Version classiqueVersion mobile

Envois & Dédicaces

 | 
Gérard Farasse

Perspective cavalière

Écrire à la cantonade. Comment ricochent les dédicaces

Claude Leroy

Texte intégral

1Une poule qui a trouvé un couteau, sa perplexité est légendaire. Mais que dire de l’étudiant que l’on invite à expliquer un texte pourvu d’une dédicace ? Sa perplexité n’est sans doute pas moins grande, car il lui faudra d’abord résister à la tentation de ramasser le couteau abandonné par la poule pour retrancher du texte cette fâcheuse excroissance, le plus discrètement possible. Mais notre étudiant sait bien que celui qui l’interroge se tient aux aguets et, comme il s’est préparé à l’épreuve avec le sérieux nécessaire, il délaisse le couteau et s’en remet aux lectures spécialisées.

  • 1 Gérard Genette, « Les dédicaces », Seuils, Le Seuil, 1987, p 110-133.

2Invoquant Gérard Genette1, il fait valoir pour commencer qu’avec la dédicace, il se tient sur le seuil de l’ouvrage, dans ce territoire contesté du paratexte que se disputent le texte et le hors-texte. Quelques aperçus sur les frontières du livre lui permettent de distinguer l’épitexte et le péritexte que sépare une distance croissante du texte. Puis il fait état de l’existence de deux sortes de dédicaces : la dédicace d’œuvre qui est imprimée et la dédicace d’exemplaire qui est manuscrite, mais que pour réduire les risques de confusion on choisit d’appeler plutôt envoi ce que l’auteur ajoute de sa propre main. Et l’usage accrédite cette distinction puisque la dédicace d’œuvre se dédie alors que la dédicace d’exemplaire – l’envoi – se dédicace. Ayant donné son obole à Genette, notre étudiant a-t-il acquitté son droit de passage et le laissera-t-on enfin entrer dans le texte ? Ne le délivrons pas trop vite de sa perplexité. Laissons-le piétiner encore un peu dans le sas de la dédicace afin qu’il prenne la mesure des risques qu’il encourt.

3Aux portes de l’œuvre, la dédicace se tient, en effet, comme un sphinx. Pas plus qu’Œdipe, le lecteur ne franchira le seuil du texte sans produire le mot de passe. Le plus souvent, ce mot prend la forme d’un nom propre – celui du destinataire – qu’il s’agit donc d’identifier. Faire parler ce nom permet d’interpréter sa présence à une place si privilégiée. Selon le degré de notoriété du destinataire, la devinette peut tourner à l’énigme. Parfois même ce nom est dérobé sous un cryptogramme. « Et nunc et semper / Dilectae dicatum » : à la parution de Louis Lambert, à part les initiés, quel lecteur était en mesure de deviner à qui Balzac adressait son livre ? N’importe quelle édition permet aujourd’hui de découvrir en note qu’il s’agit de Laure de Berny, la sœur du romancier, qui lui était particulièrement chère.

  • 2 Michel Leiris, L’Âge d’homme [1939], Gallimard, « Folio », 2004, p. 7.

4Une recherche biographique permet donc de préciser les liens de l’auteur avec le dédicataire qu’il s’est choisi. Par définition, la dédicace d’œuvre rend public un hommage qui sous le sceau d’un envoi serait resté privé : au lecteur d’évaluer ce que cet affichage doit à l’amitié, à l’amour, à l’admiration, à la déférence ou encore à la mondanité. Si le destinataire est un autre écrivain ou un artiste, ses affinités avec l’auteur pourront suggérer un parrainage ou une reconnaissance de dettes. C’est déjà dire que la recherche du mot de passe – du nom de passe – change peu à peu de nature. Dans le langage de Genette, le paratexte se rencontre bientôt avec l’hypotexte, et parfois très explicitement comme fait Michel Leiris quand il dédie L’Âge d’homme « À Georges Bataille, qui est à l’origine de ce livre2. » Un prêté pour un rendu, en quelque sorte, et ce retour à l’envoyeur fait voir dans l’écriture une boucle que boucle la dédicace.

