des dessinateurs, lesquels interviennent en effet fréquemment pour illustrer les romans ou leurs couvertures. Cela explique par exemple que Serge Brussolo dédie « à Patrick Lehance, dessinateur des abîmes, ce morceau de littérature “trash” […] » qu’est La Cicatrice du chaos (1997).

 

24On retrouve, quoique plus discrètement que dans le roman noir, la fonction d’engagement de la dédicace. À ce titre, la longue dédicace du Monde enfin que rédige Jean-Pierre Andrevon est exemplaire :

Ce vieux fantasme de la Terre libérée de l’homme pour être rendue au reste de la Création est affectueusement dédié à Théodore Monod, René Dumont, Albert Jacquart, à Pierre Pfeffer, au Dalaï-lama, à Alain Bougrain-Dubourg, au prince Sadrud Din Agakhan, à Béatrice Arnac, à Pierre Fournier, à l’équipe de la Gueule Ouverte, à celles et à ceux de Greenpeace, du WWF, des Amis de la Terre, des Droits de l’animal, du ROC, de la Fondation Brigitte Bardot, à Geneviève et Jean Jonot, qui, toutes et tous, connus ou non, disparus ou encore là, et bien que ne partageant pas mes rêveries éradicatrices, m’ont, ces dernières décennies, accompagné. Jean-Pierre Andrevon

Mais la spécificité de la dédicace de science-fiction ou de fantasy est ailleurs : elle réside dans l’écriture même, qui se veut poétique. On note tout d’abord un usage fréquent de la métaphore, pour caractériser le dédicataire, ou l’œuvre :

À Jean-Christophe Leblet qui a toujours dans les yeux un éclat de désert et les rêves d’un homme bleu (Ayerdhal, Demain, une oasis, 2000) ;
[…] À mes quatre sous-marins sans ogive, mes rêveurs d’eau, mes Chiapello (Ayerdhal, Le Chant du Drille, 2003) ;
À mes amis, mal-en-point, coriaces ou bons vivants, qui luttent contre la grande squelette (Francis Berthelot, Rivage des intouchables, 1990) ;
À Patrick Lehance, dessinateur des abîmes […] (Serge Brussolo, La Cicatrice du chaos) ;
Pour Kate Bush et mon cher Délius, qui m’ont tant donné, je cueille cette fleur (David Calvo, Délius, une chanson d’été, 2003).

Par ailleurs, certaines dédicaces intègrent des extraits poétiques ou s’efforcent, par l’écriture ou par une disposition typographique qui n’est pas sans rappeler le vers, de créer un effet poétique. Jean-Pierre Andrevon dédie le roman Les Revenants de l’ombre à Marcel Béalu, mais il cite également le poète :

Tant de corps étonnés
Sont entrés dans la terre
Que nous savons soudain
Pourquoi nous sommes là.
Marcel Béalu…
à qui je dédie affectueusement ce livre.

De même, Pierre Pelot dédie Les Mangeurs d’argile (1998) « à ce chien qui vit sous [son] toit, et qui jamais lire ne saura. Et pourquoi pas ? » À l’effet de la rime se superpose l’incongruité du dédicataire, dans une dédicace qui rappelle le poème de Desnos : « Une fourmi parlant français, / Parlant latin et javanais / Ça n’existe pas, ça n’existe pas. / Eh ! pourquoi pas ? »

25Ayerdhal fait plus que relater une anecdote du passé lorsqu’il rend hommage à ses amis avec Mytale (1998). Il se livre à un exercice d’écriture et adopte une disposition proche du vers :

À Corinne et Alain Gaillard,

en mémoire des ronciers défunts,
des branches qui dépassent,
et des allumettes,
en mémoire aussi des longues soirées d’été,
qui fleuraient le cabernet, franc ou sauvignon,
le merlot, le bas-armagnac et le fumier,
puisqu’en mon âme et conscience,
comme on dit,
j’avais un tout petit peu mis le feu,
à la fosse à purin.
Ce qui prouve bien, quoi qu’on en dise,
que certaines erreurs sont inhumaines,
et que l’amitié est moins une question d’odorat
que de franche rigolade.