5Voilà qui brouille les frontières qu’on croyait plus sûres entre la dédicace d’œuvre et l’envoi d’exemplaire. Mais qu’est-ce qu’une dédicace, après tout, sinon un envoi fait au lecteur ? Alors que le prix de l’envoi tient à son caractère intime, la dédicace d’œuvre est un envoi ouvert, comme il est des lettres ouvertes par lesquelles l’expéditeur rompt la confidentialité de l’échange pour prendre à témoin un public anonyme. Au tête-à-tête (au tête à texte) que suppose l’envoi d’exemplaire, la dédicace substitue une relation triangulaire entre l’auteur, le dédicataire et le lecteur. Cette règle est sans exception : toute dédicace d’œuvre met en jeu un principe de double destination, au dédicataire sous les yeux du lecteur, mais tout aussi bien au lecteur par le truchement du dédicataire. Une dédicace d’œuvre n’est rien d’autre qu’un envoi à la cantonade.

6Cantonade : voici un mot qui nous conduit au théâtre. Rappelons son histoire à l’aide d’Alain Rey et de son Dictionnaire historique de la langue française. Empruntée à l’ancien provençal, la cantonade a d’abord désigné l’angle d’une maison, puis, à la fin du XVIIe siècle, elle est entrée dans le domaine théâtral pour indiquer le côté de la scène où sont assis les spectateurs privilégiés et, par métonymie, les coulisses elles-mêmes. Parler à la cantonade consiste dès lors à s’adresser à quelqu’un censé se trouver dans les coulisses, puis, à partir du milieu du XVIIIe siècle, c’est parler à la ronde sans s’adresser à quelqu’un en particulier. Dans le petit théâtre de la dédicace, c’est le lecteur qui se tient dans les coulisses de l’écriture et c’est à lui que s’adresse (négligemment) l’envoi ouvert qui ricoche sur le nom du dédicataire.

  • 3 Jean Tardieu, « Mauvais public », La Première Personne du singulier, Gallimard, 1952, p. 93.

7Un lecteur sourcilleux pourrait s’en irriter. Ainsi donc il n’est pas le premier venu. Un autre l’a précédé dans les bonnes grâces de l’écrivain et la dédicace l’oblige à prendre acte de cette préséance. De là à considérer qu’on le traite en terzo incomodo, il n’y a qu’un pas et voici notre lecteur tenté de se comporter comme ce « Mauvais public » auquel Jean Tardieu donne la parole dans un récit de La Première Personne du singulier. Ce personnage particulièrement susceptible tient « la qualité du spectateur » comme étant « des plus humiliantes » et au théâtre il s’efforce par tous les moyens d’attirer sur lui l’attention des acteurs. Il arrive en retard, dérange ses voisins, tousse exprès, chantonne mais il avoue pour finir : « Ce n’est pas que la pièce m’ennuie. Je la suis des yeux sous cape. Mais je veux que l’on fasse aussi attention à moi3. »

  • 4 Tristan Corbière, « Sonnet posthume », Les Amours jaunes, Charles Cros, Tristan Corbière, Œuvres co (...)
  • 5 Roland Barthes, « La dédicace », Fragments d’un discours amoureux, Seuil, 1977, p. 89-94.
  • 6 Roland Barthes, « Dédicace. Figure nouvelle », Le Discours amoureux. Séminaire à l’École pratique d (...)

8Ce lecteur qui se résigne mal à être traité en tiers dans le théâtre de la dédicace, comment se laissera-t-il convaincre que l’auteur s’adresse aussi à lui ? Comment échappera-t-il à la détestable impression que « L’aimé c’est toujours l’Autre… », selon le mot de Tristan Corbière4 ? Ses droits au texte, comment les concilier avec cette dédicace qui paraît l’exclure ? Car rester sur le seuil, comme l’y invitent Genette et la narratologie, non, décidément, notre « mauvais public » n’y tient plus. Il se tournera donc vers Roland Barthes et ses Fragments d’un discours amoureux5 qui comptent la dédicace parmi leurs « figures ». Et la publication des notes préparatoires au séminaire sur Le Discours amoureux6 qu’a tenu Barthes à l’École pratique des hautes études – et dont procède son livre – offre un ensemble de matériaux plus développé.

  • 7 Ibid., p. 497.

9Dans les deux versions, Roland Barthes porte l’accent sur ce qu’il nomme la « pulsion de dédicace ». Une pulsion au destin malheureux, semble-t-il, si, comme le souligne le séminaire, « la dédicace reste extérieure à ce qui est dédié ». Par une désespérante solution de continuité, le texte qui la suit échappe à l’oblation initiale en raison d’une « distorsion considérable, parfois vertigineuse, entre le sujet privé (affectif) et le sujet de l’écriture : c’est un canard couvé par une poule7. » (Chez Barthes aussi les poules sont sujettes à perplexité.) Faut-il se résigner à « l’impossibilité de dédicace » ? Du séminaire au livre s’opère pourtant, mais aux dépens du dédicataire, un renversement dialectique qui rend un peu d’espoir au lecteur :

  • 8 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, op. cit., p. 92.

[…] hormis le cas de l’Hymne, qui confond l’envoi et le texte lui-même, ce qui suit la dédicace (à savoir l’ouvrage lui-même) a peu de rapport avec cette dédicace […] il a un sens (des sens) qui déborde de beaucoup son adresse ; j’ai beau écrire ton nom sur mon ouvrage, c’est pour « eux » qu’il a été écrit (les autres, les lecteurs)8.

Voilà de quoi rasséréner notre « mauvais public ». À lui, donc, revient l’interprétation, la recherche de ces sens du texte qui excèdent la visée de sa dédicace mais cependant passent par elle et composent avec elle. Par un déplacement des enjeux, le théâtre de la dédicace se transforme en théâtre de l’écriture et de ce théâtre-là le lecteur n’est plus le spectateur passif mais le très actif interprète. À lui de faire texte de la dédicace. Et, tous comptes faits, le véritable dédicataire de l’œuvre ce n’est plus l’Autre, c’est bien lui.

  • 9 Villiers de l’Isle-Adam, L’Ève future [1886], Œuvres complètes (éd. Alan Raitt et Pierre-Georges Ca (...)

10Comment, dès la dédicace, inciter le lecteur à entrer dans le jeu du texte ? Pour faire un premier inventaire de ces procédures, risquons-nous à un peu de dédicasuistique. Rien de tel, à première vue, que de s’adresser directement au lecteur. Lorsque Villiers de l’Isle-Adam dédie L’Ève future « Aux rêveurs Aux railleurs9 », il fournit le mode d’emploi de son roman : voilà pour qui j’écris et comment mon texte doit être lu. Et plutôt que de disposer rêveurs et railleurs à recevoir tour à tour son livre, il établit entre eux une singulière relation d’identité converse par laquelle il définit l’esprit de L’Ève future : ce roman s’adresse aux rêveurs qui savent railler, aux railleurs qui savent rêver. Aux autres de rester sur le seuil. La dédicace, comme un écriteau, barre l’accès aux indésirables.

11Ce geste de prescription allie volontiers la provocation à l’intimidation. En tête des Poilus, Joseph Delteil tient, lui aussi, à spécifier la réception de son épopée :

  • 10 Joseph Delteil, Les Poilus, épopée, Grasset, 1926.

DÉDICACE
Aux morts, pour qu’ils vivent !
Aux vivants, pour qu’ils aiment10 !

Tout aussi directif se montre Blaise Cendrars lorsqu’il ouvre Rhum par une sorte de manifeste :

  • 11 Blaise Cendrars, Rhum [1930] (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. II, Denoël, coll. « Tout auto (...)

Je dédie
cette vie aventureuse
de Jean Galmot
aux jeunes gens
d’aujourd’hui
fatigués de la littérature
pour leur prouver
qu’un roman
peut aussi être un acte11

  • 12 Jules Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques [1874], Œuvres romanesques complètes (éd. Jacques Petit), (...)