Enfin, certains romanciers de science-fiction créent un effet poétique en proposant des dédicaces incongrues, comme Pierre Bordage qui dédie L’Enjomineur 1792 (2004), L’Enjomineur 1793 (2005), L’Enjomineur 1794 (2005) avec ces mots : « à tous les miens, à tous les autres », ce qui vide la dédicace de son sens, puisqu’au finale, le roman est dédié à tous.

  • 7 Irène Langlet, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Armand Colin, « U », (...)

26En quoi ces effets qualifiés de poétiques sont-ils génériques ? Irène Langlet analyse la science-fiction d’un point de vue poétique, et selon elle, le procédé global à l’œuvre dans tout texte de science-fiction est le recours à l’étrangeté, à une infraction aux lois de l’univers familier du lecteur7. Différents procédés stylistiques et narratifs sont utilisés à cette fin. Les spécialistes de la science-fiction parlent pour ces éléments d’étrangetés, ou de « novums ». La science-fiction, plus qu’elle n’évoque un hypothétique futur, est une lecture du présent, consistant à en défamiliariser l’expérience. Là se trouve une clé des dédicaces science-fictionnelles évoquées. Au seuil du récit, la dédicace peut avoir pour fonction, modestement certes, d’introduire l’étrangeté, de défamiliariser le lecteur par une proposition poétique introduisant le décalage ou l’incongruité poétique, sémantique. En cela, la dédicace de la science-fiction, et dans une moindre mesure de la fantasy, est un seuil vers l’imaginaire, vers la création d’un monde avec des lois propres, qui « rompt pour nous l’accoutumance ».

27Au terme de ces analyses, le bilan est ambivalent. Formellement, la dédicace paralittéraire ne se distingue pas de la dédicace littéraire, elle n’a pas de fonctionnement spécifique. En revanche, elle investit plus ou moins certaines fonctions et visées de la dédicace en fonction de spécificités génériques et de considérations symboliques. La reproduction même des modalités de la dédicace littéraire est à ce titre intéressante. De même que l’envoi réintroduit de la singularité dans l’anonymat de l’imprimé infiniment reproductible, la dédicace paralittéraire a la même fonction ou la même vertu : réintroduire de la singularité dans une œuvre de grande diffusion. Il serait intéressant d’interroger les usages en matière de dédicaces d’exemplaires. Là encore, gageons que des spécificités paralittéraires pourraient bien se dégager.

Notes

1 Le terme « paralittérature » est employé en 1967 lors d’un colloque de Cerisyla-Salle. La stigmatisation qu’implique ce terme est analysée par Jean-Claude Vareille dans Le Roman populaire français (1789-1914) Idéologies et pratiques (Limoges/Québec, PULIM/Nuit Blanche éditeur, 1994), ainsi que par Vittorio Frigerio dans son article « La paralittérature et la question des genres », publié dans Le Roman populaire en question(s), sous la direction de Jacques Migozzi, Limoges, PULIM, 1997.

2 Alain-Michel Boyer, La Paralittérature, PUF, « Que sais-je ? », 1992, p. 19.

3 Gérard Genette, Seuils, Éditions du Seuil, 1987.

4 Ibid., p. 134.

5 Séverine Drevet, Voyage au cœur du polar français : enjeux, valeurs et construction d’un groupe, thèse de sociologie, sous la direction de Barbara Michel, Grenoble II, 2004.

6 On consultera à ce sujet l’article d’Annie Collovald, « Reconversion et gestion des fidélités : le cas des polars français », dans Sylvie Tissot (dir.), Reconversions militantes, Limoges, PULIM, coll. « Sociologie », 2005.

7 Irène Langlet, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Armand Colin, « U », 2006.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search