On ne s’étonnera pas de voir Barbey d’Aurevilly pousser ce contrat de lecture à son paroxysme en plaçant à l’orée des Diaboliques cette très fameuse interrogation : « À qui dédier cela12 ? » Ce magnifique déni du dédiable lui permet d’inventer ce qu’il était seul en mesure de faire : l’adresse dédiabolique.

  • 13 Joseph Delteil, Sur le fleuve Amour, La Renaissance du livre, 1922.

12Donner le la de l’écriture tout en filtrant les entrées, telle est sans doute une des fonctions majeures (quoique trop souvent négligée) de la dédicace. La tonalité peut annoncer celle du texte à la façon d’une clef de lecture. C’est ainsi que Delteil, alors tout à fait inconnu, dédie Sur le fleuve Amour, son premier roman, « À maman / à la Vierge Marie / et / au général Bonaparte13 ». Voilà qui place sous le signe de l’incongru et du truculent un roman et toute une œuvre à venir qui tiendront cette promesse.

  • 14 Georges Perec, W ou le souvenir d’enfance [1975], Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1998, p. 9.

13Plus généralement, toute dédicace sibylline dispose son lecteur à se comporter en détective, puis, ainsi mis en alerte, à garder le goût de l’enquête dans la découverte de ce qui suit. Lorsque l’auteur, par exemple et selon une longue tradition, ne rend publiques que les initiales de son dédicataire, l’affiche de cette réticence a pour effet immédiat de stimuler la curiosité de celui qu’on affecte de rebuter. Ainsi de Georges Perec quand il écrit « Pour E » à l’entrée de W ou le souvenir d’enfance14. Pareille manœuvre peut se présenter de manière plus complexe et pour ainsi dire en plusieurs étapes.

14Lorsque Moravagine paraît en 1926 chez Grasset, Cendrars écrit en exergue de son roman :

  • 15 Blaise Cendrars, Moravagine [1926] (éd. Jean-Carlo Flückiger), Œuvres complètes, t. VII, Denoël, co (...)

CE LIVRE EST DÉDIÉ A SON ÉDITEUR
B. C.

La Pierre, août 191715

Pareille déférence à l’égard de Bernard Grasset a de quoi étonner chez un écrivain peu réputé pour ses ronds de jambe, de même qu’une certaine sécheresse de ton comme s’il s’acquittait d’un pensum. La date indiquée surprend également : 1917, pas moins de neuf ans avant la publication. Grasset serait-il à l’origine du livre ? Dès la préface, signée par l’auteur, l’intention oblative se brouille. Cendrars annonce au lecteur que ce qu’il va lire a été écrit par une de ses connaissances, le narrateur même du récit, un certain Raymond la Science. Avant d’être exécuté pour une tentative de régicide, celui-ci a confié son manuscrit à son ami pour qu’il en fasse ce que bon lui semble, si bien que l’éditeur princeps des aventures de Moravagine n’est pas Grasset mais bien… Cendrars lui-même. C’était une autodédicace cryptée – ce qui relance tout autrement l’interprétation du livre et de sa dédicace. Quant au lieu indiqué – La Pierre – que rien ne permet de situer sur une carte et quant à la date – août 1917 –, seule une connaissance plus intime de l’œuvre (mais venue de l’extérieur) permet d’y reconnaître un village près de Méréville (Seine-et-Oise) où l’écrivain amputé de son bras droit depuis deux ans a vécu un été 1917 de révélation et de renaissance. C’est lui que célèbre une dédicace aussi trompeuse dans son évidence que la lettre volée d’Edgar Poe.

15Un pas de plus et la dédicace dispute au lecteur l’attention qu’il s’apprêtait à porter au texte. Vingt ans après Moravagine, Cendrars publie, en 1945, L’Homme foudroyé, premier volume de ses Mémoires. La troisième et dernière partie de ce volume réunit sous le titre de « Rhapsodies gitanes » quatre récits qui s’ouvrent tous sur une longue dédicace, comme par exemple le premier d’entre eux :

  • 16 Blaise Cendrars, L’Homme foudroyé (1945) (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. V, Denoël, coll. (...)

À la comtesse de CASTRIES

en souvenir

de Calaoutça
de Casa Sedano
du 102 de la rue de Grenelle
de Saint-Bertrand de Comminges
du souper de la Ferme Basque
de l’Abbé Aveugle
du Minotaure Historique – du Crocodile Sacré
du pauvre Gourmand mort à Genève
sans parler du Fils du sergent de ville
ni de l’homme couvert de femmes

CES MEDIANOCHES


avec

ma tendre et bavarde amitié16

BLAISE CENDRARS

Cinq ans plus tard, au cours de leurs entretiens radiophoniques, Michel Manoll essaiera de soutirer au poète quelques éclaircissements supplémentaires, mais en vain. Et il s’attire une réplique qui ne manque pas de panache :

  • 17 Blaise Cendrars, Blaise Cendrars vous parle… (1952) (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. XV, De (...)

Je suis très fier de mes dédicaces et je me suis donné un mal fou pour les rédiger en clair afin de mieux embrouiller l’énigme. Un jour viendra où les érudits se mêleront de vouloir élucider ces textes comme depuis des siècles ils s’évertuent vainement à vouloir déchiffrer les quatrains de Nostradamus17.

Entre sérieux et narquois, comme à sa coutume, Cendrars se campe en nouveau Nostradamus pour provoquer ses lecteurs à un jeu de dédicace-tête. Pour m’y être essayé, je dois convenir que ces dédicaces résistent fort bien à l’exégèse.

16Voilà quelques façons d’arrêter la lecture pour mieux la stimuler et la relancer, tantôt par une adresse directe en guise de mode d’emploi, tantôt par une recherche de tonalité ou de couleur, tantôt par un jeu de chat et de souris. À chaque fois, comme pour prévenir les réactions d’un « mauvais public » à la Tardieu, le dédicataire rassure son lecteur en lui prouvant qu’il fait d’abord attention à lui.

  • 18 Philippe Soupault, À la dérive, J. Ferenczi et Fils, coll. « Colette », 1923, p. 5.

17Mais, de son côté, comment l’auteur prendrait-il si aisément son parti de la césure qui selon Barthes retranche la suscription de l’inscription, la suscription qu’est la dédicace de l’inscription dans le texte du dédicataire auquel l’écrivain a voulu offrir son écriture ? Comment ne tenterait-il pas de rémunérer le défaut de la dédicace qui est, toujours selon Barthes, de rester extérieure à l’ouvrage qu’il s’agit de dédier ? Mais comment motiver la dédicace ? Comment par elle impliquer le dédicataire jusqu’à l’inscrire dans le texte ? C’était déjà le geste de Leiris, nous l’avons vu, lorsqu’il rend pour ainsi dire L’Âge d’homme à Bataille parce qu’il « est à l’origine de ce livre ». C’est aussi, semble-t-il, ce qu’entreprend Philippe Soupault lorsqu’il dédie son deuxième roman, À la dérive, « À André BRETON / à cause de sa destinée / et à quelques autres / probablement18 ». La légitimation est ici plus ambiguë. Qui sont donc les « quelques autres » qu’elle associe « probablement » à Breton ? Se reconnaîtront-ils à la lecture du livre ? L’auteur lui-même en fait-il partie, ainsi que tels de leurs amis du groupe dada en train de se décomposer ? Mais surtout que faut-il entendre dans cette étrange prévision : « à cause de sa destinée » ? Le roman aurait-il été inspiré par ce que Soupault sait de la vie de Breton qui est alors son ami intime ? Ou bien spécule-t-il sur ce qu’il adviendra de celui-ci dans la perspective d’une destinée à la dérive que Philippe Soupault est à même d’imaginer par extrapolation ? Geste étonnant par son intention divinatoire, mais geste d’implication à coup sûr et qui, on peut le supposer, avait de quoi rebuter un dédicataire voué à l’échec.

18Impliquer le destinataire plus intimement dans l’écriture, ce peut être une affaire de préposition. En adressant un ouvrage, on peut hésiter entre à et pour. Le choix de l’attaque est loin d’être indifférent. Sans doute est-il parfois soumis à un souci d’euphonie et si la dédicataire, par exemple, se nomme Anne, « Pour Anne » se substituera volontiers à un « À Anne » qui écorche les oreilles. Quand le choix n’est pas dicté par le refus d’un hiatus, la préposition pour implique plus fortement le dédicataire que sa concurrente à parce qu’elle est mieux à même de réduire la distorsion qui écarte l’inscription de la suscription. L’usage de ces deux prépositions est éloquent : un livre peut se dédier à, il ne saurait se dédier pour ; et s’il est offert à, il est écrit pour. Aussi grandiloquent – ou illusoire – que soit ce vœu d’oblation, il vise à établir entre le dédicataire et le texte dédié une relation plus nécessaire puisqu’elle prend source dans l’acte d’écrire lui-même. La destination alors ne fait plus qu’une avec la destinée.

  • 19 André Pieyre de Mandiargues, L’Anglais décrit dans le château fermé [1953], Gallimard, coll. « L’Im (...)

19Ce jeu de prépositions apparaît de façon exemplaire dans une dédicace de Mandiargues ou plus exactement de Pierre Morion puisque c’est sous ce pseudonyme qu’a paru en 1953, par crainte de la censure, son roman érotique L’Anglais décrit dans le château fermé : « À la mémoire d’E. J. / et pour la Société (secrète) / des amis d’Aubrey Beardsley19 ». On sait aujourd’hui qu’E. J. n’est autre qu’Edmond Jaloux qui encouragea Mandiargues à ses débuts. Quant à la Société des amis d’Aubrey Beardsley, elle est restée si secrète que rien n’en atteste l’existence. Sans prendre de grands risques, on imagine que c’est à la lecture du roman qu’elle était appelée à se constituer, par émulation et empathie. Cette dédicace performative tendait à créer son destinataire.

20Prend également place parmi nos éléments de dédicasuistique la promotion de la dédicace à la dignité de texte à part entière. Tel est l’objet traditionnel de l’Hymne qui – Barthes le rappelait – « confond l’envoi et le texte lui-même », comme fait Baudelaire lorsqu’il donne ce genre pour titre au poème qu’il adresse :

  • 20 Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Œuvres complètes (éd. Claude Pichois), t. I, Gallimard, « Bi (...)

À la très chère, à la très belle
Qui remplit mon cœur de clarté,
À l’ange, à l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité ! [… ]20

  • 21 Paul Verlaine, Dédicaces, Œuvres poétiques complètes (éd. Jacques Borel), Gallimard, « Bibliothèque (...)

Cette annexion du texte par l’oblatif, Verlaine la pousse plus avant lorsqu’en 1890 il intitule Dédicaces21 un de ses recueils de poèmes. Ce n’est certes pas le plus célèbre mais les 113 pièces qu’il rassemble – sonnets et ballades – procèdent toutes à cette cannibalisation du texte par le paratexte. Par un renversement complet des préséances, ce phagocytage fait du poème, puis du recueil lui-même une amplification du geste de dédicace.

  • 22 André Pieyre de Mandiargues, Cartolines et dédicaces, Le Terrain vague, 1960.
  • 23 André Pieyre de Mandiargues, Astyanax, Le Terrain vague, 1957.
  • 24 Mandiargues réunit Astyanax et Cartolines et dédicaces avec Les Incongruités monumentales (1948) en (...)

21Pareil franchissement du seuil par une dédicace hypertrophique se retrouve chez Mandiargues lorsqu’il fait paraître, en 1960, Cartolines et dédicaces22. La section « Dédicaces » de cette plaquette réunit une douzaine d’envois qui accompagnaient les exemplaires d’un volume précédent, Astyanax23, adressés par l’auteur à quelques amis. Par ce geste de recyclage et de permutation, il brouille à sa façon le jeu de la suscription et de l’inscription en faisant (après Mallarmé) matière poétique nouvelle de ses envois. Et, en 1964, par un ricochet supplémentaire, il réunira en volume les deux plaquettes24.

  • 25 Cendrars a publié des fragments de ce roman sous le titre Moganni Nameh en plusieurs livraisons dan (...)

22Le plus radical de tous ces aventuriers de la dédicace pourrait bien être José, le héros d’Aléa, un roman de jeunesse que Cendrars a entrepris en 1911 mais qui est resté inachevé25. À la faveur d’un séjour en Russie, ce José (qui tient beaucoup de son auteur) fait son double apprentissage de poète et d’amoureux. Non seulement ces deux vocations se recoupent mais elles vont jusqu’à se confondre. Après avoir bu quelques verres, le jeune poète sort de sa poche Séquences, le recueil qu’il prépare (et que Cendrars publiera…) :

Oui, le titre fait bien sur cette page blanche ; mais après, après…
Il faudrait une dédicace : « à Elle… » […]
Qui ça « Elle » ?… Nous avons toujours une « Elle » à qui dédier,
« Elle » – « Elle !… ha, ha… […] »

Cette trouvaille lui inspire une réflexion cynique sur les revenus qu’on peut escompter d’une pareille dédicace :

  • 26 Blaise Cendrars, Moganni Nameh, Œuvres complètes, Denoël, t. IV, 1962, p. 100.

La date et la dédicace, c’est le principal, en poésie. À la rigueur, on pourrait se passer des vers… : une feuille blanche, la signature, l’« à Elle » – et quelle femme ne serait pas délicieusement émue en recevant une enveloppe familière « de son poète », quelle est celle qui n’y lirait pas les plus tendres vers d’amour ?!… [… ]26

Un poème réduit à un geste de pure offrande à la cantonade, voilà sans doute le point suprême où le texte et le paratexte cessent d’être perçus contradictoirement. Mais cette dédicace blanche, indéfiniment réutilisable, n’est plus rien d’autre qu’un appeau.

  • 27 André Pieyre de Mandiargues, Feu de braise, Grasset, 1959. Le volume a été réédité dans la collecti (...)

23Revenons à Mandiargues pour un dernier jeu d’écriture qui est de nature à combler les deux destinataires de l’œuvre, le dédicataire tout autant que le lecteur. Feu de braise27, un recueil de contes publié en 1959, réunit sept récits selon un même dispositif. Chacun d’entre eux est dédié à un écrivain, successivement Pauline Réage, Pierre Klossowski, Octavio Paz, Georges Henein, Joyce Mansour, Julien Gracq et Valery Larbaud. Chacune de ces dédicaces est suivie d’une épigraphe empruntée au même dédicataire mais sans mention de l’ouvrage dont elle est tirée. On devine les règles du jeu auquel convie Mandiargues.

24Au lecteur, traité en détective, d’identifier en premier lieu la provenance exacte de la citation. Le travail est assurément plus facile pour Pauline Réage que pour Georges Henein, mais le plaisir de la trouvaille est garanti.

25Au lecteur toujours, cette fois campé en interprète, de mettre au jour les liens qui unissent chacun des contes du recueil avec son dédicataire ainsi qu’avec la citation qui commande sa lecture. À lui d’établir la fonction de ces amorces et la portée de références posées comme des thèmes dont les contes offriraient des variations.

26À chacun des sept dédicataires de se voir rendre un double hommage aux deux bouts de la chaîne d’écriture, par la suscription de son nom et par une citation qui affiche une reconnaissance de dettes. Les plus électives des affinités sont celles qui donnent à écrire.

27Et pour boucler la boucle revenons à l’étudiant perplexe que nous avons quitté en cours de route. Il est temps de révéler qu’il s’était vu confier l’explication d’une page de Feu de braise. Félicitons-le de ne pas avoir saisi le couteau qui traînait à sa portée. En découvrant ces ricochets de dédicaces peut-être se sera-t-il convaincu qu’il est toujours regrettable d’amputer un texte de sa dédicace. C’est là, parfois, qu’un écrivain entrouvre son carnet d’adresses.

Notes

1 Gérard Genette, « Les dédicaces », Seuils, Le Seuil, 1987, p 110-133.

2 Michel Leiris, L’Âge d’homme [1939], Gallimard, « Folio », 2004, p. 7.

3 Jean Tardieu, « Mauvais public », La Première Personne du singulier, Gallimard, 1952, p. 93.

4 Tristan Corbière, « Sonnet posthume », Les Amours jaunes, Charles Cros, Tristan Corbière, Œuvres complètes (éd. Pierre-Olivier Walzer), Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1970, p. 849.

5 Roland Barthes, « La dédicace », Fragments d’un discours amoureux, Seuil, 1977, p. 89-94.

6 Roland Barthes, « Dédicace. Figure nouvelle », Le Discours amoureux. Séminaire à l’École pratique des hautes études 1974-1976 (éd. Claude Coste), Seuil, coll. « Traces écrites », 2007, p. 493-501.

7 Ibid., p. 497.

8 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, op. cit., p. 92.

9 Villiers de l’Isle-Adam, L’Ève future [1886], Œuvres complètes (éd. Alan Raitt et Pierre-Georges Castex), t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, p. 766.

10 Joseph Delteil, Les Poilus, épopée, Grasset, 1926.

11 Blaise Cendrars, Rhum [1930] (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. II, Denoël, coll. « Tout autour d’aujourd’hui », 2001, p. 157.

12 Jules Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques [1874], Œuvres romanesques complètes (éd. Jacques Petit), t. II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1966, p. 9.

13 Joseph Delteil, Sur le fleuve Amour, La Renaissance du livre, 1922.

14 Georges Perec, W ou le souvenir d’enfance [1975], Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1998, p. 9.

15 Blaise Cendrars, Moravagine [1926] (éd. Jean-Carlo Flückiger), Œuvres complètes, t. VII, Denoël, coll. « Tout autour d’aujourd’hui », 2003, p. 3.

16 Blaise Cendrars, L’Homme foudroyé (1945) (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. V, Denoël, coll. « Tout autour d’aujourd’hui », 2002, p. 169.

17 Blaise Cendrars, Blaise Cendrars vous parle… (1952) (éd. Claude Leroy), Œuvres complètes, t. XV, Denoël, coll. « Tout autour d’aujourd’hui », 2006, p. 123.

18 Philippe Soupault, À la dérive, J. Ferenczi et Fils, coll. « Colette », 1923, p. 5.

19 André Pieyre de Mandiargues, L’Anglais décrit dans le château fermé [1953], Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1993, p. 9.

20 Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Œuvres complètes (éd. Claude Pichois), t. I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, p. 162.

21 Paul Verlaine, Dédicaces, Œuvres poétiques complètes (éd. Jacques Borel), Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1962, p. 547-642.

22 André Pieyre de Mandiargues, Cartolines et dédicaces, Le Terrain vague, 1960.

23 André Pieyre de Mandiargues, Astyanax, Le Terrain vague, 1957.

24 Mandiargues réunit Astyanax et Cartolines et dédicaces avec Les Incongruités monumentales (1948) en un « Troisième Cahier de poésie », Gallimard, 1964.

25 Cendrars a publié des fragments de ce roman sous le titre Moganni Nameh en plusieurs livraisons dans la revue Les Feuilles libres (1922-1923). Ils ont été repris dans le tome IV de la première édition des Œuvres complètes parue chez Denoël, en 1962, p. 63-108. La version intégrale d’Aléa, toujours inédite, paraîtra dans le volume des Œuvres romanesques complètes de Cendrars que prépare la « Bibliothèque de la Pléiade ».

26 Blaise Cendrars, Moganni Nameh, Œuvres complètes, Denoël, t. IV, 1962, p. 100.

27 André Pieyre de Mandiargues, Feu de braise, Grasset, 1959. Le volume a été réédité dans la collection « Les Cahiers rouges ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search